• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Gouverner, c’est… manipuler »

« Gouverner, c’est… manipuler »

On attribue à Thiers la maxime « gouverner, c’est prévoir ». Si cet ancien chef du pouvoir exécutif se trouvait aujourd’hui exercer les fonctions de président de la République, il modifierait probablement la formule en : « gouverner, c’est manipuler ».

Parce qu’il n’y a plus rien à prévoir.

Ce qu’il est prévu d’installer et de faire, est déjà inscrit dans le texte de divers traités.

Ce qui fait que la seule chose à laquelle les gouvernants doivent penser, c’est aux réactions des citoyens à chaque étape de la mise en application de la programmation. Pour les neutraliser lorsque la mise en place de la nouvelle société inscrite en filigrane dans les traités nécessite ou engendre la dégradation de la situation de larges couches de la population. Et ce, nécessairement avec un certain cynisme (1)

Quant aux techniques de manipulation, elles ont fait l’objet de grands progrès. Et la profession de manipulateur s’est considérablement développée (cabinets de « relations publiques », de « conseil en … »). Si bien que les sommes consacrées à la manipulation ( qui porte un nom évidemment plus « présentable ») des candidats, des élus et des membres de l’exécutif sont inscrites dans un poste officiel des budgets et atteignent des montants considérables.

On comprend alors le sens et l’objet des discours et argumentaires tenus quotidiennement par les personnes qui se trouvent aux commandes (2) .

Qui d’un côté sont obligés de tailler en pièces le droit du travail, et qui d’un autre coté doivent faire croire que ce qu’il font vise à garantir les acquis inscrits dans les lois … qu’ils abrogent. Qui d’un côté doivent permettre que les gros jouent un mauvais tour aux petits, et qui doivent convaincre les victimes qu’elles s’en sortiront, ou qu’en tous cas qu’il est souhaitable qu’elles s’en sortent. Qui d’un côté laissent se dégrader les services publics et qui, de l’autre, font espérer que le salut viendra le jour où des entreprises privées factureront (plus cher) les prestations aux usagers devenus clients. Qui, d’un côté, ne contrarient pas les intérêts de grosses sociétés qui vendent des produits nocifs, et qui d’un autre, doivent faire patienter ceux qui sont exposés aux désastres que vont leur causer lesdites substances ou les convaincre qu’on manque d’études pour pouvoir incriminer quoi que ce soit et a fortiori qui que ce soit. Qui d’un côté facilitent la vente d’entreprises françaises-clés à l’étranger, et qui de l’autre prédisent que cela pourra être utile demain au pays ou aujourd’hui aux employés. Qui d’un côté constatent que les mesures qu’ils prennent ont un effet pervers, et qui doivent faire accroire qu’en les maintenant, les mêmes mesures produiront des effets positifs. Etc… Etc …

Le succès des argumentaires, nécessairement spécieux pour bon nombre d’entre eux, ne peut être obtenu que par l’administration quotidienne de médications appropriées.

Ce sont alors les médias qui interviennent. (3)

Que les médias puissent ensemencer les cerveaux est une réalité connue dont on arrivait (et voulait) jadis à tirer les conséquences. Par exemple, le général de Gaulle, qui savait que la presse écrite jouait contre lui, avait fait en sorte que les informations diffusées par la radio et par la télévision soient maîtrisées par son ministre de l’information. On essayait de protéger les citoyens contre la manipulation, par diverses lois sur la presse ou sur le statut des journalistes, etc… Aujourd’hui, l’essentiel de la presse écrite et télévisée va dans le même sens … Celui qui intéresse ceux de ses propriétaires et de ses dirigeants qui se trouvent dans le même camp et jouent pour ce dernier (4). Ce qui explique probablement qu’il devient difficile ( ou risqué) à ceux qui rament en sens contraire, de s’en plaindre (5) lorsqu’ils sont victimes d’une forme de militantisme (hostile) des journalistes de l’ordinaire.

Les recettes utilisées sont si grossières qu’il n’y a pas besoin d’être un chercheur spécialiste de la question, pour pouvoir en recenser au moins quelques unes (6).

a) Les politiques qui prônent la rupture sont empêchés (non information) de prendre leur envol - ex. M. Asselineau - . Ceux qui ont réussi à rassembler autour d’eux un fort pourcentage d’électeurs, font l‘objet de la diffusion de nouvelles, calibrées pour organiser leur dégringolade à des moments opportuns - ex. Mme Le Pen, M. Mélenchon - (7) b) Les propos du président de la République (et ceux des membres du gouvernement) sont simplement reproduits dans la forme adoptée par ces derniers. Et font pour l’essentiel, l ‘objet d‘une paraphrase sans recul de la part des « journalistes ». Des invités délayent ensuite sur le même mode, et transforment par leurs échanges ritualisés, la politique en spectacle. Le tout permettant de faire penser que ce les gouvernants disent est « vrai » ou est « évident » et que ce qu’ils annoncent est « nécessaire ». c) Tandis que la présentation des « adversaires » et de leurs propos ou activités porte un message subliminal de méfiance ou de rejet : « Selon » tel opposant … ; « selon » untel et autres … « souverainistes », « populistes » « gens dangereux de tel bord ». Comme dans le domaine des affaires étrangères : le « dictateur » Untel (au lieu du « président de tel pays ») ; les troupes « fidèles au dictateur » … ( au lieu de « l’armée nationale … ») ( 8). d) Quand les adversaires du système (oligarchique / ploutocratique) sont invités sur des plateaux de télévision, ils jouissent d’un traitement particulier : - parole coupée, - démonétisation de la personne , - recherche des contradictions, - mise en porte à faux, - propos déformés avec effet boomerang (9). Avec comme résultat immédiat que leur message sur le fond est inaudible. Et avec, comme prolongement, des débats organisés hors de la présence de l’intéressé, sur tout sauf sur le fond : le politique était agressif, s’est mal défendu, n’a pas répondu aux questions, … Etc…

Certes, la manipulation est à la base de beaucoup de relations humaines. La séduction est d’ailleurs, à sa manière, une forme de manipulation. Les peuples ont toujours été manipulés lorsqu’il a fallu leur faire accepter de porter les armes, de quitter leur famille, et de mourir.

Mais il semble que la manipulation si elle est correctement faite et si elle est permanente, comme c’est devenu le cas, va bien au delà des discours et des manœuvres qui cherchaient traditionnellement à convaincre ponctuellement.

Deux questions théoriques, (et iconoclastes) qu’on ose pas trop poser, commencent à être d’actualité :

- la question de savoir si des individus en situation de manipulation constante peuvent encore être qualifiés de citoyens (10) ;

- et au regard des conceptions anciennes et traditionnelles de la démocratie, la question de la légitimité de ceux qui, bien qu’élus - ou parce qu’élus dans ces conditions-, gouvernent par et grâce à la manipulation.

Marcel-M. MONIN

M. de conf. hon. des universités

(1) Qui fait penser à celui de M. Sylvestre, personnage des « guignols de l’info » (première formule). Ce M. Sylvestre était un personnage qui, cloné, incarnait les financiers, les propriétaires des gros groupes (militaro - ) industriels et qui affichait / affichaient son / leur cynisme : gagner de l’argent en profitant de toutes les opportunités, et en manipulant tout le monde … sans trop de scrupules. M. Sylvestre qui ricanait tandis qu’il constatait qu’il avait su réussir dans l’impudence et l’inconvenance.

(2) les politiques qui sont aux commandes agissent, par conviction, ou par crainte des pauvres ou par mépris des strates populaires les plus modestes ( v. le persiflage du « populisme »), ou par intérêt … pour assurer le financement et la pérennité de leur carrière, dans le sens des intérêts des M. Sylvestre ( voir la note n° 1) et grâce à ces derniers. NB. Mais rien n’interdit, mais c’est une autre question, à une personnalité de dire « stop ». Après avoir réfléchi aux moyens d’entrainer derrière elle une majorité de citoyens (à défaut de majorité parlementaire). Et en acceptant … les risques divers et les périls liés à une telle entreprise.

(3) Ce ne sont évidemment pas les seuls. Certaines institutions d’enseignement sont, parmi d’autres, d’efficaces machines à forger les opinions. Ce qui n’est pas nouveau. Jadis, les écoles des jésuites dressaient les jeunes aux opinions anti républicaines ( que les Républicains combattirent avec la loi de 1901 pour commencer). Aujourd’hui, c’est l’idéologie de Milton Friedman qui sert de bréviaire : Entre autres illustrations, si l’on fait la liste des enseignants de certaines universités et établissements qui traitent d’économie et qui jouissent de la meilleure « réputation », on constate que la plupart d’entre eux sont précisément des adeptes des théories de Milton Friedman ; et que la place laissée aux économistes keynésiens est plutôt maigre.

(4) Les médias indépendants et les journalistes d’investigation existent certes également. Mais qui, comme les poissons volants ne sont pas la majorité du genre. Et qui ont du mal, eu égard au contexte, et malgré les réseaux sociaux, à produire suffisamment d’antidote.

(5) Dans ce cas, c’est l’ensemble de la profession qui « tombe sur » celui qui ose évoquer l’engagement partisan des journalistes salariés par les médias dominants. Et fait passer (ainsi que M. Mélenchon en a fait l’amère expérience), celui qui l’oserait, pour un personnage mal poli, agressif, ne maîtrisant pas ses nerfs, voire ne possédant pas toutes ses facultés mentales ou, à défaut d’argument, pour un « complotiste ».

(6) comme il n’y a pas besoin d’être un économiste chevronné pour relever comme « aberrante » l’obligation qu’ont les Etats d’emprunter aux banques et aux marchés financiers, plutôt qu’à leur banque centrale.

(7) Dans ces deux derniers cas, les médias ont mis en place des feuilletons, dont chaque épisode est la redite du précédent, à partir de procédures qui semblaient dormir (procédures dont les hasards des calendriers de la justice impartiale ont fait que des magistrats indépendants les ont réactivées librement). Avec, en continu, nuit et jour, des commentaires centrés sur la crédibilité perdue ou en voie de l’être, des intéressés. La manière dont le cas Fillon a été traité a permis à l’évidence d’éliminer ce candidat (souvent présenté comme un candidat lui aussi favorable à l’oligarchie) au profit d’un candidat généralement présenté, lui, comme ayant été choisi et « fabriqué » par cette même oligarchie en vue d’occuper la charge de président de la République.

(8). Imaginons que les médias traitent, exactement selon les mêmes techniques, tous les politiciens. On entendrait ou on lirait alors des développements du genre « selon » tel responsable en place … « financé ou soutenu par » , « il faudrait » ( au conditionnel) … ». Tel autre, « qui participe aux dîners du Bilderberg, qui est invité par la Trilatérale, qui est « jung leader », qui va passer ses vacances sur le yacht de tel milliardaire … a décidé » (suit la mesure qui va dans le sens des conceptions ou des intérêts des fréquentations)… ». « Le président de la République, le Premier ministre … « prétendent » que… ». De la même manière, les discours sur « l’Europe » prendraient évidemment une autre connotation ou une autre tournure, si les propriétaires des médias faisaient rappeler par leurs journalistes, que les « pères fondateurs » exerçaient aussi l’activité d’agent de la CIA.

(9) « Si vous dites ça / si j’ai bien compris ce que vous dites … , c’est forcément que vous voulez dire … que vous pensez … que, que vous vous prononcez pour (un adversaire) / contre (un ami)… »

(10) L’usage du droit de vote sous entend traditionnellement que l’on jouisse d’un libre discernement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les enfants ne votent pas. Et que les personnes qui sont placées sous « tutelle », parce qu’elles ont perdu leur libre arbitre, se voient retirer le droit de vote par le juge.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Tall Tall 24 octobre 2018 12:31

    Le carpet-bombing médiatique est effectivement très efficace.

    Et ça ne passe pas que par les news. Il y a aussi pas mal de films, séries télévisées et documentaires « historiques » qui passent pour envoyer des messages en arrière-fond.
    Exemple avec ARTE qui diffuse une propagande européïste en continu.
    Leur message préféré : les nations c’est dangereux, sans l’UE c’est la guerre !

    • moebius 24 octobre 2018 23:22

      @Tall
      si je vais sur Arte c’est bien pour avoir accés en toute conaissance de cause a cette propagande et je dois aussi avouer que je m’en fait l’echo ici. Mais vous que faites vous ici ? 


    • Tall Tall 25 octobre 2018 00:28

      @moebius

      Je donne mon opinion comme tout le monde > pour moi l’UE, c’est de la merde... et on est déjà sûrement + de 100 millions d’européens le penser : anglais, italiens, grecs ..etc ..

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 octobre 2018 12:48

      astrologue, ceci pourrait vous intéresser,...et Macron a sa naissance avait URANUS EN SCORPION.Que sont nos ombres dans ce Scorpion ? Ce que, par habitude et facilité, nous détestons chez les autres et leur reprochons, procédé psychologique qui nous permet de nier que nous l’avons aussi en nous, dans notre part sombre d’humain. Le Scorpion nous met face à nos miroirs : Les situations qui sont générées dans la relation que nous avons avec les autres représentent ces miroirs. Car le Scorpion qui est en chacun de nous se projette sur l’autre c’est-à-dire qu’il voit l’autre, non pas forcément tel qu’il est, mais à travers ses propres attentes, ses propres croyances, ses besoins, ses filtres et ses ombres, sa conception également de la sexualité. Plus nous avons déjà nettoyé ces aspects troubles de notre psyché et plus nous sommes à même de rencontrer l’autre de façon vraie. Quand je dis « rencontrer l’autre de façon vraie » cela désigne notre capacité à aborder les gens dans leur ensemble mais aussi celle d’entretenir des relations avec nos proches, en particulier, sur un mode harmonieux et sincère, sans calcul ni appréhension. 


      • moebius 24 octobre 2018 23:09

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
         Melusine vous etes folles ..et c’est bien là votre desir le plus cher 


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 octobre 2018 12:57

        Freud avec son livre peu connu (le Président Wilson), invitait déjà à analyser ceux qui nous gouvernent. Qui ne peut voir : Macron en TINTIN et Mélenchon en HADDOCK ? Relire Serge Tisseron. Le président T. W. Wilson

        Livre de Sigmund Freud et William C. Bullitt

        Freud ne mâche pas ses mots : il déteste le 28e président des Etats-Unis, Thomas Woodrow Wilson (1856-1924), père de la Société des Nations, prix Nobel de la paix, l’homme des « 14 points » à la base du .

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 octobre 2018 12:58

          Freud avait prévu l’arrivée d’Hitler et le lien des Wilson avec les sionistes.... ;


          • Arthur S Chourave 24 octobre 2018 13:16

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            vous devez confondre avec Nostradamus !

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 octobre 2018 13:50

            @Chourave


            J’ai très bien connu Forcalquier et NOSTRADAMUS ne s’est pas trop trompé. Bien sûr, différentes interprétations laissent une marge d’erreur.

          • moebius 24 octobre 2018 23:24

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Milou aussi 


          • Arthur S Chourave 24 octobre 2018 13:16

            Sauf que les « puppets » qui ont été mis en place avec tous les outils de marketing politique que l’on sait ne « gouvernent » pas.


            Gouverner, c’est utiliser un gouvernail pour maintenir un cap en utilisant le vent au mieux pour atteindre à force de louvoyer (une allure portante étant l’exception) le but que l’on s’était fixé au départ. Ceux qui « gouvernent » sont à Wall-Street, à la City, à Frankfort et au Palais Brogniat pour les membres de l’OTAN (c’est un peu plus compliqué pour les autres).

            Pour le reste, le rôle des marionettes mises en place est en effet de maintenir l’illusion, mais ils ne gouvernent pas, ils « animent ».

            • moebius 24 octobre 2018 23:05

              @Chourave
              Ben oui et alors ?


            • Arthur S Chourave 25 octobre 2018 13:55

              @moebius

              alors ils ont rien de nouveau

              (à l’horizon, rien de nouveau)

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 octobre 2018 13:54

              Il avait même prévu qu’une femme connaîtrait un homme né le même jour qu’HITLER,...A suivre....


              • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 24 octobre 2018 14:04
                Macron n’est pas là pour gouverner, mais pour se soumettre. Il est entièrement aux ordres du complexe bruxellois et des producteurs de pétrole du Moyen Orient, il n’a aucune politique indépendante. Trump ou Salvini ont des politiques basées sur une action cohérente, sûrement pas Macron.

                C’est pourquoi il ne se passe rien, et que l’appareil médiatique tourne à plein régime pour masquer ce vide. Il est inutile de commenter l’actualité, il n’y en a pas, elle est fabriquée de toutes pièces.

                • moebius 24 octobre 2018 23:04

                  @Gilles Mérivac
                   quand vous faite un plein vous faites quoi ?


                • sousmarin sousmarin 24 octobre 2018 22:06

                  Tous ceux qui n’ont aucun projet politique manipule pour faire croire qu’ils en ont un et je ne vois aucun pays dit développés avec un pouvoir en place qui ait un projet politique digne de ce nom.

                  Ce qui en explique en partie le succès des extrêmes qui, malheureusement, n’en ont pas plus.

                  Il ne suffit pas de se proclamer national ou insoumis pour avoir un projet cohérent, sincère et possible.

                   

                  Il n’existe plus aucun média indépendant du pouvoir politique ou économique.

                  Les élites économiques se renouvellent en se reproduisant entre elles ou en se cooptant, ce qui entraîne une consanguinité maladive et des dirigeants médiocres.

                  Enfin, la justice - pourtant là bien mal son nom -  est devenu un pré-carré de professions judiciaires dont le but n’est pas la justice mais de conserver leurs pouvoirs.

                   

                  La solution ne peut passer que par une démocratie participative notamment pour éviter les conflits d’intérêt et le "juge et partie".

                   

                  Par exemple, des citoyens tirés au sort devraient avoir la charge de voter les lois qui s’appliquent aux acteurs indépendants des 3 pouvoirs constitutionnels (exécutif, législatif et judiciaire). En complément, des jury populaires sanctionneraient ceux qui violeraient ces lois.

                  L’indépendance nécessite en garde-fou un système, lui même indépendant des 3 pouvoirs, qui lutterait efficacement - contrairement à maintenant - contre les décisions aberrantes, les dérives, les petites combines ou arrangements entre « professionnels » et la corruption de tous les acteurs indépendants de chacun des 3 pouvoirs...indépendance ne veut pas dire irresponsabilité ou impunité !

                   

                  Autres exemple, les organisations qui gèrent et sanctionnent les professions réglementées (médecins, avocats, notaires, huissiers, etc.) devraient être gérés majoritairement par des citoyens et non par les professionnels qui ne se condamnent que très peu entre eux ou pour de mauvaises raisons (conflits personnels, vengeances, etc.) ; système qui favorise une arrogance baignant dans une mauvaise foi nourrie par une impunité injustifiable.


                  • moebius 24 octobre 2018 23:01

                    @sousmarin
                    et par exemple comment vous faites pour prendre le pouvoir afin de limiter « cette arrogance baignant dans une mauvaise foi nourrie par une impunité injustifiable » 


                  • moebius 24 octobre 2018 22:55

                    Comme quoi toutes previsions s’accommodent fort mal de la manipulation qui consiste a faire entrer la réalite a coup de marteaux dans un cadre prévu par un gouvernement quelconque ....Et comme quoi gouverner c’est ne faire que ce que l’on peut 


                    • moebius 24 octobre 2018 23:13

                       Pas de prevision sans manipulation. Les deux doivent quelque part faire la paire mon colonel..Sinon vous ne les auriez pas mis en fonction l’une avec l’autre 


                      • moebius 24 octobre 2018 23:14

                         Pas de prevision sans manipulation. Les deux doivent quelque part faire la paire mon colonel..Sinon vous ne les auriez pas mise en fonction l’une avec l’autre 


                        • Attila Attila 24 octobre 2018 23:44

                          "L’usage du droit de vote sous entend traditionnellement que l’on jouisse d’un libre discernement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les enfants ne votent pas"
                          En effet, on accorde le droit de vote à partir de l’âge de 18 ans car on suppose qu’à partir de cet âge les électeurs ne vont pas se comporter comme des gosses de 10 ans. Est-ce encore le cas aujourd’hui ?
                          Tous des bout d’chou
                          .
                          La fin des adultes

                          .


                          • Spartacus Spartacus 25 octobre 2018 12:14

                            Une science depuis le livre de Lebon et son livre : la psychologie des foules.


                            Actuellement on assiste a une des pires manipulation par le lobby des étatos- ecolos-fascistes.

                            Un vrai bombardement à haute dose étatiste de mise en place du totalitarisme.

                            Hier Goebels ou Bernays utilisaient des faiseurs d’opinion.

                            Aujourd’hui les journalistes formatés aux écoles en socialisme faiseurs d’opinion sont utilisés, mais la nouveauté c’est « l’étude scientifique » qui doit annihiler toute contestation.

                            Aujourd’hui c’est perfectionné avec cette utilisation des « études scientifiques » a qui ont fait dire ce que ont a envie de dire....
                            Tel étude doit prouver que le bio est fantastique.
                            Tel que le climat change à cause de l’homme, 
                            tel que l’huile de palme est pas bonne,
                            tel le sel, tel le sucre ou la vitesse et toutes finissent par des taxes, et des coercitions privatives de libertés et de mise en délinquance les gens normaux souvent non concernés.
                            On invoque ces études pour vous priver de tout.

                            Vous roulez à 90 et n’avez jamais tué personne ? On vous impose de rouler à 80 parce que « l’étude »...
                            Vous ne mangez pas trop salé ou sucré ? On va taxer parce que « l’étude »...
                            Vous ne jetez pas de sac plastiques dans la nature ? On va quand même vous taxer en justifiant « l’étude »
                            Vous ne mangez pas de bio ? On va vous culpabiliser avec les résultats de « l’étude »

                            Pour contester, il faut faire un effort pour rentrer à l’intérieur des études dont la possibilité d’accès n’est toujours pas à la portée de tous, et décrépiter dans chaque étude le biais et l’approximation qui la corrompt et ensuite avoir la possibilité de le dire dans des médias verrouillés.

                            Ecoutez chaque matin les matinales, vous comptez les « études » appelées « scientifiques » d’oganismes qu’on vous présente « neutres » avec de belles références, ONU, ONG, INSEE pour vous faire avaler n’importe quoi.

                            C’est terrifiant.

                            • ninportequoi 25 octobre 2018 19:12

                              @Spartacus


                              Ce qui est amusant dans votre laïus c’est que tout lecteur d’Agoravox peux aller vérifier que vos milliers de commentaires (5600 depuis la dernière inscription) sont parsemés de milliers de liens qui renvoient vers des milliers d’études.
                              C’est terrrrifiant ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès