• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’ai participé à un programme d’aide de l’Union (...)

J’ai participé à un programme d’aide de l’Union européenne

 Je sais que sur Agoravox on n’aime pas beaucoup l’Union européenne. Or il se trouve que dans le cadre de mes fonctions professionnelles j’ai pu participer il y a une dizaine de jours à un meeting transnational du programme européen URBACT, programme destiné à soutenir des projets coopératifs entre plusieurs villes européennes. Le projet en question s’intitule Card4all, Your city in your pocket ! En un mot, la ville de Gijon en Espagne a mis en place il y a plusieurs années une carte multi-services (transports, bibliothèques, Université, musées, réductions diverses), et le projet consiste à partager cette expérience avec plusieurs villes désireuses de se doter d’un outil similaire. En l’occurrence, cela rassemble sept villes issues de sept pays européens : Espagne donc, Roumanie, Lettonie, Belgique, Italie, Portugal, et France. Pendant deux jours, les délégations se sont retrouvées à Anvers, en Belgique. Le programme dure deux ans, au cours desquels un meeting transnational sera organisé dans chaque ville participante. Entre ces dates, le travail se poursuivra dans chaque ville, avec supervision du chef de projet (Miguel, un Espagnol).

 

 Et là, ami lecteur, je sais ce que tu te dis : « C’est pas très sexy tout ça. Je préfère retourner taper sur Macron sur un fil dédié aux Gilets jaunes, ça défoule et ça concerne la Politique avec un grand P, et pas des petites mesquineries technocratiques. Je suis issu d’un peuple qui a donné naissance à Voltaire et à Victor Hugo, à moi les grandes idées et les grands sentiments, à moi l’éloquence cicéronienne ou romantique (selon les sensibilités), je laisse ces détails futiles à d’autres. » Eh bien, j’admire l’éloquence, j’admire la littérature, mais je préfère la vérité, et la lucidité, et je vais essayer de défendre, en peu de mots, l’Union européenne, non pas telle qu’elle est fantasmée, mais telle qu’elle se vit concrètement sur le terrain.

 

 Tout d’abord, l’Union européenne, ce sont des hommes et des femmes. En l’occurrence c’était Miguel, Pedro, Leïla, Gabriella, Ralph, Peter et les autres. Des gens travailleurs, honnêtes, sincèrement convaincus du bien-fondé du projet européen, qui sont en contact quotidien avec les habitants de leurs villes respectives, et non pas enfermés comme on l’imagine dans des tours de verre à Bruxelles. Il paraît que nos sociétés sont trop individualistes, que les gens n’échangent plus les uns avec les autres. À Anvers pendant deux jours nous avons échangé, de façon très harmonieuse, et le fonctionnel ne s’est jamais exprimé au détriment de l’humain. Sans ce programme de l’Union européenne ces gens ne se seraient jamais rencontrés, ils ne seraient peut-être jamais sortis de leurs frontières nationales mis à part pour des raisons touristiques.

 

 Deuxième a priori : l’Europe est une entité des riches pour les riches. Ici il faut rappeler que le Fonds européen de développement régional (FEDER) qui alimente l’URBACT est destiné à corriger les déséquilibres entre les régions européennes. En d’autres termes, il profite aux régions les plus pauvres, représentées en l’occurrence par la Sardaigne, la Lettonie, le centre du Portugal ou de la France, etc. L’argent européen ne va pas aux grandes métropoles, aux traders, aux nantis. Il irrigue au contraire les zones les plus reculées de l’Europe, des endroits où vous ne ressentirez sans doute jamais l’envie de passer vos vacances.

 

 Troisième et dernier point en ce qui concerne mon expérience à Anvers : la totale transparence et le complet désintéressement des programmes d’aide européens. Je ne sais pas si beaucoup de lecteurs ont eu l’occasion de travailler dans la fonction publique territoriale. C’est mon cas. J’ai vu comment cela se passe au niveau territorial. Je ne critique pas mon maire qui est honnête et bien intentionné, et qui exerce une fonction que la plupart des gens refuseraient dans les faits d’assumer. Mais enfin, en France, au niveau local (ce niveau local si prisé des nationalistes et consorts), le fait est que tout repose en fin de compte sur la décision d’une seule personne, omnipotente : le maire, le président de la communauté de communes. Sans lui rien ne se fait, avec lui tout est possible. (« Dans la commune de France, il n’y a, à vrai dire, qu’un seul fonctionnaire administratif, le maire », Tocqueville). On imagine aisément les abus, les pressions, le climat délétère qui peut résulter de cette situation, les haines macérées, les rivalités figées, sans issue, sans recours. Telle est la réalité, si l’on veut bien avoir l’honnêteté de le reconnaître. Au niveau européen, il y a toujours une issue, un recours. Tout d’abord parce le personnel, politique ou fonctionnaire, n’est pas lié au territoire, seul le résultat lui importe (je n’ose pas écrire « le bien commun »). On voit beaucoup de gens, d’horizons différents, en perpétuel mouvement, en perpétuel renouvellement. D’autre part, le légalisme que l’on reproche souvent à l’Union européenne garantit l’objectivité des travaux. Il y a des protocoles, des vérifications, les gens ne sont pas là pour servir les intérêts d’untel ou d’untel (cela n’arrive-t-il jamais au niveau national ou régional ?), mais ils doivent rendre des comptes à des autorités expertes et transparentes (les fameux « technocrates »). Il n’y a pas de personnalisation du pouvoir, cette personnalisation qui rend les gens aveugles de haine envers leurs dirigeants, que ce soit Trump, Macron ou le maire de votre ville. Seul le résultat est considéré, et pas l’homme.

 

 Bien entendu, il y a, comme dans toutes les choses humaines, des aspects plus contestables. Pour les amoureux de la langue, c’est sans doute une souffrance de voir que l’anglais, et un anglais purement fonctionnel, règne en maître dans tous les échanges. Mais on ne refait pas l’histoire, 1815, 1918, 1945. L’aspect linguistique est en réalité le reflet de la nature technicienne de notre société, ce que je déplore fortement mais qui excède largement le cadre de ce propos (cf. Ellul). Bien sûr, cela coûte de l’argent de transporter, de nourrir et de loger des fonctionnaires aux quatre coins de l’Europe. Mais, en toute objectivité, pas tant que cela, quelques dizaines de milliers d’euros. Combien ont coûté les transferts de Ben Arfa ou de Lassana Diarra au PSG, et pour quel résultat tangible pour le citoyen ?

 

 Je ne prolongerai pas plus longtemps ce propos qui de toute façon ne sera pas reçu par ceux qui ne voudront pas le recevoir. Les passions, joyeuses ou tristes, seront toujours plus éloquentes que l’intérêt rationnel de la communauté, telle est la nature humaine, aujourd’hui plus que jamais sans doute. Mais je ne vais pas biaiser sur ma conviction profonde, fût-elle minoritaire ou inaudible : l’Europe est un projet authentiquement bénéfique et louable, car il permet de s’abstraire des scléroses et des névroses locales, et d’ouvrir les fenêtres sur nos voisins, pour constater que nous avons les mêmes problèmes et que par conséquent nous pouvons tenter de les résoudre ensemble plutôt que séparément. C’est là l’antique aspiration humaine, portée par les philosophies antiques comme par les monothéismes, de dépasser l’intérêt individuel pour atteindre l’universel. C’est cet idéal qui irrigue l’Union européenne, et cela se sent. Il suffit de comparer l’ambiance dans une de ces séances de travail transnationales avec celle d’un conseil municipal, ou celle du Parlement européen avec celle du Parlement français. Je suis sans doute un affreux fonctionnaire technocrate apatride privilégié, mais tel est mon ressenti, telle est mon expérience, telle est ma foi.


Moyenne des avis sur cet article :  1.76/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Reiki Reiki 6 mars 12:54

    Pro européenne jusqu’au traités de Lisbonne. On se fais massacrer sans que l Europe ne disent rien... Ça prendra le temps qu il faudra mais l union Européenne c est terminé.

    La démocratie ça n intéresse que le peuple pas les technocrates bruxellois.


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 6 mars 13:30

      Je suis sans doute un affreux fonctionnaire technocrate apatride privilégié, mais tel est mon ressenti, telle est mon expérience, telle est ma foi.

      Bah, vous comprendrez bien le jour où vous aurez votre première facture impayée. Au même moment vous disposerez de tout le temps de cerveau disponible pour faire une recherche sur Google sur les détournements de fonds européens.

      Sans jamais avoir cherché j’ai connu 4 exemples, pas illégaux, mais totalement immoraux de l’usage de ces fonds en Pologne et en Grèce.

      Bonne crise de foi.


      • JPCiron JPCiron 7 mars 12:01

        @La Voix De Ton Maître

        Des voleurs et des escrocs, il y en aura toujours. Pourquoi n’y a-t-il pas d’enquêtes ? Ou s’il y en a, pourquoi se rend-on alors seulement compte que les textes prévoient des pénalités ridiculement basses ? Et pourquoi rien n’a changé dix ans plus tard quand on se réveiller à nouveau ?

        Il y a plein de structures traditionnelles qui pourraient se recycler et se tourner sur des activités pro-actives (travaillant sur la source des problèmes) plutôt que de se concentrer sur la gestion des conséquences des problèmes.

        Il y a plein d’élus que l’on réélit pour des raisons qui n’ont rien à voir avec leurs résultats....


      • foufouille foufouille 6 mars 14:07

        bah va bosser en france pour 4€/h comme ton europe géniale le veut.


        • AncreDeChine 6 mars 14:50

          C’est ben long pour un laconique, alors que « Vive l’UE ! » aurait largement suffi !


          • Dom66 Dom66 6 mars 14:50

            Europe est une entité des riches pour les riches "Deuxième a priori" A priori NON

            Non monsieur, l’Europe a été créé pour les riches si non demandez aux « Conti » ce qu’ils en pensent ? Délocalisation quand tu nous tient

            le niveau des salaires vers le bas c’est dans la bible de l’UE

            Plein le cul de payer pour des vendus aux lobbys


            • Pere Plexe Pere Plexe 6 mars 15:06

              C’est marrant cette manie de faire croire que hors UE point de salut, point de coopération, point de paix.

              La Suisse ou l’Islande( sans doute le RU) ne sont pas de cette UE., pour autant sommes nous en guerre ?La France n’a t elle pas connu de conflits armés ses 30 dernières années ?

              N’avons nous aucun projet, aucun accord, aucune participation, aucun échange avec des pays hors UE ?

              Viennent ensuite les poncifs sur les valeurs supposée de cet UE, sur son projet(?).

              Mais ou étaient elle ces valeurs quand la Grèce était dans la difficulté ?

              Où sont elles quand l’UE interdit la préférence communautaire ? qu’elle exige le libre accès de ses entreprises, de ses terres, de ses infrastuctures aux zuniens ou aux chinois ? quel est le poids de sa diplomatie inféodée aux USA ? quel est son crédit ?


              • banban 6 mars 16:00

                Les français de l à génération post 80 on été nourrie au catéchisme pro-européen’. Paix et amour, union des peuples, fin des guerre barbare... l’europe C’est le retour jesus en plus moderne et plus sexy. Puis on se réveille et on s’apperçoit Que le curé est un pedophile, que le cardinale organise des orgie avec les dénier du culte et que tout ces bon sentiments c’est de l.enrobage pour lavage de cerveaux à moutons bien soumis. Toue ces bonne actions n’on pour seul but ; trouvé des débouchés au capitale. Pognon pognon pognon. ( enfin uniquement pour ce qui en on déjà plein) A 15 ans moi aussi j’etais Pro européen. Maintenant je suis un vieux con, et je suis moins perméable à la propagande. Erasmus ,Les jolie route construite dans le fin font de la Moldavie ect.... et tte ces petite bonne action qui pourrais très très bien exister sans ce « machin », sont là pour cacher les innombrables saloperie que l’on nous colle en douce.


                • Pascal L 6 mars 16:13

                  Comme chef d’entreprise, j’ai participé à un speed dating Européen dont le but était d’associer des entreprises et des laboratoires provenant de divers pays européens et d’affecter aux groupements ainsi constitués des fonds de recherche. Je ne me suis jamais senti aussi humilié que ce jour-là. A aucun moment je n’ai rencontré quelqu’un qui essayait d’évaluer la technologie que développait mon entreprise pour établir une convergence, alors que cela me semblait être la base de ce genre de discussions. La seule préoccupation de tous était de récupérer un maximum de fonds européens en suivant des critères purement bureaucratiques. Intervenait alors, le chiffre d’affaire, la nationalité (les fonds variaient suivant l’implication des pays).. Aucun des grands groupes industriels présents n’avait l’intention de jouer le jeu. Ils étaient à la recherche des entreprises qui pouvaient leur faire de l’ombre et ont les moyens de tricher à grande échelle. Il leur est facile d’attribuer aux projets de recherche les dépassements des projets commerciaux, ce qui fait quel leurs contributions aux projets communautaires sont souvent plutôt légères, compensées par une grande rigueur dans les dossiers administratifs. On peut toujours arguer que l’on a cherché mais pas trouvé ! Combien de fois ai-je entendu cette excuse ? Quand aux lagos de recherche, ils ne draguaient que les grands groupes pour leur permettre d’atteindre un niveau significatif de subventions.


                  • JPCiron JPCiron 7 mars 11:40

                    @Pascal L

                    Je crois que le probleme de fond n’est pas le fait qu’il y a plein de profiteurs et d’opportunistes dans le monde : il y en aura toujours. Le problème, je pense est lié au fait que nous sommes globalement incapables, jusqu’à présent, à mettre en place une structure qui empêche ce genre de parasites de proliférer. Pour ce faire, il faudrait intervenir très en amont, dans la définition des règles. Les parasites sont toujours très actifs dès ce niveau là. Les interfaces de nos États sont déjà « travaillés » dès avant d’intervenir sur ces sujets.


                  • cétacose2 6 mars 18:10

                    L’UE est avant tout le sanctuaire ou se concentre un nombre impressionnant de parasites inutiles bénéficiant de privilèges exorbitants au même titre que le CERN à Genève qui est un centre de recherche européen ou plutôt ( de loisirs ) qui coute aux pauvres européens...la peau des fesses (car je connais bien la maison )


                    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 6 mars 20:52

                      @cétacose2

                      C’est ce même centre de loisir qui te permet de poster sur le web. Le web, un des nombreux rejetons de la recherche fondamentale.
                      Apparemment je connais mieux que toi le CERN puisque je viens de leur prêter mes deux machines à raclette qu’il n’ont pas le budget pour se payer.


                    • JPCiron JPCiron 6 mars 20:37

                      L’Europe, on s’en méfie. On n’a pas tort : les lobbies de toutes sortes travaillent à fond pour leurs propres intérêts. Beaucoup ont des intérêts qui nous sont étrangers. Et en face, il y a des gens de bonne volonté qui font de leur mieux dans les cases où ils travaillent. Les lobbies, eux, travaillent sur la forme des čases, ce qu’elles font (et ne font pas), comment elles s’articulent entre elles, et quelles sont leurs règles de fonctionnement. Ça, c’est une chose. Et il y a à redire et à refaire. Mais qui travaille là-dessus ? . Autre chose est la nécessité d’une Europe unie, si l’on veut espérer ne pas être trop dépendants des autres. Le plus gros et celui qui a les plus gros bras, c’est l’ogre Américain. Ce qui intéresse les « gros », c’est une Europe divisée en États nationaux autonomes. Ou à défaut, faire face à une Europe qui suive les règles qui leur conviennent. Les lobbies sont là pour ce faire. Quand il n’y aura plus de marche européen, la Suisse sera au même niveau que les autres États : une proie à dépecer. Pas d’Europe unie, signifie un grouillat dEtats nationaux plus faibles, qui s’offrent pour être consommés. . Avec la croissance des sentiments nationalistes en Europe, c’est notre futur le plus probable. Croyant empoigner notre indépendance nationale, nous deviendrons des protectorats du Puissant étranger. Car nous obéirons à leurs règles, consommerons les produits élaborés avec leurs propres règles, et passerons totalement sous leur protection et domination. . La chance pour l’Europe serait que deux États procèdent progressivement à une quasi unification, devenant comme deux régions d’un nouveau pays (Qu’ils pourraient appeler EUROPA...). Par exemple, Allemagne et Hollande. Ensuite, les pays qui voudraient devenir une région de Europa devraient s’adapter aux règles existantes.... et ainsi d e suite. Europa pourrait ainsi récupérer ceux qui veulent avoir un poids dans le monde, en perdant un peu de leur indépendance nationale. Concept qui ne pourra prosperer que pour les Entités puissantes. . Mais on finira plus probablement comme un grouillât de protectorats, pour ne pas dire colonies. Chacun son tour..... .


                      • baldis30 6 mars 21:56

                        Un petit exemple sur la solidarité vue de l’Europe ...

                         le 3 octobre 1988 une ville est dévastée par des inondations . les producteurs de pommes locaux se mettent à distribuer gratuitement leur production invendable

                         INTERDIT ! par l’Europe parce qu’il n’a avait pas de facture avec TVA et autres joyeusetés ...

                         Alors l’Europe de merde dont j’ai eu après la même appréciation sur l’étude de problèmes graves par un groupe composé d’universités, de grandes écoles et d’industriels ... projet solide SABOTE ... SABOTE SABOTE ....

                        Alors les c.... de l’Europe dehors .... et j’en ai d’autres .... même pas capable de prendre une décision intelligente sur les nécessités d’une liaison ferroviaire supplémentaire entre France et Italie .... et on va au plantage parce qu’un soi-disant européen, commissaire d’icelle au demeurant croit que sa ville est le centre du monde ..... et l’Europe a laissé faire .... une connerie géologique MONUMENTALE alors qu’il y avait mieux pour moins cher et plus efficace et rapide ....

                         L’Europe est une escroquerie bancaire !


                        • JPCiron JPCiron 7 mars 11:49

                          @baldis30

                          Les producteurs de pommes sont-ils jamais intervenus pour définir les règles de ce qui est permis et de ce qui est interdit ? Nos élus sont-ils itervenus au nom des intérêts des producteurs de pommes, directement ou indirectement, pour définir les règles ?

                          Avons-nous réélu ceux qui n’ont pas été capables de défendre nos intérêts ? Pour répondre à cette question, voyons les statistiques d’ancienneté de nos élus au Sénat, par exemple.

                          L’Europe est un OUTIL. Pendant que l’on critique, d’autres construisent des carcans dans lesqûels nous devrons vivre... et nous lamenter.


                        • baldis30 7 mars 15:15

                          @JPCiron
                           tout ce que j’ai vu de saboté par l’Europe serait long à décrire ...pour certaines raisons je ne peux le dire en public ...
                          mais la facture sera TRES salée dans quelques temps ......
                           L’Europe est une escroquerie bancaire ....
                          Allez en parler aux chypriotes, aux grecs ou mêmes aux italiens ( mafias exclues car elles ont compris la façon d s’en servir et de se servir)  smiley


                        • JPCiron JPCiron 7 mars 15:34

                          @baldis30

                          Une énorme bourde a sans doute été de passer directement a la monnaie unique au lieu d’une monnaie commune.

                          Ensuite, je veux bien vous croire. Des escrocs et des mafias-lobbies il y en a sûrement.
                          .
                          Mais le sujet que vous évoquez est intéressant. Si vous avez des Articles sur ce sujet, je prends...

                          .




                          • JPCiron JPCiron 7 mars 12:10

                            @Dom66

                            Ils sont quand même gonflés les cocos...

                            Mais n’est-ce pas un signe : ces gens ont l’habitude de leur puissance de « conviction ».

                            Mais, on ne sait faire que des pétitions à posteriori.

                            Ou est la structure qui aurait dû les envoyer dans les cordes dès la présentation de leur projet ?


                          • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 7 mars 04:40
                            J’ai participé à un programme d’aide de l’Union européenne

                            Donc vous avez participé à un programme d’aide financé à 100% par la France. Vous pouvez remercier vos compatriotes, l’UE n’y est pour rien et surtout elle ne produit rien ! Par contre elle coûte un pognon de dingue !

                            Le projet en question s’intitule Card4all, Your city in your pocket ! 

                            Je reconnais cette langue, c’est de l’européen.

                            Désolé, j’ai pas pu lire la suite. Fatigué d’entendre toujours ces mêmes idioties éculées sur notre servitude européenne qui est géniale et que toute la planète nous envie.

                            Je voterai FREXIT aux prochaines élections même si M. Porte-Avions est détestable et a un sacré problème avec son égo.


                            • sleeping-zombie 7 mars 08:14

                              Hello,

                              On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.

                              C’est bien connu :

                              l’Europe a inventé le capitalisme, avant on ne licenciait pas.

                              l’Europe a inventé l’appat du gain, avant tout était gratuit

                              l’Europe a inventé les ghettos sociaux, avant quand un pauvre tapait à la porte d’un riche, il y avait toujours une place a table pour lui.

                              l’Europe a inventé l’impuissance étatique, avant quand on voulait conquérir le monde. hmmm...

                              l’Europe a inventé l’impuissance sexuelle, avant... hmmm...

                              Bref.

                              Ce que je reprocherai le plus à l’UE, c’est son illisibilité. Ca alimente tous les fantasmes. Et le fait que ce soit un outil de technocrate pour technocrate (moins d’un fonctionnaire pour 10 000 habitants).

                              Ah, et aussi sa visible incapacité à organiser un caisse de retraite européenne, une sécu européenne, une police européenne etc.. mais, là aussi, on ne fait pas boire un ane qui n’a pas soif.

                              Mais j’aime bien cet article, il change du misérabilisme et du militantisme tellement aveugle qu’il en devient risible qu’on rencontre trop souvent. merci :)


                              • keiser keiser 7 mars 08:17

                                Je suis issu d’un peuple qui a donné naissance à Voltaire

                                Voltaire qui disait : « Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui et le gouverne »

                                Alors peut être que le peuple aurait mieux fait de prendre la pilule. smiley


                                • JPCiron JPCiron 7 mars 12:18

                                  @keiser

                                  Se castrer volontairement, afin que les dominants n’aient personne à dominer, c’est du suicide social.

                                  C’est douloureux, et c’est un choix que l’on s’inflige. C’est une réaction de dominé.

                                  On pourrait tout aussi bien réfléchir à un moyen de mettre en place des gens qui nous représentent, ainsi qu’une structure qui les contrôle et nous informe. Par exemple.


                                • keiser keiser 7 mars 19:17

                                  @JPCiron

                                  J’ai juste rebondi sur une phrase qui me paraissait légèrement déplacée en regard du contexte. 
                                  Voltaire ne représentait pas vraiment un idéal de société.
                                  Même Marat qui n’était pas un tendre, était offusqué par l’entrée de Voltaire au Panthéon.
                                  Il le qualifiait de cireur de bottes des puissants (en étant poli ).
                                  Alors et avant d’asséner ce genre d’affirmation, je conseille à l’auteur de réviser ses classiques.

                                  Voila Monsieur JPCiron.
                                  Après... libre à vous de faire une analyse de la matière.
                                  Mais je ne vois pas le rapport avec une réaction de dominé.
                                  On pourrait même dire que c’est exactement le contraire. smiley


                                • JPCiron JPCiron 7 mars 19:50

                                  @keiser

                                  Bonjour keiser,

                                  Dans mon cas, la pilule serait sans effet. Aussi, j’ai « adapté » vos propos...

                                  Il est vrai, comme vous le notez justement, que chacun voit les événements à sa porte.

                                  Pour moi, Voltaire était bien à sa place au Panthéon. Comme d’autres, il n’était pas parfait. Mais qui sommes-nous pour juger ?

                                   smiley


                                • keiser keiser 7 mars 21:26

                                  @JPCiron

                                  Je n’ai toujours pas bien compris ton analyse et le rapport avec l’adaptation de la castration.
                                  Mais comme tu le dis, chacun voit midi à sa porte.
                                  Sauf qu’avec le changement d’heure, avec en plus deux heures d’avance sur le soleil.
                                  Je crois que l’on est pas prêt à se mettre d’accord.
                                  C’est bien dommage mais c’est comme cela..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Laconique

Laconique
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès