• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > François Bayrou et l’homoparentalité

François Bayrou et l’homoparentalité

Ce sera peut-être le grand débat des élections en cette année 2007, certains souhaitent que les couples de personnes homosexuelles puissent adopter, d’autres ne le souhaitent pas et François Bayrou fait le grand écart : pour lui c’est oui et non. Il s’installe ainsi dans cette place qu’il affectionne tant : l’entre-deux chaises...

Est-il vraiment possible de soutenir une telle position quand il s’agit d’un sujet aussi important que l’intérêt des enfants ? Souvent, pour des raisons sentimentales, beaucoup sont assez favorables à une forme d’union apparentée au mariage, mais sont en revanche fermement opposés à toute forme d’adoption ou de filiation. Une position comme celle de François Bayrou laisse donc parfaitement planer le doute sur ses convictions et réflexions sur la question.

Monsieur Bayrou déclare être favorable à une « union civile, conclue à la mairie, ouverte aux homosexuels, comportant des droits équivalents à ceux ouverts par le mariage ». Il serait intéressant de connaître la pensée exacte de Bayrou sur ces « droits équivalents », si j’en crois le dictionnaire cela signifie des droits qui soient de même valeur qualitative. Autant dire que cette union aurait bel et bien le goût et la couleur du mariage.

Que Bayrou le nomme ainsi et qu’on en finisse de son numéro de funambulisme politique.

C’est donc sans réelle surprise qu’il se déclare dans la foulée en faveur de l’adoption simple. Car selon lui, «  l’adoption, c’est la filiation, et ce serait donc accepter qu’un enfant ait deux pères, ou deux mères, ce qui pose un problème », et dans un même temps il reconnaît qu’il faut bien « créer un lien de reconnaissance de la compagne ou du compagnon qui partage la vie de l’enfant, participe à l’élever ». Il faut avouer que la construction intellectuelle de cette idée est assez surprenante, c’est pourquoi si je possédais une chèvre et un chou dans mon appartement, je solliciterais en priorité Monsieur Bayrou pour ses conseils avisés.

J’essaie d’imaginer les conséquences d’une telle loi si elle venait à être votée en septembre 2007... Ainsi, ce qui serait légal pour des couples de personnes de même sexe le serait aussi pour les personnes seules souhaitant choisir l’adoption simple, ne risquerait-on pas dans ces conditions de se trouver particulier toujours plus complexe à gérer ? Une grand-mère pourrait ainsi adopter ses propres petits-enfants, devenant à la fois grand-mère et mère par intérim puisque sans filiation possible. A la mort de l’adoptant, l’adopté devenu adulte n’ayant pas accès à la filiation ne serait donc plus l’enfant de... personne ? Face à de tels cas, ces personnes demanderaient aussitôt, et ce serait bien naturel, qu’on leur accorde le droit à l’adoption plénière, voilà pourquoi la position de Monsieur Bayrou n’est tout simplement pas réaliste.

Et lorsque j’entends Monsieur Bayrou nous dire à propos des difficultés dans les banlieues que « le tissu de notre société est en train de se défaire » et que «  un très grand nombre de familles se trouvent sans repères face à l’éducation de leurs enfants », je crois que la coupe est pleine. Je ne comprends décidément pas ce que veut nous dire ce troisième homme ! Monsieur Bayrou, ce sujet est sérieux, je crois qu’il serait bien temps que vous choisissiez entre la chèvre et le chou.


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (198 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • domdom (---.---.182.41) 7 février 2007 14:21

    Bayrou a raison de ne pas avoir d’idée arrétée sur ce sujet, pour deux raisons :

    - ce sujet est bien loin d etre une priorité nationale, il n’y a donc pas de « position » à avoir dans l’immédiat, cela viendra en son temps.

    - cet espèce de pseudo lobyying commence à être pénible, et cette manie communautariste de se réunir pour faire pression finira par se retourner contre les homosexuels, car elle laisse planer une impression de constant chantage.

    Après tout, l’homosexualité n’est pas interdite en france.


    • Pedro (---.---.0.183) 7 février 2007 14:34

      Je suis d’accord avec Raphaël. Son analyse me semble pertinente. Il est de bon ton aujourd’hui de céder aux revendications des associations gay. Mais la grandeur d’un homme politique est de servir avant tout le bien commun. Aidons les hommes et femmes politiques à avoir le courage de dire non à l’homoparentalité.


      • Jonathan Loriaux (---.---.212.114) 7 février 2007 14:53

        Pedro > Parfois, le courage, c’est d’oser dire que l’on a pas d’avis ou que l’on est pas certain de celui-ci !


        • fullwood fullwood 7 février 2007 21:37

          Je suis bien de votre avis Johnattan. Il est des sujets complexes, qui nous dépassent, et sur lesquels nous n’avons pas forcément d’opinions arrêtées. Des sujets pour lesquels, lorsqu’on pèse le pour et le contre, on se dit « mince, tout cela est bien équilibré... »

          Le doute est source de progrès, d’ouverture, il est le signe qu’on ne réagit pas forcément viscéralement ou de manière partisane, il est enfin l’affirmation de son humanité qui par définition ne sait pas tout.

          Je ne suis pas forcément « Bayroutiste », je peux dire néanmoins qu’un candidat qui se pose des questions m’inspire bien d’avantage de confiance qu’un candidat qui affirme et assène en permanence ses vérités sans une once de doute, quitte a affirmer aujourd’hui le contraire de ce qu’on affirmait hier et avec la même force et le même aplomb.

          Notez que les conflits et guerres ont toujours pour origine des personnes ou états qui ne doutent pas de la supériorité de leurs affirmations et croyances, chacun sur de son fait, et persuadé que l’autre a tort. Voyez Bush, persuadé qu’il incarne le bien et définissant un axe du mal.

          Un homme ayant l’humilité de reconnaître qu’il ne sait pas tout et qu’il n’est pas le Messy et que sur certains points il se pose encore des questions c’est assez rare en politique, surtout à quelques mois de l’élection présidentiel.


        • Boisgris (---.---.25.174) 8 février 2007 10:17

          Je suis d’accord que l’on ne peut pas avoir d’avis sur tout en politique. Certains sujets, notamment économiques, nécessitent plus de connaissances que nous en avons tous.

          Mais, en revanche, je ne vois pas comment je pourrais être dépassé par lé débat dont parle Raphaël. Les choses sont simples : nous devons avant tout penser à l’enfant. Or, à mon sens, l’équilibre d’un enfant passe par le modèle d’un père et d’une mère.

          Sur ces débats, j’ai la nette impression que les politiques sont pressés par les lobbies. Ségolène Royal était contre le mariage et l’adoption homosexuelle et elle change d’un coup d’avis, Gaylib à l’UMP est un réel lobby dans le parti... Il me paraît bien dommage de voir un débat si grave réduit à une bataille électoraliste.


        • Boisgris (---.---.25.174) 8 février 2007 10:22

          Je trouve scandaleux que l’on traite d’homophobes certaines personnes sous le simple prétexte qu’ils sont contre l’adoption par des couples homos ! C’est ça le vrai fascisme : ne pas accepter une opinion différente !


        • (---.---.218.170) 7 février 2007 14:58

          François Bayrou s’explique longuement et pédagogiquement ici : visiblement il balance entre les deux et il a beaucoup hésité... la vidéo dure 21 min il répond à beaucoup de questions sur la question homosexuel : http://www.dailymotion.com/video/xkscd_politicshow-2-913-f-bayrou


          • Voltaire Voltaire 7 février 2007 15:49

            C’est un sujet très difficile à aborder pour un responsable politique.

            D’un côté, il y a la réalité des choses : il existe de nombreux parents homosexuels, toutes les études montrent que les enfants ne se portent pas plus mal qu’ils soient élevés par des couples homo- ou hétérosexuels, et enfin le système actuel est hypocrite puisqu’il permet à des personnes seules d’adopter, mais pas à des couples homosexuels, obligeants ceux-ci à se faire passer pour personnes seules, ce qui prive l’un des membres du couple de droits.

            De l’autre, il existe une forte réticence de la majorité de la population envers l’adoption par des couples homosexuels, et aussi une vision personnelle de certains responsables de ce qu’est pour eux la famille.

            Sur un sujet de société qui est largement du ressort personnel, la position du politique, et celle généralement prônée par François Bayrou, est de laisser la liberté aux individus : c’est ainsi que, catholique convaincu, il est aussi arde,t défenseur de la laïcité par exemple.

            Sauf que, sur ce sujet, l’Etat doit réglementer. Il doit définir un cadre pour l’adoption, qui soit d’abord dans l’intérêt de l’enfant.

            La proposition de François Bayrou est à mon avis la moins mauvaise actuellement : elle permet aux couples homosexuels d’adopter, en reconnaissant que ces couples peuvent élever des enfants aussi bien que des couples hétérosexuels (et sans doute mieux que des parents isolés), et évite ce système hypocrite en donnat de fait un droit aux deux membres du couple.

            Bayrou propose cependant de limitaer cette adoption à l’adoption simple.

            L’adoption simple a pour conséquence de donner à l’adopté des droits et des devoirs équivalents à ceux d’un enfant légitime. Ainsi par exemple, le nom des parents adoptifs s’ajoute au nom d’origine de l’enfant ou le remplace. Pour le parents adoptifs, l’autorité parentale leur est exclusivement et intégralement dévolue, sans pour autant que les liens de l’enfant avec la famille d’origine ne soient pas rompus, ainsi, l’adopté conserve ses droits d’héritier dans sa famille d’origine.

            Dans son esprit, François Bayrou tente de limiter le problème lié à la perception du statut de parent par rapport à l’enfant : puisqu’un couple homosexuel ne peut concevoir cet enfant (mais il peut l’adopter et l’élever), il pense que l’adoption plénière (qui revient à oblitérer l’existence des parents biologiques pour l’enfant, puisque ceux-ci n’existent plus au regard de la loi et sont remplacés par les parents adoptants) risque de poser un problème de cohérence pour l’enfant.

            A titre personnel (et ayant moi-même fait une démarche d’adoption), je pense qu’il a tort, car le temps est révolu où on cachait aux enfants leur statut d’adopté, et nombre de parents adoptifs aident leurs enfants à retrouver leurs racines, ce qui est souvent utile pour leur équilibre. Mais je reconnais que la décision est compliquée.

            La meilleure solution pourrait être de recommander l’adoption simple aux couples homosexuels, sans interdire l’adoption plenière, car elle a un sens (il ne s’agit pas d’une adoption au rabais : tout est identique pour parents et enfants sauf que l’enfant conserve un lien de filiation avec ses parents biologiques). Mais il faudrait en réalité discuter de ces diverses possibilités avec les premiers concernés : les personnes adoptées. Ce sujet mérite un débat dépassionné, avec une étude sociologique approffondie pour connaitre la meilleure solution pour les enfants.

            Dans ce cadre, la proposition de François Bayrou me semble un bon compromis intermédiaire, en attendant d’en savoir plus sur le souhait des enfants une fois ceux-ci plus grands, et non, comme le dit l’auteur, une solution molle mi chèvre mi choux.

            Je trouve ainsi domage que l’auteur prenne ce prétexte et ce thème pour critiquer le projet politique de François Bayrou : ce thème n’est pas un sujet politique, et je conseille à l’auteur d’en discuter au préalable avec des parents adoptants et enfants adoptés plutôt que de se focaliser sur l’aspect uniquement juridique de la chose.


            • pierrot (---.---.141.25) 8 février 2007 00:07

              @ Voltaire

              Bien vu !

              Sauf que, sur ce sujet, l’Etat doit réglementer. Il doit définir un cadre pour l’adoption, qui soit d’abord dans l’intérêt de l’enfant.

              C’est le seul problème réel ans ce cas de figure.

              Quand au au reste, quel crédit pourrait on donner à un politique qui se préocuppe, non pas du bien de tous, mais de préférences existentielles de certains. La préférence sexuelle est un choix individuel et n’a rien à voir avec la gouvernance d’un état, ou alors, je demande le pacs pour mes compagnons buveurs de bières !

              Je suis même scandalisé que l’on pose ce genre de question à un homme politique, encore plus qu’il y réponde.

              J’attends fermement l’homme politique qui ne fera pas miaou pour avoir des voix.


            • pierrot (---.---.141.25) 8 février 2007 00:13

              @ Voltaire

              j’oubliais, concernant l’adoption : qu’ils aillent se faire foutre et qu’ils assument leur état.

              Adoption, pis quoi encore ? S’ils veulent des enfants, ils commencent par fonder une famille, condition sine qua non d’un être en devenir équilibré, et qu’ils oublient un peu leurs préférences égoïstes.

              Bordel !


            • pierrot (---.---.141.25) 8 février 2007 00:18

              @ Voltaire

              Mais il faudrait en réalité discuter de ces diverses possibilités avec les premiers concernés : les personnes adoptées.

              Je veux oui ! Cependant, adoptés, avortés, ou placés,...ils n’ont certes jamais eu l’occasion de s’exprimer au moment juste.

              Faut arrêter les théories à la « hurf ». Ou alors comme la pilules, on attends 30 ans ? Histoire de voir ce que cela donne.


            • pierrot (---.---.141.25) 8 février 2007 00:20

              Toujours @ Voltaire

              Je trouve ainsi domage que l’auteur prenne ce prétexte et ce thème pour critiquer le projet politique de François Bayrou : ce thème n’est pas un sujet politique,...

              Il était temps de le saisir.


            • elena (---.---.98.59) 8 février 2007 10:29

              "j’oubliais, concernant l’adoption : qu’ils aillent se faire foutre et qu’ils assument leur état.

              Adoption, pis quoi encore ? S’ils veulent des enfants, ils commencent par fonder une famille, condition sine qua non d’un être en devenir équilibré, et qu’ils oublient un peu leurs préférences égoïstes.

              Bordel ! "

              >>>>>>>>> 1) restez poli

              2)C’est quoi une famille en 2007 ? Quel jugement péremptoire ! Lisez les études : seules celles commanditées par les religieux concluent à un déséquilibre des enfants ayant des parents homos

              3)Si nous sommes égoïstes, vous vous êtes obscurantistes et bien-pensants (sous couvert de vulgarité admise sur ces sujets) : assumez donc votre état vous aussi !


            • thierry (---.---.103.214) 7 février 2007 16:03

              aux donneurs de lecons précédent. homo j’ai la garde mon fils et vit avec un garcon qui a trois enfants en garde alternee. Existons nous ??? nous somme sdes dizaines de milliers dan sle meme cas


              • jb92 (---.---.97.80) 7 février 2007 18:46

                Vous êtes donc père et votre ami trois fois père. Vous faites sans doute parti des homos « chanceux », qui assument une orientation sexuelle qui empèche la paternité amoureuse tout en ayant la possibilité de vivre cette paternité qui, je vous le souhaites, a été le fruit d’un amour ancien. Convenez cependant que dans votre situation, on est loin d’un cas d’adoption et que la relation que vous entretenez avec votre fils ne pourrait s’apparenter à une relation avec un enfant adopté.


              • Senatus populusque (Courouve) Courouve 8 février 2007 00:20

                Ne seriez-vous pas bis, plutôt qu’homos ?


              • pierrot (---.---.141.25) 8 février 2007 00:22

                Existons nous ?

                C’est quoi cette question ?

                Evidemment que tu existes ! Tu viens de poster sur agora.

                Quel est le probblème ?


              • karine (---.---.103.214) 7 février 2007 16:10

                Je ne comprends pas l’homophobie rempante que laisse imaginer certains propos. Sommes nous plus arriérés ou faschos que les Belges, Hollandais, Espagnols ou Anglais qui ont non seulement un mariage gay , des adoptions etc.. c’est clair que l’espagne a 10 ans d’avance, alors que nous avons à vous lire des idées bien ancrées. Le pen a de beaux jours avec vous


                • (---.---.249.217) 8 février 2007 01:30

                  « Sommes nous plus arriérés ou faschos que les Belges, Hollandais, Espagnols ou Anglais » ... On est peut-être (un peu) moins dégénérés du côté du sens des valeurs.


                • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 7 février 2007 17:22

                  Il y a pas si longtemps que cela, un homme et une femme ne pouvaient pas avoir de relation sexuelle en dehors du mariage, sinon c’était mal vu (et c’est encore le cas dans beaucoup de pays) enplus le mariage était un pacte permettant de cimenter une future famille à venir.
                  - On peut résumer cela par : mariage = procréation.

                  De nos jours, du moins en France, le mariage n’est plus obligatoire pour avoir des enfants, la seule différence qu’à un couple marié avec enfants et un non marié avec enfants, c’est différents droits et avantages pour les premiers, et c’est ce que recherche les homosexuels.
                  - On peut résumer cela par : mariage = moins payer d’impôts.

                  Donc le PACS (ou équivalent) remplit ce travail, tout en ménageant les personnes qui considèrent que le mariage ne doit être que pour les personnes de sexes différents.

                  Après il y aura toujours des personnes qui en voudront toujours plus.


                  • Pierrette (---.---.214.69) 7 février 2007 17:29

                    Quel gachis de vouloir d’utiliser l’homoparentalité comme argument electoral ! C’est domage, il s’agit d’un débat de societé .. qui pourrait même faire l’objet d’un réferendum ..une fois la chose bien expliquée ... ce n’est pas une une histoire de gauche de droite ou du centre !

                    Personnelement je suis né homme devenue femme, j’ai un fils. Doit on me déchoir des mes droits parentaux dans la situation actuelle ???


                    • boubou (---.---.193.107) 7 février 2007 17:41

                      je suis complètement d’accord avec toi.... le droits des personnes homosexuelles ne doivent pas être un argument politique, c’est bien au-delà ! Il est évidement, que cela serait deguelasse , si on te retirait tes droits de parent. A quand, une vraie position sur les personnes transsexuelles ???


                    • Toreador (---.---.178.54) 7 février 2007 17:46

                      François Bayrou, une posture, des impostures. Et dire que c’est censé être là l’héritier du Centre démocrate-chrétien...

                      Toreador


                      • Grouik (---.---.72.24) 7 février 2007 18:04

                        Toréador, ton QI n’est pas en or, Toréador, Toréador.

                        (désolé)


                      • marvel (---.---.116.145) 7 février 2007 18:17

                        L’article est intéressant. En fait la proposition sur l’adoption simple ne me semble pas la bonne alors que la piste de délégation de l’autorité parental par le parent est plus juste. Sinon, en poussant au bout la proposition d’adoption simple par d’autres adultes, il pourrait y avoir adoption simple par 3 ou 4 adultes ou plus et pas forcément seulement 2. On est dans la même logique. Pourquoi reconnaitre et soutenir l’homosexualité et pas la polygamie ? (Et ceux qui ne sont pas d’accord seront sans doute condamnés pour polygamophobie dans 10 ans). L’adoption simple par plusieurs hommes ou plusieurs femmes va dans ce sens et aboutit à des absurdités et à la négation de la paternité et la maternité, dans ce qui lui est propre dans notre culture. Il ne faut donc pas accorder l’adoption même simple à un tiers, mais il faut travailler au partage de l’autorité parental par le ou les parents (parents biologiques,couple homme-femme en adoption plénière ou le parent qui obtenu l’adoption simple et qui est le seul vrai parent de cet enfant adopté). Bref il faut protéger l’enfant qui se trouve dans une telle situation, mais il ne faut pas s’en servir pour chercher à modifier ce qu’est le mariage et la parentalité.


                        • armur tache (---.---.1.42) 7 février 2007 18:34

                          Assurer de vrais droits de garde des enfants, avec une justice equitable, pour les peres biologiques separes de la mere serait deja une belle oeuvre avant de s’attaquer au sort des minorites. Mais c’est moins vendeur et les lobbies veillent.


                          • Charles Pa. (---.---.185.77) 7 février 2007 18:44

                            Je suis en accord avec les propositions de François Bayrou concernant l’homoparentalité. Les mesures qu’il avance s’adaptent raisonnablement avec l’évolution de notre société en respectant au mieux les uns et les autres. Cependant je suis de ceux qui pensent que l’environnement idéal pour un enfant (ou frères et sœurs) reste la cellule familiale composée d’une maman et d’un papa.

                            François BAYROU est un « amoureux » de la famille, lieu des valeurs fondatrices. Le mariage, dit-il, c’est l’union d’un homme et d’une femme, l’altérité sexuelle étant source de vie et d’équilibre.

                            http://www.bayrou.fr/propositions/famille.html

                            Pour mémoire, droits et devoirs : Les époux se doivent mutuellement fidélité, secours et assistance, ils sont égaux en droit, ils sont soumis à l’obligation d’une communauté de vie, ils contribuent aux charges du mariage à proportion de leurs facultés respectives, ils assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille et pourvoient à l’éducation des enfants afin de préparer leur avenir, adoption autorisée après deux ans de mariage, etc.

                            Les propositions de François Bayrou concernant l’homoparentalité, mises en ligne le 17 janvier 20007 sur son site de campagne, ont déjà fait l’objet de 120 commentaires, et ont été lues 11.323 fois. Ce qui prouve l’intérêt que suscite ce sujet dans notre société moderne. http://www.bayrou.fr/propositions/homoparentalite.html

                            Actuellement 300.000 enfants sont élevés par des couples homosexuels. François Bayrou : « Je propose l’union civile, je défends l’adoption simple, je plaide pour le respect réciproque. » François Bayrou propose une union civile, conclue à la mairie, comportant des droits et des devoirs équivalents à ceux ouverts par le mariage. Il n’y aucune ambiguïté dans ses propos. Pour les droits et devoirs, voir plus haut. (restriction cependant au niveau de l’adoption) François Bayrou est favorable à l’adoption simple qui crée un lien d’éducation, de succession, et qui apporte une solution concrète et non idéologique. Cette possibilité d’adoption est déjà ouverte aux célibataires. François Bayrou propose également une réforme de l’autorité parentale qui permette, avec l’accord des parents biologiques, un partage de l’autorité parentale avec un tiers.

                            En conclusion, la démarche de François Bayrou concernant l’homoparentalité est on ne peut plus claire. François Bayrou est un homme ouvert, tolérant, ses propositions en général sont pleine de bon sens, il aura mon bulletin dans l’urne.


                            • Yvance77 (---.---.234.111) 7 février 2007 19:37

                              J’ai regardé Sarko mardi dernier, et le seul point sur lequel je suis à 100 % d’accord avec lui, c’est sur cette question qui touche une minorité de nos concitoyens. Le reste il peut ne pas se présenter, cela me fera des vacances bref passons ...

                              Tout comme lui, je pense et ressens, qu’un homme, une femme, des enfants ... c’est la triologie parfaite et sacralisée du symbôle de la famille. Le mariage est un ciment de plus mais des batisses furent construites et ont tenues sans pour autant.

                              Il n’en reste pas moins que la valeur fondamentale est là, les études montrent que certes ... pour se rendre compte 20 plus tard qu’elles ne génèrent plus autant de bien, qu’elles étaient supposées le faire.

                              Pour un gamin, l’assise parternelle et maternelle est, à n’en pas douter une boussole, sur laquelle il se reposera. Peut il le faire differemment, je me pose la question ... surtout quand il devra affonter à l’école les moqueries et railleries de ses camarades, et je vois bien les ravages qui en découleront.

                              Ce sont de petits idiots pensez vous, que l’on doit éduquer aussi, leurs apprendre la tolérance, oui pourquoi pas... mais ce sont des enfants avec leurs regards sur le monde des adultes et il y a une part de vérité dans ces miroirs de vie.

                              A peluche


                              • elena (---.---.98.59) 8 février 2007 10:41

                                « je me pose la question ... surtout quand il devra affonter à l’école les moqueries et railleries de ses camarades, et je vois bien les ravages qui en découleront. »

                                >>>>>> DIRE CELA, C’EST LEGITIMER LA DISCRIMINATION ENVERS LES HOMOS ou LES PERSONNES N’APPARTENANT PAR A LA SOIT-DISANT « norme », C’EST L’AUTORISER, LA JUSTIFIER... Et c’est refuser d’éduquer réellement les enfants, c’est refuser de leur apprendre la différence et le respect.


                              • (---.---.98.59) 8 février 2007 12:29

                                Parceque les enfants sont cruels entre eux il faudrait trouver normal que leurs parents ne sont pas égaux devant la loi ?!

                                Vous anticipez les hypothétiques vexations futures, donc vous créez les conditions de leur existence !!


                              • Fred (---.---.20.123) 8 février 2007 16:00

                                Dans la bouche des enfants, on entend souvent la verités DES PARENTS.

                                Donc si on suit ton raisonnement aucun petit noir ne devrait aller à l’école sous prétexte que 15% des parents sont Lepéniste et que donc leurs enfants vont s’en mocquer ? C’est ça la France que tu veux ?

                                La loi doit parfois rattraper son retard sur l’évolution de la société. C’est ce constat qui a amené François Bayrou à prendre position en faveur de l’homoparentalité bien qu’il n’y soit pas pré-disposé : il est catholique pratiquant et possède une famille de 6 enfants

                                Cordialement Frédéric


                              • Fanfan la tulipe (---.---.187.72) 7 février 2007 20:02

                                Perso étant hetero je suis pour l’adoption pour les homosexuels. Pourquoi ? evitons de nous leurer la face. Une femme seule peu adopter un enfant, si un homo dit qu’il est hétéro il le pourrat donc. Autre cas la procréation assisté par les femmes seules, donc aussi une lesbienne peut le faire. Donc déjà une partie des homos peuvent le faire de concevoir un enfant ou d’en adopter un.

                                De plus dans le cas un enfant naturel d’une femme lesbienne avec père X donc inconnu qui vit avec une autre femme. Si la mère naturelle meurt et comme l’autre femme ne peut pas adopter auparavant l’enfant. Il va ou cet enfant, à la DASS ou en famille d’acceuil pendant un long moment. Alors que s’il avait put rester avec la partenaire de sa mère, sa vie serait beaucoup mieux.

                                On dit souvent la famille c’est 3, un père une mère un enfant, mais quand un des parents boit, frappe, est pédophile, n’éduque pas (cas des millieux défavorisées), cet enfant est t’il mieux que dans une famille homo stable et qui prend soin de son enfant ? je ne pense pas et bien au contraire.

                                Donc oui à l’adoption pour les homos de manière légale pour eviter les abus et les injustices de l’enfant.

                                Cordialement


                                • mcm (---.---.121.69) 7 février 2007 20:24

                                  Bayrou c’est une tranche de ps sur une tartine d’ump.


                                  • nouchka (---.---.237.145) 7 février 2007 20:39

                                    Il est tant que la conception de la famille évolue . Il existe aujourd ’ hui , toutes sortes de familles .

                                    Un enfant a besoin d ’amour et d’ équilibre donc d ’une famille .

                                    Le problème provient juste du regard des autres sur ces familles , mais en quoi cela derange t il que deux hommes ou deux femmes élevent un enfant . Tant que la famille est equilibrée et s ’aime , alors pourquoi ne pas donner la chance aux enfants d ’avoir des parents et de l ’amour .


                                    • pinson (---.---.249.217) 8 février 2007 01:34

                                      « en quoi cela derange t il que deux hommes ou deux femmes élevent un enfant . Tant que la famille est equilibrée »

                                      En ce qu’elle n’est pas équilibrée, justement.


                                    • pinson (---.---.249.217) 8 février 2007 01:50

                                      @ Nouchka « Quand on voit les divorces ...,les pères qui abandonnent leur progénitures à l ’annonce de la nouvelle , je pense que la famille idéale n ’existe pas » Justement : il y a bien assez de familles déglinguées, tordues, traumatisantes, sans en inventer un nouveau type encore plus aberrant. C’est bizarre, on nous explique que les couples disloqués, les pères absents, les mères seules, ce n’est pas bon pour les gosses. En revanche, voir Papa rouler des pelles à son copain Roger ou Maman se faire peloter par la receveuse des postes, c’est super, ça ne pose pas de problèmes, même que les enfants trouvent ça très chouette.Si,si, il ya des études... De qui se moque-t’on ?

                                      « le modèle homme femme pour moi ne veut pas dire grand chose » C’est ça qui est grave : ça veut dire si c’est vrai que vous ne comprenez même plus ce que l’humanité veut dire...

                                      Et vous, vous avez été fabriquée comment ? Par parthénogénèse, par scissiparité ?


                                    • Briseur d’idoles (---.---.168.15) 7 février 2007 20:43

                                      Chacun doit-être libre de son choix sexuel, bien que la logique et le naturel (et le plaisir aussi !) veulent que le couple soit composé d’un homme et d’une femme !

                                      De là en plus, à « avoir » des enfants. Je pense que cela n’est pas souhaitable !

                                      Désolé !


                                      • nouchka (---.---.237.145) 7 février 2007 21:42

                                        pourquoi un couple doit il etre obligatoirement compose d ’un homme et d ’une femme ? Un couple ne veut il pas dire deux ?


                                        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 7 février 2007 21:53

                                          Un couple veut dire deux, mais « mariage » veut dire union d’un homme et d’une femme.

                                          Pensez au gamin à l’école, ses copains lui demandent « Il fait quoi ton père ? », il doit répondre : « J’ai pas de père, mais en revanche j’ai deux mères »..

                                          Pour un autre, ce sera deux pères.

                                          Mais « père » et « mère », ça veut dire quoi ???


                                        • Fab (---.---.5.252) 8 février 2007 10:16

                                          Eh oui « couple » veut dire deux mais de sexes différents. Je m’explique « couple » vient du latin « copula » qui veut dire copuler. Là je prends mon Petit Larousse à « copulation » et je lis « Accouplement d’un mâle et d’une femelle ». Un binôme de personnes de même sexe ne peut donc pas être désigné par le terme de couple.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès