• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Heureux enfants avec couteaux dans les mains

Heureux enfants avec couteaux dans les mains

 

En trois jours à peine, quatre fois le sang a perlé sur ma peau. L’une des blessures quoi que restant très superficielle a nécessité un petit pansement. Hubert un de mes compagnons de stage, entrant dans l’exercice du soin à l’autre, s’est transformé en infirmier. Pourtant cet outil, le couteau, cela fait bien plus de 50 ans que je le connais, l’utilise régulièrement et assez bien même. Mais quatre fois il y a eu le petit manque d’attention qui a fait que… le petit défaut de concentration, du à la fatigue ou a autre chose et voilà la lame qui rentre dans la chair. Cela ne pardonne pas.

Faire sa cabane

Il y a eu cette première prise de conscience à propos des cabanes. Cela semblait tellement anodin, quand on est enfant de faire une cabane dans les bois, c’est un peu comme grimper aux arbres. Cela nous vient comme ça, comme instinctivement. Sauf que maintenant les chercheurs en pédagogie  les plus en pointe le disent, les enfants ont besoin du jeu libre pour se construire. Quand ils construisent une cabane, de façon tout à fait inconsciente, ils font ensemble. Les enfants agissent concrètement, ils créent collectivement et à tout moment s’accordent les uns avec les autres. Ils se donnent des règles, ils montent des plans, ils sont dans la créativité collective, ils font équipe, ils modifient la réalité, ils changent leur environnement, ils sont dans quoi l’humanité se fait. Pour cela il faut la forêt, il faut les bois à disposition. C’est important pour les enfants de faire des cabanes dans les bois, c’est important pour nous.

Intérêt du risque

C’est comme quand ils grimpent aux arbres. Ils touchent la matière, la rencontre, il l’examine, en font connaissance. Très vite ils comprennent le danger que représente une branche morte qui ne supportera pas leurs poids. Posant le pied dessus ils pourraient chuter et se faire très mal. Ils prennent des risques et comme disait Alexander S. Neill le fondateur de la célèbre école de Summerhill en Angleterre, ils deviennent des hommes et des femmes : « Mais nous n’avons pas de loi en ce qui concerne grimper aux arbres. Grimper aux arbres fait partie de l’apprentissage de la vie, et défendre toute entreprise dangereuse consisterait à faire un lâche d’un enfant. ». Dans la nature les enfants apprennent vite à mesurer les risques, cela leur sera utile toute leur vie.

Donner leur des couteaux

La prise de conscience de ces derniers jours est venue lors d’un stage de sculpture sur bois vert. On y fabriquait des couteaux à beurre, des spatules, des cuillères… Nous avons utilisé la hache, la scie, la plane, le couteau… Il régnait dans ce groupe de plus de quarante personnes une sérénité étrange, le climat était franchement paisible. Un climat, une ambiance faite de l’addition de toutes ces hautes attentions données par chacun et chacune à un petit morceau de bois. Ambiance apaisée fruit des concentrations individuelle, devenant concentration collective. Le bruit et l’agitation ne sont pas de mise quand il s’agit d’approcher une lame très affutée de son doigt. Et collectivement on se prend au jeu, le moment du repas vient toujours trop vite, on n’a pas fini… La communauté humaine fabrique ses outils et ustensiles. C’est bon pour les enfants d’utiliser des couteaux. Cela les responsabilise, ça les aide à grandir.

Très précieux en quelques minutes

Quel meilleur exercice pédagogique ? A la fin il y aura un résultat. Il sera tangible. Un outil sera sorti de mes mains. C’est impressionnant comment un petit morceau de bois quelconque peut en quelques minutes devenir un objet précieux à nos yeux. Ces trois petites têtes sculptées, cette boule et ces trois rainures, cela suffit. Ce morceau de bois va maintenant rester près de moi. Il est devenu précieux, unique… il marque comme un cairn sur le chemin de mon itinéraire de vie, il est irremplaçable. On est d’un coup si loin de tout ce qu’à peine utilisé l’on jette, si loin de l’idée de poubelle. On a concrètement de son couteau, écorné le principe de « société de consommation » qui aussi surement que le glyphosate détruit la vie. 

Enthousiasme

Etonnant de voir ces adultes de tous les âges, s’enthousiasmer et s’affairer avec entrain autour de leur petit morceau de bois. L’enthousiasme, ce plus sûr signe de jeunesse comme dit si bien André Stern. On le rencontre à tout moment ici. Les yeux sont gourmands d’un nouvel enseignement, les respirations s’arrêtent afin d’atteindre le plus haut point de la concentration. En soi la paix s’installe tant nous sommes loin du bruit et de la fureur de la ville. Tant le mental se met à la haute attention au diapason du corps. Ici l’on retrouve la stabilité afin c’est très simple de comprendre, de façonner avec précision et de ne pas se couper. Certaines on m’a dit ont vu de leurs yeux vu tomber des doigts par la hache sectionnés.

Retrouver le sauvage pour renouer avec la sincérité

Le danger est là, il existe. Dans la nature on risque d’avoir froid, on risque de s’égarer, on risque l’insolation, on risque de choper une tique, on risque de remplir sa botte d’eau, on risque de faire une mauvaise chute, autour du feu on risque de se brûler… mais ça ce n’est rien, tout ceci ne pèse rien quand on réfléchit un peu à tout ce que nous apporte la confrontation au réel. Voilà que d’un coup ce sont toutes les illusions qui volent en éclats, voilà que les suppositions ne servent plus à rien, voilà qu’il n’y a plus de mensonge, ce qui détruit la vie aussi sûrement que le glyphosate, il n’y a plus d’hypocrisie. Comme dit Neill encore lui : « La chose la plus frappante à Summerhill, c’est la sincérité de ses élèves. La question de la sincérité dans la vie et vis-à-vis de la vie est primordiale. C’est ce qu’il y a de plus primordiale au monde. » Il rejoint en cela Montesquieu pour qui la sincérité est la mère de toutes les vertus. « Dans la vie sauvage repose la sauvegarde du monde  » dit Henry David Thoreau dans Walden, ou la vie dans les bois ou ailleurs, c’est juste ! Et le sauvage ne triche pas, le double langage n’existe pas dans la nature. Il y a des règles intangibles, on s’y soumet ou l’on se fait mal. « Comme j’étais tout le temps dans les bois quand j’étais petite, on me disait que le Serpent me piquerait, que je cueillerais une fleur empoisonnée ou que les elfes m’enlèveraient, mais dans mes promenades je n’ai rencontré que des anges, qui étaient beaucoup plus intimidés par moi que moi par eux, aussi je n’ai pas cette hardiesse dans la fraude que beaucoup pratique. » Emily Dickinson.

Permis couteau

Les humains sont aujourd’hui si éloignés de la nature sauvage qu’il faut pour les en rapprocher une progressivité remplie de lenteur. Les animateurs nature qui ont inventé l’idée du permis couteau devraient séance tenante recevoir les palmes académiques. J’ai mémoire d’enfants aux doigts coupés gravement avec un couteau. L’auteur de ces lignes à lui-même faillit se sectionner l’index gauche pour avoir pris la branche de sureau qu’il coupait, pour faire une sarbacane, en-dessous du point de coupe au lieu de la prendre au-dessus, c’est si évident… Il s’en est fallu d’un cheveu qu’il n’y ait plus de doigt, il a fallu en urgence aller se faire recoudre… il n’avait pas passé le permis couteau.

Toutes choses profondément humaines

Il y a dans « faire sa cabane » avec ses copains quelque chose de faire son nid à soi, comme tous les soirs le font les chimpanzés, il y a un peu du donner place au primate qui est en nous, qui déjà très tôt dans sa croissance souhaite s’émanciper de l’habitat de ses parents. Quel grand jour celui où pour la première fois on s’endort sous un autre toit que celui de ses parents. C’est un jour où l’on a franchi une étape, un jour où l’on a grandi. Grimper dans l’arbre c’est renouer avec nos très anciennes origines, c’est renouer avec la source. Dans « faire son bâton », son propulseur, son arc, son bol ou sa cuillère, il y a fabriquer son outil ou son ustensile, là encore, quoi de plus humain ? Quoi de plus profondément et réellement humain ? Dans ces pratiques des plus simples nous apprenons à renouer avec la nature, nous comblons l’immense fossé qui se creuse un peu plus chaque jour entre les humains et leur milieu de vie, nous rapprochons nature et culture, ces deux là qui jamais n’auraient du être séparés.


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Columbo Chantecler 17 avril 08:52

    " Dans ces pratiques des plus simples ,

    nous apprenons à renouer avec la nature, nous comblons l’immense fossé qui se creuse un peu plus chaque jour entre les humains et leur milieu de vie, nous rapprochons nature et culture, ces deux là qui jamais n’auraient du être séparés. "

    Roland Gérard



    « Je ne vois dans tout animal qu’une machine ingénieuse (…) J’aperçois précisément les mêmes choses dans la machine humaine avec cette différence que la nature seule fait tout dans les opérations de la bête, alors que l’homme concourt aux siennes en qualité d’agent libre. »

    Jean-Jacques Rousseau


    • gaijin gaijin 17 avril 09:15

      le permis couteau ?

      et pourquoi pas le permis fourchette ?

      et qu’attend t’on pour faire une immatriculation des couteaux ? imposer une assurance a l’heureux possesseur d’un couteau ( encore qu’il ne soit pas autorisé a le garder sur lui mais doive l’entreposer dans un coffre normalisé .......)

      bande de malades ..............

      ( et oui en faisant des trucs on se blesse, c’est dommage et parfois grave mais c’est la vie et c’est comme ça qu’on l’apprend ....)


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 avril 09:44

        @gaijin

        J’opinel du chef !


      • tashrin 17 avril 16:09

        @Aita Pea Pea
        Commentaire tranchant...


      •  Christian Deschamps Christian 17 avril 09:50

        l’on à détruit 90% des bois ,forêt et espace naturel ,le reste est en parc administré par la commune (28000 Hab),interdit de cabanes et autres ,parcourt de santé idiot que personne ne fait bien sûr .

        début de la fin de ma commune

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-%C3%89tienne-du-Rouvray#/media/File:7CHATEAUBLANCVACHE.jpg

        la vache est morte mais l’idée est là ,la solution des vaches en plastique

        https://static.blogs.sudinfo.be/media/13/1073736109.jpg

        .

        conséquences divers.

        des importants, infirmes manuel. intelligence physique en chute libre,mais redécouverte avec le bricolage (payant). l’on vous à revendu une chose qui était gratuite, comme beaucoup d’autre chose d’ailleurs.


        • velosolex velosolex 17 avril 10:46

          @Christian
          Il y a une dizaine d’années, mon gamin, qui eut la chance avec quelques copains de faire lui aussi sa cabane dans les bois, fut pris de cette étrange exaltation que j’avais éprouvé à son jeune âge, celui de jouer à Robinson.
          L’apprentissage de la liberté, et des frissons de tout ce qui va avec, en termes de découvertes, sans avoir d’enmerdeur majeur et pédagogue sur le dos
          Il n’avait pas dix ans, et pendant quelques jours je le vis dessiner des plans, avec ferveur, s’y reprenant plusieurs fois. . Il m’emprunta quelques outils, et d’autres aussi en douce, qui disparurent d’ailleurs.
          Tant pis. J’étais content pour lui. Cela me rappelait ma propre enfance. Le ciel vu de la fenêtre en feuillage d’une cabane est beaucoup plus haut, et les belles amitiés s’y scellent.
          Quelques années plus tard, il me confia qu’à la fin de l’été, voyant le danger des tractopelles se rapprocher, car ils construisaient un lotissement dans le secteur, ils avaient défait quelques balises de géomètres, voulant absolument garder leur petit bois intact….
          Je lui fis la leçon mais me réjouissait néanmoins qu’il ai trouvé matière là à l’apprentissage de la révolte, et de la lutte.
          Après avoir entrevu ceux de la liberté et la création, ça faisait beaucoup déjà pour un été. 


        • velosolex velosolex 17 avril 10:32

          J’ai lu effaré qu’ils s’apprêtent à faire un permis vélo pour les gamins. Pas encore payant...De qui se fout on ?..On découvrira bientôt la lune après avoir passé un permis pour avoir le droit de lever les yeux !...Pendant ce temps là pas besoin de permis aux agriculteurs pour avoir droit de nous empoisonner avec leurs pesticides. Mille façons de se faire du fric avec des stages bidons, en prenant assise sur des gogos déboussolés, hésitant bientôt entre le choix du sexe qu’ils devront assumer avec possibilité de retour à l’autre. On vit une époque formidable, comme disait Vialatte, paraphrasant par son fameux : « Et c’est ainsi qu’Allah est grand ! »

          50 ans que Vialatte est mort. Un de ceux qui m’a appris le rire. De mon enfance vagabonde je me souviens qu’on avait tous un couteau dans la poche, et qu’on savait sculpter dans l’écorce. Quand à l’écriture et la lecture je les ai apprises à l’âge de trois ans à peine, en enfonçant des clous sur une planche, et en me tapant sur les doigts….Le marteau fut mon premier porte plume et la tenaille, ma gomme. C’est que mon père était cordonnier, et après avoir inscrit des mots sur le bois au papier, me laissai me débrouiller dans la cour avec une poignée de clous. Un vrai régal que ce jeu d’allumettes en fer, où l’erreur se payait cash. A l’heure actuelle aucun doute que je serais arraché à ma famille pour mise en danger grave. Le monde de la diversité disparait. Les oiseaux ont disparu. Peut être n’ont ils plus eux aussi le permis de voler, ou ne trouve t’ils plus de pédagogues masterisés pour leur apprendre. 


          • oncle archibald 17 avril 10:42

            @velosolex : « on avait tous un couteau dans la poche, et qu’on savait sculpter dans l’écorce »

            Absolument indispensable le couteau de poche, pour faire des bateaux taillés dans de gros morceaux d’écorce d’un pin parasol, pour faire des arcs avec une branche de saule et une corde fauchée dans la boite à outils familiale ! Le pied !


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 avril 10:52

            @oncle archibald

            Et les barrages dans les ruisseaux..


          • velosolex velosolex 17 avril 10:59

            @oncle Archibald
            Bonjour
            Sans compter le façonnage de l’arc et des flèches..
            La construction d’un radeau nous occupa tout un été. Réparation des chambres à aire de camion pour faire tenir le plateau.
            On ne savait même pas nager. On s’assurait en se mettant des chambres à air de scooter autour du corps. La rivière c’était nos vacances, un bout du monde plus exotique que toutes les Indonésie de supermarché, et les programmes touristiques, et les dysneland formatés
            Un monde est passé. Le lobby sécuritaire et pédagogique a multiplié les entraves, confisqué les initiatives, corseté le corps des enfants et la pensée de adultes, souvent incapables de faire confiance à leur propre jugement. 
            Les gamins ne vont même plus seuls souvent à l’école.
            C’est pourtant sur ce chemin que bien des savoirs et des découvertes se faisaient, en courant après des papillons, en reluquant les affiches de cinéma, selon l’endroit où l’on vivait.
            J’ai fait durer mon enfance longtemps bien que commençant à travailler à 17 ans. Voyageant au bout du monde à vingt ans, sans argent, puis revenant dans les études. J’ai enfin pris l’avion pour la première fois à 50 ans. Mais longtemps je n’ai fait confiance qu’aux trains, au temps long de l’école buissonnière. 


          • révolQé révolQé 18 avril 09:29

            @oncle archibald,
            les bateaux dans l’écorce des pins, toute mon enfance l’été sur l’ile de Ré ,quand celle-ci était encore une ile et non un lieu réservé un bobo friqués.


          • oncle archibald 17 avril 10:50

            Et que penser de la « panoplie obligatoire » du petit scout comprenant un très gros couteau a forte et longue lame porté dans un étui à la ceinture ?

            J’ai eu ça, je l’ai encore au fond d’un tiroir, et j’ai aussi celui de mon beau père dont ma femme a hérité. De très beaux objets, très utiles à l’apprenti campeur, et je n’ai aucun souvenir d’un accident grave du temps des camps de scouts.


            • covadonga*722 covadonga*722 17 avril 22:52

               opinel , laguiole couteau suisse ou couteau scout c’est selon 

               élevé a la campagne quand j’ai eu douze ans, dans ma région ce rite de passage concordait avec la communion solennelle catholique 

               on m’a donné une montre signifiant que désormais je devais savoir

               quand dans le temps et l’espace je me trouvais.

              puis on m’a donné un couteau signifiant que je passais chez les adultes et que je devais savoir qu’un outil pouvait être  un ami ou un danger .

              bref la dualité du monde , mais que dans tous les cas 

              j’étais devenu responsable de l’usage que je faisais des choses ......

              je suis vieux désormais , bizarrement les jeunes qui m’entourent savent beaucoup plus de choses sur le monde que je n’en savais a leur age , mais beaucoup moins sur la nature humaine c’est pourquoi je me garderais bien de leur offrir un couteau .

              asinus : ne variatur


              • JC_Lavau JC_Lavau 17 avril 23:55

                @covadonga*722. Plutôt « bushcraft » ou plutôt coupage de grammes en quatre ?
                Voici déjà quatre ans, le couteau qui a joué un rôle vital dans un bivouac sur neige était un simple Opinel de 58 g. Un peu limite quand même, couper les rames d’épicéa a été laborieux.
                En février dernier, j’avais pris plus grand, 145 g, couteau-picnic dans l’idée de manger avec cuiller et fourchette (qui n’ont pas servi, je n’avais pas faim), et j’ai trouvé que sa grande lame mince était bien confortable pour éradiquer les petites ronces qui auraient pu abimer mon tarp-tente si mince
                En « bushcraft » on réclame volontiers que la lame et la soie soient robustes pour pouvoir bâtonner à fendre des branches sciées, pour le feu. C’est dur à trouver à prix abordable. Le mien est sous-dimensionné : 90 mm de lame utile, 202 mm hors-tout. 161 g. Il est vrai que pour le mini-réchaud à bois, ce que j’ai à casser ou découper ne peut qu’être lilliputien.

                Là où je n’ai toujours pas de solution, c’est le couteau à neige pour iglouter ; il faut souvent une lame de 400 mm. Ma meilleure scie d’élagage n’a que 300 mm de lame, pour 355 g, étui compris ; mais elle peut aussi scier des buches au refuge. Les plus grands couteaux à pain plafonnent à 250 mm. On trouve des égoïnes bon marché de 400 mm de lame, mais il faut fabriquer l’étui soi-même. Beaucoup plus chère est la solution du machete, dont certains modèles ont un dos en scie ; scie médiocre sur du bois, mais suffisante en neige. Mais quel poids et quel encombrement dans le sac !

                Un progrès bien agréable, ce sont les aiguiseurs légers, qu’on peut réellement emporter en rando longue.

                Autre problème très mal résolu : presque tous les couteaux doivent être tenus très loin de la boussole. Beaucoup trop magnétiques.



              • JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 01:08

                @Cyrus (TRoll de DRame). 577 et 617 €...


              • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 18 avril 05:48

                @JC_Lavau
                Tu doit pouvoir te bricoler la même chose avec des aimant de disque dur en néodyme .Si tes lame ne sont pas trop magnétiser cela devrai le faire .


              • covadonga*722 covadonga*722 18 avril 09:47

                @jc Lavau 
                resté fidèle au premier acheté avec ma solde Lecoeur & Rouquier 1er modéle
                sinon machette ou pelle us aiguisée 


              • JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 01:12

                Wi enfin ce sont les mêmes qui sous la direction du WWF réintroduisent le loup dans toutes les montagnes...


                • JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 17:12

                  @JC_Lavau. Un ours blanc qui a faim, il ne te lâchera plus. Au Svalbard, interdit de partir dans la nature sans un fusil suffisant, et avoir fait la preuve qu’on sait s’en servir, même en moufles, pour abattre un ours. Si tu arrives sans arme, on te louera un Mauser. Après avoir tiré des cartouches, avec ou sans abattre l’ours, tu dois un rapport détaillé au gouverneur.

                  Une meute de loups qui ont faim, ils ne te lâcheront plus. Mais tu n’as droit à aucune arme. Ah si, ton couteau de poche...

                  Mais qu’on se rassure, quand le duc d’Edimburgh viendra faire un safari dans nos montagnes à loups, il sera accompagné de gardes armés, lui.


                • Marion 30 avril 19:33

                  Merci Roland pour cet article. Il me fait penser à ce texte de P. Delerm « un couteau dans la poche ». A bientôt 50 ans, j’ai toujours un couteau dans la poche ou dans mon sac à main, sûrement une vieille habitude venue de mon passé dans le scoutisme et dans la nature. Maintenant je travaille dans un bureau et quand il faut couper un gâteau je le prête avec plaisir et je vois souvent une petite étincelle dans les yeux de mes collègues étonnés et parfois une peu envieux de voir cette femme avec un couteau dans la poche !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès