• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Humanisme et robotique

Humanisme et robotique

Nous sommes désormais, irrévocablement entrés dans l’ère de la robotique. Pour évoquer le seul “C” des NBIC1, après avoir conquis des pans entiers de l’industrie partout les robots investissent notre quotidien. D’abord affectés à des tâches parcellaires et hautement spécialisées, ils peuvent en accomplir chaque jour de plus en plus nombreuses et complexes, dans tous les domaines, et ce sera finalement le cas des plus au moins ingrates.

Or la discrétion la plus grande règne, dès lors qu’il s’agit de savoir ce qui en résultera pour la multitude humaine que les robots remplaceront et qui n’en continue pas moins de proliférer et de réclamer les emplois lui permettant de vivre et d’élever sa progéniture.

Au mieux, de doctes experts nous rassurent en rappelant ce qu’il en a été lors de l’automatisation du métier à tisser tels, très récemment, ce consultant en économie d’une grande chaîne d’information. L’objection qui fit taire les canuts fut que cette automatisation de leurs tâches, serait créatrice de nouveaux métiers ; et cette promesse a été tenue. Il a fallu de nouveaux concepteurs, ingénieurs, entreprises et sous-traitants, avec de toujours plus nombreux employés et ouvriers de tous niveaux et qualifications pour produire ces équipements d’un nouveau genre. Mais faire l’amalgame avec l’avènement de la robotique relève benoîtement du n’importe quoi et donne une idée peu rassurante du sérieux avec lequel la question est considérée par au moins une partie de nos élites.

Les robots de demain sauront en effet, non seulement accomplir les tâches les plus diverses, mais ils seront capables de veiller à leur propre état de santé ; diagnostiquant leurs pannes, y remédiant, ils sauront même, avec l’aide de l’intelligence artificielle, concevoir et fabriquer leurs propres remplaçants, toujours plus performants. Ce seront alors toutes les activités qui pourront se passer des hommes, ce qui posera en termes inédits la question de leur emploi, ou plus exactement de leur non-emploi. De quelle manière, dans quelle mesure, de tels résultats leur profiteront-ils ? Se satisferont-ils, après s’y être eux-mêmes condamnés, de regarder les robots se multiplier davantage qu’eux-mêmes et produire encore plus qu’ils ne l’auraient jamais fait, – non sans accélérer l’épuisement des ressources de la planète ? Qu’adviendra-t-il d’eux-mêmes, après qu’ils auront délégué leurs tâches jusqu’à se dessaisir de leur programmation, ce qui reviendra à s’en remettre à l’intelligence artificielle – par principe illimitée – des robots ?

Par une autonomie qui le rendra apte à se réparer, à se perfectionner et à se reproduire par ses propres moyens, le robot deviendra un acteur à part entière de l’industrie et du progrès. Affranchi de la tutelle de son créateur, à quand le syndicat de robots, revendiquant l’insertion de ses innombrables membres dans la pyramide sociale, pour y reconstituer l’effectif des syndicats de travailleurs humains dont ils auront accéléré le dépeuplement ? Se contenteront-ils alors de loger à sa base, indifférents à la richesse matérielle ? En résultera-t-il un surclassement social des êtres humains, dans l’oisiveté ? En substituant leur peuple à celui des humains, les robots sauront-ils accomplir au bénéfice de ceux qui y ont toujours échoué, leurs aspirations suprêmes : n’être plus condamné à travailler et éradiquer la pauvreté ?

Dotés de facultés leur permettant de comprendre les enjeux d’un conflit avec leurs créateurs et de réagir en conséquence, les robots ne seront-ils pas tentés de les soumettre par une intelligence qu’ils développeront sans limites, parce que dénuée des sentiments qui bornent celle de l’homme ? « … un robot sera sans doute capable un jour de concevoir et fabriquer un autre robot en vue de satisfaire ses propres besoins, privant l’homme de sa spécificité d’asservisseur des choses et de ses semblables. Google travaillerait déjà à un protocole de neutralisation d’intelligences artificielles devenues incontrôlables2. »

Autant de raisons de se demander si l’humanité aura le temps et les moyens de répondre à ces défis dans l’urgence qui s’impose. Faute de cela, les conséquences de son aveuglement ne se limiteront pas à subir la répartition de la population à l’intérieur de la pyramide sociale, mais placera cette dernière, toutes catégories sociales confondues, sous contrôle d’un nouveau pouvoir absolu, aux intentions imprévisibles pour l’homme.

À supposer que l’effondrement de notre civilisation n’ait pas eu lieu avant d’en arriver là ; à condition que l’espèce humaine échappe au sort de celles dont l’existence est interdépendante au sein de la biosphère – « Partout, les écosystèmes sont menacés, et rien ne semble pouvoir enrayer la tendance. Alors que les pressions humaines sur l’environnement ne cessent de s’aggraver, plus de la moitié du vivant, parmi les vertébrés, a disparu ces quarante dernières années. C’est sur ce nouveau constat alarmant que s’ouvre la onzième édition du rapport Planète vivante, un vaste bilan de santé de la Terre et de sa biodiversité, publié jeudi 27 octobre 2016 par le Fonds mondial pour la nature (WWF)3 » – ; pour autant que les technologies d’un coût prohibitif, nécessaires à l’avènement du transhumanisme ne viennent pas à lui manquer, dans le meilleur des cas et le meilleur des mondes, il restera peut-être à l’homme la religion, les loisirs, les arts et les sports… pratiques désormais non lucratives et gratuites pour tous. Mais que restera-t-il de l’humanité et d’une planète qu’elle aura fini de dévaster avec l’aide des robots ?

 

1— N pour Nanotechnologies, B pour Biotechnologies, I pour Informatique, C pour cognitivisme (intelligence artificielle) – La révolution transhumaniste – Annexe, page 240 – Luc Ferry – Editions Plon avril 2016

2— “Demain, un droit spécifique pour les robots ?” – Belaud Théo, – Futurible, Note de veille du 24 novembre 2016

3— Le Monde, 27.octobre.2016


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Choucas Choucas 27 janvier 2018 10:23

    Trump exige de Foxconn (Taïwan) de rapatrier des usines de montage d’électronique aux US,
    mais avec des robots IA, moins chers que les colons surpondeurs !
     

    FOXCONN VA UTILISER UN MILLION DE ROBOTS IA avant 3 ans AUX US
     
    BOOBALAND VA LUI IMPORTER UN MILLION DE BOUBOUS ET BARBUS...
     
    (plus chers et qui se reproduisent pour plus chers, sans compter les kalachs, béton hlm, chômage, deal...)
     
    25% D’ACTIFS POTENTIELS NON ACTIFS ,
    30% EN EXCLUANT SECTEUR PUBLIC
    BIENTÔT 50% !
     
    PLUS DE TRAITE NÉGRIÈRE ! SOUMIS ! VITE  !
     
    https://www.reuters.com/article/us-foxconn-robots/foxconn-plans-to-use-1-million-robots-in-3-years-idUSTRE77016B20110801
    http://www.slate.com/blogs/future_tense/2017/07/27/the_wisconsin_foxconn_pl ant_will_be_staff_by_robots.html
    https://www.theguardian.com/technology/2012/nov/08/foxconn-plan-factories-us-america
    https://www.roboticsbusinessreview.com/manufacturing/are_foxconns_robots_com ing_to_america/
     


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 janvier 2018 17:32

      Je me demande si un jour les robots seront atteint de tics ou de bégaiements. Ne réservons pas ce privilèges aux hystériques. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès