• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Jean-Claude Michéa : Qui commence par Kouchner finit toujours par Macron (...)

Jean-Claude Michéa : Qui commence par Kouchner finit toujours par Macron !

On ne présente plus l’inclassable Jean-Claude Michéa, professeur de philosophie (agrégé !) à la retraite et intervenant régulier sur France-Culture. Son dernier essai , « Le loup dans la bergerie », est un rappel du réquisitoire dénonçant l’abandon des classes populaires par la gauche de gouvernement, au profit d’une partie des classes moyennes aisées. Avant, la gauche c’était le parti des prolos, aujourd’hui c’est celui des bobos.

Kouchner qui engendra Macron par la suite est l’exemple-type de l’ancien gauchiste bon teint converti au libéralisme économique le plus féroce. Un parti socialiste, en fait « parti sociétal », qui ne parle plus qu’aux minorités ethniques et culturelles : antiracisme, lutte contre les « discriminations », discours anti-sécuritaire, qui ont pris le pas sur l’aspiration à la justice sociale et la redistribution des richesses.

Michéa est plus que jamais « orwellien », et rappelle cette « common decency » (ou « morale commune du peuple ») qui associe le monde travail à des valeurs de respect et de morale civique. La crise des gilets jaunes lui donne encore une fois raison : le petit peuple veut travailler et vivre des fruits de ses efforts. L’assistanat et les droits des « minorités » en tous genres, ce n’est pas sa tasse de thé. Le prolo aime le travail bien fait, le football, la bonne bouffe et les belles femmes. L’univers du bobo héritier des valeurs comparables à celle du romain au moment de la chute de l’empire, ce n’est pas celui de la gauche ouvrière.

On peut toutefois nuancer le discours de Michéa. La « gauche libérale » a mis en place les 35h, le retour à la retraite à 60 ans pour les carrières longues. Une partie de ses cadres est encore keynésienne. Mais la réalité est là : depuis les années 1980, elle a abandonné le socialisme, suivant l’échec d’un communisme stalinien à l’est et sans chercher des alternatives à l’économie de marché.

Les détracteurs de Michéa ironisent sur son succès auprès les lecteurs de « Valeurs actuelles », en oubliant que ces derniers sont thatchériens dans l’âme, donc à l’opposé des convictions économiques du philosophe. En fait, le litige idéologique concerne la sécurité, l’immigration et les valeurs sociétales. Il faut rappeler qu’il a quelques décennies, un consensus existait sur ces questions, à l’instar du discours de Georges Marchais à Montigny-les-Cormeilles en 1981 :

Sur ces questions de « culture », on oublie facilement les déterminismes qui peuvent pousser des pays comme la Pologne et la Hongrie à défendre leur identité : l’importance de la religion chrétienne notamment. En France, laicité et capitalisme ont toujours fait bon ménage, puisque l’un autorise l’autre si le premier n’est pas associé au progrès social. Michéa le rappelle avec raison, libéralisme économique, loi de la jungle et déréglementations vont avec le culturel. Qui connait des ouvriers qui militent au PS ou à LREM ? Avez-vous vu autre chose que des bobos distribuer des tracts pour ces partis ? Combien d’anciens gauchistes sont désormais des hussards du capitalisme triomphant ? Autant de vérités rappelées par Michéa, dont les analyses font mouche, plus que jamais.

« Le loup dans la bergerie », Flammarion « Climats », 166 p. , 17 euros en librairire


Moyenne des avis sur cet article :  2.39/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    



    • kalachnikov kalachnikov 21 décembre 2018 22:05

      Me voilà édifié. Je croyais qu’un bobo, c’était justement le genre de mec hypocrite qui se la joue faux cool. Qui, par exemple, fout des tee-shirt à faucille & marteau mais est propriétaire petit bourgeois irl et préfère de façon altruiste couper son bois pour la Noël plutôt qu’aller se geler égoïstement les miches avec les prolos en lutte sur le rond-point d’à côté. Qui semble dénoncer l’Etat mais a passé sa life dans le larbinat, en tirant maintenant l’interêt, et bien sûr ayant open bar sur de dangereuses ondes révolutionnaires pour répandre la doxa insurrectionnelle sur la populace en manque d’homme providentiel.

      Orwellien, tu m’étonnes, le Jean-Claude. Même déguisement foutaque et attrape-benêts que le frangin lisière isf et parasite de toute une vie Mélenchon. Dix sacs sur le tapis que ça sort de la même Loge.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 décembre 2018 22:16

        @kalachnikov

        C’est qu’il coupe son bois qui te scie .


      • kalachnikov kalachnikov 21 décembre 2018 22:27

        @ Aita Pea Pea

        Ni dieu, ni maître. Allergie aux curés, même défroqués.


      • kalachnikov kalachnikov 21 décembre 2018 22:29

        @ Aita Pea Pea

        Apparatchik, datcha, nomenklatura, intelligentsia...


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 décembre 2018 22:40

        @kalachnikov

        Da Da Da ...mais « L’empire du moindre mal » vaut le coup d’être lu . Bonne nuit.



      • Attila Attila 21 décembre 2018 22:47

        @Aita Pea Pea
        Ouais ; . . et le complexe d’Orphée aussi.
        Après ça, le gars Michéa a le droit de rester couper son bois pour ne pas se geler les miches.

        .


      • Attila Attila 21 décembre 2018 23:47

        @Attila
        Lien vers une critique du livre de Jean-Claude Michéa : Le complexe d’Orphée, la gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès.
        "Jeunisme, sans-frontiérisme, béatitude néotechnologique, ringardisation des vieux et de la culture populaire, rien n’illustrerait mieux cette gauche que les postures des Inrockuptibles, de Libération ou du Grand journal de Canal+ qui célèbre la transgression publicitaire et la subversion subventionnée, et ridiculise un peuple aux nappes à carreaux et aux cheveux gras, mis en scène par les Deschiens et autres humoristes au conformisme prétendument « décalé ».
        Lien vers l’article

        .


      • Paul Leleu 22 décembre 2018 14:51

        @kalachnikov

        Michéa est un con mais Loo Reed c’est bien ???

        Je ne comprendrai jamais cette façon qu’ont les anarchistes de couler le moindre intellectuel intéressant en l’accusant d’être un apparatchik ou un bobo...

        et qui ensuite vont se jeter dans les bras de rock-stars américaines...

        Votre argumentation contre Michéa ressemble à l’argumentation d’Houria Bouteldja et des Indigènes contre les prolétaires français qu’elle accuse d’être des privilégiés racistes du côté des exploiteurs...


      • kalachnikov kalachnikov 22 décembre 2018 16:49

        @ Paul Leleu

        Si je vois bien, le leulisme, c’est une doctrine où le rock est verboten et la lecture des imposteurs obligatoires.

        Et Leleu ose un no apparatchik, no vélléité totalitaire.

        Sacré coco, va.

        Satellite of love


      • Paul Leleu 22 décembre 2018 15:04

        @ l’auteur

        Michéa n’est pas vraiment « inclassable »... c’est un intellectuel d’inspiration marxiste... jusqu’à la contre-révolution des années 70, sa pensée était extrêmement courante...

        depuis les anarchistes, les gauchistes, les trotskytes, les écologistes, les islamistes, les antisionistes et les individualistes ont détruit le mouvement communiste... et servi la soupe au Capital, avec cette équation totémique et religieuse « tout sauf l’URSS »...

        Le Capital a apprécié, et leur a offert les radios libres, Cohn-Bendit, Berlusconi et Jack Lang, le rock, le punk, la télé-poubelle et le rap pour déverser leur haine antisoviétique...

        Le but de substitution n’était plus le communisme mais la fin de l’URSS... On y est... et maintenant, chacun est satisfait... on continue à se faire exploiter, dominer, humilier et massacrer, mais avec cette satsfaction inestimable de savoir que l’URSS s’est pété la gueule...


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 décembre 2018 18:39

          Bon commentaire mais, à ceux-là vous devriez mettre des guillemets :

          « les anarchistes, les gauchistes, les trotskistes, les écologistes ».

          Et vous ne devriez pas les mettre dans le même sac que les suivants, qu’en trahissant leur idéal de gauche ils ont rejoint : les islamistes, les antisionistes et les individualistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès