• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Evangile cannibale et zombification politique du couple Macron-Merkel

Evangile cannibale et zombification politique du couple Macron-Merkel

« On a toujours nos blouses blanches.Ridicules.Elles ne ressemblent plus à rien.Des traînées sales de sueur.Les gribouillis noirs des goules.[...]

C’est nous les anges, les messagers.On vient apporter la bonne parole, ce nouvel évangile des morts, l’évangile cannibale.Le temps nous lavera de nos souillures.On reviendra immaculés.Nous serons juges ! »

Fabien Clavel, « L’évangile cannibale », Mnémos éd. (2018)

 

Qu’il s’agisse des efforts désespérés d’une camarilla qui s'évertue à sauver les fondements vermoulus d’une classe politique à la tête d’une Europe littéralement zombifiée, qu’il s’agisse des gesticulations d’un président qui perd toute crédibilité et tente de rassembler ses troupes en prévision de la Bérézina des prochaines élections européennes en 2019, les déclarations de M. E.Macron et de sa partenaire Mme A.Merkel ont tout d’un véritable évangile cannibale qui n’aura pas d’autre effet que de compter les ossements d’une politique arrivée en fin de course avant même que d’avoir commencé.

Tenter de gagner une partie d’échecs en ignorant les pièces maîtresses de l’adversaire pour ne s'appuyer que sur de simples pions ne fait que précipiter l’issue fatale.

Que les choses soient claires : le rêve européen de M. Macron est déjà mort et enterré dans la mesure où, empêtré qu’il est dans un salmigondis où la confusion des genres se mêle à la confusion des sentiments et à la cécité face à une situation irrémédiablement compromise, le chef de l’Etat se refuse à voir et à admettre une réalité pourtant aveuglante et facile à comprendre : les peuples européens se sont réveillés et ont une toute autre idée des valeurs européennes que celles que des équipes gouvernementales démonétisées, désormais dépourvues de légitimité tant politique qu’économique ou sociale, tentent encore de leur imposer en prêchant un évangile mortifère et cannibale.

Les élections européennes de 2019 seront, qu’on le veuille ou non, un referendum à l’échelle continentale sur l’unique question qui mobilise déjà et mobilisera encore plus les Européens : le refus complet de l’immigration-invasion du continent.

Le reste est secondaire.

 

Un spectacle pitoyable

Voici un an, profitant de l’état de grâce postélectoral, le chef de l’Etat qui se sentait animé d’une mission sacrée proposait alors d’organiser partout en Europe des exercices dits de « démocratie participative » pour favoriser les liens entre les peuples et restaurer une construction européenne à laquelle plus personne ne croit dans sa forme actuelle et dans les dérives qui l'ont profondément obérée.

« Je souhaite avec ardeur, déclarait-il à ce propos à Athènes le 7 septembre 2017 dans son discours face à l’Acropole, que, dans chacun des Etats membres, nous puissions pendant six mois organiser des consultations démocratiques qui seront le temps durant lequel partout dans nos pays nos peuples discuteront de l’Europe dont ils veulent ».

Il eût été préférable, par honnêteté intellectuelle, de corriger le propos et de parler "de l'Europe que nous voulons, nous, dirigeants européens, et nous seuls", tant il est vrai que depuis le referendum de 2005 et cette terrible déclaration de J-C. Juncker en janvier 2015 : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

Professant la Bonne Nouvelle, de Lisbonne le 27 juillet à Copenhague le 28 août et enfin à Luxembourg jeudi 06 septembre 2018, la parole présidentielle n’a plus qu’un seul objectif pour son auteur : gagner à tout prix les élections européennes – question de survie politique à titre personnel comme pour son parti LREM – en tentant de roder un argumentaire construit sur la fumisterie d'une "Europe qui protège, sans renoncer à ses valeurs ».

Particulièrement gêné par les divergences européennes autour de la question des migrants, le président s’efforce ainsi de proclamer la nécessité de faire respecter le droit d’asile en sanctionnant les « Etats contrevenants », en l’occurrence la Hongrie, la Pologne, l'Autriche et désormais l'Italie, dont il se refuse à comprendre les positions qu’il écarte sans même en discuter les fondements en leur opposant un argumentaire fallacieux. « Je suis pour qu’on soit clairs et fermes avec tous les pays qui ne respectent plus l’Etat de droit, la base de ce qui est au fondement même de nos traités, et du Conseil de l’Europe. On ne doit transiger en rien », a-t-il ainsi déclaré jeudi 06 septembre 2018 sous le regard approbateur et enamouré du Premier ministre Luxembourgeois M. Xavier Bettel.

Il est vrai que la mayonnaise a eu le temps de prendre dès lors que quelque heures plus tôt les deux dirigeants ont pris le temps de déjeuner avec les Premiers ministres belge, Charles Michel, et néerlandais, Mark Rutte, pour évoquer la préparation du sommet de Salzbourg du 20 septembre prochain dont l’ordre du jour sera précisément… la question migratoire.

Le feu couve donc et à huit mois des prochaines élections européennes l’urgence est désormais de se lancer dans cette «  confrontation » dont le chef de l’Etat entend être le champion autoproclamé face à ses adversaires, désireux qu’il est de défendre une solution « progressiste et efficace » contre les solutions « simplistes et inefficaces » prônées par le dirigeant hongrois et son nouvel allié, le ministre de l’Intérieur italien d’extrême droite et donc certainement et à tout le moins crypto-fasciste, qui sait ?, Matteo Salvini, dont des juges bien intentionnés tentent de détruire le parti en l’asséchant financièrement.

On le voit, tous les coups sont permis, car dans l’évangile cannibale du président français en particulier et Bruxellois en général, les progressistes dont il se veut le chef de file doivent se retrouver autour de la « plateforme » dont il a défini les contours l’an dernier à la Sorbonne, dans son discours sur la refondation d’une UE décrite et voulue comme « plus intégrée et plus solidaire ».

Mais, Fatalitas ! il se trouve que les rêves sont souvent incompatibles avec la réalité et que les doigts crochus du Destin pourraient bien déchirer la trame de ce songe politique.

II- Obstacle majeur

Il est vrai que sans Angela Merkel le processus macronien est condamné. On ne saurait en effet méconnaître le fait que parallèlement aux aspirations macroniennes l’Allemagne reste fidèle à un objectif primordial qui est celui de conserver à sa main le directorat européen qu’elle n’envisage nullement de partager avec qui que ce soit d’autre qu'elle. Voici en effet que la chancelière a apporté mercredi dernier son soutien au conservateur allemand Manfred Weber, candidat de la droite européenne (PPE) à la présidence de la Commission européenne. Mais M.Weber étant plutôt un défenseur de Viktor Orbán – l’ennemi de M. Macron -, ce soutien pourrait bien éloigner Angela Merkel du camp d’éclopés et de zombies politiques que tente de fédérer le chef de l’Etat. Celui-ci semble avoir perçu le danger puisqu’il s’est cru obligé de déclarer à Luxembourg que les décisions concrètes de la chancelière la plaçaient « totalement du côté des progressistes ».

Fichus progressistes et maudits nationalistes, « populistes » et « illibéraux » de tout acabit, empêcheurs de voter en rond et qui défendent une "mauvaise" Europe !

Rien ne vas plus car l’entrevue de M. Macron et de Mme Merkel de ce vendredi, à Marseille, n’aura pas permis de savoir de quel côté penchera la chancelière qui n’est plus que l’ombre d’elle-même et qui demeure très attentive à l’arbitrage que M. Orbán ne va pas manquer d’effectuer au sein de la droite européenne.

III- Faire de la question migratoire « une chance et pas une crainte », ou quand les incantations deviennent des foutaises

M. Macron a en effet choisi Marseille, « ville symbole des migrations » (…), pour marquer sa volonté de faire de la question migratoire « une chance et pas une crainte » en Europe, et cela alors que Mme Merkel est de nouveau fragilisée au sein de sa coalition comme l’a révélé sa passe d'armes sur l'immigration de ce jeudi 6 septembre avec son ministre de l'Intérieur, M. Horst Seehofer, deux mois seulement après avoir évité l'éclatement de sa coalition sur ce sujet.

M.Horst Seehofer, président du très conservateur parti bavarois CSU, a en effet affirmé avec une lucidité certaine que « la question migratoire est la mère de tous les problèmes » en Allemagne, disant comprendre les manifestations anti-migrants de Chemnitz consécutives à des meurtres commis par des migrants sur des ressortissants Allemands qui ont, on peut le comprendre, donné lieu en retour à de sérieuses échauffourées. Des débordements qui « ne sont pas tolérables dans un Etat de droit », a alors rétorqué la chancelière qui semble avoir oublié qu’un véritable Etat de droit ne peut valablement accepter sans réagir que des éléments allogènes puissent perpétrer des crimes sur son territoire…

L’Allemagne s’est en effet gravement compromise et piégée - entraînant avec elle l'Europe toute entière, à l'exception des pays du Groupe de Visegrad et de l'Italie - avec un appel d’air criminel à une immigration qu’elle ne maîtrise plus, comme le montrent les graves événements de Chemnitz, et il n’est pas impossible que le revirement politique que va connaître la Suède dont la survie suppose qu’elle mette un terme définitif à une immigration irresponsable et mortifère puisse conduire à un revirement européen de l’Allemagne. 

Ce changement qui est en train de se produire et de gagner du terrain lfinira par laisser M. Macron, sa politique et son « arc progressiste pour faire face à la montée des populistes » sur le sable, achevant de le transformer en mort-vivant ou en zombie politique face à l’Italie de M. Salvini et à la Hongrie de V. Orbán.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.1/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • mumiketico mumiketico 8 septembre 11:32

    Heil !


    En voila au moins un qui a mordu a l’Hameçon.

    Les élections elle sont truqués mon pote. Médiatiquement, plus personne n’en doute, méme le dernier des croyant l’admet maintenant.

    Techniquement, c’est certain la ou les machines a triché on été utiliser. La ou on a caché les urnes, a un moment ou a un autre. La ou personne ne peut témoigner de la sincérité du scrutin car s’est un petit comité qui s’est occupé de tout, sans observateurs pas méme d’une ville voisine.

    La ou les plainte pour fraude éléctorale et violation de la loi éléctorale disparaissent sans laisser de trace, la ou on as voté deux fois, posé la preuve sur internet, et qu’aucune investigation, aucune enquéte n’a jamais eu lieu. La ou le cumul des table, le nom des volontaire au dépouillement, ne figure nulle part.

    Laisse tomber mec. Ignore Paris, Ignore Bruxelles. Ignore leurs papiers, leurs lois, leurs prétentions. Quant il te chopent, attend juste qu’il te lache dans un silence souriant.

    Arrêtez de voter, ca les encourage.

    ++

    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 septembre 12:12
      @mumiketico

      Bonjour et merci aussi bien pour votre visite que pour vos observations.Attribuée à J. Staline, la citation bien connue du « Ce qui compte ce n’est pas le vote, c’est comment on compte les votes”, pourrait encore être améliorée comme suit : »Ce qui compte ce n’est pas le vote, c’est comment on compte les votes et surtout qui compte les votes.”

      Il est en effet fort probable qu’à l’aune de scrutins aussi importants que ceux des élections présidentielles et européennes il est en effet exclu que des « surprises » puissent se produire avec de « mauvais » votes qui n’entreraient pas dans les objectifs attendus.

      Chacun pensera ce qu’il veut de ce que la prudence doit faire considérer comme une hypothèse qui n’en est plus une dès lors que l’on voit la manière dont on commence déjà à « travailler » en amont les consciences et les opinions.

      Nul doute que de « false flags » opportunément choisis en passant par l’élimination pure et simple de formations partisanes par le biais de poursuites judiciaires bidonnées, sur fond d’infractions « financières », devenues soudainement et très curieusement particulièrement sourcilleuses de respecter la législation pénale, tous les coups seront permis pour empêcher la survenance de ce qui « n’est pas au programme ».

      Mais voilà, même si la « citation » attribuée à B. Brecht quant au Peuple qu’il faudrait changer ou dissoudre puisqu’il « vote mal » demeure intéressante dans son essence (https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Bertolt_Brecht), il reste que sur le fond les volontés populaires sont parfois rétives dès lors qu’elles comprennent que leurs intérêts vitaux sont concernés.

      Les questions relatives à l’immigration en sont la preuve vivante et l’exact révélateur.
      Élections truquées, orientées etc.

      Les gens, les peuples ont ceci d’intéressant : ils ont oublié d’être idiots. Il n’est pas impossible après tout que les gens décident non pas de s’abstenir mais au contraire de choisir eux-mêmes, hors partis, hors formations politiques habituelles, hors listes préconstituées, leurs propres candidats.

      Cordialement, Renaud Bouchard

    • Doume65 8 septembre 12:44
      @mumiketico
      «  Les élections elle sont truqués »
      De quelles élections parles-tu ?

    • V_Parlier V_Parlier 10 septembre 13:37

      @Doume65
      En effet. Elles ne sont pas grossièrement truquées mais organisées après une consciencieuse campagne de conditionnement de 2 mois au moins. C’est une forme de trucage, mais qui n’enlève rien à la responsabilité des électeurs.


    • baldis30 8 septembre 11:38

      bonjour

      « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens »

      tout est dit ...., rien à rajouter ! peuples couchez vous ! de gré ou de force - dans ce cas directement dans une fosse commune comme du temps des nazis !


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 septembre 12:22


        @baldis30
        ...ou quelques « stratégies de tensions » opportunément déclenchées en orientant quelques émeutes, en activant des procès contre des activistes qui seront alors déclarés comme « refusant l’Etat de droit », version moderne et actualisée des anciens « ennemis de la Constitution » au grandes heures de la RFA.

        cf. à ce propos le rôle de la La Cour constitutionnelle (Bundesverfassungsgericht), cette institution du droit constitutionnel allemand mise en place par les auteurs de la Loi fondamentale.


        Bien à vous,
        Renaud Bouchard

      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 septembre 12:50


        @baldis30

        Correction

        On peut - comme vous l’écrivez- « coucher les peuples dans des fosses communes », effectivement.

        Cela s’est vu.

        Cela peut se répéter.

        Les dystopies fracassent parfois le Réel.

        On l’a vu lorsque l’aviation de l’OTAN (« Opération Force Alliée » du 23 mars au 10juin 1999) a bombardé...la Serbie.


        L’UE a-t-elle protesté ?

        ...ou quelques « stratégies de tensions » opportunément déclenchées en orientant quelques émeutes, en activant des procès contre des activistes qui seront alors déclarés comme « refusant l’État de droit », version moderne et actualisée des anciens « ennemis de la Constitution » aux grandes heures des « Années de Plomb » de la RFA.

        cf., tiré du très bon roman éponyme d’Heinrich Böll (Die verlorene Ehre der Katharina Blum), le film intitulé L’honneur perdu de Katharina Blumhttps:

        //fr.wikipedia.org/wiki/L%27Honneur_perdu_de_Katharina_Blum


        cf. à ce propos le rôle de la La Cour constitutionnelle (Bundesverfassungsgericht), cette institution du droit constitutionnel allemand mise en place par les auteurs de la Loi fondamentale.

        Rien ne change.

        Tout est prêt, comme cela a failli être le cas pour la Grèce, un peuple « rétif’ et peu enclin à absorber sans discuter le médicament du chef de l’Eurogroupe, le bon Dr Dijsselbloem administré par la »Troïka".

        Voyez l’Eurogendfor



        Bien à vous,

        Renaud Bouchard

      • Clocel Clocel 8 septembre 12:32

        L’affiche me fait penser au cher Jacques Prévert...

        « Comme cela nous semblerait flou, inconsistant et inquiétant une tête de vivant, s’il n’y avait pas une tête de mort dedans. »


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 septembre 12:55
          @Clocel
          Bonjour et merci pour ce délicat et judicieux rappel de J. Prévert.
          En voici un autre :
          « La poésie ne doit pas périr. Car alors, où serait l’espoir du monde ? » Léopold Sédar Senghor (in postface aux Éthiopiques)

          Bien à vous,
          Renaud Bouchard

        • Doume65 8 septembre 12:51

          « Les élections européennes de 2019 seront, qu’on le veuille ou non, un referendum à l’échelle continentale sur l’unique question qui mobilise déjà et mobilisera encore plus les Européens : le refus complet de l’immigration-invasion du continent.

          Le reste est secondaire. »
          Vous parlez pour vous. Les européens ont d’autres questionnements. Ne pensez pas que tout le monde soit aussi monomaniaque que vous. Moi, par exemple, j’ai d’autres sujets de préoccupation : le néolibéralisme, l’écologie, la pertinence de rester dans l’UE, la pertinence de l’UE elle-même, la soumission à Washington et son État profond...

          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 septembre 13:20
            @Doume65

            Bonjour et merci pour votre observation à laquelle je réponds.

            Il est évident (et fort heureusement) que les européens (beaucoup d’entre eux) ont aussi d’autres questionnements et d’autres sujets de préoccupation que vous énumérez d’ailleurs à juste titre, tels que : le néolibéralisme, l’écologie, la pertinence de rester dans l’UE, la pertinence de l’UE elle-même, la soumission à Washington et son État profond...

            Il n’est pas sûr pour autant que ces sujets représentent les thèmes dont leurs zélateurs souhaitent discuter...et dont ils discuteront à l’occasion de la préparation des prochaines élections européennes.

            -Le néolibéralisme est une catastrophe.
            -L’écologie est traitée par dessus la jambe.
            Qui se soucie de l’avenir de la planète ?
            Beaucoup de gens, me direz-vous. Je vous suggère, comme je l’ai fait, d’aller expliquer à votre voisin qu’il faut être complètement ramolli du bulbe pour mettre 30000 € dans l’achat d’un « SUV » et de me faire part de sa réaction.
            -Rester ou non dans l’UE ?
            Du Brexit à l’Italexit, la question devient brûlante.
            -La pertinence de l’UE elle-même ?
            En tout cas pas sous la forme d’un fédéralisme tel qu’annoncé.
            -La soumission à Washington et à son État profond ?
            Vous devriez parler de « vassalisation » et aborder la question de l’OTAN.

            Bien à vous,
            Renaud Bouchard


          • Zolko Zolko 10 septembre 13:20
            @Doume65 : "Ne pensez pas que tout le monde soit aussi monomaniaque que vous. Moi, par exemple, j’ai d’autres sujets de préoccupation : le néolibéralisme, l’écologie, la pertinence de rester dans l’UE, la pertinence de l’UE elle-même, la soumission à Washington et son État profond..."
             
            beaucoup de ces sujets sont liés à l’immigration : la soumission à Washington par exemple, puisque la vague d’immigration est pilotée par les USA, que ce soit Soros avec ses ONG ou le gouvernement et ses guerres. De même pour le néolibéralisme.
             
            La pertinence de l’UE est du même tonneau : quand Merkel parle d’une solution Européenne à la question migratoire, en fait elle veut dire qu’elle veut que tous les pays Européens adoptent son attitude à elle sur la question, car une réponse Européenne serait possible mais serait à l’opposée de la sienne : fermeture pure-et-simple des frontières externes. La question qui se pose est donc : quelle UE voulons-nous ? Celle de Macron-Merkel ou celle de Orban-Salvini ?
             
            Par ailleurs, la question migratoire est fondamentale en ce sens que cela engage l’Europe sur une très très très longue période, et la transformera - ou pas - en profondeur : si des millions de Musulmans entrent en Europe, il deviendra impossible de les virer même si on le voulait. A moins de re-faire un pogrom, contre les Musulmans cette-fois, ce que les Européens ne souhaitent pas. Tandis que les questions économiques sont conjoncturelles, on peut facilement changer de cap, elles ont donc moins d’importance.

          • bob14 9 septembre 07:29
            Evangile cannibale du couple Macron-Merkel..bientôt les élections européennes..qui sonnera leur fin pour le bien des gaulois !

            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 9 septembre 09:41

              @bob14
              Bonjour et merci pour votre commentaire.Il y a la Femme en carton (belle image !) et les chiffons de papier qui ne veulent pas comprendre, tels M. Macron et Mme Merkel.La réalité est là:La Suède deviendra dimanche 09 septembre 2018 le 7ème pays en Europe, après tout récemment l’Italie, où la droite mènera le jeu politique. En se rendant ce dimanche 9 septembre aux urnes pour choisir les 349 membres du parlement, le Riksdag, les électeurs décideront de la dose de conservatisme de droite et d’extrême droite qui gouvernera le Royaume dès le 25 septembre, pendant quatre ans. Monarchie parlementaire qui a vu depuis plus d’un siècle, les sociaux-démocrates remporter chaque scrutin, la Suède n’est pas à l’abri de voir se confirmer en pole position le courant nationaliste d’extrême droite. Porté par le parti d’extrême droite, les Démocrates de Suède (SD), donné à 20 % d’intentions de vote dans les sondages, ce courant qui agite fortement la question de la migration, rebat toutes les cartes. Avec 450.000 demandeurs d’asile accueillis depuis 2010, et 18.5% de la population, née à l’étranger, l’immigration constitue une préoccupation majeure pour quasiment tous les partis politiques, fortement récupérée par l’extrême droite.Il n’y a là rien de surprenant.La Suède a commis une très grave erreur en laissant entrer une immigration allogène ingérable, incompatible avec la conception même de la vie en Scandinavie.

              Le chef de file des SD, Jimmie Akesson, 39 ans, en fait le cœur de son programme : « Tout ira bien, il suffit de stopper l’immigration et de renvoyer les immigrés chez eux ». Solution évidente, partagée dans d’autres pays car c’est le même registre qui a porté au pouvoir en Italie en mars dernier, le leader de la Ligue, Matteo Salvini.

              L’immigration de masse détruit la Suède :

              https://www.youtube.com/watch?v=vD553QV17ag


            • bob14 9 septembre 09:49

              @Renaud Bouchard...L’immigration actuelle non contenue pour le plaisir des patrons, sera la cause d’ici peu d’un éclatement des peuples..
               smiley


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 9 septembre 17:47

              @bob14Eclatement des peuples, à moins que ces mêmes peuplent ne finissent par éclater leurs dirigeants félons.

              Le SD qui va réussir sa percée en Suède a annoncé qu’il ferait jouer à plein le rapport de force issu des urnes, en dépit de la faible probabilité pour les nationalistes de ce même parti d’intégrer quelque cabinet que ce soit en raison du « cordon sanitaire » des partis traditionnels.

              « On va faire valoir nos conditions et mettre en avant nos positions sur [...] la politique d’immigration, la lutte contre la criminalité, la santé », a donc averti ainsi Jimmie Akesson, le leader du SD, dans un entretien à l’AFP. Sa formation siphonne les électeurs conservateurs, mais aussi sociaux-démocrates et affiliés à la confédération syndicale LO, très influente dans le pays.

              Selon un scénario qui se répète un peu partout en Europe - et qui finira par se produire en France, question de temps -,la question de l’immigration s’est en effet invitée au premier plan dans le débat public et dans les élections suédoises. Les affiches de campagne témoignent à ce propos du changement de ton radical dans le débat public : « Non à l’appel à la prière », « Parler suédois pour devenir suédois, ce n’est pas une évidence ? » ou encore « Se haïr ou se parler ? »

              Après l’Allemagne et l’Autriche en 2017 et l’Italie en mars 2018, et avec en ligne de mire les élections européennes de 2019, la Suède va-t-elle rejoindre la liste toujours plus longue des pays qui, selon l’Union européenne, « votent mal » ?

              La réponse est sous nos yeux.

              La Suède va inaugurer une nouvelle configuration politique : celle dite du "populisme de prospérité, notion qui va rebattre les cartes et bousculer quelques bonnes vieilles certitudes.

              La formule « problèmes économiques = montée des populismes » ne semblant pas résoudre l’équation suédoise, d’aucuns convoquent alors le « populisme de prospérité », notion réservée jusque-là par exemple aux pays riches tels que la Suisse.

              Lire ici i : https://francais.rt.com/international/53796-elections-suede-quand-economie-explique-plus-montee-partis-anti-migrants

              Lire aussi : « Les Macron, Merkel et Juncker accouchent des Orban, Salvini et Le Pen », selon Adrien Quatennens

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès