• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Il y a pire que les déchets nucléaires

Il y a pire que les déchets nucléaires

Ceci est un appel à tous les néophytes aimant la physique plus pour les concepts que pour le détail des calculs...

Bonjour à tous,

Récemment, au cours d'une rêvasserie de transport en commun, je me suis aller à penser "développement durable". J'ai essayé de comprendre d'où venait l'énergie qu'on utilise au quotidien, et combien de temps ça pouvait tenir.

Je tiens à préciser dès à présent que je ne suis pas physicien, mais j'aime bien les réflexions que ça déclenche. Mon postulat de départ est assez simple : l'énergie n'est pas créée. Elle existe sous forme de stock, est captée et utilisée pour un faire un truc précis, et son utilisation la dissipe. Les détails peuvent être complexes, mais au final, on arrive toujours au concept "on puise dans un stock".

J'essaie ainsi de faire une cartographie des sources d'énergies actuellement utilisée sur notre bonne vieille planète.

a. le bois.
Le bois vient des arbres, qui poussent grâce à la lumière du soleil (via la chlorophylle), donc l'énergie initiale vient du soleil, les arbres n'étant qu'une sorte de "dépôt temporaire". Le stock d'énergie initial est donc le Soleil.

b. le charbon, le pétrole et le gaz.
Sur une faible durée, le charbon est extrait de mines et directement brûlé. On peut donc dire que le stock d'énergie initial est la richesse du sous-sol. Mais d'un point de vue de plus longue durée, je crois savoir que le charbon n'est jamais que du végétal décomposé qui a mariné dans son jus pendant quelques millions d'années. On peut donc voir le charbon comme du bois, et considérer que c'est de l'énergie solaire, avec un grand délai.

c. l'uranium.
L'uranium vient de nos mines, et est alimenté par l'exploitation sans vergogne des Africains. Le stock initial est donc limité à notre sous-sol, et faute de connaître le mécanisme qui crée l'uranium naturel, ni même s'il existe, mon analyse s'arrête là : le stock est uniquement dans le sous-sol.

d. les éoliennes.
Elles sont alimentées par le vent, mais le vent n'existe que parce qu'il y a un coté de la Terre chauffé au soleil, et un coté à l'ombre. Finalement, l'énergie prise dans le vent vient, là encore, du Soleil.

e. les panneaux solaires.
Ils fonctionnent grâce à... la lumière ou la chaleur ? bon, peut m'importe, c'est encore de l'énergie solaire.

f. les barrages hydro-électriques.
Là, c'est plus délicat, parce qu'il faut comprendre pourquoi il y a des rivières : parce qu'il pleut. Et pourquoi il pleut ? parce que l'eau s'évapore grâce au Soleil. Donc finalement, un barrage hydro-électrique n'est jamais qu'une centrale solaire.

g. Les centrales marées-motrice
Comme son nom l'indique, l'énergie marée-motrice vient de la marée. Wikipedia me dit : La marée est la variation de la hauteur du niveau des mers et des océans, causée par des forces gravitationnelles dues à la Lune et au Soleil et une force d'inertie due à la révolution de la Terre autour du centre de gravité du couple Terre-Lune, le tout conjugué à la rotation de la terre sur son axe.
...
et là, y a un truc dans ma tête qui coince.

Je n'ai aucun soucis à conceptualiser une source d'énergie solaire, ou une combustion de cailloux cancérigènes. Le soleil brûle quoi qu'il arrive et c'est pas le fait de capter un peu de la chaleur au passage qui change la donne. C'est comme se réchauffer auprès d'un feu qui brûle quoi qu'il arrive.

Par contre, pour les marée-motrices, si les marées sont effectivement dues aux positions respectives de la Terre, de la Lune et du Soleil, j'aimerai qu'on m'explique comment on peut en tirer de l'énergie sans modifier le système existant.

A la base (wikipedia là encore), l'énergie d'inertie n'est pas alimentée ou régénérée par quoi que ce soit. Un corps sur lequel ne s'applique aucune force est en mouvement constant. Si on y applique une force, on y ajoute de l'énergie qui se matérialise par une vitesse augmentée, mais à contrario, si on y puise de l'énergie, c'est qu'on le ralentit.

Les centrales à marées motrices puisent dans un "stock d'énergie" qui ne se renouvelle pas, un stock uniquement dû aux vitesses de la Terre, de la Lune et du Soleil. Ce stock finira donc par s'épuiser, et ça se matérialisera par l'absence de marée donc par l'immobilité relative de la Lune et du Soleil vis-à-vis de la Terre.

Au final, à force de capter l'électricité des océans, on va se retrouver avec une Lune immobile dans le ciel, mais également une face au Soleil qui sera toujours la même... c'est pas jo-jo. D'autant que ce sera éternel, puisque jamais on ne créera le système inverse.

Toutefois, je n'arrive quand même pas à comprendre comment le simple fait de mettre un barrage sur la mer peut ralentir la Lune ou le Soleil. Ca doit ralentir la Terre, ça me parait plus logique, mais comment ? Comme un enfant qui fait de la balançoire, en augmentant son amplitude juste en déplaçant son centre de gravité au bon moment ? Les marées motrice ne seraient alimentées que par la variation du centre de gravité de l'ensemble Terre-Lune-Soleil d'un point de vue du référentiel terrestre, et puiserait dans le seul stock d'énergie disponible : la rotation de la Terre sur elle-même ?

Bref, si quelqu'un pouvait m'apporter une explication autre qu'apocalyptique, je suis preneur : j'aime vivre dans l'optimisme, j'en ai même besoin pour supporter la gueule que font les gens dans le métro.
— a noter que si vous commencez à parler de mécanique quantique ou relativiste, j'assumerai automatiquement que vous ne savez pas de quoi vous parlez —

Et si jamais j'ai raison ? Ca pourrait être utilisé comme système de détection de civilisation extra-terrestre passée : si un jour on observe une planète parfaitement synchronisée dans sa rotation avec son Soleil, c'est peut-être dû à une extraction irraisonnée dans un stock d'énergie cinétique :D

La dessus, c'est-d'la-faute-a-Macron, et allons manger !

Bonsoir à tous !

[Accessoirement, je me suis essayé à un peu de Maths avec les formules que je connais, pour savoir de combien de temps on dispose]

Du point de vue d'une particule d'eau placée sur Terre, l'attraction gravitationnelle exercée par le Soleil est près de 175 fois plus forte que celle exercée par la Lune, mais si on ne regarde que la variation de la force gravitationnelle entre le point le plus proche et le point le plus éloigné (situé aux antipodes), c'est la variation de l'attraction lunaire qui pèse le plus (d'un rapport d'environ 2 contre 1).

De ce point de vue, le ralentissement de la Terre sera principalement une synchronisation de sa vitesse de rotation avec la Lune, mais l'effet du Soleil n'est pas à négliger. Toutefois, pour la simplicité des calculs, je choisi d'ignorer l'effet du Soleil.

Comme la Lune tourne autour de la Terre en 28 jours apparents, il faudrait que la Terre tourne 28 fois moins vite sur elle-même pour avoir une Lune apparement immobile. Là encore, pour simplifier le calcul, je considère un arrêt total de la rotation terrestre sur elle-même.

Après simplification, il ne reste qu'a comparer deux données :
1. le niveau du stock d'énergie disponible : l'energie cinétique de la Terre due à sa rotation propre
2. la quantité d'énergie extraite par les centrales à marée-motrices.

energie cinétique de la terre : un calcul manuel probablement foireux de ma part et bourré d'approximations me donne un ordre de grandeur 10 puissance 27 (joule) là, si quelqu'un a quelque chose à proposer...
énergie extraite par les centrales à marée motrices : depuis la liste donnée par wikipedia (2010), la puissance totale extraite est de 100.000MW (a ce niveau d'approximation, ça ne sert plus à rien de chercher à corriger par le rendement)
Comme, de mémoire, un Watt est un Joule-seconde, on aura épuisé le stock dans 300 millions d'années. Finalement, c'est assez proche, largement avant l'extinction prévue du Soleil.

Voilà. il ne nous reste plus qu'a... hmm.. éteindre nos ordinateurs ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

129 réactions à cet article    


  • cassini 15 septembre 17:48

    L’énergie marémotrice que nous de récupérons pas est dissipée en frottements de l’eau sur le sable et les galets. Que nous fassions ou pas de l’électricité avec la marée ne change rien au ralentissement de la rotation terrestre. Puisez donc sans regret dans l’énergie marémotrice. 


    Je ne dis pas cela pour l’auteur, mais pour les lecteurs qui ne connaissent réellement pas de physique, et ne font pas semblant. 

    • sleeping-zombie 15 septembre 18:20

      @cassini

      L’énergie marémotrice que nous de récupérons pas est dissipée en frottements de l’eau sur le sable et les galets....
      Justement, je me suis posé la question, mais je n’en suis pas si sûr. Oui, il y a des marées quoiqu’il arrive, mais peut-être que dans un système générique, la forme des côtes aléatoire fait que la restitution d’énergie au système est équivalente à ce qui y est pris (a un pouillème).
      Mais peut-être qu’en créant un « côte artificielle » faite exprès pour récupérer de l’énergie, on crée sans le savoir un déséquilibre suffisamment sensible pour faire une différence...

    • cassini 15 septembre 18:40

      @sleeping-zombie


      Peut-être. Si la terre parfaitement lisse était entourée d’un océan intégral, sans continents, et fait d’une eau sans viscosité, les mouvements de la marée ne dissiperaient pas d’énergie. On peut en déduire que la dissipation / ralentissement sont fonction des obstacles rencontrés. 

      Il y a des progrès significatifs dans l’extraction de l’uranium marin : l’océan offre peut-être d’autres perspectives énergétiques.

    • sleeping-zombie 15 septembre 21:46

      @cassini

      Je me demande d’ailleurs à quoi ressemblerait les marées sur une planète qui ne serait composée que d’eau ? rien de solide...
      On extrait de l’uranium depuis les océans ? je ne suis même pas sûr que ce soit une bonne nouvelle :D

    • Matlemat Matlemat 16 septembre 13:51

      @sleeping-zombie

      Il y a aussi une quantité importante d’or dans l’eau de océans, la aussi trop cher à extraire.


    • Alren Alren 16 septembre 14:03

      @sleeping-zombie

      Le soleil soulève de moins d’un millimètre la portion de la Terre qui lui fait face et la lune, si je me souviens bien, de l’ordre de trois millimètres.

      Comment se fait-il alors que les régions de plus haut marnage comme dans la baie du Mont St-Michel, la différence basse-mer et mer haute atteigne plus de dix mètres ?

      Deux phénomènes sont en cause.

      Le premier qu’on trouve en de nombreux endroits du globe est la résonance de l’onde de marée dans les limites que lui imposent le relief.

      L’onde de la marée oscille entre ces deux limites un peu comme une corde de guitare oscille entre le doigt du guitariste et le chevalet.

      Mais tandis que la corde vibre en fonction de son diamètre et de sa longueur, l’onde de marée oscille beaucoup plus lentement : deux fois par vingt-quatre heures.

      En effet si la gravitation terrestre est diminuée sur la partie face à la lune, elle est également diminuée sur la face opposée du fait que la gravitation lunaire, ne s’exerce plus autant à l’opposé par rapport à elle par un effet de masquage de la Terre.

      Selon la distance des limites (des côtes) qui cantonne l’oscillation, il se produira ou non un phénomène de résonance. Un peu comme pour une balançoire  : si quelque pousse juste au point le plus haut la balançoire va accumuler de l’énergie de mouvement.

      Cette résonance a lieu dans pratiquement toutes les mers du globe sauf entre autres en Méditerranée où les dimensions du bassin ne permettent pas de résonance. L’onde de marée est comme tirée en arrière par la gravitation lunaire avant d’avoir atteint une limite (l’onde peut faire plusieurs aller-retour). Cependant dans l’Adriatique, on constate une petite marée car il y a résonance.

      Le second phénomène qui amplifie le marnage est l’effet de barrage partiel que les côtes nord-sud font au cheminement de l’onde, qui va évidemment ouest-est et vice versa, tout en la laissant passer par un détroit. La presqu’île du Cotentin est l’exemple typique. Elle retient ainsi partiellement l’eau se dirigeant vers l’est avant d’entrer dans la Manche qui inonde la baie du Mont St-Michel.

      Du fait de cette hauteur, les courants sont forts et dangereux à la pointe du Cotentin (le fameux raz Blanchard ). Ils pourraient, grâce aux hydroliennes fournir bien davantage d’électricité que le barrage sur la Rance.

      En réalité ces marées d’eau ne prélèvent pas beaucoup d’énergie gravitationnelle sur le couple Terre-lune, beaucoup moins que la marée de terre.

      En effet si la lune et le soleil soulèvent l’eau de quelques millimètres, ils soulèvent d’autant aussi la roche qui est ainsi « pétrie ». L’énergie ainsi fournie est transformée en chaleur selon la loi de l’entropie.

      Sur la lune, il n’y a plus d’effet de marée car celle-ci présente maintenant sa face la plus « lourde » à notre planète, un peu comme le ferait un fil à plomb.

      Comme il n’y a pas de création d’énergie ce transfert nécessite une diminution d’énergie gravitationnelle du couple Terre-lune laquelle se traduit par un ralentissement progressif de la lune autour de la Terre et par son éloignement.

      Cependant tout le phénomène est sii infime que c’est à la limite du mesurable tant la masse de la lune et donc son énergie cinétique sont gigantesques par rapport à l’énergie absorbée par les marées de terre.

      Mais si la lune s’éloigne de la Terre, elle est donc moins attirée et devrait même lui échapper, cesser d’être son satellite.

      En fait la lune est moins le satellite de la Terre que du soleil.

      La Terre seule ne la retiendrait pas.

      Et l’éloignement progressif de la lune de la terre n’empêche qu’elle parcoure son orbite complexe autour du soleil en une année terrestre.

      On estime que le soleil a encore cinq milliards d’années à rester une naine jaune avant de devenir une géante rouge qui atteindra la Terre et la lune.

      Le couple Terre-lune durera jusque-là avec des marées moins puissantes au fil du temps.


    • cassini 16 septembre 14:22

      @Alren


      On ne sait pas par où commencer ! smiley

      Ce que j’ai le plus aimé c’est « l’effet de masquage » gravitationnel. Prix Nobel en vue. 

      La Terre dont la seule gravitation ne retiendrait pas la lune n’est pas mal non plu. 


    • popov 16 septembre 16:05

      @sleeping-zombie et cassini 

      Une première remarque sur les marées : Elles ne sont pas uniquement provoquées par l’attraction gravifique différentielle des masses d’eau en face de la lune et de celles aux antipodes. Il y a aussi la force centrifuge. La lune et la terre tournent autour de leur centre de masse commun à la même vitesse angulaire. La « bosse » formée dans les océans qui font face à la lune par l’attraction gravifique est donc un peu atténuée par la force centrifuge, tandis qu’une autre bosse due uniquement à la force centrifuge se forme aux antipodes. Il faut bien sûr combiner ces effets à ceux, similaires, produits par le soleil.

      Deuxième remarque : le ralentissement de la rotation de la terre sur elle même n’est pas du uniquement aux pertes d’énergie par frottement. À cause de l’inertie de la bosse formée et du fait que la terre tourne plus vite sur elle même que la lune ne tourne autour de la terre, la bosse se trouve légèrement en avance sur la lune. Il en résulte une petite composante de force gravifique tangentielle à l’orbite de la lune. C’est cette force qui accélère la lune et qui ralenti la terre. Le moment angulaire total devant rester constant, la vitesse de rotation de la terre sur elle même diminue, la vitesse de la lune autour de la terre augmente et la distance terre-lune augmente.

      Comme le dit cassini, la portion d’énergie prise sur les marées par les installations marée-motrices, c’est tout simplement de l’énergie qui ne sera pas perdue en frottements. Et puis, les endroits où ce genre d’installations sont économiquement faisables sont assez rares. Vous soulevez cependant une question intéressante : y a-t-il une part de l’énergie des marées qui est restituée au système ? J’avoue que je n’en sais rien mais que cela me semble très probable.

      @sleeping-zombie

      Vous avez oublié la géothermie. Il s’agit également d’une énergie nucléaire. Le soleil, c’est la fusion d’éléments légers ; les centrales nucléaires, c’est la fission d’éléments lourds ; la géothermie, c’est principalement la désintégration de l’uranium et du thorium et de quelques autres éléments lourds.


    • sleeping-zombie 16 septembre 16:19

      @cassini

      Tout a fait d’accord sur l’importance du dessin des côtes dans la matérialisation de la marée à un point précis.
      Mais j’avoue que je rejoins le scepticisme d’Alren sur la « gravitation de la Lune masquée par la Terre », de même que ta thèse sur le fait qu’en l’absence du Soleil, la Lune s’échapperait... mais là faut que je ressorte ma calculatrice et mes dessins. On est dimanche et j’ai la flemme :)

    • sleeping-zombie 16 septembre 16:29

      @popov

      le peu de physique dont je me souvienne ne mentionne aucune force « centrifuge ». A mes yeux, la force centrifuge est une illusion. Mais j’avoue mes lacunes...

      Sur la géothermie : je sais que le centre de la planète est « globalement chaud », mais j’ignorais qu’on avait des centrales d’extraction de cette chaleur. Quand j’entends le mot « géothermie », c’est plutôt par les puits géothermiques qui sont une utilisation pratique de l’inertie qu’une réelle génération.
      Merci pour la correction de mon oubli, je me coucherai moins bête ;)

    • Alren Alren 16 septembre 18:01
      @cassini

      Vous auriez mieux fait de vous abstenir d’ironiser mon pauvre ami ! Surtout en vous donnant un pseudo d’astronome !!! Cela aurait évité de vous ridiculiser.

      « La Terre dont la seule gravitation ne retiendrait pas la lune n’est pas mal non plus. »

      C’est pourtant la stricte réalité : la lune est d’abord le satellite du soleil et la terre ne fait que perturber son orbite ! Bien sûr ce n’est pas connu de grand monde car l’école ne l’apprend pas.


      Ce que j’ai le plus aimé c’est « l’effet de masquage » gravitationnel.

      Pas facile d’expliquer que la marée est haute sous la lune mais aussi aux antipodes de cet endroit.
      La mer s’élève car il y a diminution de la gravité.
      C’est pourquoi il y a deux marées hautes par jour.

    • JC_Lavau JC_Lavau 16 septembre 18:30

      @Alren : « La mer s’élève car il y a diminution de la gravité ».

      Faux à 98,4 % pour le terme lunaire.
      Faux à plus de 99,9 % pour le terme solaire.
      Voici 330 ans, Isaac Newton avait l’excuse que les mathématiques de l’inertie ne furent développées qu’au 19e siècle.
      Au 21e siècle, nous n’avons plus d’excuses.


    • cassini 16 septembre 18:41

      @Alren


      C’est l’expression de « masquage gravitationnel » qui est très mauvaise puisque rien ne masquant la gravité, ce n’est naturellement pas l’explication à fournir pour expliquer que l’eau s’élève aussi du côté opposé à la lune. 

      Naturellement la lune est satellite du soleil, mais son mouvement ne s’en analyse pas moins parfaitement comme celui d’un satellite dans le référentiel lié à la Terre, en sorte que si le soleil disparaissait soudain, la lune resterait satellisée autour de la Terre qui suffirait à la tâche. Or vous suggérez clairement le contraire.

      Si vous allez comme ça, la lune est aussi un satellite du centre de la galaxie.

    • baldis30 16 septembre 22:14

      @sleeping-zombie
      bonjour,

      pour l’instant il y a les résines échangeuses d’ions qui ont l’inconvénient d’accroitre le cout du minerai, mais pas dans des proportions énormes ... hors dans la production d’énergie par le nucléaire ce n’est pas le coût du combustible qui est le poste important mais l’investissement de production de l’énergie ( la centrale nucléaire en elle-même et la sécurité ) .

       Semble-t-il d’autres procédés d’extraction de l’eau de mer sont en cours d’étude, au-delà du labo !

      Au passage et dans un autre ordre d’idée la dépollution des ions métalliques lourds dans les sols contaminés par les thlaspis. Ou la tentation d’extraction du vanadium de l’eau de mer en exploitant un mollusque qui le concentre on ne sait trop pour quoi ... mais on constate ... Penser aussi par exemple à l’iode extrait des algues ....


    • pemile pemile 16 septembre 22:51

      @sleeping-zombie "le peu de physique dont je me souvienne ne mentionne aucune force « centrifuge ». A mes yeux, la force centrifuge est une illusion"


      Pourtant, simplifié, c’est pas sorcier

    • cassini 17 septembre 00:29

      @sleeping-zombie


      Le peu de physique dont je me souviens ne mentionne aucune force centrifuge

      Dans la mesure où c’est une pseudo-force, qui n’existe que dans un référentiel et pas un autre, on peut l’employer mais il est plus rigoureux et plus élégant de la contourner. 


    • popov 17 septembre 12:31

      @sleeping-zombie 

       
      Faut pas être dogmatique. Quelque soit le nom ou les qualificatifs que vous lui donniez, la force centrifuge produit des effets visibles. Lorsque vous tournez brusquement à gauche en conduisant, les passagers se trouvent poussés vers le droite.
       
      Pour une masse m tournant à une distance r autour d’un point à la vitesse angulaire ω, cette force centrifuge vaut m r ω².

    • Alren Alren 17 septembre 14:14
      @JC_Lavau

      J’ai dit « si mes souvenirs sont bons » car je n’ai pas « révisé » faute de temps avant d’écrire mon commentaire.

      D’ailleurs cela n’a pas beaucoup d’importance au regard du fait essentiel à savoir que cette « attraction » qui se traduit par une diminution de la gravité, ne soulève le mer et la roche que de quelques millimètres et non pas comme beaucoup de gens le croient des plusieurs mètres de certaines marées.

      C’est le phénomène de résonance de l’onde de marée qui croît par ce qu’on pourrait appeler l’effet balançoire qui provoque ces mouvements aussi importants.

      On peut aussi constater ce phénomène dans un seau d’eau que l’on déplace maladroitement : le clapot grandit jusqu’à ce que l’eau passe par dessus bord.



    • Alren Alren 17 septembre 14:37
      @sleeping-zombie

      La force centrifuge est une illusion.

      La force centrifuge est une pseudo-force.

      En effet, une force modifie l’énergie cinétique d’un mobile, c’est une accélération.
      La force centrifuge ne dispense aucune énergie et n’en consomme aucune.
      C’est pour cela que les satellites tournent des milliards d’années autour de leur astre attracteur.

      Du fait de sa rotation sur elle-même, la Terre qui est pratiquement aussi déformable qu’une goutte de liquide, est « aplatie aux pôles » (on pourrait plutôt mieux dire gonflée à l’équateur), de 200 km, (si mes souvenirs sont bons, M. Lavau !).

      Cette force centrifuge est uniforme autour de la Terre et n’a aucun effet sur l’ampleur des marées.
      En revanche le bourrelet ainsi formé est responsable de la précession de la Terre, cette véritable toupie autour de son axe de rotation. On parle de précession des équinoxes.




    • JL JL 17 septembre 15:41

      @Alren,

      @sleeping-zombie

      « La force centrifuge est une illusion. »
      « La force centrifuge est une pseudo-force. »
       
       Que pensez vius d’ube illusion dont on peut observer les manifestations réelles ?
      Mon point de vue :
       
      La force centrifuge est une force de nature cinétique, qui apparait toujours en réaction lorsque la trajectoire d’’un objet massique est contrainte  : c’est le cas d’une balle retenue par un fil que l’on fait tourner autour d’un centre, c’est le cas d’un satellite tournant autour d’un astre.
       
       Pour s’en convaincre, il est facile de considérer la balle, successivement en deux points A et B, diamétralement opposés sur son cercle : en A elle présente un vecteur vitesse donné, en B le même vecteur mais de sens contraire : V et -V.
       
      Cela veut dire que sa vitesse en A a été successivement décélérée, annulée, puis accélérée dans l’autre sens.
       
      Quant aux pseudo forces : la gravité est une pseudo-force (*), une illusion en effet, qui s’explique par la courbure de l’espace temps dans le voisinage des objets massiques. Elle se mesure comme une accélération, en témoigne l’observation de la chute des objets, ou l’équilibre des satellites.
       
      La preuve que ce n’est pas une force, en est que les rayons lumineux dénués de masse sont affectés par cette déformation ; n’étant pas massiques, ils ne subiraient aucune influence due à une authentique force qui agirait sur les seules masses.
       
      (*) Et pourtant, on écrit : f = m*M / d*d

    • pemile pemile 17 septembre 16:01
      @Alren « Cette force centrifuge est uniforme autour de la Terre et n’a aucun effet sur l’ampleur des marées. »

      C’est la force centrifuge du centre de gravité du couple terre-lune

    • JC_Lavau JC_Lavau 17 septembre 23:11

      @popov. Les effets inertiels sont au minimum de 60 fois plus grands que les gravitationnels pour le terme lunaire, plus de mille fois pour le terme solaire.


    • popov 18 septembre 01:08

      @JC_Lavau

       
      Bonjour
       
      Merci pour le renseignement. En fait, je ne me suis jamais posé la question des ordres de grandeur respectifs. Si j’habitais sur le littoral, je l’aurais peut-être fait. J’aurais peut-être aussi essayé de comprendre comment les effets lunaire et solaires se renforcent ou se contrecarrent, avec quelle périodicité. Shame on me !

    • Doume65 18 septembre 14:30
      @sleeping-zombie

      Cassini a parfaitement raison, et il répond partiellement à ta remarque ci-dessous reproduite :
      « Ce stock finira donc par s’épuiser, et ça se matérialisera par l’absence de marée donc par l’immobilité relative de la Lune et du Soleil vis-à-vis de la Terre. »
      La perte d’énergie se « matérialise en fait par un éloignement continu de la Lune. Elle était plus de la Terre il y a bien longtemps.



    • Doume65 18 septembre 14:37

      @Doume65

      La classification des réponses est nulle sur AV. Je faisais mention dans ma réponse du premier post de Cassini, lorsqu’il affirme que quoi qu’on fasse, l’énergie de la marée se perd en frottements.

      @développeur d’AV, s’il existe :
      Si vous me laissez la main sur le code du site, je vous montre comment arranger facilement la façon de présenter le forum, avec les réponses sous chaque post. Il suffit d’une fonction récursive !

    • gardiole 15 septembre 19:20
      A supposer que le fait de capter l’énergie marée-motrice soit de nature à modifier ou arrêter la rotation de la Lune autour de le Terre (je n’en sais rien) il faudrait que ce captage soit fait avec une ampleur dont nous sommes et serons toujours très loin. Et il faudrait tabler sur des millions d’années. D’ici-là...


      • sleeping-zombie 15 septembre 21:47

        @gardiole

        300 millions d’années si j’ai bien compté. Mais c’est en considérant comme constant l’extraction actuelle.
        Connaissant l’humanité et sa capacité à consommer exponentiellement ce qu’elle considère comme illimité, je me demande s’il ne faut pas revoir ça a la baisse...

      • baldis30 16 septembre 22:16

        @gardiole

        bonsoir,
        le calcul a été fait pour le grand barrage devant barrer une baie en Argentine et cela conduisait ( de mémoire... donc à retrouver ) à un ralentissement de la rotation terrestre de l’ordre de trois secondes par siècle...


      • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 04:15

        @baldis30

        un ralentissement de la rotation terrestre de l’ordre de trois secondes par siècle...
         smiley smiley

      • baldis30 17 septembre 08:28

        @nono le simplet

         tu peux rigoler comme tu rigoles de la connaissance des autres on aimerait voir tes apports en la matière ... Tu prends les astronomes pour aussi con que toi .. il y a un défaut dans ton raisonnement c’est que la précision de leurs calculs atteint et dépasse même les 10^-11.

         mais tu es le plus fort on le sait ! comme si on ne savait pas par l’histoire que le ralentissement de la rotation terrestre marque un retard de l’ordre de .....heures depuis l’an ..... cherche toi-même !

        Comme si on ne savait pas que sous l’effet du ..... l’axe de la terre bascula de ..... secondes en .... (cherche toi-même !)


      • Eric F Eric F 17 septembre 11:11

        @sleeping-zombie
        la prévision sur 100 ans est déjà hasardeuse, les techniques changeant radicalement, alors faire des projections sur 300 000 000 d’années n’a pas réellement de sens, il y aura certainement de nombreux évènements cataclysmiques qui auront bouleversé la planète entretemps, sans compter que l’activité humaine risque d’en avoir fait un caillou aride ...ou un retour à la forêt primale.


      • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 12:55

        @baldis30

        tu peux rigoler comme tu rigoles de la connaissance des autres
        un barrage qui ralentit la rotation de la terre de 3s par siècle ... c’est tellement ridicule que je ne peux que rire ... c’est plus un barrage c’est un frein à main smiley

      • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 15:18

        @baldis30

        allez, je suis sérieux 2 secondes ...
        ton barrage, si j’ai bien compris utilise l’énergie des marées et donc diminue leur effet
        1 : s’il diminue leur effet qui est de ralentir la rotation de la terre il ne ralentit pas la terre mais diminue (éventuellement) son ralentissement ...
        2 : les marées, en partie responsables du ralentissement de la rotation de la terre, provoquent un ralentissement de quelques millièmes de seconde par siècle, comment un barrage de contenance ridicule par rapport aux masses d’eau concernées par les marées peut avoir un impact 1000 fois supérieur ?

      • baldis30 18 septembre 04:21

        @nono le simplet
         

        Votre bétise ne sait même pas ce que cela représente en mécanique ... VOUS ETES NUL !

         VOTRE REMARQUE RELEVE DU CRETINISME !


      • nono le simplet nono le simplet 18 septembre 06:28

        @baldis30

         VOTRE REMARQUE RELEVE DU CRETINISME
        quelle jolie réponse scientifique smiley

      • nono le simplet nono le simplet 18 septembre 07:23

        @baldis30

        allez j’en mets une autre couche smiley
        hypothèse de départ :
        « un barrage ralentit la rotation de la terre de 3s par siècle »

        la Terre fait un tour en 24h soit 86400 secondes
        soient 100 « barrages » qui vont donc ralentir la Terre de 300s par siècle soit 5mn par siècle
        la Terre va donc s’arrêter de tourner au bout de 288 siècles soit 28 800 ans et tout ça à cause de quelques barrages ...
        évidemment si on veut beaucoup d’énergie on va multiplier ces barrages ... on va en faire 100 000 ... y a la place ... oups ! la Terre ne tourne plus au bout de 28 ans ...
        NON à l’Énergie Marémotrice !
         smiley smiley

      • pemile pemile 18 septembre 08:52
        @nono le simplet « oups ! la Terre ne tourne plus au bout de 28 ans »

        Quand l’humanité arrêtera-t-elle ses conneries et se débarrassera de ces « khmers vert » (comme dirait foufouille) ??!!



      • nono le simplet nono le simplet 18 septembre 08:58

        @pemile

         smiley
        il est pas fort nôtre ingénieur ?


      • baldis30 18 septembre 11:09

        @nono le simplet
        IMBECILE ... parce que c’est pour la raison invoquée que les ouvrages n’ont pas été construits

        MAIS VOUS ETES LE MEILLEUR ET ON N’ATTENDEZ QUE VOUS !


      • pemile pemile 18 septembre 12:22

        @baldis30 « IMBECILE ... parce que c’est pour la raison invoquée que les ouvrages n’ont pas été construits »


        Nono, faut l’encadrer celle là ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

sleeping-zombie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès