• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Immigration

Immigration

 Le 27 Octobre 1985 Jacques Chirac, Maire de Paris, débat avec Laurent Fabius, Premier Ministre, au sujet de l’immigration. Chirac propose une extrême fermeté car, selon lui, 42% des délinquants sont étrangers, un tiers des gens en prison, 73% des trafiquants de drogue. Il propose en conséquence l’expulsion des clandestins et des contrôles d’identité rendus efficaces grâce à une carte infalsifiable... Fabius, à une ou deux exceptions, donne son plein accord à ces propositions. La part des immigrés dans la population n’a cessé d’augmenter depuis la fin de la seconde guerre mondiale, avec cependant une ‘pause’ entre 1970 et 2000 suivie d’une forte augmentation ensuite. Aux élections présidentielles de 1974 Le Pen obtint 0,75%, sa fille obtiendra 34% au second tour de ces mêmes élections.

 Immigration, la simple utilisation du mot permet à chacun de fourbir ses armes pour abattre l’adversaire. Les immigrés eux-mêmes ont peu à voir avec ce comportement : il s’agit de bannir les uns, bénir les autres, afin de délimiter des camps : les populistes et les progressistes, par exemple. Et si tous, malgré les dires et les postures, n’étaient animés que par leur seul intérêt ?

 Il est maintenant acquis qu’il existe deux France qui ne se connaissent pas ou plus, qui n’ont plus les mêmes repères, qui n’habitent pas au même endroit, qui n’ont pas les mêmes revenus et le même bagage culturel. Nous les nommerons CSP+ ou CSP- (CSP : catégorie socioprofessionnelle) par souci de concision.

 Les CSP+ occupent les échelons les plus hauts de la pyramide sociale, ils ont un bagage universitaire important et des revenus en conséquence. Ils habitent dans les centres villes où ils peuvent retrouver des semblables dans des lieux sociaux taillés sur mesure alliant cuisine exotique raffinée, décor minimaliste, musique branchée, lectures du jour. Ils se sont détournés des valeurs traditionnelles (famille, religion, patrie) auxquelles ils n’attachent plus aucune importance pour se consacrer à l’optimisation des relations et des plaisirs. Ils font du sport, du jogging, de la patinette, du vélo et fréquentent volontiers les clubs de fitness (surtout pour y faire des rencontres). Ils téléchargent avec avidité les applications derniers crus qui leur permettent de découvrir de nouvelles réalités virtuelles. Ils votent massivement pour Macron et sont repliés sur eux-mêmes malgré une apparente ouverture car même à l’étranger ils ne fréquentent que leur monde. 

 Les CSP- sont des ouvriers et des employés vivant dans la grande périphérie des métropoles. Leur salaire oscille entre 1 et 1,5 fois le SMIC. Les plus âgés ont pour idole Johnny Halliday, les plus jeunes préfèrent Lady Gaga (Are you happy girl…). Ils ne vont jamais au Musée, peu au cinéma, ne lisent pas, boivent souvent beaucoup, utilisent communément le shit pour apaiser les moments d’angoisse. Ils utilisent leur voiture pour aller travailler souvent à plusieurs dizaines de kilomètres de leur domicile. Ils n’ont jamais vraiment cru en une justice divine mais ils faisaient jadis semblant, ils ont davantage adhéré au Parti qui se disait leur représentant, mais ce temps est fini. Ils ont adopté les mœurs de l’époque sans se rendre compte qu’elles n’étaient pas taillées à leur mesure, qu’elles les fragilisaient plus qu’elles les satisfaisaient. Les CSP- votent FN (maintenant RN).

 Les réactions à un apport important de populations étrangères vont être très différentes selon que vous êtes CSP+ ou CSP-, non pas parce que les uns seraient génétiquement plus humanistes et à même de faire des analyses intelligentes que les autres, simplement parce que les deux catégories vont suivre leur intérêt.

 Un apport de populations étrangères au sein d’une Nation a toujours, au moins dans un premier temps, engendré des réactions d’hostilités. Entre 1815 et 1914 près de 16 millions d’italiens émigrent vers les Etats-Unis ou les pays européens dont la France. L’Italie connaît un fort accroissement de sa population et son économie ne peut pas résorber l’afflux de main d’œuvre : les italiens en sont réduits à "voler ou émigrer" selon les dires. Les ‘italiens’ sont prêts à accepter des rémunérations moins importantes et des conditions de travail plus rudes que les français et sont perçus par ces derniers comme des concurrents. La main-d'œuvre exogène, selon les économistes, permet de « fluidifier » le marché du travail. Une flexibilité accrue est nécessaire, selon eux, pour rester compétitifs face aux marchés externes.

 Les réactions de rejet des immigrés italiens sont nombreuses. Ainsi par exemple, en juin 1881, les « Vêpres marseillaises » voient, durant quatre jours, des foules passionnées faire la chasse aux Italiens faisant 3 morts et 21 blessés. La parenté des cultures et des religions ne permet pas de vaincre ou de tempérer les élans xénophobes des populations autochtones. En Lorraine sidérurgique, l’activisme syndical des ‘italiens’ se heurte à l'hostilité ouverte d'une fraction des ouvriers lorrains, moins sensibles qu’eux à l'internationalisme. La presse décrit alors l'italien comme un "voyou" ou comme un "anarchiste". A Aigues-Mortes en août 1893, c’est en brandissant le drapeau français que la population poursuit les Italiens.

 Ainsi, la réaction des ouvriers de l’époque, loin de la crise de 1929 et de la montée du nazisme, s’explique tout simplement par la défense de leurs intérêts. Le recours à une main d’œuvre étrangère permet aux employeurs de faire pression sur les salaires et de s’assurer les services d’ouvriers et d’employés plus dociles.

 De nos jours, la présentation n’est bien sûr pas faite ainsi et on parle plus volontiers de réformes "pro-business", visant à libérer les entreprises des "rigidités" qui pèsent sur leur compétitivité, et des mesures sont prises : plafonnement des dommages et intérêts en cas de licenciement illégal, organisation de plans de départs volontaires en dehors des plans sociaux, possibilité donnée aux entreprises multinationales faisant des bénéfices de procéder à des licenciements dans leurs filiales françaises….

 Le problème n’est donc pas entre les tenants de la vertu, des droits de l’Homme, de l’ouverture au monde et des gens sans morale, xénophobes, refermés sur eux-mêmes : il s’agit plus prosaïquement d’intérêts contradictoires qui s’affrontent lorsque l’on parle d’immigration. 

 Il est acquis que les chefs d’entreprise sont en faveur d’une large immigration et ils sont toujours intervenus auprès de leurs représentants politiques pour qu’il en soit ainsi. Ainsi G. Pompidou dira à propos des immigrés réclamés par le patronat : « ils en veulent toujours plus ! ». Les mêmes politiciens dits de droite dénoncent pourtant avec force les méfaits de l’immigration qui ébrèche l’identité nationale (selon eux). Les opposants politiques dits de gauche s’en tiennent à une posture humaniste qui économiquement dessert la fraction du peuple dont il se réclame, ce qui ne les empêche pas eux non plus de soutenir la compétitivité des entreprises par les moyens appropriés, dont l’immigration : les cadres supérieurs ont besoin de nounous, de femmes plus jeunes que l’ancienne, de bâtiments pas trop chers bâtis par des gens mal payés…

 Un exemple frappant de racisme inapparent et chic concerne la gentrification des centres villes. Il n’est évidemment pas question que des cadres aillent injurier des pauvres (blancs, arabes ou noirs) au pied de leurs immeubles pour pouvoir prendre leur place dans leur logement devenu vacant. Par contre, il est possible de mettre un terme aux quotas de logements sociaux, de remplacer des baux à durée indéterminé par d’autres à durée limitée, de ne plus contrôler l’augmentation des loyers, de laisser les prix de l’immobilier monter d’une façon vertigineuse pour augmenter la rentabilité des investissements… et en quelques années tout au plus, les CSP++ expulsent les plus démunis d’une ville avec les formes que requiert une exquise éducation.

 Le racisme anti-pauvres, caché par les flots verbaux de discours moralisateurs, se retrouve également quand il s’agit d’offrir les meilleures chances aux enfants de CSP+ pour ‘réussir’ leur vie, la vie. Aucun n’envisage évidemment que leur progéniture puisse être cantonnier. Il existe d’excellents, de bons et de moins bons établissements scolaires. L'affectation d'un élève dans une école maternelle, une école élémentaire ou un collège relevant de l'enseignement public obéit à la sectorisation : les élèves sont scolarisés dans l'établissement scolaire correspondant à leur lieu de résidence. Principe de justice, tentative de lutter contre toute ségrégation. Mais ‘on’ pense et ‘on’ affirme que les populations ‘défavorisées’ « tirent les classes vers le bas » ! Alors ‘on’ triche ! Avec la loi ! Avec les principes républicains ! Avec la plus élémentaire morale ! ‘On’ falsifie des factures EDF, ‘on’ inscrit l’enfant à des cours de trombone, ‘on’ se fait domicilier chez une vieille marraine, ‘on’ emménage fictivement chez un parent d’élève… ou ‘on’ va dans le privé. L’humanisme est un idéal disent-ils, mais il faut bien s’empoigner avec la réalité.

 Reste l’identité nationale revendiquée par une très large partie de ceux qui constituent les décideurs de toujours. Il est vrai que les puissants ont toujours su séparer le temporel du spirituel, et que cela ne coûte rien de clamer son attachement aux valeurs de la France si on peut faire en même temps des affaires. L’identité nationale se trouve être défendue verbalement par les CSP-, bien plus que par leurs co-nationaux. « Seul le malheureux voit des miracles » et la République une et indivisible en est un puisqu’elle inscrit à son fronton « Liberté, Égalité, Fraternité » idéal inaccessible, presque utopique, mais boussole indispensable à toute société. Les CSP- y croient, les autres ne croient plus en rien.

 Il est souvent revendiqué que la culture, le savoir représentent une voie d’accès vers la sagesse qui seule permet de guider les peuples. On sait au moins depuis 1974 qu’il n’en est rien. René Dumont à l’époque proposait comme nécessaire tout ce qui se révèle indispensable aujourd’hui : les économies d'énergie, la coopération avec les pays en développement, la protection et la remédiation des sols… toutes choses qui furent noyés dans les agitations de l’instant, instants qui permettaient d’être élus, réélus, d’être confortés dans ses privilèges, qui permettaient à une classe supérieure qui ne rêve de rien d’autre que de rester supérieure de croire qu’elle y parvenait. Il est maintenant acquis que ceux qui prônent la proximité des productions et de la consommation, la valorisation du faire sur le faire-faire, la préservation des tissus culturels populaires ou non sont porteurs du seul avenir possible. Le choix a été fait de produire de plus en plus n’importe quoi en d’énormes quantités mais de médiocre qualité au prix d’une ruine de l’art des manuels. Que de temps perdu à éponger une prétendue soif de consommation que l’on mettait tant de soin à susciter. Que de temps perdu à faire entrer dans une machine à broyer ceux qui n’avaient que leur force de travail à proposer, permettant aux uns de dominer et les autres à perdre leur dignité.

 Nos élites nous ont fait perdre un demi siècle en pillant tout ce qui pouvait être pillé, en asservissant tout ce qui pouvait être asservi, en ruinant tout ce qui pouvait être ruiné : l’environnement comme le sens civique. D’élection en élection, en se raccrochant au ‘moins pire’ des candidats, on pensait éloigner un peu les périls que tous savaient menaçants. Que de temps perdu en luttes de pouvoirs, en batailles de coqs, en rodomontades stériles, alors que les temps nécessitaient efforts et grandeur :

 « Ce sont les élites [qui ont déliré] qui délirent, pas les gens ordinaires. »   


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 5 avril 12:55

    « ...il s’agit plus prosaïquement d’intérêts contradictoires qui s’affrontent lorsque l’on parle d’immigration. »

    Faux ! Il y a les NOUS et les EUX dans un sens, les EUX et les NOUS dans l’autre sens, et les incompatibilités résultant de ce clivage.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 13:52

      @Cateaufoncel3
      La vision en « eux » et « nous », c’est à dire si je comprends bien, entre deux clans antagonistes voire ennemis est peut-être la bonne.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 5 avril 15:11

      @Jacques-Robert SIMON

      Pas forcément antagonistes. Il y a les NOUS jeunes et les EUX vieux, les NOUS vieux et les EUX jeunes, et aussi les NOUS et les ELLES, les ELLES et les NOUS... Il y a donc, au cas par cas, des complémentarités.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 18:33

      @Cateaufoncel3
      Je crains qu’il y est peu de complémentarité avec ceux qui n’adorent que le veau d’or.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 5 avril 18:40

      @Jacques-Robert SIMON

      C’est au cas par cas, je l’ai écrit.

      Et adorer au veau d’or, n’est pas un statut, juste une posture.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 18:44

      @Cateaufoncel3
      Non, ce n’est pas une posture, c’est un trait fondamental qu’on ne peut surmonter que grâce à d’énormes efforts.


    • Paul Leleu 5 avril 20:55

      @Jacques-Robert SIMON

      je comprends pas cet intérêt de reprocher aux classes « bourgeoises » leurs moeurs... les urbains écoutent de la « musique branchée » dites-vous... mais en quoi est-ce différent de Johnny Hallyday et Lady Gaga ? En quoi les plats bios végétariens des bobos sont pires que les fast-food carnés des prolos ? En quoi la visite d’une musée est-elle pire que la visite d’une zoo ou d’un parc d’attraction ? Quant à l’entre-soi social, il est aussi pratiqué par les prolos, qui se plaisent tout autant à railler et caricaturer ceux d’en-hauts... l’ignorance est mutuelle...

      et en fait, c’est peut-être bien ainsi... on va pas forcer les gens à manger des choses, ou écouter telle musique, ou fréquenter telles personnes... on est heureux avec des gens avec lesquels on partage des choses... même si c’est pas politiquement-correct de le dire...


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 09:35

      @Paul Leleu
      Je ne dis pas qu’une musique est mieux qu’une autre, je décris à grands traits un mode de vie. Il en est de même pour les repas, les divertissements... Je ne veux pas forcer qui que ce soit à faire quoi que ce soit, mais j’aimerais qu’on arrête de dissimuler les intérêts par la morgue.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 6 avril 10:28

      @Jacques-Robert SIMON

      Posture ou trait fondamental, ce n’est pas un statut, et on ne distingue pas , au premier coup d’oeil, un adorateur du veau d’or d’un athée du même culte. Quant aux « énormes efforts », il faudrait en expliquer la finalité à ceux qui sont censés les consentir.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 11:20

      @Cateaufoncel3
      C’est peut-être vrai qu’il y a des analogies entre tous les croyants : adorateurs du veau d’or et athées (car on peut être un fondamentaliste athée). Un choix doit être impérativement fait entre humanisme et transhumanisme, entre l’humain en boîtes et l’humain simplement humain. Pour les modalités pratiques, j’ai écrit sur ce site 3 articles ’Propositions pour changer la vie’ mais en aucun cas je ne suis une référence, je réfléchis comme tout le monde, ni mieux ni moins bien.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 6 avril 17:17

      @Jacques-Robert SIMON

      « Un choix doit être impérativement fait entre humanisme et transhumanisme, entre l’humain en boîtes et l’humain simplement humain.  »

      Mais un choix qui n’est fait, en conscience, que par une toute petite minorité.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 18:22

      @Cateaufoncel3
      En conscience, vous avez peut être raison, mais le ressenti concerne l’immense majorité.


    • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 5 avril 13:13

      Un article de qualité.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 13:53

        @Sergeant Pepper
        Merci, le sujet était délicat.


      • Paul Leleu 5 avril 20:38

        @Jacques-Robert SIMON - je suis désolé, mais je trouve votre article caricatural... ça ressasse les clichés de la « France périphérique », qui est le nouveau dada des intellos parisiens (avant il y avait le « prolétariat »). Sauf que ça ne recouvre pas la réalité... Si « la France périphérique » votait réellement FN, alors il y aurait 50 millions de voix pour le FN... ce qui n’est pas le cas... sans compter le nombre de petites villes de provinces désindustrialisées (comme la mienne), qui vote LREM, et ont un maire macroniste. Alors ?

        Votre vision des « bobos des centre-villes » est hyper-caricaturale, et relève des clichés... il fut un temps pas si lointain où le peuple se faisait une fierté de trahir l’identité nationale, la religion et la famille, qui étaient des « trucs de bourgeois »... alors ?

        Les français battaient des mains pour Pétain... et même après-guerre, la question n’était pas réglée... il n’y a pas d’un côté des élites traitres et de l’autre un peuple patriote... c’est faux ! Ce serait tellement simple ! ...

        et comment ne pas comprendre ces nombreux cadres, dirigeants, élus, personnalités qui renoncent à l’intégrité, afin de continuer à faire carrière ? Combien font aux élections les hommes intègres ? Combien de disques, de livres ou d’entrées vendent les artistes intègres ? Dites-nous un peu où est l’intégrité du peuple ?


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 09:30

        @Paul Leleu
        Je pense qu’il est normal de considérer que des dirigeants dirigent et que donc ils sont responsables d’un état de fait. Quant à moi, je n’utilise le mot peuple qu"avec beaucoup de précautions et je mentionne ses intérêts plus que ses lubies. Enfin, souvent on cache l’essentiel par des détails, j’essaie de ne pas le faire tout en conservant la crédibilité du tout.


      • JL JL 5 avril 13:22

        Castaner vient de déclarer que des ONG sont de mèche avec les passeurs en Méditerranée.

         
         L’immigration massive, c’est le retour du refoulé de notre passé d’anciens colons.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 13:54

          @JL
          Toute puissance tend à dominer, jusqu’au jour où elle n’est plus à même de dominer un ensemble trop vaste. C’est dommage mais c’est toujours ainsi.


        • berry 5 avril 13:59

          @JL
          Formidable, il commence à se réveiller à 53 ans.
          Giscard avait attendu d’en avoir 65 pour parler d’invasion et Hollande 62 pour s’inquiéter d’une partition du pays.

          Bientôt, ils nous diront que Jean-Marie le Pen avait raison à 100 %


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 5 avril 18:29

          @berry

          Mais JMLP avait raison, puisqu’il était en convergence de vue avec Marchais et bien d’autre ensuite.
          Le problème que nous croyons encore que nos hommes politiques ont un pouvoir. Il n’en ont pas, ce sont des marionnettes.
          Ils peuvent dire ce qu’ils veulent mais ce qu’ils font est « encadré ».
          Je pense en particulier à l’intéressante saillie de Castaner.
          Il fait un constat très réel et bien connu de ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre (et qui regardent ou écoutent ailleurs que sur les médias alignés, oeuf corse).
          Le problème est qu’on sait qu’il n’ira pas au-delà de ce constat. Il suffit de l’entendre appeler les ONG à une attitude responsable.
          De qui se moque-t-on ?
          Si les ONG sont le visage « honorable » des passeurs, elles doivent être incriminées au même titre que ces derniers.
          Se contenter de dire une vérité sans agir, c’est brasser du vent.
          Castaner et toute la clique gouvernementale m’ont l’air excellents pour ça.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 18:35

          @JL
          On a d’autant moins de pouvoir que l’on ne veut pas l’exercer.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 18:42

          @berry
          Même les plus grotesques individus peuvent émettre des vérités.


        • Jelena Jelena 5 avril 19:22

          @JL >> L’immigration massive, c’est le retour du refoulé de notre passé d’anciens colons.

          Anciens ? Si prés de 40% des africains apprennent à parler français, ce n’est pas sous l’influence des ricains ou des chinois. smiley


        • mmbbb 5 avril 19:42

          @JL c est Poutine qui l a dit La France sera colonisee par ses anciennes colonies 


        • Jelena Jelena 5 avril 19:50

          @mmbbb >> sera colonisee par ses anciennes colonies

          Le mot « anciennes » est de trop (voir mon commentaire précédent).


        • Jonas 7 avril 06:22

          @Jacques-Robert SIMON
          Tout à fait exacte, mais...
          Il s’est souvent avéré, que celle qui remplace la puissance précédente sous couvert de bonnes intentions est souvent pire que l’ancienne et utilise des méthodes autrement plus agressives et répressives contre son propre peuple , afin de garder le pouvoir. 
          Hélas , les exemples sont légions !


        • mmbbb 8 avril 11:33

          @JL mon dieu ce n ’est pas possible ! Quel amalgame. Les ONG sont apolitiques ! 


        • Habana Habana 5 avril 15:39

          La culture et le savoir !

          On en a rien à foutre dans ce pays et ce n’est pas nouveau ! Ce qui compte, c’est qui vous connaissez et d’ou vous venez.

          Contrairement aux pays Anglo-Saxons où la première question que l’on vous pose c’est : qu’est-ce que tu sais faire ?

          Ceci est très sérieusement mis en lumière dans plusieurs rapports socio-économiques. Je l’ai encore entendu sur France culture très récemment.

          Vous êtes ouvrier ? Alors vous resterez ouvrier ! On se borne à votre « diplôme » de base mais on fait très clairement fi de la façon que vous avez eu de vous cultiver tout au long de votre vie. Je connais des ouvriers bien plus cultivés que des crétins de « cadrions » débiles !

          Pas étonnant que l’on ait négligé toutes ces filières professionnelles...car elles ne mènent à rien !!

          Pauvre France ! Dirigée par des Oligarques / Enarques complètement inaptes et incapables !


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 18:37

            @Habana
            Les énarques ont d’énormes qualités d’exécutants pas comme dirigeants.


          • Gloubi 5 avril 18:26

            Bon article. En effet, c’est par intérêt égoïste que les CSP+ sont généralement les plus grands supporters de la mondialisation :

            • Ils ont les moyens de voyager, voire de faire voyager leurs capitaux
            • Leurs emplois ne sont pas menacés par les immigrés, qu’ils peuvent payer au lance-pierre pour faire leurs menus travaux.

            Concernant le dernier point, Acquitte-à-tort, le bon Me Dupont-Moretti ne disait-il pas d’Eric Zemmour que s’il n’y avait plus d’immigrés il faudrait faire son ménage soi-même ?


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 18:38

              @Gloubi
              Merci de votre intérêt.


            • Paul Leleu 5 avril 20:49

              @Gloubi

              qu’appelez vous les CSP+ ?

              les gens qui font réellement « voyager leurs capitaux » sont une petite minorité... et les voyages des CSP+ concernent essentiellement des déplacements professionnels dans le cadre de leur entreprise... quant à leurs emplois, ils sont autant menacés par des immigrés ou par les délocalisations... les ingénieurs chinois ou indiens sont en train de remplacer les ingénieurs français aussi... sans compter les cotas de diversité et de féminité imposés (nonobstant la compétence) dans les sphères de cadres et de direction.

              Mais je ne comprends pas pourquoi un diplomé devrait foutre en l’air sa carrière au nom du peuple... quel score font aux élections les candidats intègres ? combien de disques, de livres, d’entrées, d’audimat vendent les artistes intègres ? Est-ce que les peuples se mobilisent pour Assange ou Snowden ?

              Le jour où les peuples seront intègres, alors ils retrouveront des capitaines pour les conduire.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 09:59

              @Paul Leleu
              Effectivement, ils devraient se mobiliser pour Assange et Snowden. Quant à l’intégrité, il a été montré que de tout jeunes enfants (moins d’un an) étaient sensibles à l’injustice, c’est pour éviter celle-ci que l’on a créé l’intégrité. Celle-ci provient essentiellement de l’exemple : des parents, des amis, de l’instituteur...dans tous les cas d’une autorité morale, jamais d’un intérêt. L’intégrité est une nécessité absolue pour un dirigeant. 


            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 5 avril 18:37

              Désolé, j’ai trouvé l’article d’autant plus mauvais qu’il est de bonne tenue intellectuelle. Cette mise en opposition sociologique est ridicule.

              Les CSP+ sont des gogos comme les autres, je dirais même qu’ils le sont encore plus.

              Le problème sur la question de l’immigration c’est d’abord et avant tout l’impossibilité pluridécennale d’en discuter rationnellement sans se faire lyncher par tous ceux qui ont intérêt à ce qu’il n’y ait pas de débat.

              Avec l’aval des médias, les faiseurs d’opinions font seulement dans la contradiction au raz des pâquerettes et surtout l’accusation gratuite, le genre de rayon paralysant que Mélenchon avait su dénoncer quand il s’était vu accuser.
              Nous ne sommes pas en démocratie. Le peuple est désinformé, manipulé et le traitement de la question de l’immigration constitue la meilleure illustration de cela.


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 avril 18:40

                @Luc-Laurent Salvador
                Le peuple a toujours été désinformé, aujourd’hui cependant le conditionnement mental est devenu scientifique et terriblement efficace, bien plus qu’avant.


              • delor 6 avril 06:11

                @Jacques-Robert SIMON
                « Le peuple a toujours été désinformé » vous pourriez ajouter « complètement dans le passé, un passé encore récent » puisque les gouvernements avaient dans leurs mains les outils de la communication audiovisuelle qui ne diffusait en continu que la « voix de son maître ». La presse écrite n’était pas très développée, mais montait en puissance. La « finance » et les gouvernements qui ont toujours marché « main dans la main », ont perçu le danger et ont acheté au moins les plus grands journaux les gouvernants versant dans les poches de la finance beaucoup de millions de francs puis d’euros sous couvert d’aider la presse et sa liberté. Sur ses entrefaites, Internet est arrivé et, dans la foulée, les réseaux sociaux. L’information plurielle a commencé à émerger. Nouvelle réaction des gouvernants et de la finance : museler tout cela par des lois censées lutter contre les fakes news : il ne faut pas que les Français (mais pas que) soient correctement informés. Pour le moment, ils n’y arrivent pas ou peu ou bien mal. Aussi bien, le conditionnement mental même devenu efficace, perd de sa puissance et ne paraît pas aussi terrible qu’il ne l’était. C’est alors le réveil douloureux des consciences. Montée en puissance du FN devenu RN et des partis de droite véritablement d’opposition. Les Français découvrent avec horreur une France finement fragmentée tenue par la finance, les banques et les étrangers. C’est cela qui explique les mouvements non pas sociaux, mais sociétaux récents et actuels. Plus rien ne réussira à ré-endormir ces consciences, cette conscience collective et nationale. Ce n’est pas une révolte qui est en route, mais une Révolution !  


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 09:42

                @delor
                Aux pires moments de l’Union Soviétique, il existait des samizdats que l’on lisait en cachette dans les cuisines. La situation est bien pire maintenant : on a même plus envie de les écrire en mettant toutes les injustices sur le compte de la fatalité. Peut-être avez-vous raison Internet peut constituer une source alternative d’information mais le nombre de personnes qu’il permet d’atteindre ne doit pas se substituer à la qualité et au sérieux de l’analyse. Vous mentionnez des mouvements sociaux, il faut impérativement que ceux-ci sachent exactement ce qu’ils veulent à la place du système actuel.


              • William 6 avril 19:06

                @Luc-Laurent Salvador
                Plus que « désinformé », on peut dire « mésinformé » (mal informé) ; On ne peut pas dire que tous les journalistes pratiquent sciemment la manipulation, mais ils sont désormais très majoritairement acquis au système libéral-mondialisé et euro-atlantiste (ils sont sélectionnés par leurs employeurs) et celà plus encore dans le privé que le public, le privé ne fait donc pas « contrepoids » comme cela a pu être le cas (rappelons qu’on parlait de « radios libres » à l’origine. Nous parlons ici des grands média audiovisuels, il existe il est vrai à côté des canaux « antisystème », mais généralement politiquement connotés, que ce soit Médiapart d’un côté ou Causeur de l’autre (je les cite arbitrairement, il y en a plein d’autres). Donc le citoyen voulant sortir de l’ornière du canal officiel risque de tomber dans une autre ornière aussi profonde. C’est comme pour la diététique, il faut diversifier les sources d’approvisionnement.


              • zygzornifle zygzornifle 6 avril 08:54

                « Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats. » Erdogan en 1998 - 1er ministre turc depuis 2003 reprenant à son compte les paroles du poète turc Gokalp Ziya.

                On peut aussi méditer sur les propos de Houari Boumediene, président algérien s’inspirant du même Gokalp Ziya et déclarant, en 1974, à l’ONU : « Un jour, des millions d’hommes quitteront le sud pour aller dans le nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire ». C’est la guerre des utérus.


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 09:48

                  @zygzornifle
                  Par les indices de fécondité, la guerre des utérus est déjà perdue pour (excusez-moi des simplifications) les blancs catholiques (un peu moins pour les protestants). Je connaissais les dires de MM. Boumedienne et Erdogan, la stratégie actuelle c’est d’ingérer la culture musulmane par la « grande bouffe » de l’occident. Il y a d’autres chemins possibles.


                • Eric F Eric F 6 avril 14:39

                  @zygzornifle
                  j’ai lu récemment l’intégralité du discours de Boumediene à l’ONU en 1974 sur le site de l’ONU (ref 2208, que je n’ai pas retrouvé), cette phrase qui lui est souvent attribuée n’y figure pas, et nulle trace de la « source » de cette phrase relayée depuis plusieurs années.


                • blablablietblabla blablablietblabla 6 avril 15:01

                  @Eric F
                  Bonjour, moi non plus jamais lu cette phrase de Boumedienne , c’est un fantasme des fachos. Ils emploient la même stratégie que les frères musulmans et les salafistes la « rumeur » et ça marche puisque y a na qui le répètent ad nauseam .



                • zygzornifle zygzornifle 6 avril 15:32

                  @Jacques-Robert SIMON

                  Dans un récent discours (début juin Al-Shams (Libye), le leader libyen Mouammar Kadhafi a déclaré que les musulmans, qui constituent actuellement une minorité en Europe, allait devenir une majorité et « hériter du continent (européen), malgré les tentatives de l’impérialisme visant à éradiquer les musulmans dans le monde ». Al-Kadhafi a dit aux Chefs de délégations de Islamic People’s Leadership and of Muslims from the Balkans - y compris des universitaires, des cheikhs, des jeunes et des militants des droits des femmes - que la Turquie serait un cheval de Troie à l’intérieur de l’Union européenne.

                  https://blogs.mediapart.fr/victorayoli/blog/160610/khadafi-les-musulmans-vont-heriter-de-leurope-la-turquie-sera-le-cheval-de-troie-de-lislam


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 18:21

                  @zygzornifle
                  Je ne minimise aucune difficulté mais je ne veux pas être avec n’importe qui pour les résoudre.


                • Eric F Eric F 6 avril 14:51

                  La présentation du paysage social est un peu « cliché », même s’il y a un fond de réalité statistique. Toutefois, les positions ne sont pas motivées par le seul intérêt, il y a une part de « valeurs » culturelles et idéologiques (ou religieuses) dans la perception de la « diversité » versus l’« identité » (ie : ce qui est identique à soi). 


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 avril 18:19

                    @Eric F
                    J’ai pris quelques précautions avant d’écrire le texte et les corrélations sont (comme vous le dites) exactes.


                  • ddacoudre ddacoudre 6 avril 20:37

                    Bonjour Une analyse sociologique bonne. C’est toujour la peur de l’ ?tranger guid ? par l’int ?r ?t ?go ?ste pas encore « civilise » La plan ?te est compos ? de territoires divers li ?s au latitude et longitude comme a la source de son activit ? tectonique. Les humains dans la recherche de leurs nourritures se sont install ?s en migrant ai rythme de leur pas tout autour et se sont install ?s par la sedentiration sur eux. Ils en ont d ?velopp ? des usage et coutumes appropri ?es qu’ils se sont ?chang ?s par le commerce et me pillage. Plus ou moins rapidement en fonction de leurs n ?cessites et de leurs moyens de communication. Personne contexte l’int ?r ?t de ces ?changes ou les humains se sont enrichis de connaissances et de savoir les uns les autres. Cela malgr ? leurs preuves et leurs egoismes. Nul ne doute que l’ ?tranger ne b ?n ?ficie pas de bien venu, et que pour s’int ?grer il acceptait les t ?ches les plus ingrates et vivait dans une instabilit ? sociale s’il ne recevait pas d’aide du pays d’acceuil. Que craigne donc nos concitoyens pour avoir peur des « arabes », d’ ?tre colonis ? comme les europ ?ens ont colonis ? les Am ?rindiens. C’est l ? une histerie devenue collective parce que ils sont les derniers arriv ?s qu’ils proviennent de nos anciennes colonies pour lesquelles nous avions un certain m ?pris, il n’y a pas si longtemps. Ou bien faute de ne plus avoir d’esp ?rances nous rejetons nos frustrations sur eux plut ?t que de rechercher ce qui dans nos diversit ?s peu ?tre partager pour grandir ensemble. Ou bien seulement conscient de nos soumissions, de nos l ?chet ?s nous engageons la lutte contre ceux qui sont plus faibles que nous faute d’ ?tre capable de r ?sister ? nos dominants. Sur le site il y a un de mes articles que je tinvites a lire. Ne restons pas soumis ! Cordialement ddacoudre OverBlog.


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 7 avril 10:46

                      @ddacoudre
                      J’ai évité d’utiliser des éléments autres que les intérêts respectifs pour analyser le problème, ce ne sont évidemment pas les seuls possibles.


                    • Jonas 7 avril 08:12

                      @Jacques-Robert Simon.

                      Je suis d’accord avec vous sur la première partie de votre texte , mais je me sépare de vous sur l’autre, car vous mettez , sur le même plan toutes les immigrations, alors qu’elles sont différentes et ne quittent pas leur pays pour les mêmes raisons. 

                      Comparaison n’est pas raison , dit un dicton populaire. 

                      Les premières vagues d’immigrés , venant de pays d’Europe , ont souvent fui la misère , des régimes répressifs, des dictatures , des pogromes . Itailens Arméniens, Espagnols , Juifs , Polonais , Russes blancs , Asiatiques , Latinos etc. ne sont pas venus en France pour profiter des avantages sociaux , mais pour protéger leur vie et celle des leurs. 

                      Ils n’ont pas cherché à imposer , leurs moeurs , leurs coutumes , leurs traditions et encore moins leur religion. Tant que les régimes , qu’ils ont quitté , été encore en place, ils ne pouvaient pas y retourner, sous peine de liquidation , physique ou de prison. D’ou cette facilité d’assimilation , en une ou deux générations.

                      Ils ne prenaient pas leurs vacances tous les ans dans leurs pays d’origine , ni pour les fêtes , ni pour trouver , un époux ou une épouse, ni pour répudier , leur femme âgée pour une plus jeune. Ils n’étaient polygames . 

                      Quant au terme « élite » , en tant que professeur , pouvez-vous le définir exactement. ? 

                      Est-ce l’ancien secrétaire général du PCF, Georges Marchais en s’élevant contre l’immigration fait partie de l’élite ?

                      Les élus communistes , comme le maire de Vitry-sur-Seine Paul Mercierca , en 1980, ordonnant la destruction d’un foyer maliens ou Robert Hue maire de Montigny-les Cormeilles en 1981, manifestant sous les fenêtres d’une famille marocaine, désignée par la rumeur comme responsable de trafic de drogue font partie des élites ? 


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 7 avril 10:54

                        @Jonas
                        Je peux définir l’Élite par le fait que je n’en fait pas partie. Il y a beaucoup de choses à dire sur le PCF, mais ceci réclame du temps. Bien entendu en quelques lignes je ne peux pas souligner tous les points qui importent, j’ai choisi les plus pertinents à mon avis. Je ne veux pas entrer dans les considérations religieuses que j’ai traitées dans d’autres articles.


                      • Jonas 7 avril 17:12

                        @Jacques-Robert SIMON
                        Merci pour cette réponse de haute volée. , que l’on devrait distribuer aux enfants de toutes les écoles et collèges de France. 
                        -Je ne peux définir l’élite , par le fait , que je n’en fait pas parti-
                        Je ne peux définir une petite fille , parce que je n’en fait pas partie.
                        Je ne peux définir un petit garçon ,parce que , je n’en fait pas partie. 
                        Je ne peux définir une femme , parce que j’en fait pas partie 
                        Je ne peux définir un homme , parce que je n’en fait pas partie
                        Je ne peux définir un philosophe , parce que je n’en fait pas partie 
                        Je ne peux définir un malade , parce que je n’en fait pas partie
                        Je ne peux définir un islamiste , parce que je n’en fait pas partie
                        Je ne peux définir un immigré , parce que je n’en fait pas partie. 
                        Je ne peux définir un cosmonaute , par ce que je n’en fait pas partie etc.

                        Vous me pardonnez , mais je ne lis pas tous les intervenants , par conséquent , je ne connais pas votre opinion sur le sujet. 
                        Pour le reste , toutes les vagues d’immigrées, que la France a reçues depuis la fin du XIXe siècles , n’ont jamais , exigé , qu’elle s’adapte à leurs moeurs, coutumes , traditions et à leur religion. Toutes ces vagues , non sans difficultés , ont su en une une ou deux générations devenir des Français , dont certaines personnes issues d’elles, ont porté haut le pavillon de leur nouvelle, patrie, science , littérature , médecine , découverte , politique etc faut-il cher professeur , vous citez quelques noms ? 


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 7 avril 20:33

                        @Jonas
                        Vous auriez pu ajouter je ne sais pas définir un chinois... Il est cependant évident que l’on ne peut définir que ce que l’on connait bien.


                      • UnLorrain 8 avril 09:12

                        @ Eric F

                        Allez visiter ce blog « devoir2memoire » il doit exister encore je suppose. ..il est une sorte d’éphéméride, classement de A a Z de personnalités ayant dit des...trucs par le passé. J’avais bien aimé y lire a la lettre B qu’une pseudo chanteuse pseudo grande femme,une opportuniste en fait comme notre époque en est féconde, dans un extrait d’un article de l’express je n’ai plus la date en mémoire « les français sont des minables et des négatifs » Plaisant n’est-ce pas de la part d’une soit disante 1ère dame de France ?

                        Cela dit,un mot pour la Feuille. Bon billet de l’auteur. Serais-je raccord si je dis qu’on assiste a une inexorable « atomisation » du peuple...qui n’en demander pas tant ironiserait probablement Léon Bloy.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès