• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et si le profil de l’animateur de communauté n’était finalement (...)

Et si le profil de l’animateur de communauté n’était finalement pas celui d’un créateur d’entreprise ?

ll m’arrive souvent d’être sollicité par les entreprises sur la question du profil type, l’oiseau rare, ou les critères de casting d’un bon animateur de communauté de pratique.

Les RH sont parfois perdus dans l’élaboration de fiches de postes de ces nouveaux métiers un peu hybrides.

L’animateur doit il être le référant sur le sujet, histoire d’asseoir sa légitimité sur le groupe ? Je ne pense pas...

Le risque est trop grand de brider le groupe dans sa participation active. Proposer un espace ou l’erreur et le doute sont permis, dans lequel il est possible de dire des grosses bêtises, ça ne va pas forcément de pair avec la présence, parfois pesante du référant indéboulonnable sur le sujet depuis des années dans l’entreprise. Pour autant celui-ci doit jouer son rôle au sein de la communauté, histoire d’elle aussi rester crédible et légitime sur le sujet.

Quand la question se pose dans des communautés plutôt R&D dans lesquelles référant = expert, ça ne va pas en s’arrangeant, surtout si l’on souhaite confier aux communautés le soin de faire l’innovation de rupture, nécessitant de penser “out of the box” comme on aime à dire, et d’emprunter des chemins nouveaux aussi exotiques qu’improbables. L’envie est alors trop tentante, trop ancrée dans nos gênes et notre façon de penser de tuer une idée nouvelle avant même de lui avoir donné sa chance. Cette “castration’ se fait le plus souvent de manière inconsciente par une personne d’ailleurs persuadée de faire l’inverse.

Non, le référant est indispensable mais doit trouver sa place ailleurs dans le groupe, plus comme un garant des axes empruntés par la communauté, et qui servira de caution et de légitimité face au reste de l’entreprise et notamment de la direction.

L’idée parait alors tentante de confier l’animation à un profil plutôt porté sur la dynamique humaine, les relations et assurer avant tout le maintient d’une cohésion, une envie et une confiance, indispensables à l’épanouissement de chacun au sein de cette communauté. Un profil facile à détecter, c’est la personne que tout le monde connaît et apprécie, qui passe volontairement du temps de bureaux en bureaux, qui répond toujours présent à une initiative dès qu’elle se présente. Il ne sera jamais bien loin de l’organisation d’un pot surprise pour un départ, un anniversaire ou autre occasion de se retrouver ensemble. Regardez du côté de la cafet’, rares seront les repas qu’il passera seul, et son déjeuner sera rythmé par des pairs de mains, des gens qui s’arrêteront à sa table leur plateau à la main pour l’interpeller. Une fois sur deux ça se terminera par un éclat de rire voir une tape dans le dos, pour ceux capables de tenir leur plateau d’une seule main.

Oui ce profil, difficile à décrire sur une fiche de poste, me semble être l’oiseau rare de cette bonne dynamique de groupe. A tel point qu’un nouvel arrivant (jeune ou moins jeune) peut par ce rôle mettre le pieds à l’étrier et projeter toute sa fougue et sa jeunesse dans cette aventure, tout en accélérant la construction de son réseau personnel. Une personne encore vierge des “c’est pas possible on a déjà essayé”, “ça marchera pas”, “laisse tomber”, ‘j’ai pas le temps” qui sont sans doute les pires fléaux d’une communauté. Le genre de personne infatigable qu’on a tous connu dans notre jeunesse, celui qui levait les troupes pour faire un foot, une cabane, ou une pièce de théâtre alors que tous avaient succombé à l’appel du canapé. Ce genre de profil un peu fatigant parfois, mais qui au final permet les plus belles choses et construit nos meilleurs souvenirs.

Mais est ce suffisant. Pas encore… En effet avec ce profil, rien n’indique qu’au delà de cette bonne dynamique, il sera capable de projeter le groupe, de l’emmener vers… En d’autres mots, l’amener à créer, à croire que tout est possible alors que rien n’est fait et finalement, par le fait de créer et d’imaginer, d’enclencher dès maintenant la transformation de l’entreprise dans ce qu’elle a de plus profond, sa culture et ses mentalités de travail. Là on parlera plutôt d’un profil de type leader, le genre de personne à qui, plus on dit que c’est impossible, plus il se motivera à le faire. Un profil indispensable à l’entreprise qui souhaite évoluer, se transformer, et qui pour cela a besoin, en son sein de détracteurs, de révolutionnaires, prêcheur d’une forme de désobéissance qui changera le modèle et amènera l’entreprise à se remettre en cause pour avancer. Tout simplement parce qu’une entreprise ne peut pas changer si elle ne souhaite rien changer…

Du coup notre oiseau rare = Référant + Animateur de Groupe + Leader visionnaire

Une sorte de mouton à cinq pattes, de licorne a tête de sphynx.

Et puis me vient un parallèle, que je n’avais pas perçu jusqu’ici. Est-ce qu’on n’est pas en train de décrire le profil type du créateur d’entreprise finalement ? Celui capable d’embarquer une équipe sur un chemin qui reste à construire, avec une légitimité sur le sujet et suffisamment de vision pour tendre vers et surtout une force de conviction pour transformer les obstacles et objections en autant de carburant pour avancer ?

Du coup vous me direz, ce genre de profil est, par définition en dehors des murs d’une grande entreprise, vu qu’on le retrouve le plus souvent à créer la sienne. Et c’est là qu’il y a finalement une piste. En effet dans ma vie d’avant, celle justement des grandes entreprises (avant de créer la mienne) combien de collègues j’ai pu rencontrer qui partageaient cette même envie, ce même désir, mais qui n’ont pas osé franchir le pas. L’entreprise en est pleine, et leur confier cette aventure est sans doute pour eux l’occasion de se lancer (quitte à les perdre après mais ça vaut sans doute le coup au regard du travail qu’ils auront déjà entrepris) ou alors de les réconcilier enfin dans ce dilemme qui en ronge plus d’un : vivre l’aventure d’un créateur sans la prise de risque. Et c’est peut-être là qu’il y a une belle carte à jouer pour les grands groupes qui cherchent souvent à offrir un terrain de jeu épanouissant pour ces profils, que certains appellent parfois les High Po (High Potential).

Tiens… ceux ne sont pas les RH qui gèrent ce type de programme ? 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Bardamu 5 février 2010 13:01

    "bon animateur de communauté de pratique [...]

    -L’animateur doit il être le référant sur le sujet [...]

    -des communautés plutôt R&D dans lesquelles référant = expert [...] 

    -l’innovation de rupture [...]

    -nécessitant de penser “out of the box” comme on aime à dire [...]

    -tout en accélérant la construction de son réseau personnel [...]

    -Référant + Animateur de Groupe + Leader visionnaire [...]

    -que certains appellent parfois les High Po (High Potential) [...]

    -Tiens… ceux ne sont pas les RH qui gèrent ce type de programme [...] "

    .... je ne fais qu’innocemment citer des bribes de phrases, des semblants de français piochés de-ci de-là en l’article !


    Et, quand je lis pareil méta langage, tel chapelet d’inepties, semblable novlangue borderline ;

    -aux questionnements limites, schizophréniques, par lesquels le rire incoercible le dispute avec l’envie d’en finir, de se faire bombe vivante explosant au milieu de tout cela, faisant ainsi voler en éclats pareille comédie sub-humaine, farce post-historique, mort semi-vivante, vie de demi-morts ;

    -Je me pose alors ces questions :

    -Celui qui doute ici -l’auteur de l’article- ne devrait-il pas changer de fonds de commerce, rompre avec toutes les ressources humaines (les fameuses RH homicides !) du monde et cela de façon définitive ?... aller se faire entendre ailleurs ?

    -Est-il même encore sain d’esprit ?... peut-on espérer le sauver d’un tel désastre ?

    -A-t-il une vie ? qui sont ces amis ? quel genre d’humanoïdes fréquente-t-il ?

    -Sa femme, s’il en a une, est-elle de chair ? ou bien plutôt de silicone ?

    -Ses enfants ont-ils des yeux, ou des écrans fichés en des orbites ?

    -Moi-même qui lit ceci, suis-je encore raisonnable ? sensé ?... ou seulement virtuel ?

    -Dieu a-t-il fui en courant à cette seule lecture ?

    -Sommes-nous seulement vivants ?

    • Ronan Delisle Ronan Delisle 5 février 2010 15:17

      J’ai fais suivre votre commentaire au reste de l’équipe. Merci beaucoup pour ce grand moment de détente.


      Virtuellement votre.

      « l’auteur »

      PS : pourriez vous nous communiquer l’adresse de votre dealer svp ?

    • hunter hunter 5 février 2010 16:02

      Bardamu :++++++ !

       smiley

      @l’auteur : non son dealer n’a plus rien pour l’instant, il est parti se réapprovisionner !
      Repassez dans deux jours !

       smiley

      H/


      • panturle panturle 5 février 2010 17:30

        Désolé pour Bardamu, mais ce profil je le connais et je l’apprécie, j’en suis pour ma part.
        Actuellement aucunes avancées dans les postes que j’occupe, trop dérangeant sans doute, d’ailleurs il n’est qu’à connaître mon parcours professionnel fait d’arrivée, de désillusion et de départ à chaque fois. Aussi bizarre que cela puisse paraître, être différent, motivé et bout en train ne plait pas et dérange souvent, j’ai souvent l’impression de venir d’une autre planète dans mon boulot, aussi je retourne souvent cette méfiance envers moi par une pirouette sarcastique, « je plaisante » comme ils aiment à croire, mais malheureusement ce que je vois avant les autres se révèle vrai, et l’entreprise continue à essayer les même tactiques avec les mêmes résultats s’entends...
        Certes je ne suis pas le seul dans ce cas, mais souvent par lassitude et par besoin financier et de sécurité, nombre d’entre nous vendent leurs âme et combattent cet état d’esprit en devenant des salariés aigris, voir extrémistes dans leur négation et alors les portes de l’avancement peuvent s’ouvrir devant eux, en hiver il faut savoir hurler avec les loups...
        Comment voulez-vous que notre société évolue dans le bon sens, le sens humain s’entend, et que nos entreprises reflètent autre chose que la lassitude, le mal être, les dépressions, les absences maladie, le burning out...


        • Bardamu 5 février 2010 17:52

          @Panturle :

          Joliment dit !... comme ressenti !


        • Bardamu 5 février 2010 17:49

          Oh ! non !... ne me dénoncez pas à l’équipe !
          Pas ça ! aaah !... aaaah !
          Pas l’équipe !

          Je les connais !... ils ont des méthodes horribles !... ils feraient parler le plus brave d’entre nous !...
          Certains disparaissent même ! pauvres hères qu’on ne revoit plus jamais !... pfft ! virtuellement effacés !... aucune trace !... effacés, vous dis-je !... plus même un brin d’Adn !... le moindre chromosome !

          Plus d’identité !... plus de carte bleue !... des non-êtres !... devenus zombies décharnés errant dans les terrains vagues -si vagues !-, la nuit tombée hurlant à la lune ! 

          Nooon !... pas l’é-qui-pe !... pas l’é-qui-pe !... ne me dénoncez pas !... pitiiié !

          Mon dealer ?
          Ohhh ! oooui ! ouuui  ! mon dealer !...
          Le piercé qui me fournit du rire en éclats ! de la chatouille en barquettes !... de la légèreté en lignes !
          Ouui ! mon dealer !
          Je veux mon dea-ler !

          Bon ! je plaisantais !... mais avouez que ça fait du bien, surtout après si brutale plongée en pareille virtualité langagière !
          Bon week-end à vous !... simplement, et sans artifices ! 


          Salut à vous « Rêve Générale » qui me semblez ?.... hum ?... moins !... beaucoup ! tellement !... oh ! oui !... moins sérieux !


          • Ronan Delisle Ronan Delisle 5 février 2010 18:26

            Rassurez vous je parlais de mon équipe, faite de personnes toutes simples et sans pensées mauvaises (du moins je l’espère), qui ont beaucoup apprécié la lecture de votre texte ! C’est frais, décalé et plein d’humour.


            Le virtuel a du bon finalement, vu qu’il nous a permis (certes un peu par hasard) de tomber sur votre oeuvre et à présent de faire connaissance.

            Bon week-end également tout aussi sincère.

            Et si ça peut vous rassurer, ma femme est encore 100% naturelle (ou alors elle me cache des choses) et mes filles ont de beaux yeux tout ronds (surtout quand des miettes de gâteau sur trouvent sur le passage de la plus petite). Si je constate des évolutions, je vous tiens au courant.




            • Bardamu 5 février 2010 19:29

              J’apprécie ô combien pareille réaction !... l’humour ? Le sel de l’intelligence !...
              Et vous salez vos plats, à ce que je vois ! 

              Dès lors, le misanthrope que je suis se voit rasséréné de tout cela.

              Le bonjour à votre famille... et bon week-end ! 


            • hunter hunter 6 février 2010 16:16

              Salut à vous cher Bardamu, dont je me délecte de la prose à chacune de vos intervention !

              Je n’ai qu’une chose à dire :ENCORE !!

               smiley

              @ Ronan : comme Bardamu, félicitations pour votre humour et prenez bien soin de votre famille.

              Cordialement

              H /

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->