• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Grand débat national de diversion (GDND) : Macron refile la patate chaude « (...)

Grand débat national de diversion (GDND) : Macron refile la patate chaude « Gilets Jaunes » aux 36 000 maires de nos communes

          les maires à l'élysée grand débat national

            Dindes, dindons et marrons de la farce "Grand débat national de diversion" ?

 

 ... mais pas fous tous ces maires dont une partie s’est déjà exprimée ! A leurs yeux, il serait, ou bien plutôt… il est surtout question de diversion : l’Elysée cherche un second souffle et à gagner du temps ; il joue la montre, l’épuisement et la confusion ainsi que la désintégration du mouvement les Gilets Jaunes dans un grand tout appelé « Grand débat national de diversion » (GDND) afin de le noyer ou de l’asphyxier, lui et la crise sociale majeure auquel l’Elysée est confronté ; il est aussi question d’ôter de la bouche de ce mouvement le monopole de la parole contestataire, tout en se donnant une bonne conscience : « Vous voyez ! Nous n’évitons pas le débat ! Nous vous donnons la parole tout en la consignant dans des cahiers de doléances ».

Et c’est alors que l’Elysée n’aura qu’un souci : marginaliser les Gilets Jaunes (GJ) en tant que mouvement qu’il ne se privera pas de qualifier de « mouvement obtus et autiste » au terme d’une consultation qui sera suivie d’aucune décision quant au pouvoir d’achat des « petits salariés et retraités » ; une consultation d’un nouveau type : tout en ombres chinoises.

Garants de la bonne réception des revendications de leurs administrés, de leur compilation et de leur synthèse auprès de l’Etat et de la « représentation » nationale, quand tout ce « cirque consultatoire » s’avérera n’être qu’une mascarade à grands coups de « Soyez raisonnables ! Rome ne s’est pas fait en un jour ! », à qui tous ceux qui auront participé à ce « Grand débat national de diversion » demanderont-ils des comptes, localement, là, tout près, chez eux, au coin de la rue juste après le 2è rond-point, à gauche ? Aux maires de leur commune, bien évidemment ! Et en ces termes : « Qu’avez-vous fait des cahiers de doléances qui nous avons remplis ? Les avez-vous remis à qui de droit ? Escrocs ! Vous nous avez laissé(s) tomber ! ».

Les GJ et la dynamique qu’ils ont su admirablement mettre en marche, quant à eux, ne seront pas les derniers à demander des comptes non plus : « Des mois de lutte, de matraquage, de gazage, de tirs de flashballs, de bavures sans nombre, de tabassage… et puis ça ? Tout ça pour ça ? »

Patatra ! Les maires n’auront alors plus que l’embarras de la situation et aucun des avantages ni des mérites ; les désavantages d’une consultation qui n’est qu’une pièce de théâtre qui n’aura engagé, tout comme les promesses, que ceux qui auront eu la sottise d’y assister tout en payant leur billet en payant de leur personne.

Ou bien alors : pris à la gorge, sans pouvoir de décision et sans solutions, très mal conseillé, l’Elysée compterait-t-il sur les GJ et tous ceux qui auront « donné de l’écriture » en attendant de donner de la voix, pour faire preuve de la même résignation que J.L Borloo, l’avocat d’affaire de Tapie - ils ont fait fortune ensemble -, et accessoirement ancien maire de Valenciennes, à propos de son « Rapport sur les quartiers prioritaires » qui a fini à la corbeille ? C’est oublier ceci : Borloo, lui, n’en attendait pas plus. Sans doute a-t-il choisi cette mission, au terme d’une longue convalescence, pour y réaliser un dernier tour de piste médiatique - sorte de baroud d’honneur -, avant de se retirer définitivement de la vie politique…

Pour les Gilets Jaunes… en revanche, l’enjeu est à la fois social et moral ; aussi, gare à la colère ! Une colère décuplée !

 

 Pourrissement et épuisement, dilution des responsabilités… l’idée de ce GDND consiste très certainement à mouiller tout le monde en les invitant à prendre un bain tous ensemble : administrés, électeurs, maires, députés, sénateurs…. communes, villes, départements, régions car enfin, ce GDND n’est-il pas qu’un instrument parmi d’autres dans l’arsenal stratégique du clan Macron destiné à la gestion sécuritaire et diffamatoire, à défaut d’une gestion politique, de la plus grande crise sociale depuis le « Mai 68 ouvriers » ? La personnalité de cet enfant-roi, arrogant, capricieux, orgueilleux ne saurait ne pas être prise en compte car, si l’Agenda économique et budgétaire de l’Elysée appartient à ceux qui sont allés chercher Macron pour lui proposer d’être candidat tout en réunissant toutes les conditions pour qu’il soit élu, il y a aussi du Macron dans le déploiement et la gestion de cet agenda : sa personnalité ; personnalité qui s’est manifestement construite autour d’un orgueil démesuré et d’une vanité qui n’a aucune prise sur le réel : la sur-estimation de soi en politique et par voie de conséquence, la sous-estimation de l’adversaire est fatal à celui qui s’y vautre au-delà de la raison qui cesse alors de raisonner.

Car enfin, qui est ce Macron qui n’a pas d’avenir politique en France, qui n’en veut pas, n’en cherche pas non plus ? Un avenir dans le sens d’une carrière à la Mitterrand ou à la Chirac… 

Peu d’observateurs ont voulu comprendre ou faire comprendre, sans doute pour ne pas désespérer l’électorat des couches moyennes qui y croit encore (entre 60 et 40% de l’électorat), que Macron n’a eu qu’un seul souci depuis son entrée dans la haute fonction publique : entretenir son attractivité, son niveau d’« employabilité », - et les règles d’or qui détiennent toutes les clés de la réussite - à un niveau international. Aussi, aujourd’hui, est-il urgent de comprendre qu’avec cette crise sociale majeure, Macron joue non pas son avenir politique dont il n’a que faire, ici, en France, mais bien plutôt… son avenir professionnel ; un avenir qu’il veut haut-perché, à la plus haute branche de cet arbre qu’est l’oligarchie mondiale et plus précisément l’hyper-classe qui fait et défait les carrières. Si Macron échoue à son poste - poste tremplin destiné à lui permettre de rebondir plus haut, encore plus haut, toujours plus haut -, s’il échoue à remplir l’agenda qui lui a été assigné par ses sponsors et mentors, c’est toutes ses perspectives de carrière à l’international qui s’effondrent et l’assurance à 43 ans de finir dans un placard, à l’ombre, oublié de tous car il se sera avéré incapable de satisfaire les appétits de l’U.E (à ne pas confondre avec l’Europe ; car l’Europe c’est de la civilisation ; l’U.E c’est du business) et de son projet-relais d’un mondialisme qui a pour cible prioritaire cette zone où les salaires sont les plus élevés et la protection sociale aussi : l’Europe dans leur ligne de mire à tous depuis 20 ans.

Assurément, si le locataire de l’Elysée échoue à faire que les pauvres soient plus nombreux et plus pauvres encore et les riches toujours plus riches tout en livrant des millions de salariés à une concurrence intra-européenne effrénée, sans oublier la remise en cause de la liberté d’expression et de la liberté de l’information avec la main d’une oligarchie vorace sur 90% des médias de masse.

Tout juste larbin de 2è catégorie Macron, alors qu’il visait le poste de Larbin catégorie Premium à la tête de la Commission européenne ou bien à la direction d’une Institution financière internationale ?

Après les "médecins sans frontières" et les reporters du même nom, voici venir le président apatride Macron ! Président d'un monde qui n'est ni celui de ses électeurs, moins encore celui de ses opposants. Une première !

En d’autres termes, pour Macron, l’Elysée n’est qu’une étape intermédiaire car « C’a de la gueule sur un CV ! » c’est sûr !

Nombreux sont les observateurs qui prédisent que Macron tentera de mener à bien les réformes sur lesquelles il s’est engagé auprès de ceux qui gardent un œil sur lui, même si ces observateurs se gardent bien (ou ignorent) la véritable raison de cette obstination : Macron n’a pas le choix s’il doit garder son employabilité intacte.

Et c’est sans doute la raison pour laquelle Macron n’est porteur d’aucun souci de la France, de son peuple, de son histoire, de sa culture, de sa réputation, de sa langue parlée par tous les esprits les plus brillants de par le monde, sa valeur symbolique et son rayonnement aussi ; aucune base électorale, aucun ancrage terrain non plus ; pour preuve de cette absence de souci et de considération pour cette France-là, si peu soucieux d’un destin français, ses gigantesques lapsus révélateurs que sont ses critiques à propos du « caractère français » lors de ses déplacements à l’étranger ; critiques qu’aucun président avant lui n’avait formulé car Macron n’a rien à attendre, sur le moyen et long termes, d’une France bien en peine de lui offrir les opportunités nécessaires à son ambition ; la France, c’est trop petit, bien trop petit pour lui ; alors, pourquoi se gêner !

Alors oui vraiment ! seul le regard de l’oligarchie mondial sur sa personne importe puisque seul ce regard-là le préoccupe. D’où le fait qu’il n’ait aucun sens politique : il pense ne pas en avoir besoin. En revanche, sans le soutien de l’hyper-classe et des acteurs au sein de l’hyper-structure mondiale, il n’y parviendra pas ; il le sait.

Pour toutes ces raisons, la venue de Macron à l’Elysée est une faute grave de la part de ceux qui l’ont favorisée avant de la rendre inéluctable une fois neutralisé le second tour de l’élection présidentielle en provoquant un duel avec MLP ; n’oublions jamais que Macron a été avec un score de 18% des inscrits au premier tour.

Si Macron a été légalement élu, que l’on rappelle une nouvelle fois qu’il n’a aucune légitimité ; de plus, sa personnalité défiante, orgueilleuse, sa vanité, tout confirme cette absence de légitimité morale et affective. « Il ne coche aucune case » dirait un professionnel de l’évaluation de candidatures même s’il semble encore n’avoir aucun doute quant à sa capacité à complaire à ceux qui l’accompagneront dans son ascension professionnelle.

Et c’est alors que le principe de Peter pointe le bout de son nez : « Dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s'élever à son niveau d'incompétence ».

Plus dure sera la chute car… insoupçonnée parce qu'impensable cette incompétence par le locataire de l’Elysée, cet individu-grenouille qui a cru se faire aussi gros, plus gros encore, que le bœuf !

Décidément, La Fontaine aura toujours raison.

 

 Pour revenir à cette faute qu’est l’arrivée de Macron à l’Elysée, un Macron qui incarne un UMPS plébiscité par les médias et un centrisme politique irresponsable, ventre mou de l’engagement et ignorance de ce qu’est la politique et le corps électoral, dans une mauvaise interprétation de l’abstention et du désenchantement - une fausse bonne idée tel un enfer pavé de bonnes intention car le soi-disant réalisme-centriste en politique est un oxymore -, cette faute, c’est bel et bien l’aboutissement de 30 années et plus d’absence d’alternative politique réelle, verrouillée par une construction européenne soutenue par tous les médias et 80% de la classe politique ; une construction qui est une véritable camisole destinée à forcer des réformes et à livrer en pâture les peuples à la concurrence intra-européenne, la guerre de tous contre tous ; une construction qui étrangle et étouffe toutes les marges de manœuvre : d’où la fin du débat politique au profit de l’anathème et du bannissement de tous les opposants : en effet, pas de carrière politique ni médiatique et autres pour tous ceux qui s’opposent à ce projet européen.

 Une chose, une dernière :plus personne ne peut nier que le « Système » est maintenant dans une impasse ; l'UMPS est dos au mur puisqu’il est impensable que Macron soit ré-élu en 2022 ; de plus, il n’existe aucune garantie qu’il aille jusqu’au bout de son mandat.

 Impasse donc, épuisement, crise sociale doublée d'une crise de la démocratie non-représentative, une seule issue se dessine : une crise de régime qui, seule, permettra de « renverser la table » : en finir avec une démocratie dont la raison d’être est l’exclusion politique et sociale du plus grand nombre car il est maintenant admis que notre Assemblée nationale ne représente au mieux que 25% du corps électoral et dans un même pourcentage, les médias à propos de tout ce qui se pense et de tout ce qui est pensé dans la société ; rien de surprenant à cela en ce qui concerne les médias puisque leurs clients à tous, c'est la classe politique.

Oui ! Une crise de régime qui, d’une pierre deux coups, mettra également fin au projet de l’U.E tout en facilitant une refonte complète de nos institutions, des médias et du droit des plus puissants à les contrôler.

Reste à espérer que les Gilets Jaunes dans leur ensemble sauront évaluer à sa juste valeur mais sans complaisance ni relâchement la nécessité et l'exigence suivantes : que les Gilets jaunes n’oublient surtout pas leur colère à la prochaine élection européenne et à toutes les élections qui vont se succéder : que ceux qui n'ont jamais voté, votent ! Que ceux qui ne votaient plus, reviennent vers les urnes car, pour affaiblir d’avantage l’Elysée, il faut impérativement rejeter à la marge LREM ainsi que « Les Républicains », parti qui n’a pas cessé de poignarder dans le dos le mouvement depuis huit semaines.

En revanche, il faudra impérativement éviter le piège suivant : une liste « Gilets jaunes » ; liste qui ne fera que diviser les forces capables de provoquer cette crise de régime. Notons que cette liste Gilets Jaunes est vivement souhaitée par les troupes de Macron ainsi que par tous les médias qui ont bien compris le danger d’un vote massif en faveur du RN, des Insoumis, de l'EELV, de l'UPR et du PS (s'il en reste quelque chose) ; à leurs yeux à tous, cette liste permettra de limiter l’impact désastreux du vote-sanction attendu sur les partis LREM et LR tout en réduisant le poids des votes Insoumis et RN. 

 Précisons ceci au passage : vous l'avez compris, tous les partis sont permis (comme tous les coups) car qui veut les fins veut les moyens ! 

 Avec l’occupation de la « rue », ce vote-sanction d’une ampleur inédite, demeure la seule arme à notre disposition.

JPEG

 

____________

 

Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 15 janvier 15:37

    ’’mais pas fous tous ces maires dont une partie s’est déjà exprimée ! ’’

     

    Il parait.

    Parait même ’’qu’ils’’ seraient contre, ’’qu’ils’’ refuseraient de servir de relais et de boucs émissaires...

     

    Et finalement, combien vont se coucher, comme de grosses bouses bien molles ?

     


    • Le421 Le421 15 janvier 18:46

      @Jeekes
      En tout cas, il vient Vendredi à Souillac... Les SS ont déjà commencé à barrer toutes les routes... Accès limité !! Verboten !! Ach !!


    • Jeekes Jeekes 15 janvier 18:51

      @Le421
       
      Faites gaffe.
      Pas de gilet jaune, sinon 135 balles d’amende !
       
      Mais jusqu’où s’arrêtront-ils ?
       


    • Seudoo 17 janvier 11:15

      @Jeekes

      Ceux sont les soldes en ce moment : Tee shirt jaune fluo. Exemple


    • Arthur S François Pignon 15 janvier 16:29

      En fait, Macron met en pratique la règle de subsidiarité que l’UE impose à tous ses membres et qui se résume ainsi :

      « Le terrain se charge de gérer la merde locale bénévolement pendant que le sommet de la pyramide se entre initiés réserve la récolte du gras en fixant les règles de répartitions les plus favorables à leurs intérêts. Les domaines de compétences sont définis en fonction de cette règle »

      A Bourgtheroulde, le gamin, narquois, a dit aux braves élus rassemblés : ce mouvement est une chance pour notre pays. Je vous écoute.

      Comme il aime bien les anglicismes,il faut comprendre le mot« chance » comme au monopoly : risque, aventure, hasard. Manu est un joueur qui aime bien les coups de théâtre. 


      • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 16:54

        Sur la photo il y en a déjà un qui a la clé du coffre de Rothschild ....


        • Jeekes Jeekes 15 janvier 16:58

          @zygzornifle
           
          Tiens, en parlant de la photo...
           
          Z’avez remarqué que y’a que des gros, des gras, des joufflus.
          Des ventrus, des bien-nourris !
           
          C’est qui, ces panses rebondies, ces trognes rubicondes ?
          Sûrement pas des mecs pour qui la fin du mois arrive le 5...
           


        • Le421 Le421 15 janvier 18:50

          En d’autres époques, ce ne sont pas les têtes des statues qui sont tombées.

          J’ai bien peur, et je le dis parfois, que tant que quelques-unes ne seront pas tombées, ces baltringues resteront dans le déni... Malheureusement.

          Il en faudra un millier des nôtres avant qu’un seul des leurs reste sur le carreau.

          Mais nous sommes des millions...


          • pemile pemile 15 janvier 18:52

            Le site de la CNDP qui devait ouvrir aujourd’hui ne l’est toujours pas.

            https://granddebat.fr/


            • Ouallonsnous ? 15 janvier 19:28

              @pemile

              Normal, comprendre et débattre serait déjà accréditer !

              Le seul argument restant au système est l’autisme

            • pemile pemile 16 janvier 00:07

              Le site de la CNDP est enfin ouvert ... mais que du blabla, dans la partie « Quelles sont les garanties » on nous promet "Le Gouvernement s’est engagé à prendre en compte tous les avis et propositions exprimés dans le respect de la méthode et des règles du débat, selon les principes de transparence, de pluralisme et d’inclusion, de neutralité, d’égalité, de respect de la parole de chacun." mais sans donner aucun détail, juste 6 beaux icônes ! smiley


            • Serge ULESKI Serge ULESKI 15 janvier 20:52

              C’est sûr ! "avec ce grand débat national de diversion"... les gilets jaunes sont en danger  ; danger d’être étouffés par le bruit de cette mascarade que les médias ne se priveront pas de relayer ; danger d’être marginalisés ; danger face à un soutien très fragile (les classes moyennes sont très versatiles) dans ce risque que ce débat leur fait courir ; celui de paraître autiste et obtus en refusant qui plus est de participer à ce vaste écran de fumée ; c’est ce qui est recherché par l’Elysée et c’est la seule raison d’être de ce vacarme qui s’annonce. Pour cette raison, je pense que les gilets jaunes doivent participer à ce débat national ; du moins, le laisser entendre ; s’y incruster ; s’y coller, même symboliquement, pour éviter toute marginalisation par les médias... tout en ne quittant pas le terrain ni Paris bien évidemment. Bonne réflexion à tous.


              • Serge ULESKI Serge ULESKI 16 janvier 09:52

                @Serge ULESKI

                Macron est en campagne, c’est clair ! Le CSA va devoir se pencher sur les conséquences quant à la juste répartition de la parole politique. Ces membres vont avoir du boulot. Car les médias ont bien l’intention de couvrir des heures durant chacun de ses déplacements, chacun de ses meetings avec les maires... prochainement la commune de Souillac... c’est ce à quoi je pensais lorsque j’ai parlé d’un écrasement des gilets jaunes à coups d’événements sur-médiatisés pilotés par l’Elysée. Espérons que les Partis d’opposition sauront réagir au plus vite et dénoncer ce coup d’Etat sur les médias. 


              • Odal GOLD Odal GOLD 16 janvier 04:45

                 

                « Les conseilleurs ne sont pas les payeurs »
                Origine de ce proverbe : proverbe français de Gabriel Meurier
                Explication : méfiez vous des donneurs de leçons. Bien des gens vous conseilleront, mais seul vous-même en subirez les actes et les conséquences.
                 
                 
                Il y a aussi un autre proverbe qui est pas mal, et qui donne un recul à la Sergio Leone :

                « Un homme sans argent est un loup sans dents ».

                 

                >> https://www.mon-poeme.fr/proverbe-origine-explication/

                 

                >> https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=P2W4FsDVKMY

                 

                 


                • keiser keiser 16 janvier 10:51

                  Macron me fait penser à Gerhard Shröder.

                  Ce chancelier allemand, qui comme le petit prince, avait mis fin à l’état providence en Allemagne.

                  Depuis janvier 2009, Gerhard Schröder est membre du directoire du groupe pétrolier russo-britannique TNK-BP, fonction pour laquelle il touche une rémunération de 200 000 euros par an.

                  En août 2017, la presse annonce que l’ancien chancelier devrait prendre fin septembre un poste de « directeur indépendant » chez Rosneft, société d’État russe spécialisée dans l’extraction, la transformation et la distribution de pétrole.

                  Gageons que Jupiter vise encore plus haut.


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 16 janvier 17:26

                    @keiser

                    Par exemple... en effet !


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 16 janvier 17:29

                    @Serge ULESKI

                    Tony Blair conseille les sociétés JP Morgan et Zurich Financial. Il pourrait également devenir conseiller haut de gamme chez LVMH32 où il interviendrait 3 à 4 fois par an. Bernard Arnault serait un de ses amis33


                  • zygzornifle zygzornifle 16 janvier 12:32

                    Si la statue représente la gueule de la république faut tout de suite l’émietter , jamais autant de haine, une tête de cauchemars digne du portail des enfers ou des grilles de l’Élysée  ....


                    • jules 16 janvier 14:02

                      Bonjour, voici la réaction à la proposition de débat d’un groupe de Gilets Jaunes présents sur un rond-point depuis novembre 2018.

                      Le grand débat lâche !

                      « Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises… », écrit Emmanuel MACRON.
                      Exemples, la suppression de l’ISF ou l’allègement de la fiscalité sur les dividendes et les hauts revenus (Flat Tax).
                      Pas touche au 1 % les plus fortunés qui détiennent 50 % des richesses !
                      Voilà des semaines que les Gilets Jaunes réclament des mesures d’urgence pour les plus modestes.
                      Notre principale revendication, l’augmentation du pouvoir d’achat, n’est pas à l’ordre du jour du débat annoncé.
                      Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !
                      Monsieur le Président, nous n’avons plus confiance !
                      Sous prétexte de relance de l’économie, c’est l’austérité que l’on impose aux Français. Pourtant d’autres voies sont possibles, le Portugal par exemple, à fait le choix inverse en 2016, en améliorant les bas revenus.
                      Aujourd’hui, le résultat est une baisse spectaculaire du chômage, de la dette de l’État et une amélioration des conditions de vie des Portugais par la relance de la consommation des ménages.
                      La théorie du ruissellement, comme quoi l’argent gagné par les plus riches profite aux plus pauvres, est une fable.
                      Ne nous résignons pas, manifestons ensemble pour le partage des richesses et plus de justice sociale.


                      • Serge ULESKI Serge ULESKI 16 janvier 17:25

                        @jules

                        Je vous conseille quand même d’être présent à ce débat... car si Macron tourne pendant 3 mois avec son show auprès des maires, il faut pouvoir continuer d’alimenter l’attention des médias à propos des Gilets Jaunes ; attention qui sera tourné sur Macron uniquement : rappelons est parti en campagne électorale : épisode 2


                      • ETTORE ETTORE 16 janvier 14:34

                        Et voilà le discours type du représentant en croquettes pour le bon chien-chien à sa mémère.

                        Allez, encore un p’tit coup de brosse pour faire reluire le poil, et hop......En balade.

                        Ouhhh ! éreintant ces français à l’écharpe, t’imagine ? J’ai du tomber la veste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès