• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faut-il indemniser les harkis ?

Faut-il indemniser les harkis ?

Cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie, la question du sort des harkis reste toujours aussi déchirante. En s’engageant aux côtés des Français, ces populations ont payé un lourd tribut, en commençant par l’état de double exclusion, de fait, qu’elles doivent endurer depuis. Elles ne sont pas considérées comme françaises, réflexes identitaires obligent, et, de l’autre côté de la méditerranée, elles sont présentées comme des traitres qui ne peuvent plus revendiquer leur appartenance à la nation algérienne. D’où le débat récurrent sur les mesures d’indemnisation.

La question a été relancée par un collectif d’associations qui demande une enveloppe de 42 milliards d’euro pour les harkis sur cinq ans et exige, au passage, l’adoption d’une loi, toujours promise mais jamais votée, reconnaissant la responsabilité de l’Etat français dans les tragédies endurées par ces populations, réprimées dans leur pays, qu’elles ont définitivement quitté, mais traitées de façon assez indigne une fois réfugiées en France.

Tous nos responsables politiques, de la gauche à l’extrême droite, s’accordent à reconnaître que l’option ayant consisté à « parquer » les harkis dans des campements de fortune, où ils ont été tout simplement abandonnés, relève de l’inacceptable. Ces populations firent le choix de la France à un moment difficile de notre histoire ; on n’avait pas à les traiter de cette façon-là. Le Président Chirac avait, en son temps, pris acte de « la dette de la France à l’égard de tous les harkis » reconnu solennellement que « la Nation ne leur avait pas accordé la place qui leur était due ». Au cours de sa campagne, le candidat François Hollande s’est engagé à reconnaître officiellement la responsabilité du gouvernement de 1962 dans l’abandon et le massacre des harkis. En mars 2012, Nicolas Sarkozy leur a présenté un mea culpa national. En déplacement de campagne à Nice, le candidat de la droite avait reconnu que les autorités françaises s'étaient rendues coupables « d'injustices » et « d'abandon » à l'égard des harkis, et que la France avait une « dette » à leur endroit. Déjà en 2007, lors de sa première campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait promis de reconnaître « officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis ».

Mais la bienveillance de la France ne va pas plus loin. Parce que la question de l’indemnisation et celle, plus lourde, de la possible « culpabilité » de la France, ne passent pas.

En effet, les Français supportent de moins en moins d’être présentés comme une nation coupable. Et même lorsqu’on s’appelle « harkis », évoquer la « culpabilité de la France » est une démarche vouée au rejet. Parce que, dans l’opinion nationale, le « refus de la repentance » est érigé en bouclier légitime contre les revendications des communautés minoritaires. Même si quelques concessions peuvent être accordées çà et là.

Ainsi, la loi n°2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés permet aux harkis de bénéficier d'un versement en capital de 20 à 30 mille euro ou bien du versement d'une allocation de reconnaissance. En demandant une enveloppe de 42 milliards d’euro, sur 5 ans, le collectif d’associations de harkis fait de ce sujet l’objet des difficultés de plusieurs ordres.

Tout d’abord, au vu de l’état actuel de nos finances, il faut reconnaître que, même pétris de bonnes intentions, nos politiques ne peuvent absolument pas accéder à une demande de cette nature. C’est tout simplement hors de portée ! Le gouvernement cherche désespérément quelque 10 milliards d’euro. Il ne pourra jamais s’engager financièrement sur 42 milliards d’euro, aussi légitimes que puissent être les revendications des harkis. Par ailleurs, pourquoi 42 milliards d’euro et non pas 60, 70, 80 milliards ? Car rien ne garantit qu’en accédant aux revendications actuelles des harkis, la France ne risque pas de devoir faire face à de nouvelles revendications de la part de la même population. Il faut donc à la fois compatir et rester ferme sur les limites indépassables.

Ensuite, le principe même de l’indemnisation catégorielle pose des difficultés d’ordre philosophique. Réserver des mesures particulières d’indemnisation à une population pourrait s’assimiler à une politique de mise à l’écart vis-à-vis de la communauté nationale au point d’entretenir, à la longue, l’idée selon laquelle les harkis auraient vocation à rejoindre leur nation d’origine, l’Algérie ; ce qui n’est absolument pas envisageable. Il semble qu’il serait plutôt approprié d’appliquer aux harkis un traitement identique à celui dont avaient pu bénéficier les autres victimes françaises de la guerre d’Algérie, et veiller à leur intégration, ainsi qu’à celle de leurs enfants, dans la nation française.

Enfin, le débat sur l’indemnisation des harkis, s’il prend de l’ampleur, déclenchera inévitablement celui de l’indemnisation des autres victimes de la guerre d’Algérie, dont des Algériens. Cette guerre a, en effet, coûté la vie à plus de 60 mille Algériens. Une blessure qui n’a jamais été cicatrisée et qui n’attend que des apprentis sorciers pour y remuer le couteau et enflammer les esprits de part et d’autre de la méditerranée. Les relations diplomatiques entre Paris et Alger sont en effet en dents de scie. Les dirigeants algériens n’hésiteront pas à relancer la polémique, comme cela arrive trop souvent lorsqu’on aborde la question des fameux « évènements d’Algérie ».

En avril 2006, le ministre algérien des moudjahidines (anciens combattants) a accusé la France d’avoir commis un « génocide collectif » au cours des 132 années qu’a duré la colonisation du pays. Une accusation reprise et martelée en décembre 2011 par le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan en réaction à l'adoption de la proposition de loi réprimant la négation des génocides, dont celui des Arméniens. Difficile, pour la France, de réagir à de tels excès de langage pour la simple raison que cette guerre coloniale n’avait pas à être menée, compte tenu du sens de l’histoire, et que, depuis, l’Algérie est devenue un partenaire économique stratégique (gaz naturel) avec qui on n’a pas intérêt à se fâcher.

Mais les « dégâts » pourraient ne pas se limiter aux relations d’Etat à Etat. La communauté algérienne de France est à cran sur cette question des harkis. Un débat mal engagé pourrait réveiller les vieux démons et créer de l’agitation dans nos villes déjà assez affectées par la crise et qui n’ont vraiment pas besoin de ce genre de polémiques.

En définitive, la France n’ayant aucun intérêt à prêter le flanc aux querelles internes intercommunautaires et à se laisser entraîner dans des incidents diplomatiques, tout à fait prévisibles, avec Alger, la question de l’indemnisation des harkis est vouée à être subtilement éclipsée.

Boniface MUSAVULI


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • lsga lsga 26 septembre 2012 10:35

    Les Harkis, les juifs, les descendants d’esclaves, les anciennes colonies... 


    ça va en faire de l’argent à distribuer...

    • lsga lsga 26 septembre 2012 11:13

      Les vendéens ?


      lol. Est-ce que les vendéens parlent encore le poitevin ? Non. Donc il n’y a personne à indemniser. 

      La culture vendéenne est morte, et le peuple vendéen avec. Ils sont devenus des mangeurs de poissons qui ne savent à peine cultiver la mogette, des crétins qui au lieu de convertir leurs églises en mairie comme au bon vieux temps élisent aujourd’hui des parisiens chrétiens et pédophiles. Même leur hymne ils le chantent en Parisien !


      La population vendéenne est massivement constituée de parisiens en retraite, voir d’Anglais, d’Hollandais et d’Allemand. 

      La Vendée n’existe plus. Ses enfants l’ont trahie, ses enfants ont cessé de parler sa langue...

    • LE CHAT LE CHAT 26 septembre 2012 12:48

      @calmos

      mon cousin , ce sont des prostestants qui sont partis , beaucoup en allemagne , en hollande et en afrique du sud ( il y un De Villiers cez les springbocks )..


    • appoline appoline 26 septembre 2012 18:16

      Isga,


      Vous n’avez pas un ancêtre lointain qui méritait qu’on lui verse quelques fonds ?

      Sincèrement, indemniser tout ce beau monde alors que nous sommes tous dans une merde noire par la faute, naturellement de ceux qui n’ont absolument pas la valeur de l’argent puisqu’ils vivent grassement sur les deniers de l’état, relève de la bêtise pure et dure.

      Nous ne sommes plus à l’heure de se lamenter ou presque sur le sort des pauvres hères qui n’ont pas su choisir entre un camp et l’autre, c’est le lot de l’être humain depuis la nuit des temps, ça s’appelle le libre-arbitre. Des temps beaucoup plus dures vont arriver que d’engraisser les familles, qui naturellement ont appréhendé parfaitement ce que signifie une partie civile.

    • OMAR 26 septembre 2012 18:38

      Omar 33

      @Calmos

      Mais vous etes horrible...
      Vous trahissez même ceux qui vous ont protégé et donné leur vie pour l’Algérie française..
      Même Marine reconnait leur loyauté :
      http://www.lepoint.fr/politique/marine-le-pen-rend-hommage-aux-harkis-dans-le-sud-25-09-2012-1509988_20.ph

      Ah, c’est parce qu’ils sont musulmans ???


    • BOBW BOBW 26 septembre 2012 20:32

      @OMAR : votre lien :

      "Erreur
      La page que vous recherchez n’existe pas."


    • lsga lsga 26 septembre 2012 12:13

      Non c’est l’Extrême Droite et le Front National. 

      En Espagne où les populations ont du affronter le fascisme, les Catalans ou les Basques ont gardé vivante leur culture et leur langue. 


      En France, aujourd’hui, les descendants des Catalans et des Poitevins votent pour le parti des Nationalistes Parisiens, pour les Gabaches et leur drapeau. Ils ont trahi leurs ancêtres et leur culture.

      Tant qu’à la Beauce, elle a toujours fait partie de l’Ile de France. Son patoi n’a rien à voir avec ce qu’était le Vendéen. Ce qui est mort en Beauce aujourd’hui, ce sont les fêtes traditionnelles (du blé notamment).


      Bref : leS cultureS de France se meurent à cause des Français, pas à cause des immigrés. 

      Au contraire, les Arabes, les Harkis et autres viennent en France avec leurs cultures populaires encore bien vives, c’est ptet ça finalement que leur reproche le crétin moyen du Front National. 

    • LE CHAT LE CHAT 26 septembre 2012 12:45

      @isga

      t’es vraiment un crétin du front du gauche , ce n’est pas le fait d’avoir des coutumes qui est reproché aux hallogènes , mais celui de vouloir les imposer aux autres !

      et je suis boyaux rouge ( du 62 ) avant d’être français , et je parle chti ( ou picard si tu préfère )


    • lsga lsga 26 septembre 2012 12:53

      Tu parles Cht’i !


      mais lol... 

      Encore une culture morte en France...
      Toujours pas la faute aux arabes...

    • LE CHAT LE CHAT 26 septembre 2012 13:30

      le chti ou picard est compris par plus de 5 millions de personnes , c’est pas mal !

      certes , ça se perd un peu , tu peux t’instruire si tu veux ,mais cela est du au centralisme jacobin avant tou .
      Min bio fiu qu’est turc y parle com nouzo’t


    • LE CHAT LE CHAT 26 septembre 2012 12:49

      oui , c’est un minimum , la France n’a pas été au top sur ce coup !


    • appoline appoline 26 septembre 2012 18:18

      Ca s’appelle l’injustice et hélas, ce n’est une denrée en voie de disparition. Accrochez vous


    • Diogene86 Diogene86 26 septembre 2012 13:18

      Dieu sait que depuis des décennies, je soutiens les harkis en toutes occasions, ils le méritent, et il y a lieu d’avoir honte du sort qui leur a été réservé.
      mais il serait peut être temps de cesser de dire « la France » quand il s’agit, en fait, d’hommes du pouvoir indignes du mandat qui leur avait été confié.
      quant aux « journaleux » de l’époque qui ont passé sous silence les massacres de juillet 62 à Oran, ce sont tout simplement des félons, mais ce n’est toujours pas « la France ».


      • chmoll chmoll 26 septembre 2012 17:43

        pourquoi ils ne seraient pas indemnisés ?
        bizarre s’te question qui commence par faut -il


        • appoline appoline 26 septembre 2012 18:20

          Parce que la France n’a plus une tune, mais vraiment plus. Si bien que si personne ne nous prêtait des fonds en début de mois, nous ne pourrions plus payer un seul de nos fonctionnaires. 


        • chmoll chmoll 27 septembre 2012 08:48

          ben si qu’elle a encore des sous ,pas plus tard qu’en début de semaine une nouvelle serre a fonctios a vu le jour

          pour infos elle fait triplé, vu que deux autres font déjà le même bidule

          ta aussi le serial contaminateur ,qui parait-il expose des peintures au frais de la princesse

          2 tout petits exemples quoi


        • YVES JOAD YVES JOAD 26 septembre 2012 18:17

          Bonjour,


          Une indemnisation pourquoi ?

          1-Pour avoir été chassés de chez eux et spoliés de leurs biens : il me semble qu’ à ce titre ils le furent comme le furent (plus ou moins) les Pieds noirs ? 

          2-Pour le génocide commis à leur égard par l’Etat Algérien : c’est à cet état qu’il faudrait demander des comptes, pour cela et les massacres d’Oran, d’Alger, etc...Ce qu’on peut reprocher à la France c’est de s’être laissé berner par l’Etat Algerien (Accords d’Evian foulé aux pieds...), et d’avoir assisté passivement à certains massacres (voir le général Katz à Oran ). Là encore on est dans le même cas que pour les Pieds noirs. Autrement dit rien.

          3-Les conditions souvent indignes réservées à beaucoup de Harkis en France. Là il y aurait vraiment matiére à voir. Voir au cas par cas car il y a une différence entre le Bachaga Boualem qui a pu sauver l’essentiel et les pauvres bougres isolés ou sans réseau qui ont passé 15 ans dans des camps plus ou moins insalubres.

          En tout cas pas d’indemnisation globale. Car comme le disent certains les Harkis sont des oubliés comme...beaucoup d’autres...Les Vendéens, les Communards, les Mhongs du Vietnam, les rapatriés d’ici et d’ailleurs, sans oublier les descendants des rescapés du Genocide blanc d’Haiti par Dessaline , et les descendants d’esclaves noirs et blancs , des serfs, etc...

          Quant à la repentance....La France n’a pas à assumer les crimes et génocides de l’Etat Algerien (pas plus que ceux ourdis par les Allemands d’ailleurs). 
          Réparons ce qui est à réparer mais sans entrer dans l’affliction et la genuflexion. Le but serait surtout d’aider les enfants et petits de Harkis qui ont encore du mal à trouver du mal leur place dans la société (mais combien d’enfants de paysans et d’ouvriers « souchiens » sont aussi dans ce cas ?).
          Et puis de leur faire une vraie place dans le « Roman Francais » : les Harkis ont fait leur Devoir de Francais ; ce ne sont pas des « victimes » mais des héros comme ceux de 14/18, de la Résistance, ou de tous les combats de la France.
          Mais là c’est compliqué parce que dans ce pays on fête des traitres et des collabos tels les « porteurs de valise » ou des demi-sel , et on crache sur des Résistants comme Bigeard ou Bidault. 

          • OMAR 26 septembre 2012 18:47

            Omar 33

            Yves  :« Le but serait surtout d’aider les enfants et petits de Harkis qui ont encore du mal à trouver du mal leur place dans la société.. »

            Magnifique...
            Sauf que c’est pas écrit « fils de harki » sur leur front..
            Et quand on a un faciès basané, le boulot ou un logement...tu peux rêver...


          • plexus plexus 26 septembre 2012 19:22

            Bien d’accord, yves joad, j’ai la liste des « porteurs de valise » en permanence sous les yeux.
            Combien des nôtres ont été blessés et tués, à cause du pognon ramassé par ces félons ?
            Ils savaient que cette « révolution » comme toutes les autres, serait récupérée par les petits malins bien à l’abri au maroc ou en tunisie, comme ce monsieur houari boumedienne, colonel de pacotille, bien moins valable que nos anciens adjudants-chefs, type ben bella, qui, eux, avaient durement combattu en tunisie, italie, france, allemagne et indo.
            A titre accessoire : le seuil de pauvreté pris en compte par l’ONAC pour verser une indemnité différentielle aux veuves d’anciens combattants est fixé à environ 100 euros de moins que le seuil fixé pour les autres françaises-français !!!
            Pourquoi ?
            Passe que !!!
            Sans doute le « témoignage de reconnaissance de la nation » !!!!!


          • YVES JOAD YVES JOAD 26 septembre 2012 21:26

            @omar

            « ce n’est pas marqué HARKI sur leur front »
            Non, effectivement.
            Mais ils ont des papiers. Et les gens parqués dans les camps (et c’est d’eux qu’il faut se préoccuper, pas des autres) ont tous été fichés. Par ailleurs je parle de cas par cas, pas d’autre chose.


          • OMAR 26 septembre 2012 21:52

            Omar 33

            Yves, harkis fichés ou pas, ils restent bougnoules..

            Lisez les commentaires de Calmos et vous comprendrez...


          • plexus plexus 26 septembre 2012 18:35

            Bonne chance aux nouveaux « dons quichotte » et je leur souhaite plein succès dans leur croisade.
            Ils auront peut-être gain de cause, quand il ne restera plus beaucoup d’anciens harkis ; parce que 20 ans en 1962, ces braves sont septuagénaires, au moins.
            Nos Associations se sont battues pour qu’il n’y ait pas de différence de traitement entre les anciens combattants de métropole et ceux issus des territoires de l’ancienne union française.
            Gain de cause a été obtenu, après 25 ans de lobbying, cela ne concerne plus que 80 000 de nos anciens soldats, dont la plupart ignorent cette mesure, où ne sauront pas faire un dossier de demande au consulat français le plus proche.......
            La seule question à se poser est celle du nombre de bulletins de vote et de leur représentativité dans le landerneau républicain.
            Il y a de fortes chances pour que cette revendication aboutisse, avant qu’un texte ne soumette les marchands de tableaux à la taxation des plus-values, par exemple.
            Quant aux accords du 19 mars 1962, il vaut mieux ne pas trop en parler : c’est une magistrale déculottée, signée par des gens plus soucieux de complaire à « mongénéral » que de protéger harkis et pieds noirs.
            Mais, j’y pense, les revenus du pétrole et la mendicité auprès des instances internationales, qui permet à cette nation de survivre, ne pourraient -ils permettre de trouver quelques picaillons ???
            En dehors de notre poche !!


            • pinson 26 septembre 2012 18:36

              L’article est au premier abord à peu près équilibré et je suis d’accord pour dire que l’indemnisation ne peut pas être financière.
              Et de toute façon, non, « la France » dans son ensemble n’est pas responsable du malheur des harkis.Les coupables directs sont parfaitement connus et ils ne sont pas si nombreux. Il suffit de lire n’importe quel bouquin sur la guerre d’Algérie pour trouver leurs noms. Ce sont ceux qui leur ont menti en leur disant d’abord que la France resterait en Algérie, puis qu’elle ne les abandonnerait pas, pour finir par donner des instructions parfaitement explicites pour qu’ils soient désarmés et abandonnés au couteau des égorgeurs fellaghas, poussant le déshonneur jusqu’à menacer de sanctions les officiers qui chercheraient à sauver leurs hommes et leurs familles en les transférant en France.
              Ils s’appellent De Gaulle, Pierre Messmer, Louis Joxe, Christian Fouchet et quelques autre moindres seigneurs.
              Ce fut un crime contre l’humanité, un vrai... et les responsables sont aujourd’hui tous morts dans leur lit.
              Et je trouve quand même fort de café, que la responsabilité du FLN qui a juste un peu égorgé, brûlé, crucifié, bouilli vivants, écorché 20 000 supplétifs de l’armée française, ne soit qu’à peine évoquée. Ces mêmes fellaghas toujours au pouvoir et bine contents d’aller se faire soigner au Val de Grâce qui osent accuser la France de 132 ans de génocide ! A combien se monterait aujourd’hui la population de l’Algérie sans l’oeuvre coloniale de la France ?


              • pinson 26 septembre 2012 18:48

                @plexus
                Je ne suis pas sûr que des mesures d’indemnisations ne concerneraient que 80 000 personnes. Si la France annonçait de telles mesures, je vous fiche mon billet que des deux côtés de la Méditerrannée, ils seraient des millions à se souvenir d’un seul coup qu’ils (ou leur cousin ou leur grand-père)nous ont toujours aimés, toujours soutenus et qu’ils se sont tous héroïquement battus pour la France,


                • plexus plexus 26 septembre 2012 19:27

                  pour pinson :
                  Effectivement !!!
                  Aurai-je la vue aussi courte que nos « négociateurs » ?
                  Pourtant !!
                  Avec mes cordiales salutations.


                • Jonas 26 septembre 2012 19:27

                  La France à failli a son honneur en traitant des femmes et des hommes qui se sont battus pour elle par une grande cruauté.

                   La France doit reconnaître les torts commis à l’encontre de ces Français du sang versé. Ils doivent être reconnus, honorés. et indemnisés. Les enfants et les petits enfants de ces Français doivent bénéficier de certains avantages. Etant donné la situation économique et financière de notre pays , Il suffit de supprimer l’Aide Médicale d’Etat ( AME) qui coûte + de 800 millions par an, alors que le budget du début était tablé sur 42 millions.

                  Quant à l’islamiste Erdogan, iil oublie la colonisation des pays arabes par les Ottomans pendant quatre siècles ( sauf le Maroc) le génocide des Grecs du Pont ( 400 000 personnes ) avant celui des Arméniens qui en ait le second évalué à 1 200 000 personnes.
                  L’ancien vendeur de pain au sésam, plus connu pour ses gesticulations , massacres des Kurdes et violences et exactions de la minorité des Alévis. Cet islamiste devrait revoir son histoire.
                  Son pays est classé 138 éme sur 178 pour la liberté.

                  Je rappelle pour mémoire que l’islamiste Erdogan, avait reçu deux prix pour la défenses des musulmans , l’un du dictateur Muammar Kadhafi avec un chèque de 250 000 dollars et l’autre de l’Arabie saoudite , la plus haute distinction également pour la défense des musulmans avec un chèque de 200 000 dollars.
                  Quels sont les musulmans que l’islamiste Erdogan a défendu jusqu’à présent ? En Somalie-Soudan-Yémen- Xingiang-( Ouïgours- ) les pauvres Rohingyas abandonnés , Bahreïn, Tchetchénie et sur sa frontière les syriens qui se font massacrés jour après jour. Après les rodomontades du début, Erdogan est frappé d’hémiplégie. 

                  Quant à l’Algérie , ce pays ferait mieux de construire des écoles des universités et des hôpitaux que les mosquées , depuis l’indépendance ce pays a construit
                   une mosquée par jour pour faire plaisir aux islamistes + celle qui va bientôt être construite qui sera une des plus grandes. Pendant ce temps les immolations continuent, les harragas se multiplient malgré 165 milliards de dollars de réserves de change. L’Algérie est classée 125 eme sur 125 pour les innovations et son éducation scolaire est lamentable.
                  Boutéflika comme tous les dictateurs Arabes cherche toujours des boucs émissaires pour cacher son incompétence et la corruption de son entourage.

                  Dans l’Algérie de Boutéf, on va encore chercher l’eau à dos de mulet en parcourant des dizaines de kilomètres. Sans parler des coupures d’électricité. L’Algérie fait face au chômage et Boutéf fait venir des entreprises chinoises pour la constructions des infrastructures
                  Mais il faut faire diversion.


                  • Clavdio 26 septembre 2012 19:31
                    Désolé, le sort des harkis a été réglé par eux même à la suite des accords d’Evian avec ces 3 options :
                    - Sans indemnité vous basculez du régime Français à celui d’Algérien ou vous y serez intégrés dans l’administration nouvelle avec tous vos avantages reconnus par le nouvel état.
                    - Vous quittez l’armée ou l’administration 2 cas se posent à vous :
                    a) - Vous voulez garder votre poste, vous serez alors mutés et rapatriés sur la France ou vous y serez naturalisés.
                    b) - Vous désirez rester dans votre pays, vous toucherez un pécule correspondant à votre grade, au temps passé etc...
                    Cet accord a été signé par les deux parties et respecté par une seule « La France ».
                    Les fourbes du FLN se sont empressés d’abord de voler les pécules(non négligeables) et ensuite d’assassiner les porteurs appelés pour l’occasion « traitres » alors qu’ils avaient donner leur accord et que ces gens avaient cru en leur parole. Puis progressivement, l’épuration s’est faite en virant d’abord les personnels administratifs en les rouant de coups.
                    Connaissez vous le sort des harkettes ?
                    Personne n’en parle et pourtant 1 ou 2 bataillons de femmes qu’on appelait les harkettes ont bien existé. Aux accords d’Evian, toutes mariées elles décidèrent pour ce motif de rester au pays et prirent donc l’option du « pécule ».
                    Contrat rempli par la France qui a procédé aux versements adéquats.
                    Du coté Algérien la haine est arrivée aussitôt, accompagnée de débordement inimaginables, ces pauvres filles ont été détroussées de ce pécules puis battues, éventrées et égorgées en public, elles, mais aussi leurs maris et leurs enfants, et ce en plein jour et en pleine rue.
                    Maintenant on accuse la France ? On parle de génocide collectif ?
                    Si vous n’avez pas de mémoire au moins intéressez vous à l’histoire, les faits y sont gravés à jamais et non falsifiés.
                    Qu’est il arrivé ?
                    Le contrat a été rempli, les harkis et le personnel administratif ayant opter pour la métropole sont rentrés en France y ont été assimilés et logés, j’en connais beaucoup. Ils ont pour leur travail perçu chaque mois sur place, leur salaire et perçoivent donc maintenant leur retraite comme tout un chacun. Ceux là ne demandent d’ailleurs rien.
                    Les autres, devant l’état meurtrier ambiant, certains de ceux encore vivants se sont adressés à la France pour rentrer, là rien n’avait été prévu puisqu’ils avaient opter pour l’Algérie et avaient déjà touchés rappelons le, leurs indemnités de séparation(Ils désiraient être Algériens). Que faire dans un pays qui n’a plus sa raison alors qu’on est considéré par celui-ci comme une sale puissance coloniale et que d’autres accords nous lient ?
                    Devant cet afflux, officiellement c’était le refus d’embarquer les gens qui se présentaient aux bateaux. Mais, des ordres ont quand même été donnés pour faire montre de laxisme, certes au compte goutte en évitant l’incident diplomatique, mais un peu quand même car la police Algérienne, maîtresse dans son pays, refoulait tout le monde et montait la garde 24/24.
                    Toutefois des militaires reconnaissants et voyant leurs camarades dans le désarroi le plus complet, sachant ce qui arrivait, ont désobéi en les rapatriant cachés dans des malles, planqués dans les matériels, camions etc... Il en est quand même rentré une quantité suffisante, eux et des Algériens quittant avec leur famille ces lieux de guerre et passant clandestinement les frontières.
                    De cet arrivage les autorités ont été dépassées par les événements et ont du parer au plus pressé, dire maintenant qu’ils ont été parqués sans eau etc... C’est ne pas avoir vécu cette époque ou bon nombre de Français vivaient eux aussi dans des baraquements précaires fait de planches, appelés provisoires, beaucoup même sans eau. Dans certains coins de la Normandie par exemple, l’eau courante n’arrivera que 10 ans plus tard, alors que eux, une situation incompréhensible maintenant, avait le robinet avec l’eau courante. Dire qu’ils faisaient des envieux serait certainement déplacer, mais cela à quand même élever des observations, pourquoi eux et pas nous ? Une situation qui ne satisfaisait personne, y compris les autorités qui se retrouvaient avec des milliers de personne à nourrir, loger et soigner. D’où ces constructions à la hâte etc... S’il y a beaucoup à redire je trouve que ces enfants qui réclament des droits pour leurs parents exagèrent quelque peu. Mes frères qui ont fait 27 mois là-bas, rappelés dans l’armée comme beaucoup à cette époque de troubles, eux ne touchent rien d’autres que ces 27 mois seulement validés au titre le l’armée et qui ne donne aucun supplément de retraite, seulement sur la durée pour avoir pu partir à 60 ans.
                    Il ne faut pas changer l’histoire, celle que je viens d’évoquer se trouve être la réalité. Il serait grand temps que les associations ne soient pas où intéressées où aveuglées par des enfants qui aimeraient surtout, bien sucer la mère patrie.

                    • YVES JOAD YVES JOAD 26 septembre 2012 22:37

                      Bonjour Clavdio,


                      Vous résumez bien la situation.

                      Je connaissais l’histoire des Harkettes de Catinat, une des pires tragédie de cette guerre. Pour le coup la France s’honorerait en leur dédiant un monument, un mémorial, non pour les pleurer (et Dieu sait qu’il y aurait de quoi...), mais pour les glorifier. Il parait que nos jeunes de banlieue ont besoin de modéles : en voilà un, héroique, désinterrressé....

                    • MUSAVULI MUSAVULI 27 septembre 2012 02:22
                      Clavdio,
                      C’est touchant. Je crois que je partage profondément votre analyse.

                    • Jonas 27 septembre 2012 09:35

                      La mère patrie doit tout faire pour ses enfants. Les harkis sont des Français et ne demandent pas l’aumône, ils veulent tout simplement que la France reconnaisse qu’elle a bien abandonné une grande partie d’entre eux dans un silence total et sans beaucoup d’aide.


                      Les cas particuliers ne m’intéresse pas , ce qui est important c’est que la France reconnaisse ses torts et condamne le comportement des signataires des accords dont M. Joxe qui avait laissé massacrer des milliers de femmes et d’hommes par le FLN. Ce sont les enfants et les petits- enfants des combattants du FLN, qui se battent aujourd’hui pour obtenir un visa, ce sont eux qui font la grève de la faim , qui occupent les Eglises pour ne pas rentrer dans leur pays. Certains enfants et petis-enfants du FLN fuient au péril de leur ville pour venir s’installer sans honte chez l’ancien colonisateur. les Harkis eux sont des Français.
                      Je ne pense pas que les Harragas méritent plus d ’attentions et d’avantages que les harkis.


                    • arobase 26 septembre 2012 21:53

                      il faudrait demander à merkel si l’Allemagne va indemniser les collabos français qui se sont taillés la-bas à la libération.


                      • YVES JOAD YVES JOAD 26 septembre 2012 22:30

                        @arobase

                        Pas la peine. Les Collabos français ont connu la gloire au PS (Miterrand médaillé de la Francisque, par exemple) ou au PC (Thorez collabo des Russes ministre du travail en 45).
                        Par contre les Collabos Arabes se sont recyclés au FLN. Traitres un jour, traitres toujours.



                      • OMAR 27 septembre 2012 10:50

                        Omar 33

                        Vous êtes marrant, Yves..

                        Vous ne citez que les collabos de gauche.....

                        Alors que la majorité était de droite...

                        http://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=493


                      • Clavdio 27 septembre 2012 08:55

                        Merci à vous , indépendamment du coté coeur je recadre cette histoire sur ses bases, bien sur ces gens ont été harkis mais ils ont été payés en temps réel, certains (ceux qui l’ont demandé) on vu leurs services reconnus et ont perçu leur retraite en conséquence et le moment venu. Les autres ont toucher le pécule pour solde de tout compte sur place, se l’on fait voler est-ce notre faute ?

                        Les premiers ont opté pour la France et s’y sont intégrés, pas pire et pas mieux que nous, les autres ont choisit le pognon et leur nouvelle patrie sans y rester, soit menacés et chassés, soit ont migré vers le pays qu’ils n’avaient pas choisis, est-ce de notre faute ?....
                        Leur présence en France n’est que de leur fait et ils savent eux qu’ils n’ont aucun droit, ce sont leurs enfants qui demandent pour eux.
                        Au lieu de supprimer certains cours d’histoire à l’école, on devrait faire en faire sur celle-ci ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès