• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Français, vous êtes formidables !

Français, vous êtes formidables !

 

Français, vous êtes formidables ! Je sais, cela fait un peu populiste mais j'assume, car c'est la vérité, et de toute manière je ne suis candidat à rien.

JPEG

Non les français ne sont pas à droite, pas socialistes non plus, macronistes encore moins. Les français sont démocrates, altruistes et progressistes, mais ça, ils ne le savent pas car on ne le leur à jamais dit. La convention de citoyen sur le climat à laquelle ont participé 150 citoyens a produit certains résultats complètement bluffant aussi bien sur le plan environnemental que social.

Un exemple. Que 35% des participants se soient prononcés en faveur d'une semaine de travail de 28 heures à vraiment de quoi nous interpeller, car que l'on soit pour ou contre (personnellement je suis contre), on est sur une thématique d'une gauche forte ; et Philippe Poutou n'a pas obtenu 35% des voix à l'élection présidentielle mais plutôt 1%. Que s'est-il passé, les participants ont-ils voté à la légère ? Assurément non, ce vote est le produit de la réflexion, de personnes qui sont passées du statut d'électeurs passifs et démotivés au statut de citoyens actifs et prêts à œuvrer pour le bien commun.

C'est ça la magie des conférences de citoyens. Il se cache un trésor en chacun de nous, c'est cette étonnante capacité des simples citoyens à comprendre les enjeux, à réfléchir, à délibérer et à prendre des décisions au nom de l'intérêt commun. Le malheur c'est que plutôt que d'aller le chercher, l'humanité fait confiance à des élus, à des ambitieux, à des démagogues ou à des princes. Les pires gouvernent. L'élection n'est pas la démocratie et les principaux bénéficiaires qui sont les élus et les riches, ont compris, depuis des décennies, tout l'intérêt qu'ils ont à nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Quelles observations pouvons nous tirer de cette convention ?

- L'avis collectif de citoyens non éclairés n'est pas superposable à celui recueilli lors des conventions de citoyens.

- Cela décrédibilise l'élection

- Dès lors, quelle légitimité a le président élu à vouloir imposer son programme, comme supprimer les 35 heures ? Absolument aucune.

- Nous ne devrions jamais élire nos représentants mais les tirer au sort.

- Il faut redéfinir le rôle du président de la République.

L'élection produit des choix qui vont contre l'intérêt général, et pourtant on finit toujours par voter pour les mêmes. L'élection annihile les intelligences. Les forces réactionnaires qui représentent 80 % du paysage politique défendent réellement les intérêts de 5% de la population au détriment de l'intérêt général. Et le pire, c'est que même si je faisais partie des 5% de ceux qui en profitent, je ne vois pas comment je pourrais être moralement satisfait que 95% ne le soit pas.

Voici quelques raisons pour lesquelles l'élection ne permet pas de faire un bon choix.

  1. Il est vrai que lorsqu'on lit la profession de foi de Macron, Le Pen ou Fillon à l'élection présidentielle, il n'y a rien de choquant. C'est donc tout naturellement que les électeurs vont se tourner vers les pires candidats à qui les médias dominants donnent le plus de visibilité car ils correspondent le mieux aux intérêts de l'oligarchie.
  2. Le problème est aussi psychologique : on a pas envie de voter pour un ouvrier ou un plus pauvre que soit, même si celui-ci défend nos intérêts. Alors qu'en votant pour un banquier d'affaire on se dit inconsciemment que s'il a réussi à gagner des millions, il pourrait nous en faire gagner aussi.
  3. Le syndrome du vote utile.

 

Un système où on vote pour des hommes plutôt que pour des idées ne peut nous mener que de déception en déception, d'autant plus si l'élu n'a aucun compte à nous rendre. Lors d'une convention de citoyen, la barrière psychologique tombe, il n'est plus question de personnes mais seulement d'idées, et c'est là que tout devient possible. Elle permet aux hommes de laisser exprimer ce qu'il y a de meilleur en eux.

Il y a 3 piliers à la démocratie : la souveraineté populaire, la souveraineté monétaire, la souveraineté nationale. Nous pouvons constater que la souveraineté n'est pas populaire mais appartient à une caste d'élus ; que la souveraineté monétaire qui nous garantit l'indépendance vis à vis des puissances d'argent nous a échappé, elle appartient aux banques et à la BCE ; quant à la souveraineté nationale, avec une Europe atlantiste inféodée aux marchés financiers qui nous dictent leurs lois, elle n'est plus que l'ombre d'elle même.

La Convention Citoyenne sur le Climat nous a donné un aperçu intéressant de ce que pourrait être la souveraineté populaire dans une vraie démocratie.

Pour ce qui est de la souveraineté monétaire, elle a préconisé l'utilisation de la création monétaire de la BCE pour financer la transition climatique, au service des citoyens. A moins de contrevenir aux traités, il n'y a aucune possibilité que cette proposition soit retenue.

Cette Convention citoyenne a conduit ses membres à une prise de conscience de l'urgence écologique et démocratique. Ils sont sortis transformés par cette expérience. Ils ont pu mesurer l'écart entre la vraie et fausse démocratie. Même si les conséquences seront très limités, elle a mis en lumière un système nouveau, dynamique, qui respire le frais, face à un système oligarchique poussiéreux, conservateur, qui respire autant l'immobilisme que la fuite en avant ou plutôt la fuite vers nulle part.

La comparaison est cruelle entre cette assemblée citoyenne tirée au sort qui a bien fonctionné, où les membres ont fait preuve d'abnégation, et une Assemblée Nationale élue minée par la corruption et les conflits d'intérêts. D'un côté des propositions fortes, non partisanes, qui dérangent certains mais qui vont dans l'intérêt général, de l'autre des députés incapables de faire quoi que ce soit de grand et dont l'action tout entière inspire le dégout. La dissension entre les partis, l'inanité des débats avec un parti majoritaire hermétique à toute discussion, amène à se demander si ce ne sont pas les absentéistes qui ont finalement raison. On a vu la réintroduction des néonicotinoïdes et leur incapacité à interdire le glyphosate. Ça symbolise l'échec profond d'un système où seul l'argent compte au mépris de la vie. L'argument comme quoi une assemblée tirée au sort ne serait pas compétente pour prendre de bonnes décisions est balayée. C'est une magnifique victoire par K.O. : démocratie 1, oligarchie 0.

La Convention de Citoyens est sans doute l'outil le plus efficace de la démocratie. Il faut se servir de cet outil et l'intégrer dans le processus législatif. De la simplicité et de la clarté de nos institutions dépendra le succès de la démocratie.

Les objectifs prioritaires

- Transformer le pouvoir législatif en y introduisant la démocratie donc le tirage au sort.

- Contrôler les élus et affaiblir le pouvoir exécutif qui est le plus dangereux de tous.

- Assurer l'indépendance du pouvoir judiciaire.

- Assurer l'autonomie financière de la démocratie pour la libérer de l'emprise de l'oligarchie.

- Sortir du piège Européen qui nous emprisonne en nous condamnant à l'impuissance politique.

Quelques idées simples pour réformer nos institutions sont présentées sur cet organigramme

JPEG

I- Quelques precisions

Le tirage au sort :

Le tirage au sort est le seul processus démocratique. Appliqué pour désigner nos représentants, il est à la base de la démocratie. Tout citoyen inscrit sur les listes électorales est potentiellement candidat. Il peut accepter ou refuser, mais ce n’est pas basé sur le volontariat car un groupe politique ou des milliardaires pourraient acheter des volontaires en masse et prendre le contrôle de l'assemblée.

La constitution :

La constitution est écrite par la Convention Constituante Citoyenne. Aucun élu, ministre ou haut fonctionnaire ne peut prétendre à l'écrire ni à la modifier. Jusqu'à présent, à chaque révolution, le peuple s'est toujours laissé berné par ses élites car il ne s'est pas préoccupé du processus constituant. Demandez à un roi d'écrire une constitution et il fera une monarchie ; demandez à des religieux ils feront une théocratie, demandez à des élus et ils feront une oligarchie. Le jour où il faudra écrire une nouvelle constitution il ne faudra pas se laisser berner par les élus : une constitution démocratique ne peut être écrite que par des citoyens tirés au sort.

Une nouvelle convention pourrait siéger une fois tous les 5 ans afin de réviser, d'évaluer et proposer des améliorations.

Le droit à la parole :

C'est ce que les Grecs appelaient Isegoria, c’est-à-dire le droit à la parole pour tous, à tout moment et à tout propos devant une assemblée. Ce nouveau droit est un des marqueurs fondamentaux de la démocratie. Il permet de se protéger des oligarques et à tout citoyen d'alerter et d'être acteur de la démocratie. Le droit à la parole pourrait s’exercer devant la Chambre d’Initiative Citoyenne et la Chambre d'Evaluation des Lois. Quelques membres de ces assemblées sont là pour écouter ceux qui veulent user de ce droit. Il n'y a pas à craindre d'abus : si un individu veut tenir des propos outranciers devant une dizaine de personnes il perdra son temps et ce n’est pas ça qui mettra la démocratie en péril. On peut aussi imaginer que ceux dont les propos seraient jugés les plus pertinents soient invités à s'exprimer devant l'Assemblée Nationale.

II) LE POUVOIR LEGISLATIF

Les étapes dans le processus législatif sont l'initiative, la rédaction et le vote. Il serait intéressant une fois la loi votée de rajouter une étape d'évaluation pour juger de l'applicabilité, de l'efficacité et proposer éventuellement une révision.

L'initiative appartient à une Chambre d'Initiative Citoyenne, la rédaction et le vote à l'Assemblée Nationale, et l'évaluation à une Chambre d'Evaluation des Lois.

Le tirage au sort des deux assemblées a plusieurs avantages :

  • Il produit des égaux et donc il rassemble. Tous les membres discutent ensemble et s'écoutent sans se préoccuper qui est de gauche ou qui est de droite, peu importe la couleur de peau ou le statut social, il fait tomber les barrières, il permet de faire porter nos choix non plus sur des hommes mais sur des idées.
  • Il donne peu de pouvoir à une seule personne, il n'y a pas de risque de voir une personne imposer sa volonté.
  • Il donne moins prise à la corruption. Une personne qu'on tenterait de corrompre pourrait se transformer en lanceur d'alerte, et une seule personne ne suffirait pas, il faudrait corrompre une bonne partie de l'assemblée.

1- La Chambre d'Initiative Citoyenne (CIC)

Tirée au sort, cette chambre fonctionne selon le même principe qu'une convention de citoyens. Sa mission : avoir une vision à long terme sur l'avenir de notre pays et déterminer les grands axes de la politique de la nation en fournissant à l'Assemblée Nationale (AN) un agenda législatif précis. C'est l'équivalent du Conseil Economique Social et Environnemental actuel, mais avec un rôle décisionnel et pas consultatif. Une fois par an elle fixe la feuille de route des représentants tirés au sort de l'AN et procède à une révision des objectifs à long terme.

La CIC est en lien avec la Chambre d'Evaluation des Lois qui lui soumet la liste des lois dont la révision semble nécessaire.

Elle convoque des conventions de citoyens pour les thèmes prioritaires afin de ne pas submerger l'AN.

2- L'Assemblée Nationale (AN)

Elle est composée de citoyens tirés au sort et son fonctionnement est en grande partie identique à ce qu'il est actuellement c.à.d. avec un travail en commission. Soit ils sont désignés pour un an et siègent dans des commissions, soit ils sont tirés au sort (15 personnes) chaque fois qu’une proposition de loi viendrait de la CIC. (Un peu comme on convoque un jury populaire lors d'une cour d'assise). Les personnes tirées au sort sont formées sur le sujet en question, puis assistées par un facilitateur indépendant. Pour plus de détail dans le mécanisme d'élaboration de la loi je renvoie au livre de Jacques Testart : L'humanitude au pouvoir, où il explique minutieusement le processus.

L’Assemblée Nationale comprend une commission des affaires étrangères, une commission de la défense nationale dont les membres seraient soumis au secret défense (sachant que dans une démocratie le secret doit rester l’exception et la transparence la règle).

Une autre mission de l'Assemblée est le contrôle du pouvoir exécutif et de son pouvoir réglementaire. Les ministres rendent compte de leurs actions une fois par semaine comme c'est le cas actuellement en répondant aux questions des membres de l'Assemblée.

L'Assemblée peut :

  • Annuler une décision administrative.
  • Demander l'ouverture d'une commission d'enquête pour contrôler le pouvoir exécutif.
  • Elire le Ministre de la justice.
  • Voter la révocation d’un ministre ou du premier Ministre.
  • Approuver la nomination des ministres par le Premier ministre.

Tous les organismes de contrôle et de surveillance du pouvoir que se soit la Cour des Comptes, le CSA, la CNIL, l'IGPN etc, ne peuvent pas dépendre de l'exécutif. Leur indépendance est garantie par une nomination de leur directeur par l'AN ; idem pour le directeur de la Banque Centrale.

Autre changement important : le budget de la sécurité sociale n'est plus voté au parlement. Il faut réfléchir aux conditions d'un retour aux fondamentaux de 1945 avec une gestion à 75% par les travailleurs et 25% par le patronat et une seule caisse regroupant toute les branches.

3- La Chambre d'Evaluation des Lois

Une fois votée et mise en application, toute loi doit être évaluée, jugée sur son efficacité et son applicabilité, et ceci à intervalles réguliers. La démocratie ce n'est pas l'assurance que toutes les décisions prisent sont les bonnes, c'est l'assurance que les décisions prises sont légitimes. Celles qui sont prises actuellement sont justes légales. Il faut donc pouvoir revenir en arrière à tout moment si on juge que l’on s’est trompé.

Ce rôle revient à une Chambre d'Evaluation des Lois qui peut proposer la révision ou l’abrogation d’une loi, avec retour à la CIC. Elle doit être un lieu de remontée de l'expression populaire où le droit à la parole doit pouvoir s'exercer pleinement.

4- A propos du référendum et pourquoi il ne m'inspire pas

Le référendum peut apparaître, au premier abord, comme l'exercice démocratique par excellence, mais n'est-ce pas une fausse bonne idée ? L'opinion fabriquée par les politiciens, les médias et les communiquant n'est pas superposable à l'avis éclairé qu'exprimeraient les mêmes citoyens dans les conditions d'informations contradictoires et d'analyses collectives qu'offrent les conventions de citoyens. L'opinion exprimée à chaud à partir d'informations non exhaustives est seulement le reflet de l'efficacité d'un conditionnement. Ce n'est pas parce qu'on a regardé des débats télévisés pendant quelques heures que l'on est capable d'opérer un choix démocratique satisfaisant. On a pu s'en rendre compte dans tous les référendums pratiqués en France ces dernières années.

Tout d'abord, quel que soit le sujet, une partie de l'électorat vote contre simplement parce qu'il est opposé au président en place. Il y a eu les 2 référendums sur l'Europe : Maastricht en 1992 et la Constitution en 2005. On se souvient du martelage des médias dominants en faveur du oui. Les débats avaient été vifs et passionnés mais malgré tout, on n'a pas reçu les bonnes informations, ni de la part des pros, ni de la part des antis et beaucoup de citoyens ont par la suite regretté leur vote. Il y a eu le référendum sur le quinquennat (2000) qui a supprimé un problème en raccourcissant un mandat trop long mais qui en a créé un autre en présidentialisant le régime à outrance ; il aurait fallu une réforme plus complète qui redéfinisse le rôle du chef de l'état. Enfin il y a eu ce référendum sur la nouvelle Calédonie (1988) qui n'a pas intéressé les Français. Il y a bien sûr la haute trahison de 2008 de Sarkozy et de nos représentants, et chose amusante, ce mini référendum local pour l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes où les électeurs ont voté oui mais où le pouvoir a retenu le non. On retient donc qu'organiser un référendum dans un pays qui n'est pas une démocratie s'apparente au loufoque.

Organiser un référendum dans une vraie démocratie, telle que décrite ci dessus serait-il bien pour autant ? Traditionnellement, la constitution est approuvée par référendum, mais dans la mesure où elle serait écrite par des citoyens éclairés qui ont passé des mois à la rédiger, pourquoi irait-on demander à d'autres ne disposant que d'informations partielles de juger leur travail ? C'est un peu le monde à l'envers.

Dans la mesure où tous ces référendums auraient pu être remplacés par des conventions de citoyens qui produisent des choix contribuant le plus au bien commun à quoi bon faire des référendums ?

Il y a va de même pour les référendums d'initiative citoyenne qui pourraient être remplacés par des Conventions Citoyennes. Les débats sont ouverts.

Le seul cas où le référendum apparait comme vraiment légitime est le référendum révocatoire pour le chef de l'état. Comme le Président a été élu par le peuple, c'est au peuple et à lui seul qu'appartient la décision de le destituer ou non. L'initiative du référendum révocatoire appartiendrait à la majorité des deux chambres citoyennes réunies.

III) LE POUVOIR EXECUTIF ET JUDICIAIRE

La séparation des pouvoirs doit être totale. L'exécutif est là pour exécuter et pas pour faire les lois. La souveraineté appartient au peuple et non aux élus. Actuellement le pouvoir exécutif est contrôlé en partie par les parlementaires et en partie par d'autres organismes avec à leur tête des fonctionnaires nommées par le pouvoir exécutif. Tout organisme chargé de contrôler l'état doit être indépendant, leurs organisations sont donc globalement à revoir.

Président de la République : Même si la procédure ne nous plait pas, le Président de la République doit être élu. On tire toujours au sort une assemblée, jamais une personne seule. Par contre la personne élue a un pouvoir limité et doit rendre des comptes à l'ensemble des Français.

Scinder le pouvoir exécutif en deux est nécessaire. Cela permettrait d'élire une vraie personnalité comme Président de la République et non pas un chef de parti comme c'est le cas actuellement.

Il est le chef des armées et de la diplomatie, il nomme le ministre des affaires étrangères et approuve l’élection du ministre de la justice. Il est révocable par référendum. Il prête serment au moment de sa prise de fonction.

Elu pour 5 ans par un suffrage plurinominal et préférentiel qui tient compte à la fois des votes pour et des votes contre ce qui permettrait d'écarter les candidats trop clivant.

Premier Ministre : Elu parmi des candidats pour 5 ans par l'Assemblée Nationale, il est la deuxième tête de l'exécutif, il dispose du pouvoir réglementaire et doit à ce titre, rendre des comptes devant l'AN. Il en est de même pour les autres ministres. Il est révocable par l'AN.

Il nomme les ministres (sauf celui de la justice et des affaires étrangères) et les préfets.

Ministre des Affaires Etrangères : Il est le relais du président de la République devant l'Assemblée Nationale. Il informe la commission parlementaire concernée et rend des comptes à cette commission. Tout engagement des forces armées dans la durée est soumis à un vote de l'AN.

Garde des sceaux : Il est élu par l’Assemblée Nationale, ce qui garanti son indépendance. Son élection est juste approuvée par le Président de la République. Il peut être révoqué par un vote de l'AN. Il nomme les principaux magistrats de la République. Il soumet ses projets de loi à l'AN. Il est le garant de l'indépendance de la justice. Il est le 2ème personnage de l'état et remplace le Président en cas de décès ou d'incapacité d'exercer ses fonctions. Il prête serment au moment de sa prise de fonction.

IV- LE POUVOIR MONETAIRE

Pour tenter de sauver notre planète d'une catastrophe climatique annoncée, l'argent est le nerf de la guerre. Espérons que dans un siècle les historiens ne diront pas de nous : "ils pouvaient le faire, ils savaient le faire, mais ils ne l'ont pas fait car ils ne voulaient pas créer l'argent pour."

Reprenons l'affaire des néonicotinoïdes et du glyphosate. Si on cherche la cause de ce fiasco, on trouvera la pression des lobbies phytosanitaires, mais aussi celle des lobbies agricoles qui ne veulent pas augmenter leur coût. Si on supprimait les subventions européennes qui vont vers l'agriculture conventionnelle pour les rediriger vers le biologique, on réglerait une partie du problème. Si en plus l'état pouvait créer de la monnaie pour aider à maintenir la compétitivité, le problème serait résolu. Notre impuissance politique est aussi liée à notre manque d'argent. Ceux qui créent la monnaie depuis des siècles, qu'ils soient seigneurs ou banquiers, ont compris que la monnaie doit être rare. C'est le moyen de domination le plus puissant.

Le pouvoir monétaire est le deuxième pilier de la démocratie. L'état ne doit plus emprunter mais créer la monnaie dont il a besoin. La monnaie est détruite quand l'état perçoit l'impôt afin de contrôler l’inflation.

L'Etat ne manque donc jamais d'argent mais cela ne veut pas dire que c'est la fête tous les jours. L'argent crée ne l'est pas pour financer des dépenses somptuaires, polluantes, ou irrespectueuses de l'environnement ou permettre à des gens d'aller 10 fois par jour chez le médecin. Toute politique s’inscrit dans le cadre du développement durable et de préservation des ressources, on ne peut consommer plus que ce que la terre peut produire.

La création monétaire sert à financer la reconversion pour une économie durable, circulaire et de proximité. Elle sert à financer la transition énergétique, une agriculture sans pétrole et sans pesticides. Elle sert à rétablir les services publics et les transports publics qui ont été massacrés dans les zones rurales, de même que les hôpitaux. Elle sert à donner du travail à tous en dernier ressort. Elle sert à relocaliser la production industrielle : actuellement un vêtement arrivé par porte-conteneur du Bengladesh coûte 10 euros. Si ce même vêtement est fabriqué en France, il coûtera 100 euros, il faut donc distribuer un revenu minimum universel qui permettra à chacun de satisfaire les besoins du quotidien : alimentation, santé, éducation. Une retraite à 60 ans à taux plein après 35 années de cotisations, etc.

Il devient de plus en plus probable que notre mode de vie dans les 10 ou 20 prochaines années sera radicalement différent de celui que l’on connaît actuellement. La crise des GJ peut resurgir à tout moment, et si on veut éviter une guerre civile, quelle autre solution que ce revenu universel qui n'est possible que si l'état (c.à.d. le peuple) retrouve la souveraineté monétaire ?

V- LA SOUVERAINETE NATIONALE

La souveraineté nationale et monétaire est totalement incompatible avec notre appartenance à l'Europe (voir article 104 du traité de Maastricht) et à moins d'accepter un ersatz de démocratie au gout amer, le départ de l'UE est une nécessité. Tant que l'Europe ne sera pas démocratique, on ne peut pas accepter de lui déléguer une partie de notre souveraineté nationale.

Il faut se rappeler, au moment du traité de Maastricht, les voix enchanteresses qui nous promettaient un avenir radieux, une France forte dans une Europe forte, sans chômage. Si certains pays comme l'Allemagne et les Pays-Bas ont pu tirer leurs épingles du jeu, la France apparaît clairement comme le dindon de la farce.

En conclusion. Jean-Jacques Rousseau a raison. L'homme nait bon, c'est la société qui le corrompt. L'élection déprave et pervertit le cœur de notre société sans que celle-ci s'en rende compte. L'homme cache un trésor en lui, encore faut-il lui donner l'occasion de le découvrir. Les conventions de citoyen montre l'homme tel qu'il est réellement, généreux et altruiste. Il est probable que l'idée d'une vraie démocratie est en train de germer dans l'esprit de nombreux Français. La Conférence Citoyenne sur le Climat a montré que des citoyens de tout bord politique confondu, étaient capable de travailler ensemble au nom du bien commun. Là où les partis politiques sapent l'unité nationale (et leur disparition serait salutaire), l'exercice de la démocratie rassemble et apporte une véritable bouffée d'oxygène et d'espoir. Le travail effectué par la Convention Citoyenne sur le Climat a été un succès et il l'aurait été tout autant s'il avait porté sur l'hôpital, les services publics, l'éducation nationale, l'Europe, l'immigration, les OGM ou le bien être animal. Il faut travailler pour présenter un projet démocratique crédible et attrayant, et élaborer une constitution d'origine citoyenne. Tout ou presque est à inventer et on y arrivera que collectivement.

Voilà qui est rassurant, notre visage est plus beau que le masque qui le couvre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 5 décembre 2020 09:19

    D’accord avec le Frexit, préalable au rétablissement de la democratie dans notre pays qui n’est plus souverain.

    Le tirage au sort semble une négation de la democratie et se méfier des referendums va vraiment dans le même sens : une sorte de technocrati.


    • cleroterion cleroterion 5 décembre 2020 09:40

      @samy Levrai
      Ce n’est pas le tirage au sort qui est la négation de la démocratie, c’est l’élection. Vous confondez élire et voter. Quand je vote je prends moi-même la décision, quand j’élis j’abandonne mon pouvoir à l’élu. Mais comme on ne peut pas faire un référendum pour chaque loi, alors on tire au sort nos représentants.


    • samy Levrai samy Levrai 5 décembre 2020 14:45

      @cleroterion
      Quelle est donc la définition de democratie ?


    • Attilax Attilax 6 décembre 2020 21:19

      @samy Levrai

      C’est quand le peuple vote lui-même ses lois à travers l’agora.
      Les éventuels représentants de l’agora tirés au sort ne peuvent être professionnels ni voir leur mandat renouvelés et ils ne peuvent s’opposer aux choix de l’agora, ils peuvent seulement la représenter et porter sa voix. Pas d’élections, donc. Pas besoin.

      C’est en république que tout passe par des dirigeants professionnels élus, censés représenter « le peuple ». On a bien vu ce que ça donnait avec le dernier référendum sur le traité de Lisbonne, par exemple, où seuls 10 députés sur 577 ont respecté le choix des français quand Sarkozy l’a fait repasser à l’assemblée...


    • cleroterion cleroterion 7 décembre 2020 08:50

      @samy Levrai
      Il ne faut pas confondre démocratie et droit de l’homme. Dans le monde il n’y a que des oligarchies qui respectent plus ou moins ces droits et qui élisent ou non leurs dirigeants. L’élection est par définition oligarchique puisque qu’elle donne le pouvoir à un petit nombre. 
      La démocratie c’est quand on tire au sort les représentants qui vont écrire les lois auxquelles on accepte de se soumettre. C’est aussi le contrôle que le peuple exerce sur le pouvoir exécutif. 


    • babelouest babelouest 10 décembre 2020 10:04

      @cleroterion la démocratie, c’est quand le Peuple décide en commun des règles auxquelles il accepte de se soumettre pour le bien de tous. Sinon ce n’est qu’un ersatz plus ou moins amer. Naturellement il doit aussi contrôler que ses décisions sont appliquées correctement..


    • Gégène Gégène 5 décembre 2020 09:22

      l’inquiétant n’est pas la composition de cette convention, mais plutôt la composition des comités d’experts nommés... par le gouvernement !

      ainsi la réflexion des citoyens a pu être efficacement canalisée. et pour les quelques débordements, Macron avait ses jokers...


      • cleroterion cleroterion 5 décembre 2020 09:43

        Je suis d’accord avec vous, j’aurais dû le préciser. Mais ce qui m’intéresse, c’est la procédure en elle-même. La convention est un exercice démocratique, mais en organiser une dans un pays qui ne l’ai pas pose problème quant à la sincérité des organisateurs. Idem pour le référendum.


        • troletbuse troletbuse 5 décembre 2020 10:15

          Mais dans 6 mois, nous serons dans la dictature la plus complète et chacun aura le droit de la fermer.

          Alors parler de l’avenir, laissez moi rire. Vous ferez ce qu’on vous dira.


          • vraidrapo 6 décembre 2020 12:57

            @troletbuse

            La Dictature... c’est quand la majorité de l’électorat sait où est son intérêt et, ne veut pas en démordre.
            CF : renversement du Chili d’Allende ou tentative de renversement au Vénzuela d’aujourd’hui !

            En France, on n’est pas encore assez murs... il y a encore trop de TERRASSES et d’Assistance


          • troletbuse troletbuse 6 décembre 2020 14:33

            @vraidrapo
            L’assistance a été votée pour cela. Tenir les gens qui en profitent.
            Pour les terrasses, j’ai pas bien compris.


          • vraidrapo 6 décembre 2020 20:52

            @troletbuse

            Pour les terrasses, j’ai pas bien compris.

            C’est le nid à papillons


          • binary 5 décembre 2020 11:15

            Jean-Jacques Rousseau a raison. L’homme nait bon, c’est la société qui le corrompt. L’élection déprave et pervertit le cœur de notre société sans que celle-ci s’en rende compte.

            Vous croyez vraiment que Macron, Castex, Véran, Erdogan , Attila sont « né bon » ?

            Et qu ils ont été « dépravés » par la société, sans que personne s en rende compte ?


            • cleroterion cleroterion 5 décembre 2020 12:26

              @binary
              Ce que je veux dire c’est que si vous tirez au sort un citoyen lambda pour qu’il participe à une convention de citoyen, il sera enclin à produire quelque chose de bon. Le même citoyen élu perd toutes ces qualités. L’élection accentue tous les vices alors que le tirage au sort non.


            • sylvain sylvain 5 décembre 2020 14:40

              @cleroterion
              il ne les perd pas au moment ou il est élu . Par contre tout le processus de l’élection pourrira ceux qui ne le fuient pas en cours de route


            • zygzornifle zygzornifle 5 décembre 2020 12:40
              Français, vous êtes formidables !

              Disait le militaire gradé en envoyant sa troupe a l’abattoir pour se faire étriper ....


              • cleroterion cleroterion 6 décembre 2020 18:34

                @zygzornifle
                Français, vous êtes formidable, dit l’homo politicus à ses moutons électeurs avant de les tondre.


              • titi 5 décembre 2020 16:49

                @L’auteur

                « - Dès lors, quelle légitimité a le président élu à vouloir imposer son programme, comme supprimer les 35 heures ? Absolument aucune. »


                Et quelle légitimité a le premier ministre à vouloir imposer son programme comme la mise en place des 35 heures ? Absolument aucune.

                Ayant été imposée de manière illégitime il n’y a donc pas de problème à revenir dessus.

                Non ?


                • cleroterion cleroterion 6 décembre 2020 18:30

                  @titi
                  Je suis complétement d’accord avec vous, c’est pour cela que je propose la création d’une Chambre d’Évaluation des Lois. Cette chambre doit être ouverte à l’expression citoyenne. Si on estime qu’on s’est trompé, on peut revenir en arrière.
                  Mais dans le cas qui vous préoccupe, à savoir les 35 heures, la proposition faite allait vers une réduction et non vers une augmentation, ce qui me fait dire que Macron est en décalage par rapport aux solutions préconisées.


                • Gasty Gasty 5 décembre 2020 19:05

                  Le titre est flatteur. Après....


                  • jakem jakem 6 décembre 2020 11:46

                    Tout d’abord je tiens à remercier l’auteur de l’article car je fais évidemment partie des Français formidables ! je rosis de contentement, puis détourne le regard..... en réalité je ne suis pas formidable !

                    Cet article nous aurait beaucoup plu, à mes copains et à moi, ados à la JEC dans les années 70. Et l’auteur aurait pu prendre la place de l’aumonier qui s’occupait de cette ... section ; ou cellule.

                    Concrètement : comment on fait ?

                    Concrètement, quelles sont les propositions de l’auteur pour assurer la démocratie ( càd avant tout la sécurité) quand des centaines et des milliers de connards veulent défiler en abritant en leur sein des casseurs-incendiaires-pillards dont les objectifs politiques se rejoignent : la destruction de la société.

                    Ils pourraient tout aussi bien s’associer directement aux islamistes ( ne pas oublier le copinage avec le sidi von Mélenchovski et sa Fange islamisante) pour accroître leur force de frappe.

                    En attendant l’avènement de cette démocratie idéale ( où l’on évite de parler des choses dérangeantes ), l’auteur et ses amis peuvent continuer à survoler nos villes, sur leur petit nuage, comme Nicolas et Pimprenelle.

                    Disez « bonjour » à Nounours !


                    • cleroterion cleroterion 6 décembre 2020 17:35

                      @jakem
                      Je pense qu’une société démocratique est moins violente par nature qu’une société oligarchique. La démocratie recherche plutôt l’apaisement que l’exacerbation des tensions. Les partis divisent, on le voit dans ce que vous écrivez, tandis que dans une convention de citoyens, mélechonistes, macronistes et lepenistes travaillent côte à côte.


                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 6 décembre 2020 18:34

                      @cleroterion

                      Bonsoir, une chose me gêne dans votre commentaire, vous écrivez : « une convention de citoyens mélenchonistes, macronistes et lepénistes travaillent côte à côte ».
                      Dans une véritable « démocratie », les décisions prises par le peuple, après concertation, devraient faire loi. C’est ce que préconise grosso modo Chouard avec le RIC. Sur le principe, rien à redire. Sur la mise en oeuvre, tout est à penser, car il faut prendre en compte le caractère particulier du « mandat électif », et bien sûr, de la nature humaine.
                      A bien réfléchir, nous n’avons pas besoin de partis politiques, ni de cette République bourgeoise et maçonnique, qui, depuis des lustres entache le principe même démocratique, par son fonctionnement clanique et particulièrement élitiste, puisque nous retrouvons les mêmes gugusses se partageant le pouvoir sur des décennies, avec des têtes de partis, toujours les mêmes, oscillant de droite et de gauche, et au centre, dans les deux chambres -parlement  sénat. Avec des chefs de partis qui travaillent activement à leur élection ou ré-élection, sans que nous n’ayons vu à ce jour, une amélioration sensible du sort des Français. Bien au contraire, une descente aux enfers continue, avec l’amorce de plus en plus visible d’une dictature. 

                      L’erreur serait de continuer à penser droite et gauche, il serait plus à même de penser Oligarchie contre Peuple. Les deux seuls camps visibles et irréconciliables actuellement. 
                      D’autre part, dans votre combat, vous utilisez l’outil « climatique », pour un changement sociétal important. Or, « se battre pour le climat », fait partie de l’arsenal 
                      que l’oligarchie, très méthodique, tend à la jeunesse comme une carrotte au bout d’un baton. Et prioriser le climat, comme combat politique, je regrette, mais cela fait partie d’une belle arnaque intellectuelle, car pendant que l’on glose sur le climat, cela fait oublier tout le reste. 


                    • Eric F Eric F 6 décembre 2020 18:42

                      @cleroterion
                      « dans une convention de citoyens, mélechonistes, macronistes et lepenistes travaillent côte à côte »

                      Mais sur un sujet clivant comme le maintien de l’ordre ou l’immigration, ils ne pourront que constater leurs désaccords de fond, il ne pourra pas être établi une « ligne de conduite » générale cohérente -et budgetisable-. Cela pourrait un peu fonctionner à base de compromis de circonstance, avec des changements de pieds et revirement, finalement à la façon des assemblées de la quatrième république.


                    • cleroterion cleroterion 7 décembre 2020 20:26

                      @Nicole Cheverney
                      Je n’utilise pas l’outil « climatique » pour un changement sociétal, j’utilise la convention de citoyens. Il se trouve que cette convention parlait climat mais elle aurait tout aussi bien parler retraite ou santé.


                    • cleroterion cleroterion 8 décembre 2020 11:52

                      @Eric F
                      La démocratie est le meilleur rempart contre la violence. Sauf exception (je pense à la Chine) les sociétés où les droits de l’homme sont bafoués sont les plus violentes


                    • vraidrapo 6 décembre 2020 12:52

                      Assurer l’autonomie financière de la démocratie pour la libérer de l’emprise de l’oligarchie.

                      Il m’étonnerait que, sans Roteuch derrière le rideau, µicron eut pu déclarer : « Quoiqu’il en coûte ! »

                      Qu’en pensez-vous les unz’ et les autres ?


                      • Emin Bernar Emin Bernar 6 décembre 2020 13:52

                        LA CONVENTION CITOYENNE A PROPOSE DE BONNES MESURES SUR LA PUB : malheureusement les medias, l’industrie, le pouvoir s’y opposent ! c’est ça le problème !


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2020 14:06

                          @Emin Bernar

                          ta « convention citoyenne  » tu peux te la carrer où je pense. Les GJ première période ont largement prouvé que les manips ne prenaient plus.


                        • Coriosolite 6 décembre 2020 15:01

                          @Emin Bernar
                          Bonjour,
                          En France le système électoral est le suffrage universel. Je ne vous explique pas en quoi ça consiste, j’imagine que vous le savez.
                          Ca n’empêche pas qu’une assemblée de citoyens, tirés au sort ou choisis selon quelque critère que ce soit -peu importe-, puisse faire des propositions de lois
                          Mais le respect de la démocratie exige que l’adoption ou le rejet de ces propositions soit le fait l’ensemble des citoyens via un référendum.
                          Sinon nous entrons dans un système électoral de type « suffrage capacitaire » qui peut se justifier, mais le souhaitons-nous ?
                          On ne nous a pas posé la question je crois.


                        • cleroterion cleroterion 6 décembre 2020 17:40

                          @Emin Bernar
                          Non, le problème c’est que la France n’est pas une démocratie. Si elle en était une ces mesures s’appliqueraient.
                          Je me souviens du témoignage (sur France Inter) d’un participant travaillant dans la pub qui a voté pour cette mesure et donc contre ses intérêts.


                        • cleroterion cleroterion 6 décembre 2020 18:19

                          @Coriosolite
                          Le tirage au sort est égalitaire et il est moins capacitaire que l’élection ou l’on est censé élire les meilleurs.
                          Il y a la Suisse qui pratique la votation en abondance ce qui fait de ce pays le plus démocratique au monde. Mais je me méfie du référendum car si on en fait toutes les semaines comme en Suisse on risque d’avoir des taux de participation à 10%.


                        • Eric F Eric F 6 décembre 2020 18:34

                          @cleroterion
                          Vous vantez la Suisse sur le fait qu’elle serait le pays le plus démocratique, mais vous vous méfiez du referendum. Or la Suisse ne pratique plus le « tirage au sort » des représentants depuis plus d’un siècle, et pratique -excessivement, en effet- le referendum.

                          A titre expérimental sur cette méthode -sans procéder à un utopique bouleversement constitutionnel-, il pourrait être intéressant d’avoir une sorte de « shadow parliament » de citoyens tiré au sort, et de comparer ses propositions ou votes relativement aux sujets débattus à l’Assemblée.


                        • cleroterion cleroterion 7 décembre 2020 20:33

                          @Eric F
                          Pour ce qui est de la Suisse, je préfère le tirage au sort au référendum, et le référendum à la non-démocratie. La Suisse est donc bien le pays le plus démocratique.


                        • Old Dan Old Dan 6 décembre 2020 14:44

                          A l’auteur : Vous avez raison.

                          Qd la situation l’exige, c’est très souvent la coopération spontanée et l’entraide qui prévalent (Urgence, catastrophes naturelles, squatter, détresse individuelle ou décision commune...)

                          .

                          [ ...sauf incapacité mentale spécifique, ou quand on a trop biberonné son altruisme à CNews, héhé ! ]


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2020 15:10

                            @Old Dan

                            c’est bien ma poule bien planquée au fond du bush . T’as des retours des populations aborigènes ?


                          • HELIOS HELIOS 6 décembre 2020 17:05

                            ... le tiré au sort ne represente « personne » donc ne defend personne si ce n’est ses propres interets et qu’en plus il sait que la periode d’action est courte et non renouvelable.

                            Un elu doit etre « choisi » et representer TOUS les français une fois le choix fait.

                            Cela n’est pas possible actuellement car pour etre elu il faut appartenir a un parti et donc devenir « godillot » a l’assemblée.

                            Le choix d’un representant doit se faire sur ses qualités, donc un systeme de scrution par « scoring » (notations sur diverses competences/qualités significatives) pour les citoyens au moment de l’éléction et que le syteme persiste dans le controle tout au long du mandat de l’indépendance et du respect des engagements.


                            • Eric F Eric F 6 décembre 2020 18:23

                              @HELIOS
                              Pour désigner des représentants, le « scoring » que vous évoquez est une méthode très complexe, idéale dans le principe, mais qui me semble irréaliste dans la mise en oeuvre. Mais je suis d’accord sur l’idée qu’un représentant doit être choisi sur critères, plutôt que tiré au sort.

                              Le tirage au sort pour créer un groupe chargé d’établir des propositions peut se justifier, mais il ne faut pas se faire d’illusion, dans un tel groupe il y aura des leaders qui s’établiront, et influenceront l’ensemble du groupe. Ainsi dans le groupe chargé de propositions pour le climat, des écologistes convaincus arrivent avec leur argumentaire et leur force de conviction. En outre, dès lors qu’il n’y a pas de notions de financement à assurer, la tendance sera de faire du maximalisme afin de « justifier » l’existence du groupe, tout comme dans le cas de commissions désignées.


                            • HELIOS HELIOS 6 décembre 2020 19:11

                              @Eric F
                              ... vous voyez, il y a bien ce problème ainsi que d’autres moins evidents mais qui existent.


                            • Khermimoun 6 décembre 2020 20:53

                              « Jean-Jacques Rousseau a raison. L’homme nait bon, c’est la société qui le corrompt ».
                              Oui, mille fois d’accord ! Il y a du bon en chaque être humain, et c’est cette bonté naturelle qui nous permettra d’envisager l’avenir avec optimisme et de construire des chose ensemble.


                              • beo111 beo111 7 décembre 2020 07:44

                                Ça ne sert strictement à rien de tirer au sort des députés. Cela ne fait que déplacer le problème de la corruption des élus vers celui, encore plus aléatoire, de celle des conseillers et autres assistants parlementaires.


                                • beo111 beo111 8 décembre 2020 10:25

                                  @auteur

                                  Merci de m’avoir fait suivre la documentation sur le parallèle entre tirage au sort et élection.

                                  Mais à mon avis il n’est plus temps de réciter sa leçon. Certaines affirmations de Chouard ne tiennent pas la route. Par exemple lorsqu’il dit qu’au niveau de la responsabilisation le TAS est mieux alors que c’est l’inverse qui est vrai.

                                  Le tiré au sort, il n’a rien demandé, donc il est par nature irresponsable.

                                  Le seul cas où il peut être tenu comme responsable par son entourage c’est lorsque son entourage l’a conseillé pour prendre une décision. Et force est de constater que je suis le seul à explorer cette problématique précise.


                                • cleroterion cleroterion 9 décembre 2020 08:13

                                  @beo111


                                • fcpgismo fcpgismo 7 décembre 2020 17:14

                                  Dans la bonne direction, à part les trolls et les alcooliques il est salué cet article.


                                  • babelouest babelouest 9 décembre 2020 02:44

                                    A partir de constatations assez proches, nous ne donnons pas les mêmes solutions, et c’est normal.

                                    https://ti1ca.com/s7wljial-2020-09-28-2020-09-28.pdf.html

                                    L’important est là : seule la base est légitime. D’où, le plus possible, le recours au RIC. A choix multiple, si nécessaire, et préparé par un comité de citoyens.


                                    • cleroterion cleroterion 9 décembre 2020 08:06

                                      @babelouest
                                      Bonjour j’ai parcouru très très brièvement votre lien. Je pense que vous devriez présenter un organigramme de votre projet afin qu’on puisse le saisir en un coup d’œil. Je pense qu’il faut d’abord faire puis bâtir la constitution autour. Si vous le faites tenez moi au courant car je serai très intéressé d’en débattre avec vous


                                    • babelouest babelouest 9 décembre 2020 08:23

                                      @cleroterion un organigramme ? je peux essayer. Quant à la Constitution j’y ai passé dix ans. J’ai pesé chaque mot, et la place de ce mot dans l’optique de mes idées, qui peuvent différer beaucoup de celles d’un autre. Ce texte en tout cas peut être un canevas de départ.


                                    • cleroterion cleroterion 9 décembre 2020 08:28

                                      @babelouest
                                      Je vous écris ce soir. Le travail m’appelle 


                                    • cleroterion cleroterion 9 décembre 2020 20:53

                                      @babelouest
                                      J’ai lu avec intérêt votre projet de constitution qui propose une démocratie « modérée » un peu en deçà de mes attentes dans la mesure ou on conserve une assemblée élue. Je trouve bizarre l’idée du seuil de 25 % pour valider l’élection d’un député car s’il y a bcp de candidats il est normal que les voix soient dispersées et rien ne dit que d’autre candidats obtiendraient un meilleur score.
                                      Je trouve intéressante l’idée du référendum à choix multiple mais vous devriez préciser qui propose les différentes options ; est-ce les partis politiques présents à l’Assemblée ? Dans mon précédent article, j’évoquais l’idée de l’égalité politique des groupes à l’Assemblée Nationale, ce qui implique une assemblée tirée au sort pour le vote des lois avec un choix multiple https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/reforme-de-nos-institutions-219021


                                    • babelouest babelouest 10 décembre 2020 05:50

                                      @cleroterion si on lit bien mon texte, les partis politiques sont exclus. Les députés sont choisis par les électeurs individuellement en fonction de leur programme (pas quelque chose de rigide, mais des limites à ne pas dépasser). A eux ensuite de créer des lois discutées par toutes les tendances, mais où il n’y a pas de « discipline de vote », juste la fidélité à la profession de foi.
                                      .
                                      J’ai déjà démontré que j’étais contre le tirage au sort. Il a plus d’inconvénients que d’avantages, dans la mesure où enfin le député se donne un cadre à ne pas dépasser. Fini, le Tout vote impératif est nul, et si le député enfreint la règle qu’il s’est lui-même imposée, il sait que c’est l’exclusion qui le guette. Il faut se faire à l’idée qu’à l’Assemblée il n’y a que des députés, pas des groupes. Le champ est bien plus ouvert.
                                      .
                                      Naturellement, et j’y insiste, les lobbyistes n’ont pas accès au Palais Bourbon, et peuvent même être arrêtés pour tentative de corruption, d’intimidation : eux, et leurs donneurs d’ordres. On appelle cela l’assainissement du marais.
                                      .
                                      Quant à un organigramme, j’ai commencé à y travailler, mais cela demande beaucoup de réflexion.


                                    • cleroterion cleroterion 10 décembre 2020 08:19

                                      @babelouest


                                    • babelouest babelouest 10 décembre 2020 09:34

                                      @cleroterion
                                      voilà un premier jet d’organigramme, assez différent du vôtre...
                                      https://ti1ca.com/zhttz8zg-organigramme-perso-organigramme-perso.jpg.html


                                    • cleroterion cleroterion 10 décembre 2020 12:01

                                      @babelouest 
                                      Je ne comprends pas ce que sont les groupes politiques indépendants dont vous parlez. On retombe dans les travers de l’élection qui favorise les riches. Car si je suis ouvrier et que j’ai besoin de 10000 € de ma campagne électorale d’où me viendra l’argent. Comment peut-on empêcher les riches de sponsoriser les candidats ? 
                                      Ou alors il faut penser à l’égalité politique non seulement après l’élection mais aussi avant avec une campagne uniquement sur internet avec égalité de moyens pour tous les candidats...


                                    • babelouest babelouest 10 décembre 2020 12:30

                                      @cleroterion très bonne idée, votre proposition de campagne uniquement sur Internet, mais la plupart des plus anciens ne s’en servent pas...
                                      .
                                      ... ce qui oblige à une grosse implication personnelle des amis des candidats pour se déplacer chez les habitants, ce qui est la meilleure façon d’expliquer, mais qui demande d’être jeune (je me souviens trop bien de la campagne de 2012 où je ne pouvais plus suivre).


                                    • babelouest babelouest 10 décembre 2020 16:18

                                      @cleroterion
                                      "Je ne comprends pas ce que sont les groupes politiques indépendants dont vous parlez. On retombe dans les travers de l’élection qui favorise les riches."
                                      .
                                      Ce ne sont que des groupes de réflexion, qui n’ont pas le droit de présenter des candidats. Cela découle directement de la liberté d’expression, et du droit à s’associer, mais cela ne va pas plus loin !


                                    • cleroterion cleroterion 10 décembre 2020 20:57

                                      @babelouest
                                      Pour l’organigramme je ne pense pas que ce soit une bonne chose que le président soit élu par les maires car ça comme pour le Sénat. Il n’y aura que des présidents conservateur qui seront élus.


                                    • cleroterion cleroterion 10 décembre 2020 23:29

                                      @babelouest
                                      Pourquoi je suis si favorable au tirage au sort et à la redéfinition du rôle du chef de l’État. Prenons le cas de Giscard, il est présenté comme quelqu’un de très intelligent et brillant et pourtant ses choix politiques au niveau monétaire et européen ont des répercutions néfastes jusqu’à aujourd’hui. Le président doit être celui qui représente la France à l’étranger, son porte-parole, son ambassadeur. Il ne doit en aucun cas s’occuper de politique intérieur, il doit être le ciment de la nation.
                                      Je ne pense pas que des citoyens auraient renoncés à souveraineté monétaire comme nous l’avons fait avec l’Euro. C’est une trahison de nos dirigeants.
                                      La conférence de citoyen montre qu’il n’est pas nécessaire d’être compétent ou intelligent pour faire de la politique, malgré la propagande incessante qui dit le contraire. Il faut des hommes libres, hors partis. Je recommande à tous ceux qui ont des doutes de commander sur internet l’ouvrage de Jacques Testard « l’humanitude au pouvoir » ou il expose de manière brillante tout le bénéfice que l’on peut tirer des conférences de citoyens. Il en arrive à la conclusion que ces conférences sont des alternatives crédibles aux référendums et aux assemblées élues.


                                    • babelouest babelouest 11 décembre 2020 06:18

                                      @cleroterion concernant le tirage au sort, il y a 4 ans j’en avais parlé.
                                      http://babalouest.eklablog.com/le-tirage-au-sort-est-il-la-panacee-ou-une-fausse-bonne-idee-voire-une-a155670822
                                      Oui, le président n’est, au niveau intérieur, qu’un arbitre, et rien de plus. En revanche, oui, il doit être à l’extérieur le représentant ; encore que ce rôle soit de préférence joué par le ministre des affaires étrangères (celui qui, actuellement et de fait, n’existe pas puisque tout se décide à Bruxelles.)
                                      Bien entendu, qui dit politique intérieure, monétaire et extérieure implique à coup sûr que la France ait claqué la porte de l’union européenne, selon la DÉCISION des citoyens le 29 mai 2005. C’est d’ailleurs là-dessus que je suis frontalement contre la position de l’UPR, bêtement légaliste au point d’être dans l’illégitimité totale.
                                      http://ennemieurope.eklablog.com/pseudo-union-europeenne-rappel-des-faits-a195299096
                                      Heureusement des amis ont bâti une vision cohérente de cette sortie de l’union (qui ne vaut guère plus que celle des États Désunis d’Amérique du Nord.
                                      https://pardem.org/programme/intitule-des-10-parties-du-programme


                                    • babelouest babelouest 11 décembre 2020 06:39

                                      @cleroterion si, comme je le vois, le président n’est qu’un arbitre, qu’il soit conservateur ne me gêne pas. Dans ma vision il n’y a d’ailleurs plus ni Sénat, ni conseil d’État, ni RÉGIONS. C’est d’ailleurs pour cette raison conservatrice qu’il est élu pour 9 ans non renouvelables.
                                      .
                                      Partant de ces considérations différentes, mon organigramme est bien moins lourd. En revanche il fait appel souvent à des référendums à choix parfois multiples, il faudra donc au niveau des départements des structures permanentes chargées, en concertation avec les autres pour éviter de trop grandes incohérences, de mettre en place physiquement ces consultations. Ainsi les porte-paroles du gouvernement remplaçant dans chaque département les préfets seront déchargés de ce soin : cela évitera un trop grand jacobinisme. Là-dessus, je pense qu’il sera nécessaire de préciser qui fait quoi, et comment, j’ai seulement donné l’idée.
                                      .
                                      Pour le contenu des référendums, en particulier ceux à Initiative Citoyenne, ce seront les Cercles Citoyens qui en préciseront le contenu, avec là encore une concertation inter-cercles pour que la rédaction finale des questions soit identique. Ces cercles seront en revanche très utiles pour permettre des référendums locaux répondant à des préoccupations locales, plutôt que de devoir toujours attendre les initiatives de la forteresse de la Place Beauvau, devenue beaucoup moins prégnante.


                                    • babelouest babelouest 9 décembre 2020 03:32

                                      @Cleroterion

                                      La seule vraie démocratie, dans sa définition même, c’est l’anarchie égalitaire. C’est au point que Élisée Reclus n’hésitait pas à affirmer : « L’Anarchie est la plus haute expression de l’Ordre ». Entendons-nous bien : l’anarchie est simplement l’absence de gens au-dessus et au-dessous. Tous égaux ET tous différents.

                                      https://ti1ca.com/t8oqg46m-Anarchie-A5-2018-08-Anarchie-A5-2018-08.pdf.html

                                      Et justement NON, je ne suis pas libertaire, car les libertés sans entraves conduisent à la dictature.


                                      • babelouest babelouest 10 décembre 2020 05:25

                                        "......chose amusante, ce mini référendum local pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes où les électeurs ont voté oui mais où le pouvoir a retenu le non....."

                                        .

                                        Pour avoir suivi la chose de très près, je peux assurer que c’est inexact. L’État avait le choix entre faire voter les seules personnes directement concernées (habitants du sud de Nantes et des communes de Notre Dame des Landes et environs), ou poser la question aux deux régions concernées par le trafic de l’aéroport (Pays de Loire et Bretagne, plus les Deux-Sèvres qui sont à moins de 100 Km) ; en fait a été choisie la plus aberrante solution, la Loire-Atlantique seule.

                                        .

                                        Sachant que le nord du département était fort peu concerné par le mouvement des avions, et a voté pour le transfert, alors que à la fois ceux des alentours de l’aéroport actuel, et ceux qui auraient subi ce transfert ont dit non, on voit bien que ce choix de la Loire-Atlantique n’était que politique, et aberrant. Pour une fois, à Paris ils ne s’y sont pas trompés, et ont jeté l’éponge.

                                        Pour ce scrutin-là, j’étais assesseur. Mes amis et moi connaissions le dossier en détail, aidés par les scientifiques, les pilotes habitués à cet aéroport, des élus qui connaissaient bien les aspects financiers. Les différents volets sont publics, on peut les retrouver sur le net.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité