• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Il est venu le temps des conférences

Il est venu le temps des conférences

La conférence sociale a eu lieu, et c’est un constat désolant de le devoir à la volonté d’une action politique d’un candidat qui a répondu à une attentent des acteurs civils que sont les syndicats de salariés qui n’ont pu l’obtenir au préalable, faute de pouvoir l’imposer par le rapport de force dû à la désaffection de la confiance des salariés dans les organisations syndicales.

Nous sommes là devant une évolution sociétale dont les causes sont multiples en raison de l’enchaînement des progrès dû à l’ensemble des savoirs, qui ont modelé notre activité économique, elle-même a interagi dans l’organisation politique qui sont les deux pôles qui retournent vers la structuration de la pensé citoyenne.

Dans ce tournoiement de complexité de plus en plus de citoyens ont répondu à la mise en avant du confort que confère le consumérisme par la création de biens et services qui offrent une source de revenu en louant sa force de travail pour disposer des moyens financiers de consommer nos productions.

C’est ainsi que la production de biens individualisés a renforcé l’idée de ne dépendre que de soi au détriment de l’interdépendance évidente de la vie en collectivité où nos actions économiques et politiques forgent la cohésion sociale au travers même des antagonismes d’intérêts résultant d’une économie capitaliste qui ne peut en finalité être sociale si elle n’y est pas contrainte au-delà de ce qu’elle consent d’abandonner pour survivre en entretenant la croissance d’où elle reprend plus qu’elle n’a distribué.

 Si le libéralisme constitue la liberté d’entreprendre il n’inclut pas la finalité d’exploitation de l’autre, et n’inclut pas que la vie ne soit qu’un grand marché même si nous nous sommes répartis les tâches faute de pouvoir seul toutes les exécuter. Par là c’est créé une interdépendance de tout un chacun qui implique ce que l’on appelle la solidarité égoïste qui est un acte « civilisationnel », a l’inverse de l’individualisme qui n’a pas sa place dans une société aussi interdépendante. Si ce n’est pour dire que chacun est singulier et rapporter tout événement à lui car c’est dans sa nature et il ne peut pas y échapper autrement que par la solidarité égoïste, (j’adhère à la lutte contre la maladie car je sais qu’elle peut m’atteindre par exemple).

Cet échange solidaire essentiel au progrès de toute société qui se veut organisée pour assurer son existence n’est pas tenu à une forme de relations commerciale et politique mais elle doit s’organiser et s’organise de fait autour de ce que nous qualifions de valeur, dont il fut grand cas durant la campagne électorale.

Parmi toutes celles évoquées la concertation sociale faisait partie du programme du président dans le cadre de la cohésion sociale, car c’est vers cela que tendent toutes les valeurs dont nous nous prévalons.

Il semble donc qu’au fil des ans les citoyens aient cru qu’il suffisait de les évoquer pour que la cohésion s’organise, avant de constater que le chacun pour soi ramène la solidarité égoïste à une charge quand elle s’exerce au travers de la seule lecture d’une économie de marché capitaliste

C’est cela qui est advenu, même si notre modèle a résisté par la volonté politique des acteurs sociaux, avec plus ou moins de constance affichée, mais surtout par la force de la loi qui en impose l’exercice. Sans elle qui fut légiférée dans des périodes plus combatives ou plus idéologiques, les citoyens salariés dans leur majorité ne seraient pas en mesure d’une quelconque résistance, comme ils en donnent l’image au travers de leurs votes dans la recherche de l’être salvateur ou de l’abstention ou en entrant dans une espèce de résignation d’impuissance acceptée par le rejet de toutes les institutions qui ne trouvent plus grâce à leur yeux.

Lutter demande des engagements et nous n’avons plus une société qui y incite car chacun se disperse vers l’accès à l’hédonisme acquis de longue lutte par des hommes qui rêvaient de société dans laquelle ils ne passeraient pas toute leur vie au travail.

Ce fut pourtant le leitmotiv du Sarkozisme rappelant sans cesse le travailler plus comme acte indispensable en contradiction avec les réalités de l’existence qui ont démontré que c’est en travaillant moins que les progrès ont eu lieu, et que les profits ont cru car cela a constitué un horizon d’espérance toujours contesté par ceux qui n’y voyaient qu’un coût supplémentaire.

Dans ce cadre les conservateurs se satisfaisaient de l’impuissance syndicale, dont notre ex président considérait qu’ils étaient des corps intermédiaires gênant et développaient leur conception du marché sans réelles oppositions, si ce n’est dans la fonction publique ou quelques grandes entreprises qui furent vouées aux hégémonies populaires du privé.

Aujourd’hui nous devons assumer les conséquences de ce désengagement des salariés de leurs propres sorts, par des mesures d’austérités qui n’ont aucune justification sociétale compte tenu des progrès scientifiques mais seulement une justification capitaliste.

Alors cette conférence sociale, et la marque de l’échec du mouvement syndical devant celui qui a été le mouvement des entreprises de France, car il aura fallu l’action politique du président qui va vouloir assembler l’inconciliable pour faire un capitalisme à visage social, après l’échec de la loi du marché.

C’est certainement une bonne initiative vu l’état de délabrement de l’audience syndicale, qui soit dit en passant n’est pas pire que celle politique, mais j’ai bien peur que ce soit comme beaucoup de décisions qui seront prises, juste un minimum requis car sur le fond les données n’ont pas changé, et ce n’est pas les 120 milliards du fonds d’investissement au niveau de l’Europe qui changeront grand-chose.

Nous aurons au moins eu un changement celui d’un style qui au lieu de faire dans l’illusion fera dans le symbolique.

Ce n’est pas une critique, pour comprendre mon propos, il faut savoir qu’il n’y a pas d’événements spontanés, pour qu’un changement s’opère il faut semer, ou réaliser des actes qui s’agrégeant y contribueront. Or dans les années passées rien ne s’est réalisé qui indique un sursaut de prise de conscience du pouvoir d’actions des salariés. Le changement ne sera donc pas lié à une concertation volontaire, mais aux risques d’une explosion (qui est moins probable avec ce gouvernement) ou de la pression de la loi.

Globalement notre président tiendra ses promesses contre vent et marée sauf cas de force majeure, certainement en faisant le minimum requis, mais n’apportera pas de solution durable s’il ne peut disposer de fonds d’investissement pour lancer de grands projets économiques capables d’absorber les transferts d’emplois qui continueront à s’opérer dans un marché ouvert.

L’épargne française est importante, y faire appel se comprend, mais celle qu’il faut capter, c’est celle qui nourrit la spéculation financière. Or de grands projets représenteront plus de risques, il n’y a donc pas d’issue par ce biais, sauf d’entrer en concurrence avec le marché en dotant l’état de la capacité d’émettre de la monnaie, ou en revisitant les critères de Maastricht en les adaptant aux réalités d’aujourd’hui.

Ce n’est pas cette voie qui se dessine, tel fut le message du chef du gouvernement dans sa déclaration de politique générale qu’il cache ou nom l’austérité imposé par la règle d’or sous l’appellation d’effort collectif et juste.

Je pense que les socialistes ont berné une fois de plus les citoyens, mais je n’ai pas d’état d’âme entre la dictature molle et le minimum requis j’ai fait mon choix, mais ce choix n’a pas été une adhésion. Quant au style du président il n’y a que les polémistes qui s’en plaindront car il les mettra au chômage.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 13 juillet 2012 09:40

    l’heure n’est plus a la discution, mais a l’action...

    http://2ccr.unblog.fr/2012/03/15/agir-ou-reagir/


    • ddacoudre ddacoudre 13 juillet 2012 21:42


      bonjour gil
      merci pour le lien que je suis allé parcourir comme toujours, j’aime bien ton site car il vise a l’émancipation des citoyens, et que durant ma vie de militant je me suis toujours battu pur émancipation des salariés dans le droit fil de Fernand Pelloutier, et j’ai perdu face à la puissance économique qui détient le pouvoir de communication que tu appelles propagande.
      en son temps je disais a mon secrétaire général que nous étions toujours en retard d’une guerre et qu’il fallait disposer de radio et d’une télévision. il me mettait toujours en avant les problèmes financier auxquels je répondais que dans ce çà il faut alors aller conquérir un espace médiatique moderne. je ne suis plus actif, mais je soutiens toujours cette idée plus que jamais sauf que l’on a encore moins de moyen de le faire aujourd’hui que hier.
      cordialement.


    • bernard29 bernard29 13 juillet 2012 10:15

      Toutes ces grandes messes qui sont organisées sont peut être judicieuses, mais alors que l’on annonce aussi un nouveau Grenelle de l’environnement , et autres grandes assises sur tel ou tel sujet, pour faire croire que la démocratie vit ,
       
      on ne peut s’empêcher de se demander  A QUOI SERT LE COMITE ECONOMIQUE ET SOCIAL ?? ;
       
      comité des corporatismes et de sinécures offertes aux serviteurs du pouvoir ou aux organismes déjà subventionnés par ailleurs pour financer leurs permanents, 

      De gaulle avait déjà prévu de le supprimer en 1962 . Il est temps de remplacer ces comité économiques et cosiaux ( un national et un dans toutes les régions françaises) par des Chambres de citoyens, tirés au sort, chargés de contrôler les assemblées élues et les organismes publics afin d’en informer le public. 

      Ainsi naîtra un vrai contre pouvoir citoyen ; http://pacte-democratique.blogspot.fr/2011/05/pouvoir-citoyen-2012-un-nouveau-contre.html


      • ddacoudre ddacoudre 14 juillet 2012 00:27

        bonjour Bernard 29

        le tirage au sort parait démocratique, mais en fait il poserait beaucoup de problèmes.
        l’on peut faire des reproches aux élites, mais nous ne pouvons nier leurs aptitudes car nos société fonctionnent autour d’elles,la démocratie est effectivement le pouvoir du peuple, mais encore faut-il que certains parmi eux est envie de l’exercer, or le tirage au sort n’envisage pas cela, il deviendrait de fait un dictat, comme pour les jurés d’assise qu’ils serait judicieux de supprimer. l’on ne peut nier la fracture entre l’élite et une parti des citoyens, mais je pense qu’elles est en partie surfaite et tient à ce que les citoyens attendent qu’elles agissent en leur lieu et place, ceux qui est une erreur, (je ne développe pas ce serait un peut long).
        ensuite je vois mal des citoyen accorder leur confiance à des élus et ensuite créer une espèce de police de surveillance.
        il est juste de dire que les comité ou conseil économique et social font l’objet de tout un tas de trituration d’intérêt souvent corporatistes en fonction des débats, mais il sont un lieu d’expression du monde civil organisé par l’intermédiaire d’association dans lesquelles se regroupent les citoyen qui ont envie de se faire entendre en agissant. que sont fonctionnement soit perfectible, c’est à l’identique de toute chose mais les supprimer pour désigner au hasard des citoyens ne fonctionnerait pas mieux.
        il est exact que l’information pose problème, tous les travaux des organismes public sont disponible pour tous les citoyens sauf secret défense, mais il est impossible de tous les connaitre, même en s’abonnant au journal officiel alors nous avons les médias qui disposent des moyens de les parcourir ou de sélectionner ceux qu’ils jugent présenter un intérêt.c’est la que le bas blesse nous avons dans l’ensemble une presse médiocre qui passe sont temps à traiter 60% d’événements insignifiants et polémistes et seulement 30% d’enjeux de fond, et cela n’est pas le fruit du hasard non plus.enfin pour terminer sur ton commentaire, je comprends que tu penses qu’un apparatchik c’est approprié la démocratie et vivent entre soi l’image n’est pas fausse même si je ne le présente pas comme cela, mais il faut seulement se réapproprier la démocratie en s’engageant dans toutes les instances où elle s’exerce.cordialement.



      • chmoll chmoll 14 juillet 2012 08:07

        conféré, conféré mes gens, si ça peut faire avancer le chmilblick

        par contre si vous pouvez éviter de conféré dans des endroits de luxe , et de vous limiter vos petits fours à la baguette de pain et camenbert , par soucis d’économie
        fin plutot d’ètres respectueux des deniers public

        tins une idée me vint , si vous pouviez conféré a proximité d’un parc d’éolienne, ça pourrait les faire tourner en cas de manque de vent

        merci d’avance pour elles , et surtout les sous du contribuable


        • ddacoudre ddacoudre 14 juillet 2012 09:42

          bonjour smoll

          un trait d’humour est toujours plaisant, et il est bien évidant que nous procurions beaucoup d’énergie si nous captions celles des moulin à parole que nous sommes.
          mais c’est ainsi que fonctionne la démocratie. mais s’il nous fallait faire un rapport qualité expression il est évident qu’il serait pas fameux, car pour qu’émerge une bonne idée il doit falloir des heures et des heures de palabre.
          essaie d’imaginer ce que serait notre existence si a chaque parole nous disions quelques chose « d’intelligent » et novateur, ce serait invivable et la vie deviendrait un enfer car nous ne pourrions pas suivre le rythme.
          cordialement.ddacoudre.over-blog.com.


        • chmoll chmoll 14 juillet 2012 12:23

          c sur que si ont savait la vérité sur tout, ça deviendrait invivable
          et bon nombre de site d’infos,forums ect ect n’existeraient plus

          je dirais même que ça pourrait creer du chomage, surtout dans l’infos en tout genre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès