• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Épiscopat-Vatican-Jésuite

Épiscopat-Vatican-Jésuite

APPUIENT WASHINGTON DANS SA LUTTE CONTRE LE VENEZUELA

 

 

NOTE : Dans le présent texte, je fais référence à des documents dont la version est en espagnole. Les extraits que j’en ai tirés, je les ai traduist en français. Vous pourrez consulter ces documents dans leur langue originale à la fin de mon article.. 

 

Il est évident que l’épiscopat vénézuélien, le Vatican et les jésuites, ne crient pas sur les toits qu’ils appuient l’Empire dans sa lutte contre le Venezuela. Ils utilisent une approche qui leur permet toutefois de ne jamais devoir mentionner le nom de l’empire ou des États-Unis. Cette approche comporte comme trois voies par lesquelles ils atteignent leur objectif de discréditer la révolution bolivarienne et ses dirigeants sans accuser Washington de quoi que ce soit.

 La première voie consiste à dénoncer et à accentuer, si nécessaire, au plus haut niveau, la misère du peuple, victime inévitable d’une dictature et d’un régime totalitaire qui n’a rien de démocratique. Ce dernier doit être l’auteur et le responsable unique de tous les malheurs qui affectent le Venezuela. 

La seconde voie, qui découle de la première, est celle d’ignorer complètement toutes les conquêtes sociales et démocratiques, réalisées depuis l’arrivée de cette révolution. Ces derniers ne parleront jamais des 2.5 millions de départements construits et mis à la disposition des familles les moins favorisées. Ils ne parleront pas de la gratuité de l’éducation qui va de la maternelle jusqu’au niveau le plus élevé de l’Université. Il en va de même pour la santé gratuite et disponible pour tous et toutes dans l’ensemble du pays. Il n’est pas question qu’ils parlent de toutes ces réalisations. Encore moins de la démocratie participative à laquelle le peuple est partie prenante. Depuis le début de la révolution bolivarienne, il y a eu plus de 20 élections, à tous les niveaux de pouvoirs. Le Venezuela est doté, d’un système électoral que l’ex-président Jimmy Carter a qualifié de l’un des plus performant et sécuritaire au monde. De toutes ces consultations populaires, l’équipe du parti au pouvoir en a perdu deux, le référendum de 2007 portant sur une modification d’un article de la Constitution et l’élection législative de 2015. Dans les deux cas, le gouvernement en a accepté les résultats en tout respect pour le vote du peuple. 

La troisième voie, empruntée par les Évêques et Jésuites, consiste à ignorer complètement la présence active des États-Unis dans les affaires intérieures du Venezuela. Ils ne parleront jamais de son interventionnisme, de la guerre économique à laquelle il soumet le gouvernement et le peuple vénézuélien. Ils n’auront aucune critique pour les sanctions qui affectent directement le fonctionnement de l’État et les besoins du peuple. Que les États-Unis saisissent des milliards d’euros et de dollars devant servir aux achats de médicaments, d’alimentation, de produits industriels nécessaires aux entreprises, etc. n’effleure même pas leur esprit. Que le droit international soit bafoué et que les décisions du Conseil de sécurité des Nations Unies se prononce contre cet interventionnisme ne soulève aucune interrogation de leur part.

Les Nations Unies déclarent au sujet de ces sanctions et mesures économiques prises par les É.U. contre le Venezuela, Cuba et l’Iran violent les droits de l’homme.

7 mai 2019 - Le rapporteur des Nations unies sur l'impact des sanctions unilatérales sur les droits de l'homme, Idriss Jazairy, a averti que les mesures coercitives imposées par le gouvernement des États-Unis au Venezuela, à Cuba et à l'Iran violent les droits de l'homme et les normes de comportement international.Jazairy a indiqué que ces actions unilatérales pourraient "précipiter des catastrophes humanitaires d'une ampleur énorme".

Il a souligné que les codes de conduite dans les relations internationales n'acceptent pas les changements de gouvernement par le biais d'actions économiques causant la faim à la population.

Le ministre des Relations extérieures du Venezuela, Jorge Arreaza, confirmait tout récemment que le blocus étasunien imposé au Venezuela a pour objectif d’étouffer l’économie nationale. Suite à cette agression se voit privé de plus de 5 000 millions d'euros ainsi que de l'or dans les banques européennes. 

"… sont également bloqués à la Banque d'Angleterre à hauteur de 1 359 millions d'euros en or vénézuélien et de 1 543 millions d'euros à Novo Bank, au Portugal","

 

Entretien avec l’économiste Jeffrey Sachs

"Les sanctions des États-Unis ont dévasté le Venezuela et ont tué plus de 40 000 personnes depuis 2017"

Amy Goodman

Démocratie maintenant

Beaucoup a été utilisé contre la présidence de Maduro, affirmant que cela avait amené le pays dans une impasse économique. Vous faites une analyse différente, Jeffrey Sachs.

JEFFREY SACHS : Eh bien, ce n'est pas une stagnation économique. C'est un effondrement économique complet, une catastrophe pour le Venezuela. Il y avait sans doute une crise avant l'entrée en fonction de Trump, mais l'idée de son administration a été, dès le début, de renverser Maduro. Ce n'est pas une hypothèse. Trump a été très explicite lors des discussions avec les présidents d'Amérique latine, leur demandant notamment : "Pourquoi les États-Unis ne devraient-ils pas envahir ?", a-t-il déclaré en 2017. L'idée du gouvernement Trump a donc été de renverser Maduro depuis le début. Eh bien, les dirigeants latinos ont déclaré : "Non, ce n’est pas une bonne idée. Nous ne voulons pas d'action militaire. " Depuis lors, le gouvernement des États-Unis tente d'étouffer l'économie vénézuélienne.

Cela a commencé avec des sanctions en 2017 qui empêchaient essentiellement le pays d'accéder aux marchés internationaux des capitaux et la compagnie pétrolière restructurant ses prêts. Cela a mis le Venezuela en hyperinflation. C'était l'effondrement total. Les bénéfices pétroliers utilisés pour acheter de la nourriture et des médicaments ont chuté. C'est à ce moment que la crise sociale et humanitaire est devenue incontrôlable. Et puis, cette année, avec cette idée - très naïve, très stupide, à mon avis - d’un président autoproclamé qui a été très, très chorégraphié avec les États-Unis, une autre série de sanctions encore plus strictes. En substance, les bénéfices et les avoirs du gouvernement vénézuélien ont été confisqués.

À présent, le Venezuela traverse une catastrophe complète et absolue, causée en grande partie par les États-Unis, à dessein délibéré, générant des souffrances massives et généralisées. Nous savons qu'il y a la faim. Nous savons qu'il y a une incroyable pénurie de fournitures médicales. Nous ne pouvons qu'imaginer, car nous ne saurons vraiment pas jusqu'à ce que la poussière retombe et que des études approfondies soient effectuées sur l'ampleur de la mortalité existante, mais il est certain que dans un tel contexte, il s'agit d'une catastrophe créée en grande partie par les États-Unis, comme indiqué précédemment, il s’agit d’une stratégie du tout ou rien. Ce que les États-Unis, ce que Trump ne comprend tout simplement pas et que Bolton, bien entendu, n’accepte jamais, c’est l’idée de négociations. C'est une tentative de renversement. C'est très grossier. Ça ne marche pas. Et c'est très cruel, parce qu'il punit 30 millions de personnes.

CE QUE NE DISENT PAS LES ÉVÊQUES ET LES JÉSUITES

Pour ces derniers, les États-Unis n’y sont pour rien, tout repose sur le gouvernement dictatorial. 

« Le Venezuela est plongé dans la plus grave crise économique, politique et sociale de son histoire. Selon les chiffres du Bureau de la coordination de l'aide humanitaire (OCHA), plus de trois millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays. On s'attend à ce qu'en 2019, l'afflux se poursuive en raison du chaos auquel il est soumis. ils sont motivés par le régime dictatorial qui les opprime et met en danger l'existence même de nos universités sœurs ».

"Nous vivons dans un pays où la démocratie s'est effondrée, le règne du droit, les violations des droits de l'homme se poursuivent ... Nous vivons dans une crise systématique des droits de l'homme", a dénoncé le père Virtuoso, » 

Conclusion

En aucun moment, épiscopat, jésuite, Vatican ne mettent en cause l’interventionnisme de Washington, tout comme ils ne reconnaissent les effets pervers de la guerre économique, des sanctions, du gel des avoirs du peuple vénézuélien à l’étranger. En aucun moment, ils n’ont dénoncé les actions terroristes visant la déstabilisation de l’État, l’assassinat du président comme ce fut le cas le 4 août 2018, lorsqu’un drone gonflé d’explosifs se dirigeait vers un grand rassemblement où le Président et ses collaborateurs étaient réunis sur une tribune. Heureusement, le drone en question a explosé avant d’atteindre son objectif. De cela les évêques, les jésuites, le Vatican n’ont jamais parlé. Le 30 avril dernier, une tentative avortée de coup d’État a eu lieu. Encore là aucun commentaire sur l’usage de la violence. Ils ont plutôt fait une requête au Président de ne pas persécuter les auteurs de ces crimes.

 

Oscar Fortin

Le 8 mai 2019

 

https://www.aporrea.org/economia/n341661.html

http://www.rebelion.org/noticia.php?id=255557

https://www.aporrea.org/ddhh/n341725.html

https://www.religiondigital.org/mundo/Universidad-Catolica-Andres-Bello-Venezuela-religion-iglesia-dios-jesus-papa-francisco-fe-venezuela-universidad-jesuitas-ucab-unijes_0_2118688112.html

http://www.religiondigital.org/america/comillas-venezuela-maduro-universidades-jesuitas-andres-bello-guaido-papa-francisco_0_2119288063.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Julien S 9 mai 20:01

    Le Venezuela est l’image du Christ martyr.


    • Pascal L 10 mai 01:59

      @Julien S
      Le Vénézuela c’est un concept, cela ne peut souffrir. C’est le peuple qui souffre, mais en aucun cas les dirigeants de ce pays. Jésus est toujours avec ceux qui souffrent, donc aux côtés du peuple.
      "Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » (Luc 4, 5-7)
      Satan a bien montré tous les royaumes de la terre, donc aussi bien le Vénézuela que les USA. Ces régimes passeront alors que le royaume de Dieu ne passera pas. Si le Christ a souffert, c’est pour nous donner l’accès à son royaume qui n’est pas de ce monde, pas pour créer un royaume de Dieu sur terre. Les mauvaises copies veulent nous faire croire qu’un tel royaume est possible sur terre en éradiquant ceux qui représentent le mal, mais ils ne créent que des goulags à leur propre service.
      L’Eglise est devenue une cible au Vénézuela depuis qu’elle a demandé le retour de la démocratie.


    • oscar fortin oscar fortin 10 mai 08:15

      @Pascal L : Si vous suivez de près ce qui se passe au Venezuela, le gouvernement sous la direction de Nicolas Maduro laisse les évêques dire n’importe quoi sans leur donner de réplique. Le jésuite, Numa Molina, très proche du peuple et de la révolution bolivarienne s’en charge. Il est d’ailleurs le seul jésuite que je connait qui ne fait pas campagne contre le gouvernement. 

      Si vous avez bien lu mon article, vous aurez constatez qu’il met l’accent principes sur le silence de ces acteurs religieux qui se gardent bien de dénoncer les interventions criminelles des États-Unis qui génèrent la rareté des produits essentiels à la vie. Ils ne lui disent pas de mettre fin à ces sanctions qui penélisent le peuple. C’est le point essentiel de mon intervention.


    • Pascal L 10 mai 11:50

      @oscar fortin
      Ce n’est pas un Jésuite qui fait la position de l’Eglise, c’est Jésus lui-même. Personne n’a le droit de s’ériger en intermédiaire entre Dieu et nous. Dieu nous demande d’aimer même nos ennemis, ce qui fait qu’aucun Chrétien ne peut suivre une idéologie qui ne fait pas de tous les hommes ses frères. Quelqu’un qui se prétend chrétien et qui pousse d’autres chrétiens à haïr qui que ce soit ne peut être réellement chrétien. La défense des plus pauvres passe par le dialogue et non par la haine. Nous devons aider nos ennemis à suivre Dieu plutôt que Satan.

      Pour le reste l’Eglise n’a pas à s’immiscer dans un processus politique qui ne la regarde pas. Cela a été la volonté de tous les concordats de forcer l’enseignement de l’Eglise à l’acceptation de l’asservissement du peuple. Tous les gouvernements ne font que suivre Satan à de rares exceptions prêt car c’est lui qui leur a donné le pouvoir. Comme je l’ai déjà affirmé, le royaume du Christ n’est pas de ce monde et l’Eglise doit simplement nous conduire à rencontrer le Christ ressuscité personnellement. C’est cette rencontre qui permet au Chrétien d’affirmer ce qu’il est et d’agir en conséquence en toute liberté. Si vous n’avez pas encore rencontré Jésus, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même.

      En fustigeant l’Eglise comme vous le faites, vous ne faites que préparer les esprits à une possible persécution à venir. Toutes les idéologies procèdent ainsi. Mais depuis 2000 ans, aucune persécution n’en n’est venu à bout car au centre de l’Eglise ce ne sont pas des hommes, mais Dieu lui-même.


    • Eveil Francais TV Eveil Francais TV 10 mai 06:24

      Encore une fois, les jésuites qui tiennent le Vatican pour de bon, sont du coté des vraies tyrannies, des salopards, des criminels...depuis presque 500 ans cet ordre diabolique utilise le message du christ pour cacher le mal absolu qu’il soutient et commet. La vraie doctrine des jésuites est satanique et ils sont derrière les pires choses que notre monde est obligé de supporter a grande peine !!!

      Ce nid de serpents va devoir retourner en enfer et le plus tôt sera le mieux !!


      • Pascal L 10 mai 12:19

        @Eveil Francais TV
        Je n’ai pas souvent été impressionné par le niveau de spiritualité des Jésuites, mais il y a des situations où ils ont pu être à la hauteur du Christ. N’oublions pas par exemple, la défense des indiens en Amérique du Sud. Saint-François-Xavier était également Jésuite. Nous avons en France un Jésuite, professeur d’économie, qui est un des rares économistes qui dénoncent la perversion du système monétaire actuel. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain...

        Plutôt que par ses discours indéchiffrables, il est possible que le pape François finisse par être bon sur la réforme de la Curie. Il y a quelques idées qui commencent à circuler et cela me semble aller dans le bon sens avec une diminution de l’autorité des dicastères sur les évêques et le poids mis sur l’évangélisation. Le pape est le garant de l’unité des Chrétiens et cela passe par l’assemblée des évêques fidèles à l’Esprit-Saint et non par la volonté personnelle de quelques cardinaux qui vivent dans un luxe insensé.


      • oscar fortin oscar fortin 10 mai 12:42

        Il y a au Venezuela un jésuite du nom de Nouma Molina qui est curé dans une paroisse ouvrière de Caracas et qui est tout le contraire de ce que j’écris dans mon texte. Il est un véritable pasteur et reconnait tout ce que le gouvernement fait pour la population et voit également cette guerre économique et ces sanctions que les É.U. multiplient pour créer la misère du peuple et dire par après que le socialisme ne fonctionne pas..... Si vous voulez en savoir plus sur ce jésuite allez à Google


        • Pascal L 10 mai 15:29

          @oscar fortin
          Ah bon ? Je croyais que le Vénézuela était un Etat souverain ! Où est passé l’argent du pétrole ?

          « dire par après que le socialisme ne fonctionne pas » Mais où a-t-il fonctionné ?

          « Nouma Molina » Je suis allé voir sur Internet et je vois plusieurs raisons de le considérer comme hérétique : 
          « los mártires revolucionarios » « Les martyrs révolutionnaires » Il y a une incompatibilité entre un martyr chrétien et l’idée de révolution. Un martyr chrétien meurt pour sa foi et non pour un système politique. Point barre.

          « pues la meta es dar nuestras vidas en favor de la utopía de paz y sueños » « parce que l’objectif est de donner nos vies en faveur de l’utopie de la paix et des rêves » Ce prêtre a complètement oublié d’être chrétien. On ne donne jamais sa vie pour une utopie et des rêves. Les Martyrs ont déjà rencontré Jésus dans leur vie et savent parfaitement pourquoi ils offrent cette vie. Il n’y a pas d’utopie dans le salut de Dieu. Si vous voulez savoir, faites l’expérience de la rencontre avec Jésus. La paix sur terre est une déformation du salut chrétien. En aucun cas, ce salut de Dieu n’est terrestre. C’est justement la volonté de tous les messianismes de vouloir recréer ce salut sur terre plutôt que dans les cieux. Cela ne peut marcher sans transformer la terre en goulag. Ce n’est que parce qu’il ne reste que l’amour que le salut de Dieu n’est pas une utopie. Ceux qui refusent l’amour s’excluent d’eux-mêmes de ce salut.

          « masacres de Cantaura, Yumare y El Amparo » N’étaient-ce pas des Vénézuéliens qui ont perpétré ces massacres dans les années 80 ? Ces crimes n’ont-ils pas été commis par la même armée qui soutient Maduro aujourd’hui ? Les militaires ne sont-ils pas les véritables détenteurs du pouvoir depuis toujours au Vénézuela ?

          En plus, ce prêtre est curé d’une paroisse un peu trop proche du pouvoir qui reçoit les dignitaires du régime. Pas facile dans ces conditions d’échapper à l’influence de Satan.


        • Julien S 10 mai 13:11

          Jésus était le premier des marxistes, et le gouvernement vénézuélien ne fait qu’appliquer l’évangile. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès