• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Euthanasie : l’hypocrisie des adversaires d’une évolution de la (...)

Euthanasie : l’hypocrisie des adversaires d’une évolution de la loi Claeys-Léonetti

Le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a remis le 13 septembre au gouvernement un avis (n°139) sur les « Questions éthiques relatives aux situations de fin de vie ». Comme l’on pouvait s’y attendre, ce texte a suscité de nombreux commentaires contradictoires dans les médias. Certains intervenants, parmi les adversaires résolus d’une évolution de la loi en vigueur, ont en cette occasion fait preuve d’une évidente hypocrisie...

JPEG

C’est notamment le cas de Claire Fourcade, présidente de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP), et à ce titre porte-parole de nombreux praticiens qui exercent dans les 152 unités de soins palliatifs que compte notre pays. « Le médecin ne peut pas être celui qui tue. On a retiré ce pouvoir au juge, cela semble fou de le donner au médecin », affirme-t-elle en s’appuyant sur le constat que « les pratiques soignantes d’aujourd’hui [s’inscriraient] dans une déontologie et une éthique médicale collégiale claire. » En l’occurrence, Mme Fourcade et ses amis de la SFAP sont dans la croyance, pas dans le regard objectif sur les pratiques d’encadrement de la fin de vie.

À aucun moment, Claire Fourcade ne cherche à comprendre les arguments, pourtant très forts, de ceux – médecins, malades, militants associatifs – qui plaident pour une évolution significative de la loi Claeys-Léonetti au bénéfice des malades incurables dont la déchéance vers la mort se mesure, non pas en jours, mais en mois de grande souffrance. Sans doute croit-elle être sincère en exprimant son opinion, conformément au serment qu’elle a naguère prononcé et qui interdit aux médecins de « provoquer la mort délibérément  ». Et pourtant la présidente de la SFAP connait parfaitement la réalité de la fin de vie des malades incurables en situation de grande souffrance physique et/ou psychologique. Elle ne peut donc ignorer que l’euthanasie existe déjà légalement dans notre pays et qu’elle est d’ores et déjà pratiquée... dans les centres de soins palliatifs.

La « sédation profonde et continue » autorisée dans le cadre de la loi dite Cleys-Léonetti de février 2016 consiste en effet précisément à provoquer de manière anticipée la mort d’un patient en phase terminale soumis à des « souffrances réfractaires » – comprendre : qui ne peuvent être soulagées – et dont le décès est appelé à survenir à brève échéance : quelques jours à quelques semaines tout au plus. Dès lors que les malades qui répondent à ces critères l’expriment consciemment aux praticiens ou l’ont expressément indiqué auparavant dans un formulaire de directives anticipées, le processus de sédation profonde et continue peut, sur décision médicale, être mis en œuvre.

Il consiste : d’une part, à arrêter les traitements thérapeutiques devenus vains et, de manière concomitante, à plonger le malade dans un état d’inconscience proche du coma afin de le protéger de toute forme de souffrance ; d’autre part, à cesser de l’alimenter et de l’hydrater jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le décès intervient en général quelques jours après que le processus ait été engagé. Que les praticiens des centres de soins palliatifs l’admettent ou pas, il s’agit bien de pratiquer une euthanasie sans recours à une injection mortelle ou à l’administration d’un produit létal, ce qui fait de cette pratique une euthanasie lente infiniment plus hypocrite et plus choquante pour les proches qu’une fin rapide.

L’avis n° 139 des membres du CCNE est très modéré. Certes, les membres du Comité ouvrent la voie, dans un cadre légal et médical très rigoureux, à un élargissement des pratiques d’euthanasie et de suicide assisté aux « personnes majeures atteintes de maladies graves et incurables, provoquant des souffrances physiques ou psychiques réfractaires, dont le pronostic vital est engagé à moyen terme [NDA : plusieurs mois]. » Mais cela ne concernerait que les cas aigus de cancers et de pathologies neurodégénératives à issue irréversible, telle la maladie de Charcot, source de terribles souffrances induites par un processus de paralysie progressive conduisant à terme à la mort par étouffement.

Le CCNE n’ayant qu’un rôle consultatif, c’est à la suite des travaux d’une convention citoyenne* ad hoc qu’Emmanuel Macron décidera de quelle manière le débat sera tranché d’ici à la fin de l’année 2023. Qu’il s’agisse d’une évolution de la loi Claeys-Léonetti ou d’une nouvelle loi disant le droit sur les mesures à prendre dans le cadre de l’accompagnement de la fin de vie, nul ne sait à ce jour – pas même le président de la république – si le texte sera soumis à un vote du parlement ou directement aux Français par voie référendaire. Une chose est sûre : l’extension du droit de chaque malade incurable et en situation de grande souffrance à mourir dans la dignité sans attendre d’être en phase terminale dans une unité de soins palliatifs va dans le sens de l’histoire. À tel point que les membres du CCNE sont eux-mêmes persuadés que le texte de 2023 sera appelé à évoluer encore dans l’avenir.

* Cette convention citoyenne sera supervisée par le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE).


Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

407 réactions à cet article    


  • Gégène Gégène 22 septembre 08:50

    Les centres de soins palliatifs perdent énormément d’argent si une personne condamnée décède précocement.

    un éventuel bénéficiaire d’une mort rapide par euthanasie devrait donc indemniser lesdits centres pour perte de revenus futurs . . .


    • Fergus Fergus 22 septembre 09:22

      Bonjour, Gégène

      Humour noir ?
      En réalité, si l’on considère, d’une part, le vieillissement de la population, d’autre part, la faible proportion des personnes qui auraient recours au suicide assisté, les centres de soins palliatifs  d’ailleurs en nombre insuffisant sur le territoire  ne sont pas près de perdre de l’activité.


    • Gégène Gégène 22 septembre 09:27

      @Fergus

      derrière les grandes envolées morales, chercher d’abord les basses considérations financières !


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 septembre 09:55

      @Gégène En Belgique, les homes pour pauvres vont devoir fermer pour impossibilisté de payer les factures. Questions : vont-ils déposer les grabataires sur le trottoir ou cachés dans des boir ??? Ceci dit. Le mieux serait de pouvoir avoir accès à un appareillage de suicide sans souffrance ET GARANTIE DE SUCCES et en impliquant pas les autres. Mais cela devra se faire sous le manteau...


    • mmbbb 22 septembre 12:15

      @Fergus Euthanasie , c est simple , vous allez aux urgences à Strasbourg . Vous restez 20 heures sur un brancard et vous crever dans l indifférence .

      Une autre solution, cultiver des souches de COVID avec son propre millésime , 
      une euthanasie de masse

      Il y aussi ORPEA 

      Il y aussi cet « eugénisme » rampant ou certains preconisent une piqure létale 


    • OJBA 22 septembre 13:33

      @Gégène Toujours ce que je dis, l’autorisation de l’euthanasie est à rapprocher de celle de l’IVG. Vous vous rendez compte du manque à gagner dans les 2 cas ? Tarification à l’acte pour l’hosto pour une personne en fin de vie, journées de réa, soins palliatifs, … et pour une naissance non accomplie pour cause d’IVG : échographies, consultations gynécologiques, analyses anté-natales et soins pour la mère et le nouveau-né après la naissance, sans compter celle-ci Ah, la « clause de conscience », quel bonheur ! si on pouvait en mettre une sur la fin de vie ?


    • Fergus Fergus 22 septembre 15:19

      Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

      « cela devra se faire sous le manteau »
      Cela existe déjà, et depuis belle lurette*. Les lois en vigueur visent entre autre à se prémunir des pratiqués empiriques pouvant déboucher sur de graves dérives du fait de l’arbitraire.

      * Mon beau-père et l’une de mes grand-mères  tous deux en état de grave déchéance et exposés à d’intolérables souffrances ont été naguère euthanasiés sur proposition médicale avec l’accord de la famille.


    • troletbuse troletbuse 22 septembre 15:51

      @Fergus
      Ben oui Fergus, pourquoi une loi ?
      Réponse : pour qu’il y ait des dérives
      Et comme les autorités judiciaires et médicales sont complétement corrompues, on peut leur faire confiance.  smiley


    • sylvie 22 septembre 16:02

      @Fergus
      Comment pouvez-vous tolérer tout ces commentaires débiles sur un sujet aussi sérieux ?


    • Fergus Fergus 22 septembre 16:08

      @ sylvie

      Je n’ai pas de moyen d’empêcher le trollage ou les commentaires ineptes, hélas !


    • sylvie 22 septembre 16:11

      @Fergus
      bin si...


    • Cyrus Cyrus 22 septembre 16:13

      @Fergus

      c’ et pourtant l’ un des commentaire les plus censé de cet article qui explique bien pourquoi on ne peut pa generaliser par une loi cette pratique qui serais appliqué systematiquement par les meme responsable de ces dysfonctionnement pour eviter d’ encourir des consequence legale ...

      La mort est un buissness juteux , ne meton pas le doitg dans l’ engrenage .
      ca existe chez les suisse , on peut s’ y rendre librement par shengen , et personne e peut y faire transporter les malade contre leur volonté ...

      c’ est bien sufisant , il faut donc juste une loi prennant les frai en charge de cet acte .

      mmbbb 22 septembre 12:15

      @Fergus Euthanasie , c est simple , vous allez aux urgences à Strasbourg . Vous restez 20 heures sur un brancard et vous crever dans l indifférence .

      Une autre solution, cultiver des souches de COVID avec son propre millésime , 
      une euthanasie de masse

      Il y aussi ORPEA 

      Il y aussi cet « eugénisme » rampant ou certains preconisent une piqure létale 



    • Clocel Clocel 22 septembre 09:12

      Mourir dans la dignité... Il n’est jamais trop tard pour bien faire...

      Je ne suis pas certain que tous méritent de mourir dignement...


      • Fergus Fergus 22 septembre 09:25

        Bonjour, Clocel

        « Je ne suis pas certain que tous méritent de mourir dignement »
        On sort de la démarche personnelle des malades avec cette considération de nature punitive.
        Cela dit, nous avons tous eu des pensées de ce genre à un moment ou un autre. Avant que notre raison ne reprenne le dessus sur notre passion.


      • Clocel Clocel 22 septembre 09:54

        @Fergus

        « Vivre, c’est apprendre à mourir. »


      • leypanou 22 septembre 10:29

        @Clocel
        vivre ce n’est pas apprendre à mourir mais accepter qu’on meurt un jour.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 septembre 10:32

        @Clocel
         et donc non pas apprendre, mais à se préparer et préparer les autres. Quand l’Etat veut bien faciliter les démarches....


      • Fergus Fergus 22 septembre 15:21

        Bonjour, leypanou

        « vivre ce n’est pas apprendre à mourir mais accepter qu’on meurt un jour »

        Exactement. Et sans forcément recourir aux sornettes religieuses sur une prétendue vie éternelle.


      • Samson Samson 22 septembre 16:59

        @Fergus
        « Exactement. Et sans forcément recourir aux sornettes religieuses sur une prétendue vie éternelle. »

        Hi, hi, ...

        « Être immortel est insignifiant ; à part l’homme, il n’est rien qui ne le soit, puisque tout ignore la mort. Le divin, le terrible, l’incompréhensible, c’est de se savoir immortel. »
        (L’Immortel, in L’Aleph de JL Borges)


      • Fergus Fergus 22 septembre 17:17

        @ Samson

        Merci pour cette citation que je ne connaissais pas.


      • Joséphine Joséphine 23 septembre 07:07

        @Clocel

        ça me donne envie de citer du Céline ! 

        « Quand a pas d’imagination, mourir c’est peu de chose, quand on en a mourir c’est trop. La plupart des gens ne meurent qu’au dernier moment, d’autres commencent et s’y prennent vingt ans d’avance et parfois d’avantage. »

        Vive Céline, pour l’éternité. 


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 23 septembre 08:36

        @Joséphine
         
        Le souvenir de la douleur c’est de la douleur encore. (Lord Byron dixit)
        Mourir c’est un mauvais moment à passer. Il importe qu’il soit le plus court possible, puisque ce mauvais moment on ne s’en souviendra pas.


      • Joséphine Joséphine 23 septembre 08:58

        @Francis, agnotologue

        Merci pour cette citation de Lord Byron. On est plus très loin de Soleil Vert, bientôt ces inconscients feront la file pour aller se faire euthanasier dans des jolis centres de suicide . 


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 septembre 15:15

        @Joséphine

        Oui, mais ils le feront pour la bonne cause. Pour nourrir les humains avec leurs corps... Bientôt c’est ce que les écolobobos vont nous proposer. En Californie on en est déjà à composter les corps humains. Mieux vaut les manger directement. Avec un beignet de tomate verte, ça passe mieux smiley


      • pollux pollux 22 septembre 09:13

        « Avec cet ultime acte de liberté, tu as choisi la seule voie possible pour toi, celle de la dignité » : communiqué d’un collègue bisontin, médecin ,suite au suicide assisté de Paulette GUINCHARD.


        • Fergus Fergus 22 septembre 09:37

          Bonjour, pollux

          J’ai évoqué le décès de Paulette Guinchard et ce besoin pour elle de mourir dans la « dignité » dans un article intitulé Revoir les droits de la « fin de vie » : une exigence morale.
          « Dignité » également dans la décision revendiquée par la romancière Anne Bert lorsqu’en 2017 elle a fait le choix du suicide assisté pour couper court à une déchéance irréversible.


        • Lynwec 22 septembre 09:14

          Toute cette énergie dépensée pour trouver des justifications à ce qui revient en fait à tuer les gens, c’est admirable ...

          Pensez, tous ces Voltaires qu’il faut repérer et payer pour rédiger des pamphlets qui retourneront le cerveau des gueux, les sommes qu’il faut budgétiser pour ça, un pognon de dingue...

          S’ils mettaient le quart de cette énergie à guérir les maladies ou éradiquer la faim dans le monde, où irait-on ? On a des priorités en haut lieu, c’est pour ça qu’on y est, en haut lieu ...


          • Fergus Fergus 22 septembre 09:42

            Bonjour, Lynwec

            La question de « tuer les gens » ne se pose que sous un angle humanitaire pour les personnes en situation réduite à un état végétatif irréversible.

            Ce n’est pas de cela qu’il est ici question, mais de la fin de vie des malades incurables qui ont exprimé de manière réitérée et non sujette à pression leur volonté de mourir !!!


          • LOST on Earth LOST on Earth 22 septembre 09:58

            @Lynwec
            C’est ça souffre un max au moment de ta mort pour te faire pardonner tes nombreux péchés
            Le GRAND MANITOU aura peut être pitié
             smiley
            Ah au fait la vie est une maladie MORTELLE !


          • leypanou 22 septembre 10:32

            @Lynwec
            On a des priorités en haut lieu, c’est pour ça qu’on y est, en haut lieu ...  : par exemple « retourner » sur la lune, aller sur Mars smiley


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 septembre 11:18

            @leypanou
             
             ’’« retourner » sur la lune,

            ’’
             
             Encore faut-il y être déjà allé !
             
            Les Chinois qui sont aujourd’hui 1000 fois plus avancés expérience, technologies, connaissances, pognon, ... que ne l’était la NASA en 1968, n’envisagent pas de pouvoir y arriver avant 2030.


          • John John 22 septembre 16:39

            Francis salut !

            « Les Chinois qui sont aujourd’hui 1000 fois plus avancés que ne l’était la NASA en 1968, n’envisagent pas de pouvoir y arriver avant 2030. »

            Les chinois ne sont donc pas si avancés que ça puisqu’ils auraient à t’écouter plus de cinquante ans de retard ! smiley ...

            Ou peut-être que les chinois n’ont tout simplement pas encore mis la main sur un équivalent chinois de Stanley pour les aider à fabriquer à la va vite un placebo ... smiley ... 


          • Joséphine Joséphine 23 septembre 07:09

            @Lynwec

            Voir tous ces vieux boomers qui ont tellement peur de la mort qu’ils veulent la provoquer eux-mêmes.... Dans le fond cela me réjouit. Qu’ils se suicident tous puisque c’est ça qu’ils veulent. 

            Aller Louis, Velosolex, ZX, Nono, allez y je vous en prie. 


          • LOST on Earth LOST on Earth 23 septembre 09:07

            @Joséphine
            Tin elle est revenue, fini la tranquilité
            Pauvre agora tu n’as pas fini de dégringoler (articles de + en + insipides et coms stupides)
            heureusement qui ya poupout pour nous sauver (avec lui c’est euthanasie libre, 300000 volontaires viennent de signer)
             smiley


          • Joséphine Joséphine 23 septembre 09:14

            @LOST on Earth

            Je te propose de faire la file devant un joli centre d’état qui t’aidera à te suicider , comme ça tu arrêteras enfin tes jérémiades et tes complaintes sans fin l’ami. 

            Soleil Vert c’est maintenant ! Et ce sont des gens comme toi qui nous ont menés là. 
            IVG à l’entrée, euthanasie à la sortie ! Sous les applaudissements des boomers qui forgé ce monde à leur image...


          • LOST on Earth LOST on Earth 23 septembre 09:24

            @Joséphine
            Ah mais c’est prévu chaire
            J’ai même choisi la zizique du Mozart et le film La voix lactée
            Quitter ce monde de merde en musique le PANARD
            J’ai même le nom : CENTER PAX : https://youtu.be/Z0side9z8qM
             smiley


          • eau-mission eau-mission 23 septembre 09:46

            @Joséphine

            IVG à l’entrée, euthanasie à la sortie !

            Jolie formule. Pourquoi focaliser les critiques sur les boomers ? Par peur de la profondeur historique ? Pour esquiver ce qui revient aux nouvelles générations : changer cette trajectiore ?
            C’est pas beau de faire comme EM, de se réfugier dans le pantalon de la boomeureuse.


          • eau-mission eau-mission 23 septembre 09:51

            @LOST on Earth

            souffre un max au moment de ta mort

            Rien à voir avec ce que dit Lynwec. On n’est pas obligé de souffrir vos obsessions, très cher Louis.

            Au passage, mon souvenir à Yolande, non pas morte mais endormie pour toujours, qui nous vantait Vigny.


          • baliste 23 septembre 10:07

            @eau-mission
            Le problème avec les boomers c’est qu’ils ne vivent pas dans le même monde que les générations suivantes .
            Ils avaient les frontières ouvertes , ils les ont fermé .
            Ils avaient accès a tout un tas de produits moins dangereux que l’alcool , ils les ont fait interdire .
            Ils avaient une planète correct , ils ont fini de la détruire .
            C’est la première generation sur terres qui a pensé massivement a elle plutôt qu’aux générations futures .
            Ils ont participé a la destruction de la spiritualité .
            ils ont participé a la « démocratie » car la vie était facile quand on pillé tranquil l’Afrique , l’amerique latine , le moyen orient , l’Océanie ...

            Bref la liste est longue , mais je précise j’ai des amis boomers , même de la famille ...

            Ps : je généralise mais je discute avec beaucoup de générations différentes ; et les boomers .... Le fond du fond , rien a voir avec les précédentes ni avec les suivantes ...Des gamins mal élevés ,pourri gâtés , bornés , peut instruits et en plus qui veautent  smiley

            Encore dsl , mais cette génération me fait vomir (pas tous bien sur , il y en avait qui avait compris bien avant moi ...)


          • Joséphine Joséphine 23 septembre 12:21

            @eau-mission

            Que vous le vouliez ou non Eau-mission, il y’a une chronologie historique implacable. Ce sont les boomers qui ont milité pour l’avortement . Mon corps mon choix, scandaient les féministes hystériques. Cela a donné naissance à une génération de jouisseurs toxiques, c’est inédit dans l’histoire de ce monde. Et ce sont aujourd’hui ces mêmes boomers qui militent pour le suicide assisté

            Avortement, euthanasie, immigration de masse, tous les boomers ont voulu ça et aujourd’hui on est en train de payer leurs crimes. 

            Je ne me fais aucune illusion non plus sur les enfants des enfants des boomers, ils ne valent guère mieux. Forcément, ils ont été éduqués par des boomers mortifères qui ne pensaient qu’à eux. Il s’agit aujourd’hui de reconstruire tout ce que les boomers ont détruit. C’est un immense combat , et je me réjouis de voir que la génération d’aujourd’hui déteste ces boomers. 


          • eau-mission eau-mission 23 septembre 16:23

            @baliste

            Sur ce forum, tu es immergé parmi les boomers. Tu les trouves tous pareils ?

            N’ayant pas été un modèle d’intégration, je pourrais chercher pourquoi. Or comment s’abstraire du contexte ?

            A mes 20 ans, je suis tombé sur un titre de journal parlant : les temps sont durs aux âmes tendres (un truc comme ça). J’ai trouvé que ça résumait pas mal cette mode de ne pas s’impliquer dans les relations.

            Maintenant, considère les évènements comme le concile de 1962, mai 68. Tu crois que ce n’était pas préparé ? Quand on dit que les Cohn-Bendit, Sauvageot et consorts avaient été préparés par la CIA au cours de vacances 66 et 67, c’est crédible. En tous cas, le slogan « il est juif, il est allemand, il est roux » ça ressemble à un truc préparé pour faire passer d’autres messages, et l’apparition de Dany le résultat d’un casting bien travaillé.

            Il faut prendre en compte l’extension du collège/lycée bien au delà des 10 à 20% d’une tranche d’âge, la disponibilité d’engrais de synthèse, tout un tas de choses qui ont favorisé l’esprit revanchard, poussé les gens vers le hors-sol.

            Perso, j’ai vécu la démission des foules devant la machine. C’est mon thème principal.


          • eau-mission eau-mission 23 septembre 16:31

            @Joséphine

            C’est vrai qu’il n’est pas besoin de militer pour se suicider. S’il y a des manifs pour ça, c’est que le joueur de flûte séduit les participants.

            Vous visez juste en parlant d’une chronologie historique implacable, et patatrac vous enchaînez sur tous les boomers ont voulu ça.
            Non, je n’ai pas voulu ça. J’en ai parlé si souvent avec mon ami paysan maintenant décédé. Quand on aime sa terre, on ne veut pas ça.

            Et faites gaffe au retour de bâton : oui ils ont voulu rendre leurs enfants débiles.


          • Joséphine Joséphine 23 septembre 20:06

            @eau-mission

            Les rats ont suivi le joueur de flûte en 68 : Cohn Bendit le tripoté . 


          • baliste 24 septembre 04:57

            @eau-mission
            « Sur ce forum, tu es immergé parmi les boomers. Tu les trouves tous pareils ? »

            Bien sur que non , je faisais de la provoque , mon meilleur ami , de qui j’ai beaucoup appris a plus de 70 ans ...Et je peux te dire que lui a fait les bon choix il y a un moment .
            J’ai aussi du respect pour tout être humains , boomer ou pas .
            Je fais juste le constat , que jamais une génération n’a fait ça au générations futures .
            L’ilusion de la médecine , de la science (fiction ) , et du $ nous on créé une génération qui pensait vivre éternellement sans avoir a se soucié du futur ...Bon 70 ans après bien venu chez orpéa smiley
            Et bon courage pour ceux qui ne seront pas entouré par leurs enfants .


          • baliste 24 septembre 05:05

            @Joséphine
            « Je ne me fais aucune illusion non plus sur les enfants des enfants des boomers, ils ne valent guère mieux. »

            Je sais pas je suis beaucoup en contact avec les jeunes , ils voient la décroissance , la médecine naturel ,et chie sur musk et autre ...
            J’ai plus confiance en eux , qui on accès a beaucoup plus d’info , et qui voient les limites du system actuel .
            Au cas ou un jeune s’imagine un avenir , et je peux vous dire qu’ils ne veulent pas de celui qu’on leur vend (contrairement aux boomers) .
            Les boomers sont une anomalie dans l’évolution de l’Homme , la première fois qu’on va avoir une baisse de l’espérance de vie , et un avenir hipotéqué pour les generations futurs .
            Mais bon les boomers se sentent plus cultivés que leurs parents , et plus intelligents que leurs enfants .... (alors qu’ils ont tout perdu du bon sens d’avant , et qu’ils ne comprennent pas ou va le monde ...)
            Après moi le déluge , je confirme !


          • baliste 24 septembre 05:10

            @Joséphine 

            «  Cohn Bendit le tripoté . »


            Voila comment pourrir une discussion , il y a pas un point Godwin quand on cite un pédo reconnu publiquement ?...

            Dsl mais le cbendit ou les fmitterand , ça me rend malade .

            Des pédo sur les plateaux télé au lieu de servir de vide burnes au prisonniers , au moins ils auraient un but dans la vie , évité le viol d’autres détenus ..


          • eau-mission eau-mission 24 septembre 22:58

            @baliste

            Tes réponses à @Joséphine et à moi-même donnent une impression de double langage.
            Concernant le « après moi le déluge », on pouvait le dire pour la génération d’avant, celle qui avait connu 39-45. Pas tous, bien sûr.
            Mais puisque tu comprends où va le monde, je comprends que tu aies envie de déblayer ta route des débris qui encombrent.


          • chantecler chantecler 22 septembre 09:18

            On rencontre pour ce problème les mêmes interdits d’origine religieuse que pour l’IVG .

            Et les mêmes raisons : la souffrance serait rédemptrice .

            Seulement il y a des stades de souffrance inhumains .

            Si seulement le choix était laissé : ceux qui veulent continuer ad vitam à vivre leurs douleurs , et si ceux qui n’en peuvent plus avaient la possibilité d’y mettre fin ?

            C’est trop demander le libre choix ?

            Il faut encore que la religion en décide ?


            • Aristide Aristide 22 septembre 09:33

              @chantecler

              Vous dites n’importe quoi, la loi actuelle autorise la sédation profonde et prolongée avec administration de soins palliatifs qui aboutit au décès.


            • chantecler chantecler 22 septembre 09:41

              @Aristide
              Je parle à partir de l’article .

              Et vous savez très bien comme la loi concernant la fin de vie en cas de grandes souffrances , et dans des conditions compatibles avec la dignité humaine , est combattue .

              Principalement par les tenants de l’église si progressiste ... !

              En mélangeant à dessein les définitions de l’euthanasie ...

              Comme l’IVG .

              Je ne pense donc pas dire n’importe quoi ... !

              Et prétends avoir le droit de donner mon avis .


            • Tzecoatl Claude Simon 22 septembre 09:44

              @chantecler

              D’accord, être séparé de son corps, au sens esprit spatial, est la pire torture que je connaisse. Ce n’est pas le cas de tout le monde, certes.

              La santé n’étant pas uniquement la cour des miracles du cycle de la vie, le libre arbitre est considéré, car il faut bien sauver son âme


            • Pangloss Pangloss 22 septembre 09:47

              @Aristide
              Et c’est justement sur cette loi que s’appuyait le décret Rivotril.


            • Fergus Fergus 22 septembre 09:49

              Bonjour, chantecler

              « les mêmes interdits d’origine religieuse que pour l’IVG .

              Et les mêmes raisons : la souffrance serait rédemptrice »


              C’est en effet le principal argument des croyants : Dieu l’a voulu et il n’appartient pas à l’homme de s’opposer à sa volonté.

              Ces apôtres accepteraient-ils de subir le bistouri du chirurgien sans anesthésie ? La réponse est évidemment non.

              Les mêmes sont d’ailleurs favorables à l’euthanasie des animaux en état de grande souffrance et condamnés par la maladie ou un accident. Ce faisant ils montrent une compassion sélective.


            • Fergus Fergus 22 septembre 09:52

              Bonjour, Aristide

              Non, c’est vous qui dites « n’importe quoi ». Cette procédure ne concerne que les personnes en phase terminale dans les centres de soins palliatifs, pas ceux qui souffrent physiquement et psychologiquement durant de longs mois, parfois des années en amont.


            • Aristide Aristide 22 septembre 09:57

              @chantecler

              Je ne pense donc pas dire n’importe quoi ... !

              Et prétends avoir le droit de donner mon avis .

              Vous avez raison, mais ce n’est pas un avis que vous avvez donné, c’est cela :

              Si seulement le choix était laissé : ceux qui veulent continuer ad vitam à vivre leurs douleurs , et si ceux qui n’en peuvent plus avaient la possibilité d’y mettre fin ?

              Cela est faux, ceux qui le veulent le peuvent par une déclaration préalable ou à la demande de la famille, la sédation profonde et prolongée est mise en place.

            • LOST on Earth LOST on Earth 22 septembre 10:05

              @Aristide
              Qui est une EUTHANASIE LENTE qui ne veut pas dire son nom dixit LEONETTI
               smiley


            • Clocel Clocel 22 septembre 10:08

              @Pangloss

              Et oui, une superbe boite de Pandore, que ce soit proposé sous Macron ne les alerte pas, Véran est obligé d’écrire un livre pour nettoyer sa conscience...


            • pemile pemile 22 septembre 10:08

              @Aristide « la sédation profonde et prolongée avec administration de soins palliatifs qui aboutit au décès. »

              Ca c’est ce que l’on appelle la sédation symptomatique proportionnée, sédation provisoire pour soulager un symptôme à un moment donné.

              La sédation profonde continue et maintenue jusqu’au décès (SPCMD) c’est arrêt de tout traitement, de l’hydratation et de la nutrition artificielle, c’est pas vraiment « prolongé » comme tu l’affirmes !


            • Aristide Aristide 22 septembre 10:08

              @Fergus

              Où ai-je écrit autre chose ?

              pas ceux qui souffrent physiquement et psychologiquement durant de longs mois, parfois des années en amont.

              Et ces personnes qui ne sont pas en fin de vie, ne sont pas traités pour la douleur !!! Ils ne sont pas suivis par le corps médical, par des psychologues, ... Les traitements anti-douleurs on fait des progrès considérables, des milliers de malades bénéficient de ces dispositifs, de ces soins ... à domicile ou à l’hôpital.

              Vous continuez à parler de malades alors que votre but dissimulé consiste au suicide assisté sans que la maladie soit en cause !!!


            • OJBA 22 septembre 13:43

              @Aristide
              Oui mais bon, laisser mourir quelqu’un de faim et de soif ne serait-ce que pendant quelques jours (survient en général …) alors que l’on sait qu’il est condamné à très brève échéance, à quoi bon continuer à le faire souffrir ? Pour qu’il aille au paradis ? Si tant est qu’il existe.


            • Fergus Fergus 22 septembre 15:10

              @ Aristide

              « Vous continuez à parler de malades alors que votre but dissimulé consiste au suicide assisté sans que la maladie soit en cause !!! »

              Votre commentaire est mensonger, malhonnête et diffamatoire  ! Il est même DEGUEULASSE  !!!

              Jamais en effet je n’ai revendiqué le droit au suicide assisté pour des personnes valides, mais uniquement pour des malades atteints d’une pathologie incurable qui subissent des souffrances physique et/ou psychologiques intolérables !


            • Cyrus Cyrus 22 septembre 15:25

              @Fergus

              des souffrances physique et/ou psychologiques

              Autrement dit n’ importe quel etat totalitaire pourra consider que les dissident ont une pathologie mentale qui cause a eux et a la société une soufrance insuportable et les faire executer ...

              ca pourra aussi etre la porte ouverte a l’ eugenisme racial .

              LES NAZI NE PREVOYAIS PAS AUTRE CHOSE 
              (cf action T4)

              La tout le monde peut se suicider il existe une 20 aine de methode rapide .
              on as pas besoin que l’ etat en decide pour nous .



            • mmbbb 22 septembre 16:21

              @chantecler l IVG est interdit en France 
              Quant aux soins palliatifs , c est Kouchner ( une bonne action ) qui a légiférer .

              Donc les cathos forcent les médécins à ne pas appliquer la loi .

              A Lyon un medecin d un CHU avait une plainte d un patient apres avoir du sang .
              Il appartenait a une secte à la KON

              Le plaignant a ete débouté de sa plainte puisque le tribunal que le médecin n avait pas commis de faute et qu il n avait pas à préjuger des engagements religieux ou sectaires des patients Ce jugement a fait jurisprudence 

              Ton argumentation est spécieuse


            • Samson Samson 22 septembre 17:26

              @chantecler

              "On rencontre pour ce problème les mêmes interdits d’origine religieuse que pour l’IVG .

              Et les mêmes raisons : la souffrance serait rédemptrice .« 

              Pour ce que j’en sais, les tabous anthropologiques du meurtre et de l’inceste concernent l’ensemble des sociétés humaines et sont très largement antérieurs à toute religion connue. Le transhumanisme prétend certes s’en affranchir, ainsi que de tout autre déterminant constitutif de notre condition humaine, mais quoique vous en pensiez, cette voie constitue l’antithèse même de l’humanisme pour à terme nous priver de toute dignité humaine.

              Et non, quand bien même certains trouveraient à la souffrance des vertus rédemptrices (voir les très »scandaleux« vers de Charles Baudelaire dans sa »Bénédiction"), l’humanisme de bien des croyants trouve surtout sa dignité dans le fait de s’y confronter en soulageant les innombrables modalités d’une souffrance pleinement constitutive de notre condition mortelle par tous moyens dont il dispose, mais sans jamais transgresser le tabou anthropologique fondamental du meurtre.

              Bien à vous ! smiley


            • Joséphine Joséphine 23 septembre 07:24

              @Fergus

              « Une civilisation qui légalise l’euthanasie perd tout droit au respect. » 

              Michel Houellebecq


            • Joséphine Joséphine 23 septembre 07:28

              @Cyrus

              Exact Cyrus ! Ces gens-là font du Mengele sans le savoir, un peu comme Monsieur Jourdain faisait de la prose....


            • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 23 septembre 09:08

              @Pangloss Bonne remarque, peut-être faudrait il rappeler ce qui s’est passé dans les Ephad avec le Rivotril pour le Covid sans le que les proches aient à donner leur avis.


            • Fergus Fergus 23 septembre 09:44

              @Joséphine

              Bravo ! Vous avez atteint le point Godwin.
              Je ne savais pas que les victimes de Mengele étaient volontaires pour être ses cobayes !!!

              Autre chose : citer Houellebecq, cet auteur qui a dit et écrit n’importe sur de nombreux sujets, n’est pas sérieux.


            • Joséphine Joséphine 23 septembre 12:27

              @Fergus

              On en reparlera le jour où vous aurez la carrière de Houellebecq très cher ! Traduit dans 27 langues, un travail monumental et une oeuvre poétique rare....

              Et ce n’est pas atteindre le Point Godwin que de rappeler que le nazisme était une idéologie mortifère, tout comme l’est notre médecine aujourd’hui. 


            • Fergus Fergus 23 septembre 13:07

              @ Joséphine

              Ne vous méprenez pas, j’ai un grand respect pour les qualités littéraires de Houellebecq. Nettement moins pour nombre d’idées qu’il prête à ses personnages.

              Enfoncer le clou sur la monstruosité qu’a été le « nazisme » en le comparant au système sanitaire actuel est aberrant  !

              Je ne suis pas votre « très cher » !


            • Joséphine Joséphine 23 septembre 13:17

              @Fergus

              Les oeuvres poétiques de Houellebecq « La poursuite du bonheur » sont en vente à un prix dérisoire. Ses poèmes sont vraiment surprenants. Par contre ke ne parlerai pas de « qualité littéraire » chez Houellebecq, vu que c’est l’écrivain du « non style ». Quant à ses idées, ne vous méprenez pas, elles sont partagées par une foule immense. 

              Vous me trouvez certes « aberrante », mais il s’agit bien là de la médecine de l’horreur, Houellebecq et ses millions de lecteurs partagent cette idée qui a du sens. Un peu de tolérance, « très cher » ! 


            • Aristide Aristide 22 septembre 09:28

              Le titre est affligeant et insultant : votre prétention à vous mettre dans le camp du bien et à dire ce qu’il est, est assez impressionnant. Allons, des convictions éthiques, religieuses, philosophiques .. vous savez ce que c’est !!! Faut-il donc penser comme vous pour ne pas être jugé comme hypocrite et devoir supporter vos insultes. Vous ne m’étonnez pas, votre propension à juger avant les juges est dans la même ligne.

              De plus vous réitérez vos propos immondes sur le monde médical et plus particulièrement sur ceux en charge de la sédation profonde ... « à plonger le malade dans un état d’inconscience proche du coma afin de le protéger de toute forme de souffrance  ; d’autre part, à cesser de l’alimenter et de l’hydrater jusqu’à ce que mort s’ensuive. »

              Cette dernière affirmation est malveillante et imbécile, les personnes en sédation profonde ne peuvent évidement plus s’alimenter ou hydrater de manière naturelle, ils restent sous perfusions, rendues indispensables pour soulager les douleurs en injectant les produits contre la douleur dans le liquide !!! 

              Que vous vouliez étendre le droit de décider de sa mort pour les personnes valides est une chose, mais quelle nécessité à user du mensonge et de malveillance.

              Défendez votre position en place de mettre en cause des soignants qui appliquent la loi !!! Vous disiez hypocrite ! Hypocrite ? Vous dissimulez votre vraie proposition pour le suicide assisté pour des personnes valides et non l’accompagnement de personnes en fin de vie à court ou moyen terme par des maladies incurables comme l’indique le CCNE....


              • Fergus Fergus 22 septembre 10:06

                @ Aristide

                Renseignez-vous donc sur la réalité du processus de sédation profonde !!!


              • Aristide Aristide 22 septembre 10:21

                @Fergus

                Vous devriez dépasser vos affirmations assez malveillantes, c’est le malade qui décide  !!!

                Leur arrêt doit s’accompagner d’un soulagement des douleurs qui peuvent en résulter dont la sédation profonde et continue jusqu’au décès. Les soins palliatifs interviennent en complément des soins thérapeutiques comme lors de l’arrêt des traitements. Leur ambition est d’apaiser et accompagner les patients dans leur choix. Les patients demandant l’arrêt de l’hydratation et de la nutrition artificielles, souvent objets d’inconfort, ne ressentent plus à ce stade de la maladie les sensations de faim et de soif. Le refus de ces traitements révèle la prise de conscience de la mort proche et le souhait de ne plus la repousser. Les soins palliatifs respectent les décisions de chacun des patients et les accompagnent. Ainsi, lors de l’arrêt de l’hydratation artificielle ils prennent soin d’empêcher l’assèchement des parois buccales en hydratant la bouche avec un coton.


              • Fergus Fergus 22 septembre 15:27

                @ Aristide

                Quel intérêt alors que l’administration d’un dose adaptée de pentobarbital aboutit au même résultat  le décès  en quelques minutes ???

                J’en ai discuté il y a quelques jours avec un médecin plutôt favorable au processus de sédation mais qui en est revenu en constatant la souffrance d’une famille confrontée à cette mise à mort à petit feu de l’un de leurs proches !!!


              • Samson Samson 22 septembre 17:59

                @Fergus
                « Quel intérêt alors que l’administration d’un dose adaptée de pentobarbital aboutit au même résultat — le décès — en quelques minutes ??? »
                Et bien que dans un cas il s’agit de sédation et de soulager, quand votre solution consiste en un meurtre !

                Quant à « la souffrance d’une famille confrontée à cette mise à mort à petit feu », l’argument est d’autant plus spécieux qu’il ne s’agit précisément pas d’une mise à mort, mais bien d’une sédation ayant pour conséquence le trépas du patient, et qu’à cette aune la souffrance du personnel médical et soignant quotidiennement confronté à la douleur qu’il a pour mission de soulager justifierait et risque bien de justifier très bientôt de larges hécatombes.

                Juste pour info ou rappel, j’ai moi-même et suite à un très sévère burn-out du mettre terme à 27 ans de carrière consacrés à soulager les handicaps et souffrances tant physiques que psychiques — de mes semblables et frères en humanité. Et j’ai eu l’occasion durant ma carrière d’assister à quelques vibrants plaidoyers proposant d’abréger les souffrances de personnes qui n’avaient strictement rien demandé en ce sens, alors même que ces plaidoyers visaient bien plus probablement à soulager la projection qu’en faisait sur elles la souffrance (très compréhensible) des intervenants qui y étaient confrontés.

                Bien à vous ! smiley


              • Fergus Fergus 22 septembre 18:32

                @ Samson

                Désolé, mais dès lors que le malade est plongé dans un état d’inconscience dont il ne sortira plus, l’on ne voit pas du tout en quoi la morte lente est préférable à la mort rapide !
                Dans les deux cas, il s’agit, non d’un « meurtre », mais d’une euthanasie dictée par la compassion !

                « quelques vibrants plaidoyers proposant d’abréger les souffrances de personnes qui n’avaient strictement rien demandé en ce sens »
                Est-il question de cela ici ? Evidemment non puisque l’on parle de malade ayant expressément fait connaître leurs attentes !


              • Samson Samson 22 septembre 21:20

                @Fergus
                « Dans les deux cas, il s’agit, non d’un « meurtre », mais d’une euthanasie dictée par la compassion ! »
                Désolé, mais pas à mes yeux ! Qu’elles qu’en soient les conséquences le cas échéant létales, la sédation est une démarche qui s’inscrit pleinement dans le Serment d’Hippocrate, quand le meurtre « compassionnel » le transgresse de toutes les manières.

                « Est-il question de cela ici ? Evidemment non puisque l’on parle de malade ayant expressément fait connaître leurs attentes ! »
                Ben, ne soyons pas hypocrites, c’est un pas de plus vers la banalisation de telles solutions, qui n’ont guère attendu la perspective d’un cadre légal à l’euthanasie pour s’envisager et se pratiquer !

                Quant à l’acte d’euthanasie et par respect pour les malades en ayant expressément exprimé la volonté, il me semble qu’à l’instar de l’avortement, une dépénalisation partielle ferait parfaitement l’affaire et devrait largement suffire à satisfaire toutes sensibilités philosophiques en présence !


              • ZenZoe ZenZoe 22 septembre 09:37

                Bonjour Fergus,

                Pour avoir vécu ailleurs, j’ai remarqué qu’en France il est très difficile d’avoir un débat basé sur l’intérêt général. Le pays semble en effet dirigé par toutes sortes de corporations et lobbies divers défendant uniquement leur pré carré : avocats, médecins, syndicalistes, écclésiastiques, associations, etc.

                Concernant le suicide assisté (terme que je préfère à celui d’euthanasie), impossible d’avancer l’intérêt des premiers concernés ou de faire valoir l’argument démocratique (le suicide assisté est quand même plébiscité par une large majorité de Français).

                Et à la fin, c’est très souvent les corporations qui gagnent. Malheureusement.


                • Aristide Aristide 22 septembre 09:52

                  @ZenZoe

                  Vous posez un vrai problème auquel je n’ai d’ailleurs pas de réponse. C’est la question de l’argument démocratique. 

                  Faut-il en user dans ce cas ? Je ne sais pas, ce que je sais c’est qu’il faudrait l’étendre à d’autres sujets si on le fait pour celui-là, la peine de mort de mort par exemple, ou à la perpétuité incompressible, ou ne plus verser d’allocations aux étrangers hors UE, ....


                • Fergus Fergus 22 septembre 10:09

                  Bonjour, ZenZoe

                  Je partage votre commentaire.
                  Et votre conclusion est d’autant plus navrante qu’il est question avec le suicide assisté de donner des droits nouveaux à une petite minorité de personnes en grande souffrance sans porter atteinte aux droits des autres !


                • Aristide Aristide 22 septembre 10:40

                  @Fergus

                  Je partage votre commentaire.

                  L’argument démocratique ne vaut que dans ce cas ? Et la peine de mort ?


                • Aristide Aristide 22 septembre 10:57

                  @Aristide

                  Précision sur cette majorité !!!

                  Voilà ce que vous écriviez, c’est une falsification

                  Les Français massivement favorables au suicide assisté

                  Plus loin cela :

                  À la question « Pensez-vous qu’il faille aller plus loin que la législation actuelle sur la fin de vie, en légalisant le suicide assisté et/ou l’euthanasie ? » 89 % des personnes interrogées ont répondu OUI.

                  Le document IFOP est là. C’est en page 17 du document de l’IFOP

                  Cette question n’a pas été posée sous cette forme !!!

                  Quatre propositions ont été formulées

                    la première sur le suicide assisté « Oui, il faut légaliser le suicide assisté » : 18%
                    la seconde sur l’euthanasie « Oui, il faut légaliser l’euthanasie » : 47%
                    la troisième sur l’euthanasie et le suicide assisté « Oui, il faut légaliser le suicide assisté et l’euthanasie » : 24%
                  la dernière « Non, il ne faut pas changer la législation actuelle » : 11%

                  Il n’y a donc pas 89% qui se sont prononcés pour le suicide assisté mais seulement 42% (18% explicitement et 24% en même temps que l’euthanasie« ).

                  Quand on a le détail des réponses données, faire la somme de tout est une falsification, car 47% de ces personnes valident seulement l’euthanasie et n’ont pas validé le suicide assisté.

                  C’est une manipulation grossière. Les personnes interrogées avaient le choix entre toutes les options et si presque la moitié (47%) ont choisi seulement l’euthanasie, c’est assez ... malhonnête de les amalgamer dans cet ensemble confus avec cette formulation »et/ou" qui le dissimule bien mal.

                  Sur le fond, je suis dans ces 47% qui sont pour une légalisation de l’euthanasie, et je trouve abusif que l’on me compte parmi les tenants du suicide assisté ...


                • Aristide Aristide 22 septembre 11:01

                  @Aristide

                  Ce message est un copie d’un ancien message.

                  Et depuis, pour de multiples raisons, je suis maintenant opposé à l’euthanasie, 


                • ZenZoe ZenZoe 22 septembre 14:11

                  @Aristide
                  Vous avez répondu sur l’argument de la démocratie, mais quid de mon deuxième argument, à savoir la liberté que devrait avoir chacun de disposer librement de son corps ?
                  On retombe peut-être là aussi sur notre héritage religieux. Se donner la mort reste un péché pour l’église catholique, doit-on tenir compte de cet héritage ?


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 septembre 14:42

                  @ZenZoe Et se suicider pour ne pas avoir à dénoncer des personnes résistantes pendant la guerre, c’est puni par Dieu ?


                • véronique 22 septembre 18:25

                  @ZenZoe

                  Se donner la mort n’est pas interdit par la loi. Le suicide assisté nécessite qu’au moins une autre personne intervienne. D’où le problème pour le rendre légal.


                • Fergus Fergus 22 septembre 18:40

                  Bonsoir, véronique

                  « Le suicide assisté nécessite qu’au moins une autre personne intervienne »

                  Dans les états de grande dépendance, notamment en phase terminale, oui.

                  Dans les autres cas, non  : la 2e personne n’est là que pour fournir le cocktail létal, libre à celui qui veut mourir de le prendre ou pas.
                  Dans certains lieux des Etat-Unis, on peut même directement acheter sa dose de pentobarbital au drugstore sur présentation d’un document médical attestant de l’incurabilité de la pathologie.


                • véronique 23 septembre 01:52

                  @Fergus

                  Fournir le produit, c’est aussi intervenir. Surtout que ceux qui fournissent le produit savent à quoi ça sert.


                • Aristide Aristide 22 septembre 09:40

                  Sur le fond du sujet, vos propos !!! :

                  Que les praticiens des centres de soins palliatifs l’admettent ou pas, il s’agit bien de pratiquer une euthanasie sans recours à une injection mortelle ou à l’administration d’un produit létal, ce qui fait de cette pratique une euthanasie lente infiniment plus hypocrite et plus choquante pour les proches qu’une fin rapide.

                  Arriver à dire n’importe quoi !!!

                  L’euthanasie, du grec ancien « eu » (bon) et « thanatos » (mort), désigne l’acte médical consistant à provoquer intentionnellement la mort d’un patient afin de soulager ses souffrances physiques ou morales considérées comme insupportables, soit en agissant à cette fin, soit en s’abstenant d’agir.

                  Par définition l’euthanasie est un acte qui provoque la mort. Vous tordez la réalité, la sédation profonde n’est pas une euthanasie !!! Aucune injection de produit létal !!!


                  • pemile pemile 22 septembre 09:59

                    @Aristide « Vous tordez la réalité, la sédation profonde n’est pas une euthanasie !!! Aucune injection de produit létal !!! »

                    Un peu de sérieux, la sédation profonde c’est l’arrêt de l’hydratation et de
                    la nutrition artificielle !


                  • Pangloss Pangloss 22 septembre 10:10

                    @pemile
                    La sédation profonde aboutit inexorablement au décès, et tu as parfaitement raison plus d’hydratation ni nutrition. Si en elle même elle n’est pas considérée comme une euthanasie active, il s’agit néanmoins d’une euthanasie

                    passive qui provoque le même résultat.


                  • Fergus Fergus 22 septembre 10:11

                    Bonjour, pemile

                    Oui, c’est de cela qu’il s’agit mais Aristide est dans l’aveuglement et le déni !


                  • Aristide Aristide 22 septembre 10:22

                    @pemile

                    Il n’y a pas de produit létal !!! C’est cela l’euthanasie !


                  • Aristide Aristide 22 septembre 10:24

                    @Fergus

                    Et surtout ne dites rien de votre absence complète sur le suicide assisté de personnes valides !!!!


                  • véronique 22 septembre 10:27

                    @Aristide

                    Je suis d’accord avec vous.
                    Quand on n’est pas dans la nuance, on simplifie en disant que la sédation profonde avec arrêt des soins médicaux (y compris alimentation et hydratation suite à une réforme assez récente), est aussi une euthanasie, en quelque sorte une euthanasie passive (d’où la prétendue hypocrisie).

                    Tout ça pour dire qu’au fond ça ne changerait pas fondamentalement les choses d’autoriser l’euthanasie active. Alors pourquoi pas  ?

                    Mais vous avez raison de souligner que les deux procédés sont différents.
                    Il y a effectivement une différence majeure entre les deux. Laisser mourir une personne qui va mourir à brève échéance, et faire mourir une personne qui n’est pas en fin de vie, ce n’est pas la même démarche du tout. Avec la démarche du « faire mourir » on franchit le palier de l’interdiction de tuer, et ce n’est pas juste une question de religion ou même de principe. C’est ce passage qui explique qu’il y ait de forts antagonismes sur cette question.

                    Pour ceux qui souhaitent légaliser l’euthanasie, c’est mieux de zapper tout ça en faisant croire que la loi actuelle autorise déjà une forme d’euthanasie et que c’est juste hypocrite de ne pas l’autoriser pour des personnes qui veulent pouvoir choisir de mourir.


                  • Aristide Aristide 22 septembre 10:29

                    @Fergus  

                    Aristide est dans l’aveuglement et le déni

                    Aveuglement de quoi, et déni de quoi.

                    Surement pas de votre volonté réitérée de faire passer le suicide assisté pour les personnes valides à l’occasion de cette réflexion sur la fin de vie.


                  • Aristide Aristide 22 septembre 10:36

                    @véronique

                    Ce terme d’euthanasie passive est un piège, en plus d’être un oxymore, il fait passer l’idée que c’est le même type d’action alors que c’est fondamentalement différent. 

                    L’euthanasie telle que proposée par Fergus n’est en rien comparable à la sédation profonde et continue, il s’agit de provoquer la mort par une injection létale !!! Mais, ne croyez pas que ce soit cela que défend Fergus.

                    Son but est la mise en place du suicide assisté même pour les personnes valides, il va même jusqu’à soutenir que les français seraient pour alors que le seul sondage IFOP ne parle que des personnes malades.


                  • Pangloss Pangloss 22 septembre 10:42

                    @Aristide
                    On n’euthanasie pas les humains comme les animaux ou les condamnés à mort aux USA. On ne leur administre pas le cocktail pentobarbital (barbiturique) +bromure de pancuronium (curare) + chlorure de potassium. L’euthanasie c’est l’absence d’acharnement thérapeutique couplée à une sédation profonde qui accélère la fin de vie.


                  • Aristide Aristide 22 septembre 10:53

                    @Pangloss

                    L’euthanasie c’est l’absence

                    Ce n’est pas ce que demande Fergus, il demande un acte médical volontaire avec une injection de produit létal. D’ailleurs il avait même proposé que cela soit ouvert à des personnes valides qui désirent se suicider !!!


                  • Pangloss Pangloss 22 septembre 11:16

                    @Aristide

                    Effectivement c’est ce que demandent « médecins, malades, militants associatifs

                     »il s’agit bien de pratiquer une euthanasie sans recours à une injection mortelle ou à l’administration d’un produit létal, ce qui fait de cette pratique une euthanasie lente infiniment plus hypocrite et plus choquante pour les proches qu’une fin rapide."

                    Manifestement les 3-4 jours de l’euthanasie par sédation profonde ne leur suffit pas, ils souhaitent sans doute le cocktail évoqué plus haut. Lamentable surtout quand on sait les dérives que cela pourrait entrainer. Avec les antalgiques morphiniques puissants 3-4 jours passent très vite.


                  • véronique 22 septembre 11:17

                    @Aristide

                    Il faut s’intéresser à l’évolution de la loi belge.
                    Au début il s’agissait de personnes malades, puis on est passé à des personnes souffrant de maladies psy, sans parler des mineurs. Au début la demande pouvait se faire par déclaration anticipée pour le cas où la personne se retrouverait dans un coma irréversible et cette déclaration était valable 5 ans. Depuis 2 ans, la durée de validité est illimitée.
                    Bref, les belges n’o t pas cessé d’élargir les conditions d’accès à l’euthanasie.
                    Il faut rappeler qu’en Belgique, quand l’euthanasie a été autorisée, il n’y avait, contrairement à la France, aucune loi concernant les malades en fin de vie. 


                  • Aristide Aristide 22 septembre 11:27

                    @véronique

                    Sur ce point je préfére donner la parole à Olivier Rey dans l’article : Faut-il légaliser l’euthanasie ? 

                    C’est un principe aussi bien éthique, religieux que philosophique que de veiller à ne pas nuire à autrui. Un tel principe est par excellence valable en médecine. D’où la difficulté particulièrement aiguë que soulèvent, pour les personnes dont la vocation est de soigner, l’euthanasie et le suicide assisté. Il est concevable que, dans certains cas, ce soit faire le bien de quelqu’un que de l’aider à mourir. Mais que l’on mesure le retournement d’attitude que cela suppose, chez un médecin, de passer de la défense résolue de la vie de son patient à l’administration de la mort. Les partisans d’un droit à l’euthanasie et au suicide assisté semblent systématiquement ignorer l’épreuve que l’exercice d’un tel droit imposerait aux personnes chargées d’accéder à leur demande.



                  • sophie 22 septembre 11:42

                    @Aristide
                    oui, mais il faut savoir que les suicides en Belgique sont extrêmement fréquents
                    en général c’est le train qui paye ou la pendaison.


                  • pemile pemile 22 septembre 12:13

                    @Aristide « Il n’y a pas de produit létal !!! C’est cela l’euthanasie ! »

                    Ton lien de 9h40 dit le contraire, « soit en agissant à cette fin, soit en s’abstenant d’agir. »

                    Ne plus hydrater c’est agir ou s’abstenir ?


                  • Aristide Aristide 22 septembre 12:39

                    @pemile

                    C’est votre affaire que de ne pas voir de différence entre donner la mort avec un produit létal et arrêter des soins, diminuer la douleur au maximum et éventuellement arrêter l’alimentation et l’hydratation si cela n’empire pas la douleur. 

                    Et comme Fergus, vous êtes pour le suicide assisté des personnes valides ?


                  • Pangloss Pangloss 22 septembre 12:47

                    @Aristide
                    le suicide assisté des personnes valides

                    C’est tout le fond du problème, il est éthique pas technique. Après éthique sans conscience, on glisse vers un élargissement des candidats potentiels.


                  • pemile pemile 22 septembre 12:52

                    @Aristide « éventuellement arrêter l’alimentation et l’hydratation »

                    CE N’EST PAS « éventuellement » ! Le SPCMD C’EST l’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation.

                    « donner la mort avec un produit létal »

                    Versus donner la mort par déshydratation avec injection de midazolam 2 à 3 fois par jour pour éviter les souffrances, oui.


                  • Aristide Aristide 22 septembre 12:54

                    @Pangloss

                    Non, c’est avant, le franchissement de la barrière de nos moeurs est fait quand on passe à un acre volontaire qui va provoquer la mort !!! 

                    Qui peut juger de la souffrance psychologique ? Il faudrait autoriser l’euthanasie de ces personnes ? De quel droit, vous faites obstacle à cette demande ? 


                  • pemile pemile 22 septembre 12:56

                    @Aristide « le franchissement de la barrière de nos moeurs est fait quand on passe à un acre volontaire qui va provoquer la mort !!! »

                    Ne pas hydrater une personne en sédation profonde C’EST un acte volontaire qui va provoquer la mort !


                  • Pangloss Pangloss 22 septembre 13:12

                    @Aristide
                    Qui peut juger de la souffrance psychologique ? Il faudrait autoriser l’euthanasie de ces personnes ? De quel droit, vous faites obstacle à cette demande ?

                    Il y a de sérieuses contractions dans votre dicours.

                    Je n’ai jamais dit qu’l fallait euthanasier les gens en souffrance psy, c’est tout le contraire que j’insinue en parlant d’un élargissement des candidats potentiels sur fond de conscience.

                    Et comment pouvez-vous vous insurger contre une telle demande et juste après osez la question sur la motivation de l’obstacle à cette demande ?

                    Vous ne voyez pas le non-sens absolu ?


                  • Aristide Aristide 22 septembre 13:28

                    @pemile

                    C’est votre affaire que de ne pas voir de différence entre donner la mort avec un produit létal et arrêter des soins, diminuer la douleur au maximum et éventuellement arrêter l’alimentation et l’hydratation si cela n’empire pas la douleur.

                    Et comme Fergus, vous êtes pour le suicide assisté des personnes valides ?


                  • Aristide Aristide 22 septembre 13:36

                    @Pangloss

                    Et comment pouvez-vous vous insurger contre une telle demande et juste après osez la question sur la motivation de l’obstacle à cette demande ?

                    Relisez vous comprendrez. !!! Je reformule !!! Vous soutenez l’euthanasie et le suicide assisté en arguant du DROIT à mourir enfin de disposer de sa vie !!! Et si vous êtes contre l’euthanasie ou le suicide assisté pour les souffrances psy, pour quelles raisons ce droit à mourir n’existerait plus ?

                    Où une contradiction ? C’est la votre !!!


                  • Pangloss Pangloss 22 septembre 13:38

                    @Aristide
                    Je n’ai JAMAIS dit ça ! Manifestement vous comprenez de travers. Vous reformulez mal car pour reformuler il faut comprendre.


                  • véronique 22 septembre 13:48

                    @pemile

                    La définition littéraire qu’on donne aux mots n’est sans doute pas étrangère à la société dans laquelle on vit et à ses questionnements.
                    Quelle qu’elle soit, la définition littéraire n’a pas d’importance. Ce qui compte c’est l’aspect juridique de la question. Et d’ailleurs le mot « euthanasie » ne sera peut-être même pas utilisé par la loi, si une loi est adoptée.
                    Ce qu’il faut savoir c’est ce qu’on est prêt à permettre concrètement, quelles sont les limites. Par exemple, est-ce qu’on se cantonne à la fin de vie ou pas, est-ce qu’on franchit la ligne qui sépare le « laisser mourir » et le « faire mourir », est-ce qu’on ne s’occupe que de la souffrance physique ou pas ?


                  • Aristide Aristide 22 septembre 14:10

                    @Pangloss

                    Et pour objecter, il faut lire ....

                    Les soutiens à l’euthanasie savent très bien qu’ils ouvrent la boite de Pandore, Fergus en joue pour promouvoir le suicide assisté même pour les personnes valides et vous vous êtes en plein paradoxe !!!


                  • pemile pemile 22 septembre 14:40

                    @Aristide « et éventuellement arrêter l’alimentation et l’hydratation »

                    Mais il insiste avec son « éventuellement » ! smiley

                    bis repetita, la SPCMD C’EST ARRETER HYDRATATION Et NOURRITURE !


                  • Fergus Fergus 22 septembre 15:13

                    @ Aristide

                    "surtout ne dites rien de votre absence complète sur le suicide assisté de personnes valides !!!!

                    Votre commentaire est mensonger, malhonnête et diffamatoire  ! Il est même DEGUEULASSE  !!!

                    Jamais en effet je n’ai revendiqué le droit au suicide assisté pour des personnes valides, mais uniquement pour des malades atteints d’une pathologie incurable qui subissent des souffrances physique et/ou psychologiques intolérables !


                  • Aristide Aristide 22 septembre 19:48

                    @Fergus

                    Je n’ai pas cherché, mais il me semble que vous avez donné l’exemple de personne âgée qui ne supporte pas le décès du compagnon et qui demande le suicide assisté. Non ?

                    des souffrances physique et/ou psychologiques intolérables

                    C’est quoi ces maladies qui entraineraient exclusivement des souffrances psychologiques ? Je n’en connais pas .... 


                  • Fergus Fergus 22 septembre 20:37

                    @ Aristide

                    « il me semble que vous avez donné l’exemple de personne âgée qui ne supporte pas le décès du compagnon et qui demande le suicide assisté »

                    Je n’ai jamais rien écrit de tel !

                    « C’est quoi ces maladies qui entraineraient exclusivement des souffrances psychologiques ? »

                    « Exclusivement », c’est notamment le cas d’Alzheimer, cette maladie dont a terriblement souffert l’une de mes soeurs lors des moments de conscience de sa maladie. A défaut d’un suicide assisté, elle est décédée d’un grave AVC qui a probablement joué cet office.

                    Mais l’on peut également citer d’autres cas dans lesquels il est possible de soulager les douleurs physiques, mais pas la souffrance psychologique liée à la prise de conscience de la déchéance ou du délabrement physique.


                  • véronique 23 septembre 00:47

                    @pemile

                    Laisser mourir volontairement en privant d’aliments et d’eau, c’est effectivement très comparable, a priori, à faire mourir volontairement. 
                    Mais il faut faire quelques remarques.
                    La loi Leonetti s’applique, en principe, à des personnes en fin de vie ou qui seraient en fin de vie sans espoir de guérison si elles ne recevaient pas de traitements médicaux. C’est important car même s’il y a volonté de priver de soins, ce n’est pas pour laisser mourir, mais pour permettre à une personne qui va mourir très prochainement, de mourir sans souffrance.
                    Une étape a été franchie avec la prise en compte de l’alimentation et de l’hydratation dans les soins médicaux. Là effectivement on commence à être dans la transgression, parce que nourrir et hydrater sont des soins élémentaires, dont tout le monde a besoin pour vivre. Priver une personne de ce genre de soins, quand cette personne n’a pas besoin de soins médicaux particuliers, et qu’elle n’est pas vraiment en fin de vie, c’est basculer du laisser mourir au faire mourir. La loi actuelle est donc à mon sens très limite (et même dans sa première rédaction qui n’est pas très claire). Mais elle permet d’arrêter les soins en cas d’acharnement thérapeutique, et d’administrer une sédation profonde pour éviter toute souffrance.
                    Avec l’euthanasie on passerait à l’étape suivante qui consiste à vouloir faire mourir une personne qui n’est pas nécessairement en fin de vie, et pas forcément incurable non plus. Et de manière active, pas par privation de soins et sédation. C’est très différent. On ne dit plus qu’une vie ne doit pas être maintenue artificiellement. Là on doit décider qu’une vie doit être prématurément abrégée. 


                  • Joséphine Joséphine 23 septembre 07:30

                    @pemile

                    Mon bon Pémile, après avoir été cobaye ARN je trouve tout à fait logique que tu sois candidat pour l’euthanasie. Tu t’es déjà inscrit ? 

                    Veran va être content de voir tous ces moutons applaudir leur propre meurtre. 


                  • Aristide Aristide 23 septembre 07:50

                    @Fergus

                    Vous êtes opposé à toute forme de suicide assisté qui ne concernerait pas des personnes en fin de vie et subissant des douleurs intolérables. 

                    c’est le cas d’Alzheimer, cette maladie dont a terriblement souffert l’une de mes soeurs lors des moments de conscience de sa maladie. A défaut d’un suicide assisté, elle est décédée d’un grave AVC qui a probablement joué cet office.

                    Sauf que vous regrettez que l’on ne puisse pratiquer le suicide assisté sur des personnes qui ne sont pas du tout dans cet état !!! La maladie d’Alzheimer par exemple. 


                  • Aristide Aristide 23 septembre 07:58

                    @pemile

                    Sauf que c’est écrit  :

                    Si le seul traitement de maintien en vie est la nutrition artificielle associée à une hydratation artificielle, son arrêt peut conduire à une durée plus prolongée de la SPCMD (de l’ordre de 7 à 14 jours) ce qui nécessite un accompagnement particulier des proches et des soignants.

                    et cela

                    L’hydratation et la nutrition artificielles devraient être arrêtées ; un maintien a minima de l’hydratation peut être nécessaire pour répondre à la volonté des proches malgré les explications fournies (source d’inconfort, besoins hydriques réduits, etc.).


                  • Aristide Aristide 23 septembre 08:23

                    @pemile

                     la SPCMD C’EST ARRETER HYDRATATION Et NOURRITURE !

                    éventuellement et surtout 

                    4.2.1 Médicaments de la sédation


                    Une recommandation de bonne pratique (RBP) décrivant la prise en charge médicamenteuse de la SPCMD a été publiée en janvier 2020.
                    Le médicament recommandé est le midazolam.
                    Médicament de 1re intention, il est utilisable par toutes les voies d’administration, la voie intraveineuse (IV) étant recommandée, quels que soient l’âge et le lieu : à domicile ou en Ehpad, il est obtenu par rétrocession par une pharmacie hospitalière.
                    Il est administré soit avec une dose de charge réalisée par titration suivie d’une dose d’entretien, soit avec une perfusion continue d’emblée à augmenter progressivement : les modalités d’administration sont détaillées dans le guide du parcours de soins et dans la RBP.
                    La possibilité d’un réveil, notamment lors des soins ou du nursing, est anticipée par l’injection ponctuelle d’une dose complémentaire d’antalgique et de sédatif.
                    D’autres médicaments sont possibles :
                    benzodiazépines à demi-vie longue (diazépam, clonazépam) ;
                    neuroleptiques sédatifs (chlorpromazine, lévomépromazine) en complément de la benzodiazépine ;
                    à l’hôpital : phénobarbital, propofol, oxybate de sodium, kétamine, dexmédétomidine utilisés par des médecins expérimentés, dans un contexte de surveillance adaptée.

                    Les opioïdes seuls ne doivent pas être utilisés pour induire une sédation ; ils seront poursuivis ou renforcés pour contrôler les douleurs et les dyspnées.



                  • Fergus Fergus 23 septembre 09:22

                    Bonjour, véronique

                    « l’étape suivante qui consiste à vouloir faire mourir une personne qui n’est pas nécessairement en fin de vie, et pas forcément incurable non plus »

                    « Vouloir faire mourir » ? Faux  ! En dehors des rares cas d’état végétatif irréversible, seules seraient concernées les personnes qui ont exprimé la volonté de mourir !

                    « pas nécessairement en fin de vie » ? Vrai. Mais en état de très grande détresse face aux souffrances physiques et/ou psychologiques endurées.

                    « pas forcément incurable » Faux  ! C’est au coeur même des attentes associatives, des recommandations du comité d’éthique, et cela le sera également à l’issue de la convention citoyenne.


                  • Fergus Fergus 23 septembre 09:28

                    Bonjour, Aristide

                    Faux  ! J’ai mentionné Alzheimer comme exemple de maladie pouvant engendrer de graves souffrances psychologiques (lors des moments de lucidité) sans qu’il y ait en même temps de souffrances physiques.
                    Mais je n’ai nulle part mentionné Alzheimer dans les cas pouvant donner accès au suicide assisté. Il appartiendra aux conventionnels de se prononcer sur cette question pour les cas les plus avancés s’il y a eu expression de la volonté du malade.


                  • pemile pemile 23 septembre 09:29

                    @Aristide « Sauf que c’est écrit là »

                    Tu vas insister longtemps dans cette mauvaise foi ??!! smiley

                    A aller nous chercher le cas d’arrêt des traitements pour un patient qui ne peut exprimer sa volonté et ne prend AUCUN traitement de maintien en vie autre que nutrition et hydratation artificielle !

                    Texte qui n’a comme but que de prévenir que dans CE CAS là, le risque d’une SPCMD prolongée nécessite un accompagnement de la famille et des soignants.


                  • pemile pemile 23 septembre 09:34

                    @Aristide « éventuellement et surtout »

                    Tu as conscience que de répéter ce « éventuellement » sans fin est juste ridicule ??!!

                    Et de biaiser en me sortant un copié/collé des médicaments de la sédation alors que je t’en ai parlé hier est tout aussi ridicule ?


                  • pemile pemile 23 septembre 09:51

                    @Fergus

                    Si tu as lu le Canard d’hier, il parle d’une autre méthode bien moins connue et discutée, l’ACUMD, l’Attente dans un Couloir des Urgences Maintenu jusqu’au Décès.


                  • Fergus Fergus 23 septembre 09:53

                    Bonjour, pemile

                    Non, je n’ai pas encore lu cela.

                    Mais cette affaire est un scandale majeur !


                  • pemile pemile 23 septembre 10:14

                    @Fergus « Non, je n’ai pas encore lu cela. »

                    Et il y a un témoignage pour Aristide, de l’ancienne résistante Madeleine Riffaud, 98 ans, restée pendant 24h sur un brancard à Lariboisière sans manger mais avec un DEMI verre d’eau !


                  • troletbuse troletbuse 23 septembre 10:42

                    @Fergus
                    Mais cette affaire est un scandale majeur !


                    Mais non, vous avez dit hier que c’était une grosse lacune !
                    C’est différent


                  • Aristide Aristide 23 septembre 11:49

                    @pemile

                    Un scandale aux urgences, et pas le seul, malheureusement.

                    quel rapport avec l’euthanasie et le suicide assisté ? Si ce n’est que d’essayer de me prêter je ne sais quelle ignominie qui vous est passé par votre tête de malade ?


                  • Aristide Aristide 23 septembre 12:20

                    @Fergus

                    Mais je n’ai nulle part mentionné Alzheimer dans les cas pouvant donner accès au suicide assisté. 

                    Nos échanges :

                    vous :

                    Jamais en effet je n’ai revendiqué le droit au suicide assisté pour des personnes valides, mais uniquement pour des malades atteints d’une pathologie incurable qui subissent des souffrances physique et/ou psychologiques intolérables !

                    moi :

                    C’est quoi ces maladies qui entraineraient exclusivement des souffrances psychologiques ?

                    vous

                    « Exclusivement », c’est notamment le cas d’Alzheimer, cette maladie dont a terriblement souffert l’une de mes soeurs lors des moments de conscience de sa maladie. A défaut d’un suicide assisté, elle est décédée d’un grave AVC qui a probablement joué cet office.

                    CQFD


                  • véronique 23 septembre 20:45

                    @Fergus

                    Vouloir faire mourir est pourtant une condition sine qua non du droit « de mourir dans la dignité », car même si le consentement de la personne concernée est indispensable, il faut bien aussi que d’autres personnes interviennent.

                    Pour ce qui est de la condition de maladie incurable, il se peut qu’elle existe au début. Mais quelles maladies ou affections seront concernées ? Il y a un risque d’élargissement à des maladies psychiques pas toujours incurables. 


                  • LOST on Earth LOST on Earth 22 septembre 10:16

                    bonjour Fergus

                    A l’origine les fondateurs des SOINS PALLIATIFS sont des religieux

                    on laissait mourir l’agonisant sans lui donner ni à boire ni à manger

                    Vu le ramedame maintenant ils hydratent un peu

                    Mais surtout pour atténuer les douleurs ils morphinent

                    seulement plus le corps reçoit de la morphine plus il en redemande

                    et le corps fini par MOURIR

                    C’est une EUTHANASIE hypocrite

                    Dans certains centres de SP ça dure TROIS jours et ça se passe très bien.

                    Dans d’autres dans lesquels on rechigne à augmenter les doses malgré les signes évidents de souffrance ça dure ... TROIS SEMAINES

                    La personne en fin de vie reste dans le colletard shootée à la morphine devant ses proches, c’est LAMENTABLE

                     smiley


                    • sophie 22 septembre 10:22

                      @LOST on Earth
                      C’est aussi mon expérience familiale, de plus la morphine n’est pas tolérée par tout le monde (tube digestif détruit)


                    • Fergus Fergus 22 septembre 15:30

                      Bonjour, LOST on Earth

                      Je partage à 100 % votre commentaire.


                    • Cyrus Cyrus 22 septembre 15:36

                      @sophie

                      la morphine peut se prendre par injection goute a goute en perfusion .
                      ce sont donc les medecin qui ne font pas leur travail en prescivant du skenan oral microdoser.


                    • Aristide Aristide 23 septembre 08:31

                      @Fergus

                      En place d’approuver bêtement des propos sans fondement, vous devriez lire cela : Historique des soins palliatifs

                      Quelle nécessité à insulter vos contradicteurs ???





                    • sophie 22 septembre 10:19

                      Bonjour, j’ai entendu que 26 départements ne sont pas équipés de centre de soins palliatifs ! 26 ! soit le tiers.


                      • Aristide Aristide 22 septembre 10:50

                        @sophie

                        Et c’est cela le vrai problème, plus urgent que de voter une nouvelle loi, donner les moyens au corps médical de faire bénéficier tous les malades de soins palliatifs !!!


                      • Fergus Fergus 22 septembre 15:31

                        Bonjour, sophie

                        C’est vrai, trop de départements ne disposent pas d’un centre de soins palliatifs. C’est une grave lacune.


                      • Fergus Fergus 22 septembre 15:35

                        @ Aristide

                        Là encore, vous donnez dans la plus pure hypocrisie : vus savez très bien que les soins palliatifs resteront réservés à des malades dont le pronostic vital n’excède pas quelques semaines.
                        Cela ne répond en aucune manière aux attentes des malades gravement atteints d’une maladie incurable et soumis à d’intolérables souffrances dont l’espérance de vie fortement dégradée se mesure en mois, voire plus !!!


                      • troletbuse troletbuse 22 septembre 15:54

                        @Fergus
                        C’est une grave lacune.


                        Non, Fergus, une volonté délibérée et vous le savez très bien. Ne chercher pas à tempérer ces non-mesures.


                      • véronique 23 septembre 01:05

                        @Fergus

                        Si ce sont des personnes qui ont besoin d’un traitement médical, elles peuvent décider d’arrêter le traitement et en conséquence recevoir des soins palliatifs voire une sédation profonde. Et dans tous les cas elles ont droit à ce que leurs souffrances soient prises en charge. Il n’y a pas besoin d’une loi supplémentaire.


                      • Aristide Aristide 23 septembre 08:01

                        @Fergus

                        Cela ne répond en aucune manière aux attentes des malades gravement atteints d’une maladie incurable et soumis à d’intolérables souffrances dont l’espérance de vie fortement dégradée se mesure en mois, voire plus !!!

                        Et vous soutenez encore que seule la fin de vie soit concernée ?


                      • Fergus Fergus 23 septembre 09:34

                        Bonjour, véronique

                        A ce très gros détail près que les soins palliatifs ne sont délivrés qu’à des malade en phase terminale. D’où la reconnaissance par le CCNE qu’il faut aller plus loin que quelques semaines au plus avant l’échéance pour la porter plusieurs mois afin de faire face aux cas dramatiquement douloureux de malades qui mettent de longs mois à agoniser. Or, la loi actuelle ne le prévoit pas !!!


                      • véronique 24 septembre 01:15

                        @Fergus

                        Une personne malade peut décider d’arrêter les traitements, dans ce cas elle risque de se retrouver en fin de vie et donc en situation de demander une sédation profonde. Un autre cas est celui d’une personne qui reçoit de lourds traitements contre la douleur, qui peuvent aussi accélérer la dégradation de son état. Dans tous ces cas les soins palliatifs sont une possibilité même si à la base ces personne ne sont pas en fin de vie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité