• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Fafet, l’affront

Fafet, l’affront

J'aimerais ajouter mon témoignage sur la réalité des quartiers-nord d'Amiens. Un témoignage policier, de toute évidence, est relayé ici par le blog Europe-Ecologie de Bagnolet. Le constat y est chirurgical et il a le mérite d'être factuel. Mais je voudrais y ajouter une ligne de diagnostic, sans tabou, sans concession, sans lâcheté.

JPEG - 573.6 ko
Le Pigeonnier à Amiens - source CRDP
http://crdp.ac-amiens.fr/idp/page3/files/amienspigeonnier.jpg

Amiens-nord, plus encore Fafet-Brosollette, c'est la préfiguration de ce que serait la France, réduit à l'état de la Grèce, dans dix ans. Le retour aux luttes de territoire, la complication d'un désordre social comme il y a des complications médicales, la convergence malheureuse de l'exclusion, de la pauvreté, et de l'ignorance. 

D'abord, à toute chose malheur est bon, puisqu'enfin on en parle. Y compris la Police parle. Ce qui me gène, c'est que tout le monde fait un peu semblant de découvrir. Or, cela fait trente ans que ce quartier dégénère. Il s'enlaidit, même au gré des embellissements et des volontés de réhabilitation, comme on dit. Mais le vernis extérieur se craquèle tous les jours.

Qui n' a pas vécu à Amiens-nord ne peut pas comprendre. Je me souviens, pour avoir passé toute mon enfance dans ce quartier d'Amiens, au Pigeonnier (rues Couperin et Watteau) qu'il y a toujours eu une terreur latente. On pouvait dans les années 70 flâner dans le quartier à vélo, c'était un peu l'Italie... Mais je me souviens qu'on n'était pas très tranquille. Combien de nous, pauvres, fils de pauvres, se sont fait voler leurs affaires, leur mobylette, leur vélo, molester, casser la gueule pour rien... par qui ? Par d'autres fils de pauvres, venus d'Algérie entre 1963 et 1973 pour travailler. 
 
Je tiens à préciser à ceux qui s'en réjouiraient, que je ne suis pas devenu lepéniste pour autant, même après m'être fait longtemps insulter de "sale Français" -alors que je n'ai moi-même jamais insulté un petit camarade sur ses origines- mais j'appelle de mes vœux une gauche socialiste autoritaire (notamment avec les plus riches) autant que solidaire (notamment avec les plus pauvres). 
 
Ici, me revient en mémoire le mot de l'un de mes copains, Abderazak, dont les parents étaient arrivés en France juste quelques années auparavant. Il me disait -"toi t'es sympa, mais tu sais, mes parents ils m'ont dit que nous, on est là pour niquer les Français". Eh oui, terrible. Terrible avenir qu'ils préparaient à leurs enfants, en leur inculquant les bases d'une perception revancharde et, de fait, paranoïde de leur environnement social ! On y est.

Ce n'est qu'un exemple isolé me direz-vous, et il faut se garder des généralités et des amalgames. C'est juste. Mais les lecteurs issus de cette immigration très pauvre et très marquée par les horreurs de la guerre d'Algérie, comprendront ce que je veux dire. Ils en ont souffert eux-mêmes, c'est évident. Et ils sauront que je les comprends. Les autres, jeteront un voile pudique devant leurs yeux et se pareront comme toujours d'un angélisme anti-raciste, bien pratique, mais complètement à côté de la plaque (d'ailleurs, comme si le racisme était le sujet...).

A cette époque, notre père travaillait à l'usine, qui à Ferodo, qui à Good-Year, qui à Dunlop, à Procter, ou à l'hôpital nord ; tous. Et ça fait là une sacrée différence avec la situation actuelle. Et je vous prie de croire que lorsqu'ils nous appelaient à la fenêtre, ça ne mouffetait pas. Une génération de chômage après, dans des conditions de logement concentrationnaires, l'enfant de Fafet a quels repères, et les pères ont quelle autorité ? 
 
C'est ce que le Parti Communiste, longtemps au pouvoir à Amiens, n'a pas su voir lorsqu'il a imaginé en 1955, avec des architectes qui devraient être pendus, 21 barres d'immeubles dont l'organisation et même la structure d'acier sont apocalyptiques (on entend le voisin faire pipi ou se faire cuire un steack). Car on ne réunit pas 25 000 habitants sur quelques hectaressans penser aux conséquences. Surtout lorsque les maladies professionnelles y côtoient un jour la maladie du chômeur de très longue durée, la maladie tout court. Déjà il y a trente ans (j'ai 43 ans), le bon candidat dit "de Gauche" avait déserté ce quartier. Le remède apparaît désormais soit comme médical, soit via une politique sociale de grande ampleur, comme par exemple la réindustrialistaion et la définanciarisation de notre économie, mais là on rêve debout... puisque dès que l'occasion électorale se profile, on nous sort une "Affaire-Merah" (voir les 19% de Mélenchon donnés par la DCRI le 16 mars 2011, soit trois jours avant l'éclatement des meurtres de Toulouse).
 
Bref, il ne faut pas être un grand urbaniste éclairé pour voir que l'être humain n'est pas fait pour vivre dans le désœuvrement, au beau milieu d'une jungle reconstituée en béton armé, où les enjeux de domination sur l'autre prennent des formes exacerbées de violence morale, symbolique, et physique. Et que dire du bruit... A Fafet on n'est pas encore à Gaza, où les drones vrombissent en permanence, mais le sentiment doit en être proche, car à Fafet ce sont des hélicoptères. 
 
Je le sais, ma mère y habite encore, qui allait faire la lecture sur les bancs des parcs, à tous ces gosses qui ont grandi. Elle qui passait pour une douce dingue, aux yeux d'habitants résignés déjà, elle faisait tout ça spontanément, d'elle-même, bénévolement. Elle mériterait une Légion d'honneur pour ça. Car les premières choses qui sont absorbées dans ces forêts de béton, c'est la culture, et le lien social.
 
Alors à Fafet-Brosollette, on y entend désormais le haut-parleur d'un Muezzin fédérateur au coucher du soleil. C'est beau le chant, même si ça déroge légèrement au principe de stricte neutralité de l'espace public, et dans ce quartier pas le moindre tintement d'une cloche pour garantir la diversité. La laïcité à Amiens est reléguée au rang des antiquités. D'ailleurs, on s'en fiche. La République, chère à Jean-Pierre Chevènement, a déjà failli et dans les grandes largeurs : école, emploi, logement. Alors, pourquoi respecter religieusement les principes d'une société qui ne protège pas ses concitoyens, et qui ne leur donne pas les moyens d'acquérir un vrai épanouissement ? Quant à la présomption d'innocencelà-bas, elle n'a plus cours.

Il est donc remarquable que dans ces points noirs sociaux de notre pays, les "jeunes" de ces quartiers hyper-défavorisés (au sens culturel du terme) de Servan aux Minguettes, de Montfermeil au Mirail en passant par La Viste, s'en prennent tous à leur environnement propre, et non pas à celui du bon bourgeois. Cela ferait plus de bruit mais les peines de prison seraient sûrement plus lourdes. Ces mouvements d'auto-destruction résonnent comme une velléité de suicide d'une génération d'oubliés qui arrive au bout d'un cycle. Il faut donc espérer que, de ce cycle, advienne quelque chose de tout différent, pour que jamais plus ces quartiers ne voient le jour, et qu'ils ne deviennent pas des sortes de Gaza en modèle réduit. 
Vous trouvez que j'exagère ? Passez-y seulement à pied, les flics vous regarderont de travers.
 
Quant à moi, je n'oublierai jamais d'où je viens : à chaque fois que je vois des images du Pigeonnier, je me dis que j'ai bien de la chance d'avoir marché sur un autre chemin. Moi, c'est le théâtre qui m'en a sorti et donné la force d'aller voir ailleurs. Et si ces quartiers mettaient leurs souffrances en mots ? Dans le mot "maladie", il y a bien caché le "mal à dire". Pour l'instant, loin de l'imaginaire et des symboles, certains de nos enfants ont bien du mal à dire, et alors se mettent en scène, à leur propre détriment.


http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Moto-un-vol-d-une-violence-extraordinaire/On-entre-dans-une-autre-problematique

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Toute-une-nuit-dans-un-quartier-en-etat-de-guerre

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Moto-un-vol-d-une-violence-extraordinaire

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Une-nuit-de-violences-urbaines
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Zousch Zousch 23 août 2012 08:59

    Excellent article. sa lecture, passionnante, décrit adroitement, sans boursouflures, la difficulté de vivre dans un quartier laissé à l’abandon.


    • robespierre55 robespierre55 23 août 2012 09:03

      Je confirme.
      Revenez, vous êtes, sinon indispensable, tout du moins salutaire.

      Merci.


      • Leo Le Sage 23 août 2012 09:23

        @AUTEUR/Benoît RIVILLON
        Vous dites : "Car on ne réunit pas 25 000 habitants sur quelques hectaressans penser aux conséquences. Surtout lorsque les maladies professionnelles y côtoient un jour la maladie du chômeur de très longue durée, la maladie tout court."
        Dans les années 50 ils ne le savaient sans doute pas, mais dans les années 60 ils savaient normalement.

        Vous dites : « Elle mériterait une Légion d’honneur pour ça. »
        Je ne connais pas votre mère mais à vu de nez elle le mérite largement par rapport à certains cr...
        Enfin je me tais...

        Vous dites : « Car les premières choses qui sont absorbées dans ces forêts de béton, c’est la culture, et le lien social »
        Tout à fait...

        Vous dites : "Ces mouvements d’auto-destruction résonnent comme une velléité de suicide d’une génération d’oubliés qui arrive au bout d’un cycle"
        Je vois çà comme çà...

        Vous dites : « Dans le mot »maladie« , il y a bien caché le »mal à dire« . »
        Excellent...

        Mon avis
        Respect.
        Votre article est comme il faut. A la limite la partie "on veut vous niquer" pourrait être exagéré parce que c’est un peu plus compliqué que çà.

        L’exemple type du suicide c’est lorsque les jeunes tirent sur la police.
        (Rien à ajouter.)

        Comme plusieurs personnes sur Agoravox, j’insiste sur la nécéssité de bien éduquer !
        Votre reflexion devrait incicter à y rélféchir sérieusement.

        Je m’excuse de vous demander çà :
        Vous essayez de parler à vos anciens amis de tenter de trouver petit à petit des solutions ?
        Vous savez genre manifestations...

         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


        • OMAR 23 août 2012 20:50

          Omar 33

          Il y a un siècle Mohammed s’appelait Giovanni le rital :
          http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article2893

          Il y a soixante-dix ans, Mohamed s’appelait Levy Cohen le Youpin ...
          http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/07/15/01016-20120715ARTFIG00143-rafle-du-vel-d-hiv-les-archives-s-ouvrent.php

          Et depuis les années 50, Mohamed s’appelait Diégo l’espingouin « racaille interlope », Suarez, le porto, Stefan, le polak, Mamadou, le nègre...

          Mais aujourd’hui, Mohamed s’appelle Momo...
          Bougnoule, ça fait désordre, et trop F. Haine...

          Calmos, la France, on a contribué à sa défense et à sa construction, et on l’aime...
          http://www.dailymotion.com/video/xq7xq7_eva-joly-nous-les-ritals-et-les-espingouins-nous-les-youpins-les-negres-les-bougnoules-nous-les-norv_news

          Et demain, qui sera le prochain Momo ?


        • Christian Labrune Christian Labrune 23 août 2012 22:38

          Omar,

          Le 21 août à 11heures 31, je recevais sur cette page :

          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/dans-mon-pays-la-belgique-121402#forum3438052

          le très subtil message suivant :

          ---------------------------------------------

          « Chemise-Brune, vos souvenirs remontent plutôt à Paris. A Ste-Anne, plus exactement...Et le prédicateur que vous nous présentez, ce n’était que votre copain de chambre....Purée, le remède contre vos délires et affabulation, ça n’a rien donné... »

          ---------------------------------------------

          J’ai bien évidemment communiqué ensuite un lien vers la video qui montre mon « copain de chambre » à Saint-Anne. J’ai été surpris que vous n’ayez pas fait de commentaire - en général, vous n’en ratez pas une !-, dût-il être de la même subtilité et du même tonneau que le précédent

          Je vous vous le renvoie donc, ce lien, à la suite de votre dernière intervention, et peut-être de la prochaine : je tiens absolument à ce que vous connaissiez mon « copain de chambre à Sainte-Anne ». De toute façon, ce petit film pourrait tout aussi bien contribuer à éclairer le présent article et ne constitue pas ici un hors-sujet.

          Voici donc le lien vers mon « copain de chambre à Sainte-Anne ».

          http://www.europe-israel.org/2011/12/video-le-drapeau-dal-qaida-flottera-au-sommet-de-latomium-et-du-palais-royal-en-belgique/

          Pour ceux qui ne connaissent pas cette video, je dois préciser que c’est à mourir de rire.


        • ricoxy 24 août 2012 11:34

          Ah là ! Omar m’a tuer.


        • Leo Le Sage 25 août 2012 03:01

          C’est pas vrai, mais qui a supprimé le commentaire de Calmos ci-dessus lorsqu’il critiquait ma position ? smiley
          Maintenant je ne peux plus donner un point de vue sans qu’il soit lui tenté de prétendre que je le harcèle ! smiley
          Non je ne suis pas content ! smiley

          @Par Calmos (xxx.xxx.xxx.118) 23 août 23:48

          Bon calmos, je sais que tu as toujours plusieurs train de retard.
          Il faut que tu saches que des solutions pour éduquer correctement même les désoeuvrés de la banlieue existent.
          Quelqu’un a même écrit un article sur le sujet de l’éducation et j’ai donné des informations sur le sujet.
          Si tu ne lis pas les articles sur l’éducation où je commente il est évident que tu ne peux pas connaître.
          Informes toi avant d’oser prétendre qu’il n’y a aucune solution pour les ZEP ou quelque soit le nom de ces lieux « maudits ».
          Ce n’est pas parce que les ZEP ou quelque soit leur nom sont abandonnés par l’Etat que cela veut dire qu’aux USA on ne cherche pas de solution et même on en trouve.

          Vous dites : « Le Sage : le genre de mec bon à porter des valises pour le FLN....pas de pot pour lui : l’es né trop tard »

          Je ne suis pas trop algérien : peut-être ai-je des ancêtres maghrébens ? Mais alors ce doit être très loin dans le passé...
          Pour les valises à l’hotel il y a déjà les roulettes. Pour mon attaché-case personne n’y touche...

          Venant de ta part être traité d’idiot c’est une bonne nouvelle. smiley
          Paradoxalement l’idiot que je suis est plus intelligent et mieux informé que toi...
          Es-tu assez futé pour comprendre ce qu’on peut en déduire ? smiley

          @Par OMAR (xxx.xxx.xxx.140) 23 août 20:50
          Commentaire pertinent de votre part ci dessus...

          Vous dites : « Et demain, qui sera le prochain Momo ? »
          Au hasard : le blanc du bled ?

          @Par Christian Labrune (xxx.xxx.xxx.63) 23 août 22:38
          Vous dites : « Pour ceux qui ne connaissent pas cette video, je dois préciser que c’est à mourir de rire. »
          Je ne cherche pas à connaître le contenu de la vidéo mais un bon résumé m’interesse.
          Dites nous donc tout mon brave...

           
          Cordialement

          Leo Le Sage
          (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


        • non667 23 août 2012 11:16

          à benoît 
          Je tiens à préciser à ceux qui s’en réjouiraient, que je ne suis pas devenu lepéniste pour autant,

          ça va l’artiste ? après moi le déluge !


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 août 2012 13:37

            Votre réflexion, si on peut appeler ça une réflexion, prouve et renforce l’authenticité du témoignage de l’auteur, dont je salut le courage et l’abnégation. Quant à l’apostrophe « l’artiste », insultante s’il en est, elle résume votre QI.
            Merci de cette preuve de la clairvoyance de l’auteur, et continuez cette sape sociale, elle seule pourra vous aider à supporter votre cécité.
            « Après moi le déluge » commentez-vous... dites-nous donc votre avis sur l’urbanisme qu’illustre la photographie proposée, et expliquez-nous qui est le lâche, entre vous et l’auteur dont la légitimité de la révolte ne peut que sauter aux yeux de tout-un-chacun.


          • non667 23 août 2012 15:43

            à emmanuel

            ma réflexion est trop lapidaire pour être comprise par un bobo à mille lieues du peuple !
            elle ne portait pas sur l’article qui veut nous apprendre que l’eau est mouillée ! mais sur l’auteur et ses solutions que l’on découvre dans son profil ! = mélanchon !
            quand à vous !
            l’auteur, dont je salut le courage et l’abnégation.

            depuis quand hurler avec les loups est une preuve de courage ?
            l’abnégation ? pour avoir écrit cet article ? un bien grand mot !

            dites-nous donc votre avis sur l’urbanisme qu’illustre la photographie proposée,

            pour être né dans un taudis (à 10 dans 30m2 ) je peux vous dire que lorsqu’on à eu 75m2 dans une barre on était heureux comme si on avait gagné au loto ! et aucun de nous n’a fait bruler de voitures ,tagué , cassé de vitre ou rayé de boite aux lettre , empêché les voisins de dormir  ! la galère quand on l’a vécu on n’a pas besoin qu’on nous l’explique ni qu’on nous fasse la morale !

            quand à mon Q.I. ! du haut de mon certificat d’étude primaire et mon cap de chaudronnier je vous dis que vous pouvez vous le carrer ou je pense ! smiley smiley smiley smiley
            j’ajoute qu’anciens 68tard , je vote fn depuis 1983 date à laquelle le ps à abdiqué du socialisme et ce n’est pas méchanlon avec toutes ses rodomontades qui va me faire changer d’avis ,au contraire  !

            méchanlon = anti- fn = anti- france : point barre . rien de cohérent en dehors de ça !

            =don quichotte du fascisme sancho panza du N.O.M.=comique troupier


          • Traroth Traroth 23 août 2012 22:35

            « anti- fn = anti- france » : le premier qui me dit ça en face, j’arrête de cogner quand il chiale en appelant sa mère...


          • non667 23 août 2012 23:47

            à traroth
            je corrige : en bon démocrate « anti- fn = anti- france » : le premier qui me dit ça en face, j’arrête de cogner quand il chiale en appelant sa mère...
            va donc collabo avec l’étranger /facho /mazo  !  smiley smiley smiley smiley


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 août 2012 13:47

            Le « guttural syncopé »... venant, d’un Swcheitzer, elle est bien bonne. Vous prononcez ça comment ? Ça vous retourne la réflexion dans la gueule, même si, j’en conviens, s’en prendre au nom n’est ni glorieux, ni, d’ordinaire, mon habitude... Mais vous avez choisi les armes, cher docteur.


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 août 2012 21:08

            Vous m’avez donc compris.


          • chmoll chmoll 23 août 2012 12:19

            enfin un témoignage de terrain et non une pipe un 20H

            ou une mauviette en cols blanc

            perso je netrouve pas normal qui il a encore des zones de non droits, que le flicks disent ont y a vas pas sait trop dangereux

            si nous ont leurs disaient , t’y vas pas ? on te paye plus ton salaire, ils ont choisis un métier à risques , et non un club med ? une machine a chiffres ? en attendant sa retraite

            j’étais pas d’accord avant , mais maintenant je suis d’accord avec les corses, malheureux mais c’est comme ça . sur la côte d’azur pareil ,ça commence depuis un moment

            la question pourquoi ont en est arrivé là ? obliger d’assurer notre propre sécurité
            pasque on en y vient à ça


            • 65beve 65beve 23 août 2012 13:09

              Bonjour chers tous,

              Beaucoup trop de jeunes qui n’ont pas connu l’amour de leurs parents.
              C’est à mon avis 80% de la racine du mal.

              cdlt


              • L'enfoiré L’enfoiré 23 août 2012 13:25

                @L’auteur,

                 Je ne connais rien d’Amiens, sinon de l’avoir passé, il y a longtemps pour aller vers la Bretagne.
                 Votre description me fait penser à Charleroi.
                 Pourtant, il y a des Italiens en provenance de Charleroi et qui font une carrière internationale, comme Franco Dragone. smiley
                 

                • Antoine Diederick 23 août 2012 17:57

                  Enfoiré, parfois je me demande....

                  C’est quoi cette joie de l’esprit conventionnel ?


                • L'enfoiré L’enfoiré 23 août 2012 19:21

                  Antoine,

                   « cette joie de l’esprit conventionnel »
                  Où est-ce que cela se trouve dans mes propos ?
                  Pas entendu Magnette ce matin ?
                  Dragone a toujours le Cirque du Soleil sous son contrôle.
                  Si c’est de la joie conventionnelle Ok...

                • Antoine Diederick 23 août 2012 19:42

                  euh non, j’essaye de me raser sans me couper la gorge avec un coutelat, je tiens à la vie, moua !


                • LE CHAT LE CHAT 23 août 2012 14:14

                  De nombreux quartiers comme ça existent sur le territoire , et dire que certains bobos s’extasient sur Le Corbusier , qui a semé des clapiers un peu partout ! smiley


                  • Faedriva 25 août 2012 16:01

                    LE Corbusier faisait en sorte de séparer chaque appartement d’habitation par un vide.Des connards avides ont viré cette idée parce que ça flinguait des mètres carrés. Par exemple.

                    Le Corbusier n’a jamais fait loger 9 personnes dans un T2. Personnels des Agences Immobilières, personnels des Services sociaux et les personnels habitants sont responsables de cette situation merdique.

                    Le Corbusier avait la naïveté de croire qu’on ne défonceraient pas les commerces en bas de chez soi, mais on a fichu des haineux dans ces habitations mal conçu par des salopes qui revendiquaient faire architecturalement exactement pareil.
                    J’ai connu quelques barres dans les années 70, les commerces occupaient les rez de chaussées. Début des années 80, plus rien ou rarement.
                    Le Corbusier n’est responsable de rien là dedans. Même pas des odeurs de fritures. Il n’a jamais personnellement mis les doigts dans le béton pour monter un immeuble.

                    Ces bouffons ont grignotés Le Corbusier, et pas plus.


                  • dixneuf 26 août 2012 11:01

                    Oui, bien peu osent le dire. Et que les communistes se sont délibérément constitué des réserves d’électeurs en les rassemblant dans des des cités volontairement conçues pour maintenir le mécontentement et un esprit revendicatif. 


                  • L'enfoiré L’enfoiré 23 août 2012 15:14

                    Bien d’accord aussi.

                    Los Angeles, je l’ai connue pendant deux jours, il y a longtemps. Ce n’est plus une ville, mais presque le dimension d’un pays avec ses quartiers totalement différents de l’un à l’autre. Cela n’a rien à voir avec Hollywood et Beverly Hill. Rien à voir avec New-York. Mais comme à Londres, il y a la city avec des gratte-ciel. 

                  • Traroth Traroth 23 août 2012 22:42

                    Je suis d’accord. C’est facile, de critiquer ces constructions maintenant, après qu’elles aient passé 30 ans sans voir un pinceau (depuis Pompidou, genre). Il faut se replacer dans le contexte de l’après-guerre : la France manquait sévèrement de toits ! Des gens vivaient dans des bidonvilles. Alors on a fait utile avant de faire beau, c’est clair. Mais je maintiendrais toujours que le problème principal, c’est de ne plus y avoir touché pendant quoi, 60 ans !


                  • lionel 24 août 2012 10:34

                    Les patrons de Pompidou n’ont-ils rien à voir avec la politique d’immigration ?


                  • TSS 24 août 2012 20:44

                    Pompidou avait effectivement tout compris puisque c’est lui qui fait , en 1973,la loi qui nous

                     met dans la merde actuellement ,en bon chienchien des rotchild ... !!


                  • Old Dirty Bastard Old Dirty Bastard 23 août 2012 15:43

                    Bonjour

                    @ Constance « Accusez l’architecture est ridicule. »
                    Bien d’ accord c’ est trop facile

                    @ L auteur :

                    "Mais les lecteurs issus de cette immigration très pauvre et très marquée par les horreurs de la guerre d’Algérie, comprendront ce que je veux dire. Ils en ont souffert eux-mêmes, c’est évident.« 
                    Et alors ? c était il y a plus de 50 ans ça n’ excuse rien

                     »C’est beau le chant, même si ça déroge légèrement au principe de stricte neutralité de l’espace public« 
                    Non c’ est pas beau c ’est juste inadmissible.

                    Une dernière réflexion : vous dites vous en être sorti en quittant le quartier , je suis bien d’ accord que c’ est une des seules solutions mais depuis le temps qu’ est c’ qui les empêche de le quitter ce quartier ? bha rien ..
                    Ils disent »c est la merde ici y a rien pour nous" mais bon un jeune qui grandit à la campagne n a pas le 10em des infrastructures qu il y a dans les cités ( pas de transport en commun pas de maison de quartier pas d ’ assos .. ) pour un jeune a la campagne y a que dal ; c’ est pas pour ça qu il va foutre le feu à la mairie du village !
                    C’ est trop simple de nous culpabiliser ( on a fait la guerre d Algérie , on a laissé ces architectes faire des cages à lapins ) et donc c est pas leur faute à ces jeunes gens ..
                    Bordel !! les quartiers depuis le temps c’ est ce qu ils en ont fait .. ils ont une part de responsabilité énorme dans ce qu est devenue leurs vie .


                    • Jean Valjean Jean Valjean 23 août 2012 17:27

                      Enorme peut être pas mais...
                      Tout le monde a sa part de responsabilité c’est évident !
                      Mais les donneurs de leçons adorent ne voir qu’un unique méchant et de pauvres victimes impuissantes et sans libre arbitre.


                    • Caminel 23 août 2012 16:07

                      Et oui, la principale cause de tous ces désordres, c’est le chômage qui entraîne la perte de tous les repères. Ca nous promet un bel avenir !


                      • Jean Valjean Jean Valjean 23 août 2012 17:23

                        Les solutions sont parfois si simples qu’on ne les voit pas.
                        -
                        La croissance infinie c’est fini, elle ne reviendra plus.
                        -
                        Le travail salarié lié à la croissance productivisme disparaît de partout et ce n’est peut être pas un mal, car doit on se féliciter de voir des populations pauvres s’entasser dans des clapiers situés dans ghettos pour espérer vivre ou plutôt survivre grâce au bon vouloir des patrons et à présent des aides sociales ?
                        -
                        A présent il va falloir compter sur soi même et encore une fois ce sera une bonne chose même si la transition risque d’être dure.
                        La France regorge de territoires désertés et de terres non cultivées et il est évident que ces familles pauvres pourraient vivre infiniment plus dignement et en cultivant (et en se cultivant) de quoi être autonomes plutôt qu’en dépendant d’un hypothétique emploi industriel ou d’aides d’état destinées à faire baisser la pression dans la cocote minute sociale.
                        -
                        La transition sera rude, mais il n’y a pas d’autre solution, ce sera ça ou effectivement des des Gazza encerclées de militaires disséminées un peu partout en France.


                      • Yvance77 23 août 2012 17:28

                        Salut,

                        Tout est dit et excellemment bien dit. Bravo pour ce formidable billet. C’est drôle mais quand c’est Zemmour qui dit à peu près la même chose, on le traite de tout... et il faut reconnaitre qu’il est sur la même ligne que vous, celle de l’appauvrissent généralisé ou les édiles ne peuvent plus colmater les brèches béantes.

                        Gauche et droite ont failli depuis les années 70... car cela je l’ai vu aussi et vécu... d’un poil plus loin l’œil méfiant, car je savais que l’on ne peut pas sortir indemne de cela.

                        Il faudra plus que de l’argent ou des coups pour rétablir la concorde... et sur des générations


                        • OMAR 23 août 2012 20:14

                          Omar 33

                          Zemmour est aussi venu d’Algérie...

                          Mais il se considère berbère, juif, français de souche, israélite, etc, etc...
                          Une parfaite girouette....
                          Et c’est peut-être lui le gosse qui s’est fait appelé « Abderezak » dans cet excellent article....
                          http://www.dailymotion.com/video/xbb8lv_le-vrai-visage-de-zemmour_news


                        • ALasverne ALasverne 23 août 2012 18:02

                          Le constat me paraît assez juste, j’ajouterais seulement qu’il ne faut plus parler de quartiers, pour ce qui est de la misère et du mépris, mais d’un pays tout entier.


                          • travelworld travelworld 23 août 2012 18:16

                            Constance Chlore vous n’avez jamais été au Japon, madame Buterrfly c’est terminé ! Si nous installions des Japonais dans ces quartiers, ils seraient les premiers à descendre dans la rue pour protester !!!! Les images d’Epinal, c’est joli, mais c’est pour les enfants ! Enfin pour les collectionneurs maintenant !

                            PS + de 200 voyages au Japon le premier en 1969 et le dernier en 2005


                            • travelworld travelworld 23 août 2012 18:18

                              Au fait pour le chômage, certains trouvent la solution.....ils émigrent !!!



                              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 août 2012 18:39

                                « Amiens : La Somme de toutes les peurs »
                                Avec Ben Affleck et Momo Freeman


                                • antonio 23 août 2012 19:05

                                  La culture de l’excuse encore et toujours recommencée, avatar pernicieux de la charité du siècle dernier.....
                                  Respecter un être humain, n’est-ce pas d’abord le juger digne d’être soumis aux lois du pays dans lequel il vit ?


                                  • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 août 2012 20:34

                                    « méchanlon = anti- fn = anti- france », etc...

                                    Vous semblez vous emporter, et la dylesxie en devient compréhensible (l’orthographe moins, mais passons). Reste que vos raccourcis, cher Super-Dupont, pour inénarrables qu’ils soient, me rassurent sur mon pauvre QI de Soixante-huitard attardé.

                                    Car je n’ai rien a faire de l’appartenance politique de Benoît, sachez-le, pas plus que je ne saurais être pris pour partie de l’électorat de Mélenchon.

                                    Que vous transformiez un débat social -je n’ai pas dit socialiste (on ne sait jamais, un raccourcis en cache souvent un autre) en diatribe politicienne, grand-bien vous en fasse. J’observe seulement qu’un écrit émerge du troupeau et salue sa publication.

                                    Praticien de l’urbanisme depuis bien des années, je prétends humblement savoir faire la différence entre un habitat décent et un camp de concentration (retournez à l’article et dites-moi si vous appelez cette urbanisation un terrain propice à la paix sociale). Vivre toute l’année, toute la vie, période estivale comprise, coincé dans cet univers pénitentiaire avec pour seul horizon la barre suivante s’apparente à une méthode de transformation d’humains en mutants frustés. Ajoutez-y chômage, trois commentaires racistes et une pub pour le club-med ou du crédit facile et vous obtenez des mutants frustrés coléreux. Ce genre « d’ensembles résidentiels sociaux » (lol !), comme les nomment les promoteurs, engendrent les ambiances que l’on décrira unanimement comme des foyers de violence de jeunes voyous ou des zones de « non-droit » peuplées de « racaille » évidemment maghrébine.
                                    Anti-France, dites-vous... Souvenez-vous des descentes des Blackos de New-Addington dans les rues enflammées de Croydon, l’année dernière... même cause, même effets.
                                    N’y pas voir l’hypocrisie relève de la démission intellectuelle. L’enfer, c’est l’autre, c’est bien connu.

                                    Le reste est votre affaire, et je comprends très bien que se distinguer de la meute n’a pas l’heur d’être votre point fort. Tans-pis. Hurlez donc en chœur avec les loups...

                                    Bonne journée et j’espère que vous avez passé de bonnes vacances, pendant ce temps..


                                    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 août 2012 21:07

                                      Tiens ? vous m’avez compris ? lol !


                                      • A. Nonyme A. Nonyme 23 août 2012 22:38

                                        Très beau et bon témoignage. Excellent constat aussi, et on vous fera grâce des solutions : d’autres, élus, sont normalement là pour gérer ce genre de situation.
                                        Mais où sont-ils donc ?


                                        • CN46400 CN46400 24 août 2012 08:57

                                          Cet article, ce sujet, comme tous, mais peut-être encore plus que les autres, mérite de la précision. Hors, écrire : « Le parti communiste longtemps au pouvoir à Amiens » sans fournir de dates est une tromperie, involontaire peut-être, mais tromperie quand même.

                                          Si je ne me trompe moi-même, la mairie d’Amiens a été dirigée par un communiste (R Lamps) entre 1971 et 1983. Et à cette époque les permis de construire n’étaient pas délivrés par les municipalités, mais par les préfets. Donc aucune des « barres » ne concerne directement le PCF, sauf à considérer, qu’à l’époque, le PC, comme tous les partis d’ailleurs, préférait cet habitat à celui qu’il remplaçait : le bidonville, ou les insalubrités des centre-villes.

                                           En fait le pb est moins dans l’habitat, qu’on peut toujours améliorer, que dans le chômage qui pourrit durablement toutes les sociétés humaines. Pour avoir habité dans ce milieu (Meudon la Forêt), je sais de quoi je parle !


                                          • Manu Manu 24 août 2012 11:13

                                            Même s’il ne peut être rendu totalement responsable de la situation actuelle, il est certain que l’urbanisme a une grande part de responsabilité.

                                            D’ailleurs Amiens est un très bon exemple pour le comprendre, car, pour ceux qui connaissent la ville, à l’exclusion notable des quartiers nord, la plupart de la ville est constituée d’« amiénoises », maisons typiques de la ville. Mais qu’est-ce donc ? En fait, c’est quasiment la même chose qu’une barre d’immeuble, à la différence près qu’au lieu d’empiler les habitats verticalement, ils sont répartis horizontalement. Ces maisons typiques d’avant-guerre s’alignent sur des kilomètres, et sont quasiment (à quelques variations près) identiques : passer de l’une à l’autre ne vous dépaysera pas. Un dernier point capital : la plupart des aménoises disposent d’un (certe petit) jardin.

                                            Et alors ? Et bien comme toujours, il s’est agi de faire des économies (et non de faire vite) : qui dit barre d’immeuble dit : moins de voirie, tournée de courrier plus rapide, etc. On ne m’ôtera pas de la tête qu’il était possible de construire en 1950 des maisons de type « amiénoise » en des temps records. Mais comme toujours, il a fallu faire surtout pas cher !

                                            Des économies de bouts de chandelles que l’on risque de payer encore longtemps.


                                            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 août 2012 16:48

                                              Manu,
                                              Tout à fait d’accord avec cette argumentation que je plusse pour vous faire revenir à ...0 ! (Assez incoyable, ce moins 1, d’ailleurs).
                                              Mais si « qui dit barre d’immeuble dit : moins de voirie, tournée de courrier plus rapide, etc. » n’est pas faux, c’est bien incomplet, je pourrais vous parler de côut de construction, de prix des terrains, etc. Et plus avoir devant soi une barre de 35m de haut à quelques broutilles près, ne vous offre pas la même perspective, ni le même horizon, qu’au réveil dans la chambre à coucher d’une « amiénoise » (merci de m’apprendre ce terme que j’ignorais).
                                              En 2 mots, je pense résumer vous pensée, dites-moi si j’ai mal compris, mais dans cette comparaison mal placée de l’horizontal au vertical, il y a du lourd en effet dans ce « quasiment la même chose... » que vous osez !
                                              Mais vous avez raison, les grosses économies de quelques-uns se paye au comptant, et au centuple, bien plus tard, par le plus grand nombre...


                                            • dixneuf 26 août 2012 11:12

                                              Oui, construire à l’horizontal, il reste suffisement de terres agricoles...jusqu’au jour ou...

                                              Tous les problèmes viennent de la démographie, en quantité et en qualité.

                                            • courageux_anonyme 24 août 2012 16:36

                                              La solution ?

                                              - requalifier les agressions de policiers, de pompiers, de profs, de médecins etc, les dégradations de bus, trains, écoles etc... en actes terroristes.
                                               
                                              - expulser après les avoir déchus de la nationalité française tous les binationaux qui se sont rendus coupables de tels méfaits.

                                              - pour le reste, les expulser de leurs HLM, leur supprimer le RSA, l’AME, les allocations familiales etc.

                                              Vous verrez si la situation ne s’arrange pas vite fait. Ils déguerpiront comme des rats.


                                              • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 août 2012 16:38

                                                Vous portez bien votre nom.


                                              • Clojea Clojea 24 août 2012 18:11

                                                Bonjour. Merci pour l’article. J’ai écris un billet sur les banlieues ayant moi aussi vécu en HLM. Témoignages et constat similaire :



                                                • neurone 24 août 2012 20:44

                                                  Résumons : Amiens-Nord, ils tirent sur des gens, détruisent, mais ils ont des excuses (...les pauvres) !!!

                                                  Et « tu » n’adhères pas au FN ?! mais en fait t’es un facho qui s’ignore... le facisme , le fascisme est un mouvement autoritaire, qui a recours à la violence et ne croit pas à l’égalité des êtres humains  !? Que sont donc ces gens qui nient la France tout jeune juste parce qu’ils sont francais ... ? Et leurs tirent dessus ? comme vous dites, en leurs enseignant le rejet à la plus « tendre » enfance, ... et vous les plaignez !? Mais on doit combattre cela de la façon la plus extrême, comme viennent nous le re-dire sans cesses les moralisateurs de l’Histoire !?

                                                  Des média associent volontairement facisme et nationalisme, qui est une composante du facisme, mais a y regarder de près c’est une confusion entretenue ! Vous croyez être absout de cela en faisant le toutou de l’idéologie mérdiatique ?! Vous n’etes qu’un pauvre ... / Eh oui ... et en plus vous venez défendre votre M... ici ! pour en redemander davantage, vous n’avez pas du recevoir assez de coups dans votre enfance apparemment ... et n’avez pas réellement dû vous élever, juste bon a continuer a en prendre pour sa G ! et/ou fuyant dans le théatre ... comme vous dites ...

                                                  ABe - Neurone ...


                                                  • Georges Yang 26 août 2012 09:18

                                                    Votre analyse est modérée, elle met l’accent sur le désastre des « ghettos » urbains, sur la misère, à la fois matériel, culturelle et existentielle, mais il y a au moins un point surlequel je ne suis pas d’accord

                                                    La guerre d’Algérie n’explique pas la haine du Français

                                                    J’ai vécu en Algérie de 1976 à 1978, soit 15 ans après l’Indépendance

                                                     Quasiment tous les Algériens étaient fiers de leur guerre d’indépendance, ne minimisaient pas les horreurs de la guerre, mais il n’y avait jamais la moindre hostilité vis à vis de Français présents, au contraire des rapports chaleureux, des invitations, des cadeaux et pas seulement de la part des bourgeois, mais aussi des gens du peuple, des paysans

                                                    Même des anciens combattants (certains torturés) nous disaient « vous n’y êtes pour rien » (on avait 24 ou 25 ans donc trop jeunes pour avoir participé à la guerre), Certains disaient même, « on pourrait pardonner à Bigeard, mais pas à Massu ! »

                                                    D’autre part, ceux qui venaient en France, les bourgeois et ceux qui faisaient des courses chez Tati, se demandaient comment on pouvait tolèrer cette« racaille arabe » qui se comportait mal et que chez eux ces vauriens seraient cognés et mis en prison s’ils agissaient de la sorte en Algérie

                                                    La France a permis le développement d’un sous prolétariat inculte et déliquant du fait d’un abandon de l’autorité et d’un urbanisme concentrationnaire, sans parler de visées électoralistes pour les uns, d’angélisme pour les autres.

                                                    Quant aux islamistes, il n’y en avait pas en 1978 en Algérie, tout le monde était musulman, une majorité pratiquante, mais il n’y avait pas ce fanatisme actuel ,


                                                    • Benoît RIVILLON Benoît RIVILLON 26 août 2012 19:25

                                                      M. Yang
                                                      Votre contribution éclaire d’u jour nouveau mon petit article et rarement entendu. Nous nous rejoignons. Je n’aurais pas été jusqu’à parler d’un sous-prolétariat inculte alors que nous avons des moyens d’éducation, une école publique...

                                                      Vous avez eu la chance de vivre ces choses-là et moi d’autres. Je n’ai malheuresement aps grand-chose à retirer de positif. Vous oui. Vous avec vécu parmi les habitants autochtones d’un pays, moi avec des enfants de déracinés, ça fait une petite différence.

                                                      L’Homme raciste, qu’il soit d’ici ou d’ailleurs, je le vois comme une victime lui aussi. Le racisme, rejet archaïque de celui qu’on ne connaît pas, se serait-il aussi greffé sur lui comme une bouture de la société industrielle et de l’urbanisation qui l’accompagne ?


                                                    • Georges Yang 26 août 2012 22:14

                                                      Les petits cons qui se disent salafistes et ne connaissent pas le Coran, parlent wesh-wesh et commettent des délits ne sont plus des arabes et des musulmans, mais une scorie sociale qui est absoute par une gauche angéliste

                                                      Les quartiers créent la délinquance, mais ceux qui vivent dans ces quartiers ne sont pas tous délinquants

                                                      Et à Alger, il existe aussi cette plèbe inculte, criminelle trafiquante, mais la police est bien plus dure avec elle que la notre

                                                      La seule circonstance attenuante des voyous de cité, quelque soit leur origine, c’est l’urbanisme délirant et une éducation démissionnaire, voie de garage

                                                      Malgré tout certains membre de ce sous-prolétariat s’en sortent, c’est plus dur mais possible


                                                    • fcpgismo fcpgismo 26 août 2012 09:42

                                                      Formidable article très réaliste un bon témoignage.cette hostilité entre Français d’ origine et Algériens je l’ ai vécu entre 12 et 16 ans c’ était à ceux qui avaient gagné la guerre, nous Français et eux Algériens, mais en fait pour nous tous il ne faisait pas l’ ombre d’ un doute qu’ ils étaient bien ici pour toujours, moi j’ étais amoureux d’ un Kabyle aux yeux bleus et aux cheveux blonds qui m’ a entrainé devant un magistrat mais comme l’ amour rend aveugle je ne lui en ai jamais voulu bien au contraire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès