• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Il est temps de reformater le logiciel France !

Il est temps de reformater le logiciel France !

La France est dans une situation économique, sociale, environnementale et morale critique. Les dernières élections européennes et les chiffres de l'économie qui décline depuis la fin des 30 glorieuses illustrent ce contexte. Aussi nous pouvons avoir de vives craintes pour notre avenir. Mais il existe aussi des raisons d'espérer.

45 ans après le premier choc pétrolier, la situation de la France est critique

La France est dans une situation économique, sociale, environnementale et morale critique. Aussi nous pouvons avoir de vives craintes pour notre avenir.

En tant que citoyen ayant accompli son service militaire par devoir mais aussi par rapport à mes aïeux (deux de mes arrière-grands parents ont été mobilisés à Verdun et ont survécu) et également père de famille, je suis attristé par les orientations politiques de ces dernières années. Le virage raté de l’après premier choc pétrolier creuse chaque jour un peu plus la dette et les intérêts de la dette qui sont désormais le premier poste de dépense dans le budget de l’État. La France avait reçu un premier avertissement par les agences de notation (Moody's, Standard & Poor's et Fitch) avec la dégradation de sa notation financière qui était AAA jusqu’en 2012-2013. En outre le spectre du dépassement de la dette publique, l’un des critères de Maastricht, est une réalité (bientôt 100 % alors qu’il ne doit pas excéder 60 %).

Parmi les conséquences des politiques successives, nous avons la fracture sociale évoquée par Jacques Chirac dans Réflexions 1 et qui n’a cessé de s’amplifier. Mais aussi la peur du déclassement, la fin de la méritocratie au profit du clientélisme, la pression fiscale croissante infligée aux classes moyennes et supérieures laborieuses qui supportent les cadeaux aux très grosses fortunes, en particulier boursières et en même temps les aides cyniquement accordées aux défavorisés pour acheter la paix sociale et se maintenir au pouvoir. Il n’est nullement question pour le Gouvernement de tenter de les sortir de cette situation qui devrait être passagère et les élever par le haut. Pourtant Confucius disait « Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson  ». À cet égard, une éducation tout au long de la vie aurait du sens pour permettre à chaque citoyen de prendre sa place dans une société où les changements s’accélèrent. Je pense aux drames humains vécus par les fermetures d’usines où des salariés ont travaillé, parfois avant leur majorité et pendant plus de 30 ans et qui se retrouvent « sur le carreau », sans possibilité de reconversion ni travail à moins d’une heure de voiture de leur domicile… Sachant aussi que l’abandon de lignes de transport SNCF et le manque d’entretien des routes, la limitation à 80 km/h et la flambée récente du prix à la pompe sont d’autres facteurs de difficulté qui s’ajoutent. L’establishment parisien n’a pas vu le phénomène Gilets Jaunes arriver alors même que 30 % du territoire et rural et que la voiture reste motrice pour les déplacements. Voici peu, un Français sur dix vivait même de l’automobile.

Un sentiment d’injustice attise le vote des extrêmes : quand on songe par exemple au cumul du RSA avec un travail illégal comme le trafic de stupéfiants qui « rapporte » plus qu’un travail difficile à moins de 1 500 euros par mois. Sans compter que le métier d’enseignant est à revaloriser tant dans les moyens que dans le respect par les élèves de leurs enseignants.

Un spectre d’un sempiternel duel entre le parti en place et l’extrême droite est glaçant. D’un côté le déclin à petit feu sans réforme d’envergure permettant de baisser dépenses et impôts pour libérer la croissance, de l’autre le chaos. Tout ceci éclipse le débat d’idées entre la gauche et la droite qui doivent se réinventer car avec 15 % des suffrages aux européennes et la non-prise en compte de la question écologique, nous resterons dans un statu quo mortifère. En outre, il est important et stimulant de voter pour un projet et non contre un autre. Le dégagisme ambiant n’est que frustrant car pas de nature à construire un projet.

La grandeur et l’ambition gaullienne pour la France ont disparu alors que notre nation a longtemps été 4e puissance mondiale. Rappelons Thomas Jefferson qui déclarait que « Tout homme a deux patries : la sienne et la France ». La vision de construction européenne, qui a permis la paix en Europe (hors ex-Yougoslavie au début des années 1990) avec Robert Schuman et Jean Monnet mais aussi Simone Veil et poursuivie par les présidents Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, ont permis de solidifier une paix durable entre la France et l’Allemagne. Pour autant si l’Allemagne reste une puissance industrielle, il n’en est pas de même de la France qui a bradé une partie de son industrie (idée d’Alain Juppé de céder Thomson Multimédia pour 1 franc symbolique, vente de l’activité énergie d’Alstom à General Electric), n’a pas opéré le choix de montée en gamme et décroche. En outre si l’Allemagne est notre premier client, la balance commerciale entre les deux nations est clairement structurellement en notre défaveur avec un écart qui se creuse (différentiel de 28 % entre les importations et les exportations). Des rééquilibrages sont à imaginer même si nous devons miser aussi sur le numérique, fantastique relai de croissance s’il est bien appréhendé. N’occultons pas en effet le secteur industriel et notre agriculture qui doit se muer avec davantage de bio qui, produit massivement et avec le temps d’assainir les sols, permettra une baisse des coûts. Sans compter l’opportunité que représentent nos océans et le fait qu’avec nos territoires partout dans le monde nous sommes la 2e nation pour l’exploitation maritime.

Par ailleurs, il est frustrant de constater une complexification des lois en prenant les exceptions pour la règle, ce qui va à l’encontre de ce que Raymond Barre exprimait : « Dans une démocratie, la loi ne doit pas être bavarde mais sobre ». On pourrait multiplier les exemples de cette surenchère législative et des normes qui va à l’encontre de l’efficacité. Être ferme sur les valeurs, respectueux des traditions et de notre histoire n’est pas antagoniste avec la modernité et la volonté de transformer notre société car comme disait ma grand-mère « Il faut vivre avec son temps ».

Des raisons d’espérer demeurent même si chaque mois qui passe rend la situation plus délicate

Mon expérience américaine pendant 3 ans m’a permis de prendre du recul mais aussi d’ouvrir les yeux sur les raisons de la puissance américaine dans le numérique. Bientôt les richesses créées par les GAFA dépasseront celles de la vieille Europe. L’Europe risque d’assister impuissante à un combat de Titans entre États-Unis et Chine avec une montée des autres nations (BRICM entre autres) qui vivent un dynamisme plus fort. Nous avons pourtant des formations d’excellence (plusieurs Grandes Écoles d’ingénieurs et de commerce notamment) mais la taille critique n’est pas atteinte. Quand la France forme 400 polytechniciens ou 380 HEC, c’est par dizaines de milliers que sortent des rangs les diplômés chinois. Ceci nous impose entre autres d’avoir des relais de croissance depuis l’étranger pour penser mondialement. Nous avons quelques réussites comme PSA qui, au début des années 1980 était au bord de la faillite, a été sauvé par sa 205 et a racheté Opel récemment.

Loin d’un constat accablant, il existe des raisons d’espérer car le « gaulois » a une fierté, une envie de se rebeller et répond présent au moment où on l’attend le moins. Cela se constate souvent en sport où le rôle d’outsider est plus facile à endosser par les Français que lorsqu’ils sont favoris.

Nous pouvons être moteurs en matière d’écologie, laquelle ne doit pas être basée sur une taxation et une contrainte aveugle pour les citoyens mais sur l’opportunité selon l’une des deux significations étymologiques du mot « crise » en chinois. Prévention doit primer répression. Imaginons de nouvelles solutions pour lutter contre la pollution des mers alors que nous sommes la deuxième puissance maritime dans le monde, la reforestation (alors que la nouvelle présidence au Brésil fait peser de grosses craintes sur l’Amazonie et la planète), la pollinisation. Pour cela, il convient de « sortir du cadre » en pensant différemment, de faire appel à notre créativité, de coopérer au-delà de la francophonie avec, par exemple, le continent africain qui dépasserait les 4 milliards d’habitants à la fin du siècle avec une situation explosive tant pour le continent que pour l’Europe elle-même. Pourquoi ne pas imaginer des aides sur place et conditionnées à une maîtrise démographique dans le respect des choix humains qui seraient créatrices d’emplois de part et d’autre ? La passivité encourage le « tsunami migratoire » qui se prépare sur notre sol et l’économie souterraine. Il fait le jeu des extrêmes et présente le risque d’une implosion de notre modèle républicain. D’autant plus que celui-ci est mis à mal avec des zones de non-droit où les forces de l’ordre, pompiers et même médecins craignent de s’aventurer. Cela avait d’ailleurs été souligné comme aveu d’impuissance lors de la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb lors de sa passation de pouvoir. Sans compter que la planète ne peut plus vivre à crédit en épuisant ses matières premières et en reportant une dette écologique, économique et morale sur les générations futures.

La France est motrice en matière d’innovation mais si le « choc de simplification » ne reste que parole, que le « Coup de com’ permanent » nous faire croire que de simples réformettes suffiront, notre pays ne pourra connaître qu’un inexorable et long déclin. Pour preuve, la croissance de la France est bien en deçà de celle de la zone euro (estimée à 2 % par l’OCDE en 2018 et également à ce niveau pour l’Allemagne). Stéphane Hessel écrivait « Indignez-vous » alors qu’au XIXe François Guizot prônait un « Enrichissez-vous ». Si par une grande ambition, nos idées, notre travail et une refonte de nos modèles nous arrivions à juguler ce déclin et cet appauvrissement qui nous guettent, ce serait une belle revanche. Car nos retraités vivent une spirale d’appauvrissement et en même temps les jeunes générations sur le marché du travail connaissent une insécurité grandissante qui fait fuir les cerveaux vers d’autres nations où l’immigration est choisie.

Ne plus accepter le déclin à petit feu de notre pays : le choix d’Objectif France

Alors qu’une profusion de listes (34) se sont affrontées lors du rendez-vous européen, en marge de cette actualité politique, il existe un nouveau parti politique disruptif qui apporte un souffle nouveau : Objectif France. C’est un peu une start-up dans le paysage politique avec des personnes connaissant le terrain, des experts, l’ensemble dans un mode collaboratif et avec une vision. On peut croire à une alternative à la politique actuelle, une troisième voie salvatrice non extrémiste, résolument progressiste et tournée vers l’avenir et l’écologie mais enracinée dans les traditions et les valeurs républicaines qui sont les nôtres et ont fait notre histoire.

Il s’agit d’un chantier ambitieux que d’aucuns diront disruptif mais il en va de notre sursaut pour que la France puisse continuer à peser sur la scène internationale. Il convient pour cela d’expliquer les enjeux et la réduction du train de vie d’un État glouton qui laisse peu de marges de manœuvre pour le désendettement de la France, prise en tenaille entre les laisser pour compte qu’il convient d’aider et les classes moyennes et supérieures chaque mois davantage taxées pour un déclin à petit feu et sans résultat tangible (croissance en berne, chômage qui perdure, désespoir qui gagne, travailleurs pauvres). Une nouvelle équation possible est de faire mieux avec moins, de changer de vision, d’avoir un niveau administratif en moins, de repenser le rôle de l’État pour le bien de tous.

Rafik Smati et le général Soubelet présentent un programme ambitieux mais crédible au service de la France. Les acteurs sont des personnes qui n’ont pas besoin de la politique pour vivre et c’est là un changement radical. C’est un renouveau de la politique laquelle peut constituer pour chaque Française et Français une parenthèse dans sa vie de citoyen. Ils méritent d’être écoutés (et soutenus).

Vive la République et vive la France !


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Sozenz 27 mai 19:08

    (idée d’Alain Juppé de céder Thomson Multimédia pour 1 franc symbolique,

    vous croyez sincerement qu’ il l’a bradé pour 1 franc symbolique . voyons ...

    ben alors sinon , vous faisiez la sieste pour les européennes ? on arrive apres la bataille pour voir les dégats avec les bottes pour pas trop se mouiller ?


    • V_Parlier V_Parlier 28 mai 12:57

      @Sozenz
      Bof, 1 euro symbolique pour l’état et le reste pour lui ? smiley


    • troletbuse troletbuse 28 mai 10:00

      Il est temps surtout de virer le looser taré


      • Nicolas_M Nicolas_M 28 mai 11:09

        Ca me donne la nausée. Toujours les mêmes arguments complètement faux. On décline, il faut avoir peur ? Demandez à vos parents, on n’a jamais eu autant de luxe et de richesse en France. On n’a jamais eu autant de sécurité, aussi peu de racisme, autant de confort. On vit dans tellement de protection sociale, environnementale, morale, qu’on joue sur la peur de perdre un minuscule pourcentage de tout cela. Le tout pour que des politiciens gorgés de thunes qui n’ont rien à faire de tout ça, aient quelques voix de plus et puissent encore plus se vautrer dans leur petite place chauffée.

        Dans les pays en guerre, le taux de suicide est proche de zéro. Pourquoi ? Parce que les gens ont une raison de vivre, de se battre. En France un cadre moyen à 2000 € par mois fait partie des 1% plus riches du monde, il a tout et même plus. Il a tant qu’il lui faut de la publicité pour lui créer des besoins, pour ne pas qu’il s’ennuie, pour le maintenir sous contrôle, pour lui donner un semblant de sens à sa vie. 

        Raz le bol de votre sacro-sainte croissance responsable de toutes les catastrophes écolo que vous prétendez combattre et de votre discours faussement alarmiste. Raz le bol de cette peur que vous essayez d’instaurer, comme si l’état en faillite ou le perte de pouvoir d’achat était la fin du monde. Raz le bol de cette soit disant morale universelle qu’il faudrait conserver à tout prix alors que chaque citoyen possède sa propre éthique et sa propre gamme de valeurs. Raz le bol de cette réponse par la technologie au problème environnemental alors que la cause est la technologie.

        Votre partie pue. Guère plus que les autres, restons objectif, mais il pue.


        • V_Parlier V_Parlier 28 mai 12:56

          @Nicolas_M
          Je lis : « on n’a jamais eu antant de sécurité » -> Mais vous vivez sur quelle planète ? Par ailleurs le fait que nous ayons été confortablement anesthésiés par l’illusion de prospérité entretenue au moyen de la dette n’empêche pas de constater que nous sommes sur la pente descendante : L’industrie est vendue ou délocalisée de bas en haut, jusqu’à la R&D, les « emplois d’avenir » ne sont que des petits boulots du tertiaire (à l’exception de quelques postes niches très spécifiques et destinés à très peu de gens). On nous occupe sans arrêt avec des marroniers sociétaux, c’est tout ce que gauchistes et libéraux sont capables de promouvoir quand de plus en plus de territoires deviennent invivables et à haut risque. Et on croit qu’on va rester une puissance économique et stable comme ça ! Méthode Coué, mais ça marche pour près d’un électeur sur trois qui a voté Macron, probablement comme vous.

          La seule chose sur laquelle je serai d’accord, c’est qu’il faut faire une croix sur la croissance perpétuelle, déjà simplement parce-que ce n’est pas possible. Donc elle s’arrêtera et si on n’y est pas prêt ce sera pire !


        • zygzornifle zygzornifle 28 mai 15:20
          Il est temps de reformater le logiciel France !

          On ne peut pas le disque dur a trop de secteurs défectueux ....


          • UnLorrain 28 mai 16:16

            @zygzornifle

            Oui...sûrement est-ce dû au premier formatage,qui consite a remplacer TOUT le précédent système poli euuh d’exploitation, et cela n’a pas marché.

            Que faire ? Bras dessus bras dessous entonnons le refrain « po-po-positif-il faut-positiver ! »

            Le système vacille et semble ne plus tenir bon,épilogue des « soixantes désastreuses » <----------- Cette vue des sextantes précédentes n’est pas de moi mais de liberaux et je trouve cela bien vu bien dit.


          • microf 28 mai 17:08

            Très bon article qui appelle tous les francais á la reflexion, toutefois, pas seulement les francais, mais toute la francophonie, car la France est lié á la francophonie.

            Africain francophone, tout ce qui concerne la France, me concerne aussi, la France ayant une très grande influence dans la politique des pays africains francophones en général, et le mien en particulier.

            La France va très mal, les pays francophones vont encore très, très, très mal.

            Ni moi, ni les pays francophones n´ont jamais cherchés ou voulus appartenir á la sphère francophone, mais c´est le destin qui l´a ainsi voulu, ne serait-il pas bien ou bon de lier ces deux entités dans un même destin ?

            Il ya plus de 20 pays francophones tous riches en matières premières sans compter les terres riches en agriculture, il ya ( or, diamant, pétrole, uranium, bois, gaz, cuivre, terres rares, cobalt, titan, etc, etc, etc...Mais malgré toutes ces richesses naturelles, tous ces pays sont économiquement plus que sous-développés. 

            Parmi ces pays les plus riches en matières premières du monde, se compte aussi les pays les plus pauvres de la planète, comment se le peut-il ?

            Dans l´article, l´auteur ne mentionne l´Afrique francophone dans aucune ligne, est ce que la France peut être une grande puissance sans l´Afrique francophone ?

            Le 25-8-1958 le général De Gaule est á Conakry, il est en tournée en Afrique francophone venu pour faire approuver son projet d´Association Franco-Africain.

            Projet oú la France aura une main mise sur tous les domaines qui font d´un pays une Nation Souveraine. Le Président Sékou Touré lui dit « que ce genre d´Association n´est pas la bonne démarche, que ce serait une nouvelle forme de colonisation pour ces pays qui veulent justement en sortir.                               Que la bonne démarche serait de laisser ces pays décider librement de leurs avenirs, et la France, compte tenu des relations mêmes mouvementés nouées pendant la période coloniale, accompagner ces pays dans leurs choix librement consentis » Ce discours mémorable peut être lu dans le net pour ceux qui voudront s´y intérèsser Discours de Sékou á De Gaule le 25-8-1958 á Conakry )

            Le Président Sékou Touré lui dit ceci « la vie d´un être humain va de 1 á 100, alors que la vie des Nations est éternelle ». Sékou Touré avait raison.

            Ce Discours déplu á De Gaule, il refusa le conseil et la proposition de Sékou Touré, mais plutôt, sanctionna et la Guinée et les autres pays afro-francophone. Rentré á Paris, De Gaule créea le Franc CFA et la Francafrique et mit á sa tête le vrai Président de ces pays, á savoir Jacques FOCCART celui qui faisait et défaisait les Commis africains, mis á la tête de ces pays par le général De Gaule.         

            Le Franc CFA est imprimé en France á Chamalière pour les billets, et á Pessac pour les pièces. Ce Franc CFA est géré par le Trésor de France. La France se trouve dans le Conseil d´Administration de chacune des Banques Centrales de ces pays avec un droit de véto, alors qu´aucun pays africain francophone se trouve dans le Conseil d´Administration du Trésor francais qui gère le Franc CFA même avec sans droit de véto. Ce Franc CFA qui n´est échangé dans aucune banque du monde y compris dans aucune banque en France oú il est pourtant imprimé, ce Franc CFA que la France dévalue á sa convenance.                                        Cette francafrique qui nuit au développement de cette Afrique francophone.

            Aujourd´hui, tous les deux De Gaule et Sékou Touré sont morts, alors que la France, la Guinée et les autres pays francophones sont et seront toujours lá.

            Discutant un jour avec un ami d´un pays de l´Est qui était content d´être dans l´Union Européenne, je lui disais que je ne comprennais pas que la France soutienne l´entrée des pays de l´Est en général et en particulier un pays comme le tien qui n´apportent presque rien á la France, et pas celui des pays africains qui font de la France une grande puissance en lui apportant tout.

            Qu´á la longue, un jour, la France perdra ces pays africains se retrouvant dans des problèmes, nous y sommes presque.

            Alors, lorsqu´on parle du renouveau de la France, pourra-t-il se faire sans cette Afrique francophone qui dispose de tout pour relancer cette France en pleine perte ?

            Mon commentaire est un débat, pour ceux qui voudront répondre, m´épargner de propos désobligeants, et, plutot débattre.


            • Cadoudal Cadoudal 28 mai 17:28

              @microf
              À 52 ans, Marie-Madeleine Dioubaté vit une grande partie du temps à Paris. C’est là que des compatriotes sont venus lui remettre récemment le fameux diamant de 43 carats et demi

              d’une valeur estimée à 45 millions d’euros

              https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/document-franceinfo-a-la-place-de-la-pierre-je-decouvre-un-vulgaire-caillou-comment-un-diamant-a-ete-vole-dans-un-hotel-parisien_3463469.html

              Le guichet remboursement de la CAF étant fermé le Mardi, repasse demain matin pour rendre aux prolos français tout ce que les africains leur ont volé depuis l’indépendance...


            • Xenozoid 28 mai 17:37

              @Cadoudal

              tu as honte ?


            • microf 28 mai 17:53

              @Xenozoid

              Bien dit, il doit certainement avoit honte, mais il ne devrait pas car nous sommes lá en plein débat á savoir comment faire pour remettre le logiciel France en marche et, voilá, et on s´étonne que la France va mal, très mal, dommage.


            • Albert123 28 mai 17:44

              « Vive la République et vive la France ! »


              il faudrait déjà commencer par choisir.

              car la république prospère comme un parasite sur le dos de la France et elle commence à dire « assez » la mémère.


              • Traroth Traroth 28 mai 18:09

                Ah ben oui, voila le problème : les « assistés » qui s’enrichissent en touchant le RSA, bien entendu !

                Pas du tout les grands patrons qui touchent des millions pour organiser des vagues de licenciement, évidemment.

                Ben voyons...


                • foufouille foufouille 29 mai 08:00

                  « quand on songe par exemple au cumul du RSA avec un travail illégal comme le trafic de stupéfiants »

                  ce qui impossible pour un smicard ?

                  le smic n’est à 1500€ net, pauvre libéral.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès