• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > IVG Un dossier tabou

IVG Un dossier tabou

Un dossier tabou qu'il est temps de rouvrir car confisqué par des associations pas toujours responsables.

Elles se sont trompé de combat en inversant les priorités

 

Avant propos :

Pour éviter toute polémique inutile et des justifications à répétition, je tiens à préciser que je suis un défenseur inconditionnel de la loi VEIL. Pas une phrase de son discours, pas un mot dans sa loi que je n'approuve entièrement.
 

Comme beaucoup de sujets en France, l'IVG est un sujet tabou.

D'ailleurs il n'y a plus beaucoup de sujets que l'on puisse aborder, les barrières du politiquement correct, du pas d'amalgame, du pas de stigmatisations, de touche pas à mes potes, se baissent autoritairement, STOP, on ne passe pas.

Si on ose parler de

 

  • l'inné on est taxé d 'eugénisme et de Nazisme

L'inné étant de droite et l'acquis de gauche bien sûr

 

  • D'identité ou d'immigration, on est Lepéniste, donc d'extrême droite, raciste et Xénophobe.

 

  • Parler de certains aménagements de l'Islam pour se conformer à nos lois c'est être Islamophobe.

Et on pourrait allonger la liste des interdits qui nous font douter du régime sous lequel on vit.

Parler de l'IVG, c'est contester le droit des femmes à être maîtresses de leur corps, être machiste et rétrograde, intolérant, cela avant d'en avoir dit un mot. Le fait même de penser en parler est criminel et condamnable.

Tant pis, on va en parler, car deux événements concernant l'IVG se sont produits et la dérive est importante.

 

Un arrêté 1er avril 2016, tous les actes satellites d’une IVG seront désormais couverts à 100% par l’assurance maladie, l'acte lui-même était déjà couvert. Un projet de loi adopté en décembre dernier par l'assemblée et encore en discussion, veut durcir le délit d'entrave qui existe déjà.

On veut tranformer l'appel à la réflexion en délit et le faire punir par la loi.

On verse là dans le délit d'opinion, une atteinte grave à la liberté d'expression. On va par la même s'attaquer à la liberté d'expression sur internet qui ést le vecteur d'associations prônant la réfléxion.

 

Cette position est absurde et en contradiction totale avec la loi VEIL.

 

Pour complaire aux féministes dont les manifestations se multipliaient, et surtout pour capter les voix des femmes, nos politiques prêts à toutes les compromissions, ont cédé à toutes leurs demandes.

Aux cris de « un enfant quand je veux »

et de « mon corps m'appartient »

ils ont répondu lâchement par l'IVG sans limites, sans contrôles sans réflexion, et surtout sans bourse délier.

Ils ont pris les voix des femmes et sacrifié leur âme et leur corps.

La seule réponse eut été de faire en sorte que tous les moyens de contraception, pilule préservatifs, stérilet, patchs, soient explicités à chaque femme, conseillés et GRATUITS. Puis en dernier bien sur recours à l'IVG.

Certaines féministes acharnées, suivies par les politiques craintifs, ont complètement dévoyé la loi VEIL, elles l'ont manipulée, triturée, trahie. Cette loi indispensable, réfléchie, équilibrée, construite dans l'amour et le respect des femmes était là pour apporter la solution à une situation de détresse quand l'étape de la contraception était passée et que la procréation n'était pas envisageable par la femme enceinte.

 

La bataille qu'on a eu la lâcheté de ne pas mener, prévue dans la loi VEIL

La promotion à l'école et par l'intervention de médecins, de cours sur la sexualité et sur tous les moyens contraceptifs actuels

La GRATUITE totale de toutes les méthodes contraceptives

Et si par malheur la solution passe par l'IVG, qu'elle ne soit jamais refusée.

 

On a fait l'inverse l'IVG est gratuite les méthodes contraceptives payantes.

IVG gratuité totale 

Consultations, analyses, échographies, séjour hospitalier éventuel, acte de consentement. Tout est gratuit

 

Contraception

Remboursements sécurité sociale

Le préservatif, le patch contraceptif, l’anneau vaginal (coût 15 euros mois) : Pas remboursés, moyens de contraception à votre charge

pilule, stérilet implants remboursés à 65% 

Le pire dans l'absurdité

La contraception d'urgence, pilule du lendemain,

remboursement sous prescription médicale 65%

Sans prescription remboursement       0
 


 

  QUE DIT LA LOI VEIL

 


 

Paris, le 26 novembre 1974.

Il y a 40 ans, extraits du discours de Simone VEIL à l’Assemblée

l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu’il perde ce caractère d’exception, sans que la société paraisse l’encourager ?

Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame.. C’est pourquoi, si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s’il admet la possibilité d’une interruption de grossesse, c’est pour la contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme.

Or, si le législateur est appelé à modifier les textes en vigueur, c’est pour mettre fin aux avortements clandestins qui sont le plus souvent le fait de celles qui, pour des raisons sociales, économiques ou psychologiques, se sentent dans une telle situation de détresse qu’elles sont décidées à mettre fin à leur grossesse dans n’importe quelles conditions.

 

Tout en évitant d’instituer une procédure qui puisse la détourner d’y avoir recours, le projet prévoit donc diverses consultations qui doivent la conduire à mesurer toute la gravité de la décision qu’elle se propose de prendre.

Le médecin peut jouer ici un rôle capital, d’une part, en informant complètement la femme des risques médicaux de l’interruption de grossesse qui sont maintenant bien connus, et tout spécialement des risques de prématurité de ses enfants futurs, et, d’autre part, en la sensibilisant au problème de la contraception.

 

Bien des femmes apprendront ainsi à l’occasion de cette consultation qu’elles peuvent accoucher anonymement et gratuitement à l’hôpital et que l’adoption éventuelle de leur enfant peut constituer une solution.

Tous ces entretiens auront naturellement lieu seul à seule, et il est bien évident que l’expérience et la psychologie des personnes appelées à accueillir les femmes en détresse pourront contribuer de façon non négligeable à leur apporter un soutien de nature à les faire changer d’avis. Ce sera, en outre, une nouvelle occasion d’évoquer avec la femme le problème de la contraception et la nécessité, dans l’avenir, d’utiliser des moyens contraceptifs pour ne plus jamais avoir à prendre la décision d’interrompre une grossesse pour les cas où la femme ne désirerait pas avoir d’enfant. Cette information en matière de régulation des naissances – qui est la meilleure des dissuasions à l’avortement nous paraît si essentielle que nous avons prévu d’en faire une obligation, sous peine de fermeture administrative, à la charge des établissements où se feraient les interruptions de grossesse.

Tout d’abord, l’interruption de grossesse ne peut être que précoce, parce que ses risques physiques et psychiques, qui ne sont jamais nuls, deviennent trop sérieux après la fin de la dixième semaine qui suit la conception pour que l’on permette aux femmes de s’y exposer.

De même, le gouvernement est décidé à appliquer fermement les dispositions nouvelles qui remplaceront celles de la loi de 1920 en matière de propagande et de publicité. Contrairement à ce qui est dit ici ou là, le projet n’interdit pas de donner des informations sur la loi et sur l’avortement ; il interdit l’incitation à l’avortement par quelque moyen que ce soit car cette incitation reste inadmissible.

Je voudrais enfin expliquer l’option prise par le gouvernement, qui a été critiquée par certains, sur le non-remboursement de l’interruption de grossesse par la Sécurité sociale.

Lorsque l’on sait que les soins dentaires, les vaccinations non obligatoires, les verres correcteurs ne sont pas ou sont encore très incomplètement remboursés par la Sécurité sociale, comment faire comprendre que l’interruption de grossesse soit, elle, remboursée ? Si l’on s’en tient aux principes généraux de la Sécurité sociale, l’interruption de grossesse, lorsqu’elle n’est pas thérapeutique, n’a pas à être prise en charge. Faut-il faire exception à ce principe ? Nous ne le pensons pas, car il nous a paru nécessaire de souligner la gravité d’un acte qui doit rester exceptionnel, même s’il entraîne dans certains cas une charge financière pour les femmes.

Ce qu’il faut, c’est que l’absence de ressources ne puisse pas empêcher une femme de demander une interruption de grossesse lorsque cela se révèle indispensable ; c’est pourquoi l’aide médicale a été prévue pour les plus démunies.

 

Ce qu’il faut aussi, c’est bien marquer la différence entre la contraception qui, lorsque les femmes ne désirent pas un enfant, doit être encouragée par tous les moyens et dont le remboursement par la Sécurité sociale vient d’être décidé, et l’avortement que la société tolère mais qu’elle ne saurait ni prendre en charge ni encourager.

 

Les jeunes générations nous surprennent parfois en ce qu’elles diffèrent de nous ; nous les avons nous-mêmes élevées de façon différente de celle dont nous l’avons été. Mais cette jeunesse est courageuse, capable d’enthousiasme et de sacrifices comme les autres. Sachons lui faire confiance pour conserver à la vie sa valeur suprême. »

 

 Qu'en avons nous fait de cette loi si nécessaire qui mettait fin à tant d'hypocrisies et de souffrances et si bien articulée.

Nous en sommes arrivés à des mesures en contradiction totale avec l'esprit de la loi VEIL.
 

Nous avons atteint le sommet de l'absurde et de l'irresponsabilité

dans les mesures prises.

 

Résultat de cette démission de nos responsables, une augmentation régulière des avortements pratiqués, alors qu'avec les moyens contraceptifs que nous avons, la pratique de l'IVG aurait dû fortement diminuer.

 

Une femme sur trois aura recours dans sa vie à l'IVG

avec les risques physiologiques inhérents à tout acte chirurgical

et les traumatisme psychologiques post avortement.

La preuve qu'un autre politique est possible et aurait fait baisser les IVG.

Les pays bas qui ont développé, la contraception gratuite, une information intensive de l'éducation sexuelle et contraceptive obligatoire dans les écoles, ont un nombre d'IVG nettement plus faible que le nôtre.

26.000 IVG par an pour une population de 17 millions ce qui correspondrait en France à moins de 100.000 IVG par an.

Ce serait un progrès considérable.

 

Article de Libération,

http://www.liberation.fr/societe/2012/02/16/le-nombre-d-ivg-toujours-en-hausse-chez-les-mineures-faute-de-prevention_796423

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.48/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • Raoul-Henri Raoul-Henri 27 janvier 2017 16:43

    Merci pour la piqûre de rappel.
    Pas un mot sur notre cher président Trump et l’actualité brûlante qui va avec ?


    • V_Parlier V_Parlier 27 janvier 2017 19:45

      @Raoul-Henri
      Ah, Trump a des collaborateurs qui ont osé en parler aussi... aïe aïe, ça vaut un maïdan à Washington avec Madonna dans le rôle de Timochenko !

      Mais plus gravement, j’ai une remarque ici : « La preuve qu’un autre politique est possible et aurait fait baisser les IVG ». -> C’est oublier que pour ceux qui nous gouvernent, être classés dans les plus hauts taux d’IVG par habitantes est un signe de progrès...


    • touriste 28 janvier 2017 12:30

      @Raoul-Henri
      Ce n’est pas une piqûre de rappel, c’est un argumentaire insidieux pour remettre en question le droit des femmes à disposer de leur corps.


      En plus le préliminaire sur la « victimisation » est caractéristique du discours d’extrême droite.

      Car en France on peut parler de tout, de Zemmour (apologie de Pétain) à Dieudonné (anti sémitisme), toutes les opinions sont acceptées et bien évidemment contredites

      Mais la contradiction défrise une certaine droite ...

      Et s’il y a des sanctions pénales c’est à grand peine et seulement lorsque les extrêmes limites de l’humanisme sont explosées par les discours réactionnaires. (Faurisson ou Dieudonné)

      Donc je vous rassure, on entendra encore longtemps dire que les chambres à gaz sont une invention juive et que la religion musulmane est une barbarie ... entre autres joyeusetés nauséabondes !

      Sur le fond, l’application de la loi Weil vous chagrine, ben tant pis pour vous.

      On ne reviendra aux faiseuses d’ange !

      Bien sur que personne ne peut attaquer de front la loi sur l’avortement.

      L’IVG est un droit acquis par les femmes, comme le droit de vote, et aux prix de très durs combats.

      Le vrai tabou c’est qu’il est temps de parler de la poignée d’imbéciles, souvent d’inspiration religieuse, qui prétendent légiférer sur le corps des femmes et qui veulent supprimer l’IVG.

      Pour ce faire la droite et l’extrême droite utilisent une stratégie de « grignotage » :

      - on s’attaque aux modalités de remboursement (100% c’est trop libéral), ainsi les femmes les plus pauvres se verront interdire d’IVG (malin !)

      - plus discrètement on s’attaque aux médecins et aux centre médicaux qui pratiquent l’IVG, ainsi il devient parfois impossible de se faire traiter, les centres ayant fermé

      - on veut multiplier les obstacles administratifs, multiplier les entretiens culpabilisants pour dissuader les femmes qui veulent avorter (dégueulasse, mais efficace !)

      - et lorsque les circonstances le permettent, on demandera l’abrogation de la loi Weil, qui elle même abrogeait la loi interdisant l’IVG, et donc on rétablira l’interdiction de l’IVG !

      C’est ce qui se passe aux USA avec la nomination de magistrats anti IVG qui manœuvrent pour remettre en cause l’arrêt Roe de 1973 ...

      Nul doute que lorsque la stratégie de grignotage aura engrangé quelques succès, à l’aide d’argumentaires bidons mais « sans tabou », en France aussi on interdira l’IVG

      Homme ou femme, on a intérêt à se mobiliser, « sans tabous », pour empêcher le retour au 19ème siècle !!

      Et démasquer activement tous les discours qui grignotent petit à petit un droit naturel.



    • Pere Plexe Pere Plexe 28 janvier 2017 12:54

      @Raoul-Henri
      la piqûre de rappel omet quelques... rappels.
      Par exemple que les principaux renoncements justement dénoncés (éducation sexuelle gratuité de la contraception) sont très largement le fait des mêmes associations qui militent contre l’IVG et de leurs relais politiques.


      Et aussi quelques imprécisions qui ressemble à des mensonges :« On veut transformer l’appel à la réflexion en délit et le faire punir par la loi. »
      Non.Ni la loi actuelle ni les modifications votées ne prévoit ça.

       "Le dernier alinéa de l’article L. 2223-2 du code de la santé publique est ainsi rédigé :« – soit en exerçant, par tout moyen, des pressions morales et psychologiques, des menaces ou tout acte d’intimidation à l’encontre des personnes cherchant à s’informer sur une interruption volontaire de grossesse, des personnels médicaux et non médicaux travaillant dans les établissements mentionnés au même article L. 2212-2, des femmes venues y subir une interruption volontaire de grossesse ou de l’entourage de ces dernières. »

    • Alren Alren 28 janvier 2017 12:57

      @V_Parlier

      S’il y a un taux d’IVG élevé quelque part c’est que les méthodes contraceptives ne sont pas optimales.
      La solution est l’obturation des trompes par des ballonnets amovibles en silicone.
      Solution qui ne perturbe pas artificiellement le système hormonal comme la pilule et et n’est pas vécu par l’organisme tel un corps étranger à expulser comme le stérilet.

      Pourquoi n’est-elle pas proposée ? Sans doute parce que les fabricants de pilules contraceptives gagnent trop d’argent avec elle.


    • oncle archibald 28 janvier 2017 13:16

      @touriste "on s’attaque aux modalités de remboursement (100% c’est trop libéral), ainsi les femmes les plus pauvres se verront interdire d’IVG (malin !)"

      Que ne militez vous pour la prise en charge à 100% de la contraception ! Vous trouvez logique de rembourser à 100% ce qui n’est que le sinistre résultat d’une mauvaise éducation sexuelle ?

      Vous avez lu l’article ?


    • Agafia Agafia 28 janvier 2017 13:54

      @touriste

      Votre commentaire pue la mauvaise foi carabinée avec des relents d’amalgame frisant le n’importe quoi.... 

    • Pere Plexe Pere Plexe 28 janvier 2017 19:33

      @oncle archibald
      «  ce qui n’est que le sinistre résultat d’une mauvaise éducation sexuelle ? »

      Vous avez, sur ce point raison.
      Mais pourquoi donc les anti ivg sont aussi anti-éducation sexuelle et anti- contraception ?

    • oncle archibald 28 janvier 2017 22:09

      @Pere Plex : vous confondez anti education sexuelle et peu enthousiastes à l’idée de voir leurs enfants baiser des leurs 13 ans ..... Tout se tient dans cette sinistre histoires et c’est bourré, de part et d’autre parfois, je le concède, d’arrières pensées idéologiques. Est-il illégitime de penser que se priver de la fin de son enfance insouciante est une grosse connerie ? Qu’il y a des moments plus favorables à telle ou telle activité ? Si l’éducation sexuelle dispensée dans les collèges ne se résumait pas à : « tout le monde baise très jeune c’est comme ça, met une capote et vas y gaiement » peut être pourrions nous avoir envie d’en parler davantage.


    • Pere Plexe Pere Plexe 30 janvier 2017 07:57

      @oncle archibald
      L’éducation sexuelle ne prétend pas remplacer l’éducation tout court.
      Comprendre et connaitre le mécanisme de la reproduction humaine n’est en rien une incitation à...
      Mais ceux qui font de l’abstinence LE principe de base de la contraception sont irresponsables !


    • njama njama 27 janvier 2017 16:56

      J’avoue avoir survolé l’actualité du sujet qui refait surface semble-t-il avec Trump.

      Mais en même temps je n’ai pas lu que Trump voulait interdire l’IVG et revenir là-dessus, mais seulement couper les financements d’ONG nationales (internationales ?) qui militent pour cette cause. 
      Je ne crois pas d’ailleurs qu’en temps que président il pourrait interdire l’IVG car comme la peine de mort et d’autres sujets sociétaux cela ne dépend pas du gouvernement fédéral, mais de chaque État.


      • Pere Plexe Pere Plexe 30 janvier 2017 17:54

        @njama
        Accessoirement le président est responsable de l’exécutif pas du législatif.

        De ce point de vue c’est moins ambiguë que chez nous.

      • moderatus moderatus 27 janvier 2017 17:23


        Exact Chaque état peut avoir une législation particulière, Trump peut intervenir contre la promotion et la publicité sur les centres qui pratiquent l’IVG mais c’est tout.

        par contre en général la période maximum pour l’VG qui est en France de 12 semaines est de 24 semaines


        • Raoul-Henri Raoul-Henri 27 janvier 2017 18:08

          @moderatus
          Il y a longtemps j’avais lu de la part d’un bouddhiste auto-proclamé (Rampa) que l’incarnation venait au sixième mois. A moins de mesurer précisément l’arrivée des 21 grammes de l’ajout de l’âme pendant la grossesse (qui parait-il disparaissent au décès), il est ’malaisé’ de déterminer à partir de quel moment il y a meurtre lors d’un renoncement à la reproduction.
          La position de Simone sur les dix semaines est prudente.


        • V_Parlier V_Parlier 27 janvier 2017 19:55

          @moderatus
          24 semaines = 6 mois, quand on pense que c’est l’âge où on tente déjà de sauver les prématurés...


        • touriste 28 janvier 2017 12:40
          @moderatus

          Trump veut nommer des magistrats susceptibles de remettre en question l’arrêt Roe

          Cf https://fr.wikipedia.org/wiki/Roe_v._Wade

          Aux USA on a dépassé le stade de la guérilla contre l’IVG, à coup de pétitions, de manifs et d’attaques physiques contre les centres d’IVG ... 

          C’est bientôt le début de l’assaut final, et la France suivra (comme d’hab’) si on ne se mobilise pas !


        • moderatus moderatus 28 janvier 2017 15:40

          @V_Parlier

          voila les limites d’intervention, cela fait frissonner


           France

           12 semaines

           Danemark

           12 semaines

           Espagne

           12 semaines

           Finlande

           12 semaines

           Norvège

           12 semaines

           Russie

           12 semaines

           Italie

           13 semaines

           Suède

           18 semaines

           Pays-Bas

           20 semaines

           Grande-Bretagne

           24 semaines

           Chine

           9 mois

           Japon

           9 mois

           Etats-Unis

           9 mois



        • moderatus moderatus 27 janvier 2017 18:33

          Le délai en france a été porté à 12 semaines

          À 12 semaines, le bébé pèse 35 grammes et mesure 10 cm. A ce stade, tous les systèmes d’organes fonctionnent. Si on lui chatouille le front, il tourne la tête et fronce les sourcils... Si on effleure ses lèvres, il esquisse un mouvement de succion et de déglutition ; il peut plier les coudes et ses poignets et même agripper un petit objet.


          • V_Parlier V_Parlier 27 janvier 2017 19:59

            @moderatus
            Attention, Moderatus, ce que vous dites là est interdit. Vous pourriez être poursuivi pour « délit d’entrave », dès fois que votre commentaire fasse changer d’avis quelques lectrices. Mais bon, j’en ai assez dit, moi aussi, je ne sais pas de quoi je parle puisqu’on nous a tous appris que le sujet c’est « les femmes qui disposent de leur corps » et qu’il parait que ça a un rapport avec ça...


          • moderatus moderatus 27 janvier 2017 20:13

            @V_Parlier

            merci pour votre mise en garde, c’est vrai on ne sait plus jusqou peut aller la censure, heureusement je suis sur un site qui permet les opinions divergentes.

            je défends la loi VEIL mais j’accuse lnos gouvernants de ne pas avoir respecté l’esprit de cette loi et d’avoir fait de l’IVG une méthode de contraception.

            nous sommes champions d’Europe de l’IVG

            FRANCE 209.000

            ROYAUME UNI 105.000

            ALLEMAGNE 105.000


          • V_Parlier V_Parlier 27 janvier 2017 20:39

            @moderatus
            J’ai bien compris votre but, et ma remarque ici sur le délit d’entrave était « pour la forme » smiley au cas où certains se demandent pourquoi le sujet de l’avortement revient sur le tapis. La réponse : C’est tout bonnement parce-que nos « éducateurs » ont décidé qu’on ne devait plus en parler, ne serait-ce que pour apporter des nuances. Et le peuple n’aime pas ça, il est encore trop indiscipliné...


          • mmbbb 28 janvier 2017 11:47

            @moderatus la question qui faille se poser ? apres la liberation sexuelle et cette sociéte dite d’information, pourquoi autant d’avortements ? Ce n’est pas cette loi qui faut incriminer , Mme Veil s’est fait insulter par les cathos integristes, mais les comportements : vaste proplème Autre rappel il y pres de 3 millions de gamins en France qui n ont pas de vie décente ( article du Monde ) et nos politiques tombent en pâmoison devant notre taux de natalité . Les cathos en rajoutent une couche, Ils parlent toujours d ’assassinat mais jamais de condition humaine, tu as les pieds dans la merde, c’est une bénédiction divine !


          • njama njama 28 janvier 2017 11:50

            @moderatus
            "Si on lui chatouille le front, il tourne la tête ... etc"

            L’argument ne me paraît pas du tout convaincant, car il est très probable que les embryons des mammifères en général répondraient de façons assez identiques aux mêmes stimulations à un même stade de développement.

            Seules les imageries médicales modernes ont permis ce genre d’extrapolation, parce qu’elles se fondent sur la confusion de l’embryon avec l’être humain, et sur la supposée existence d’une âme dès la conception, bien que la doctrine ne soit pas si formelle et absolutiste :

            « L’Église catholique ne s’est pas formellement prononcée sur le moment précis de l’animation de l’être humain. Son instruction romaine Donum Vitae suggère que l’embryon possède une âme spirituelle dès sa conception »
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Embryon#Statut_dans_les_diff.C3.A9rentes_religions
             


          • moderatus moderatus 28 janvier 2017 12:15

            @njama

            Merci pour vos recherches , mais mon but n’est pas de parler du drame des enfants nés vivants durant leur avortement, c’est un autre sujet très délicat que je je ne veux pas aborder, mon article traite sur les possibilités de privilégier la contraception afin, dans l’intérêt premier des femmes de diminuer le recours à l’IVG.

            nulle idée de remettre en cours l’IVG.

            Mettre la contraception suivant les vœux de Simone Veil en première ligne , ce qui n’est pas fait en France .

            cordialement.


          • oncle archibald 28 janvier 2017 12:21

            @njama ; si on veut savoir si l’embryon est un être humain ou un bout de bidoche quelconque il n’y a qu’à le laisser grandir.

            En dehors de toute considération philosophique ou religieuse, c’est la physiologie qui fait la loi de la nature. Je ne comprends pas cette pitoyable tentative de vouloir affirmer qu’un embryon n’est pas un être humain en gestation jusqu’à une date D qui la hop d’un seul coup de baguette magique lui donne droit à l’appellation.


          • moderatus moderatus 28 janvier 2017 12:23

            @mmbbb

            Nulle question d’incriminer la loi VEIL, est était parfaitement adaptée à la situation et indispensable.

            Ce que l’on doit critiquer, cest la traduction de cette loi dans les faits. cette loi comporte plusiuers volets très précis, aucun de ces volets n’a été respectée elle a été trahie et amputée de mesures essentielles dans son application.pour le malheur des femmes elles même en privilégiant l’IVG par rapport à la contraception, nos politiques cédant lâchement à la pression de certains groupes.

            cordialement.


          • touriste 28 janvier 2017 13:02

            @V_Parlier

            Il y a deux problèmes dans le délit d’entrave :

            1 - c’est comment interdire les horreurs sur un site internet, exemple : expliquer aux enfants le « droit de mourir dignement » en leur montrant comment se suicider proprement

            Il est clair qu’il faut « entraver » ce genre de liberté d’expression, sous le contrôle d’un juge bien évidemment !

            Nous sommes dans un Etat de droit.

            2 - il existe des sites, généralement dissimulés sous le masque du « conseil », qui peuvent ruiner la vie de jeunes filles ou de jeunes femmes

            La loi qui a été votée sera d’application compliquée, en même temps on se doit de protéger les jeunes contre les manipulations

            C’est un peu le problème des sectes, d’accord pour la liberté d’opinion, mais quand ils en profitent pour manipuler les jeunes, on fait quoi ? On laisse faire et tant pis pour les naifs ?



          • njama njama 28 janvier 2017 13:46

            @ oncle archiblad
            On ne peut pas être avant d’avoir été.
            C’est pour cela que ces histoires d’infanticides (homicides) des anti-ivg ne tiennent pas la route.
            Le cas des dénis de grossesse devrait vous éclairer ... 


          • njama njama 28 janvier 2017 14:02

            @ oncle archibald
            pour l’hypothèse, bien que indémontrable, l’embryon est être humain.
            et donc ?
            homicide
            et donc ?
            prison ? pour celle qui a avorté, et ceux, celles qui l’aurait aidé

            Je veux bien croire que la situation actuelle n’est pas idéale, mais croyez-vous résoudre quoi que ce soit avec une telle logique ?
            Les anti-ivg ne proposent rien d’autre que la répression, il me semble si j’ai bien compris leur message. C’est ce que je leur reproche.
            Qu’ils s’emploient à faire baisser le nombre d’avortements de 1 ou 2 % par an ce serait pas mal déjà au lieu de se carrer sur les vieux principes répressifs de la France de Vichy.


          • V_Parlier V_Parlier 28 janvier 2017 14:09

            @touriste
            L’incitation au suicide et au meurtre (votre point 1) est déjà un délit (tout comme d’autres incitations bien connues). Il ne s’agit d’ailleurs pas dans ce cas d’une « entrave » mais mais d’une incitation à commettre un acte. Si comme vous le dites tout cela a été regroupé dans une seule loi dite contre le « délit d’entrave », alors la mauvaise foi de nos « éducateurs » est encore pire que ce que je pensais.

            Si j’en viens au point 2 : S’ils étaient de bonne foi, ils auraient proposé une loi dont le titre et la portée auraient était globaux, comme : Loi contre la diffusion intentionnelle d’informations pouvant mettre en danger la santé du public. L’IVG n’aurait été qu’un thème parmi des milliers d’autres, et ils n’en auraient pas profité pour se vanter à nouveau de leurs campagnes officielles de promotion de l’IVG. Et aujourd’hui nous n’en parlerions même pas.


          • oncle archibald 28 janvier 2017 14:44

            @njama : une certitude, vous n’avez rien compris à la démarche de ceux qui se félicitent de la loi Veil mais qui refusent la banalisation voire la célébration de l’IVG comme une libération des femmes. Empecher un bébé de naître reste une merde infâme. La loi Veil permet seulement de donner un cadre à cette opération pour prendre en compte la détresse de celles qui sont contraintes d’y recourir, faire en sorte que ce soit possible sans mettre sa vie en danger, sans discrimination par l’argent, avec un accompagnement le plus humain possible en cette sinistre circonstance.


          • njama njama 28 janvier 2017 15:34

            @oncle archibald

            Si j’étrille les intégristes anti-ivg, je n’ai jamais exprimé nulle part que j’étais contre les limites qu’impose la loi Veil ...


          • Le Panda Le Panda 27 janvier 2017 18:37

            @moderatus,

            Bonsoir,

            Il me semble qu’il y a quelques lacunes importantes dans votre article, lesquelles me dirait Vous ?

            49% des femmes ne ressentent aucun plaisir sexuel, dans le cadre d’un échange de couple, la déduction que j’en tire, c’est que là, aussi à ce stade l’homme dans sa position machiste agît plus de façon, de manière mécanique que la femme.

            Ensuite, la relation mère-enfant demeure un « espace de vie » que seule et je dis bien seule la femme peut expliquer, car elle le vit, l’homme PAS.

            Ensuite nous constatons que la PMA, comme la GPA ont prit le sens de la location d’un coffre fort.

            J’aurai bien des choses à dire, à expliquer sur le sujet de l’IVG, de la femme.

            Mais encore une fois, je constate que la sélection ne se fait pas par la base, ni la justice.

            C’est avec regrets, mais aucune déception, que je constate que l’article que j’avais proposé ce matin est toujours en modération.

            Donc je prends la position de ne plus en proposer et je suis resté des années sans venir, malgré l’aide que j’ai pu apporter à AGV et réciproquement à un moment donné.

            J’ai crée Les Voix à cause de cela, donc effectivement, il vaut mieux un petit chez soi qu’un grand chez les autres.

            J’aurai bien du plaisir à échanger avec vous et d’autres personnes qui étaient devenus et sont restées des « amis ».

            Je le déplore, mais il y a des limites à toutes choses, quoi qu’il en soit :

            VOTES ET JUSTICES EN FRANCE trouvera sa place sur mon forum là où ne subsiste aucune CENSURE de ce type.

            Je trouve cela lamentable, et je vous souhaite sincèrement une bonne continuation et des débats passionnés. A présent nous assistons à un barrage que je ne puis accepter.

            Il paraitra donc ce lundi 30.01.2017 chez moi.

            Amicalement

            Le PANDA

            Patrick Juan


            • moderatus moderatus 27 janvier 2017 20:34

              @Le Panda

              Bonsoir Le Panda

              Avant de parler de mon article, mon souci est que votre article ne soit pas publié.

              Je vais vous donner mon sentiment, je prépare un courrier destiné à la direction de Agoravox sur le fonctionnement du système de modération, qui ne fonctionne pas correctement ,
               pour diverses raisons, mais la principale, et j’ai fait une étude à ce sujet certains confondent modération et censure sauvage.
              j’ai analysé les votes de certains modérateurs, et j’ai trouvé des modérateurs qui sur 100 articles ont un vote négatif de 8O . Absurde.
              Un conseil si vous permettez car j’aimerai pouvoir continuer à lire vos articles.

              reprenez votre article en appuyant modifier.
              Essayer de mettre une photo, ayant bien sur trait avec votre article, cela aide pou la présentation.
              représentez le et envoyez courrier à contact Agoravox, demandant de vous aider , que votre article soit publié si il n’est pas refusé . Cela doit marcher.

              Quand à mon article, son but est de montrer que l’IVG est devenu en contradiction avec la loi VEIL une méthode de contraception, ce qui est contraire à l’intérêt des femmes et dangereux à leur santé physique et morale.

              Mon intervention est juste un signe de respect et d’amour envers elles.

              Amicales salutations


            • Le Panda Le Panda 27 janvier 2017 20:55

              @moderatus

              Avant de parler de mon article, mon souci est que votre article ne soit pas publié.

              Je vais vous donner mon sentiment, je prépare un courrier destiné à la direction de Agoravox sur le fonctionnement du système de modération, qui ne fonctionne pas correctement ,
               pour diverses raisons, mais la principale, et j’ai fait une étude à ce sujet certains confondent modération et censure sauvage.
              j’ai analysé les votes de certains modérateurs, et j’ai trouvé des modérateurs qui sur 100 articles ont un vote négatif de 8O . Absurde.
              Un conseil si vous permettez car j’aimerai pouvoir continuer à lire vos articles.

              Je vous remercie de vos propos, mais je ne changerai pas une virgule à mon article. L’image est de mon cru et se trouve dans l’article.

              Je le répète, soit l’’article parait tel quel, soit plus JAMAIS je ne proposerai un nouvel article. Ma déduction est honnête et respectueuse de toutes conditions. L’occident va se faire bouffer, car les « trolls » peuvent voter et à partir du moment ou les articles ne sont pas des copier/coller il serait indispensable que certains retournent à l’école.

              Lorsque j’ai écris que je n’étais pas en accord avec l’ensemble de votre article reste que 32 années de fréquentations hospitalières et ayant 3 enfants et deux petits enfants, je suis un homme libre. Mais je ne suis pas le seul à constater que le Calife veut être à la place du Calife sans savoir ce qu’est un Calife.

              Il n’y a aucun danger au fait que je publie plus ici, il suffit de constater la place que tiennent Les Voix du Panda sur les divers moteurs de recherches, cela me rend heureux. Que chacun se reconnaisse.

              Vous garder toute mon amitié à vous de savoir ce que vous souhaitez en faire, merci pour nos échanges. Désolé je ne sais pas tricher........Y compris en milieu hospitalier j’ai tenu mes engagements et je l’avais déjà écrit « la femme n’a pas dans notre société, la place qui est la sienne ».

              Amicalement,

              Le Panda

              Patrick Juan


            • Morgane Lafée 27 janvier 2017 19:53

              Enfin bref, en dépit de l’introduction malhonnête consistant à se prétendre pour la loi Veil, l’auteur de l’article voulait bel et bien poster un article anti-IVG.

              Je suis toujours épatée par ces bonshommes qui prétendent savoir ce qui se passe dans la tête d’une femme qui a recours à l’IVG, se croyant obligés de souligner qu’il ne s’agit pas d’un acte anodin, alors qu’ils n’ont jamais expérimenté ne serait-ce qu’une fois dans leur vie la sensation d’avoir ses règles, de sentir ces douleurs bien spécifiques et les humeurs qui vont avec, de penser que oui, on aurait pu avoir un enfant ce mois-ci. Une sensation que les femmes connaissent depuis l’adolescence.
              Malgré leur ignorance de cet état, de cette possibilité qui est à la fois source de rêve et de terreur chez une jeune fille, ces hommes se permettent, dans leur immense arrogance teintée d’incompétence, de nous donner des leçons. De nous rappeler à l’ordre. De nous prendre de haut en nous informant via des billets sur Agoravox du traumatisme que nous pourrions endurer. Et de balayer d’un revers de main le travail des personnes qui, au planning familial, se retrouvent parfois face à des femmes dans des situations sociales difficiles.
              Par ce genre d’articles, ces hommes expriment toute la condescendance qu’ils ressentent envers les femmes, ces êtres inférieurs, décervelés et inconséquents, qui n’aurons bien sûr jamais pensé toutes seules à peser le pour et le contre avant de décider - oui, de décider - d’avoir recours à l’IVG ou au contraire de ne pas y avoir recours.

              C’est une décision qui relève d’une expérience que vous ne connaîtrez jamais. Pas plus que vous n’avez l’air de connaître l’immense gamme de pilules présentes sur le marché, le petit nombre remboursé, et la situation des femmes qui, ayant eu un problème de santé quelconque, sont obligées d’opter pour une pilule non remboursées. Vous n’avez même pas l’air de savoir que l’avortement n’est pas toujours chirurgical, mais qu’il existe un procédé médicamenteux. Vous n’avez pas non plus tenté d’acheter la pilule du lendemain, qui est loin d’être facile à trouver quand les pharmaciens vous prétendent, en s’échangeant des rictus entendus, qu’ils n’en ont pas en réserve.
              Bref, vous parlez de ce que vous ne connaissez pas.
              Un conseil pour un prochain billet : interrogez les femmes autour de vous, les femmes mûres, les femmes d’âge moyen, les jeunes filles. Mais interrogez-les avec humilité, et non avec des idées préconçues, avec un film dans la tête censé représenter le monde d’aujourd’hui. Bref, développer votre sens de l’écoute ne vous ferait pas de mal.

              Si seulement les hommes parlaient avec des femmes avant d’affirmer tout et n’importe quoi sur elles, leur condition, leur quotidien... Le monde irait mieux.


              • V_Parlier V_Parlier 27 janvier 2017 20:09

                @Morgane Lafée
                « Je suis toujours épatée par ces bonshommes qui prétendent savoir ce qui se passe dans la tête d’une femme qui a recours à l’IVG »

                -> Je n’ai pas cette prétention. C’est pourquoi je n’ai pas lu le reste et c’est pourquoi je ne perds pas non plus mon temps à chercher d’autres arguments séducteurs que le seul fondamental (les femmes ayant de toutes façons des avis aussi divergents que les hommes *) : Je divine ce qui se passe quand un foetus de 12 semaines ou plus (cf. plus haut) se fait broyer tout vivant. Pas besoin d’être fin psychologue ni médecin pour le deviner. Ceci n’empêche pas que dans certains cas horribles (que chacun peut deviner) je peux tout à fait comprendre qu’une femme soit prête à rejeter son foetus de la sorte. Mais si le recours à l’IVG se limitait à de telles situations, les taux seraient extrêmement faibles et nous ne saurions même pas là pour en parler.

                (* : Pour info, ma femme est bien plus dure que moi à ce sujet)


              • Le Panda Le Panda 27 janvier 2017 20:36

                @Morgane Lafée
                Votre argumentation, ne manque pas du tout d’arguments fiables, dommage que vous soyez trop partisane.

                Car vous ne faites ni plus, ni moins que reprendre ce que j’écris dans mon commentaire, alors si vous souhaitez parler avec des hommes, ouvrez un débat, dont votre seul commentaire pourrait parfaitement servir de base.

                Je regrette franchement ce qu’AGV a prit comme route et les dérives diverses, mais comme par hasard pas un seul mot sur ma position qui dit la même chose que vous avec des mots d’homme et de parents.

                Merci à vous

                Cordialement,

                Le Panda

                Patrick Juan


              • moderatus moderatus 27 janvier 2017 20:54

                @Morgane Lafée

                Désolé , mais vous avez tout faux, votre longue diatribe sur les hommes qui ne connaissent rien et veulent régenter la vie des femmes est sans rapport avec mon article.
                Ou vous ne l’avez pas lu ou vous êtes un militante IVG avec lesquelles il est difficile de dialoguer.
                J’ai un certain âge un expérience de la vie, je suis marié, et j’ai partagé les difficultés des femmes à se résoudre à une IVG.
                Mon seul propos est de mettre en avant la contraception, ce qui n’a pas été fait dans notre pays.
                je connais toutes les pratiques de l’IVG , pour les avoir étudiées.

                Je suis un défenseur de l’IVG et de la loi VEIL .l’avez vous lue ?
                Je n’ai aucune attitude condescendante envers les femmes, je sais combien un avortement est dur pour elles , ce n’est pas un acte anodin, mais je n’ai jamais contesté le fait qu’elles seules soient aptes à décider de son opportunité.
                mes reproches s’adressent plutôt aux hommes qui nous gouvernent ou qui ont des pouvoirs de décision, car ils son majoritaires dans les instances de décision., de n’avoir pas mis en place les structures pour faire que la contraception se développe au maximum., et évite aux femmes dans de nombreux cas ce recours difficile.
                Ma démarche est uniquement guidée par le respect et l’amour que je porte envers les femmes.

                je suis un farouche défenseur de la loi Veil, pour une raison essentielle, j’ai connu l’époque horrible de aiguilles à tricoter et autres tortures. Je ne peux vous en dire plus.

                 cordialement.


              • Le Panda Le Panda 27 janvier 2017 21:08

                @V_Parlier
                Bonsoir,

                Je divine ce qui se passe quand un fœtus de 12 semaines ou plus (cf. plus haut) se fait broyer tout vivant. Pas besoin d’être fin psychologue ni médecin pour le deviner. Ceci n’empêche pas que dans certains cas horribles (que chacun peut deviner) je peux tout à fait comprendre qu’une femme soit prête à rejeter son fœtus de la sorte. Mais si le recours à l’IVG se limitait à de telles situations, les taux seraient extrêmement faibles et nous ne saurions même pas là pour en parler.

                Voulez-vous nous dire par là, que vous auriez parfois souhaitez prendre la place d’une femme subissant une IVG ? Vous n’avez pas prit le soin de lire la totalité de l’article, mais je constate avec amertume que vous n’avez pas non plus lu, l’ensemble des commentaires, dommage.

                Avez-vous déjà coupé un cordon ombilical, avez vous suivi une femme qui a subit une IVG ? Si tel est le cas parlez d’une façon plus précise, car à priori vous semblez manquer d’arguments crédibles.

                Mais l’homme vit dans l’ombre de la femme « maman » le jour ou l’homme le vrai aura comprit cela nos enfants seront bien moins malheureux, cela c’est une certitude.

                Mais si vous souhaitez que nous parlions techniques je suis complétement à votre écoute.

                Merci

                Cordialement,

                Le Panda

                Patrick Juan

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès