• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > FASCISATION : de la tenaille objective à la fusion assumée ?

FASCISATION : de la tenaille objective à la fusion assumée ?

Par Georges Gastaud, auteur de « Marxisme et universalisme », Delga, 2017

Traçant une ligne infranchissable entre eux-mêmes et tous les individus et organisations qui flirtent de près ou de loin avec l’extrême droite, les militants franchement communistes et 100% antifascistes du PRCF rejettent sans appel tous ceux qui banalisent le parti des Le Pen, cette pointe avancée de la fascisation du pays. Pour autant, à l’occasion du second tour de la présidentielle, le PRCF a refusé de céder au chantage du PS, des dirigeants de la plupart des confédérations, CGT comprise, du PCF-PGE et de certaines fractions égarées de « l’extrême gauche » : ces maîtres de vertu sommaient alors le « camp progressiste » de voter Macron pour, censément, « faire barrage » à la fascisation, opportunément réduite à sa partie la plus visible, la lepénisation. Or celle-ci est un aspect d’un phénomène bien plus général, dont le socle continental est la très dictatoriale « construction » euro-atlantique, cette machine à criminaliser les partis communistes, à recycler les nostalgiques du Troisième Reich, à inscrire totalement l’Europe des 27 en général et la France macroniste en particulier dans la marche impérialiste aux guerres potentiellement mondiales contre l’Iran, la Russie, et les ultimes Etats laïques du Proche-Orient.

Le bien-fondé de l’abstention électorale du PRCF en mai 2017 apparaît désormais de manière éclatante : la « construction européenne » n’est pas plus un « barrage internationaliste à l’ultra-droite » que le vote Macron n’a jamais pu faire rempart, fût-ce faiblement, à la fascisation du pays. En réalité, la belle Europe « sociale, démocratique et pacifique » dont rêvent les yeux ouverts (et les subventions européennes plein leurs coffres…) le Parti de la Gauche Européenne et la Confédération des Syndicats Européens, intervient structurellement comme l’état-major de l’euro-maccarthysme, comme une machine à blanchir l’ultra-droite, comme un « partenaire stratégique » revendiqué de l’OTAN qui planifie avec elle le nouveau Drang nach Osten de l’offensive antirusse.

Quant à Macron, loin de combattre l’euro-fascisation, il a déjà franchi un nouveau seuil, avec son lugubre ministre de l’Intérieur G. Collomb, dans la politique franchement liberticide qui avait déjà connu deux bonds qualitatifs successifs avec les méthodes… frontales et insoucieuses d’Etat de droit de N. Sarkozy, puis de M. Valls : rappelons que ce grand patriote[1] républicain a été le premier chef de gouvernement de l’après-guerre à tenter d’interdire une manifestation nationale inter-confédérale convoquée par la CGT, par SUD, par la FSU et par Force ouvrière…

Une sinistre « nouveauté » vient désormais s’ajouter à ce tableau déjà passablement brunâtre. Pour bien l’appréhender, il faut d’abord rappeler ce que le PRCF a signalé depuis longtemps : l’existence d’une « tenaille politique » nationale et internationale broyant les peuples en général et le peuple français en particulier dans un étau à deux mâchoires :

  • d’un côté, l’aile fanatiquement euro-atlantique de la grande bourgeoisie, adepte de la marche forcée vers l’Europe fédérale (« défense européenne », « souveraineté européenne », « gouvernement de l’euro »), du « devoir d’ingérence » impérialiste (en Ukraine, en Syrie, en Libye, l’Occident néocolonial choisit ses « régimes » et frappe quand il veut en contournant l’O.N.U…) et du « Pacte transatlantique » en construction (« TAFTA », « CETA », avec en toile de fond culturel et linguistique, le basculement en cours des pays européens au tout-anglais managérial…),
  • de l’autre côté, l’aile « nationaliste », xénophobe, néo-cléricale, « tradi » qui, sans jamais contester l’UE-OTAN dans son principe, cible surtout les couches sociales précarisées par l’euro-mondialisation, cultivant à cette fin des thématiques violemment anti-immigrés, patriarcales, néo-cléricales et surtout, antimusulmanes. Au niveau mondial, le chef de file du premier courant est le clan Clinton ; Trump est la figure de proue hideuse du second clan oligarchique, mais ces deux équipes convergent dans l’ « unilatéralisme » belliqueux et irresponsable. Quant au tandem Macron-Le Pen, il reproduit les deux pièces de l’étau à l’échelle de l’Hexagone[2]. Or, ce qu’on observe de plus en plus désormais, c’est un début de fusionnement des deux parties de la tenaille par un double mouvement qui tient du chassé-croisé politique et qui est aisément observable aux échelles européenne et hexagonale :
  1. A l’échelle européenne, l’UE, qui avait fait la grosse voix au début des années 2000 quand le néonazi Jorg Hayder s’était approché du gouvernement autrichien, ne pipe plus mot, sinon pour la forme, contre les régimes fascisants d’Orban (Hongrie), de Kaczynski (Pologne), et moins encore contre le nouveau gouvernement de Vienne (les postes régaliens sont désormais accaparés par des néonazis au pays natal d’A. Hitler !). L’UE-OTAN n’a pas davantage scrupule à collaborer avec Riga, Vilnius et Tallinn[3], sans parler de l’extrême tendresse de l’UE/OTAN pour l’Ukrainien Porochenko, dont le « parlement », épuré des communistes (le PC Ukrainien a été interdit), est présidé, dans l’indifférence générale, par le fondateur du… Parti national-socialiste ukrainien. Mais comment l’UE protesterait-elle contre la fascisation galopante de l’Est européen alors que, sur sommation officielle de l’UE, Alexis Tsipras lamine le droit de grève en Grèce ? Symétriquement à cette fascisation (de moins en moins) rampante de l’UE, aucun des régimes « nationalistes » de l’Est européen, et moins encore le gouvernement autrichien truffé de nostalgiques d’Adolf, ne remettent en cause l’appartenance à l’UE, à l’OTAN ou à (l’entrée future dans) l’euro de Budapest, Varsovie, Bucarest, Sofia, Vilnius, Zagreb, etc. : ce donnant-donnant entre dirigeants euro-atlantistes et « eurosceptiques » de droite prend sous nos yeux la forme émergente d’une Grande Europe blanche, pseudo-« chrétienne », grossièrement russophobe, anti-ouvrière, antisyndicale et, bien sur, anticommuniste, en un mot une Europe libéral-fascisante, que symbolisent déjà, par leurs actes liberticides et discriminatoires, les dirigeants de la Flandre (ex- ?)belge, les racistes de la Lega italienne, sans oublier le gouvernement de Rajoy qui traque les élus catalans comme aux temps bénis du franquisme…
  2. b) Un chassé-croisé politico-idéologique analogue se déploie en France : tancés par le grand patronat, Mmes Marine et Marion Le Pen se gardent désormais de mettre en cause, fût-ce pour la frime, l’appartenance de la France à l’euro, faute de quoi elles perdraient aussitôt tout appui – on l’a vu entre les deux tours de la présidentielle – dans la grande bourgeoisie « française » ; symétriquement à ce bougédu rassemblement « national », l’ « internationaliste » Macron durcit la loi contre les migrants et couvre d’incroyables exactions policières à Calais ; il fait tout, par Guillaume Pépy interposé, pour briser la grève cheminote ; il investit militairement la ZAD de NDDL ; il fait dégager les AG étudiantes à la matraque ; il grave l’état d’urgence dans la loi ordinaire, contourne le Parlement à coups d’ordonnances et flique comme jamais la Toile au nom de la chasse aux « fake news »[4]. Plus d’une fois ces derniers temps, on a vu les nervis fascistes encagoulés envahir les premiers les facultés occupées (parfois avec la complicité de tel doyen « politiquement correct »), la « police républicaine », comme Renaud Séchan et Charlie-Hebdo nous ont accoutumés à le dire, accourant ensuite pour finir le sale boulot. Ne parlons pas de la récente occupation de notre frontière alpine par des fascistes européens, les troupes régulières de Gerard Collomb n’arrivant qu’après-coup pour investir militairement ladite frontière et renvoyer dos à dos les euro-fascistes et les militants antifascistes qui affrontaient sur place les nazillons, faute de voir l’Etat « républicain » jouer son rôle élémentaire…

Une raison majeure du fusionnement tendanciel des deux mâchoires de l’euro- et de la franco-fascisation est la crise aiguë de la « construction » européenne. Celle-ci est de plus en plus rejetée par les peuples[5] sans qu’ait encore émergé une alternative de gauche 100% anti-UE. Ce mécontentement populaire de masse, que traduit la litote journalistique « l’Europe ne fait plus rêver », provoque la coagulation des forces euro-réactionnaires préventivement arc-boutées pour faire à la colère populaire montante[6]. Certes, ce fusionnement ne va pas sans contradictions secondaires au sein du camp oligarchique, car les publics socioculturels que ciblent respectivement les euro-atlantes traditionnels et les eurosceptiques de droite sont subjectivement fort éloignés les uns des autres : le premier public – dominé par la « bourgeoisie bohème » des métropoles (les fameux « bobos ») -, se dit « internationaliste » et méprise copieusement les « nations » souveraines ; déclassés par le dé-tricotage maastrichtien, relégués à la périphérie abandonnée des « euro-métropoles » et reniés par la gauche établie, le second public se veut « patriote » alors même que les Le Pen, Wauquiez et Cie dévoient aisément ce patriotisme sans contenu de classe vers la xénophobie d’Etat, le mépris du « fonctionnaire privilégié » (sic), du « chômeur assisté » (sic) et surtout, vers la haine du « musulman » pauvre. L’ignoble appel récemment lancé par Val, Sarkozy et Valls pour amalgamer l’antisémitisme à l’antisionisme de la gauche anticoloniale pourrait bien avoir pour principal but hégémonique (au sens que Gramsci a donné à ce mot) d’arrimer l’un à l’autre les deux blocs idéologico-culturels décrits ci-dessus en leur désignant pour ennemis communs, à l’étranger, le Russe, le Palestinien et l’Iranien, et en France, le militant « rouge », l’insoumis et l’immigré « musulman » d’avance suspect de « radicalisation »[7]. Cet appel est d’autant plus infect qu’il retourne à des fins fascisantes un signifiant traditionnel de la gauche antifasciste : avec l’aide de la social-démocratie, la droite issue du camp antidreyfusard voudrait dévoyer l’engagement constant de la gauche dreyfusiste contre l’horreur antisémite de manière à aggraver la communautarisation de la République. Et pour faire diversion au passage à l’affrontement de classes en cours entre Macron-Thatcher et le mouvement populaire en lutte (cheminots, étudiants, etc.) sans la moindre considération de « races », de « communautés » ou de religions…

Les deux mâchoires de la tenaille euro-fascisante tendent ainsi à fusionner pour forger un seul et même estoc politique tourné contre le mouvement populaire (printemps 2018 en France), contre la Russie (Ukraine) et l’Iran, contre les vrais communistes[8] de toute l’Europe, tout en justifiant la militarisation éperdue de l’économie européenne (objectif fixé par l’OTAN : atteindre partout 2% du PIB par pays pour abonder la course aux armements antirusse). Plusieurs conclusions découlent alors de ce constat, que cent autres données pourraient corroborer :

  • il devient indécent d’occulter cette fascisation de l’UE et de la France que tant de prétendus « marxistes » (qui ne verraient pas un éléphant bleu-brun dans un couloir !) s’évertuent à nier, soit qu’ils réduisent la fascisation à la lepénisation, soit qu’ils identifient fallacieusement fascisation et fascisme : comme si Dimitrov et Thorez (PCF) n’avaient pas lumineusement montré, lors du 7ème congrès de l’Internationale communiste (1935) que la fascisation, ce processus de dégénérescence immanent à la démocratie bourgeoise, précède toujours et permet, le moment venu, et si l’aiguisement des crises capitalistes le nécessite, l’émergence du fascisme proprement dit, cette dictature terroriste du grand capital qui finit par liquider dans le sang – y compris dans celui des anticommunistes « de gauche » ! – la démocratie bourgeoise elle-même ; l’euro-maccarthysme actuel, qui criminalise le communisme historique tout en banalisant le fascisme – ce meilleur élève toutes catégories de la classe antisoviétique –, est le socle idéologique actuel de la fascisation et du nouveau bloc hégémonique anti-Stalingrad qui s’édifie, au moins depuis 1989, sur le plan continental. On mesure l’écrasante responsabilité historique qu’ont prise à cet égard les idéologues de la fausse gauche – et les manuels d’histoire étudiés dans nos classes ! – qui assimilent sous le nom de « totalitarismes » le Reich exterminateur à son principal vainqueur – et notre principal libérateur aux dires de Charles De Gaulle ! –, le pays de Stalingrad.
  • L’opposition binaire « Macron/FN » (ou demain, Macron-Juppé contre Le Pen/Wauquiez) ressemble de plus en plus à un théâtre d’ombres. D’abord parce qu’en l’absence d’une grande alternative progressiste anti-UE qui tarde à se former, la politique macroniste ne peut que relancer le FN et ses pseudopodes, de Dupont-Aignan à Florian Philippot. Ensuite parce qu’entre le FN et le pouvoir macroniste, que relient l’un à l’autre les multiples passerelles LR qui courent des « juppéistes » aux néo-versaillais Wauquiez-Ciotti, le principal point d’accord sera toujours la mise au pas brutale de la classe ouvrière, cheminots en tête, de la jeunesse populaire et des travailleurs immigrés – qu’il faut intimider sans trêve pour affaiblir et diviser la classe laborieuse. Ceux qui, au nom parfois d’un « marxisme » de parade ou d’un « antiracisme » superficiel, ont légitimé Macron en appelant à l’élire au second tour, s’honoreraient donc en publiant une autocritique qui aiderait grandement les travailleurs en lutte à saisir la nature de classe antisociale, antinationale, fascisante et belliciste du pouvoir macronien. Comment en effet faire voter Macron le 6 mai, comme l’a hélas fait Philippe Martinez, et l’affronter trois mois plus tard dans la rue quand, fort de son mandat de casse euro-patronal, ce mandataire de la haute finance lance sa guerre-éclair contre le Code du travail, le baccalauréat national, les retraites par répartition, les services et les statuts publics ?
  • il urge de rompre la sous-tenaille politique qui, à la gauche de la gauche, reproduit l’étau mondial, européen et hexagonal que nous avons décrit ci-dessus : pour, prétendent-ils, relayer politiquement le mouvement populaire, en fait pour isoler les partisans du Frexit progressiste et mettre chemin faisant la France insoumise sur la défensive, on voit les états-majors du PCF-PGE, d’Ensemble, du NPA, de Générations, tenter de ressusciter l’union des gauches européistes en occultant le débat de fond sur l’UE[9], donc en « sanctuarisant » la « mâchoire » euro-atlantique du dispositif oligarchique. D’autres militants issus du camp progressiste croient à l’inverse plus « radical » de courtiser les souverainistes de droite. Certains de ces « progressistes » égarés ont même cru bon, entre les deux tours de la présidentielle, de présenter le FN comme un « moindre mal » : énorme danger de perversion rouge-brune du mouvement populaire, voire de doriotisation de son aile la plus anti-européiste.
  • La seule proposition de salut public qui finit par émerger, dans une conjoncture où le mouvement populaire et la nation indépendante jouent leur leur va-tout, est donc celle qu’avance le PRCF : celle d’un Front de Résistance Antifasciste, Patriotique, Pacifique, Populaire et Ecologiste (F.R.A.P.P.P.E.). Isolant l’oligarchie et associant les couches moyennes au monde du travail sous la houlette de ce dernier, ce regroupement à vocation majoritaire viserait clairement un Frexit progressiste, antifasciste et internationaliste, une sortie par la gauche de l’UE-euro-OTAN, une dé-légitimation radicale de Macron-MEDEF, un refus démocratique radical de cette 5ème « République » inféodée à Merkel et à l’Oncle Sam (ce qui implique de viser rien moins qu’une « reconstitution » de la République française), une opposition catégorique aux guerres impérialistes et néocoloniales impliquant la « France » officielle ; tout cela dans le but de percuter l’extrême droite, de briser la communautarisation multimodale en marche de la République[10], de stopper la macro-américanisation de notre culture et de notre langue, de déployer une démocratie populaire radicalement neuve (y compris à l’entreprise), de nationaliser les banque, le CAC-40 et les entreprises stratégiques, de reconstruire le « produire en France » industriel et agricole, de réparer les services publics et la protection sociale dépecées par Maastricht, de déployer des coopérations transcontinentales tous azimuts, de sortir la France de l’OTAN : bref, de « mettre le monde du travail au centre de la vie nationale » comme y invitait le CNR dans son programme Les Jours heureux. Et, chemin faisant, de rouvrir concrètement, non par des incantations « révolutionnaires » mais dans le droit fil du rassemblement populaire majoritaire, la voie du socialisme à notre pays.

C’est dans cet esprit que le PRCF proposera une initiative unitaire à l’approche du 29 mai prochain, anniversaire du Non honteusement bafoué du peuple français à la constitution supranationale et néolibérale.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/fascisation-de-la-tenaille-objective-a-la-fusion-assumee/


[1] Qui se rêve déjà en futur maire de Barcelone. Qu’importe le pays pourvu qu’on ait le pouvoir…

[2] Nous disons hexagonal et non française tant ces courants sont diversement engagés dans le démontage et/ou le discrédit de la nation républicaine issue de l’An II. Portés par la haine de classe, ils communient dans l’anti-jacobinisme et, naturellement, dans l’antibolchevisme.

[3] Ces capitales sont dominées par des courants grossièrement russophobes, anticommunistes, voire nostalgiques des Waffen-SS baltes.

[4] Comme si la principale source de désinformation (justification des frappes illégales en Syrie, mise au ban des cheminots, déformation du mouvement étudiant, criminalisation des zadistes, présentation totalement partiale de Cuba et du Venezuela, absence totale de mise en cause de Macron sur ses forfaitures caractérisées (viol répété de l’article II-a de la Constitution faisant du français « la langue de la République », de l’article II de la loi laïque de 1905 (qui interdit bien évidemment à un chef de l’Etat de discourir devant le synode pour dicter aux évêques leur comportement politique à venir…), agression anti-syrienne non précédée d’une déclaration de guerre soumise au parlement…) n’était pas aujourd’hui au quotidien les… grands médias privés et d’Etat !

[5] On pense au Brexit, mais aussi à un éventuel Frexit puisque Macron, interviewé par la BBC lors de son voyage outre Manche a répond « certes » au journaliste qui lui demandait s’il ne craignait pas que le peuple français ne se prononçât pour le frexit à l’occasion d’un éventuel référendum sur l’UE…

[6] L’oligarchie sait davantage, elle, ce qu’est le tous ensemble en même temps que ne le savent certains syndicats qui refusent d’organiser la convergence des luttes contre l’UE, c’est-à-dire contre le chef d’orchestre continental de la casse sociale !

[7] Avec en prime l’appel totalement anti-laïque à purger le texte du Coran… Qu’on est loin du mot de V. Hugo définissant la laïcité comme « l’Etat chez lui et l’Eglise chez elle »…

[8] Sans aucune campagne de masse du PGE et de son antenne française, le PCF ; sans doute sont-ils ravis de voir les gouvernants de l’Est s’acharner sur de supposés partis « staliniens » ?

[9] Raison pour laquelle le PRCF n’a pas signé cet appel, bien qu’il appelle à réussir le 5 mai sur des bases plurielles.

[10] Euro-régionalismes, replis religieux divers et variés, néo-cléricalisme, toutes les nouvelles féodalités destructives que promeut objectivement le « pacte girondin » cher à Macron.


Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • cassini cassini 7 mai 13:38

    Bravo ! 


    Non aux deux mors de la tenaille fasciste ! 

    Un quart d’heure d’applaudissements ! 

    • arioul arioul 7 mai 13:44

      Quand on a connu les vertus de l’URSS au niveau démocratique , de la chine de Mao , du Vietnam , de Polpot ect etc... c’est une mauvaise plaisanterie de qualifier la France d’ignoble dictature. Les gens censés ne veulent plus de votre idéologie puante et mortifère.


      • Dictature du peuple Dictature du peuple 7 mai 19:12

        @arioul
        Commence par définir ce qu’est le communisme. Si tu le fais correctement tu te rendras compte que ceux qui ont pris le nom de communistes l’ont fait par opportunisme, et non par réelles convictions. Le communisme pour moi c’est la Commune de Paris, c’est la révolte des marins de Kronstadt, ce sont les Révolutions sociales espagnoles, c’est la Libération avec la Sécu, c’est la révolte ouvrière à Berlin-est en 1953 etc...


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 mai 19:41

        @Dictature du peuple
        Oui, enfin, les anars n’ont jamais rien réussi de durable..., le mieux a été les 3 ans de la République espagnole.

        Si la Sécurité sociale a été une réussite, c’est qu’il y avait l’ Etat pour assurer que chaque citoyen ait les mêmes droits, quel que soit l’endroit où il habite sur le territoire...


        Mais vous êtes contre l’ Etat. Je n’ai jamais compris pourquoi ?

        Expliquez- nous comment, sans Etat, vous pouvez collecter les impôts et les cotisations sociales et les redistribuer sur tout le territoire ?
        Et pourquoi les anars ne répondent jamais à ce genre de question ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 mai 19:48

        @arioul
        Côté démocratie, vous pouvez pavoiser... 
        Ce sont les médias qui décident des résultats électoraux.

        Et que vous votiez pour n’importe quel bourricot présenté par les médias, vous avez toujours la même politique ! Sarkozy, Hollande, Macron, ce sont toujours les mêmes politiques économiques et sociales qui sont appliquées.


      • arioul arioul 7 mai 20:27

        @Dictature du peuple
        Tu peux palabrer pendant 15 jours , tu me fera jamais changé d’idée camarade , le pouvoir est toujours récupéré par une caste de la bourgeoisie , qui sont bien instruits et qui savent entubés les brave gens . Lénine n’était pas issu du petit peuple ainsi que les révolutionnaires Français , du peuple ils en avaient rien à foutre. Alors continue à bourrer le mou aux demeurés mais pas à moi.


      • Dictature du peuple Dictature du peuple 7 mai 22:24

        @arioul
        Evidemment que les bolcheviks étaient des bourgeois, des membres de l’Intelligentsia. C’est bien pour ça qu’on ne peut pas qualifier l’URSS, qui est un pouvoir bourgeois, de communiste. 


      • Dictature du peuple Dictature du peuple 7 mai 22:31

        @Fifi Brind_acier
        Je ne suis pas anarchiste. Je trouve juste que les

        moments où l’anarchisme a triomphé ont été des moments de communisme réussi, alors qu’avec Lénine, Mao et consort c’était plus une dictature bureaucratique.


      • jesuisdesordonne 8 mai 22:59

        @Fifi Brind_acier
        Il me semble que les anars sont contre L’État qui (hormis les 3 ans espagnols... ) a toujours été dans la main des capitalistes et pour un État fédéral qui serait réellement démocratique.
        De même quand ils se disent « contre le travail » il faut comprendre contre « le travail salarié » et pas contre une activité indépendante.
        Le mot anarchie, lui-même, qui avec son a privatif veut dire sans autorité est piégé car dans les faits leur idéal est l’auto-archie puisqu’ils sont opposés aux libertariens.
        En ce sens les anarchistes sont les éternels perdants de la novlangue pour ne pas dire les idiots utiles des linguistes capitalistes.
        Tant qu’ils se définiront avec les mots du système capitalisme par rapport à l’existant, ils resteront, en effet, incompréhensibles, si vraiment ce sont les mots qui nous obligent à penser.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mai 23:09

        @jesuisdesordonne

        Bonsoir. Très bon commentaire.


      • Matlemat Matlemat 7 mai 14:25

         L’expansion de l’OTAN à l’est et notre soutien au pouvoir russophobe en Ukraine avec l’influence des partis néo-nazis dans ce pays ressemble beaucoup vu du côté russe aux évènements de la 2e guerre mondiale.  


        • Jean Roque Jean Roque 7 mai 15:05

           Il n’y a pas plus pro-russe et poutinien qu’un membvre de l’ED d’UE de l’Ouest, Poutine le tsar blanc.
           
          « En dernier recourt, mieux vaut succomber avec le bolchevisme qu’être réduit en esclavage avec le capitalisme. »
          Goebbels
           
          « Nous prendrons à droite le nationalisme sans le capitalisme auquel il est en général lié, et à gauche le socialisme sans l’internationalisme marxiste qui est un leurre. »
          Otto Strasser
           
          Directeur de la recherche économique de Harvard, Alberto Alesina, et son collège Edward Glaeser montrent « la relation fondamentale entre fragmentation raciale et dépenses sociales en pourcentage de PIB », indiquant que plus un pays est fragmenté « racialement », moins les dépenses sociales sont élevées.
           
          Gocho a signé son traité de Versailles avec Soros.
           
          « Sous les pavés Le Pen »
          disait Clouscard


          • arioul arioul 7 mai 17:56

            @Jean Roque
            Bravo jean , vas y défonces les ces putains de Cocos.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 mai 19:32

            @arioul
            C’est grâce aux Communistes et aux Gaullistes que vous et votre famille profitez largement du modèle social français depuis 70 ans : Sécurité sociale, retraites par répartition, services publics gratuits etc.

            Prière d’éviter de cracher dans la soupe !


            Vous mesurerez la différence quand l’ UE & Macron auront terminé de détruire ce modèle social, et que vous finirez votre vie SDF dans un carton, comme les Grecs.

          • Alren Alren 7 mai 20:16

            @Fifi Brind_acier

            Plutôt que les communistes et les gaullistes, je dirai que ce sont les Résistants au nazisme, survivants de la répression franco-allemande, qui ont imposé les réformes sociales lesquelles n’ont pas été pour rien dans l’éclosion des « trente glorieuses » et ont fait de la France nanisée en 1940 et sous le régime de Vichy une puissance mondiale.

            On a bien vu que les « gaullistes » d’après 1958 représentant un vaste éventail de différentes formes de droite, affairiste, fascisante et très minoritairement progressiste, s’attaquaient à la sécurité sociale, à l’école publique et de façon générale aux services publics et entreprises nationales.


          • arioul arioul 7 mai 20:29

            @Fifi Brind_acier
            Je ne répond pas à un ordinateur, ou à un pseudo multifonction.


          • arioul arioul 7 mai 21:23

            @Fifi Brind_acier
            Et le modèle social scandinave c’est les cocos qui l’ont mis en place ??? Dire que c’est grace aux communistes c’est de la foutaise , le patronnat français ayant peur du bolchevisme a laché du lest et c’est tout.


          • Dictature du peuple Dictature du peuple 7 mai 22:28

            @arioul
            La Sécurité sociale est une gestion de la valeur socialiste. Au début, l’instance, mise en place à la demande du PCF, était autogérée par les travailleurs eux-mêmes avant que De Gaulle ne la réforme. C’était donc bien une instance révolutionnaire. Et le patronat était KO après sa collaboration au pétainisme, il n’a pas lâché du zest, il a juste subi. Il a eu de la chance d’avoir De Gaulle et pas seulement les communistes, sinon il aurait été exproprié.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 mai 07:29

            @Alren
            Le programme du Conseil National de la Résistance, qui a servi de base au modèle social français a été signé par tous les mouvements de Résistance, tous les Partis politiques (sauf les collabos) et les 2 syndicats, la CGT et le CFTC.

            Le PCF, à la Libération, faisait 30% aux élections, il a pesé de tout son poids dans les réformes. Il faut lui en être reconnaissant, c’est tout ce que j’ai voulu dire.


            Je ne suis pas Gaulliste, l’ UPR n’est pas Gaulliste, mais de Gaulle a été le seul dirigeant européen à tenir tête aux Américains et à défendre l’indépendance de la France. Il faut lui en être reconnaissant aussi.
            Quant aux affairistes, aux traitres et aux corrompus, il n’y en a pas qu’à Droite, hélas.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 mai 07:33

            @Dictature du peuple
            sinon il aurait été exproprié.

            Je ne crois pas, l’ URSS n’était pas favorable à de telles initiatives, il suffit de voir les ennuis que Tito a eu avec Moscou ...


          • Alren Alren 8 mai 12:52

            @Fifi Brind_acier

            Quant aux affairistes, aux traîtres et aux corrompus, il n’y en a pas qu’à Droite, hélas.

            Il y en a eu au PS où des arrivistes de droite façon Macron ont jugé qu’il leur offrirait une carrière.

            Mais il n’y a pas d’affairistes et de corrompus à la France Insoumise !

            Encore une fois ce grand mouvement est une exception, une bonne exception.


          • Cateaufoncel2 7 mai 15:16

            C’est fini pour vous, camarades, ce que vous appelez « xénophobie », c’est le désir des gens de vivre ensemble, sur la terre qu’ils ont héritée de leurs ancêtres, avec des semblables qui leur ressemblent.


            Et, conséquents, ils veulent aussi que leurs gosses aillent dans des écoles où ils trouveront des petits copains et des petites copines qui leur ressemblent, même des parents de gauche. Toscani a fait son temps.

             

            P.S. – Si vous aviez suivi la ligne Marchais en 1981, vous n’en seriez pas là. Mais voilà, vous l’avez sacrifiée au nom d’un chimérique internationalisme, et vous avez remplacé le prolo franchouillard par de nouveaux damnés de la terre, des immigrés exotiques, qui ne représentent vraiment pas le dessus du panier, si on considère l’humanité dans son ensemble


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 mai 19:20

              @Cateaufoncel2
              Il faudrait peut-être vous attaquer aux causes en Afrique et au Moyen Orient ?

              Et à ceux qui organisent et financent les vagues migratoires ?

              Et envisager le Frexit, non ?


              A quoi servent les Partis politiques qui passent leur temps à pleurnicher, sans proposer aucune explication, ni solution ?

            • Cateaufoncel2 7 mai 21:25

              @Fifi Brind_acier

              « Il faudrait peut-être vous attaquer aux causes en Afrique et au Moyen Orient ? »

              Je voudrais bien, mais avec un pistolet cal. 9 mm, et deux fusils 7.65, je fais pas le poids.

              « Et à ceux qui organisent et financentles vagues migratoires ? »

              Eliminer Soros, ça ne sert plus à rien. Vieux comme il est, il a déjà adoubé son aîné pour assurer la succession. Et il y a au moins un deuxième fils, qui est en embuscade au cas où...

              « Et envisager le Frexit, non ? »

              Ca, c’est le créneau de l’anti-identitaire Asselineau. On ne va pas le priver de son hochet et l’empêcher de se la faire belle.

              On vient d’apprendre qu’il s’est payé un voyage en Polynésie. C’est vraiment de l’argent bien dépensé quand on sait qu’il y a au moins deux cent mille électeurs inscrits aux antipodes. Il se sera dit qu’ils pourraient être déterminants pour faire passer l’article 50, si c’était vraiment serré...


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 mai 07:36

              @Cateaufoncel2
              Contrairement au FN qui a des emprunts qu’il peine à rembourser, l’ UPR n’a aucun emprunt bancaire, elle est entièrement financée par ses adhérents.


            • Cateaufoncel2 8 mai 11:22

              @Fifi Brind_acier

              « elle est entièrement financée par ses adhérents. »

              Il doit se marrer le gros, quand il est à Papeete ou à Bora-Bora....


            • eric 7 mai 18:32

              On retiendra que le PRCF a refusé de choisir au second tour des présidentielles, reléguant 100% de ses concitoyens ayant voté, au rang de fascistes. A hauteur de 100% des votant, ont peut en conclure que le fascisme à de beaux jours devant lui et que les PRCF ne mérite même pas le nom de groupuscule au moins en termes électoraux.

              C’est pour cela qu’il ne faut pas rigoler ; les impuissants démocratiques finissent dans la violence, même et surtout quand ils sont peu nombreux. La vigilance démocratique civile civique citoyenne est de rigueur. Tant que les fachos du PRCF restent inactifs et inutiles, se contentant de vociférer, pas de problème. Il faut veiller à ce qu’il restent dans ce inaction bénigne.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 mai 19:15

                Article intéressant, surtout par ce qu’il ne dit pas...
                Comme les manifs font l’impasse sur l’Union européenne, le PRCF ne parle jamais de l’ UPR, on commence à avoir l’habitude, un oubli sans doute.

                Ni « du seul opposant de Gôooche » que Macron et les médias viennent de promouvoir : Mélenchon !


                Les deux mâchoires s’accompagnent d’une impasse, dans laquelle les mécontents et autres sans dent, sont priés de s’engouffrer : les promesses « d’Europe sociale » du Tsipras français et de la France Insoumise... sans doute dans un prochain article ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès