• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et après ?

Et après ?

1er volet d'une série de politique fiction sur l'après Emmanuel Macron

Partie 1 : Vers un nouveau François Hollande ?

Aux lendemains du 27 mai 2019, la vie politique française semble dominée irrémédiablement par un duel entre un parti macroniste, libéral et mondialiste, et un Rassemblement national, « illibéral » et nationaliste, avec, éventuellement et assez loin derrière, les écolos en arbitres.

 

Or, au-delà des apparences, il faut constater que l’un comme l’autre présente des faiblesses structurelles, pouvant être rédhibitoires pour gouverner.

 

La majorité présidentielle a certes prouvé qu’elle conservait des partisans, mais à quel prix ? Après une crise majeure, elle a ouvertement renoncé à parler à tous les Français pour se replier sur une clientèle conservatrice et aisée, affolée par le désordre, qui a finit par se confondre avec celle d’un certain François Fillon en 2016-2017. La suite semble presque écrite d’avance.

 

Du côté de l’ex Front national, on n’a pas encore vu que le changement de dénomination ait fait évoluer en profondeur le parti du « débat raté » de 2017. Si l’on reste sur la dernière séquence européenne, la grande « alliance des partis nationalistes européens » vantée par Marine le Pen s’est vite révélée pour ce qu’elle est : des paroles en l’air inopérantes1, destinées à masquer une « stratégie politique » consistant surtout à gérer une rente électorale. Autant dire que l’alternance FN/RN risque d’attendre encore longtemps pour se concrétiser, et que nous serons tous morts d’ici là.

 

Alors, abstraction faite des mouvements qui semblent dominants, vers quoi pourrait-on se diriger pour les prochaines présidentielles ?

 

Dans son numéro 1159, Marianne a tenté de dégager 5 scénarios de la recomposition politique « pour sortir du duo infernal Macron - Le Pen ».

Livrons nous, nous aussi, à cet exercice d’anticipation – fictive ! - en essayant de l’améliorer et d’y voir plus clair.

 

Hypothèse n° 1, malheureusement, la plus probable, et de loin : un nouveau François Hollande.

 

Entendons nous bien :

il ne s’agit pas ici d’envisager le retour de la personne même de François Hollande, très peu vraisemblable malgré les appels du pied de l’intéressé.

Il s’agit bien plutôt de prendre acte d’une situation qui n’est pas sans rappeler, en bien pire, celle qui a permis l’élection dudit François Hollande :

 

Un président détesté à l’extrême, dès le début, par un conglomérat pour le moins hétéroclite (autoproclamés « insoumis » qui demandent sans cesse la démission des autres2, droite la plus bête du monde qui s’imaginait propriétaire du pouvoir, amis de Marine Le Pen trop heureux de faire oublier leur propre impuissance…).

Un rejet qui prend un tour de plus en plus hystérique, en miroir des provocations plus ou moins calculées d’un pouvoir arrogant.

 

Au point de devenir le trait d’union principal de 6 mois de crise majeure de gilets jaunes :

Si des revendications politiques et sociales ont certes été mises en avant, comme plus de démocratie directe (avec le RIC), plus de justice sociale (avec le retour de l’impôt sur la fortune ou la défense des services publics), la contestation restait quand même essentiellement cimentée, si vous me le permettez, par un bon vieux « Macron PD en***é ! ».

 

Alors, pourquoi ne pas imaginer l’arrivée d’un nouveau "Flamby", adepte de la synthèse impossible du « pour » et du « contre », sans programme réellement politique, trop clivant, qui capitaliserait sur le plus petit dénominateur commun :

« Si vous votez pour moi, alors le sortant que vous détestez ne sera pas réélu » ?

 

Compte-tenu de la segmentation en multiples chapelles de la société française3 cette hypothèse du candidat de la paresse et de l’immobilisme, reste de loin, et malheureusement, l’une des plus probable.

Qui pourrait en profiter ? Par définition, n’importe quel type pâle et sans relief, à condition, comme dirait François Hollande, d’être suffisamment gros pour apparaître comme « celui qui a le plus de chance de battre le sortant ».

Un Jean-Luc Mélenchon parvenant à gommer ses emportements pourrait tout aussi bien utiliser cet argument dans la phase terminale d’une campagne électorale, pour emporter l’adhésion des brebis affolées et des conformistes hésitants sur le sens du vent.

Toutefois, le pire n’est jamais sûr, et les Français pourraient n’avoir que peu d’appétence pour la promesse d’un nouveau quinquennat mort-né comme celui de 2012-2017.

Cependant, on l’a encore vu avec Macron, comme avec Hollande et Sarkozy, combien sont-ils qui font semblant de ne pas voir, pour mieux se dire « déçus » lorsque l’évidence se réalise ? Malheureusement, sans doute beaucoup.

 

(à suivre)

 

 

1 Pour reprendre la lapalissade de Florian Philippot, « la France n’est pas la Hongrie », et il est évident que la France ne peut pas avoir le même rapport à l’UE que les anciens pays de l’Est, car elle n’a pas les mêmes intérêts. Quant à l’extrême amitié du RN avec la Ligue italienne, qu’en restera-t-il si Salvini, comme il le souhaite, parvient à « redistribuer » les migrants hors d’Italie ?

2 Voir à ce sujet l’interview donnée par Jean-Luc Mélenchon dans Marianne n° 997 au mois de mai... 2016 (!), et ou il demandait (déjà !) à François Hollande de bien vouloir « partir tout de suite » au cas où il ne serait pas candidat à sa propre succession.

3 Voir à ce sujet Jérôme Fourquet et son Archipel français, seuil, 2019. La même analyse a d'ailleurs été faite par Jean-Luc Mélenchon dans l'article de 2016 cité ci-dessus, preuve que l'intéressé est un fin connaisseur.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 23 août 16:27

    Un article qui fait Pchitt comme l’eau Perrier.

    Vous n’avez rien d’autres à envisager.  smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 août 16:39

      @troletbuse

      mais si, il y aura des autres hypothèses.

      Toutefois, je vais vous décevoir :
      Celle d’une élection de François Asselineau, à 80% des voix dès le 1er tour, n’est pas vraiment possible, sauf le 1er avril smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 août 18:04

      @Olivier Perriet
      C’est sûr, en faisant un article à côté de la plaque, ça ne va pas soutenir l’ UPR !


    • troletbuse troletbuse 23 août 18:49

      @Olivier Perriet
      Vous n’êtes donc plus un membre actif de Chevenement ou Dupont Aignan.
      Vous êtes donc un membre mou Mais il vous reste encore Arthaud, Lasalle, Poutou, Cheminade  smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 août 22:41

      @troletbuse

      je vais y réfléchir


    • Laconique Laconique 23 août 16:31

      Emmanuel Macron sera réélu. Et c’est très bien.


      • leypanou 23 août 17:06

        Un Jean-Luc Mélenchon parvenant à gommer ses emportements pourrait tout aussi bien utiliser cet argument dans la phase terminale d’une campagne électorale 

         : ce n’est pas la première fois que vous nous sortez JLM comme solution éventuelle.

        A mon avis, vous sous-estimez l’impact qu’ont eu ses propos comme quoi « d’après l’ONU, en 2050, il y aura 250 millions de réfugiés climatiques qu’il faut bien se partager ». Il a encore rajouté une autre couche avec le fameux « l’Aquarius sauve des vies ». Et si vous complétez avec le délire climatique qui consiste à demander au gouvernement de décréter l’état d’urgence climatique et de répéter à chaque fois que fois que l’on n’a plus que 12 ans pour éviter la catastrophe climatique, alors à mon avis, il est complètement « grillé ».

        Le PS aura probablement un candidat en 2022, EELV avec l’inespéré 13% aux Européennes s’est senti pousser des ailes et voudra aussi en avoir, quitte à rallier LREM in extremis, il ne va plus rester à LFI que les électeurs historiques, i.e pas grand-chose.

        Pour moi, la franc-maçonnerie et le trotskisme l’ont marqué à vie : il n’y a plus rien à en tirer. Être député d’une circonscription des Bouches du Rhône est le maximum qu’il peut avoir.

        PS Quelqu’un qui a remarqué que les députés des partis minoritaires sont concentrés dans quelques départements déduiront que le véritable objectif des modifications aux élections législatives est de réduire le nombre des élus d’opposition.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 août 16:34

          @leypanou

          ce sera l’objet du prochain prochain numéro.


        • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 23 août 17:26

          La politicaillerie a fait long feu ... Pas sûr qu’il y ait d’autres élections présidentielles à venir, le petit jeune a tout son temps y compris pour faire changer la constitution limitant à deux mandats consécutifs. Il a beau critiquer Poutine, il rêve de l’imiter. Et il a un premier ministre prêt à prendre le relais. De plus, en canardant les contestataires, il a toutes les chances de mater la rébellion. Alors vos candidats, ils sont bien mignons, mais ils ne font pas le poids, le temps des partis est fini, la politique aussi se mondialise.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 août 18:03

            L’auteur pose la question exactement comme la posent les médias, comme s’il s’agissait d’une question de personne ou de personnalité. Les Français ne vont plus voter car ils ont constaté que les Présidents de la République depuis 30 ans font tous la même politique ultralibérale et mondialiste, celle des Traités européens.

            Or les Français sont les champions du monde, remontés comme des coucous suisses, contre la mondialisation !

            "Les Français sont toujours fâchés avec la mondialisation… Quelque 60 % d’entre eux en ont une image « négative » et 14 % une image « très négative »,"

            "pour eux, la France figure au rang des pays perdants de la mondialisation », note l’institut de sondage. Pour qui ce sont les emplois, les salaires et le pouvoir d’achat qui en ont pâti.

            "Deux tiers d’entre eux (66 %) souhaiteraient que des normes plus strictes soient imposées sur les produits en circulation, afin de mieux se prémunir contre la concurrence d’autres pays. "

            Les Français ont une analyse très lucide sur la nature des problèmes posés.

            A quoi ça rime de chercher quel sera le prochain pantin Gouverneur de la province France ? En quoi cela peut aider les français ??


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 août 22:40

              @Fifi Brind_acier

              Dans le prochain j’expliquerai pourquoi François Asselineau sera élu avec 70% des voix dès le 1er tour smiley smiley


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 août 06:37

              @Olivier Perriet
              Pourquoi ne partez-vous pas de ce souhaitent les Français ?
              ça s’appelle la démocratie.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 août 16:31

              @Fifi Brind_acier

              les Francais veulent Asselineau, ce pour quoi il fait 1%.

              Je fais un article sur la petite politicaillerie, c’est bien mon droit smiley


            • Le421 Le421 23 août 18:18

              Et après ?

              Après des décennies de politique de droite, qui ne vous sont probablement pas défavorable sinon y’a un souci, vous nous proposez de continuer à droite.

              Ben voyons.

              Je veux bien, mais ne comptez pas sur moi pour aider la France...


              • ddacoudre ddacoudre 24 août 08:42

                Bonjour

                Il n faut pas avoir peur des mots. L’illiberal et le nationalisme sont deux des cinq critères du FASCISME.

                http://ddacoudre.over-blog.com/2017/02/le-fn-le-meilleur-allie-du-systeme.html Cordialement ddacoudre OverBlog


                • Kapimo Kapimo 24 août 12:46

                  Merci pour cet article qui confirmz qu’il n’y a pas de solutions par la traditionnelle élection de représentants, et que seul le RIC peut débloquer cette situation désespérée.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 août 16:33

                    @Kapimo

                    je n’y crois pas beaucoup :
                    la démocratie directe, à l’heure des faux profils fesse bouc, vous pensez vraiment que ça va empêcher les manipulations ?

                    Le RIC, chacun y met ce qu’il veut, raison pour laquelle il plait tant.


                  • Kapimo Kapimo 25 août 02:29

                    @Olivier Perriet
                    Oui, vous n’y « croyez » pas, comme beaucoup. Ça ne veut rien dire et ne mange pas de pain, et ça permet d’éviter de réfléchir. Alors que continuer dans la religion des Macron, Fillon, Sarkozy, Hollande en attendant Godot, c’est chouette.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 25 août 10:48

                    @Kapimo

                    Mon pauvre ami, des types qui dirigent il y en aura toujours.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès