• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Forza Italia !

Forza Italia !

Eh oui, Forza Italia, forza la nostra sorela latina ! Et laisse fienter les culs serrés de Moscovici, de Lemaire, de Merkel et de Juncker. Les résultats sont déjà là en matière d’immigration, ils arriveront au niveau économique. Car « ils » ne flingueront pas l’Italie – membre fondateur, deuxième puissance industrielle, troisième économie, troisième démographie d’Europe – comme la Grèce.

Ou bien « ils » flingueront en même temps toute l’Europe… « Ils », ce sont évidemment toutes les oligarchies ultralibérales : mafias des banques, Commission européenne, Banque européenne, FMI, gouvernants allemand, français, étasuniniens, etc.

Migrants. Pendant le premier semestre 2018, 13 010 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes contre 83 424 pour le premier semestre 2017. 84 % de baisse. Ce résultat n’est pas à mettre au seul crédit de la nouvelle équipe au pouvoir, qui est en place seulement depuis le 1er juin. Mais c’est un résultat positif de la politique de ras-le-bol des Italiens qui ont signé des accords avec des factions libyennes – on fait avec ce qu’on a depuis que Sarko et ses complices ont semé la mort, le chaos et la désolation dans ce pays - mais aussi du gouvernement démocratiquement élu mais diabolisé qui a su, sans faiblir, mettre au pas ces ONG complices des trafiquants d’êtres humains libyens en interdisant à leurs bateaux de débarquer dans les ports italiens leurs cargaisons d’esclaves modernes attendues par les mafias et les patronats avides de main-d’œuvre docile et quasi gratuite.

Économie. Le gouvernement italien actuel remet l’Europe à sa place en décidant d’un déficit de 2,4 % qu’il estime nécessaire pour mener à bien une politique sociale qu’aucun gouvernement de gauche comme de droite n’a osé seulement penser. Ce faisant, l’Italie - n’en déplaise à Moscovici - reste « dans les clous » des traités européens puisqu’elle reste en dessous du seuil limite de 3 % et, et, et… largement en dessous du déficit de la France établi à 2,7 % par ce chantre de l’ultralibéralisme qu’est Micmacron ! Quant à sa dette « explosive » comme dit le même inénarrable Mosco, elle est de 132 % du PIB italien, mais dans les mêmes eaux que la France avec 100 % d’un PIB qui est supérieur à celui de l’Italie. Et chacun sait que l’essentiel de ces dettes est illégitime et ne sera jamais remboursé. L’Allemagne est orfèvre en la matière, elle qui n’a jamais remboursé son énorme dette de guerre !

Mais, plus que les chiffres, ce qui horrifie les eurocrates c’est qu’en contestant les règles de la Commission européenne et la doctrine ultralibérale qui les inspire, l’Italie remet en cause « l’ordre » économique de l’Union, instille la désobéissance au cœur même des institutions et fait trembler sur ses bases une construction hélas dévoyée par les dogmes de l’orthodoxie financière et de la « concurrence libre et non faussée » qui fait de chaque citoyen et de tout pays adhérent un concurrent impitoyable de l’autre. Cette doctrine instaure l’abandon de toute politique publique, la suppression de toute intervention publique, l’abandon de toute politique de redistribution, impose l’excédent budgétaire et en conséquence l’austérité. Voilà quelle est la matrice idéologique de la politique économique européenne.

On va laisser aux « marchés » - en plombant les taux d’intérêt et autres basses manœuvres financières le soin de « rappeler l’Italie à a saine discipline ». Mais si ça ne suffit pas, les grandes manœuvres pour « ramener l’Italie à la raison » vont commencer. Moulinets et menaces de l’U.E. puis entrée en ligne de la mafia financière : porteurs de la dette, FMI, bourses, puis si besoin organisation souterraine d’une pénurie de consommation, comme ça réussit si bien au Venezuela et en Argentine, exacerbation artificielle de contradictions internes, sociales et politiques pour semer la zizanie. Tout ceci accompagné et amplifié par de vastes campagnes médiatiques orchestrées par les canards laquais et la presse-purée tenue par les milliardaires banquiers ou marchands d’armes et de béton.

La gôôche bien-pensante germanopratine se répand à longueur de colonnes, dans les machines à bruits et dans les lucarnes à décerveler contre ces affreux « populistes » oubliant que dans ce mot honni il y a avant tout « peuple ». Seulement si les « populistes » italiens gagnent ce combat que la gauche grecque a lamentablement perdu, ce sera un sacré signal pour les populations. Et ça se traduira dans les urnes au détriment de cette gauche qui moralise en n’ayant rien à proposer.

Une gauche qui a trahi ses électeurs, dont je suis depuis toujours…

Avanti popolo, a la riscossa ! E forza Italia !

 

Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 2 octobre 17:32

    Pourquoi fait on de la politique ?

    Le pouvoir ?
    Le pantouflage ?
    Des revenus garantis ?
    Une reconnaissance sociale ?
    Pour son égo ?
    Moins risqué que l’escroquerie vis à vis des mensonges ?
    Ect...
    Il y a plein de raisons.
    Ah, j’ai omis de parler d’idéal, c’est réservé au militant l’idéal, ne pas confondre.

    Pour rester dans ce statut, on fait tout pour renvoyer la balle à ceux qui nous permettent d’avoir et de garder ce statut.
    Garder ce statut, c’est un parti et du fric, l’électeur n’est que la variable à orienter.

    On a compris que le bien être général n’a pas à être pris en compte pour garder ce statut habituellement.
    Il arrive un moment où l’électeur s’aperçoit que la personne pour qui il vote n’en a rien à foutre, ça met quand même un sacré bout de temps.
    Du coup il écoutera des aspirants à la vie politique qui cherchent une place au soleil.
    Il y aura un changement de population d’hommes politiques, pour un temps le bien être général sera pris en compte du moins verbalement.
    Ensuite le cycle de copinage reprendra.
    On oublie pas l’état profond qui lui ne change pas. On en parle plus pour les USA mais c’est la même chose ailleurs.
    En plus de notre état profond on a un supra état profond qu’est la commission européenne.

    Moi aussi ça m’exalte ces changements et j’essaie de ne pas trop penser aux autres changements qui on fait pschitt comme en Grèce.

    • marmor 2 octobre 17:59

      En voilà qui ont des colliones, mais ce n’est pas nouveau, il fallait juste quelques hommes convaincus de la catastrophe qui se prépare pour le dire !! Forza Italia ! et va fan culo Europa !!!!!!!!!


      • V_Parlier V_Parlier 3 octobre 13:55

        @marmor
        Attendons pour voir, ne nous emballons pas trop. D’autres m’ont déjà déçu...


      • generation désenchantée 2 octobre 20:32
        je suis sûr que nos technocrates de l’ UE et Macron et ses alliés vont bien réussir a se faire encore plus détester avant les européennes
        ils sont très , très doués pour se faire détester

        c’est même possible que le parti de macron , n’ arrive même pas avoir un député au parlement européen mais que RN et LFI fassent le plein complet

        écologistes a part dans les mégapoles , ils sont détestés , merci taxes écologiques punitives et emmerder les Français de la France périphérique
        les végans aussi sont détestés

        entre les fans de Macron , les écologistes et les végans , je pense que cela va être un massacre électorale pour ces trois tendances politiques , ils ont été vu a l’ oeuvre

        • Montagnais Montagnais 2 octobre 21:07

          Excellent .. Excellent ..


          Avanti popolo de Italia ...

          NB : les Italiens aussi ..

          Vous êtes au courant ?


          Le 21 janvier 2019, charivari à l’Elysée

          Vous en serez ?

          En 24 H, nous serions déjà plus de 7 000 partants, très-motivés

          Surveillez bien ce qui va se passer

          Nous partîmes cinq mille ; mais par cette belle idée - Nous nous vîmes trois millions en arrivant à l’Elysée

          • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 2 octobre 21:35
            @Montagnais

            « Le 21 janvier 2019, charivari à l’Elysée »

            Vous croyez que ses nerfs vont tenir jusque-là ?

            Vous êtes pessimiste.

          • baldis30 2 octobre 21:48

            pour l’italien veuillez savoir que l’on écrit Sorella !

            merci pour la censure !


            • francesca2 francesca2 3 octobre 08:34
              Et aussi ’’ Avanti popolo alla riscossa’’...chanson ultra coco particulièrement mal choisie pour conclure cet article... 

            • zygzornifle zygzornifle 3 octobre 08:37

              Viva Italia .....




              • zygzornifle zygzornifle 3 octobre 08:44

                J’aime l’Italie j’y vais plusieurs fois par mois je fais mes courses la bas préférant les faire vivre plutôt que ces connards du gouvernement , pas de flics en embuscade radar rivé a l’oeil , il ne font pas chier les automobilistes , en France on a une chape de plomb sur les épaules et un sac a dos rempli de cailloux dans le dos, la bas c’est cool , les italiens sont souriants , il y a presque pas de « chance pour la France » au regard haineux ni de fatmas voilée , bien sur il y a des migrants mais comme partout en France , on ne se fait pas bousculer par tous les trous du cul pressés que l’on a sur la cote d’usure particulièrement a Nice ....


                • yadakir 3 octobre 11:07
                  Ho putain j’ai du sang italien les gars si l’ex-axe fait sécession au Reich j’émigre !

                  Je reviendrais vous libérer les copains, ou je travaillerai pour l’effort de guerre allié.



                  • Nobody knows me Nobody knows me 3 octobre 14:37
                    Viva Italia, viva Italia... Non mais oh, vous voulez qu’on vous envoie Zemmour ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès