• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Jeux de pouvoirs », quand Arte épouse le lobby bancaire

« Jeux de pouvoirs », quand Arte épouse le lobby bancaire

Avec son documentaire « Jeux de pouvoirs », Arte réalise un enfumage talentueux et pervers contre ceux qui s’intéressent honnêtement à l'enjeu de la régulation bancaire.

Le documentaire « Jeux de pouvoirs » diffusé le 24 septembre sur Arte et prétendant enquêter sur la régulation bancaire, est l’exemple même d’un enfumage talentueux et pervers. Il vise ceux qui s’intéressent honnêtement et sincèrement à la question pour leur vendre l’illusion qu’avec les institutions et les femmes et hommes de pouvoir actuels, on peut espérer un changement. Point par point :

  1. Karine Berger, présentée comme une sorte de contre-pouvoir vis à vis de Bercy et du lobby bancaire, n’a été en fait qu’une entremetteuse. L’amendement qu’elle a finalement fait passer et qui est présentée comme une victoire ne fait qu’accorder à l’arbitraire du ministre les fameux ciseaux qui lui permettraient d’ajouter quelques pourcentages au 1% des activités spéculatives filialisées, tout en laissant les trous ouverts dans le fromage. Inutile d’ajouter que le ministre est aujourd’hui Moscovici, défenseur avoué et attitré du lobby bancaire et du CAC 40, et que demain ce pourrait être un ministre de droite moins hypocrite mais sans doute encore pire. On voit entre quelles mains la morale se trouve placée...
  2. Plus grave encore, pas un mot n’est dit sur le « bail-in » – le « mécanisme de résolution bancaire » permettant de mettre les déposants à contribution pour renflouer les pertes spéculatives des banques. C’est pourtant aujourd’hui le vrai sujet de débat en Europe et dans le monde, après le pillage des dépôts chypriotes. Ce mécanisme est en effet au coeur de la réforme Moscovici en France, et de la réforme Barnier sur l’union bancaire au niveau européen.
    Rien non plus sur les 1000 milliards d’euros mis à la disposition des banques, à 1% et sur trois ans, par la Banque centrale européenne en décembre 2011 et février 2012 (le fameux LTRO), qu’elles seront bien en peine de rembourser tout en n’ayant presque rien retransmis à l’économie réelle. Déjà, Mario Draghi « n’exclut pas » d’offrir un nouveau LTRO aux banques européennes, pendant que Ben Bernanke continue à arroser au rythme de 85 milliards de dollars par mois la planète financière. Pourtant, le documentaire nous explique que la grande avancée européenne est de confier la régulation des banques de la zone euro à cette même BCE...
  3. Quant aux paradis fiscaux, les deux exigences de transparence obtenues par le député vert Eric Alauzet ne touchent que la surface des choses. Par contre, Arte n’a pas jugé bon de mentionner que le député Alauzet s’est battu (en vain) pour une séparation totale des banques et qu’il a ensuite adressé une lettre aux parlementaires américains les incitant à plus de courage que nos députés et sénateurs en faisant adopter un vrai Glass-Steagall.
  4. Qu’on laisse s’exprimer un François Pérol comme une référence intellectuelle et morale, alors qu’il a trempé jusqu’au cou dans l’affaire Tapie et qu’il a organisé la privatisation et l’union de la BPCE depuis le poste qu’il occupait auprès de Nicolas Sarkozy, pour ensuite en devenir le président en ayant « chauffé son nid », est proprement scandaleux.
  5. Seuls, chacun à leur manière, Pascal Canfin, Thierry Philipponnat, Eric Alauzet et le député européen belge Philippe Lamberts sauvent l’honneur. Cependant, leurs propos sont habilement englués dans le reste, sur fond de musique sirupeuse et de célébration d’une « grande avancée » qui n’est qu’une escroquerie, du moins intellectuelle et morale.

Cette émission est donc le témoignage de la manière dont les médias sont contrôlés avec un certain... « arte », mais aux dépens du conflit d’intérêts permanent qui, hélas, est devenu un marqueur de l’état des choses dans notre pays.

Ce ne sont ni les multiples apparitions opportunément organisées de François Hollande ni les yeux bleus de Michel Barnier, le commissaire européen en charge de la régulation, qui nous convaincrons du contraire.

Ne restez donc pas spectateurs des (non)événements et soutenez la proposition de loi pour couper les banques en deux !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Tall 26 septembre 2013 14:30

    J’ai vu ce doc, et effectivement, il y avait des « omissions » suspectes

    Par contre, juste après ce doc, Arte diffusait un doc sur Goldman Sachs qui, lui, accablait la banque et la décrivait comme un véritable monstre politico-financier au cynisme absolu.

    Et là, c’est vrai ... il y a juste qu’elle n’est pas la seule.

    • Bertrand Bertrand 26 septembre 2013 16:00

      Comme le disait Pérol, c’est la faute aux méchantes banques américaines ; les gentilles banques françaises n’ont rien fait !
      Bref, le scénario du lobby bancaire à la lettre...


    • Tall 26 septembre 2013 16:56

      Plutôt naïf alors, leur baratin ... car qui va croire qu’il y a des vilaines banques là-bas, et des gentilles banques ici ?


    • Bertrand Bertrand 26 septembre 2013 17:04

      C’est tout le but de ce docu : jouer sur la naïveté des gens et jeter le doute.


    • Bernard Pinon Bernard Pinon 26 septembre 2013 15:32

      Ce n’est pas la première fois qu’Arte est pris en flagrant délit de désinformation.

      Par comparaison, LCP/Public Senat apparaît presque subversif.
      Il est vrai que son audience est moindre : microscopique pour Arte, homéopathique à 100CH pour LCP.

      • Agor&Acri Agor&Acri 26 septembre 2013 15:49

        Merci pour votre article
        qui illustre la capacité des grands médias à maintenir les « masses » dans l"illusion de la démocratie et de la liberté de paroles
        à l’aide de documentaires, reportages, débats, ... dénonçant gentiment des points centraux ou dénonçant vertement des points...seulement périphériques
        ... ou faisant mine de dénoncer vertement des points centraux, mais avec des arguments mineurs ou contestables.

        Sur ce thème des nuisances du lobby bancaire,
        visionner plutôt (pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait) :

        Inside Job VOSTFR
        Au travers d’enquêtes approfondies et d’entretiens avec des acteurs majeurs de la finance, des hommes politiques et des journalistes, le film retrace l’émergence d’une industrie scélérate et dévoile les relations nocives qui ont corrompu la politique, les autorités de régulation et le monde universitaire. Narré par l’acteur oscarisé Matt Damon, le film a été tourné entre les Etats-Unis, l’Islande, l’Angleterre, la France, Singapour et la Chine.
        Liens :
        http://nemesistv.info/video/8SUK8NRRW1G2/inside-job-vostfr#sthash.CzoRRbR4.dpbs
        http://www.tagtele.com/videos/voir/70416/
        http://www.dailymotion.com/video/xsmm9n_inside-job-1-5-vostfr_lifestyle (5 parties)

        City de Londres, la finance en eaux troubles
        Liens :
        http://www.youtube.com/watch?v=M1pLGPiBXeM
        http://www.dailymotion.com/video/xlq5mf_city-de-londres-la-finance-en-eaux-troubles_news

        1995-2012 : le combat de Jacques Cheminade contre le péril financier
        (2 fois candidat à l’élection Présidentielle, fervent défenseur du Glass Steagall)
        Liens :
        http://www.youtube.com/watch?v=Sb4WwMeWws0
        http://www.dailymotion.com/video/xm4che_1995-2012-le-combat-de-jacques-cheminade-contre-le-peril-financier_news


        • Richard Schneider Richard Schneider 26 septembre 2013 17:45

          Très bon article et très intéressante intervention de Agor&Acri - dont les liens sont très pertinents.


        • ZenZoe ZenZoe 26 septembre 2013 16:00

          Le doc sur Goldman Sachs vaut son pesant d’or par contre, il est souvent rediffusé et disponible sur le net aussi.
          Je n’ai pas vu le reportage en question, mais Arte est une bonne chaîne dans l’ensemble, ils osent des vrais reportages, comme l’incroyable « Le Monde selon Monsanto », de Marie-Monique Robin, dont je me demande toujours comment il a pu être réalisé et diffusé. Je me demande si le fait que ce soit un partenariat avec l’Allemagne ne serait pas un gage positif (en France, il y a une certaine timidité, quand ce n’est pas carrément de la censure).
          De Marie-Monique Robin, une des rares journalistes d’investigation francais, on a aussi vu sur Arte, « Notre poison quotidien », plus technique mais tout aussi percutant.


          • Roosevelt_vs_Keynes 26 septembre 2013 17:44

            ils osent des vrais reportages


            Vrai....Sauf lorsqu’il s’agit d’aller taper la où ça fait vraiment mal. 

            Ainsi ils donnent l’impression de faire vraiment leur travail de lanceur d’alerte ou de dénonciation (le monde selon Monsanto), et lorsqu’ils passent des reportages comme celui-ci sur les banques, le téléspectateur se dit : « Finalement, c’est déjà pas si mal ce que les politiques ont fait aux banques ».

            Et voila : ni vu ni connu, les citoyens les plus honnêtes n’iront pas (forcément) chercher plus loin.

            Talentueux... mais pervers.

          • almodis 26 septembre 2013 17:44

            A la suite de ce documentaire qui m’a laissée sur ma faim , j’ai naïvement cherché sur Gogol les occurrences liées à « séparation des activités bancaires » et « le parlement européen vote la séparation.. » ; à ma grande stupéfaction , je n’ai trouvé que des articles à la gloire du gouvernement français , articles en partie officiels ( gouv.fr ) d’où il ressortait que « la France était à l’origine de cette révolution » et RIEN SUR LE PARLEMENT EUROPEEN , qui apparait pourtant en tête , dans le film sus cité .

            comme je suis un peu ...maladroite avec le web , je demande aux internautes chevronnés : y a t il une seule preuve de l’implication du parlement européen pour le vote de cette« loi révolutionnaire » ou bien Arte a t elle tout inventé ?
            merci à l’auteur d’avoir attiré notre vigilance .

            • Bertrand Bertrand 26 septembre 2013 18:07

              Il doit s’agir de votes sur des rapports, si l’on se fie à la chronologie du site de Philippe Lamberts : http://www.philippelamberts.eu/
              Après, il y a le vote de l’union bancaire qui eu lieu la semaine dernière.


            • almodis 26 septembre 2013 18:11

              finalement , en cherchant bien , on trouve ( en 4e page ! ) des articles plus neutres que ceux du gouvernement ( on n’est jamais si bien servi que par soi même ! ) ou des revues affiliées au monde de la phynance . Celui ’- ci , déjà ancien ,a le mérite de pointer du doigt la trahison par rapport au rapport LIIKANEN :


              Avant la fin du mois, le Parlement français aura très certainement adopté la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Selon Delphine d’Amarzit, Chef du Service du Financement de l’économie à la direction générale du Trésor, ce texte se situe « dans la logique du rapport Liikanen » (voir son interview). Toutefois, sur la question de la tenue de marché, la loi française ne se conforme pas aux recommandations énoncées dans ce rapport, remis le 2 octobre 2012 à la Commission européenne. Alors que ce dernier préconise de séparer l’ensemble des activités de marché, la France maintient la tenue de marché dans l’entité qui reçoit les dépôts. Cette approche moins radicale, également adoptée par l’Allemagne, déçoit les partisans d’une séparation « liikanienne » comme Thierry Philipponnat, secrétaire général de Finance Watch, qui admet pourtant que la France et l’Allemagne ont des chances réelles d’imposer leur vision à l’échelle européenne.

              Pour une critique de cette « loi » voir aussi Raoul Marc Jennar , pas dupe !


              • almodis 26 septembre 2013 18:15

                et l’ article 104 ????


                • paul 26 septembre 2013 18:55

                  Le réalisateur du doc d’Arte, Éric Guéret qui avait pourtant réalisé de bonnes choses sur le nucléaire et les pesticides, a raté sa cible . Il a confie avoir galéré pour obtenir des interviews des responsables des grandes banques, à part F.Pérol et JF.Robin .

                  Résultat, ce n’est pas crédible quand on sait la misérable pseudo loi de séparation bancaire dont même les banquiers se félicitent . Les complices de l’enfumage réalisé par Moscovicci sont Valérie Rabault, ex dirigeante chez BNP Paribas puis vice présidente de la commission des finances (!) et Karine Berger, députée des Hautes Alpes, devenue star de la rigolade depuis cet été par une déclaration où elle montre une autosatisfaction sans borne .

                  La présentation fausse d’une non-loi de régulation bancaire amène à se poser la question sur la direction d’Arte qui ne préserve pas la vérité des faits dans un document de cette importance : dire qu’une loi est bidon, est ce faire de la politique ? Ne pas le dire également !
                  Ce qui remet encore en cause encore une fois, le principe de la nomination des responsables de l’audiovisuel par l’exécutif en 2010 .


                  • Hervé Hum Hervé Hum 26 septembre 2013 19:31

                    Je n’ai pas vu le reportage en question. Toutefois, j’ai comme l’impression qu’il n’y a pas une seule ligne éditoriale chez Arte, mais plutôt deux voir plus. La chaine est une coopération franco-allemande et sa ligne éditoriale dépend de ses sociétaires. Autrement dit, il n’y a pas forcément un seul patron ! Ce qui peut expliquer de voir des reportages « concurrents »’.

                    On peut y voir de la perversité, mais on peut y voir aussi une lutte ou une démocratie interne entre les journalistes. Ensuite, vous avez su faire la part des choses, il serait surtout temps que les gens fassent de même.

                    Enfin, la séparation entre banque de dépôt et banque d’affaire, dit comme cela, ne veut rien dire et ne changeras pas grand chose. Cela parce que les jeux sont déjà faits. Il s’agit donc de rebâtir un système monétaire avec de nouvelles règles du jeu basé sur une définition éthique de la monnaie. C’est à dire où la monnaie représente « la mesure de la valeur du temps travaillé ». Sans cela, ce n’est pas la re-séparation qui changera quoi que ce soit.


                    • christophe nicolas christophe nicolas 26 septembre 2013 20:47

                      Oui, dans les commentaires Arte censure fort... je confirme, sinon c’est une chaîne de qualité qui lutte contre la pensée unique mais a force de « lutter » ça devient une habitude et on snobe la simplicité ; Le problème n’est jamais ni la pensée unique ni la pensée alternative mais d’être dans la vérité.

                      Depuis l’adoption des taux de change flottants les sommes d’argent financières sont hors réalité, et cela il faut le casser. Après, localement l’argent permet une forme de justice des échanges...


                      • COLLIN 27 septembre 2013 06:38

                        Pour ma part,j’ai cessé le visionnage de ce documentaire après l’ interview de Barroso...


                        • Cedric Citharel Cedric Citharel 27 septembre 2013 07:57

                          Le monde de la finance est aux manettes du pays, et plutôt que d’élire un Président, nous ferions mieux de voter pour la banque que nous souhaiterions voir gouverner. Certes, elles sont toutes pareilles, mais les politiciens aussi se ressemblent...


                          Pour savoir comment, et par qui, le pays est dirigé, lisez On les croise parfois, de Cedric Citharel.

                          • TSS 30 septembre 2013 00:23

                            Sans oublier les « quelques » 1000 milliards d’€ d’emprunts toxiques que detiennent les banques

                            et qui sont une bombe à retardement... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès