• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Frédéric Mitterrand n’est pas hors-la-loi !

Frédéric Mitterrand n’est pas hors-la-loi !

Comme tous les « bons citoyens » honnêtes, j’ai réagi bêtement à chaud et sans avoir tous les éléments en main au sujet de la prétendue pédophilie de notre ministre de la culture, me fiant uniquement aux assertions de Marine le Pen.

 Après examen plus attentif de l’affaire et après avoir écouté les arguments des défenseurs du présumé coupable, je me suis aperçu que j’étais tombé dans le piège des apparences.
 
Le seul reproche que l’on peut faire à monsieur Mitterrand c’est d’avoir pratiqué le tourisme sexuel, non la pédophilie. Et encore, c’est un reproche personnel et non judiciaire.
 
Cessons l’hypocrisie ! Certes il est immoral de s’adonner au tourisme sexuel, pour autant ce n’est pas illégal.
 
Tant qu’il n’y a pas de mineurs impliqués.
 
Je rappelle que la loi française n’interdit nullement de pratiquer le tourisme sexuel pourvu que les prostitués ne soient pas des mineurs.
 
Le ministre est un citoyen comme les autres, il a le droit d’exercer sa liberté. Jusqu’à preuve du contraire, il n’a rien commis d’illégal.
 
Il a certes commis des choses hautement condamnables mais seulement sur le plan moral, non sur le plan légal.
 
Puisque la morale de la république et de ses défenseurs se borne aux termes de la loi, pourquoi les citoyens font-ils tant d’histoire pour si peu de choses ?
 
En république on peut faire tout ce qu’on veut tant que cela n’enfreint pas la loi : avorter, faire commerce de la pornographie, tuer son semblable sous uniforme, fabriquer et vendre des bombes à des belligérants, etc...
 
De deux choses l’une : ou bien on change les lois en les mettant en accord avec la morale, ou bien on joue le jeu de la sainte république et on la ferme !
 
J’insiste : du strict point de vue des lois républicaines, on n’a rien à reprocher au ministre de la culture.
 
Tant qu’il ne viole pas les lois, sa vie privée le regarde.
 
On se scandalise hypocritement des moeurs du ministre mais à côté on trouve normal d’avorter, de vendre des armes, de faire du business avec la pornographique...
 
Sous prétexte que c’est légal.
 
Avant de faire les écoeurés face aux moeurs de Frédéric Mitterrand, les honnêtes citoyens rangés -avec leur si belle morale républicaine- feraient bien de balayer devant la porte de leur conscience !
 
Raphaël Zacharie de IZARRA

Moyenne des avis sur cet article :  1.65/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • jps jps 9 octobre 2009 12:29

    Frederic Mitterand a écrit dans son livre : ’ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment’. 
    qu’aujourd’hui il vienne nous expliquer que ces gosses avaient 40 ans, c’est un mensonge !


    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 13:09

      JPS,

      Dans ce passage Frédéric Mitterrand n’a pas dit qu’il abusait de ces gosses, il y expose simplement un fait.

      Il constate.

      Constater un crime n’est pas l’approuver, encore moins y participer.

      Raphaël Zacharie de IZARRA


    • jps jps 9 octobre 2009 13:36

      @ auteur qui est de mauvaise fois

      Vous osez ecrire que c’est un constat lorsque Frédéric Mitterand écrit :

      "Mon garçon n’a pas dit un mot, il se tient devant moi, immobile, le regard toujours aussi droit et son demi-sourire aux lèvres. J’ai tellement envie de lui que j’en tremble.[...]
      Dans chaque club, les garçons se tiennent sur la scène très éclairée par petits groupes de quatre ou six ; ils portent la tenue distincte de l’établissement et de sa spécialité, minimale et sexy[..]Le numéro est accroché à l’aine, en évidence. La plupart d’entre eux sont jeunes, beaux, apparemment épargnés par la dévastation qu’on pourrait attendre de leur activité. J’apprendrai plus tard qu’ils ne viennent pas tous les soirs, sont souvent étudiants,[..] quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies [..] Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément [..] il me plaît au-delà du raisonnable. La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de refréner ou d’occulter. [..] il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite. Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment [..] il y revient autant que je le souhaite, lèvres fraîches, langue en profondeur, salive salée de jeune mâle sans odeur de tabac ni d’alcool. Sa peau est d’une douceur exquise, son corps souple se plie quand je l’effleure et quand je le serre.

      Voilà le contexte et non le constat . Mitterand est acteur !


    • jps jps 9 octobre 2009 13:38

      erratum : il faut lire « mauvaise foi » et non « fois »
       :(


    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 14:22
      JPS,

      Si le terme « gosse » se rapporte effectivement à des enfants, c’est à dire légalement à des mineurs, alors j’admets que Frédéric Mitterrand et coupable d’acte de pédophilie et qu’il doit être condamné.

      Attendons le résultat d’une éventuelle enquête de police.

      Cela dit, avouer des actes passés ne signifie pas
       
      - d’une part approuver ses propres actes.
       
      - d’autre part ne pas avoir changé.

      Si finalement Frédéric Mitterrand fini par avouer sa pédophilie passée et le regretter en toute bonne foi, alors avec la même bonne foi il doit accepter d’être condamné.

      A condition que le coupable regrette ses actes et qu’il se soit amélioré, à tout péché miséricorde.
       
      L’idéal de toute société évoluée est la réhabilitation de ceux qu’elle condamne après paiement de leurs dettes.

      Raphaël Zacharie de IZARRA

    • RilaX RilaX 9 octobre 2009 14:43

      article 225-12-1 du Code pénal :
      Le fait de solliciter, d’accepter ou d’obtenir, en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération, des relations de nature sexuelle de la part d’un mineur qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, est puni de trois ans d’emprisonnement et 45000 euros d’amende.

      article 225-12-2 du Code pénal :
      Les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euro d’amende (...) lorsque l’infraction est commise de façon habituelle ou à l’égard de plusieurs personnes (...)
      Les peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende lorsqu’il s’agit d’un mineur de quinze ans.

      article 225-12-3 du Code pénal :
      Dans le cas où les délits prévus par les articles 225-12-1 et 225-12-2 sont commis à l’étranger par un Français ou par une personne résidant habituellement sur le territoire français, la loi française est applicable par dérogation au deuxième alinéa de l’article 113-6 (...)

      Donc si jamais FM a eu un mineur dans son lit, comme tous les français qui vont pratiquer le tourisme sexuel en Thaïlande, il aura commis un délit.
      Je ne dit pas qu’il l’a fait. Mais tout de même, il y a un fort faisceau de présomptions qui méritent au moins l’ouverture d’une enquête, et une démission, quand un ministre est aussi fortement soupçonne de délit, c’est la moindre des choses ! Ça se passe ainsi dans toutes les démocratie sauf ... la France et peut etre l’Italie.


    • Imhotep Imhotep 9 octobre 2009 15:12

      Par Raphaël Zacharie de Izarra (xxx.xxx.xxx.222) 9 octobre 14:22
      JPS,

      Si le terme « gosse » se rapporte effectivement à des enfants, c’est à dire légalement à des mineurs, alors j’admets que Frédéric Mitterrand et coupable d’acte de pédophilie et qu’il doit être condamné.

      Attendons le résultat d’une éventuelle enquête de police.

      Mitterrand a pris deux soins :
      1- de ne pas donner d’âge et comme devant TF1 il a menti grossièrement, on peut légitimement se poser la question de savoir s’il n’a pas eu que des amours tarifé(e)s - avec le e au pluriel c’est pour les grandes amours pas les tarifés - avec des mineurs. En tout cas son mensonge de 40 ans nous donne le droit de nous interroger.
      2- de ne publier qu’une fois la prescription atteinte. Ce qui peut renforcer le premier soupçon sans pour autant ne rien affirmer. Juste des faisceaux de présomption.

    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 15:29
      JPS,

      Si le terme « gosse » se rapporte effectivement à des enfants, c’est à dire légalement à des mineurs, alors j’admets que Frédéric Mitterrand est coupable d’acte de pédophilie et qu’il doit être condamné.

      Attendons le résultat d’une éventuelle enquête de police.

      Cela dit, avouer des actes passés ne signifie pas
       
      - d’une part approuver ses propres actes.
       
      - d’autre part ne pas avoir changé.

      Si finalement Frédéric Mitterrand fini par avouer sa pédophilie passée et le regretter en toute bonne foi, alors avec la même bonne foi il doit accepter d’être condamné.

      A condition que le coupable regrette ses actes et qu’il se soit amélioré, à tout péché miséricorde.
       
      L’idéal de toute société évoluée est la réhabilitation de ceux qu’elle condamne après paiement de leurs dettes.

      Raphaël Zacharie de IZARRA

    • jps jps 9 octobre 2009 15:56

       @auteur (zacharie)

      vous ramez ... vous avez du mal à vous justifier

      apprenez déjà à lire vos interlocuteurs : dans l’extrait que j’ai repris Mitterand fait référence à ses actes !


    • norbert gabriel norbert gabriel 9 octobre 2009 16:14

      vous devriez avoir l’honnèteté de citer jusqu’au bout ce qui est écrit, et non vous arrêter à ce qui arrange votre point de vue.
      Il y a la description d’un ensemble, d’une ambiance générale (votre extrait) et ensuite, c’est juste une page ou deux plus loin la relation de ce qui s’est passé avec un jeune adulte, et si vous avez lu, ce jeune adulte prostitué sodomise le client. C’est écrit, si vous comprenez aute chose, c’est que vous avez des lunettes déformantes. Par ailleurs, il me semble que dans d’autres pages Fréderic Mitterrand évoque des relations homosexuelles passées avec des hommes plus agés, qui étaient les actifs dans cette relation. Il me semble qu’il est rare qu’un homo « passif » devienne pédophile. Maintenant s’il s’agit de condamner l’homosexualité, c’est un autre débat.


    • jps jps 10 octobre 2009 08:54

      @norbert
      bien sûr nous allons citer toutes les pages du livre . LOLL


    • pierrix 9 octobre 2009 12:34

      Une lueur d’intelligence dans un océan de connerie... Merci pour cet article frappé au coin du bon sens.


      • jako jako 9 octobre 2009 12:52

        Pierrix vous n’avez pas saisi le second degré ?


      • pierrix 9 octobre 2009 13:08

        Et ta soeur ?


      • linus20024 linus20024 9 octobre 2009 13:08

        Soit l’article se veut sérieux et au final est involontairement drôle, soit effectivement c’est du second degré.
        La conclusion en tout cas est un monument de nullité.


      • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 13:59
        Linus,

        La république nous demande d’adopter avant toute chose sa « morale ». Ensuite le citoyen fait ce qu’il veux tant que cela ne sort pas du cadre des lois républicaines. C’est le principe même de la république. La morale des individus n’a rien à voir avec les lois temporelles de notre société.

        Contrairement aux régimes islamiques, dans notre démocratie nous avons le droit d’être immoral, abject, immonde, criminel tant que nos actes sont en conformité avec les règles républicaines.
         
        Par exemple vous avez parfaitement le droit de vous enrichir en faisant du commerce avec la pornographie, en fabriquant des armes et en les vendant à des belligérants. Dans ce dernier cas vous serez même choyé par l’Etat. Vous avez également le droit d’avorter. La loi le permet. Il ne vous est pas interdit d’appartenir à des sectes sataniques tant que vous restez dans les rails de la loi. La société ne peut pas non plus vous reprocher de cultiver du tabac. Or toutes ces activités et adhésions parfaitement licites n’en sont pas moins fondamentalement criminelles.

        C’est cette hypocrisie que je dénonce à travers mon article.

        Dans un premier temps, égaré par les fumées du discours général sans nuance j’ai éprouvé un profond dégoût envers monsieur Mitterrand que je pensais -à tort- être un libidineux pédophile. Or après examen de l’affaire il se trouve qu’il ne s’est pas rendu coupable de ce crime.
         
        Par ailleurs j’admire le courage et la combattivité dont il fait preuve dans sa défense.
         
        Et je ne trouve pas déplacé qu’il se montre courageux et combattif dans la mesure où il n’est pas pédophile. Un innocent a le devoir de se défendre.

        Maintenant, s’il s’avère que le ministre s’est réellement rendu coupable de pédophilie, alors croyez bien que je serai le premier à le condamner et ne lui trouverai aucune circonstance atténuante. Et cette fois toute argumentation de sa part pour justifier ses actes serait indécente.
         
        Mais au fait, ne nous éloignons-nous pas de l’essentiel dans cette affaire ?
         
        Qu’est-ce qu’on demande avant tout à un ministre de la république ? De produire un certificat de virginité ou bien d’être tout simplement compétent dans son ministère ?
         
        C’est dans une monarchie que l’on exige des hauts placés des preuves de moralité, pas dans un système qui se veut efficace, égalitaire, laïc.
         
        Tant que le ministère de la culture fonctionne bien, c’est le principal et c’est tout ce qu’on demande à un ministre. Le ministre n’est qu’un serviteur de l’Etat, un employé de la république comme un autre. Pourquoi devrait-on exiger de lui un comportement plus exemplaire que les autres ?
         
        Parce qu’il est ministre ? Un ministre est un citoyen ordinaire, en vertu du principe républicain de l’égalité de tous face à la loi.
         
        Nous ne sommes pas dans une monarchie : théoriquement l’accession au poste de ministre de Frédéric Mitterrand n’est pas un privilège, pas un cadeau, pas une récompense. 
         
        Juste un fait.
         
        Nous sommes en impartiale république, je le rappelle.
         
        Raphaël Zacharie de IZARRA

      • joelim joelim 9 octobre 2009 20:27

        l’auteur dit : Contrairement aux régimes islamiques, dans notre démocratie nous avons le droit d’être immoral, abject, immonde, criminel tant que nos actes sont en conformité avec les règles républicaines.

        Alors déjà, çà reste à prouver. Mais surtout, le problème est que les français refusent d’avoir pour ministre de la Culture, donc leur représentant à l’étranger, quelqu’un d’aussi ignominieux. Etre adepte du tourisme sexuel est ignoble. Gagner de l’argent avec cette expérience (via son livre) est honteux. Son mensonge (tout résumer à des boxeurs de 40 ans - âge de la retraite largement dépassé pour eux) est lamentable, et sa réaction vis-à-vis du cinéaste pédophile est scandaleuse. Et tout çà est de sa faute, et pas celle des internautes qui s’indignent. Dehors le ministre du tourisme sexuel !

      • Commodus Commodus 9 octobre 2009 12:52


        Il est un moyen simple pour Frédéric Mitterrand d’être lavé de l’accusation de pédo-criminalité lancée par Marine Le Pen : porter plainte pour diffamation ou/et dénonciation calomnieuse. Cela provoquerait une enquête judiciaire propre à laver son honneur.


        • Duralex Duralex 9 octobre 2009 21:46

          « Il est un moyen simple pour Frédéric Mitterrand d’être lavé de l’accusation de pédo-criminalité lancée par Marine Le Pen : porter plainte pour diffamation ou/et dénonciation calomnieuse. Cela provoquerait une enquête judiciaire propre à laver son honneur. »
          --------------------

          Monsieur Frédéric Mitterand n’est pas victime de dénonciation calomnieuse mais de diffamation.

          En matière de diffamation il n’y a pas d’enquête judiciaire ou d’instruction. C’est au diffamateur seul de prouver la vérité de ses propos.

          Chacun ici ferait bien de s’en souvenir.


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 octobre 2009 12:57

          Le problème est que pour balayer devant sa propre porte il y a pas de balai assez grand .

          C ’est la raison pour laquelle beaucoup parlent comme des serpillères .


          • jcm jcm 9 octobre 2009 12:57

            Sans aucun droit à l’errance, aucun droit à l’erreur, nous pouvons tous nous suicider immédiatement.

            On ne choisit ni l’errance ni l’erreur, on cherche et parfois on a de la difficulté à trouver  : mauvaises pistes, fausses pistes puis meilleure piste parfois, et c’est alors un soulagement.

            Toute meilleure piste permet d’examiner ensuite les impasses parcourues et de faire un bilan, souvent privé, parfois public.

            Une personne qui se serait mise en infraction avec la loi au cours d’une errance sera ou non rattrapée par cette loi, et si elle rend son bilan public, fera ou non état de ces infractions.

            Nous sommes donc dans le cas de figure où chacun peur errer et se tromper de façon lus ou moins légale, en tirer ou non la leçon, rendre ou non publiques ses éventuelles conclusions, qui seront ou non sincères (en tenant compte du fait que même un bilan tenu privé peut ne pas être sincère...).

            Face à cela il n’existe qu’une solution sensée : accorder un minimum de confiance à ceux qui présentent un bilan, cette même confiance accordée de façon tacite à ceux qui n’en présentent pas, c’est à dire la très grande majorité des personnes que nous sommes amenés à côtoyer.

            Sinon il faut, au nom de l’équité, exiger que chacun présente à divers stades de sa vie (à déterminer) un bilan public fondé sur des faits parfaitement vérifiables, documents fournis en 3 exemplaires et tamponnés par le service adéquat...


            • tSbeNjY tSbeNjY 9 octobre 2009 13:04

              @ l’auteur,

              C’est un article ça ?
              Vous dites : "Après examen plus attentif de l’affaire et après avoir écouté les arguments des défenseurs du présumé coupable, je me suis aperçu que j’étais tombé dans le piège des apparences."

              Soit, exposez-nous votre point de vue en réfutant les arguments de l’accusation et en plaçant des contre-arguments. Quels arguments vous ont fait changé d’avis ? Quels sont les indices qui vous poussent à croire en la bonne foi de cet homme ?

              Vous n’expliquez pas non plus pourquoi nous ne pourrions pas nous interroger sur la moralité de ce ministre. Or c’est justement ce ministre qui s’est fait le chantre de la morale à plusieurs reprises. Et qui est venu larmoyer sur le cas polanski. Cas dans lequel la loi était bien violée (tout comme la jeune fille mineure).

              Une moralité douteuse à un poste depuis lequel cet homme invective les internautes en les assimilant à des voleurs... porte forcément à la polémique.

              Revenez avec de vrais arguments, en attendant je garde mon point de vue : cet homme est indigne de sa fonction et salit la république qui le nourrit.

              tSbeNjY


              • Fergus Fergus 9 octobre 2009 13:27

                Entièrement d’acord avec le précédent commentaire : l’auteur n’apporte pas le moindre argument pour dédouaner Mitterrand des accusations qui sont portées contre lui et qu’il avait assumées jusque là avant de nous asséner hier soir des arguments frelatrés. Une auditrice d’Europe 1 qui a vécu des années en Thaïlande a fort bien résumé le problème posé en disant en substance qu’elle a été écoeurée par ce qu’elle a vu sur place durant ces années, écoeurée de voir tous ces gamins livrés à la lubricité d’occidentaux friqués venus là chercher de la chair fraîche ; Car c’est bien de cela qu’il s’agit : la prostitution thaïlandaise est faite pour une part écrasante de prostitution enfantine. Croyez-vous, a dit cette femme, que les clients feraient 22000 km pour avoir des rapports avec des adultes qu’ils peuvent facilement trouver dans leur pays ?

                J’ajoute que les accusations ne visent pas l’homme qui a pu commettre des erreurs, mais le ministre gravement perturbé par ses pulsions et amené à prendre (affaire Polanski) des positions choquantes, pour ne pas dire scandaleuses. 


              • Paul Cosquer 9 octobre 2009 13:05

                Après avoir supprimé la fonction de Défenseure des enfants pour soustraire un peu plus encore avec la réalité honteuse de l’état des droits de l’enfant au regard des autorités internationales qui les défendent, la France défend officiellement la pédophilie des amis et des puissants !


                • pierrix 9 octobre 2009 13:08

                  N’importe quoi...


                • linus20024 linus20024 9 octobre 2009 13:27

                  J’aime bien l’argumentation de Pierrix
                  « Une lueur d’intelligence dans un océan de connerie »
                  « Et ta soeur ? »
                  « N’importe quoi... »
                  Sût que Paul Cosquer va galérer pour rebondir sur ce dernier argument....


                • foufouille foufouille 9 octobre 2009 13:48

                  finie la bonne bouffe francaise
                  desormais on sera le pays des riches pedophiles
                  si ca se trouve les rumeurs de chasse a l’homme dans les bois ou des viols des mannequins en groupe, sont vrai aussi

                  la france, le pays des riches decadents et degeneres par trop de consanguinite


                • pierrix 9 octobre 2009 14:02

                  Je propose que Frédéric Mitterrand soit brûlé en Place de Grève pour crimes de sodomie, de bougrerie et d’écrits licencieux.
                  Peu importe que 99% des commentateurs d’Agoravox n’aient pas lu son bouquin (salué par la plupart des critiques à sa sortie en 2005, un exemple parmi tant d’autres ici) et mélangent allégrement pédophilie et homosexualité assumée : quand on est à la fois de la haute, neveu de Tonton et ministre de l’infâme Sarkozy, le téléphone arabe et le Readers Digest suffisent.
                  Le bal des faux-culs d’Agoravox est écoeurant de bêtise et dégoulinant de populisme.


                • foufouille foufouille 9 octobre 2009 14:23

                  @ pierrix
                  fredo le pedo a assez de pognon pour qu’on refuse d’acheter son livre infecte
                  y a pas de boxeur thailandais de 40a en france ?


                • Montagnais Montagnais 9 octobre 2009 14:28

                  A Pierrix

                  « Le bal des faux-culs d’Agoravox est écoeurant de bêtise et dégoulinant de populisme »

                  Vous insultez AgoraVox, mais aussi le monde entier, avec beaucoup de légèreté.

                  Pas beaucoups d’arguments dans vos éructations puériles..


                • pierrix 9 octobre 2009 14:51

                  @ foufouillle :
                  Réaction prévisible de la part d’un raté minable animé par sa jalousie sociale. Achète-toi des livres de temps en temps, ça fera du bien à ton orthographe.

                  @Montagnais :
                  Je n’insulte pas ni Agoravox ni le monde entier, mais le cortège de tartuffes - pour la plupart soi-disant de gauche - que je vois, à longueur d’année, dénoncer une société répressive et un Etat policier et qui s’en prennent aujourd’hui, avec une touchante unité, à un l’auteur d’un bouquin fort bien écrit que j’ai (pour ma part) acheté et lu à sa sortie en 2005 et où l’auteur ne fait nulle part l’apologie de la pédophilie mais (entre autres) de la fréquentation par l’auteur de prostitués mâles dans un pays qui en a fait l’une de ses spécialités nationales : la Thaïlande.
                  A ce compte-là, faisons un procès posthume à Gide ou Gabriel Matzneff tant que vous y êtes. On croirait lire le courrier des lecteurs du Figaro au temps de la Tante Yvonne.


                • RilaX RilaX 9 octobre 2009 16:22

                  Ça vous étonne vous que ce soit les mêmes qui hurle contre l’État policier répressif a tout va, et qui peste parceque tout d’un coup il (l’état) devient totalement laxiste lorsqu’il s’agit d’un de ses ministres ? Pas moi.
                  L’état est répressif, et ça nous emmerde. Mais quitte a ce qu’il soit répressif, au moins qu’il le soit pour TOUS, y compris les dirigeants. 2 poids, 2 mesures ça suffit !

                  Que le bouquin de Mitterand soit bien écrit, je m’en fout a titre perso. Je m’en fout autant que le fait que Polanski soit un bon réalisateur. Ils ont fait des choses réprimés par la loi ; en quel honneur devraient ils êtres exempté ne serait-ce que d’une enquête ?
                  De plus, et pour conclure, nul part sur internet il n’est écrit que Mitterand fait l’apologie de la pédophilie, a part dans les commentaires censé le défendre. En revanche il est effectivement fortement soupçonné d’avoir pratiqué des relations sexuels avec des mineurs. Car oui la Thaïlande est réputé pour ses prostitués masculins majoritairement mineurs ! Quand on va en Thaïlande, et qu’on reconnaît y aller pour pratiquer le tourisme sexuel, on y va pas enfiler des perles avec un boxeurs de 40 ans ! Donc, il y a suffisamment de soupçons pour qu’au moins une enquête soit ouverte. Une enquête sera-t-elle ouverte ? Je parie que non.


                • pierrix 9 octobre 2009 17:36

                  @RilaX : Merci d’avoir répondu à mon commentaire. Justement, vous exprimez bien ce que je trouve, moi, proprement stupéfiant : le lynchage médiatique et haineux (en particulier via Internet) de ces deux personnes, sans recul, souvent sans information précise à part le buzz, sans présomption d’innocence et sans circonstances atténuantes. Au prétexte qu’ils appartiennent à une élite de gens riches et célèbres détestée par un peuple adepte de l’égalitarisme, ce qui veut dire pour moi le nivellement par le bas... Ben moi j’aime pas ça.
                  Et je pense à Salengro, à Bérégovoy et plein d’autres gens riches et célèbres qu’on a accusés de choses qu’ils n’avaient pas faites et qui en sont crevés.


                • foufouille foufouille 9 octobre 2009 19:27

                  @pierrix
                  les livres, je les achète sur les brocantes
                  mais, pas ceux des dégénérés
                  j’en ait, a peu près, mille
                  j’en ait lut 5000, au moins

                  taper sur le clavier ca me fait mal aux mains et en plus, ça les engourdit
                  donc ta remarque de pedophile, tu te l’enfonce profond
                  apprend a cliquer et a lire petit bourgeois


                • pierrix 9 octobre 2009 19:54

                  I do not feel the troll...
                  Up yours, mate !


                • PUCK 9 octobre 2009 23:44

                  @ pierrix .
                  Ne nous faites pas croire qu’on ne trouve pas en France des adultes consentants pour se faire sodomiser .
                  Pas besoin d’aller jusqu’en Thaïlande pour se taper des quadragénaires .
                  On se moque de qui ,là ?


                • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 23:53

                  PUCK,

                  Très juste !

                  Mais juridiquement parlant cela ne constitue pas pour autant une preuve.

                  C’est peut-êtrre incohérent de la part de Frédéric Mitterrand d’agir de la sorte, mais se comporter de manière incohérente n’est pas un crime.

                  Chacun a le droit d’aller dépenser son argent comme il l’entend, même de manière absurde.

                  Raphaël Zacharie de IZARRA


                • Montagnais Montagnais 9 octobre 2009 14:21

                  Ah ! L’auteur.. !

                  "Puisque la morale de la république et de ses défenseurs se borne aux termes de la loi, pourquoi les citoyens font-ils tant d’histoire pour si peu de choses ?« .

                  Perspicace l’auteur.

                  Madame Michu, mon épicière, a posé la même question (elle lit Gala). Et son mari, qui lit téléfoutre, a confirmé auprès des clients, qui ont opiné..

                  Le problème, si pb il y a, c’est pas celui de la morale (quoi que..). Ou à fortiori la légalité. Les dignitaires du régime sont au dessus des lois dans tous les cas (car..), comme vous savez..

                  Le haut prélat qu’est Monsieur M. n’a pas a justifier sa conduite, n’est pas obligé de suivre les préceptes du lampiste lambda, comme vous et moi.. Vous nous assénez donc des truismes dont vous auriez pu faire l’économie, vous inspirer de ce que vous écrivez vous-même.. Et ne »pas faire d’histoire pour si peu de choses" comme dit.

                  Mais une chose est certaine, qu’on jubile ou pas.. Le monde entier rigole et se plie, voir Google.

                  Madame Le Pen y est pour presque rien. Elle a juste fait équipe avec Monsieur M. pour obtenir ce bon résultat.

                  Vous êtes pas content de vivre dans la capitale Sodome et Gomorrhe ?


                  • Lapuissanceduportduhavre Lapuissanceduportduhavre 9 octobre 2009 14:47

                    Ce qui est bien avec ce type d’article c’est que j’ai l’impression d’être intelligent et capable de rédiger également.

                    « après avoir écouté les arguments des défenseurs du présumé coupable »

                    Bah tiens comme si dans un livre publié en France il allait écrire qu’il avait couché avec des mineurs !!!

                    F.Mitterrand n’est qu’un vil imbécile car s’il avait gardé l’argent de l’aller-retour France-Thailande il aurait pu se taper un paquet de quarantenaires en France !!!


                    • Lapuissanceduportduhavre Lapuissanceduportduhavre 9 octobre 2009 14:53

                      Ce qui est sûr (et ça personne je dis bien personne ne peux remettre en cause cette affirmation) est que F.Mitterrand ne doit avoir aucune relation sexuelle avec qui que ce soit en ce moment car il doit sacrément serrer les fesses !


                      • pierrix 9 octobre 2009 14:59

                        C’est du second degré ?


                      • Nometon Nometon 9 octobre 2009 15:33

                        Assez ! Assez de ses soutiens à un être aussi minable et méprisable !

                        Copier/coller d’un commentaire que j’ai écrit ailleurs sur Agoravox :

                        Non seulement la démission de Frédéric Mitterrand est indispensable, mais pour ma part, j’espère qu’une association de défense de l’enfance portera plainte afin qu’il y ait enquête et jugement.

                        Quant au « courage » des épanchements immondes de ce prétentieux qui ne fut jamais rien que le nom d’un autre, quant à la « vérité » de ces pages où la laideur de son âme transparaît à chaque ligne, où les scrupules s’évanouissent en un instant devant la pure auto-satisfaction, où il continue encore de « faire la morale » alors qu’il profite de l’indigence et de la misère en beau salaud qu’il est, la colère me gagne !

                        A l’auteur et à tous ceux qui expriment de la compassion, voire plus (on le devine), pour un Frédéric Mitterrand, en oubliant si commodément les « garçons » anonymes, ces « éphèbes » de l’autre bout du monde, qui ont le malheur de n’être ni neveu d’un ancien Président, ni Ministre de la République, ni fortuné, ni membre des cercles à Paris où l’on boit champagne en dégoisant de rire, j’affirme qu’ils devraient mieux choisir les victimes et les vérités qu’ils défendent.
                        Les victimes, ce sont ces enfants !

                        Aucun humaniste ne peut tolérer qu’on leur fasse ainsi deux fois injures : la première lorsque Frédéric Mitterrand ferme les yeux sur leur âge et bien que justement, ce soit cet âge qui « l’excite » ; la seconde quand il se répand dans un livre, comme un chasseur des safaris anglais à l’âge victorien, pour la galerie et non content, qu’il se croit encore assez digne pour représenter officiellement la culture de ce pays. Notre pays.

                        Cet homme est d’une laideur insondable. Démission !


                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 15:50
                          Nometon,

                          Je suis parfaitement d’accord avec vous... Jusqu’à éclaircissement complet de cette affaire qui, il faut l’avouer, est fort ambiguë.

                          Je suis pour la totale condamnation des gens coupables d’actes de pédophilie. Mais avant de condamner il faut des précisions, des preuves, des certitudes.

                          Or dans cette affaire rien n’est clair. A ce stade du débat les choses ont même l’air de se compliquer. Qui dit la vérité ? Qui est de bonne foi ?

                          On ne peut pas juger un homme sans enquête ni procès, sur de simples soupçons, voire à partir de ce qui est peut-être de purs « aveux littéraires ».

                          Et même si les actes de pédophilie de monsieur Mitterrand n’étaient pas avérés, il reste que le passé de touriste sexuel du ministre de la culture est particulièrement sordide.

                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                          • Nometon Nometon 9 octobre 2009 16:42

                            Cher Raphaël Zacharie de IZARRA,

                            Les choses se compliqueront encore, même si une enquête a lieu (et il semble qu’heureusement, elle aura lieu). C’est l’usage des gens de puissance de faire d’actes simples et terribles des « choses plus compliquées », il s’agit même d’une grande part de l’art des avocats.

                            Mais dès à présent, les soupçons, qualifions-les comme tels, sont si forts qu’ils pèsent non seulement sur l’homme, mais sur sa fonction. Cet homme est ministre de la République. Sa parole nous représente, ici et à l’étranger. Ses décisions nous obligent. La moindre des dignités serait qu’il démissionne.

                            Chacun est libre pour lui-même et dans sa vie intime, chacun est libre avec cette seule mais indispensable limite : entre adultes consentants. Dans cette limite, personne n’a rien à dire ou à juger, la liberté est indispensable et doit s’imposer.

                            Mais FM a franchi le Rubicon et c’est d’ailleurs ce franchissement qui lui a paru pouvoir intéresser le beau monde, lui a paru valoir un livre.

                            Et pour parler littérature : s’il avait décrit un personnage, un narrateur distinct de lui, il aurait alors fait une oeuvre d’écrivain et nul n’aurait rien pu lui reprocher. Mais tel n’est pas le cas et pour cause : c’est de lui dont il parle, car c’est sa « mauvaise vie » qu’il entendait mettre en avant ; ses « confidences » ne valent, commercialement parlant, que par son nom.

                            Pour parler littérature encore : « gosse » et « garçon » sont des termes très clairs, permettant de qualifier un personnage non majeur et pour le premier, un enfant.

                            Mais ce triste sire sait très bien que la cour qui est acquise (peut-être pas d’un prétoire, mais qui sait ?) dans ce pays où règne une monarchie rampante et où les courtisans s’empressent un peu partout, dans les journaux, dans les media, de venir au secours de ce pauvre, pauvre Frédéric Mitterrand.

                            Et un fois encore, des enfants du bout du monde, ceux-là n’en ont cure. Peut-être même qu’ils en rient un peu.

                            Démission !


                          • Pierre Crépeau 9 octobre 2009 15:57

                            Les enfants c’est nous, c’est nous les gosses quand notre ministre de la cul-ture se lance dans la justification de texte plutôt que dans la simple explication de texte.
                            « L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système »
                            Le ministre de la culture de l’état Français vous parle, peuple du monde !!!
                            C’est de nous qu’il parle, les gosses, au nom de la république de Gavroche !
                            Lisons le, car il faut lui reconnaitre le courage de ses confessions écrites :

                            « Quelques-uns sont plus âgés et il y a aussi un petit contingent de malabars mal dégrossis qui a manifestement son public. C’est le côté menines de l’exposition : leur présence fait ressortir la séduction juvénile de tous les autres.(...)

                            malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ;(...)
                             
                             les détails sordides de tout ce trafic. (...)

                            quand les gosses n’en retirent que des miettes (...)

                            je n’arrête pas d’y penser mais cela ne m’empêche pas d’y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément.
                             (...)
                            il me plaît au-delà du raisonnable. (...)

                            L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système ; celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas. Je peux évaluer, imaginer, me raconter des histoires en fonction de chaque garçon ; ils sont là pour ça et moi aussi. Je peux enfin choisir. J’ai ce que je n’ai jamais eu, j’ai le choix ; la seule chose que l’on attend de moi, sans me brusquer, sans m’imposer quoi que ce soit, c’est de choisir. Je n’ai pas d’autre compte à régler que d’aligner mes bahts, et je suis libre, absolument libre de jouer avec mon désir et de choisir. La morale occidentale, la culpabilité de toujours, la honte que je traîne volent en éclats ; et que le monde aille à sa perte, comme dirait l’autre.(...)

                            Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment, ils considèrent leur désir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans l’étonnement candide (...)

                            J’ai toujours payé tout de suite pour prendre l’avantage et sidérer l’adversaire ; la corruption est un sport d’aveugle, on allonge l’argent à tâtons tant ce qu’on cherche à atteindre est incertain.(...)

                            Je ne sais plus qui protège l’autre.(...)

                             des larmes de fatigue, ça existe sûrement les larmes de fatigue.(...)

                            Il n’a sans doute rien senti, j’ai dû me raconter encore un de mes romans, nous voilà seulement revenus chacun dans notre monde.

                            Bienvenue dans mon monde, au pays des boxeurs de quarante ans qui ont des »gosses« Monsieur le ministre de la culture de la » tolérance zéro « et autres discriminations » positive « importé du Québec... Il y a des gosses dans le potages on dirait...
                            Nous aussi, nous savons lire en diagonale, en transversale et même en longitudinale... Dans la pyramide des âges ! ( Larousse : Gosse -ex : »un gosse de 8 ans« )
                            De la moralité et de son corollaire, l’immoralité, toutes deux du domaine de « Dieu » et du « jugement », dernier ou non, nous sommes passé à l’ammoralité « luciférienne » et « mathématique » du dieu Fric celui qui absout sans « confessions » et « sans jugement » toutes les fautes terrestres.
                            Merci pour votre confession sur une chaîne concurrente, Monsieur le ministre de votre culture.
                            Votre Dieu vous le pardonne !!!??? Alors...
                            Accrochez vous à votre pinceau, ça va brasser dans les échelles.
                            Tient, Aphatie ce matin sur RTL nous parlait »du livre de « François Mitterrand »...
                            Nécrophile maintenant la culture caviard-bling-bling ??? Deux pour le prix d’un ?
                            La franchise « Mitterrand » est une bombe de plus dans l’édifice républicain .
                            Il y a plus de deux tours dans leur mise à sac de vieux sado-masochistes de la rée-public...
                            Ce monde est manifestement narcicique-pervers-manipulateur au sens psychiatrique du terme. Et les psychiatres avouent malheureusement leur impuissance à soigner cette pathologie.


                            • wesson wesson 9 octobre 2009 16:16

                              Bonjour l’auteur,

                              Et donc voicivoilà l’histoire :
                              à ma gauche nous avons un livre insoutenable d’abjection, bardé de phrases ampoulées permettant de cacher l’indiscible horreur du récit d’actes répétés, conscient, voulu et même désiré de pédophilie, avec l’expression du plaisir supérieur au dégout.

                              à ma droite nous avons son auteur qui dit : c’est autobiographie mais les gosses, les éphèbes ça veut dire boxeurs de 40 ans.

                              et soudain tout s’éclaire : exit la référence constante à la jeunesse de ses proies, l’auteur est tout ce qu’il y a de bien et on aura mal interprété son ouvrage.

                              Comment peut-on aligner une telle mauvaise foi ?

                              Tout ceci est bien entendu un contrefeu médiatique bien orchestré. L’origine du scandale, la vrai ce n’est pas Marine Le Pen, mais c’est un article d’Omnibuzz, sur Agoravox. Comme c’est par là que le scandale est venu, il fallait bien que de nombreux contrefeux s’allument ici. Et c’est la raison pour laquelle nous voyons pulluler une quantité d’articles pro-Mitterand, courts, simplificateurs et dénigrant toute forme de contestation d’une explication pour le moins baroque.


                              • fwed fwed 9 octobre 2009 16:40

                                Article nul,
                                aucun argument, que dalle, du vent moralisateur qui espère convaincre les esprits les plus faibles.

                                On essaye de défendre des personnages abjects avec des arguments fallacieux.
                                On invoque « d’avorter, de vendre des armes, de faire du business avec la pornographique... » alors que celà n’a rien à voir pour essayer de minimiser les faits et dires polanskien de M. le Ministre.

                                On use ce fumigène jusqu’au bout pour nous en sortir un autre la semanie prochaine, c’est toujours ca de gagné pour pas parler des banques et du racket financier mondial.

                                Auteur à insulter mais ce serait lui donner trop d’importance.

                                Next !


                                • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 17:16
                                  S’il s’avère que le ministre est réellement coupable, je serai le premier à le condamner.
                                   
                                  Mon avis sur cette affaire n’est pas définitif. Il évolue et se nuance avec les nouveaux arguments qui arrivent au fur et à mesure du débat. Et je me donne d’ailleurs le droit de me tromper. C’est ce qui fait l’intérêt de tout débat. Je ne suis pas entré dans ce débat pour avoir raison mais pour faire triompher la vérité, quelle qu’elle soit.
                                   
                                  Elles sont susceptibles de changer selon les nouveaux éléments.

                                  Je suis ni pro-Mitterrand ni anti-Mitterrand.

                                  Je suis juste « pro-réflexion », à la seule recherche de la vérité.

                                  Je n’ai aucun intérêt social ou personnel à défendre des criminels. Au contraire, j’ai tout intérêt à promouvoir la vertu.

                                  S’il faut condamner Mitterrand pour ses actes, je le ferai sans aucun problème et avec virulence.

                                  Mais je veux des preuves.

                                  Raphaël Zacharie de IZARRA

                                  • Manfred Manfred 9 octobre 2009 17:36

                                    Il n’y a pas de débat à avoir. C’est à vous de vous forger votre propre opinion.

                                    Chacun sait lire, 15 pages du bouquin immonde son ici :
                                    http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/10/08/extrait-de-la-mauvaise-vie-de-frederic-mitterrand_1251310_823448.html

                                    Pour la suite, revoyez les interventions de chacun des protagonistes concernés, et faites-vous votre propre opinion de savoir qui du colonel Moutarde ou du professeur Violet à tué mademoiselle Rose, au lieu d’attendre qu’on vous dise comment penser.

                                    Désolé de la brutalité de mon propos, mais il serait temps à tout le monde d’ouvrir les yeux.


                                  • Manfred Manfred 9 octobre 2009 17:33

                                    @ l’auteur : on vous a démasqué monsieur Hamon, qui à gauche vous à mis la pression pour que vous retourniez votre veste ?

                                    Belle bande d’hypocrite que voilà !


                                    • latitude zéro 9 octobre 2009 18:49

                                      @l’auteur

                                      Votre article :
                                      "Avant de faire les écoeurés face aux moeurs de Frédéric Mitterrand, les honnêtes citoyens rangés -avec leur si belle morale républicaine- feraient bien de balayer devant la porte de leur conscience !« 

                                      votre dernier commentaire :
                                       »Je suis juste « pro-réflexion », à la seule recherche de la vérité.
                                      Je n’ai aucun intérêt social ou personnel à défendre des criminels. Au contraire, j’ai tout intérêt à promouvoir la vertu.
                                      S’il faut condamner Mitterrand pour ses actes, je le ferai sans aucun problème et avec virulence. "

                                      J’ai lu votre fiche !!
                                      Vous êtes un oisif ridicule doublé d’une girouette, qui nous fais perdre notre temps.


                                      • paOptiMiste 9 octobre 2009 19:15

                                        Il n’a pas fauté d’un point de vue légal ??? Vous plaisantez ou quoi ? Le tourisme sexuel est absolument interdit et puni par la loi. Renseignez-vous madame avant de poster.


                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 9 octobre 2009 21:18

                                          Le tourisme sexuel n’est répréhensible légalement que s’il concerne des prostitués mineurs.

                                          Raphaël Zacharie de IZARRA


                                        • paOptiMiste 9 octobre 2009 19:18

                                          Rectification : Renseignez-vous monsieur puisque l’auteur de l’article est un homme et puisque j’y suis à part les miettes du gouter de mes enfants il n’y a rien à balayer devant la porte.


                                          • gyl51 9 octobre 2009 19:35

                                            Je suis horrifié par tout ce que je lis sur la prétendue pédophilie de F Mitterand ! Ce ne sont que procès d’intention sans aucun début de preuve, juste des fantasmes sur l’interprétation de passage de son livre.
                                            Vous réclamez des preuves mais où sont les votres messieurs les juges messieurs les inquisiteurs ? Vous n’en n’avez bien sur aucune ! juste des impressions qui deviennent des certitudes ... et un homo en Thaïlande ne peu être qu’un affreux pédophile !
                                            Pourquoi s’exciter sur son auteur 5 ans après sa publication sinon parce qu’il est devenu ministre ? Tout ça sent mauvais et même si je ne suis pas de son côté politique je me garde de l’accuser et de le juger. Cet homme qui a osé raconter sa part de « mauvaise vie » mérite mieux qu’un procès en sorcellerie.


                                            • taranis29 9 octobre 2009 19:45


                                              Pauvre France
                                              Semaine difficile pour moi qui porte encore des espoirs dans la grandeur de la république. Deux événements mettent un terme définitif à mes prétentions :
                                              -le parachutage du dauphin du Roi à la Défense
                                              -le ministre de la culture
                                               Si la première remet en cause les fondements de la république, la deuxième s’attaque aux principes de la moral et de l’égalité.je tiens à préciser que je ne suis pas d’extrème droite, ni de droite et je me pose de plus en plus la question pour la gauche, je n’ai aucune religion et aucun appriori ! Je n’ai que faire des orientations sexuelle, mais finalement pour l’affaire qui nous concerne ce sujet a été mis sur la table par les defenseur du ministre. Non, je ne parle pas d’orientation sexuelle, mais de déviance sexuelle. Car le ministre a avoué pratiquer le tourisme sexuel, en nous faisant croire maladroitement qu’il avait traversé le globe pour avoir des relations avec un boxeur de 40 ans. En pensant à ce qui doit-être la vérité, il ne me vient qu’un mot : abjecte.
                                              Mais c’était sans compter sur les soutiens politico-médiatiques parisiens venus épauler le ministre sous prétexte qu’il a un talent d’écrivain ! Oups ! Faut-il conseiller aux touristes mal-intentionnés, de faire des études littéraires avant de consulter leur agence de voyages ? Les seules victimes de Mr le ministre resteront Benoit Hamon et le boxeur de 40 ans. Pitoyable... J’ai honte, oui j’ai honte d’être Français, heureusement qui me reste la Bretagne...que Mr Hamon ne va pas tarder à retrouver, pour avoir eu l’outrecuidance de s’attaquer au microcosme de la capitale.
                                               SVP, Mr le Président, rendez-nous un peu de dignité, démissionnez votre ministre. 


                                              • Pinkmounter Pinkmounter 9 octobre 2009 19:49

                                                L’auteur a écrit :

                                                "Mais au fait, ne nous éloignons-nous pas de l’essentiel dans cette affaire ?

                                                Qu’est-ce qu’on demande avant tout à un ministre de la république ? De produire un certificat de virginité ou bien d’être tout simplement compétent dans son ministère ?« 

                                                Effectivement, on peut revenir sur les compétences du ministre qui se permet d’insulter les États-Unis au nom de la France ( »l’Amérique sombre"). Je me demande s’il aurait la même grande gueule pour défendre un Rushdie, par exemple.


                                                • pierrix 9 octobre 2009 20:01

                                                  Effectivement, on peut revenir sur les compétences du ministre qui se permet d’insulter les États-Unis au nom de la France ( »l’Amérique sombre"). Je me demande s’il aurait la même grande gueule pour défendre un Rushdie, par exemple.

                                                  C’est exactement la question qui m’est venue à l’esprit. Cela ne lui aurait coûté pas cher de prendre discrètement contact avec les Américains et de plaider en faveur de Polanski afin de résoudre cette affaire vieille de 40 ans, et pour laquelle il a déjà payé, au sens propre et au sens figuré, une partie de ce qu’il devait à sa victime. Ce qu’il a fait n’est politiquement pas malin.


                                                • jeananto 9 octobre 2009 19:50

                                                  Il faut des réponses, seule la justice est capable de dire si il y a eut violation de la loi ou non.


                                                  Pour les écrits chacun sait qu’il y a des juristes qui conseillent les écrivains

                                                  • Pinkmounter Pinkmounter 9 octobre 2009 19:57

                                                    Sinon, personne n’a tiqué sur la criminalisation de l’avortement par l’auteur ?

                                                    "En république on peut faire tout ce qu’on veut tant que cela n’enfreint pas la loi : avorter, faire commerce de la pornographie, tuer son semblable sous uniforme, fabriquer et vendre des bombes à des belligérants, etc...« 

                                                     »On se scandalise hypocritement des moeurs du ministre mais à côté on trouve normal d’avorter, de vendre des armes, de faire du business avec la pornographique...
                                                    Sous prétexte que c’est légal.« 

                                                     »Par exemple vous avez parfaitement le droit de vous enrichir en faisant du commerce avec la pornographie, en fabriquant des armes et en les vendant à des belligérants. Dans ce dernier cas vous serez même choyé par l’Etat. Vous avez également le droit d’avorter. La loi le permet. Il ne vous est pas interdit d’appartenir à des sectes sataniques tant que vous restez dans les rails de la loi. La société ne peut pas non plus vous reprocher de cultiver du tabac. Or toutes ces activités et adhésions parfaitement licites n’en sont pas moins fondamentalement criminelles.« 

                                                    Quand on parle de »s’éloigner de l’essentiel dans cette affaire"...


                                                    • moebius 9 octobre 2009 20:43

                                                       C’est le genre d’affaire ou les plus scandalisés de tous vont en profiter pour se refaire une petite santé.. c’est un genre de solde comme la semaine du blanc. Allez profitez, profitez c’est le moment , aprés c’est fini, il sera trop tard et les salauds resteront des salauds.....deuxiéme démarque troisiéme démarque..dépéchez vous...



                                                        • Duralex Duralex 9 octobre 2009 22:20

                                                          Quelques observations :

                                                          1/ Un écrit littéraire n’est pas un procès-verbal de déposition enregistré par un officier de police judiciaire. Le livre de Monsieur François Mitterand n’est donc pas de nature à prouver quoique ce soit, hormis la complexité de sa sexualité, ce qui n’est pas encore un délit

                                                          2/ De surcroît le terme de « garçon » peut viser tout aussi bien un jeune homme de plus de 18 ans qu’un enfant ou un adolescent et, même pris au pied de la lettre, le livre dont il s’agit ne démontre donc rien.

                                                          3/ Le « tourisme sexuel » est parfaitement autorisé par la loi française, qui admet qu’on se lasse vite de l’érotisme dégagé par nos Marine Le Pen nationales, du moment qu’il ne concerne que des prostitué(e)s majeur(e)s. Il est donc tout à fait licite pour un Français adulte de financer les études d’un étudiant thaïlandais majeur, quelle que soit leur différence d’âge.

                                                          4/ Qualifier de « pédophile » un individu qui n’a manifestement jamais touché un enfant de sa vie constitue une diffamation qui devrait amener ses courageux auteurs devant le Tribunal correctionnel.


                                                          • BA 9 octobre 2009 22:41

                                                            Evidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur les commerce des garçons d’ici et vu quantité de films et de reportages ; malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ; l’inconscience ou l’âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé où crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. […]

                                                            Bizarrement, il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite. Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment, ils considèrent leur désir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans l’étonnement candide ;

                                                            Frédéric Mitterrand, «  La mauvaise vie  ».

                                                            http://www.liberation.fr/livres/0101595944-que-dit-la-mauvaise-vie


                                                            • aml 9 octobre 2009 23:38

                                                              Et bien, c’est génial : on a un ministre de la culture qui a été attiré par le tourisme sexuel et tout va bien... Où est le problème ?


                                                              • aml 9 octobre 2009 23:39

                                                                Tout autre commentaire de ma part serait désobligeant.


                                                                • Booz Booz 10 octobre 2009 01:01

                                                                  Frédo n’est pas hors la loi, il est seulement CON.

                                                                  Car faut vraiment être con pour faire 10.000 km en avion juste pour se taper « un boxeur de 40 ans » !


                                                                  • TITUS471 TITUS471 10 octobre 2009 07:41

                                                                    Le véritable coupable dans ce qui est aujourd’hui « L’affaire Mitterrand » est le président de la République lui-même ! Pourquoi avoir choisi le neveu de son oncle pour occuper ce poste de ministre de la Culture ? Nicolas Sarkozy connaissait l’existence du livre « La mauvaise vie » puisqu’il avait salué « le courage » de l’auteur de l’avoir rédigé. Il savait que le passé de F.Mitterrand était sujet à polémique. Il n’y a en a pas eu en 2004 lors de la sortie du bouquin car, à ce moment là, la grande majorité des Français n’en avait rien à faire des aventures sexuelles de l’ancienne vedette des plateaux de télévisions. En le nommant au ministère de la Culture Nicolas Sarkozy a sorti Frédéric Mitterrand de la pénombre et l’a placé sous les feux des projecteurs de l’arène politique dans laquelle tous les coups sont permis. Nous constatons aujourd’hui le résultat ! Pas bien joli ! Une haute personnalité de l’Etat contrainte de se justifier, au 20 heures de TF1, sur l’âge de ses partenaires sexuels !! Mais où va-t-on ?

                                                                    Savoir maintenant si Frédéric Mitterrand a été pédophile ou pas, si il a pratiqué le tourisme sexuel ou pas n’a plus aucune importance. Le mal est fait. Nicolas Sarkozy ne démissionnera pas son ministre de la Culture au risque de reconnaître publiquement qu’il s’est trompé dans son choix. Nous allons conserver un certain temps ce ministre à l’image ternie, une nouvelle « casserole » que va se traîner notre gouvernement qui n’en avait pas besoin !

                                                                    Cette affaire prouve, une fois de plus, qu’une personnalité issue de la société civile fait rarement un bon ministre. La politique c’est un métier ! On ne s’improvise pas ministre d’un claquement de doigt. C’est une offense au monde politique en général et aux Français que de nommer de tels « guignols » à des postes aussi importants ! Je parle de « guignols » car depuis son arrivée au pouvoir F. Mitterrand n’a cessé d’aligner les bourdes.
                                                                    Souvenons- nous :
                                                                    - son air ravi et extasié, depuis Rome, quand il nous a annoncé sa nommination au ministère de la Culture alors que rien n’était officiel !
                                                                    - les photos de la rénovation (coûteuse !) de ses nouveaux bureaux alors que la consigne avait été donné aux ministres de se faire discrets en ces temps de crise sur leurs dépenses !
                                                                    - la défense calamiteuse de Roman Polanski empêtré dans une vieille affaire de pédophilie aux Etats-Unis. Son propre passé, à ce sujet, étant trouble il aurait pu se douter que son intervention allait lui revenir en pleine figure ! Ca n’a pas raté ! Plus stupide tu meurs !
                                                                    - toujours dans le cadre de l’affaire Polanski il a fustigé la justice américaine présentée, maladroitement, comme archaïque et d’un autre temps ! Qui est-il pour se permettre un tel jugement ? Je ne suis pas sûr que Nicolas Sarkozy ait beaucoup aprrécié cette attaque alors qu’il fait tout pour restaurer des relations sereines avec Washington.

                                                                    Monsieur Frédéric Mitterrand votre oncle était, pour certains, une véritablement ordure mais il faut reconnaître qu’il fut un homme d’Etat d’une immense culture, d’une redoutable intelligence machiavélique et d’un courage qui a forcé le respect de ses plus farouches opposants. Il l’a prouvé jusqu’à son dernier souffle. Vous n’avez avec lui en commun que le nom dont vous avez largement bénéficié pour vous hissez là où vous êtes aujourd’hui. Contrairement à lui vous n’avez pas la carrure, vous n’avez pas l’expérience politique ni l’intelligence nécessaire pour occuper de si hautes fonctions. Votre seule erreur, en fait, est d’avoir eu la vanité, la prétention de les accepter.


                                                                    • Dujnou Dujnou 10 octobre 2009 09:31

                                                                      C’ est une erreur d’ interprétation, s’ il est allé en Thaïlande, c’ était juste pour voir des tsu d’ amis !


                                                                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 octobre 2009 11:22

                                                                        « les montagnes de dollars que ça rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, »

                                                                        Dans son livre Mitterrand parle de jeunes éphèbes « Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément. » source 

                                                                        Ephèbe


                                                                        En grec, le terme désigne les garçons âgés de 15 à 20 ans, mais à Athènes on l’utilisait pour désigner les membres de l’éphébie, institution fondée vers 335 à la suite de la défaite d’Athènes à Chéronée qui donnait aux jeunes hommes de 18 à 20 ans l’obligation de suivre une préparation militaire. Elle s’est rapidement étendue à tout le monde grec. Les éphèbes, rémunérés 4 oboles par jour étaient soumis à la vie de caserne et à une discipline sévère.source

                                                                        « J’inclinerais, pour ma part, à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie. Il y a 1 ?200 ou 1 ?300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés ! Mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable. Prenez les fumeurs : certains développent un cancer, d’autres non. Les premiers ont une faiblesse physiologique héréditaire. Les circonstances ne font pas tout, la part de l’inné est immense. »

                                                                        Nicolas Sarkozy

                                                                        http://philomag.com/article,dialogue,nicolas-sarkozy-et-michel-onfray-confidences-entre-ennemis,288.php

                                                                        @+P@py


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès