• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > FMI. Lagarde plus docile aux diktats de la finance que ne l’était (...)

FMI. Lagarde plus docile aux diktats de la finance que ne l’était DSK...

Le passage de Christine Lagarde devant les juges de la Cour de Justice de la République est l’occasion de remettre un peu le nez sur l’organisme qu’elle dirige, le Fond Monétaire International (FMI ou IMF en globish). Et il nous est tombé sous les yeux un texte important de son patron de l’époque, Dominique Strauss-Khan. Un discours totalement inconnu du commun des citoyens, jamais vu (du moins par moi…) dans la presse.

Et pour cause : son contenu est résolument keynésien, « révolutionnaire » dans ce milieu de la finance car il souligne les dangers que font courir aux économies mondiales le chômage et les inégalités. Des propos qui sonnaient alors comme une déclaration de guerre pour les tenants de l’ultralibéralisme et les puissances d’argent.

Notons que ce discours a été prononcé à Washington le 13 avril 2011. Un mois après, se déclenchait « l’affaire du Sofitel » qui mettait définitivement hors circuits DSK.

 

Voici ce texte éclairant :

 

La crise mondiale des emplois - Soutenir le redressement par l’emploi et la croissance équitable

par Dominique Strauss-Kahn, Directeur général, Fonds monétaire international.

https://www.imf.org/external/np/speeches/2011/041311.htm

 13 avril 2011
Par Dominique Strauss-Kahn, Directeur général, Fonds monétaire international
Washington, le 13 avril 2011

 

Bonjour.

Je tiens à remercier l’établissement Brookings, en particulier mon bon ami Kemal Dervis, d’avoir accueilli cet événement important et opportun. Je suis particulièrement heureux que Sharan Burrow - le secrétaire général de la CSI - soit avec nous ce matin.

Keynes a déclaré à la fin de son Magnum opus  : « Les failles de la société économique dans laquelle nous vivons sont son incapacité à assurer le plein-emploi et sa répartition arbitraire et inéquitable de la richesse et des revenus ».

Tout le monde ne sera pas d’accord avec l’intégralité de cette déclaration. Mais ce que nous avons appris au fil du temps, c’est que le chômage et l’inégalité peuvent saper les réalisations mêmes de l’économie de marché en semant les germes de l’instabilité. Dans trop de pays, le manque d’opportunités économiques peut conduire à des activités improductives, à l’instabilité politique, voire à des conflits. Il suffit de regarder comment se joue au Moyen-Orient et en Afrique du Nord le cocktail dangereux du chômage et de l’inégalité - combiné à la tension politique.

Parce que la croissance assaillie par les tensions sociales n’est pas propice à la stabilité économique et financière, le FMI ne peut pas être indifférent aux questions de distribution. Et quand je regarde autour, aujourd’hui, je m’inquiète à cet égard. Car si la reprise est ici, la croissance - du moins dans les économies avancées - ne crée pas d’emplois et ne se partage pas largement. Beaucoup de gens dans de nombreux pays sont confrontés à une crise sociale qui est tout aussi grave que la crise financière.

Le chômage est à des niveaux record. La crise a jeté 30 millions de personnes sans travail. Et plus de 200 millions de personnes sont à la recherche d’emploi partout dans le monde aujourd’hui.

La crise de l’emploi frappe particulièrement les jeunes. Et ce qui aurait dû être un bref moment dans le chômage se transforme en une condamnation à perpétuité, peut-être pour toute une génération perdue.

Dans trop de pays, les inégalités sont à des niveaux records.

Alors que nous faisons face à ces défis, rappelez-vous ce que nous avons accompli. Sous le parapluie du G20, les décideurs se sont réunis pour éviter une chute libre financière et probablement une deuxième grande dépression.

Aujourd’hui, nous avons besoin d’une réaction de même force pour assurer la reprise dont nous avons besoin. Et cela signifie non seulement une reprise durable et équilibrée entre les pays, mais aussi une source d’emploi et de répartition équitable.

 

Emploi

Permettez-moi de commencer par l’emploi. Tout comme nous avons réussi à maîtriser l’inflation dans les années 1980, cette décennie devrait être la décennie qui reprend le plein-emploi.

Que faut-il faire ? Tout d’abord, il faut réformer et réparer le secteur financier, remettre les banques au service de l’économie réelle et octroyer du crédit aux petites et moyennes entreprises, moteurs clés de l’emploi et même de la croissance.

Évidemment, un environnement favorable à la demande est une condition préalable à la croissance et à l’emploi. Alors que le chômage est si élevé, et avec peu de signes de pressions inflationnistes sous-jacentes, la politique monétaire peut être favorable.

Qu’en est-il de la politique budgétaire ? Les pays avancés doivent placer leurs positions budgétaires sur des chemins durables à moyen terme, ouvrant la voie à la croissance future et à l’emploi. Mais le resserrement budgétaire peut ralentir la croissance à court terme, ce qui peut même accroître le chômage de longue durée, transformant un problème cyclique en un problème structurel. En bout de ligne, l’ajustement budgétaire doit être fait en visant la croissance.

Mais la croissance seule ne suffit pas. Nous avons besoin de politiques directes sur le marché du travail. La crise nous a appris que des politiques du marché du travail bien conçues pouvaient sauver des emplois.

Peu de gens seraient en désaccord sur le fait que des allocations de chômage décentes sont fondamentales. Et, combinés à l’éducation et à la formation, elles peuvent aider les chômeurs à s’adapter à une économie en mutation. Cela est particulièrement pertinent lorsque les pertes d’emplois sont fortement concentrées chez les jeunes et les non qualifiés, et lorsque le chômage est de plus en plus de long terme.

Nous devons être pragmatiques. Nous devons dépasser le contraste binaire et inutile entre « flexibilité » et « rigidité » sur les marchés du travail et demander plutôt si les politiques sont efficaces pour créer et maintenir des emplois. Parfois, ils sont, parfois ils ne sont pas.

Nous devons être coopératifs. Les pays doivent travailler ensemble sur une foule de questions, y compris la réglementation du secteur financier et la résolution transfrontalière. Ils doivent coopérer au rééquilibrage mondial, où de nombreux marchés émergents doivent se tourner vers la demande intérieure, soutenue par une classe moyenne dynamique. Sans cela, la croissance mondiale manquera.

Inégalités

Permettez-moi de parler brièvement du second poumon de la crise sociale : les inégalités. La recherche du FMI suggère que les inégalités peuvent rendre les pays plus enclins aux crises financières, surtout s’ils sont associés à un secteur financier important. La recherche du FMI montre également que la croissance durable dans le temps est associée à une répartition plus égale du revenu.

Ces défis concernent aussi bien les pays avancés que les pays en développement. Nous avons besoin de politiques visant à réduire les inégalités et à assurer une répartition plus équitable des possibilités et des ressources. De solides filets de Sécurité sociale combinés à une fiscalité progressive peuvent freiner les inégalités du marché. L’investissement dans la santé et l’éducation est essentiel. Les droits de négociation collective sont importants, surtout dans un contexte de stagnation des salaires réels. Le partenariat social est un cadre utile, car il permet à la fois les gains de croissance et les difficultés d’ajustement à partager équitablement.

 

Rôle du FMI

Permettez-moi d’aborder brièvement le rôle du FMI. Au fur et à mesure que nous comprenons les liens avec la stabilité, la question de l’emploi devient de plus en plus centrale dans notre surveillance, comme on peut le constater dans le cadre du WEO. J’ai mentionné certaines de nos recherches sur les inégalités. Nous avons également appuyé la création d’une taxe sur les activités financières. Et nous accordons plus d’attention à la dimension sociale de nos programmes : protéger les filets de Sécurité sociale pour les pauvres et soutenir un partage équitable du fardeau.

La conférence d’Oslo de l’an dernier - organisée conjointement avec l’OIT et le gouvernement norvégien - a été une étape importante. Nous suivons dans plusieurs domaines. Premièrement, nous travaillons avec l’OIT pour mieux comprendre les politiques qui sous-tendent la création d’emplois. Deuxièmement, en coopération avec l’OIT et en consultation avec la CSI, nous soutenons les consultations en matière de partenariat social entre les travailleurs, les employeurs et le gouvernement dans trois pays : la Bulgarie, la République dominicaine et la Zambie. Troisièmement, nous travaillons avec l’OIT à l’élaboration de planchers de protection sociale efficaces dans les pays à faible revenu.

Et ce week-end, alors que les principaux décideurs du monde entier se réunissent à Washington pour prendre le pouls de l’économie mondiale, j’ai l’intention non seulement de leur présenter l’image relativement optimiste d’une reprise qui se consolide mais aussi de leur rappeler ce qui est derrière les chiffres - trop de gens qui n’ont pas encore vu les fruits de cette croissance.

 

Conclusion

Permettez-moi de conclure. Il y a quelques milliers d’années, Aristote écrivait que « le meilleur partenariat pour un État est celui qui opère à travers les gens de la classe moyenne… ceux dans lesquels l’élément central est primordial… ont toutes les chances d’avoir une constitution bien gérée ».

Cela était vrai au temps d’Aristote, c’était vrai au temps de Keynes, et c’est vrai aujourd’hui. La stabilité dépend d’une classe moyenne forte qui peut propulser la demande. Nous ne verrons pas cela si la croissance ne conduit pas à des emplois décents, ou si la croissance récompense les quelques privilégiés sur les nombreux marginalisés.

En fin de compte, l’emploi et l’équité sont des composantes de la stabilité économique et de la prospérité, de la stabilité politique et de la paix. Cela est au cœur du mandat du FMI. Ce doit être placé au cœur de l’agenda politique. Merci beaucoup.

 

DEPARTEMENT DES RELATIONS EXTERIEURES DU FMI
Affaires publiques Relations avec les médias
Courrier électronique : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopieur : 202-623-6220 Téléphone : 202-623-7100

 

Voilà. A vous de juger. On n'a pas eu Strauss-Khan, on a eu Hollande...

 

Photo X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Chourave Jeussey de Sourcesûre 13 décembre 2016 13:09

    Un élément plus concret que ce discours théorique explique les mésaventures de Strauss-Kahn : le projet Zhou.

    En 2009, le gouverneur de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan a remis en cause la prédominance du dollar comme monnaie de réserve depuis la fin de la seconde guerre mondiale (alors que Keynes proposait un régulateur neutre : le bancor), et il a proposé d’utiliser les droits de tirage spéciaux du FMI pour jouer ce rôle.

    Dans un premier temps, les États-Unis ont accepté un triplement des ressources du FMI et l’émission de Droits de tirages spéciaux (DTS) d’une valeur de 250 milliards de dollars, lors du sommet du G20 à Londres, le 2 avril 2009. Ils ont aussi accepté le principe d’un Conseil de stabilité financière.

    Cette idée a été discutée au sommet du G8 à L’Aquila (Italie), le 8 juillet 2009. La Russie a alors proposé de ne pas se contenter d’une monnaie virtuelle, mais de l’éditer. Dmitry Medevedev avait même fait frapper symboliquement des prototypes de cette monnaie et en a posé quelques pièces sur la table. (lien)

    Le projet a été soumis aux experts de l’ONU. Leur rapport a été étudié le 25 avril 2010 lors d’une réunion jointe du FMI et de la Banque mondiale.

    Le processus devait aboutir le 26 mai 2011, au sommet du G8 à Deauville. Le dollar aurait cessé d’être la monnaie de référence sur fond d’imminente cessation de paiement du gouvernement fédéral des États-Unis. Washington aurait dû alors renoncer au financement de sa puissance militaire par la dette pour se consacrer à sa restructuration interne.

    L’avion dans lequel était assis Strauss-Kahn quand il a été arrêté devait le conduire à ce sommet.

    On connait la suite.


    • VICTOR Ayoli VICTOR 13 décembre 2016 13:48

      @Jeussey de Sourcesûre
      Merci de l’info. On découvre de drôles de choses soigneusement cachées...


    • JL JL 13 décembre 2016 14:05

      @Jeussey de Sourcesûre
       

       à supposer que cette histoire soit vraie (vous êtes sûr que DSK a été arrêté à la veille de sommet ?), qui peut croire que l’arrestation de DSK aurait suffi à faire avorter ce projet ?

    • Clocel Clocel 13 décembre 2016 14:08

      @Jeussey de Sourcesûre

      Vous remettez carrément en cause le mythe du silverback grand pourfendeur d’ancillaires !? smiley

      C’est du révisionnisme ça, Monsieur !

      J’ai appris ce matin sur France Cul, que Christine Lagarde aurait été abusé ?

      Vous vous rendez compte ?

      Même nos vieilles haridelles !!! smiley
       


    • Chourave Jeussey de Sourcesûre 13 décembre 2016 14:37

      @Clocel

      « qui peut croire que l’arrestation de DSK aurait suffi à faire avorter ce projet ? »La clé de voûte du projet était Qaddafi (lien) et ses réserves financières : paix à son âme !


    • Chourave Jeussey de Sourcesûre 13 décembre 2016 14:40

      @JL


      (vous êtes sûr que DSK a été arrêté à la veille de sommet ?)

      L’ombre de DSK a flotté sur ce G8 (lien)


    • Chourave Jeussey de Sourcesûre 13 décembre 2016 14:49

      @Clocel


      « Vous remettez carrément en cause le mythe du silverback grand pourfendeur d’ancillaires !?  »

      Ancillaire est un adjectif.

      Vous auriez dû écrire : « l’amateur de coïts ancillaires », mais peu importe : pour J F Kahn (qui a signé lui-même sa mort professionnelle le jour où il a fait cette déclaration), il s’agissait en effet comme vous le dîtes d’un simple « troussage de domestique » (lien). C’est odieux, mais cela montre bien que dans leur milieu, ces gens-là savent que la chose incriminée n’a pas plus d’importance qu’une branlette. Et vous conviendrez qu’un tel ramdam (communications téléphoniques dans toute la zone de l’aéroport Kennedy = raison d’état) n’aurait pas été mis en œuvre pour ce qui apparait comme un piège dans lequel le bandard fou est tombé tête baissée.


    • Chourave Jeussey de Sourcesûre 13 décembre 2016 15:10

      @Jeussey de Sourcesûre

      tête baissée, et q...e en l’air !

    • Clocel Clocel 13 décembre 2016 15:23

      @Jeussey de Sourcesûre

      Me souviens de la saillie à JFK, il avait fait forte impression pépère... smiley

      Notez que, du point de vue de la pluralité journalistique, on a pas perdu grand chose !

       


    • Chourave Jeussey de Sourcesûre 13 décembre 2016 15:31

      @Clocel

      pour les saillies, ce n’est pas d’une domestique que l’étalon JFK avait besoin, mais d’une bonne jument percheronne... je m’arrête et vous laisse fantasmer, c’est mieux !

    • Alren Alren 14 décembre 2016 12:04

      @Jeussey de Sourcesûre

      Passionnants et très éclairants l’article de Victor et votre commentaire !

      Strauss-Kahn, qui n’était pas de mon bord mais à qui je reconnais une grande intelligence (comparées à d’autres « élites » (sic)) s’est fait piéger comme un oison.

      Je pense que le complot US a dû être monté avec le soutien enthousiaste de Sarkozy qu’il ne faut pas oublier à l’occasion.


    • VICTOR Ayoli VICTOR 14 décembre 2016 14:31

      e@Alren
      En 2011, l’époque des faits, j’ai publié sur un de mes blogs une fiction qui, à présent, s’avère prémonitoire !
      http://lantifadas.midiblogs.com/archive/2011/05/18/piege-a-la-suite-2806-sofitel-times-square.html


    • baldis30 13 décembre 2016 15:14

      « A vous de juger »

      Entre les paroles et les actes il y a les soubrettes. Jadis dans les vaudevilles ou les opérettes bien écrites (La Chauve-souris, Ciboulette, ....) , la soubrette trouvait un mécène. Aujourd’hui le politicien pouvant trouver de soubrette se plonge dans le show-business..



        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 décembre 2016 19:22

          @Victor
          L’euro n’est pas de Gauche, il est américain.
          La zone euro a été crée en juin 1965 à Washington par 4 Hauts fonctionnaires US et Marjolin, le représentant de la CEE. ( Documents US déclassifiés en 2000)


          L’euro n’est pas une décision économique, c’est une décision politique, destinée à remplacer la dévaluation de la monnaie, rendue impossible par une monnaie commune, par la baisse du prix du travail, en envoyant « les Etats Providence aux égouts ».

          Concrètement, la loi El Khomri qui est la conséquence de la zone euro. Les autres mesures suivront, baisse des indemnités chômage, fin des CDI et du SMIC, toussa, toussa...
          « Les ravages sociaux de l’euro, une stratégie délibérée ! »

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 décembre 2016 19:13

          Le FMI a récemment publié le même genre de critique.
          « Néolibéralisme : le FMI fait son méaculpa »

          " (...) Les économistes déroulent en effet une série d’arguments solidement étayés, qui sont autant de critiques en règle des politiques de dérégulation menées partout dans le monde depuis quarante ans, sous l’égide…du FMI ! Mieux vaut tard que jamais.

          L’article égratigne en particulier deux piliers de la doctrine économique dominante : la libre circulation des capitaux, et la priorité donnée à la réduction des déficits.(...)

          ça change quoi ? Nada, wallou, rien du tout !


          Les Italiens viennent de voter non au référendum contre la réforme voulue par Bruxelles.

          ça a changé quoi ? Nada, wallou, rien du tout !


          Et vous savez pourquoi ? Parce que la FED et la BCE font tourner la planche à billets plein pot, alors tout baigne, enfin, pour un certain temps du moins...

          " La victoire du « non » avec presque 60 % à la réforme constitutionnelle sous forme de référendum en Italie est sans appel. C’est un grand, un immense « ciao Matteo Renzi », pour ne pas dire un tout aussi énorme « casse-toi pauv’con » comme on dirait dans certains endroits de France.

          Bref, le président du Conseil italien démissionne.

          Catastrophe ? Non ! Que nenni, il ne se passe rien, mieux même : les marchés montent, l’or baisse. Tout va donc très bien. Pourquoi ?

          Toujours le bon vieux principe du « plus c’est pourri, moins c’est grave » !

          La BCE est là, on ne craint rien !" (...)


          • InternetDev InternetDev 14 décembre 2016 00:58

            Ça c’est sûre qu’une généreuse souteneuse de Bernard Tapie (400 000 000€ tout de même), choisie par Sarkozy, ne risque pas de déranger ses futures et anciens clients.

            On peut féliciter Hollande et Valls, qui sont tellement en phase avec elle qu’ils n’ont rien fait, et ne feront rien pour la faire dégager du FMI.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 décembre 2016 06:27

              @InternetDev
              Crédit Lyonnais - Rapport d’enquête parlementaire 1994 - 

              Vous devriez vous renseigner sur le Crédit Lyonnais « nationalisé » de l’époque, c’était Tapie X 1000 ! Et ce sont les contribuables qui sont passés à la caisse... Tous les tribunaux qui ont jugé l’affaire Tapie ont eu la même conclusion : Tapie a bien été arnaqué par le Crédit Lyonnais....
              D’ailleurs un beau jour, allez savoir comment, un incendie a détruit toutes les archives du Crédit Lyonnais, circulez, ya plus rien à voir...


              La plupart des grands fortunes françaises du CAC 40 ont bénéficié à un moment où à un autre, des largesses du Crédit Lyonnais et de l’ Etat.
              Privatiser les gains et socialiser les pertes...
              Si les Français savaient, ils feraient la révolution demain matin.
              « Argent public, fortunes privées- Histoire du favoritisme d’Etat ». par Olivier Toscer.

            • fred.foyn 14 décembre 2016 08:08

              FMI = affameurs de la planète !


              • agent ananas agent ananas 14 décembre 2016 18:47

                Merci pour le recyclage...
                Pour creuser davantage à propos du FMI, je vous conseille les politiques d’ajustement structurel et le Washington Consensus. Il existe une riche documentation sur la toile à ce sujet...
                Le discours de DSK contraste avec ces politiques ... Le « troussage de domestique » arrive à point pour se débarrasser de lui et amuser la galerie ...


                • fcpgismo fcpgismo 15 décembre 2016 13:26

                  Ils connaissaient ses faiblesses ils les ont utilisés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès