• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’ai assisté à une becerrada...

J’ai assisté à une becerrada...

JPEG

Savez-vous ce qu'est une Becerrada ? C'est une petite corrida pour des apprentis toreros avec des becerros, mot espagnol signifiant : veau, taurillon, qui désigne le petit mâle du taureau de combat...

 Ici, pas de banderilles et pas de mise à mort.

 

Pour le reste, les rituels de la corrida sont quasiment respectés. L'occasion pour les jeunes de faire démonstration de leur talent et pour les écoles taurines d'expliquer les rudiments de l'art tauromachique à un public curieux, en partie composé de touristes et de novices.

Cette corrida est scandée par de la musique, un orchestre qui joue des airs espagnols...

Lors de la Feria de Nîmes, j'ai assisté à une Becerrada : un spectacle où le sang ne coule pas, où le taureau n'est pas encore voué à la mort.

On peut admirer le courage de ces adolescents, apprentis toreros, on peut être ébloui par les couleurs flamboyantes de leurs capes, on peut être entraîné par le rythme des musiques espagnoles.

 

Pour autant, la violence n'est pas absente de cette petite corrida.

Le spectacle est dur, féroce : les jeunes taureaux pleins de fougue sont parfois imprévisibles.

Et une antenne de la Croix Rouge est présente, près des arènes, en cas d'accident... le danger est constamment présent et les jeunes toreros sont exposés à recevoir des coups de corne.

La poussière vole, la tension est palpable...

Le taureau lui-même est mis à mal, fatigué par les différentes passes : parfois il s'effondre, s'affaisse sur ses pattes, mord la poussière...

On assiste aussi à des simulacres de mises à mort : le toréador mime le geste avec le bras et la main.

Et quand il s'agit de faire rentrer le petit taureau dans sa bétaillère, tout le monde est à la peine : l'animal est rétif et on le malmène à nouveau...

Eh bien, je trouve ce spectacle assez cruel, même si ce n'est pas une véritable corrida.

On est loin de la course landaise... 

La corrida met en scène un combat, "certes le torero risque sa vie. Mais cette lutte est au départ biaisée, truquée. Son scénario exige l'affaiblissement de la bête par des moyens abjects... Homo sapiens appartient lui aussi au règne animal, il est proche des autres mammifères. Il est bien placé, par conséquent, pour apprécier le caractère mauvais de la douleur et du stress, que rien ne l'autorise à infliger gratuitement, par négligence, cruauté ou appât du gain, aux autres animaux...", comme l'écrit Axel Kahn dans son ouvrage intitulé L'éthique dans tous ses états.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/06/j-ai-assiste-a-une-becerrada.html

 

Vidéos :

 

 

Photo et vidéos : rosemar


Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juin 2019 17:22

    Comment peut-on parler d’« art tauromachique » ?

    La corrida, ce sont les abattoirs de la Villette dans les costumes du Châtelet, jeunes ou pas, pour les taureaux comme pour les toreros, mise à mort ou pas, pour les et pour les autres..


    • Fergus Fergus 17 juin 2019 22:49

      Bonjour, Séraphin Lampion

      « La corrida, ce sont les abattoirs de la Villette dans les costumes du Châtelet »

      Très pertinente définition !
      Et la tradition a bon dos : jusqu’à peu, ladite tradition voulait qu’à Pâques l’on jetât une chèvre vivante du haut du clocher de certains villages du sud-ouest de l’Espagne !!!


    • baldis30 18 juin 2019 12:24

      @Fergus
      bonjour,
       allez donc faire comprendre aux nîmois qu’ils habitent au pays de Mireille et pas au pays de Carmen.... Que voulez-vous ! Ils préfèrent, pas dégoûtés du tout, l’hispagnolade de l’administratif Mérimée à l’œuvre monumentale de Mistral, prix Nobel de littérature ... de même pour la comparaison musicale entre Bizet et Gounod qui en résulta....
      L’art de l’illusion d’un chiffon rouge allant de pair avec le développement du goût du sang en regard de la délicatesse des magnanarelles et de leurs œuvres d’art ....


    • popov 17 juin 2019 17:35

      @rosemar

      Je préfère les combats de taureau à la japonaise (Okinawa et îles avoisinantes). C’est un combat entre 2 taureaux. Les hommes n’interviennent que pour que les règles soient respectées. Une espèce de sumo. Pas de sang, pas de morts.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juin 2019 17:46

        @popov

        comment ils apprennent les règles, les taureaux ?


      • popov 17 juin 2019 18:05

        @Séraphin Lampion

        comment ils apprennent les règles, les taureaux ?

        Comme tout le monde, à force d’entraînement. L’art de l’éleveur, c’est de les rendre assez dociles pour se conduire en « gentlemen » sans leur faire perdre leur combativité.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juin 2019 19:28

        @popov

        ah ok, c’est comme les rois, on leur apprend le protocole pour entrer dans l’arène...


      • rosemar rosemar 17 juin 2019 21:41

        @popov

        Impressionnants, ces taureaux ! Je ne connaissais pas cet usage...


      • Fergus Fergus 17 juin 2019 22:54

        Bonjour, popov

        Il existe la même chose en début d’été pour les vaches valaisannes de race Hérens (puissantes et noires de pelage) : la meilleure du tournoi devient la Reine de l’estive, et il est des vaches particulièrement motivées pour cela. C’est très spectaculaire. Frison-Roche a d’ailleurs ces combats  situés dans l’alpage de Balme à la frontière franco-suisse  dans « Premier de cordée ».


      • popov 18 juin 2019 10:23

        @Fergus

        Bonjour

        Étonnant ça des vaches qui se bagarrent.
        Les vaches que je connais, quand elles sont en pâture, passent plutôt leur temps à se monter les unes sur les autres. Pas nécessairement par amusement, mais peut-être pour essayer de faire comprendre à l’éleveur de quoi elles ont besoin.


      • popov 18 juin 2019 10:26

        @Séraphin Lampion

        Comme les rois ou comme les boxeurs.


      • baldis30 18 juin 2019 12:25

        @Séraphin Lampion
        bonjour,
         « comment ils apprennent les règles, les taureaux  ? »
         très simplement .... on les fait éduquer par des coqs ....


      • Clocel Clocel 17 juin 2019 17:52

        Bande de barbares...

        Allez carrément en voir une vraie, bien saignante, autant que j’ai pu en juger en Espagne avec le public qui se presse à ce genre d’abomination, les femelles n’ont apparemment aucun soucis lorsque le sang qui coule n’est pas le leur.

        Quelle corvée se doit être d’éponger les gradins après le départ de ces « Dames » !

        Il y a 20 000 mille ans, l’ahuri qui a peint les taureaux de Lascaux ou d’Altamira avait plus de profondeur que les bonobos contemporains qui se prétendent civilisés.


        • jacques 17 juin 2019 18:00

          @Clocel bonsoir : "Il y a 20 000 mille ans, l’ahuri qui a peint les taureaux de Lascaux ou d’Altamira avait plus de profondeur que les bonobos contemporains qui se prétendent civilisés.

          " c’est exactement là le noeud du problème


        • rosemar rosemar 17 juin 2019 21:44

          @Clocel

          Un spectacle difficile et cruel : et même ces petites corridas ne sont pas exemptes de cruauté et de dangers.


        • phan 17 juin 2019 18:50
          Selon le règlement sur les spectacles taurins populaires de la Communauté de Madrid, approuvé en 1996, il est expressément interdit de « blesser, perforer, frapper, tenir, attacher ou traiter de manière cruelle le bétail »

          Sans avoir été invité à aucun des débats entre candidats organisés sur les principales chaînes télévisées, le Parti animaliste a recueilli, selon les résultats quasi définitifs, 2,2 % des suffrages exprimés en France aux européennes dimanche 26 mai 2019. C’est plus que la liste Urgence écologie, de Dominique Bourg (1,8 %), l’Union populaire républicaine, de François Asselineau (1,2 %) ou Lutte ouvrière (0,8 %), et presque autant que les voix qui se sont portées sur le Parti communiste, emmené par Ian Brossat (2,5 %).

          Merci pour l’article d’apologie light de la cruauté !

          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juin 2019 19:45

            @phan

            remarque, les bouchers à l’arène,ça se laisse manger...


          • rosemar rosemar 17 juin 2019 21:45

            @phan

            Ce n’est pas une apologie, bien au contraire...


          • phan 17 juin 2019 21:52

            @Séraphin Lampion

            La reine avait une pierre fine à la main pour mettre le doigt entre deux caisses pour boucher le trou du fond.


            • rosemar rosemar 17 juin 2019 21:48

              @egos

              Des images terribles...


            • Traroth Traroth 18 juin 2019 11:54

              Ce n’est qu’une mise en bouche pour la corrida. Une préparation. Vous n’êtes pas en train de prouver que tout n’est pas à jeter dans la tauromachie, si c’est ça que vous espériez faire.


              • Old Dan Old Dan 18 juin 2019 13:22

                La tauromachie est à la Culture traditionnelle

                ce qu’un torche-cul est à l’imprimerie sur papier...


                • Traroth Traroth 19 juin 2019 15:52

                  @arthes
                  Vous voulez essayer de comprendre ?

                  Un pauvre herbivore est jeté dans une vaste esplanade circulaire dont il ne peut fuir. On lui plante des barbillons pointus dans le dos, un type le houspille sans arrêt, on lui plante souvent une lance pour qu’il soit « plus calme » (faudrait pas que le torero prenne un risque, quand même...) et finalement, le type qui le houspille le tue d’un coup d’épée, le tout sous les hurlements de joie de la foule bien à l’abri dans les gradins, ravis de contempler le martyr de la pauvre bête qui ne demandait rien à personne. Il y a du sang partout. Le taureau agonise par terre. Et après, on fait entrer le taureau suivant...

                  S’il y a autre chose à comprendre, j’aimerais vraiment que vous nous disiez précisément de quoi il s’agit. Les jolis habits colorés du houspilleur en chef ? La musique ? Les oreilles et la queue ?


                • Albert123 18 juin 2019 15:11

                  Les fiottes bobos et leur complexe de supériorité morale, 

                  aujourd’hui la tauromachie, sujet récurrent chez les adeptes de la pleurniche quotidienne, renforcé par les fiottes bobos végans antispécistes qui ont le vent en poupe depuis quelques temps.

                  la fiotte bobo oublie juste que tout ce qu’elle critique est bien plus ancien et civilisé que ces a peine 250 ans de gesticulations quotidiennes visant à modeler le monde selon ses lubies et ses pleurnicheries récurrentes de sous homme soumis à sa morale (mesquine) du ressentiment.


                  • Traroth Traroth 19 juin 2019 16:17

                    @Albert123
                    Une fois, un type comme vous m’a traité de fiotte bobo, face à face. Il n’a pas recommencé...

                    Quant au mot « civilisé », il ne veut pas dire ce que vous pensez qu’il veut dire.


                  • Xenozoid 18 juin 2019 15:14

                    domestication


                    • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 19 juin 2019 15:13

                       Peut-on rire de la mort d’un torero  ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité