• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Est-ce que le défaut de paiement des Etats-Unis va faire plonger (...)

Est-ce que le défaut de paiement des Etats-Unis va faire plonger l’économie mondiale ?

Le Trésor américain devrait manquer de fonds dès la mi-octobre. « La facture doit être payée et rapidement », informe le média américain The Christian Science Monitor (CSM), rajoutant : « si le Congrès n'autorise pas davantage d'emprunts, le pays fera défaut sur sa dette. Cela pourrait nuire non seulement à l'économie américaine, mais à celle du monde ».
 
Le relèvement du plafond de la dette n'est pas nouveau. Il a été utilisé comme levier pour assurer une certaine discipline budgétaire alors que les Etats-Unis poursuivent leurs priorités de dépenses. Le CSM souligne : « Cette fois, les républicains ne demandent pas de restrictions budgétaires comme condition pour soutenir le projet de loi, mais disent aux démocrates de poursuivre, comme au printemps dernier, en adoptant le plan de sauvetage américain de 1,9 billion de dollars et ils prévoient de le faire avec le budget de 3,5 billions de dollars qu'ils préparent maintenant ».

« Ce n'est pas un jeu de levier à ce stade ; c'est juste un jeu de patate chaude », a déclaré Marc Goldwein, directeur principal des politiques du Comité pour un budget fédéral responsable à Washington. « Cela a été l'une des périodes les plus difficiles au cours des 100 dernières années, et c'est pourquoi je pense qu'il est tout à fait logique d'aller plus loin », « pour éviter une catastrophe économique », a déclaré le sénateur démocrate de Virginie au comité du budget, Tim Kaine. Il dit qu'il ne veut pas encombrer les générations futures de dettes, notant que les démocrates pensent qu'ils peuvent trouver des moyens de payer l'intégralité du budget de 3,5 billions de dollars qui comprend des réformes sociales radicales, y compris un collège communautaire gratuit, des prestations élargies d'assurance maladie et les projets de changement climatique. 

« La limite d'endettement a été établie en 1917 pour apporter une certaine discipline budgétaire aux agences fédérales, et également pour faciliter le rôle du Congrès dans l'autorisation d'emprunts supplémentaires. Il a essentiellement dit au gouvernement : vous pouvez emprunter autant d'argent avant de devoir revenir et demander la permission d'emprunter plus. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le plafond d'endettement a été modifié 98 fois », rappelle The Christian Science Monitor. Plus récemment, un accord de 2017 a suspendu la limite de la dette jusqu'au 31 juillet 2021, permettant au gouvernement d'emprunter autant qu'il en avait besoin jusque-là pour respecter ses obligations qui comprenaient les chèques de relance concernant la Covid-19 et d'autres dépenses liées à la pandémie.

Depuis le 1er août, le département du Trésor a utilisé des mesures dites extraordinaires pour continuer à payer les factures jusqu'à ce que le Congrès prenne à nouveau des mesures. The Christian Science Monitor souligne : « L'autre échéance urgente pour le Congrès est le 30 septembre qui correspond à la fin de l'année fiscale ».

Afin de maintenir le gouvernement en marche et pour payer les salaires des militaires et les prestations de sécurité sociale, le Congrès doit autoriser un nouveau budget. Etant donné que les démocrates se disputent toujours leur accord de de 3,5 billions de dollars – les ailes progressistes et modérées du parti s'affrontant sur le prix – ils ont proposé une mesure à court terme. Dans cette législation, ils ont inclus une proposition pour suspendre la limite de la dette jusqu'en décembre 2022, permettant au gouvernement entre-temps de faire tous les emprunts nécessaires pour payer les factures. La Chambre a adopté la loi, mais le chef de la minorité sénatoriale Mitch McConnell a pris une position ferme contre elle.

Même si pas un autre centime n'était dépensé, la limite de la dette devrait encore être augmentée pour payer le financement déjà approuvé par le Congrès mais pas encore dépensé. C'est le résultat des décisions prises par les deux parties qui ont contribué à des niveaux d'endettement record qui ont atteint 128% du produit intérieur brut à la fin de l'exercice 2020. Mais, si les démocrates suspendaient le plafond de la dette jusqu'en décembre 2022, cela leur permettrait effectivement de dépenser autant de déficit qu'ils le souhaitent d'ici là. 

Parce que les démocrates contrôlent la présidence, la Chambre et le Sénat, les républicains n'ont aucun moyen de réduire ces dépenses si elles sont effectuées par le biais d'un processus connu sous le nom de réconciliation budgétaire. Les démocrates ont utilisé la réconciliation pour adopter le plan de sauvetage américain de 1,9 billion de dollars au printemps dernier et ils prévoient de l'utiliser pour adopter leur budget de 3,5 billions de dollars, dirigé par le président du comité du budget, Bernie Sanders du Vermont, plus tard cette année. Ils auraient également au moins une autre opportunité, en septembre 2022, d'adopter un autre budget global sans aucun soutien du GOP (Grand Old Party-parti républicain).

Les républicains ont accusé cette semaine les démocrates d'avoir fait un chèque en blanc sur le compte des contribuables américains. « Les démocrates se précipitent vers le plan budgétaire socialiste de Bernie Sanders et les républicains ne seront pas un tampon pour cela », a déclaré le sénateur républicain, John Barrasso, du Wyoming. Dans un tweet, il affirme : « Les républicains n'approuveront pas les dépenses inconsidérées des démocrates. Si les démocrates veulent faire cavalier seul en matière de dépenses, alors ils peuvent faire cavalier seul pour relever le plafond de la dette ».

Ce dernier dénonce  aussi l'irresponsabilité des démocrates au niveau national à vouloir suivre la politique actuelle en Californie qui ruine cet Etat américain concernant la politique énergétique. 

Les républicains veulent que les démocrates abordent le plafond de la dette dans le cadre de leur processus de réconciliation budgétaire. Mais en 2017, lorsque les républicains contrôlaient la présidence, la Chambre et le Sénat, ils ont choisi de ne pas emprunter cette voie et les démocrates les ont rejoints pour suspendre la limite de la dette – un point qu'ils ramènent maintenant chez eux. Certains démocrates ont exprimé des inquiétudes quant à la portée des plans de dépenses de l'administration Biden. L'ancien secrétaire au Trésor d'Obama, Larry Summers, qui a lancé un avertissement l'hiver dernier, a déclaré à Politico cet été qu'il craignait de plus en plus que des dépenses massives puissent provoquer de l'inflation bien qu'il soutienne les investissements à long terme comme les infrastructures.

Citant ces avertissements, le sénateur du GOP, Charles Grassley, de l'Iowa a déclaré que si les républicains soutenaient la « frénésie de dépenses massives » des démocrates, ils « jetteraient de l'essence sur l'inflation ». D'autres soutiennent que la flambée des prix est principalement due à des problèmes de chaîne d'approvisionnement pandémiques et sera de relativement courte durée.

A partir du deuxième mandat de l'ancien président, Barack Obama, une nouvelle ligne de pensée économique a commencé à prévaloir, en particulier parmi les économistes de gauche, selon laquelle le déficit budgétaire n'est pas une préoccupation aussi importante qu'on le pensait autrefois. Parmi les partisans les plus éminents se trouve Stephanie Kelton, conseillère économique du sénateur Sanders et auteur de The Deficit Myth.

Le sénateur Sanders – un indépendant du Vermont qui, en quelques années seulement, a vu une partie importante de la base démocrate adopter les idées socialistes démocrates qu'il prêche depuis des décennies – donne aux républicains une rude concurrence. « Il serait incompréhensible pour moi, et je pense pour le peuple américain, que vous ayez un parti républicain qui permettrait à la plus grande économie de la planète de faire défaut ».

L'économiste en chef américaine de S&P Global, Beth Ann Bovino, a averti que si la nation faisait défaut sur ses dettes, l'impact économique « serait pire que l'effondrement de Lehman Brothers en 2008 » quand la dernière fois les Etats-Unis ont été confrontés à cette menace de fermeture du gouvernement et à un éventuel défaut de paiement.

Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3146

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 5 octobre 2021 09:06

    quand une boite fait faillite, en général, elle plante ses créanciers, non ?


    • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 5 octobre 2021 09:10

      @Docteur Faustroll

      et plus elle était grosse, plus ça fait des dégâts, non ?
      « too big to fall » est un mensone, mais ça rassure les WASPs


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 octobre 2021 09:38

      @Docteur Faustroll
       
      ’’« too big to fall » est un mensone, mais ça rassure les WASPs ’
       
       Un mensonge ? Ou un mantra, genre coué.


    • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 5 octobre 2021 11:12

      @Francis, agnotologue

      ou une technique de gestion : on repart à zéro pour les dettes et on arrose des hommes de paille encore vierges et présentables pour les papiers officiels et la galerie (1) ; pour un état on fait de nouvelles élections et on appelle ça l’alternance, les créanciers plantés étant les contribuables pour les colonies, et les colonies (et un peu les contribuable locaux) pour les empires

      (1) Messier et Bébéar sont des experts en la matière, mais ils sont discrets et, eux, restent dans l’ombre.


    • eddofr eddofr 5 octobre 2021 09:50

      Les Etats-Unis en cessation de paiement, voilà un concept fabuleux.

      Un débiteur qui ne paierait pas ses dettes parce qu’il ne s’y autorise pas, bien qu’il dispose du pouvoir de créer monnaie.

      En tant que leader du monde (militaire et financier), et en tant que détenteur de la monnaie de référence, les Etats Unis d’Amérique sont en réalité le seul état qui puisse créer de la monnaie ad libitum, sauf a s’imposer lui-même des limites créées ex-nihilo.


      • perlseb 5 octobre 2021 12:38

        @eddofr
        Effectivement. Les Etats-Unis ne peuvent pas être un modèle car ils bénéficient d’un avantage unique, leur monnaie. Ils veulent rembourser leur dette ? Ils font marcher la planche à billets. Tout pays qui ferait cela verrait sa monnaie dévaluée. Oui, mais le dollar est la monnaie mondiale, elle ne peut pas dévaluer brusquement grâce à son inertie : tous les autres pays en ont et n’ont aucun intérêt à ce que leurs réserves ne valent plus rien.

        Cela revient à dire que les Etats-Unis sont à la charge des autres nations. Et dans ce système pipé, on s’étonne que les boites américaines puissent racheter petit à petit toutes les autres boites qui les intéressent, puissent faire venir tous les cerveaux de la planète pour leurs entreprises (Silicon Valley) pendant que nous payons des impôts pour former les jeunes (études) avant qu’ils ne partent là-bas car nos entreprises sont en grande difficulté et ne peuvent plus embaucher...

        S’il y a bien une chose qu’il faudrait refuser avec un système pareil (complètement déséquilibré), c’est bien le libre-échange (marchandises, capitaux et travailleurs).


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 octobre 2021 10:18
        ’’Est-ce que le défaut de paiement des Etats-Unis va faire plonger l’économie mondiale ? ’’

        Posée autrement cette question devient :

        Est-ce que le défaut de paiement des Etats-Unis n’est pas destiné à faire plonger l’économie mondiale ?

         

         « « Nous sommes un empire, maintenant, (poursuivit-il,) et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire (...). Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons. » »Karl Rove, conseiller de GW Bush


        • Zolko Zolko 5 octobre 2021 12:20

          @Francis, agnotologue

          et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité


          ça c’était vrai avant 2008
           

          Karl Rove, conseiller de GW Bush


          ah ben oui, avant 2008. Depuis, il y a eut l’annexion de la Crimée par la Russie, la défaite de l’Etat Islamique en Syrie, la défaite de l’Arabie Saoudite au Yémen, les échecs technologiques que sont le F-35 et le 737-Max, et maintenant l’humiliation en Afghanistan. Ca fait longtemps que les USA ne créent plus la réalité

        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 octobre 2021 12:33

          @Zolko
           
           le défaut de paiement serait une stratégie pour reprendre le contrôle.


        • JC_Lavau JC_Lavau 5 octobre 2021 10:31

          Que voilà une riche idée : « et les projets de changement climatique »...


          • nemesis 5 octobre 2021 11:48

            Tant que les États vassaux resteront fidèles au poste, le Yankee n’a rien à craindre pour son billet vert.

            C’est pourquoi, il est très mal vu de faire risette à Poutine.

            CQFDire


            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 5 octobre 2021 12:35

              Une valeur financière n’a d’importance que par la confiance qu’on lui donne.

              Le jour où la confiance disparait, c’est à ce moment seulement que tout s’écroule pour elle.

              Regardez ce qui se passe au Venezuela.

              La monnaie n’a plus aucune valeur. Les gosses s’amusent avec les billets de la monnaie.

              Les adultes eux, prennent la monnaie colombienne ou quand ils en trouve des dollars américains.


              • PhilVite PhilVite 5 octobre 2021 23:48

                @Réflexions du Miroir

                La ’confiance’ dans le dollar américain est assurée par une douzaine de porte-avions avec leur escadre sur toutes les mers du monde.

                Malheur à ceux qui évoquent l’idée de se passer de cette monnaie. Ça se termine plutôt mal pour eux. Voir Kadhafi et Saddam Hussein qui voulaient vendre leur pétrole contre d’autres devises.

                Actuellement la Russie et la Chine veulent commencer à échanger entre elles sans recourir au $...et on constate qu’une étrange armada est en train de se mettre en place au large de la Chine... et Taïwan est un bon prétexte.

                Sans le dollar monnaie d’échange mondiale les États-Unis ne sont plus rien. Ils mettront la terre à feu et à sang plutôt que perdre cet ahurissant privilège


              • MagicBuster 5 octobre 2021 14:14

                Si tous les pays du monde sont endettés ?

                A qui doit-on de l’argent ?

                Mettre des intérêts sur une dette qui se reporte ne fait qu’augmenter fictivement une dette

                Est-ce que cet argent de la dette existe réellement ?


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 5 octobre 2021 15:37

                  @MagicBuster,
                   En fait, la dette est une vue de l’esprit à un moment donné.
                   Etre endetté n’est pas grave en soi si à l’origine c’est un investissement pour apporter une amélioration.
                   Il y a des dettes fictives. 
                   Il y a des dettes publiques au niveau des Etats qui doivent prouver leurs potentiels de réaction et des dettes personnelles.
                   Wiki est assez complet pour l’expliquer 


                • pasglop 5 octobre 2021 21:08

                  @MagicBuster
                  Endettés vis à vis de l’avenir.
                  La monnaie est émise par les créditeurs, quels qu’ils soient, mais la valeur qu’elle représente n’existe pas, ou pas encore : c’est l’argent-dette.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité