• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Expansionnisme turc

Expansionnisme turc

Dans une mise en scène flagrante, le président turc Recep Tayyip Erdogan a accueilli à Ankara Ersin Tatar, le soi-disant « Premier ministre » de la partie occupée de Chypre.

Tout le cérémonial était de mise. A l’issue de leur rencontre, ils ont annoncé l’ouverture de la partie fermée de la ville-fantôme de Famagouste, le quartier de Varosha.

Rappelons que Varosha, qui fait partie de l'agglomération de Famagouste (est de l’île de Chypre), a été occupée par l’armée turque en 1974 lors de son invasion de Chypre. La ville a été vidée de ses habitants Chypriotes grecs (nettoyage ethnique en règle) et entourée de clôtures par les militaires turcs. Le régime illégal établi par la Turquie dans la partie de l’île qu’elle occupe, a déclaré unilatéralement son indépendance, non reconnue par la communauté internationale à l'exception de la Turquie (son créateur). Ce régime est soumis totalement au bon vouloir du gouvernement turc qui contrôle et finance tout dans ce territoire chypriote occupé.

Rappelons également que située en lisière de la zone tampon surveillée par l'ONU, Varosha est restée sous contrôle direct de l'armée turque, qui en interdit l'accès. En 1984, l'ONU a adopté une résolution, restée lettre morte, exigeant le transfert de la ville aux Nations unies et son repeuplement par ses habitants d'origine[1].

Erdogan et Tatar ont annoncé l’ouverture, dans un premier temps, de la zone littorale de Varosha : « Le littoral (de Varosha) sera ouvert au public à partir de jeudi matin », a déclaré le « Premier ministre » de l'autoproclamée « République turque de Chypre-Nord (RTCN) », lors de cette visite à Ankara[2]. Il s'exprimait lors de la conférence de presse, mentionnée ci-dessus, avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a salué son annonce, la qualifiant de « décision courageuse » [3].

Cependant, cette annonce survient juste avant une « élection présidentielle » dans la partie occupée de Chypre pour désigner le chef de la communauté chypriote turque. Cette « élection » a lieu le 11 octobre prochain et M. Tatar est le principal opposant au chef actuel de la communauté chypriote turque, Mustafa Akinci.

Inutile de préciser qu’Ankara soutien Ersin Tatar, soutien indéfectible de la politique turque à tous les niveaux et sur tous les fronts : Syrie, Irak, Libye, Artsakh (Haut-Karabagh), la Méditerranée orientale et Chypre, contrairement à Mustafa Akinci qui critique (dans la mesure du possible) les agissements nationalistes et islamistes du néo-sultan d’Ankara ; il a même osé critiquer l’invasion turque dans le canton kurde syrien d’Afrine, c’est dire, ce qui a mis en colère noire Erdogan.

Favori dans les sondages, M. Akinci a vivement critiqué l'annonce de l'ouverture de Varosha par M. Tatar et le président turc, y voyant une ingérence d'Ankara dans les « élections » : « C'est une honte pour notre démocratie. Ces mesures visent uniquement à favoriser un des candidats. », a-t-il déclaré[4].

De son côté, la République de Chypre a vivement protesté contre ce nouveau fait accompli de la Turquie à Chypre. Aussi bien le président de la République, Nikos Anastasiades, que le ministre des Affaires étrangères, Nikos Christodoulides, ont condamné cet acte. Egalement, le porte-parole du gouvernement chypriote, Kyriakos Kousios, a déclaré dans un communiqué que cette « action illégale et provocatrice de la Turquie sera dénoncée devant le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Union européenne et la communauté internationale comme un acte violant le droit international, les résolutions de l'ONU et les conclusions du Conseil européen ».

« Cela n'aide pas les efforts de désescalade dans la région », a commenté de son côté Oliver Varhelyi, le commissaire à l'élargissement de l'UE. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a déclaré : « L'UE est très préoccupée par les annonces d'aujourd'hui concernant Varosha », précisant que « Ces événements provoqueront des tensions accrues et risquent de compliquer les efforts en vue de la reprise des pourparlers de règlement de la question chypriote.[5] »

Les velléités néo-ottomanes, teintées de national-islamisme d’Erdogan deviennent paroxystiques ! Irak, Syrie, Libye, Méditerranée, Grèce, Chypre, Artsakh, Arménie, rien n’échappe à la volonté expansionniste de l’autocrate d’Ankara, dans sa fuite en avant…

 

 

[1] Dépêche de l’ AFP, du 06 octobre 2020, intitulée : Chypre-Nord : la zone littorale de la ville-fantôme de Varosha rouverte jeudi.

[2] Yeniduzen (quotidien chypriote turc), du 7 octobre 2020.

[3] Avrupa (quotidien chypriote turc), du 7 octobre 2020.

[4] AFP, op.cit.

[5] Idem.


Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 octobre 15:44

    « Inutile de préciser qu’Ankara soutien Ersin Tatar, soutien indéfectible de la politique turque à tous les niveaux et sur tous les fronts  »

    Mais c’est de l’ingérence, ça ! C’est pas Macron qui se permettrait une chose pareille avec un pays étranger : lien.


    • vraidrapo 7 octobre 17:45

      L’ONU ne sert à rien. Même son armée est ridicule en toutes circonstances.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 octobre 17:51

        @vraidrapo

        Le budget de son « armée » se résume au poste « bombes » (aérosols de peinture, pas missiles) pour repeindre en bleu les casques des soldats fournis par les pays membres.


      • DACH 7 octobre 21:11

        Le mamamouchi d’Ankara va se réjouir au nom de sa religion de cour de maternelle de ce qu’affirme le dirigeant arménien ce jour : Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian dans une interview dans la soirée a déclaré qu’actuellement étaient réalisés les fondements d’une victoire finale de l’Armée de l’Artsakh.
        «  Si on tient compte des informations qui son reçues aujourd’hui tôt le matin, on peut dire que les stratégies du commandement militaire de l’Artsakh furent réalisées. Ils ont réalisé au sud des opérations militaires en laissant un couloir et pris au piège un nombre important de soldats Azéris. En ces minutes, ces corps d’armée azérie tombent sous les coups de l’Armée arménienne de l’Artsakh qui établit ainsi les réelles fondations d’une victoire finale  » dit Nikol Pachinian.

        Selon Nikol Pachinian hier soir les Arméniens ont laissé venir des troupes azéries très importantes en direction de la ville de Djebrayil au sud-est de l’Artsakh. Les troupes azéries se sont engouffrés et furent pris au piège. Ce matin les unités de l’Armée arménienne de l’Artsakh sont passés à l’action pour liquider un nombre important de soldats Azéris. «  Une très belle victoire arménienne  » dit le Premier ministre. Nikol Pachinian qui n’a pas exclu que l’Armée de l’Artsakh après ces succès sur le front de l’Artsakh puisse lancer des opérations militaires et avancer sur le territoire de l’Azerbaïdjan.

        Krikor Amirzayan


        • vraidrapo 8 octobre 09:47

          mamamouchi d’Ankara

           ?

          S’agirait-il de « çilginin Erdogaz » smiley


          • vraidrapo 9 octobre 16:57

            Le Clan Azéri d’Agoravox (Gani et Roumestand) m’a banni de ses Articles.

            Que ceux qui m’ont posé des questions ne s’étonnent pas de mon silence...

            Ils imitent le Dictateur Aliyev qui interdit l’internet à ses esclaves...

            C’est ça que l’un d’eux appelle le « bien vivre » tous ensemble.. C’est quand « il n’y a pas d’avis contraires à 99,4% ».

            DISCRIMINATION SOUS L’EMPIRE OTTOMAN !

            -1/ interdiction du port d´armes pour les chrétiens.

            -2/ depuis le XVI siècle les chrétiens devaient payer des impôts/taxes sur les produits agricoles cultivés, la vente de biens ainsi que l´« impôt humble » (33 % du revenu annuel versé à l´état). Les hommes âgés de 14 à 74 ans devaient aussi payer un impôt individuel à l´état, « jisya ». Ils devaient également payer un impôt sur la terre, « kharadj ». Le montant de l´impôt dépendait du rendement effectif de la terre. Un impôt supplémentaire, « sher », était destiné à ceux qui possédaient des porcs et ceux qui produisaient du vin. Et un autre impôt devait être versé au sultan, « peshkesh ».

            -3/ en plus de ces impôts/taxes, survenait périodiquement diverses formes d´extorsions comme par exemple le tribut (impôt de « protection ») versé aux différents chefs de clans.

            -4/ il y avait aussi des restrictions (étatiques) concernant l´habillement des chrétiens et de la couleur de leurs habits. Le tissu ne devait pas être de meilleure qualité que celui des musulmans. Même les chaussures portèrent la marque d´identité religieuse, pour les chrétiens et les juifs. Ce procédé était mise en pratique jusqu´en 1924, fin de l´empire ottoman.

            -5/ il était interdit aux chrétiens de monter à cheval, droit réservé aux musulmans.

            -6/ les chrétiens n´avaient pas le droit de construire des maisons supérieures en hauteur de celles de leurs voisins musulmans, ni ne pouvaient avoir de fenêtres donnant vers leurs voisins musulmans. Mais les musulmans pouvaient avoir des fenêtres donnant sur leurs voisins chrétiens. Les maisons chrétiennes étaient également faciles à identifier à partir de leurs couleurs qui étaient aussi réglementées.

            -7/ si un chrétien marchait sur un trottoir et croisait un musulman, il était obligé de descendre dans la rue pour éviter une rencontre sur le trottoir.

            -8/ quand les chrétiens se rendaient dans les bains turcs, ils devaient porter une montre ou un grelot accroché sur leurs habits, signal avertisseur.

            -9/ si les chrétiens ne suivaient pas ces règles, ils risquaient de lourdes sanctions.

            -10/ en cas de décès les chrétiens ne pouvaient transporter/soulever le mort mais ils étaient obligés de le tirer dans la rue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité