• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Jean-Marc Governatori : l’Ecologie au Centre de la Réflexion (...)

Jean-Marc Governatori : l’Ecologie au Centre de la Réflexion Critique

JEAN-MARC GOVERNATORI :

L’ECOLOGIE AU CENTRE DE LA REFLEXION CRITIQUE

 

Jean-Marc Governatori De retour de la Cop 27 à Charm El-Cheikh (Egypte), où, privilégiant ses convictions et renonçant donc à l’avion, il s’est rendu en train et en bateau lors d’un aller-retour qui lui a pris deux semaines, Jean-Marc Governatori, élu niçois, copréside le premier parti écologiste français indépendant depuis les élections législatives de 2022 : « Ecologie au Centre », positionnement politique refusant, à juste titre, le clivage idéologique gauche/droite, qu’il considère, à l’évidence, comme trop étroit, manichéen, artificiel et, finalement, contreproductif, sinon inefficace, sur le plan de la réflexion philosophique comme de l’action politique.

 

UN INCLASSABLE MAIS SERIEUX ET PRAGMATIQUE ECOLOGISTE

Autant de raisons, au vu de cette pensée aussi constructive qu’originale, d’écouter plus attentivement, avec le sérieux qui convient en pareille circonstance, ce singulier mais réaliste écologiste, aussi pragmatique qu’inclassable, qui fut élu à deux reprises, en 1991 et 1996, meilleur gestionnaire, à l’échelon économique, financier et commercial, de France, avant, quelques décennies plus tard, de financer très méritoirement la liste des « Gilets Jaunes » aux Européennes de 2019 !

 

UN ARDENT DEFENSEUR DE LA CAUSE ANIMALE : CONTRE LA CORRIDA

Ainsi, par exemple, ce végétarien convaincu, ardent défenseur de la cause animale, est-il scandalisé qu'un débat parlementaire et ministériel soit encore nécessaire, aujourd’hui, pour abolir, lors de corridas aussi cruelles qu’inutiles, la torture à mort des taureaux.

 

LE « GRAND APAISEMENT » CONTRE LE « GRAND REMPLACEMENT »

De même, hostile à toute forme de racisme, de xénophobie ou de discrimination (bien que la problématique de l’immigration nécessite certes un sérieux débat de fond, au niveau national mais surtout international, comme le montre aujourd’hui, entre autres catastrophes humanitaires, le drame de l’Ocean Viking), a-t-il largement démontré que le prétendu « grand remplacement » dont parle Eric Zemmour n’est que le triste lot d’une invention purement politicienne et essentiellement partisane, seulement désireuse de récupérer pitoyablement ainsi, au prix de discours trop souvent démagogiques et en flirtant même parfois avec des thèses résolument fascisantes, les votes de l’extrême-droite.

D’où, pour Jean-Marc Governatori, en parfait accord là avec ses principes démocratiques, ses valeurs morales et, surtout, son inextinguible sens de l’humanisme, sa volonté de bâtir, au contraire, ce qu’il nomme joliment afin de pacifier la France, tout en aidant les classes sociales les plus défavorisées au sein de ses banlieues comme de ses quartiers les plus difficiles ou sensibles, « le grand apaisement » !

 

ECHANGES LOCAUX : POUR UNE ECONOMIE SAINE ET PROSPERE

Mieux et plus concrètement encore : Jean-Marc Governatori souhaite « potagériser », pour employer ici un néologisme parfaitement compréhensible, la France, en en faisant, contre la mondialisation outrancière aussi bien que le capitalisme sauvage, et en privilégiant ainsi le commerce équitable, un immense système, sous forme de réseaux maillés, d'échanges locaux !

En toute logique, et pour cela, il a démontré, incontestables preuves à l’appui, la pertinence comme la véracité des points suivants, cruciaux pour une économie prospère comme pour une société saine : plus de 90% des emplois reposent sur quatre matières premières bientôt en rupture de stock ; les fondamentaux écologistes n'impactent en aucun cas, lorsqu’ils sont gérés rationnellement, les finances publiques, et résolvent, au contraire, la plupart de nos gros problèmes actuels ; toutes les énergies utilisées ont des avantages aussi bien que des inconvénients ; les problèmes les plus graves de l’énergie nucléaire sont ses déchets accumulés inconsidérément, son coût encore trop onéreux, ses risques parfois imprévisibles, sa dépendance à l’uranium et son néfaste réchauffement des cours d'eau ; l’aberration de la voiture électrique à tout prix, fléau écologique et humain, d’autant que la problématique des transports en commun représente, chiffres à l’appui, 25% de la cause du chômage !

 

CRITIQUE DE L’ACTUEL DEFICIT FINANCIER DE LA FRANCE

Ainsi, Jean-Marc Governatori, esprit pragmatique et brillant économiste, stigmatise-t-il, à raison, le fait que, si l’on considère le budget France 2023, celui- ci se caractérise, hélas, par 500 milliards de dépenses, contre 350 milliards de recettes : un énorme gouffre financier, extrêmement préjudiciable pour le pays tout entier !

 

LA DROGUE : CAUSE MAJEURE DE DELINQUANCE ET DE CRIMINALITE

Enfin, sur un plan plus strictement sociétal, notamment dans son rapport à la jeunesse, Governatori est aussi le co-fondateur de la « Ligue nationale contre la drogue » dans la mesure où les drogues, qu’elles soient « douces » ou « fortes », représentent, selon lui, une cause majeure de délinquance et de criminalité. D’où la solution qu’il préconise pour endiguer, face aux dealers notamment, cet énorme, planétaire et mortifère fléau : assécher le marché en informant les jeunes, dès l'école, de l'impact désastreux, sur leur vie, de la drogue comme même, plus généralement, du tabac et de l'alcool.

 

 UNE ECOLOGIE CONTRE TOUTE CULPABILISATION DES CONSCIENCES

Conclusion donc, selon ce co-président d’ « Ecologie au Centre » ? Il la livre ici en forme de constat certes alarmant pour nos sociétés prétendument modernes, mais non, pour autant, sans espoir si l’on prend la peine, hommes et femmes de bonne volonté, de considérer, à sa juste valeur et dans sa dimension humaine, l’avenir du monde contemporain : il est urgent, sans pour autant jamais culpabiliser les consciences, de favoriser la culture, l’art, l’éducation, le savoir-vivre, la solidarité, la santé (en augmentant notamment le budget des infrastructures hospitalières aussi bien que le salaire des infirmiers et infirmières), la bonne nourriture, l’environnement, la nature, la planète. Bref : l’être plutôt que l’avoir ! 

 

UNE LEÇON DE VIE EN FORME D’HUMANISME

A méditer impérativement, en effet, cette belle et généreuse leçon de vie en forme de nouvel humanisme !

 

 DANIEL SALVATORE SCHIFFER


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 22 novembre 17:02

    Pas beaucoup d’efforts à faire pour voir le pays ruisselant de lait et de miel...

    On s’y croirait...


    • Mozart Mozart 22 novembre 17:52

      Ca doit être marrant de vivre avec ce monsieur : pommes de terre bouillie et carottes, pas de vin.... On s’en réjouit déjà !


      • the clone the clone 23 novembre 07:42

        L’écologie doit être une manière de vivre a partager dans l’intelligence pas un parti politique .....


        • mmbbb 23 novembre 09:51

          @the clone que ces cons d ecolos commencent à respecter les feux rouges lorsqu ils sont à vélo .
          Quant à cet écolo, il prône l apaisement , j en ai secoué un violemment un cycliste qui venait de griller un feu rouge et qui me roulait sur les pieds
          Epilogue. une grosse insulte 


        • Croa Croa 23 novembre 11:33

          À the clone,
          « Une manière de vivre à partager » c’est faire de la politique. C’est le système des partis politiques qui est mauvais, pas seulement ceux qui se revendiquent écolos.


        • Croa Croa 23 novembre 11:39

          À mmbbb,
          Ce n’est pas parce qu’un type roule à vélo que c’est forcément un écolo.
          D’ailleurs, si nous suivons ta logique, étant à pied, tu es encore plus écolo que lui  smiley


        • mmbbb 23 novembre 12:57

          @Croa à Lyon c est le credo de la municplaite ecolo ! 

          C est un problème général dans ce pays . l ecologie ne pourra exister que lorsque les personnes auront plus de civilités , la France pays latin, c est comme « pisser dans un violon » 

          Il y avait eu un reportage sur ARTE , le principe est de construire des immeubles avec des zones partagées n garage a velo pelouse , buanderie En France au bout de 6 mois ces biens auraient été saccagés Quand cet auteur parle d ecolo en invoquant cet ecolo qui veut une vie apaisée entre les francais, on pur simplement remarquer que ces intellos sont des tares qui sont comme les poulets en batterie, ils vivent hors sol .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité