• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Existe-t-il des « crapauds fous » en Macronie ?

Existe-t-il des « crapauds fous » en Macronie ?

JPEG

Les « crapauds fous » sont des animaux étonnants. Alors que leurs congénères migrent en masse dans une direction pour se reproduire, des individus ressentent de manière intuitive que le choix de la majorité est périlleux. Dès lors, ils partent dans une direction différente, voire carrément opposée. Et tandis que la majorité des crapauds court collectivement à sa perte en traversant les routes en rangs serrés, les individus déviants survivent et assurent ainsi la survie de l’espèce...

Avertissement : il existe deux espèces de « crapauds fous » : ceux qui veulent changer la société contemporaine, et ceux qui, par leur courage, ont sauvé des milliers de Juifs durant la 2e guerre mondiale...

******

En octobre 2017, l’ingénieure Thanh Nhgiem, fondatrice de l’Institut Angenius spécialisé en développement durable, et le mathématicien Cédric Villani, député LREM de l’Essonne, ont publié chez l’éditeur Florent Massot un essai intitulé Manifeste du crapaud fou. Né de rencontres initialement organisées dans le cadre du Domaine des Treilles à Tourtour (Var) en avril 2017, ce manifeste prend la forme d’un cri d’alerte sur les dangers que court une société de plus en plus formatée et qui, si rien ne change, subira les effets négatifs nés de l’aveuglement des puissants. Un texte qui propose également des pistes d’actions ouvertes à tous les enrichissements possibles via le site web des Crapauds fous. Un site où l’on s’exprime ainsi :

« Plusieurs tsunamis sociétaux sont à l’horizon, et [...] notre survie dépendra de notre capacité à faire comme le crapaud fou, qui ne suit pas la masse, fait un pas de côté, prend des routes différentes que la majorité de ses congénères [...] Faire crapaud fou, c’est un état d’esprit, une attitude, une posture, un grain de folie, une curiosité et une ferme résolution à ne pas suivre la masse aveuglément. »

Thanh Nhgiem, Cédric Villani et la quarantaine d’intellectuels qui ont participé à l’écriture du Manifeste du crapaud fou ont en effet la certitude qu’il est urgent de fédérer la créativité et l’énergie des femmes et des hommes de bonne volonté pour contrer les effets des « trois tsunamis » annoncés en matière climatique, technologique et démocratique. Leur objectif : réunir tous ceux qui ont pris conscience de la nécessité d’un changement profond des paradigmes qui structurent notre société, quitte à aller à « contre-courant ». Tous ceux en qui les deux personnalités et ceux qui les ont déjà rejoints voient des « crapauds fous ».

En présentant le manifeste, Florent Massot écrivait, à propos de la démarche induite par Thanh Nhgiem et Cédric Villani : « Cette quête effrénée amène ce tandem hors du commun à embarquer une quarantaine de personnalités afin d’émettre un appel à s’en­gager vers un nouveau ʺvivre ensembleʺ. Chaque personne apportant sa puissance intellectuelle, spirituelle ou pratique pour franchir le tunnel : scientifiques, penseurs, data scientists, entrepreneurs sociaux, collectifs d’activistes, hackers ou écologistes. » Et de fait l’on trouve tous ces profils parmi les Crapauds fous, et sans doute d’autres encore depuis que la démarche initiée par le manifeste a trouvé un relais contributif sur internet.

Le nombre des Crapauds fous a-t-il été étoffé de manière significative par le renfort de créatifs de talents ? Les pistes d’action non conventionnelles proposées par ce collectif ont-elles des chances de convaincre les décideurs et d’influer sur les destinées de la planète ? Les interactions avec les ONG existantes seront-elles de nature à faire bouger les lignes au niveau politique, tant national qu’international ? Il est évidemment trop tôt pour le dire. Mais les Crapauds fous ont le mérite d’exister. Pour mieux comprendre leur état d’esprit et leur mode de fonctionnement, le site de ces agitateurs d’idées peut être consulté, de même que l’interview qu’a donnée Thanh Nhgiem au site Usbek & Rica le 15 novembre 2017.

Il n’est toutefois pas illégitime de se poser des questions sur l’engagement de certains crapauds fous. À commencer par Cédric Villani. Voilà un homme qui semble avoir des convictions bien ancrées sur l’avenir de la planète et la nécessité d’agir avant que l’Humanité n’aille droit dans le mur. Un homme qui, conscient de l’urgence de changer de paradigmes sur les principaux enjeux, s’engage dans une voie alternative. Avec pour objectif d’infuser les consciences afin de contraindre les gouvernants à agir pour contrer les menaces – les fameux « tsunamis » – qui pèsent sur la société en matière de climat et d’environnement, de nouvelles technologies et d’intelligence artificielle, de démocratie et de prise en compte des légitimes attentes des peuples.

Là où le bât blesse, c’est qu’ « en même temps », Cédric Villani est député de la majorité macronienne. Autrement dit, un godillot parmi les autres godillots dont la voix ne s’est élevée ni pour soutenir Nicolas Hulot dans son constat de la vacuité des mesures écologiques gouvernementales, ni pour dénoncer les textes de loi visant à restreindre les libertés individuelles ou les prérogatives des parlementaires de l’opposition. Peut-être même Cédric Villani a-t-il soutenu la candidature de Richard Ferrand – l’amoral héros de la consternante affaire des Mutuelles de Bretagne – au perchoir de l’Assemblée Nationale où ce très proche ami du Chef de l’État aura, n’en doutons pas, pour mission principale de verrouiller les débats...

Existe-t-il des « crapauds fous » en Macronie ? La question reste posée. Mais en admettant qu’il y en ait, s’ils sont à l’image de Cédric Villani – avec ou sans lavallière –, alors les oligarques n’ont pas de crainte à avoir pour la pérennité de leurs affaires juteuses tant ces crapauds se paient de mots et si peu d’actions concrètes visant à changer réellement le cours des choses.

****** 

« Les crapauds fous », c’est également le titre d’une pièce de théâtre de Mélody Mourey qui nous transporte dans une petite ville de Pologne nommée Rozwadów durant la 2e guerre mondiale. Le sujet ? La folle, et pourtant véridique, histoire de gens ordinaires qui, pour sauver les Juifs de la déportation, ont dupé les nazis en organisant l’une des plus étonnantes mystifications du conflit à l’initiative d’un jeune médecin, Eugene Lazowski, surnommé. « le Schindler polonais ». L’un de ses amis de faculté, Stanisław Matulewicz, ayant découvert que le test du typhus réagissait positivement aux cellules mortes de cette redoutable maladie contagieuse, Eugene Lazowski a imaginé un stratagème consistant à inoculer des cellules inactives du typhus sur des porteurs sains. Comme prévu, ces derniers ont réagi aux tests de détection, validés à distance prudente par les médecins contrôleurs allemands, et ont été déclarés atteints de cette maladie que les nazis considéraient comme un fléau.

Dès lors, les présumés malades sont devenus officiellement contagieux et, de ce fait, ont constitué une grave menace pour les troupes allemandes, soigneusement tenues à l’écart des lieux d’habitation contaminés par l’épidémie. Avec l’aide de Stanisław Matulewicz, Eugene Lazowski a multiplié les injections sur les Polonais vivant autour des ghettos juifs de Rozwadów et des villages alentour et alimenté les Allemands en analyses sanguines contaminées et en rapports sanitaires de plus en plus désastreux. Jusqu’au moment où les nazis, par crainte d’une extension de l’épidémie, ont décrété la mise en quarantaine de la zone contaminée, y compris les ghettos juifs situés au cœur de celle-ci et dans lesquels pas un soldat du IIIe Reich ne se serait aventuré. Grâce à ces deux médecins et à la stupéfiante participation des habitants de Rozwadów, 8 000 Juifs ont échappé à la déportation ainsi que de nombreux autres Polonais aux internements forcés dans des camps de travail.

De retour à l’affiche du théâtre des Béliers parisiens (Paris 18e) jusqu’au 4 novembre 2018, cette extraordinaire aventure humaine, mise en scène de manière à la fois émouvante et burlesque par son auteure Mélody Mourey, a séduit au printemps les spectateurs et connu jusque-là un très beau et très mérité succès public. Un succès qui n’est sans doute pas près de se démentir, eu égard au bouche à oreille très positif qui a accompagné Les crapauds fous et aux excellentes critiques que ce spectacle a suscitées, à juste titre, dans les médias. Assurément l’une des toutes meilleures pièces actuellement jouées sur scène dans la capitale !

Les crapauds fous : bande-annonce

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.21/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

127 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 12 septembre 08:17

    Un grand jour pour cette nouvelle secte Française...l’interrogatoire de Ben Allah par les Sénateurs… smiley


    • Fergus Fergus 12 septembre 09:04

      Bonjour, bob14

      Je ne vois pas ce que Benalla vient faire ici...


    • bob14 bob14 12 septembre 09:32

      @Fergus....« crapauds fous »..comme c’est un truc de fous..restons dans la connerie humaine non ?.. smiley


    • Arogavox 12 septembre 10:12

      Réinvention d’une caste des ’excellents’ voulant penser pour les autres et leur faire du bien malgré eux ?

      Aristocratie, quand tu nous tiens ! 
      (cf étymologie : « pouvoir des meilleurs »)
      cf : « scientifiques, penseurs, data scientists, entrepreneurs sociaux ... créatifs de talents »  
      ... « afin de contraindre les gouvernants à agir » 
       >>> la ruse ! : contraindre ceux qui contraignent : ... pour faire contraindre !
       Ce qui revient à contraindre tout le monde !!
      Et ça va encore vouloir nous catéchiser l’humilité ! ... et prétendre à des visées démocratiques !!
      ... alors que ces ’penseurs’ n’auront jamais été capables de comprendre ce qui fait la séduction et la force paradoxale de l’humilité diverse, complémentaire, terre à terre, fraternelle et sans chichi d’un « pouvoir du peuple » !
             
      Et puis ça fait penser à un certain oeil voulant irradier depuis un centre entre une équerre et un compas.
      Campagne déguisée de recrutement ?

    • Fergus Fergus 12 septembre 11:51

      Bonjour, Arogavox

      « Réinvention d’une caste des ’excellents’ voulant penser pour les autres et leur faire du bien malgré eux ? »

      Très franchement, je n’en sais rien car je n’ai pas approfondi les contenus détaillés des propositions ni enquêté sur les personnalités qui ont adhéré aux collectif Les crapauds fous. A chacun de se faire son idée !

      « contraindre ceux qui contraignent : ... pour faire contraindre ! Ce qui revient à contraindre tout le monde ! »

      Sur ce point-là, vous n’êtes pas du tout cohérent : vous ne cessez en effet de clamer, sous différentes formes, que les gouvernants sont indifférents aux volontés du peuple et qu’en conséquence il faudrait des actions déterminées de ce peuple pour modifier significativement la ligne politique suivie. Bref, vous souhaitez voir un peuple qui contraint ses élus à agir pour le bien commun et pas au bénéfice de castes protégées ! Amusant, non ?  smiley

      Pour ce qui est de la référence à la franc-maçonnerie, peut-être avez-vous raison, peut-être pas, je n’ai pas d’opinion sur le sujet.

      En revanche, une chose est sûre : Villani est de la même promotion des Young Leaders (2012) que Macron et Philippe.


    • Arogavox 12 septembre 14:37

      @Fergus
       Puisqu’il faut vous mettre les points sur les ’i’, cela ne va pas être très élégant, et moins concis, mais je vais ici tenter de vous formuler un message qu’il sera un peu plus difficile de mal interpréter, même avec beaucoup de mauvaise volonté.

          
        Vous venez de choisir le cas d’élus contraints par « les volontés du peuple » à contraindre des « castes protégées » ... dont vous ne sauriez ignorer 
       - d’une part qu’elles sont minoritaires (dans le peuple / puisqu’elles vont contre « les volontés du peuple ») 
       - d’autre part qu’elles sont, elles aussi censées vouloir, statistiquement (dans un système qu’elles prétendent démocratique), « les volontés du peuple » ; donc qu’elles ne sauraient être contraintes par ce qui constitue leur propre volonté !!
         
       Alors je veux bien recevoir des leçons de cohérence, mais la moindre des corrections dans ce cas, serait de veiller à ce que ces leçons respectent elles-mêmes une indispensable cohérence !
        
       Pour ce qui est de ’la référence’ à laquelle vous faites référence, je ferai juste remarquer que, contrairement à certains gourous médiatiques (dont la cohérence est sujette à caution), je m’autorise pour ma part à poser des questions dont je ne connais pas la réponse.


    • oncle archibald 12 septembre 16:47

      @Arogavox : « Réinvention d’une caste des ’excellents’ »

      C’est l’histoire qui raconte pourquoi les rats sont si intelligents .... Je ne résiste pas :

      Quand un homme veut se débarrasser des rats qui viennent manger ses récoltes et lui apporter des maladies, il met en place un « piège à rat » armé en général d’un morceau de fromage. Le rat le plus con arrive par l’odeur alléché, s’approche et PAF ! le ressort se détend et il est tué dans le piège. C’est alors qu’arrive le rat intelligent qui peut sans danger manger le morcea de fromage, puis mis en appetit il se tape la veuve du rat pris au piège et lui fait des petits rats plus intelligents. Et au bout de quelques générations de ce manège, par simple évolution Darwinniène de l’espèce, les rats sont devenus tous très intelligents !

      C’est bien ce que pensait la noblesse avant 1789 non ? Il y avait eux, les intelligents et très riches, et « le peuple » pauvre et très con. Heureusement ...... enfin ... bref ..... A ce qu’on m’a dit, ce temps ignoble est bien fini. Non ?


    • Fergus Fergus 12 septembre 16:53

      @ Arogavox

      Vous me mettez « les points sur les ’i’ » d’une manière telle que, malgré 3 lectures successives, je ne comprends strictement rien à votre 2e paragraphe !


    • Arogavox 12 septembre 17:14

      @Fergus
       c’est bien possible, mais qu’y puis-je ?



    • Arogavox 12 septembre 18:06

       Dans votre vision(-interprétation) vous imaginez « un peuple qui contraint ses élus à agir pour le bien commun et pas au bénéfice de castes protégées ! » 

       Si ces ’castes protégées’ perdaient ce ’bénéfice’ obtenu par les élus, ne seraient-elles pas du coup ’contraintes’ ? ...

       En tous cas si vous ne savez pas comprendre, svp, abstenez-vous de traduire de travers ce que vous ne comprenez pas.



    • Fergus Fergus 12 septembre 18:55

      @ Arogavox

      N’est-ce pas ce que nous voulons, vous et moi ? Que les castes protégées soient « contraintes », sinon d’abandonner, du moins de réduire significativement leurs avantages au profit des plus faibles dans le cas d’une politique de justice sociale ?

      Dès lors, peu importe d’où vient cette contrainte, que ce soit du peuple ou d’un quelconque lobby intellectuel, le principal étant que les gouvernants soient amenés à passer à l’action !


    • Arogavox 13 septembre 00:04

      @Fergus
       je ne saurais contredire ce que vous affirmez être vos intentions ou pensées.

      Quant à moi, mon souhait serait que l’égalité en dignité suggérée par notre Constitution soit suffisamment comprise pour qu’il n’y ait plus de castes, donc plus de castes dirigeantes.
       Celles et ceux qui peuvent être ponctuellement, temporairement, chargés de servir « l’intérêt général » n’auraient pas besoin d’être contraints s’ils comprenaient bien des mesures/évaluations de cette « volonté générale » réputées connues et conscientisées par toute la population.
        
        C’est dans les régimes aristocratiques que l’action est déléguée à des « gouvernants »/experts/chefs/caudillos. 
       En démocratie on devrait pouvoir se contenter d’arbitres des décisions et volontés du peuple, 
       et non pas demander au peuple de se contenter d’enregistrer les désiderata ou lubies de prétentieux qui croient pouvoir penser à la place de la diverse multitude qui agit.
       



    • Fergus Fergus 13 septembre 09:51

      Bonjour, Arogavox

      « suffisamment comprise pour qu’il n’y ait plus de castes, donc plus de castes dirigeantes. »

      Etes-vous sûr que ce souhait soit partagé par tous ? Personnellement, je ne le crois pas. Il suffit de regarder autour de soi et d’écouter les uns et les autres pour comprendre que nos compatriotes sont peu nombreux à vouloir l’égalité sociale : la majorité aspire à accéder aux CSP supérieur, et - pire - une partie d’entre elle porte un regard méprisant sur les CSP plus modestes d’où parfois certains ont émergé.

      Or, ce sentiment général se retrouve tout naturellement dans le système politique qui, à cet égard, n’est pas très différent de ce que l’on observe en entreprise où les hiérarchies intermédiaires sont le plus souvent tournées vers la haut de la pyramide et très rarement vers le bas comme si l’empathie et l’amitié avec des opérateurs pouvait être nuisible à un plan de carrière (petite observation : j’ai travaillé durant 10 ans dans les DRH comme Responsable de formation).

      Bref, nous ne sommes pas sortis de l’auberge idéologique on sont débattues des idées portant, même pas sur l’égalité, mais sur la simple et légitime équité sociale. Les décideurs et ceux qui ont pour objectif de leur succéder un jour ne s’y arrêtent même pas dans ces « auberges » : ils tracent leur route en évitant toute pollution idéologique de nature à contrarier leurs ambitions. Et les faits leurs donnent malheureusement raison : ils sont élus et réélus par ces électeurs qui réclament plus de droits pour eux-mêmes, mais ne bougent pas d’un poil lorsque ce sont les droits des autres qui sont touchés.

      Or, cela, l’oligarchie et ses valets politiques le savent et en jouent avec un indéniable talent. Macron et sa politique sont en quelque sorte des archétypes de ce système vicié à la base !


    • cric 13 septembre 12:42
      @Arogavox

      C’est clairement exprimé...
      sauf, à mon avis, sur le temps de l’action...

      « En démocratie on devrait pouvoir se contenter d’arbitres es décisions et volontés du peuple, »

      On ne devrait pas, On doit, sinon ce n’est plus une démocratie.

      PS :
      Les groupies de l’ignoble Ségolène le savent...
      En démocratie on ne demande pas l’avis du peuple...



    • Arogavox 13 septembre 14:38

      @Fergus

      là encore vous interprétez « les faits » en présumant savoir les interpréter

      (« Le premier signe de l’ignorance, c’est de présumer que l’on sait » - disait Baltazar )
        
      Si les décideurs (légitimationnés, officiels) « sont élus et réélus par ces électeurs qui réclament plus de droits pour eux-mêmes ... » , reste à savoir si ces veautants témoignent vraiment de ce que le fameux « contrat social » avait nommé « la volonté générale ».
       Or, tant qu’aucune prise de mesure officielle ne cherchera à évaluer les nuances d’intentions ou divergences de paradigmes qui ne peuvent aujourd’hui être détectées par les non-inscriptions, non-veaute, ou veaute-utile du scrutin actuel, toute interprétation des résultats des urnes ne restera qu’un lapsus révélateur d’une complicité avec cet attrappe-nigauds foireux du veaute !
       
       Or, il se trouve que tous les régimes politiques, et paradoxalement, ceux qui, comme en France, appliquent le plus l’idéologie d’un système de pouvoir aristocratique (pouvoir des auto-proclamés ’meilleurs’), tiennent à tirer bénéfice d’une séduction populaire qu’ils prêtent au mot et au concept de démocratie.
       Ce qui tend à montrer que, contrairement à votre conviction que le souhait d’une abolition des castes de dirigeants soit mal partagée, une large majorité des citoyens voient bel et bien en tous cas ce souhait comme tenant de la volonté générale.
       Le lapsus de nos dirigeants et des larbins voudraient nous convaincre d’un TINA (pas d’alternative possible) est ainsi révélateur d’un mensonge c’est à dire d’une volonté consciente de tromper autrui !


    • Arogavox 13 septembre 14:42

      oups : ...  « ... et des larbins qui voudraient ... »


    • Fergus Fergus 13 septembre 15:24

      @ Arogavox

      « Ce qui tend à montrer que, contrairement à votre conviction que le souhait d’une abolition des castes de dirigeants soit mal partagée, une large majorité des citoyens voient bel et bien en tous cas ce souhait comme tenant de la volonté générale. »

      Aucune contradiction entre ce que vous écrivez là et ce que j’ai écrit, mais l’expression d’un paradoxe très répandu en France : on veut tout à la fois que le système change pour une société plus équitable car l’on espère en bénéficier, et en même temps l’on espère pour soi bénéficier d’avantages supérieurs à ceux du voisin. 


    • Ruut Ruut 13 septembre 16:01
      @Fergus
      Il est l’image du pire de la république en marche et de l’abus de pouvoir de cette LREM.


    • Fergus Fergus 13 septembre 16:05

      Bonjour, Ruut

      Sans vouloir défendre Villani, je ne crois pas qu’il faille chercher beaucoup pour trouver pire que lui à LREM. A commencer par Ferrand !


    • Arogavox 14 septembre 19:01

      @Fergus
       Qui donc est ce « on » ? 
       Là où vous voyez un ’paradoxe’ (ce qui sous-entend la possibilité d’une analyse cohérente plus fine), je ne constate dans vos propres propos que des hypothèses que seules deux alternatives peuvent concilier :

      - soit une incapacité innocente du ’on’ à dépasser l’incohérence
      - soit, au contraire, une manipulation bien consciente d’un ’on’ visant à abuser celles et ceux qui sont supposés incapables de déjouer ce piège.
       Ce qui dans tous les cas n’est pas glorieux.

       Vouloir « une société plus équitable » est déjà significatif d’un manque d’ambition démocratique pour quiconque a su comprendre combien l’objectif d’une égalité en dignité est bien plus élevé et plus puissant qu’une simple posture en faveur d’une apparente équité.
       Mais la volonté d’équité étant contradictoire avec une hypothétique possibilité « en même temps » de bénéficier d’avantages« , il ne peut y avoir ’paradoxe’ que si la volonté affichée n’est que feinte (manipulation !) ou si le »souhait" évoqué ici n’était pas conscientisé (innocence-déficience !). 
       


    • JL JL 12 septembre 09:27
       Bonjour Fergus,
       
       «  Trois tsunamis » annoncés en matière climatique, technologique et démocratique. »
       
      Je ne vois dans ces trois dangers exprimés, rien que du très politiquement correct !
       
      Tsunami climatique ? Le GIEC.
      Tsunami démocratique ? Du néo-conservatisme acoquiné au libertarianisme : quand les super riches sortent du placard et disent haut et fort comme l’autre : « dans la guerre des classes, c’est la classe des riches qui a gagné, définitivement. »
      Tsunami technologique ? Hum ... je vois pas.
      Cédric Villani ? Le Nicolas Hulot mathématicien ?
       
      Pour ma part, je citerais :
       
      Un tsunami écologique, bien plus préoccupant que le climatique et un tsunami des agents pathogènes résistants aux antibiotiques,
      Et à très court terme, le tsunami financier qui sera incessamment provoqué par le démantèlement irrésistible en cours, de tous les garde-fous mis en place après la crise de 2008 .
       

       
      Vous avez dit « Crapauds fous » ? Je dis :
       
      Lanceurs d’alerte.
      Moutons noirs : "Il ne faut pas que la France devienne le mouton noir de l’Europe " (Jacques Chirac, campagne pour l’adoption du TCE) 
       
      Et aussi, dans le genre :
       
      Souris infectées par un toxoplasme pas sans rapports avec les petits actionnaires, et tous ces diffuseurs de la pensée dominante : les éditocrates, les sondologues et les zexperts.
       
      Les Cygnes noirs. Mais là, c’est surtout pour la couleur ! Quoique ...


      • Fergus Fergus 12 septembre 09:46

        Bonjour, JL

        En réalité, les Crapauds fous mettent ensemble écologie et climat dans la menace environnementale.

        Pour ce qui est de la technologie, sont notamment visés l’inquiétant développement des fake-news, facilité par l’usage sans limites du web, et l’émergence probable d’applications en Intelligence Artificielle potentiellement porteuses d’effets négatifs.

        Pour ce qui est d’un tsunami financier, il est de facto la conséquence des dérives démocratiques qui transfèrent insidieusement le pouvoir du politique vers la finance et interdit de ce fait la mise en place de régulations indispensables pour contrer la spéculation et l’optimisation au profit de minorités.


        • JL JL 12 septembre 09:50
          @Fergus
           
          pas faux ...

        • troletbuse troletbuse 12 septembre 10:40

          @Fergus

          le pouvoir du politique vers la finance
          Vous avez oublié : « et la barbouzerie »

        • Fergus Fergus 12 septembre 11:05

          Bonjour, troletbuse

          Dans notre pays, la barbouzerie a toujours peu ou prou existé. La différence au fil du temps est venue de l’affaiblissement du politique.


        • troletbuse troletbuse 12 septembre 11:09

          @Fergus
          Donc, Benallah, une broutille !


        • Albert123 12 septembre 11:23

          @troletbuse

          Benalla n’est pas un barbouze mais juste une petite frappe avec un profil de psychotique bas de plafond assez classique ayant certainement connu Macron intimement qui en à fait son général.

          les barbouzes, nos barbouzes en fait, sont juste d’un tout autre calibre.

        • troletbuse troletbuse 12 septembre 11:33

          @Albert123

          Pas d’accord. Il y a eu substitution d’armes lors de la perquisition olé olé avec l’appui d’un groupe dévoué à Macaron. Le fils spirituel de Corrouye, le procureur Molins n’y a rien trouvé d’anormal.
          Etonnant, non ?

        • Albert123 12 septembre 11:40

          @troletbuse

          je vous parle des compétences d’un barbouse réel, pas d’un zinzin qui à besoin de 2 CRS pour frapper un lambda à terre lors d’une manif.

        • Fergus Fergus 12 septembre 12:55

          @ troletbuse

          Je suis d’accord avec Albert123 : Benalla n’a pas grand chose à voir avec une barbouze, même s’il a bénéficié de sa proximité avec Macron pour obtenir des passe-droits aberrants, dont le port d’armes.

          Cette affaire n’en est pas moins grave en ce qu’elle révèle du fonctionnement de l’Elysée sous Macron, plus que jamais dans la peau d’un monarque qui s’affranchit des règles selon son bon vouloir.


        • troletbuse troletbuse 12 septembre 13:56

          @Fergus
          Bien sur. Je vais vous croire car vous savez tout, n’est-ce pas ?


        • Fergus Fergus 12 septembre 16:58

          @ troletbuse

          Je ne sais pas grand chose des attributions de Benalla à l’Elysée, mais j’ai du mal à croire qu’il ait pu, à 27 ans, être en charge d’activités de « barbouzerie » significatives. En l’occurrence, c’est vous qui donnez à penser que vous en savez long dans vos sous-entendus !


        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 16 septembre 21:51
          @Albert123

          Bonsoir, « nos barbouzes en fait, sont juste d’un tout autre calibre », dîtes-vous.

          Du temps de Pasqua, peut-être, gros muscles, grandes gueules, mais l’esprit fin, même très fin. Des raffinés de fait !

          Mais les « barbouzes » actuels vont avec l’air du temps, et comme dirait l’adjudant du côté de la Joliette : « petite tête et gros cul » ! 

        • Albert123 12 septembre 10:02

          « notre survie dépendra de notre capacité à faire comme le crapaud fou, qui ne suit pas la masse, fait un pas de côté, prend des routes différentes que la majorité de ses congénères [...] »

          et donc devenir député de Macron le psychopathe ...

          je préfère 1000 fois écouter une conférence de Nikos Lygeros (celles en français) que ces intellectuels (certes compréhensibles par le plus grand nombre*) qui ont surtout vocation à devenir coach / gourou** pour orienter la masse vers un destin toujours funeste car étant le fruit d’une perception finalement assez limité du monde (ils se plaignent de la montée d’idéologies contraires à leurs valeurs tout en défendant des idéologies tout aussi simplistes et nuisibles).

          * dont le QI chute jour après jour

          ** comme tant d’autres retrouvés sur le web





          • Fergus Fergus 12 septembre 11:19

            Bonjour, Albert123

            On peut vouloir se faire plaisir en qualifiant Macron de « psychopathe », mais ce « diagnostic » ne tient pas la route.

            Macron est un chef d’Etat autoritaire, déterminé et peu embarrassé de scrupules humains qui poursuit un programme d’actions néolibérales au service des puissants. Ce constat suffit à justifier une opposition radicale à sa politique sans qu’il soit besoin de lui coller une étiquette fantaisiste. 

            Pour ce qui est du QI qui « chute jour après jour », cela me fait carrément marrer. D’une part, la baisse de QI n’est pas démontrée. D’autre part, si baisse il y a, il est difficile de la mesurer, eu égard aux changements rapides de la société qui induisent des comportements différents et nécessiterait donc des tests eux-mêmes différents, ce qui annulerait toute comparaison pertinente.


          • Albert123 12 septembre 11:30

            @Fergus



            aucune fantaisie juste des faits qui collent à un profil de plus en plus évident

            quand à la chute de QI ne vous en déplaise elle est bien réelle et mesurée

            mais quand on est dans la cale du bateau qui coule on a pas forcément l’impression de couler.


          • hunter hunter 12 septembre 11:32

            @Fergus


            Pour macron, je préfère le terme de sociopathe !

            quant aux problèmes de chute de QI, ça a même été traité par les mainstream....

            Demandez au Decodex !

            Vous contestez les propres sources du système dont vous êtes l’avocat dorénavant ?

            Un peu de cohérence voyons....

            Adishatz

            H/

          • troletbuse troletbuse 12 septembre 11:43

            @Albert123

            Une étude sur le QI des politiques

             

            Xi Jinping : 153

            Poutine : 148
            De Gaulle : 145

            Pranab Mukherjee 145

            Giscard : 143

            Asselineau : 142
            Jacob Zuma : 139

            Rousseff : 134
            Pompidou : 132

            Bayrou : 125

            Merkel : 124

            Obama : 119

            Mélanchon : 115
            Juppé : 107

            Netanyahou : 107
            Le Pen (père) : 106
            Mitterrand : 105

            Fillon : 104

            Cameron : 101
            Chirac : 97

            Villepin : 96
            Hollande : 96

            Sarkozy : 95
            Valls : 94

            Le Pen (fille) : 92
            Le Pen (nièce) : 91
            Macron : 91


          • Albert123 12 septembre 11:55


            la source svp (je ne conteste pas les valeurs, mais j’aimerai bien avoir la source de valeurs si précises).



          • Fergus Fergus 12 septembre 12:01

            @ hunter

            Si Macron est affecté d’un trouble de la personnalité, ce serait en effet plus de « sociopathie » que de « psychopathie » qu’il faudrait parler, vous avez raison sur ce point.

            Sur la chute de QI, je ne veux pas polémiquer, je ne connais pas suffisamment le sujet. Mais le fait est qu’il est difficile de tirer des conclusions valables de tests effectués à distance sur des individus dont l’environnement sociétal évolue. Ce n’est pas moi qui l’affirme, ce sont des médecins spécialisés. En l’occurrence, je réagissais plutôt à la chute « jour après jour ». smiley

            Je n vois pas où je me montre « l’avocat » d’un « système » dont je dénonce très souvent les dérives et contre lequel j’ai toujours voté !!! 

            Mais c’est vrai, je n’ai jamais voté FN, c’est sans doute cela qui vous agace. Cela ne vous autorise pas pour autant à raconter n’importe quoi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès