• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Fait divers : découverte de 4 bombes radioactives artisanales

Fait divers : découverte de 4 bombes radioactives artisanales

Jeudi 26 août 2021, l'hôtel de police de Colmar reçoit un appel du directeur du centre de formation Marcel Rudloff ; un de ses stagiaires âgé de 26 ans s'est vanté auprès de ses camarades d'avoir confectionné plusieurs bombes radiologiques ! La police judiciaire se transporte immédiatement, à Rouffach, au domicile des parents du mis en cause. La visite domiciliaire permet la découverte de quatre bombes artisanales composées à partir de poudre d'oxyde d'uranium et un minéral radioactif, produits achetés sur Internet qui irradient 2.500 becquerels. Le jeune homme a été mis en examen pour fabrication d'engins explosifs et écroué.

La bombe radiologique, « bombe sale » ou dispositif de dispersion radiologique appartient à la catégorie des engins explosifs improvisés. La charge explosive a pour fonction de briser l'enveloppe afin d'en répandre le matériau radioactif volatil. Un explosif déflagrant (faible vitesse exercant une poussée lente) reste préférable à un explosif détonant (plusieurs milliers de m/sec). L'explosion vise non à détruire, mais à disséminer le radionucléide réduit en fines particules afin de contaminer un terrain agricole, une zone urbaine pour y semer le chaos, contaminer la population et/ou entraîner des dommages économiques. Les personnes proches du lieu de l'explosion peuvent être atteintes par les éclats de l'enveloppe contaminée (lésions radiatives).

La simplicité de fabrication d'une bombe « sale » en permet la réalisation par tout un chacun, à la condition de se procurer le matériau radioactif : américium 241, californium 252, césium 137, cobalt 60, iridium 192, polonium 210, radium 226, ou strontium 90, et de savoir manipuler la substance radioactive correctement... En 1987, des ferrailleurs qui avaient « cannibalisé » un appareil de radiothérapie dans une décharge de Goiânia (Brésil), intrigués par la phosphorescence d'un élément, avaient emporté la capsule césium 137. Quatre personnes décédèrent, 250 personnes furent irradiées, et il fallu déblayer des tonnes de terres contaminées.

Si on sait fabriquer des éléments radioactifs depuis 1934, on en compte aujourd'hui plus d'un millier ! La radioactivité de l'uranium découverte en 1896 par Henri Becquerel désigne toute transformation spontanée du noyau d'un atome avec émission d'un ou de plusieurs rayonnements. On doit à Marie Curie la découverte, en 1898, du premier élément radioactif naturel et les rayons uraniques (radium). Dans les années 1900, le radium (226 ou 228) à faible dose va devenir une substance « miraculeuse » ! Il va être incorporé dans les dentifrices, les savons, les shampoings, les rouges à lèvres, les crèmes de beauté, crèmes épilatoires, les sodas, boissons rajeunissantes, le beurre, la peinture luminescente pour les montres, réveils et compas, les médicaments, une pommade qui active la repousse des cheveux ! Ce n’est qu’en 1932 au décès du milliardaire Eben McBurney Byers après avoir absorbé le « Radithor » pendant de nombreux mois, une potion censée le guérir d'une blessure au bras, que le public va se méfier des effets du radium. A sa mort il ne pesait que 40 Kilos et tout son corps était radioactif ! Le radium interdit pour les utilisations non médicales en 1937 va continuer à être utilisé jusqu’à la fin des années 1950 avant d'être abandonné en 1976 et remplacé en radiothérapie par l’Iridium192 et le césium137.

Les rayons X et γ entraînent l'ionisation de la matière rencontrée et irradient suffisamment d'énergie pour transformer les atomes traversés en ions (atome qui a perdu ou gagné un ou plusieurs électrons) et rendre la matière instable. L'atome instable va perdre des protons et des neutrons (rayonnement alpha) afin de transformer un neutron en proton ou l'inverse ; le rayonnement bêta émettre des photons (particules lumineuses) et rayonnements X et γ. Les noyaux instables cherchent à revenir à un état stable. Chaque atome radioactif finit par devenir, tôt ou tard, un autre atome, mais la durée de vie des atomes d'un seul et même élément n'est pas identique pour tous. Les uns se désintègrent rapidement, tandis que d'autres ont une durée de vie quasi immuable. On exprime cette durée de vie par une période de demi-décroissance. Elle correspond au temps nécessaire pour qu'un nombre d'atomes donnés soit réduit (désintégré) de moitié. Chaque famille est composée d'éléments de périodes très diverses. L'américium 241, plus toxique que le polonium 210 (utilisé pour empoisonner Alexander Litvinenko), une substance que l'on retrouve dans les détecteurs ioniques de fumée ou paratonnerres a une durée de vie de 432,7 ans. Période radioactive T de quelques éléments courants : l'uranium 238 : 4,5 milliards d'années - le radium : 1.590 années - le strontium 90 années : 28 années - le plutonium 241 : 14,4 ans - le radon A : 3 minutes.

Les scientifiques découvrirent en 1921, que les rayons « X » étaient capables de tuer la trichine, un vers parasite du porc, en bombardant l'aliment avec des isotopes radioactifs (césium ou cobalt) libérant des rayonnements ionisants sous forme de rayons gamma. Une dose inférieure à 1 kilogray suffit pour tuer les parasites de la viande, des céréales ou inhiber la germination de certains légumes. Pour obtenir une stérilisation complète, il faut appliquer une dose supérieure à 10 kilograys (les repas de certains chefs d’État sont traités de la sorte). Les rayons ionisants sont depuis largement utilisés dans l'industrie pour le contrôle de l'intégrité des pièces (usure, soudures), en médecine nucléaire à des fins de diagnostic à faible dose (radiographie, scintigraphie), à des fins thérapeutiques à forte dose (radiothérapie) pour traiter les cancers, et pour l'irradiation des aliments. Certains appareils peuvent receler une cartouche d'une soixantaine de grammes d'isotopes radioactifs (radium, césium) pouvant représenter une activité de 3.000 Curies.

Les effets des rayonnements ionisants sur l'organisme vivant dépendent du radionucléide, de la dose, du mode de contamination (inhalation, ingestion, contact), de la taille des aérosols, de la cellule atteinte, de la distance de la source RA, de l'hérédité et des conditions météorologiques. L'irradiation correspond à une exposition aux rayonnements ionisants émis par une source externe, elle cesse dès que la source radioactive est suffisamment éloignée de la personne ou par l'interposition d'un écran (blindage). Ne pas confondre avec la contamination, l'exposition interne aux particules radioactives (respirées, ingurgitées, consommation d'aliments irradiés), ou la contamination externe, pénétration par une plaie. Des doses importantes brèves et localisées peuvent être bénéfiques (radiothérapie), et des doses faibles sur une longue durée se révéler mortelles.

La radiotoxicité par inhalation ou ingestion dépend de l’activité du radionucléide (concentrations en Bq/L) ingéré multiplié par un facteur de dose. Ce facteur varie de 1 pour un émetteur bêta de faible énergie (le tritium) à 10 000 pour des émetteurs alpha de l'uranium ou du plutonium (Les rayons gamma sont moins dangereux que les rayons alpha et bêta). L'activité exprimée en Becquerel (Bq) mentionnée dans la dépêche de presse se veut alarmiste, alors qu'elle n'exprime que le nombre de désintégrations par seconde de la matière radioactive... ​​

Unités fréquemment utilisées dans le domaine du nucléaire :

Le Gray (Gy) correspond à la quantité d'énergie communiquée à la matière par unité de masse lors d'une exposition. Un Gray équivaut à l'absorption d'un Joule par kilogramme de matière 1 Gy = 1 J/kg (La dose mortelle se situe vers 5 Grays).

Le radiamètre (Rad) qui mesure le débit de la dose est étalonné en Gray/heure ou en rad/h (1 gray = 100 rad/h), 1 rad = 10^2 joules.

La Curie (Ci), une ancienne mesure de la radioactivité encore largement utilisée. Une Ci correspond à l'activité d'un gramme de radium représentant 37 milliards de désintégrations par seconde (une Ci équivaut à 3,7.10^10 Bq).

Le Roengten qui mesure les rayons X ou ϒ dans un cm3 d'air n'est plus utilisé depuis 1979.

Le Sievert (Sv) mesure les effets biologiques sur l'organisme. Cela permet d'évaluer l’effet d’une même dose délivrée par des rayonnements de nature différente à des organes des tissus qui n’ont pas la même sensibilité aux rayonnements. (1 rem, ancienne mesure, équivaut à 0,01 Sv).

L'exposition moyenne au rayonnement naturel (radon, rayons télluriques et cosmiques) est éstimée à 2,4 mSv/an. Les effets dus à la radioactivité naturelle (bruit de fond) semblent, en l'état des connaissances actuelles, avoir peu d'incidence, avec cependant des réserves (cancers tardifs). Le radon, un gaz radioactif naturel qui se dégage du sol (maison mal ventilée) génère différents éléments radioactifs et pénétre par inhalation dans les poumons. Le potassium 40 présent dans les tissus de l'organisme humain est d'environ 4.500 Bq, soit une exposition annuelle de l'ordre de 394 µSv. Une tomographie représente une dose de 9 mSv et une angiographie une dose de 12 mSV, ce qui correspond à 5 années d'irradiation naturelle. Les « liquidateurs » intervenus sur le réacteur à Tchernobyl dans des conditions dantesques, ont subi une irradiation d'environ 100 mSv ! Pour comparaison : 1 mSv est la dose annuelle de radioactivité artificielle admise pour la population en France - 20 mSv la dose annuelle admise pour les professionnels - 100 mSv dose à partir de laquelle le risque de cancer radio-induit est reconnu - 6 Sv dose létale à 100 %.

L'individu mis en examen a déclaré aux enquêteurs qu'il avait prévu de détonner ses « bombes sales » dans un champ en plein air. L'atténuation du rayonnement gamma à travers l'air (les rayons ϒ n'ionisent pas le milieu traversé) est une fonction exponentielle, cela signifie qu'elle diminue de moitié par tranche de 90 m ( cette fonction est identique aux calculs de la désaturation ou paliers de décompression). La longueur d'atténuation est divisé par 4, 8, 16, au bout de 2, 3, 4 fois cette distance (inversement proportionnel au carré de la distance). Si l'énergie est inférieure à 1 Mev (électrons volts), la décroissance est plus rapide.

Les trafiquants peuvent porter leur choix sur de nombreux sites de sources radioactives : démantèlement d'arsenaux militaires, centrales civiles, centres de stockage de déchets RA (certains présentent une activité de 184 PBq, soit 10^15), hôpitaux, centres de recherche, l’industrie, voire les décheteries ! Juillet 2013, l’alarme du site de traitement et de valorisation de déchets de La Rivière Saint-Étienne (la Réunion) s'affole au passage d'un camion. Les deux spécialistes du Service d’intervention et d’assistance en radioprotection de l’IRSN dépêchés sur place découvrent une sonde médicale de Crowe (2 cm par 15 cm) jetée aux encombrants dans une benne de 4 mètres sur 2 ! L'IRSN effectue une dizaine d'interventions similaires par an, et les faux positifs sont nombreux. Les patients ayant passé une scintigraphie (injection de technétium 99, soit d'iode 123) ou ayant suivi un traitement de médecine nucléaire sont radioactifs, et la dose reçue est suffisante pour déclencher les détecteurs (plage de sensibilité 10 nSv.h-1 à 10 Sv.h-1) des aéroports et ceux aux postes frontières pendant quelques jours ! L'IRSN compte près d'une cinquantaine de déclenchements par année pour la seule agglomération parisienne en lien avec la médecine nucléaire ; jets de couches ou flacons d'urine aux ordures ménagères !

« Sur 3 686 incidents signalés depuis la création de la base de données en 1995, environ 10 % étaient réellement liés à des actes de trafic ou d’utilisation malveillante. (...). Au cours des dix dernières années (NdA entre 2009 et 2019), plus de 250 cas de vol de sources radioactives ont été signalés dans l’ITDB. Environ un tiers de ces sources n’ont pas été récupérées et on ignore où elles se trouvent » (Incident and Trafficking Database/AIEA).

°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  4.19/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Séraphin 16 septembre 17:31

    Il aimait Boris Vian, le gars ?

    « Sachant proche le résultat

    Tous les grands chefs d’État lui ont rendu visite

    Il les reçut et s’excusa

    De ce que sa cagna était aussi petite

    Mais sitôt qu’ils sont tous entrés

    Il les a enfermés, en disant soyez sages

    Et, quand la bombe a explosé

    De tous ces personnages, il n’est plus rien resté »


    • rhea 1481971 16 septembre 17:57

      La dose semi létale est de 4,03 sievert ( 403 rads ), l’exposition aux radiations

      s’accumule dans le temps.


      • pierrot pierrot 16 septembre 22:51

        @rhea 1481971
        NON,
        la dose léthale DL 50 est de 6 000 milli Sievert.


      • pierrot pierrot 16 septembre 22:54

        @rhea 1481971
        Ne confondez pas le Sievert et le rad qui s’intègre pas l’aspect biologique ni la classe du rayonnement : alpha, béta, gamma, neutron, ni l’organe.

        Inscrivez vous dans une formation nucléaire avant de parler.


      • reptile cyrus 16 septembre 22:58

        @pierrot

        et toi soit gentil de ne pas camoufler les effet dangereux de la contamination , sous les chifre de l’ irradiation bien moins dangereux ...

        Tu serais pas un ex de la cogema par hasard ?

        l’ irradiation est rarement plus dangereuse qu’ une grosse radio ...
        mais une bombe salle meme avec l’ uranium apauvrie contamine les organe interne et la c’ est toi qui devient la salle de radiologie a domicile ...


      • blablablietblabla blablablietblabla 16 septembre 18:05

        Bon article ,merci pour toutes ses infos que j’ignorais totalement . ça fait peur que des gus fabriquent ce genre de d’explosifs mais ou va t’on.


        • Arogavox Arogavox 17 septembre 16:01

          @blablablietblabla
          Autre ’cas’, pas piqué des vers, de jeune bidouilleur fou du nucléaire , aux US :

          David Hahn, l’ado qui a fabriqué un réacteur nucléaire chez lui

          cf la vidéo : https://youtu.be/7rTKxHoU_Rc


        • saint louis 16 septembre 18:20

          Les chimistes professionnels ne sont pas en reste pour nous inventer des produits de destruction alors pourquoi pas les amateurs ?


          • reptile cyrus 16 septembre 19:34

            @saint louis

            En fait la pluspard des detecteur de fumé ancien modele contienne une capsule radioactive ... certaine electrode pour piscinne egalement ...

            Mais mieux encore , si tu parcours les route d’ auvergne , avec un compteur geiger , certain passage de route sont remblayer avec des sterile , c’ est a dire du minerais d’ uranium trop dilué pour interesser les centrale nucleaire ...


          • sylvain sylvain 16 septembre 19:51

            @cyrus
            il y a aussi quelques cours d’écoles, des parkings...


          • reptile cyrus 16 septembre 22:54

            @sylvain

            oui tout a fait , c’ est d’ ailleur bien plus embetant qu’ une route ou on passe une fois tout les mois ....

            j’ ose esperer que les sterile les plus dangereux ne sont pas dans les ecole ...


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 19:10

            En espérant que le débile prenne très cher !


            • ETTORE ETTORE 16 septembre 21:57

              Et après, on vient nous montrer des écoles délabrées, des lieux de visites présidentiels défrichés, à la hâte, et on veut retaper tout cela....A coup de milliards...Lâchés sur le vieux port..
              Alors que visiblement, internet , à domicile, forme plus facilement des constructeurs de bombes sales, que l’école éduque les sales gosses dans ses murs.
              Naaaann ! va falloir revoir les cours.
              On as trop « d’Einstein », qui s’ignorent !
              Et tout autant d’ « Epstein » en puissance. !


              • pierrot pierrot 16 septembre 22:49

                article ridicule pour faire peur à des individus crédules sans culture scientifique.

                Un objet ayant une infime radioactivité de 2500 Becquerel c’est ridiculement infirme.

                Un individu moyen est un objet ayant une radioactivité de 7000 Becquerel (essentiellement 40 K : Potassium et 12 Carbone donc un individu est « une bombe sale » ? ridicule.

                Si vous prenez un pavé de granit breton, vous êtes bien supérieur en radioactivité mais sans aucun risque.


                • reptile cyrus 16 septembre 22:59

                  @pierrot

                  Argument d’ autorité de quelquun qui au par avant a deja camoufler la contamination sous l’ irradiation ...

                  sur t’ est un ancien du « nuke ta mere » 


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 23:10

                  @pierrot
                  Qu’est-ce qu’on en a foutre de tes connaissances ou de celles de l’auteur des bombes ? Il voulait jouer a quoi ce connard ? Tain.


                • reptile cyrus 16 septembre 23:22

                  @Aita Pea Pea

                  ca peut pas servir a autre chose que du terrorisme ...

                  Encore avec une bombe nuclaire tu peut envisager de creuser un lac pour dans 50 a 100 ans ...https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_Chagan

                  Mais avec une bombe sale , a part rendre une zone inabitable , et/ou tuer lentement des millier de gens ca n’ as aucune aplication civile.


                • ETTORE ETTORE 17 septembre 10:09

                  @pierre le fou

                  Alors le Schtroumpf bleu ?
                  Toujours en quête de rayonnement ?
                  Vous devez avoir l’électricité gratuite, vous, non ?
                  Comment va du haut de votre pylône à haute tension ?
                  Vous surveillez l’alimentation de vos camps d’internements ?


                • Doume65 18 septembre 21:53

                  @pierrot
                  «  Si vous prenez un pavé de granit breton, vous êtes bien supérieur en radioactivité mais sans aucun risque.  »
                  Sur ce point, je ne peux pas te donner raison. Il est établi que les cancers surtout ceux de la thyroïde sont plus nombreux dans les zones granitiques.


                • SilentArrow 17 septembre 02:10

                  @Demaretz Gérard

                  Bon article qui met en garde contre cette possibilité pour les terroristes. On pourrait peut-être lui reprocher de donner des idées aux candidats terroristes.

                  Il y a cependant un bémol : ce passage, c’est vraiment n’importe quoi :

                  Les rayons X et γ entraînent l’ionisation de la matière rencontrée et irradient suffisamment d’énergie pour transformer les atomes traversés en ions (atome qui a perdu ou gagné un ou plusieurs électrons) et rendre la matière instable. L’atome instable va perdre des protons et des neutrons (rayonnement alpha) afin de transformer un neutron en proton ou l’inverse ; le rayonnement bêta émettre des photons (particules lumineuses) et rayonnements X et γ. 

                   

                  L’ionisation d’un atome par rayons X ou gamma n’entraîne pas de réactions nucléaires dans le noyau. Elle ne concerne que les couches externe des électrons.

                  Le rayonnement alpha, c’est l’émission de noyaux d’hélium 4 et non de proton et neutrons.

                  Et c’est le rayonnement bêta (électrons ou positrons) qui change les protons en neutrons et vice versa.


                  • reptile cyrus 17 septembre 02:32

                    @SilentArrow

                    oui en fait y a une petite confusion entre la transition electronique de couche par les beta , et l’ exitation de l’ atome avec changement de nature (nickel60->cobalt60->nickel60) 

                    étonnant que pierrot l’ ancien de la cogema l’ ais pas vu .


                  • reptile cyrus 17 septembre 02:33

                    @SilentArrow

                    bon j’ avoue que je l’ avais loupé aussi smiley


                  • pierrot pierrot 17 septembre 08:01

                    @SilentArrow
                    tout à fait exact.


                  • Loatse Loatse 17 septembre 07:19

                    Pour ses 12 ans, « Tanguy » s’était vu refusé par ses parents sous prétexte que celui ci risquait de mettre le feu à la maison  la boite du "petit chimiste tant convoitée...

                    J’imagine leur tête lorsque, après avoir défoncé leur porte à 6 plombes du mat’, des hommes en tenue anti radiations, les informèrent quelques années plus tard avoir frôlé le mini Hiroshima domestique...


                    • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 09:08

                      C’était 4 vieilles conserves de cassoulet ....


                      • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 09:10

                        C’était Sheldon de big bang théorie, il comptait équiper les sous marins pour l’Australie, manque de pot la commande a été annulée, pas grave on refilera les bombes a la BAC, elles serviront contre les gilets jaunes ou les anti-pass  .....


                        • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 09:12

                          La police judiciaire se transporte immédiatement, à Rouffach, au domicile des parents du mis en cause


                          L’hôpital psychiatrique de Rouffach est officiellement inauguré. C’est la loi du 30 juin 1838 qui impulse la nécessité de construire dans le Haut-Rhin un hôpital-asile destiné à recevoir et soigner des malades mentaux


                          • MagicBuster 17 septembre 09:33

                            C’est une erreur judiciaire, le gars a mis au point un nouveau vaccin anti covid.

                            C’est un génie.

                            Même plus besoin d’une piqure !!!

                            LoL


                            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 17 septembre 09:52

                              Article d’enfumage. Les flics ont trouvé des bombes et de la poudre d’uranium, mais ils n’ont jamais dit que la poudre était contenue dans les bombes. Plusieurs pigistes ont mal rapporté l’information

                              Les enquêteurs découvrent ainsi quatre bombes artisanales dont trois en état de marche, de l’oxyde d’uranium en poudre et une pierre minérale radioactive qui irradie à 2 500 becquerels.

                              Relisez le premier paragraphe de l’article, c’est du freestyle. Tout est mélangé, les bombes, la poudre d’uranium et le minéral radioactif, c’est n’importe quoi. Sur tous les sujets d’ailleurs :

                              Les rayons gamma sont moins dangereux que les rayons alpha et bêta

                              D’autre part, ce concept de « bombe sale » est lui même très discutable. Il s’agit plus de fantasme sur la radioactivité qu’un procédé efficace. 


                              • HELIOS HELIOS 17 septembre 10:35

                                @Opposition contrôlée

                                Votre commentaire est  pour moi  le meilleurs de toute cette serie, le fantasme de la radioactivité, des bombes, du CO2, et même du virus, etc, dépasse l’imaginaire, nous sommes dans une période d’hystérie généralisée, même ici sur Agoravox.

                                Ce jeune de 26 ans est plutôt un Konnard inconscient qu’autre chose... mais c’est rare qu’on le soit par nature, on le devient au contact des parents, des amis et ... des autres ! d’ailleurs on est toujours le kon d’un autre.

                                Quand aux journalistes, outre qu’ils sont de moins en moins bien formés a ce metier, qu’ils ne savent plus comprendre ni parler ne savent pas non plus écrire : Rappelons ceci === Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément === (merci N Boileau)


                              • Doume65 18 septembre 21:58

                                @HELIOS
                                « Quand aux journalistes, outre qu’ils sont de moins en moins bien formés a ce metier  »
                                Ils sont surtout mal payés et on ne leur donne ni les moyens ni le temps de bien faire leur taf.


                              • Old Dan Old Dan 17 septembre 10:20

                                ... votre article parait documenté**, et recoupe d’autres infos.

                                Votre prochain topo sur AGV nous donnera-t-il la recette détaillée d’une bombe à neutrons à partir de vieux pacemakers, de fours micro-ondes, ou de bananes enrichies (K+) ?...

                                (En clair, chassez-vous des « likes »... comme les gosses ?)

                                .

                                [... ** pas comme les arguments anti-Vaxx... mais eux aussi destructeurs d’intelligence normale. ]


                                • ribouldingue ribouldingue 17 septembre 15:26

                                  Cette info aurait pu être un scoop si elle n’avait pas déjà été relatée dans la page 3 du canard enchaîné du 8 septembre 2021. Un manque d’inspiration de la part de l’auteur de l’article peut-être ? Sans rancune....


                                  • Arogavox Arogavox 17 septembre 16:06

                                    cf la chanson de Boris Vian : « La java des bombes atomiques » => https://www.youtube.com/watch?v=eryzp0Pklc8


                                    • Jean de Beauce Jean de Beauce 17 septembre 16:07

                                      Il faut bien que notre jeunesse s’amuse. Douce France, cher pays de mon enfance...


                                      • armand 17 septembre 16:14

                                        Le pire c’est qu’il y a 53 bombes bien pires encore réparties sur le territoire.


                                        • saint louis 17 septembre 20:02

                                          Dans les anecdotes qui ont un lien avec ce post, il y a celle ci :

                                          Dans les années 70, en cours de physique d’une classe technique où les élèves chahutent franchement, l’enseignant pour reprendre la main, nous propose de nous apprendre à faire de la poudre noire, bien entendu non prévu par l’éducation Nationnale.

                                          Curieusement l’auditoire devient extrêmement attentif.

                                          Dans la salle de cours, préparé par l’élève le plus turbulent assisté du prof la séance de fabrication commence.

                                          Sur le plan carrelé le tas de poudre était assez important, la valeur d’une grande casserole.

                                          Quand le prof a allumé son briquet pour mettre le feu à la poudre, effroi dans la tribune, mais la poudre a brulé sans explosion en dégageant une belle fumée.

                                          Dès le lendemain nous étions à la recherche des ingrédients pour expérimenter cette nouvelle connaissance.

                                          Bien heureusement il n’y a pas eu de conséquences dramatiques.

                                          Mais suivant les idées pas toujours limpides de certains individus, ça peut avoir d’autres issues, surtout par les temps qui courent.


                                          • Doume65 18 septembre 21:49

                                            « disséminer le radionucléide réduit en fines particules »

                                            L’auteur s’est un peu perdu dans son texte, non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité