• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Iran : Témoignages émouvants à Achraf 3

Iran : Témoignages émouvants à Achraf 3

La ville libre d’Achraf 3 en Albanie a permis aux opposants exilés de concevoir un événement complet s’étalant sur 5 jours. 

 

 

 

musé achraf4

Le Musée d'Achraf 3, la maison des Moudjahidine du Peuple en Albanie

 

Au milieu de ce mois de juillet 2019, les résistants iraniens ont profité de l’inauguration d’Achraf 3 pour y organiser le grand rassemblement annuel pour un Iran libre et démocratique. D’ordinaire, cette conférence internationale regroupant des dizaines de milliers de personnes et des centaines de personnalités politiques se déroulait sur une grande journée à Paris. Mais la disponibilité de la ville libre d’Achraf 3 en Albanie a permis aux opposants exilés de concevoir un événement complet s’étalant sur 5 jours. L’occasion d’écouter non seulement les messages politiques des différents intervenants, mais aussi de prendre le temps d’écouter et de lire encore les nombreux témoignages de rescapés de la tyrannie des mollahs.

 

Achraf 3, symbole de la résistance iranienne

Achraf 3 est une toute nouvelle ville, fondée par les exilés iraniens, rescapés d’Achraf puis de Camp Liberty, camps retranchés en Irak où se sont exilés nombre d’opposant à la théocratie naissante puis grandissante, fondés immédiatement après la prise de pouvoir des mollahs en Iran. L’Albanie fut donc le seul pays au monde à accueillir les réfugiés iraniens, constamment harcelés par les milices chiites irakiennes aux ordres des pasdarans. Depuis septembre 2017, date de l’extradition de camp liberty vers Tirana, 3 000 iraniens ont travaillé sans relâche pour bâtir cette nouvelle cité. Celle-là même qui a accueilli le monde politique le week-end du 14 juillet.

5 jours durant, les intervenants se sont succédés à la tribune. Mais pas seulement. Concerts, ateliers de réflexion, conférences sur la paix et expositions étaient également au programme. Expositions qui ont connu un succès important, chacune d’entre elles marquant un évènement particulier et rendant hommage aux dizaines de milliers d’opposants torturés et exécutés par le régime depuis 40 ans. Depuis plus de cent ans, l’histoire de l’Iran est parsemée de mouvements de révolte, voire de révolutions, toujours matées dans le sang. Ces expositions expriment à la fois la souffrance qu’endure le peuple iranien depuis des générations, mais également la détermination qu’ont ces hommes et ces femmes à trouver enfin la voie de la liberté, quel qu’en soit le coût.

 

 

Expositions et témoignages

Parmi tous ces moments qui démontrent la sauvagerie des mollahs, on compte bien évidemment le massacre de l’été 1988. Quand Rouhollah Khomeyni, alors guide suprême, lassé des revendications des opposants décida de les faire tous assassiner. La fatwa, manuscrite, lancée par le guide suprême a donné lieu à un massacre sans précédent qu’Ebrahim Raïssi (récemment nommé plus haut dignitaire du pays en matière de justice ?!) ou Mostapha Pourmohammadi (Ministre de la justice lors du premier mandat d’Hassan Rohani) se sont empressés d’organiser au sein des commissions de la mort. Les expositions montrent également le visage de ces martyres de la liberté. Et certains témoins de cette période apportent de nombreuses précisions quant aux raisons de détention et aux conditions de vie en prison.

Kobra Jokar est l’une des ex-prisonnières parvenue à s’échapper de ses geôles en 1987. Mais avant cela, elle raconte l’horreur de sa détention. Arrêtée alors qu’elle était encore enceinte, elle restera emprisonnée 6 années et devra subir des séances de torture devant les yeux de son mari. Après l’avoir abattu avec 75 autres prisonniers, l’un des bourreaux lui précisa qu’il ne voulait pas qu’il puisse voir naître son fils. Toutes les femmes qui ont partagé les cellules de Kobra Jokar ont été assassinées à l’arme blanche au cours de l’été 1988.

 

 

Les bourreaux de 1988 occupent toujours les plus hautes strates du pouvoir

De son côté Homa Jaberi raconte ce que sont les unités résidentielles dévolues aux femmes. Des cages de 50 cm de large où les femmes torturées, le visage en sang, les mains cassées et le corps en miette pouvait hurler toute leur peine sans que personne ne les entende. Impossible de dormir et quand bien même le sommeil gagnerait, les bourreaux restent attentifs et maintiennent volontairement les prisonnières torturées en éveil en leur assénant des coups. Certaines femmes sont restées plus de 6 mois dans ces cages à lapin.

Majid Sahebjam est quant à lui resté 17 ans en prison. Son seul crime (comme les autres) ; supporter les moudjahidines du peuple. De nombreux témoignages corroborent le fait qu’une grande partie des prisonniers étaient mineurs, parfois moins de 15 ans. Qu’importe. Tous ont été torturés et exécutés. D’autres, comme le précise Mahmoud Royaie, ont été exécutés plusieurs années après la fin de leur peine de prison. Des hommes et des femmes qui devaient retrouver la liberté après avoir purgé leur peine et qui sont restés enfermés dans les geôles avant de subir la colère des fous de Dieu. 

En tout, depuis 40 ans, les mollahs auront fait plus de 120 000 victimes chez les opposants au régime et leurs soutiens. 120 000 morts passés sous silence en occident. 120 000 visages qui vous regardent et vous demandent simplement pourquoi. Leur seul désir était de devenir des hommes et des femmes libres. C’est sans aucun doute la profonde injustice de leurs assassinats qui contribue à alimenter la révolution d’aujourd’hui, à donner aux iraniens l’énergie nécessaire au renversement du régime théocratique. C’est comme si chaque mort dans la lutte reportait son énergie vitale sur les autres combattants pour la liberté.
 

musé achraf2

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 2 août 17:37

     Savak est en exil en Albanie ?


    • sls0 sls0 3 août 01:17

      C’était pendant la guerre Iran/Irak (82-88), les moudjadines du peuple se battaient au coté de Sadam contre leur pays.

      Pas bon pour leur santé après la guerre pour les français qui s’étaient battu auprès des allemands.

      En France les anciens de la division Charlemagne n’ont pas été accueilli avec des fleurs.

      200 à 600 000 bidasses iraniens tués ça peut rendre colérique surtout que l’on a pas commencé.

      Ils se sont même pris des gaz sur la tronche, ce n’était pas du gaz hilarant du coup ils n’ont pas rigolé.

      Chez nous il y a eu 10 à 11 000 exécutions, il y a eu des études officielles. 120 000 executions chez vous c’est vrai que ça fait beaucoup. Chez nous c’est documenté, on a les noms, les endroits, des preuves. Si vous avez autant d’éléments de preuve de votre coté pour vos 120 000, je suis preneur.

      (Pour rappel avec l’amélioration de la police scientifique, beaucoup d’innocents ont été sorti des prisons américaines. A 92% c’est un témoignage qui les avait envoyé au trou. Du coup des scientifiques se sont penché sur le témoignage. Un témoignage honnête est fiable à 16%. Pas trop recevables les témoignages, on évite de les employer comme preuves, ça vaut que dalle.)


      • HAMID ASSADOLLAHI HAMID ASSADOLLAHI 3 août 08:37

        Témoignages très émouvants. Merci pour l’article. 


        • Mazdak Teherani Mazdak Teherani 3 août 13:35

          @HAMID ASSADOLLAHI
          merci pour votre encouragement. il faut soutenir l’appel de Maryam Radjavi pour traduire en justice les responsables du massacres de 30 000 prisonniers politiques en 1988 en Iran.


        • Ilan Tavor aka Massada Ilan Tavor aka Massada 3 août 08:47

          Des sources iraniennes ont affirmé que l’armée de l’air israélienne aurait utilisé des membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple vivant à proximité pour marquer les cibles de son attaque aérienne contre le camp d’Achraf, dans la province de Diyala. 

           

          Selon ces sources, Maryam Radjavi, la dirigeante des Mojahedin (MKO), aurait rendu une visite secrète à Tel-Aviv quelques jours avant l’attaque israélienne, amenant avec elle un groupe de fidèles de haut rang qui avaient exercé des fonctions de commandement dans les années 2000 [Avant le massacre et l’expulsion des Iraniens anti-régime du camp], quand l’organisation était basée au camp Ashraf.

           

          Ces loyalistes auraient informé le renseignement israélien et le personnel de l’armée de l’air du fonctionnement interne de la base et de l’emplacement des diverses installations, y compris des espaces de stockage d’armes souterrains et des tunnels menant à celles-ci.

           

          Loin de nier l’attaque, les responsables à Téhéran l’ont confirmée dans une plainte amère contre Bagdad.

           

          Les Iraniens ne font aucun effort pour dissimuler le fait que les installations les plus sensibles de l’enceinte du camp d’Achraf ont été touchées de plein fouet et qu’un grand nombre d’officiers et d’hommes de la Garde révolutionnaire ont été tués. Ils attribuent le succès du raid de l’IAF à la connivence entre le Moujahedin-e Khalq et les renseignements israéliens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mazdak Teherani

Mazdak Teherani
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès