• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et maintenant, la gestation par mère porteuse… morte !

Et maintenant, la gestation par mère porteuse… morte !

Le principe d’indisponibilité du corps humain présente l’immense défaut de ne pas être inscrit explicitement dans notre droit positif français, par exemple dans notre constitution fourre-tout ou dans une déclaration des droits de l’homme qui serait applicable. Certes, celle de l’ONU de 1948, dite universelle, énonce à son article premier que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits1  » et cette dignité ontologique sert de fondation à cette indisponibilité du corps humain. Mais il faut bien admettre que la philosophie du droit anglo-saxon aurait plutôt tendance à considérer le contrat comme plus important qu’un principe abstrait comme la dignité humaine. Ainsi, en France, nous avons (et c’est heureux !) des juges qui condamnent les lancers de nains consentants2 , mais nous sommes un peu seuls. Il est hélas ici d’autres occurrences où ce principe passe par pertes, et par le profit des autres.

Puisqu’un don d’organe peut sauver des vies, pourquoi ne pourrait-il pas aider à en créer ? C’est l’idée remise au goût du jour par le Dr. Anna Smajdor3, professeur de philosophie qui surfe sur une récente publication « scientifique »4. Elle propose que l’utérus des femmes en état de mort cérébrale et qui y aurait consenti soit utilisé afin d’y implanter un embryon. Elles pourraient être maintenues en survie artificielle et se transformer en autant d’incubateurs biologiques pendant la durée de la gestation. S’il existait une métrologie du glauque, la finale serait très disputée pour la graduation maximale avec l’ectogenèse des incubateurs imaginés par Aldous Huxley dans « Le meilleur des mondes ». En gros, c’est une Gestation Pour Autrui avec une esclave-gestatrice morte. Reste à déterminer pour les cupides du marché de la reproduction à tout prix si le coût de maintien en vie pendant la grossesse sera inférieur à celui de la mère porteuse ukrainienne, russe, indienne, nigériane ou d’Asie du sud-est. Ils auront en outre beau jeu d’argumenter que le risque encouru par la gestatrice est nul, puisqu’elle est déjà morte. Pauvre enfant qui franchirait les neuf premiers mois de sa vie ainsi, sans la symbiose permanente avec sa mère vivante et celles plus rare et plus lointaine de son père.

Les réactions de rejet quasi-unanimes qui se lisent sur les réseaux sociaux ou en commentaires des articles nous disent certes que le bon sens et le respect de la dignité de l’Homme avec un grand H n’ont pas entièrement disparus (même si en l’occurrence il s’agit de Femme avec un grand F). Mais il est hélas possible de percevoir autre chose : la fenêtre d’Overton vient juste d’être ouverte, nous n’en sommes sans doute qu’au stade très précoce de l’impensable. D’autres étapes suivront : idée radicale, puis acceptable, ensuite raisonnable, et avec un bon marketing à grand coup de pathos et sirupeux de bon sentiments, elle franchira le seuil du populaire avant de devenir une politique publique.

Des dystopies modernes nous présentent l’avenir des femmes comme une inéluctable aliénation reproductive. Pensons à Margaret Atwood et à sa servante écarlate, ou à Amine Maalouf et son premier siècle après Béatrice. Qu’il soit permis ici à un vieux représentant honni l’hétéropatriarcat caucasien et catholique de crier halte au feu ! Nos désirs d’enfanter n’ont pas à être jugés par d’autres, mais tous les moyens pour y parvenir ne sont pas acceptables. François Rabelais a encore une fois raison : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »

Cliché CHU Sainte Justine via Gino Carrier CC BY-NC-ND 2.0 

 

1https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

2http://www.tugdualderville.fr/betes-de-lancers-et-dignite/

3https://www.dailymail.co.uk/health/article-11705261/Should-brain-dead-women-kept-alive-used-SURROGATES.html?ns_mchannel=rss&ns_campaign=1490&ito=social-twitter_dailymailUK

4https://link.springer.com/article/10.1007/s11017-022-09599-8


Moyenne des avis sur cet article :  2.54/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Samson Samson 8 février 09:13

    "Mais il est hélas possible de percevoir autre chose : la fenêtre d’Overton vient juste d’être ouverte, nous n’en sommes sans doute qu’au stade très précoce de l’impensable. D’autres étapes suivront : idée radicale, puis acceptable, ensuite raisonnable, et avec un bon marketing à grand coup de pathos et sirupeux de bon sentiments, elle franchira le seuil du populaire avant de devenir une politique publique.« 

    Hé oui, on n’arrête pas le progrès, et nous vivons décidément une époque toujours plus »formidable" !

    Merci en tous les cas pour cette info, alors même que je m’avise que mon esprit paraît cruellement manquer de créativité, qui n’aurait même un seul instant été jusqu’à l’imaginer ! smiley


    • Samson Samson 8 février 09:18

      @Samson
      PS : Au moins, l’info est digne des meilleurs romans de H. P. Lovecraft.



      • Rémi Mondine 8 février 12:37

        Trop cher, les progrés technique permettent d’envisager la production d’incubateurs mécaniques. 

        La fenêtre d’overtone s’ouvre dans ce but ca permettra de fabriquer des petits soldats.

        Dommage, pour la boucherie ukrainienne la tech arrive trop tard.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 8 février 14:17

          La réalité dépasse la fiction.


          • Lire et suivre absolument Ariane Bilhéran. Un phare dans le brouillard du IV Reich qui tente de se mettre en place, avec l’accord de l’Ukraine et de Soros... extrait : Se déclarant spéculateur amoral1, il affirme qu’on ne peut s’enrichir sur les marchés financiers si on prend ses décisions sur la moralité1. Cependant, il affirme que, en temps que citoyen, il dénonce publiquement les mécanismes dont il profite légalement comme financier2.


            • Gasty Gasty 9 février 07:59

              Ça doit plaire aux nécrophiles. Enfin une reconnaissance, bientôt ils pourront se revendiquer être nécrophile et défiler dans la rue.


              • Tzecoatl Tzecoatl 9 février 08:15

                « Puisqu’un don d’organe peut sauver des vies, pourquoi ne pourrait-il pas aider à en créer ? »

                Expliquer aux patients comment entretenir leurs organes ne serait t’il pas préférable ?


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 9 février 08:35

                  @Tzecoatl
                   
                  ’’Expliquer aux patients comment entretenir leurs organes ne serait t’il pas préférable ?’
                   
                  Dans l’empire du mensonge, on ne soigne pas par la parole, bien au contraire.


                • Samson Samson 10 février 11:13

                  @Tzecoatl
                  « Expliquer aux patients comment entretenir leurs organes ne serait t’il pas préférable ? »
                  Et puis quoi encore ??? Réduire la demande alors même que l’offre explose reviendrait à rien moins que tuer le business et le « petit commerce » ! smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité