• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Intervention ambigüe du Pape au Peuple vénézuélien

Intervention ambigüe du Pape au Peuple vénézuélien

 

La béatification du médecin José Gregorio Hernandes a été l’occasion pour le pape François de faire un appel majeur au peuple vénézuélien et à tous les acteurs de la société vénézuélienne, entre autres, épiscopat et gouvernement, pour qu’il y ait une grande réconciliation entre tous et toutes. 

Je ne doute pas des bonnes intentions du Pape François pour que la paix et la réconciliation entre adversaires soient réalisées au plus vite. Le problème qui se pose est celui de sa crédibilité. De fait, le pape François, l’État du Vatican et l’épiscopat vénézuélien ont suivi, en 2019, les directives de Washington de ne pas reconnaître la légitimité de l’élection de l’actuel président, Nicolas Maduro. 

Il faut noter que les Nations Unies et les 2/3 des pays du monde reconnaissent la légitimité de l’élection de l’actuel Président ainsi que les observateurs internationaux qui sont suivis le déroulement de l’élection. 

Lorsque le pape François demande la réconciliation du peuple, on ne sait pas à quoi il pense vraiment. Est-ce un appel à l'opposition radicale et à l'épiscopat pour qu'ils reviennent à l'État de droit et reconnaissent le président élu par le peuple ? Ou est-ce un appel à la démission du gouvernement et que de nouvelles élections soient convoquées ? Les deux alternatives sont possibles sans qu’il nous dise, toutefois, celle qui répond le mieux à son choix. Par contre, si nous en tenons à l’opinion de l’épiscopat vénézuélien avec laquelle le pape se dit en pleine conformité, la réponse est sans équivoque : la démission du gouvernement et de nouvelles élections. 

Il y a dans l’intervention du Pape, une phrase qui peut être interprétée de diverses manières, dont celle d’un appel aux forces d’opposition à reprendre le contrôle du Venezuela : 

« "Recuperar a Venezuela". El llamado de Francisco a la unidad operativa 

« "Reprenez le Venezuela". L'appel de Francisco à l'unité opérationnelle » ” (Tradiution Google) 

Que veut-il vraiment dire le Pape lorsqu’il parle de récupération du Venezuela et à qui se réfère-t-il lorsqu’il parle de l’’unité opérationnelle ? Vous conviendrez avec moi que c’est pour le moins ambigu. 

Certains peuvent penser, avec raison, que le désir du Pape est de récupérer le Venezuela de la démocratie néolibérale qui assure à l’oligarchie nationale la prise de contrôle des pouvoirs de l’État avec, évidemment, porte ouverte à Washington pour qu’il agisse comme bon lui semble au niveau des pouvoirs de l’État. 

Les propos du Pape ouvrent la porte à une telle interprétation. Dans son intervention, le Pape ne revient pas sur sa décision et celle du Vatican de reconnaître comme président par intérim du Venezuela à l’autoproclamé, Juan Guaido. Dans son intervention, le papa ne fait aucune référence à ce personnage dont l’image internationale en fait de plus en plus un profiteur éhonté de l’argent du peuple que Washington met entre ses mains. Des dizaines de millions de dollars, du peuple vénézuélien, sont détournés à des fins d’enrichissement personnel, de soutien à des interventions terroristes, planifiées depuis Washington, contre le peuple vénézuélien. Le pape François est au fait de tout cela. Pourtant il n’en dit mot. D’où vient ce silence sur tout ce volet des activités clandestines et terroristes ? 

Pourtant, le pape se prononce clairement sur le fait que toute intervention extérieure devrait être exclue. Que dit-il de son président autoproclamé Juan Guaido qui agit aux ordres de Washington ? Rien 

« Le Pape François s’est prononcé jeudi 29 avril contre toute « intervention extérieure » au Venezuela dans un message vidéo envoyé à l’occasion de la béatification du docteur José Gregorio Hernández » 

Dans son discours, le Pape François dit, en relation aux conditions de vie du peuple, qu'il est conscient : « comme mes frères évêques je connais bien la situation dont il souffre et je suis conscient que leurs souffrances prolongées et leur angoisse ont été aggravées par la terrible pandémie de covid-19 qui nous affecte tous  », a-t-il déclaré. 

Ce que le pape ne mentionne pas, c'est cette autre pandémie, celle des sanctions, encore plus déstabilisante que celle du Covid-19. Qu'il n'en dise rien n'est guère compréhensible. Il parle de peines prolongées et d'angoisse, dans le paragraphe précédent, sans préciser à quoi ou à qui il se réfère, laissant entendre que cette souffrance prolongée est la cause du gouvernement, tout comme le pense et le dit l’épiscopat. 

Pourquoi ne pas mentionner l'auteur ou les auteurs de ces longues peines ? Ç’eut été l’occasion toute désignée de s'adresser directement au Président des Etats-Unis, dont il se fait proche, pour mettre fin à son interventionnisme criminel contre le gouvernement et à ses sanctions contre le peuple. Il n’y a pas encore longtemps, une délégation des Nations Uniesa mis à jour les effets dévastateurs de ces sanctions. 

Il s’agit évidemment des Etats-Unis, une puissance qui, en dehors de toutes les lois internationales, intervient au Venezuela comme elle l'entend : geler des dizaines de millions de dollars, argent du peuple que le gouvernement ne peut pas utiliser pour acheter des biens essentiels tels que des médicaments et des vaccins, entre autres. Sur cette question, le silence complet du pape, qui est bien conscient des effets de ces sanctions, nous laisse avec de nombreuses interrogations. 

 

Ses bonnes relations avec le nouveau président américain, Joe Biden, lui donnaient l'occasion de faire pression sur lui pour qu'il mette fin aux sanctions et qu'il respecte le droit international dans ses relations avec le gouvernement légitime du Venezuela. 

 Il est important que le peuple sache que bon nombre de ses soufrances proviennent des sanctions de l'empire et non du gouvernement auquel tous ceux de l'opposition et de l'épiscopat voudraient qu'il en soit ainsi. Le pape semble se ranger de leur côté, prenant pour parole celle de l’épiscopat avec lequel il se dit en pleine communion.

 

Si tel est le cas, l’intervention du pape ne serait pas de servir les intérêts du peuple vénézuélien, mais les intérêts des oligarchies et de l’empire. 

Nicolas Maduro, président légitime du Venezuelaprend la parole au terme des célébrations de la béatification de José Gregorio Hernandez. 

La version espagnole de son intervention se trouve dans ce lien : https://videos.telesurtv.net/es/content/267843 

Je pense que le président Maduro a su répondre au message du pape avec toute l’intelligence qu’on lui connait. 

 

 

Il est allé à la rencontre du représentant de l’Épiscopat, le cardinal Balthazar Porras et du Nonce apostolique, représentant l’État du Vatican. Avec ces derniers il a passé 1hre. De cette rencontre il nous informe que la grande réconciliation entre l’épiscopat et le gouvernement est chose faite. Il félicite l’intervention du pape qui a demandé qu’il y ait une grande réconciliation entre Vénézuéliens et Vénézuéliennes, ainsi qu’entre l'Église et le Gouvernement. Pour le moment, aucun autre détail n’a été donné et aucune déclaration n’a été faite de la part de l’Épiscopat et de la Nonciature apostolique. 

Dans son intervention, le président Maduro a pris en compte « les portes ouvertes » laissées par le pape, pour entrer dans le cœur du débat. Il a largement dénoncé l’interventionnisme des Etats-Unis et le caractère criminel des sanctions. Il a finalement dit ce que le pape n’avait pas osé dire en se référant aux véritables coupables des souffrances du peuple, à savoir les É.U. et ses alliés. 

Seul l’avenir nous dira la profondeur de cette grande réconciliation. Pour le moment, la presse Mainstream nous dit que Maduro s’est réconcilié avec les évêques sans nous dire si les évêques se sont réconciliés avec Maduro. Là est également la question. Personnellement, je n’y crois pas. Les Évêques vivent avec la certitude de leur analyse et de leur vérité. 

Nous en sommes là. 

Oscar Fortin

 2 mai 2021

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Hervé Hum Hervé Hum 3 mai 13:19

    L’ambiguité, la fourberie font partie du langage normal de tout bon pape qui se respecte, c’est le contraire qui serait étonnant !


    • Étirév 3 mai 13:42

      En réalité, le Pape n’est qu’un homme, investi d’une fonction et de prérogatives sans égales au monde, prévenu de grâces d’état proportionnées à sa position privilégiée, mais auxquelles il peut, comme tout homme ici-bas, fort mal correspondre.


      • Bendidon Bendidon 3 mai 14:49

        Ce pape est en réalité un reptilien smiley


        •  C BARRATIER C BARRATIER 3 mai 18:02

          Le Vatican est un état, donc il fait de la politique. Il ne fait pas de doute qu’il s’aligne sur les USA et non sur l’ONU. Il est, vu de France, d’une droite catholique et cléricale.

          Bref, c’est un pape normal !

          Dans son discours il ménage la chèvre et le chou ; pour plaire aux électeurs des deux bords.C’est le propre d’un manipulateur.

          Dans la forme, il y a l’onction, c’est rond, ça ne soulève aucune vague. Il ne peut guère parler autrement, il a été baigné dans cette forme de discours.


          • racbel 3 mai 19:09

            "l’État du Vatican et l’épiscopat vénézuélien ont suivi, en 2019, les directives de Washington de ne pas reconnaître la légitimité de l’élection de l’actuel président, Nicolas Maduro."

            Vous n’avez toujours pas compris que c’est bien Washington qui suit les directives du Vatican du Pape Jésuite .

            En effet, toutes les routes mènent à Rome .

            Le district de Washington n’est qu’une Succursale

            de l’état du Vatican


            • oscar fortin oscar fortin 3 mai 20:25

              @racbel : Elle est bonne celle-là, c’est que Washington a le contrôle du Vatican et il peut lui faire faire ce qu’il veut.Le Vatican est plutôt un « appendice » de la CIA,

              Encore là il faudrait en faire la démonstration ce qui n’est pas toujours facile. 


            • racbel 6 mai 15:23

              @oscar fortin
              Crétin un jour crétin toujours


            • V_Parlier V_Parlier 3 mai 21:26

              "Le problème qui se pose est celui de sa crédibilité. De fait, le pape François, l’État du Vatican et l’épiscopat vénézuélien ont suivi, en 2019, les directives de Washington de ne pas reconnaître la légitimité de l’élection de l’actuel président, Nicolas Maduro."

              => Mais c’était exactement la même chose quand il disait vouloir la paix en Syrie et en Ukraine, tout en soutenant plus ou moins clairement les positions étasuniennes (que je ne considère pas comme pacifiques).


              • Parrhesia Parrhesia 4 mai 09:51

                >>> Je ne doute pas des bonnes intentions du Pape François pour que la paix et la réconciliation entre adversaires soient réalisées au plus vite.<<<

                Hé bien, moi, chrétiens et catholique, j’en doute !!!!


                • oncle archibald 4 mai 11:15

                  « Lorsque le pape François demande la réconciliation du peuple, on ne sait pas à quoi il pense vraiment. »

                  C’est pourtant simple à deviner et si vous avez un doute je vous recommande la lecture de l’encyclique « fratelli tutti ».


                  • oscar fortin oscar fortin 4 mai 16:57

                    @oncle archibald : il est vrai qu’il puisse penser à la fraternité universelle, de fratelli Tutti, mais également à la démission de Nicolas Maduro, dont il ne reconnait pas la présidence, pour que la paix revienne. C’est ce que j’appelle l’ambiguïté. À ce jour, aucun évêque, que je sache, n’a pris la parole pour confirmer leur reconciliation avec le gouvernement de Maduro. Pour le moment rien n’a changé...Avec tout mon respect oncle archibald.


                  • Vredes Vredes 4 mai 13:29

                    Un rappel sur ce pape : Il a un nom de franciscain, ce qui devrait le rendre plus proche des miséreux, mais en vrai c’est un jésuite, les pires crapules à la solde du pouvoir, des intrigues et des magouilles des puissants politiques ou financiers.


                    • @Vredes

                      Au vrai je me demande un peu qui est son « dieu ».


                    • troletbuse troletbuse 4 mai 23:49

                      C’est le pape de la Papounazie  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité