• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Happy Slapping
#19 des Tendances

Happy Slapping

Le « happy-slapping » ou « vidéo-agression »

 

Le mercredi 26 septembre 2018, une vidéo controversée a fait le tour des réseaux sociaux. Dans cette vidéo, il s’agissait d’un adolescent de 16 ans qui subissait un lynchage par un groupe de jeunes dans le Val-d’Oise. Ce genre d’acte, s’appelle le « happy slapping ».

Qu'est-ce que c'est ?

Il s’agit d’une pratique née avec le Web 2.0. Le happy-slapping consiste à enregistrer une vidéo de l’agression physique d’une personne à l’aide d’un téléphone portable. Dans le film, il y a un ou des agresseur(s) s'attaquant à une victime, généralement seule. Ces attaques sont des assauts-surprises dont le but est de « s’amuser ».

Les téléphones portables sont presque tous dotés aujourd’hui, d’appareils photos et caméras. On parle de happy slapping lorsque la scène est filmée et ensuite diffusée sur Internet. C’est ça le côté « happy » pour les agresseurs. Ces agressions peuvent être violentes car au-delà de la simple baffe, déjà violente à elle toute seule, le happy slapping peut dégénérer en coups répétés, attaques sexuelles voire viol. Ces scènes violentes sont ensuite envoyées sur Internet pour montrer l’exploit, d'après une définition de Fil santé Jeunes.

Quelles sanctions ?

Cette pratique a pris de l'ampleur en France et de nombreuses vidéos sont partagées sur les réseaux sociaux. Dans ces scènes enregistrées, les protagonistes sont tous coupables : ceux qui commettent les violences, ceux qui les filment, et ceux qui les diffusent.

Ainsi, selon la police nationale Française ; le « happy slapping » est sanctionné comme un « acte de complicité des atteintes volontaires à l'intégrité de la personne » et le fait de filmer est autant répréhensible que le fait de commettre les violences elles-mêmes.

Ces films peuvent concerner les violences physiques ou des agressions sexuelles et aggraver les préjudices subis par une atteinte importante à la réputation.

En plus d’être victime de ces violences, la personne filmée est aussi victime de la diffusion d’images dégradantes sur internet.

Avant la loi de mars 2007, l’auteur de l’enregistrement des violences pouvait être poursuivi, d'après le code pénal, sur les fondements de :

- La non-assistance à personne en danger ;

- L’atteinte à l’intimité de la vie privée.

C’est notamment sur ces fondements que le Tribunal correctionnel de Versailles a condamné un adolescent, le 27 juin 2007, pour avoir filmé avec son téléphone portable l’agression d’un professeur.

Suite à cette affaire, la loi n°2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance a créé une infraction spécifique et dédiée au « happy slapping » ou vidéo lynchage.

Ainsi, les fautes susceptibles d’être commises et sanctionnées sont :

- soit « le fait d’enregistrer » une vidéo agression ;

- soit « le fait de diffuser l’enregistrement  ».

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Aristide Aristide 13 octobre 19:34

    Comment confondre la vidéo prise par un témoin des actes de violence commis par quelques sauvages et ce phénomène consistant à participer activement par la prise d’une vidéo à des actes de violence.


    Cette vidéo est un témoignage, etre témoin et essayer d’apporter des éléments objectifs sur une agression n’est en aucun cas puni par la loi.

    • popov 14 octobre 01:54

      @Aristide
       

      Cette vidéo est un témoignage, etre témoin et essayer d’apporter des éléments objectifs sur une agression n’est en aucun cas puni par la loi.
       
      ...à condition, me semble-t-il que la vidéo soit remise à la police pour faciliter l’arrestation des coupables, pas diffusée comme un exploit.

    • math math 14 octobre 09:58
      C’est le « cinéma nouvelle vague ».. ?
      L’immigration s’emmerde, elle occupe son temps comme elle peut..Un grand merci à la Mafia-Politique de notre beau pays !

      • math math 14 octobre 10:36

        @math...Pourquoi les portugais appellent le sexe de leur femme une écluse ?


        - Parche qué ché là qu’on mé lé pénich.


      • popov 14 octobre 11:24

        @math

         
        Et pourquoi les petites Portugaise ont-elle une moustache ?
         
        Pour ressembler à leur mère.

      • Buzzcocks 15 octobre 11:43

        @math
        Je n’ai pas trouvé grand chose sur le net, mais ici, on voit une capture d’écran floutée qui montre une de ces agressions
        https://www.numerama.com/politique/153931-deux-mois-de-prison-ferme-happy-slapping.html

        C’est bête, les gens concernés ont l’air aussi blancs et cons que vous.


      • Reiki Reiki 15 octobre 12:31

        @math

         smiley


      • nenecologue nenecologue 15 octobre 10:59

        Juste une question.

        Ils ont été condamné à quoi ?
        un simple rappel à la loi certainement ...

        Ca fait sourire certains qui pensent que ce sont des enfants qui s’amusent. Moi je pense que c’est un entrainement à la guerre civile qui s’annonce.


        • Reiki Reiki 15 octobre 12:44

          Le constat est le même a chaque génération. Évidemment je condamne se genre d acte abominable. Qui es un acte gratuit a la violence, fondé sur le plaisir .... Cela va bcps trop loin .

          Cela me rappelle une définition, la miséricorde. Qui selon certains penseur on ne peut étre miséricordieux que si l on déjà connu se privilège.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

France-Lise


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès