• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’aime les livres...

J’aime les livres...

JPEG

J'aime les livres... j'aime sentir, sous mes doigts, les pages légères, fines, soyeuses de l'ouvrage... j'aime la douce odeur de la feuille de papier et de l'encre imprimée...

J'aime saisir, capturer, tenir entre mes mains le livre... Fermé, le livre nous attire, nous invite à l'ouvrir, le découvrir : il nous fait signe et nous appelle... Fermé, le livre nous séduit par ses formes, ses replis de pages secrets.

Ouvert, il nous offre tout un monde, tout un univers, des images, des mots, des mystères, une harmonie incroyable et unique de sonorités, de couleurs...

Les pages blanches de lys déroulent leurs lettres sombres et secrètes... Les pages blanches de neige nous entraînent, peu à peu, vers des personnages inconnus et proches à la fois, des élans, des sentiments, des aventures, des idées nouvelles.

Des paysages se dessinent sous nos yeux, plus beaux encore, plus éblouissants, plus intenses que dans la réalité... le Parthénon d' Athènes au soleil levant, un ciel de neige, un champ de pommiers en fleurs, un paysage marin aux voiles alanguies...

Une vie nouvelle se révèle à nous.

Emporté par les mots, les phrases, on oublie tout, le monde s'efface, s'atténue, s'adoucit, disparaît.

Le monde devient léger, on perçoit d'autres lieux, d'autres temps, des personnages obscurs, ténébreux, etonnants, étincelants parfois.

On se laisse bercer par le plaisir, le bonheur des mots et des phrases, leurs sonorités douces ou plus rudes, la musique, la poésie des mots !

" Au milieu du grand silence et dans le désert de l'avenue, les voitures montaient vers Paris, avec les cahots rythmés de leurs roues. dont les échos battaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes...." Et nous voilà plongés dans l'univers sombre d'une nuit parisienne au 19ème siècle.

Le livre devient un tourbillon qui nous entraîne, de mots en mots, de phrases en phrases. Des images s'impriment en nous, des êtres, des rêves de bonheur, des peurs, des angoisses, des joies...

Le livre nous saisit, nous prend, alors, nous captive, nous subjugue.

Un personnage apparaît, on ignore son nom, on ne sait d'où il vient... et nous voilà saisis par le sort et l'histoire de cet inconnu... et nous voilà emportés avec lui vers Paris.... un vertige de couleurs et de formes nous éblouit, des jeux d'ombres et de lumières, un clair-obscur subtil, dans la splendeur de la nuit.

D'autres personnages surgissent de la nuit, pleins de mystères, d'éclats de générosité ou de haine... D'autres horizons surprenants nous parviennent soudain... un monde rempli d'éblouissements...

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/11/on-se-laisse-bercer-par-le-plaisir-le-bonheur-des-mots.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 12 avril 2018 19:09

    Bonsoir, Rosemar

    J’avoue avoir été surpris par le cliché des « pages blanches comme lys », mais pourquoi pas ? après tout chacun son style...

    Mais vous écrivez ensuite « Des paysages se dessinent sous nos yeux, plus beaux encore, plus éblouissants, plus intenses que dans la réalité... le Parthénon d’ Athènes au soleil levant, un ciel de neige, un champ de pommiers en fleurs, un paysage marin aux voiles alanguies », avant d’enchaîner avec « le monde devient léger » !!!

    Et là, je bondis ! Car la littérature, ce n’est pas que le bonheur exprimé en mots, c’est aussi la tragédie, les trahisons ignobles, les témoignages sordides, les massacres d’innocents... Et là, le nez plongé dans les pages d’un livre de ce genre, ce n’est pas en rose que l’on voit la vie, mais en rouge sang. Avec parfois des insomnies à la clé tant notre esprit a été remué, pris à partie, et parfois en défaut d’indifférence...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 19:22

      @Fergus

      Mon premier La Pléiade, je voulais du puissant : les Démons de Dostoîevski.

    • rosemar rosemar 12 avril 2018 20:50

      @Fergus

      J’évoque aussi « des peurs, des angoisses », des tourments... 
      Il faut lire au delà des premières phrases... !

      Bonne soirée


    • Fergus Fergus 13 avril 2018 09:14

      Bonjour, rosemar

      « J’évoque aussi « des peurs, des angoisses », des tourments »

      Oui, mais d’une façon si ténue, si furtive, relativement au climat de béatitude dans lequel baigne votre vision de la littérature, que l’on viendrait presque à imaginer les adjectifs qui manquent : « douces peurs », « délicieuses angoisses », « merveilleux tourments »smiley


    • Fergus Fergus 13 avril 2018 11:44

      Bonjour, cassini

      Le fait est que la « pétole » n’est enthousiasmante ni pour le marin ni pour l’observateur. smiley


    • rosemar rosemar 13 avril 2018 12:49

      @cassini

      Quel prosaïsme ! 


      C’est pour moi une sorte de réminiscence littéraire :

      « Je vois un port rempli de voiles et de mâts
      Encor tout fatigués par la vague marine... »

    • rosemar rosemar 13 avril 2018 12:49

      @Fergus


      J’insiste surtout sur l’effet magique de la lecture...

    • ZenZoe ZenZoe 13 avril 2018 14:40

      @Fergus
      Rosemar croit savoir que l’art et la littérature doivent refléter la réalité visible, mais juste les beaux côtés.
      Rosemar ne sait pas que l’art et la littérature reflètent l’âme humaine. La beauté n’a rien à faire là-dedans.

      Rosemar ne sait pas que l’art, ce n’est pas un tableau d’un champ de pommiers, mais l’émotion ressentie par le peintre en face du champ de pommiers, et peut aboutir à une toute autre image.
      C’est subtil, je sais, pas sûr que Rosemar saisisse la nuance smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 19:19

      A 18 ans, je voulais mon La Pléiade. entre une robe et un livre (argent de poche limité), je n’ai pas hésité. La douceur de la page qui se tourne telle de la soie dans un lit parfumé.. Par la suite, je me suis tournée vers l’édition originale, à la mesure des mes moyens. ou les premières éditions en fonction des dates, Puis les éditions illustrés par les meilleurs. Mes préférences (non ce n’ust pas du Julien clerc) : Editions Plain Champ, Albert Skira, José Corti et surtout Fata Morgana. Les autres sont connues,...Polar : acte Sud.


      • rosemar rosemar 12 avril 2018 20:52

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Certains livres sont aussi des oeuvres d’art : reliure, illustrations...

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 21:34

        @rosemar

        Oui, je pensais même suivre des cours de reliure, mais comme dit le proverbe : qui trop embrasse.... Ce tableau devrait vous plaire.http://www.catherinealexandre.com/

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 21:35

        Ce n’est pas passé comme je l’espérais, mais un tableau représente un couple dans un « lit » vre.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 21:56

        @cassini

        Et non mon cher. J’ai surtout réussi à garder mes hommes, grâce à mes lectures... Le sexe sans échanges, les hommes se lassent assez vite. Assez parlé, baissé culotte,...

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 22:00

        Assez parler, baisser culotte.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 19:27

        Si ’j’avais le temps, je posterais, les premières lignes de Modiano. La Place de l’Etoile et la description du tir au pigeon sur les caroussels tournoyants,...


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 19:31

          D’autres personnages surgissent de la nuit, pleins de mystères, d’éclats de générosité ou de haine... D’autres horizons surprenants nous parviennent soudain... un monde rempli d’éblouissements...


          Eh oui, les plus belles roses poussent sur du fumier. autrement vous restez au stade d’une belle aquarelle vaporeuse. J’exclus Turner des aquarellistes qui avait réussi à en faire du grandiose sans la mièvrerie.

          • covadonga*722 covadonga*722 12 avril 2018 20:08

             La guerre pour la bourgeoisie c’était déjà bien fumier, mais la guerre maintenant pour les Juifs ! Je peux pas trouver d’adjectifs qui soient vraiment assez glaireux, assez myriakilogrammiques en chiasse, en carie de charogne verdoyeuse pour vous représenter ce que cela signifie : Une guerre pour la joie des Juifs ! C est vraiment bouffer leur gangrène, leurs pires bubons. Je peux pas imaginer une humiliation qui soye pire que de se faire crever pour les youtres, je ne vois rien de plus ignoble, de plus infamant C’est pas la question que de mourir, c’est la question d’être le plus bas, le plus en retard, le plus con têtard qu’on aura jamais foutriqué sous la calotte de tous les cieux… Que veulent-ils les Juifs ? par derrière leur baragouin socialistico-communiste ? Leur carnaval démagogique ?


            LF C 

            ya pas les livres c’est un monde rempli d’éblouissement 

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 avril 2018 20:17

              @covadonga*722

              Bonsoir.C’est tiré de « Bagatelles pour un massacre » ?


            • rosemar rosemar 12 avril 2018 20:55

              @covadonga*722

              Voilà un exemple de livre à ne pas lire... antisémitisme, insultes...

            • Cadoudal Cadoudal 12 avril 2018 21:11

              @rosemar
              Moi je suis un vrai rebelle, je lis Cambadellis :

              http://www.bfmtv.com/politique/jean-christophe-cambadelis-a-vendu-326-exemplaires-de-son-livre-920538.html

              Cova il ne lit que des classiques, peut-être qu’il attache plus d’importance au style qu’a la profondeur analytique... lol...


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 avril 2018 21:26

              @rosemar Bonsoir. Il n’empêche que Céline a foutu une grande claque a la littérature française du 20e siècle.


            • Cadoudal Cadoudal 12 avril 2018 21:37

              @Aita Pea Pea
              Et Cambadellis une grande claque au PS....


            • covadonga*722 covadonga*722 12 avril 2018 21:45

              @rosemar
              pourquoi c’est vous qui écrivez 

               D’autres horizons surprenants nous parviennent soudain... un monde rempli d’éblouissements...


              et pourquoi a ne pas lire , vous partez du postulat que seuls des gens « éclairés »
              comme vous peuvent faire le tri chez Céline ?

              Voila un exemple de livre a ne pas lire et c’est des gens comme vous qui décideraient pour des gens comme moi .Dans vos rêves madame dans vos rêves plutôt crever 
              Deux choses me rongent les entrailles me demande si les leçons de beau de vrai de bon que je me suis pris toute ma vie dans la gueule par des gens comme vous ne décuplent pas la haine de ces douleurs ..

            • covadonga*722 covadonga*722 12 avril 2018 22:09

              @Cadoudal
               plus d’importance au style qu’a la profondeur analytique.


              yep , comme dis le vieux proverbe Noroit 

              dans le doute ? cogne ,cogne encore ..

            • ZenZoe ZenZoe 13 avril 2018 10:28

              @covadonga*722
              Impressionnant ! Je n’ai pas lu le livre d’où vous tirez l’extrait (Bagatelles ?), mais je reconnais immédiatement le style, unique, percutant, grouillant de vers de l’immense Céline. Chapeau !


            • covadonga*722 covadonga*722 13 avril 2018 12:26

              @ZenZoe
              Je n’ai pas lu le livre 


              bonjour , la dame censeur vous diras que c’est bien , elle seule et ses pareils peuvent decider si vous avez la capacité de lire ce texte avec suffisamment de distance ..

            • rosemar rosemar 13 avril 2018 12:46

              @ZenZoe

              Et vous êtes sensible, bien sûr, au message antisémite !

            • ZenZoe ZenZoe 13 avril 2018 16:51

              @rosemar
              Et vous êtes sensible, bien sûr, au message antisémite !

              Pourquoi « bien sûr » ? Vous ne savez pas faire la différence entre le fond et la forme, le style et le contenu ? Vous êtes décidément obtuse, ou sournoise, ou les deux.


            • mmbbb 15 avril 2018 07:50

              @covadonga*722 elle aurait sa place au Saint Office afin de mettre certains ouvrages a l index Quant aux personalites juives elles sont toutes gentille BHL Attali Con Bendit et la banque caritative Golman Sachs


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 21:37

              Merci, les loups sortent du bois. Céline, je n’y suis toujours pas arrivée. Ma limite. 


              • rosemar rosemar 12 avril 2018 22:23

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Ma limite, aussi... Mais tout de même, Le voyage au bout de la nuit : un chef d’oeuvre...

              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 avril 2018 22:31

                @rosemar Mort a crédit aussi.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 avril 2018 22:35

                @rosemar Lire Philippe Murray et son « Céline » .


              • Agafia Agafia 13 avril 2018 11:34

                @Aita Pea Pea

                Il est même beaucoup plus célinien que Voyage... Céline s’est totalement lâché dans le deuxième niveau style alors qu’il avait encore des freins pour son premier.

              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 avril 2018 11:37

                @rosemar


                A lire peut-être au seuil de ma mort,...

              • rosemar rosemar 13 avril 2018 12:55

                @Aita Pea Pea

                MERCI pour cette référence...

              • covadonga*722 covadonga*722 12 avril 2018 21:48

                « Ma limite »


                étonnant à vous lire on se prend a penser que c’est la un terme inconnu de vous ....

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 21:53

                  @covadonga*722

                  Ce qui prouve que vous ne lisez pas mes commentaire sur Rosemar où j’insiste LOURDEMENT sur l’importance des bases, de l’architecture, du ciment et des briques dans l’apprentissage. Manifestement, nous ne parlons pas des mêmes choses,...

                • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 13 avril 2018 12:33

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                  LOURDEMENT ? un euphèmisme ....

                  Casseburnément convient beaucoup mieux à votre logorrhée hystérique smiley

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 avril 2018 12:41

                  @Sharpshooter - Snoopy86

                  Vous déshonnorez Snoopy qui mérite bien mieux que vous ;


                  • Fergus Fergus 13 avril 2018 16:23

                    @ rosemar

                    Tant mieux, en effet !

                    Personnellement, ce qui me désole le plus, c’est l’absence des adolescents dans les bibliothèques publiques où, pourtant, ils auraient accès à nombre de livres de genres différents. C’est d’autant plus dommage que les plus petits, emmenés par leurs parents et surtout par leurs enseignants, y sont plus nombreux avant d’en « oublier » le chemin au profit des jeux vidéos.

                    Parmi les livres qui m’ont le plus emballé lorsque j’étais gamin figurent quelques classiques, genre « Les trois mousquetaires » ou « David Copperfield », mais aussi un livre dont je me souviens encore : « Zora la rouquine ». D’autres « anciens » doivent s’en souvenir aussi.


                  • Cadoudal Cadoudal 13 avril 2018 16:55

                    @Fergus
                    On ne peut pas militer pour l’enrichissement culturel et souhaiter le contraire, un jour il vous faudra choisir...

                    Denis Merklen, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?
                    https://journals.openedition.org/lectures/14102

                    "Un des résultats forts de notre enquête est de montrer que les ressorts de la radicalité religieuse sont d’abord culturels. Les facteurs socio-économiques jouent très peu." Le sociologue Olivier Galland a mené une enquête sur la #radicalité des jeunes.#sociologie
                    https://twitter.com/franceculture/status/984491341718654976?ref_src=twsrc%5Etfw

                    France Culture, c’est pas le repaire habituel des déplorables de la fachosphère, alors si même eux commencent à ouvrir les yeux...

                    Dormez bien, pensez printemps et merci pour tout...

                    https://francais.rt.com/france/46764-accuse-pour-ses-preches-radicaux-imam-brest-recoit-diplome-universitaire


                  • Montdragon Montdragon 13 avril 2018 13:34

                    Je constate Rosemar qu’en défendant les livres vous défendez surtout votre pré carré de prof gaucho qui a toute autorité sur le Bon et le Bien.
                    On ne peut être le cul entre deux chaises à réclamer de la littérature partout puis à interdire certains ouvrages.
                    Je sent le point Godwin arriver à grands pas, ne vous faites pas une Torquemada en pantoufles et chaussons aux pommes.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 avril 2018 13:49

                      Je me souviens d’un prof qui parlait d’une énorme capsule blindée qui protégerait les oeuvres d’art en cas de Fin du monde. Existe-elle encore ? C’est surtout à mes livres que je pense. Ce sont mes enfants,...légués au futur,...


                      • Emin Bernar Emin Bernar 13 avril 2018 14:41

                        n’ oubliez pas Julien Gracq !

                        lisez Familiarité du livre sur le site des Editions José Corti ...

                        • Macondo Macondo 13 avril 2018 15:48

                          Bonjour. « Je croyais à son corps, je ne croyais pas à son esprit » ... Pour démontrer qu’il en faut peu, lisant le dit voyage, pour s’ouvrir à des galaxies de pensées. Profondes, vierges, libres ...


                          • L'enfoiré L’enfoiré 13 avril 2018 16:44

                            Bonjour rosemar,

                             Encore une fois, je vais devoir m’opposer quelque peu à votre manière de lire. smiley
                             Lire sur écran, je l’ai fait depuis tellement d’années que je n’éprouve plus ces sentiments que vous exprimez.
                             Dans le monde du numérique, même les documentations techniques étaient disponibles sur écrans et sur internet.
                             Ce qui veut dire que si on voulait l’avoir sur papier, il fallait l’imprimer.
                             S’adapter à cette nouvelle manière de s’informer, c’est ce qu’on dû faire tous les journaux.
                             Tous les livres sont quasiment disponibles en version électronique et payante mais à prix plus réduits. 
                             Le livre papier reste cher et parfois même très cher si on prend les versions originales en grands formats, pressé de ne pas attendre la version en livre de poche, qui ont l’avantage d’être aussi plus transportables. 
                             Je suis très conservateur. Cela veut dire que ma bibliothèque en livre papier est pleine.
                             Sans suivre Mandragon, je n’ai aucune peine à fixer votre âge qui n’a pas encore organisé la mutation.
                             Les livres papier ont encore un avenir, mais... ils n’ont pas le côté pratique de la connexion avec les dernières mises à jour au moment de leur sortie.
                             « Au chevet du livre », vous en apprendra peut-être plus. smiley
                             


                            • McGurk McGurk 14 avril 2018 11:49

                              * « J’aime les livres »

                              C’est sûr qu’étant professeur, si vous nous aviez dit que vous préfériez un bon porno ça aurait fait bizarre smiley .

                              Moi je préfère les journaux papiers, je m’ennuie moins que dans les romans. Ou alors des livres pratiques.


                              • DkleinePrinz DkleinePrinz 15 avril 2018 20:11

                                Comme le dit StEx dans Citadelle (1948)

                                «  »Ne confonds point l’amour avec le délire de la possession, lequel apporte les pires souffrances. Car au contraire de l’opinion commune, l’amour ne fait point souffrir.«  »


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 avril 2018 12:29

                                  Désolé, mais les livres viennent directement des arbres et si nous voulons nous imprégner réellement de l’essence du contenu, il doit passer par le toucher des mains et le passage de gauche (la mère) à droite (le père) ou l’inverse, de la « feuille » qui tomba au moment de l’abatt« âge ». que de symbolismes dans les reliures. http://www2.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/partenaires/AIDEMUSEES /glossaire-reliure.htm. Je retiendrai celui-ci :Singalette : Mousseline de coton à contexture trés claire dont on fait de la gaze hydrophile qui, trés apprêtée, est utilisée en couture notamment pour préparer les patrons. (Wikipédia). IL s’agit bien de tisser les mots qui s’entrelacent avec les maux. Sur l’écran des tablettes, les mots défilent et ne tissent que du vent. Vite oublié,...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès