• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Illusions algériennes

Illusions algériennes

 

   A peine indépendante, l'Algérie se trouve sans avenir ! L'histoire est bloquée, prise pour proie par des hommes qui se jettent le passé à la face, au lieu de se donner les moyens d'avancer et de faire avancer avec eux un peuple qui a libéré avec eux le pays. En écrivant cette phrase, j'ai pensé au personnage de Menouar Ziada, dans le roman "Les Vigiles" de Tahar Djaout. Ancien combattant de la révolution, ce dernier a eu la chance d'avoir choisi le bon camp, celui des "justes et des infaillibles", comme il dit lui-même, durant cette période sanglante qui allait déterminer le destin de la patrie. Néanmoins, une fois la souveraineté nationale acquise, le vieux maquisard aurait pu bénéficier, à l'instar de ses compagnons d'armes, de bien d’avantages : appartement, local de commerce, passe-droits et dérogations renouvelées à dates fixes. Or, lui se contentait seulement d'un logement et d'une pension substantielle, car, il lui paraissait déjà que toutes "ces merveilles ne pouvaient pas être infiniment à lui et qu'un jour viendrait où, par un juste retour de choses, il en serait dépossédé".

   Résistant au petit appétit, Menouar du reste peu intéressé par le pouvoir, croit un peu "naïvement" que le patriotisme est un devoir et qu'il faut continuer à servir son pays avec abnégation et surtout sans contrepartie, comme au bon vieux temps, où les frères se sacrifiaient corps et âme pour la patrie, sans attendre rien en retour. A travers lui, c'est l'Algérie "combattante" d'en bas qui se plaignait de ceux d'en haut, arrivistes sans pitié et profiteurs implacables, en course effrénée derrière les dividendes d'un faux patriotisme dont ils tirent une rente viagère : cumul de pensions, retraites anticipées, fonds de commerce, pouvoir de décision au nom d'un fusil devenu au fil du temps rouillé et boulot assis, comprendre par là des chaises et des fauteuils qui ne sont jamais mieux occupés que par les médiocres ! Deux Algérie (s) son nées dans ce climat de tensions, celle du "bled-flouss" et celle du "bled-nif", celle de "chekara" et celle de "el m'hna", deux lignes parallèles sans aucun point de jonction. Et puis, le personnage de Djaout, comme tout Algérien honnête, avait envie de crier fort que ce pays "endolori" mais généreux et au large "cœur", appartient à tous ses citoyens et qu'il ne comprend jamais cette obsession maladive de certains, sinon presque la majorité des Anciens de vouloir le défendre contre son propre peuple ! Mais diantre, défendre quoi exactement ? La patrie blessée ou leurs gros privilèges ? Enfin, d'avoir libéré et longtemps régné (eux et leur progéniture réelle ou symbolique) sur cette terre fière leur confère-t-il le droit de tant peser "éternellement" sur elle, de confisquer aussi bien son passé que son avenir, ses richesses que son sang, son honneur que sa dignité, sa vie que son cœur-cerveau ?

 

Kamal Guerroua. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 31 mars 11:39

    « Ancien combattant de la révolution, ce dernier a eu la chance d’avoir choisi le bon camp, »

    Ah bon ? La chance ? J’aurais cru que c’était plutôt une question de courage, mais si vous le dites...




    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 31 mars 11:45

      L’Algérie est une invention coloniale intégrant d’anciens comptoirs ottomans, des montagnes où a toujours régné l’omerta et un désert peuplé de nomades bloqués par des frontières aberrantes fixées par l’AOF. Depuis 1962 (ce qui n’est pas synonyme d’« à peine » indépendante), les dirigeants ont toujours été ultra minoritaires, mais les clivages téels (historiques, linguistiques et culturels) font l’objet d’un déni généralisé dans la population. Quelle issue ?


      • Jonas 1er avril 09:35

        Excellent article émanant d’un patriote , un vrai , c’est -à dire d’un homme qui aime son pays mais qui souffre de le voir se ratatiné au fur et à mesure que le temps passe, par la faute d’hommes incapables de diriger et de gérer un pays et sa richesse. Des hommes qui ont plus d’ambitions , pour eux et leurs proches que pour leur pays, l’Algérie et qui n’ont à la bouche que des discours nationalistes bidons pour endormir le peuple. 

        Un exemple pour aller dans le sens de l’auteur. Après la guerre d’indépendance , les résistants / moudjahidines étaient en tout et pour tout entre 20 000 et 30 000 , 59 ans après l’indépendance , ils se sont multipliés et sont actuellement entre 200 000 et plus. L’Algérie est un pays où les anciens combattants ne meurent pas. Le projet du budget les concernant est évalué à 1,4 milliards de dollars. ( Il comprend les avantages dont parle l’auteur de l’article ) 

        L’Algérie avait tous les atouts, grâce à ses ressources naturelles d’être comme on dit aujourd’hui en français moderne un « dragon » dépassant les « dragons asiatiques » , qui eux , sont démunis de tout , sauf de l’intelligence et du savoir des dirigeants. 

        J’avais expliqué à un certain « Hamed », un contributeur d’Agoravox, qui se lance toujours dans des discours stratosphériques , faisant référence a la colonisation ,et aux complots étrangers , pour expliquer , les problèmes que rencontrent l’Algérie. Alors qu’en réalité les maux dont souffrent l’Algérie, sont ses propres dirigeants. Je lui avait cité en exemple la Norvège qui au moment de l’indépendance de l’Algérie , avait un PIB , inférieur , mais aujourd’hui , il est 15 fois supérieur à celui de l’Algérie, et fait partie des pays les plus riches du monde. Je pronostique aujourd’hui , que le Vietnam qui a été colonisé par la France ,puis par le Japon , lors de la Seconde guerre mondiale , avec les atrocités que l’on sait , qui a subi plusieurs guerres atroces , pour son indépendance , contre la France et les Etats-Unis , dépassera bientôt l’Algérie et fera partie des futurs grands d’Asie. 


        • Aimable 1er avril 15:09

          @Jonas
          Il ne faut pas oublier que l’un des gros handicapes des pays du maghréb c’est la religion .


        • Jonas 3 avril 09:14

          @Aimable

          Pas seulement au Maghreb mais également au Machrek comme dans l’ensemble des 57 pays musulmans dans le monde. ( 22 pays arabo-musulmans et 35 pays musulmans non arabes) 

          Dans les pays où l’islam est dominant, comme l’écrit le philosophe iranien Anoush Grandjipour dans ( Ambivalence en islam , Pasteur ou Léviathan , Seul). L’islam est enferré dans un système où il ne peut séparer le « théologique du politique ». C’est la seule religion des trois monothéistes où le chef est homme de guerre et homme politique. 

          A la religion , il faut ajouter la «  démographie » aucun pays musulman ne peut s’en sortir ( exceptés les Etats du Golfe , qui refusent d’ailleurs de recevoir leurs « frères en religion » en tant qu’ immigrants à s’installer chez eux) sans la limitation des naissances et cela quel que soit le chiffre de la croissance. La démographie absorbe cette dernière. 


        • J.MAY J.MAY 2 avril 10:09

          A l’auteur

          Lu votre article avec intérêt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité