• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « L’accord du siècle » controversé

« L’accord du siècle » controversé

JPEG

La controverse sur le contenu de «  l’accord du siècle  » s’est intensifiée ces derniers jours. Les médias ont fait état de clauses spécifiques de l’accord qui impliquent de prendre une partie des territoires arabes. Cependant, selon la plupart des fuites médiatiques, l’accord ne sera pas annoncé avant juin prochain au moins.

Le président américain Donald Trump met tous ses enjeux au Moyen-Orient à la conclusion de l’accord, car cela pourrait l’aider à remporter un second mandat, du moins selon ceux qui l’entourent, comme son gendre, Jared Kushner.

«  Si vous ne pouvez pas produire la paix au Moyen-Orient, personne ne le peut,  » avait dit Trump à Kushner au début de son mandat. Trump croit en la capacité de Kushner à faire des affaires. Aux côtés de Kushner, l’envoyé américain au Moyen-Orient Jason Greenblatt et l’ambassadeur américain en Israël David Friedman sont chargés de l’organisation de l’accord.

Beaucoup d’informations ont été divulguées sur le contenu du plan, dont certaines ont été rapportées par des personnalités politiques, des chercheurs et des journalistes de haut niveau.

Mais à chaque fois, l’administration américaine nie les rumeurs. Les responsables américains qui n’ont pas révélé leur identité ont confirmé que l’accord comportait deux volets, un volet politique et un volet économique. Ils ont déclaré que son contenu réel, en particulier sa composante politique, n’a été montré qu’à très peu de fonctionnaires de l’administration. La plupart des fuites se concentrent sur la partie économique.

Les auteurs de l’accord ont délibérément gardé l’agenda politique secret, même pour les dirigeants arabes qui se sont rendus à Washington ces derniers mois.

Certains dirigeants arabes ont été rapportés dans les médias occidentaux comme mécontents que les détails concernant leur pays ne leur aient pas été communiqués.

Ce qui se passe aujourd’hui ressemble davantage à une campagne de relations publiques pour préparer le monde à adhérer aux conclusions de l’équipe Kushner.

En conséquence, les fuites de rapports politiques et médiatiques et les déclarations contradictoires sont poussées à l’extrême comme des ballons de procès. L’ambiguïté délibérée est essentiellement une opération psychologique destinée à assurer un soutien accru à l’opération proposée. L’ambiguïté est donc un élément essentiel de la tactique de l’équipe Kushner.

Il est intéressant de noter que les responsables américains ont délibérément rejeté ou ignoré les reportages des médias sur les conditions de l’accord, sans que cela n’implique la valeur de vérité de ces reportages.

Il s’agit toujours d’une campagne de marketing et de publicité. Par exemple, certains rapports indiquent que le plan américain pour la paix au Moyen-Orient implique l’annexion à Israël de 10% de la Cisjordanie, mais que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé à Trump d’annexer 15%.

Kushner a déclaré que les parties palestinienne et israélienne devront faire des «  concessions  ». Il s’agit d’un principe de négociation établi. Mais le problème sous-jacent est que les concessions sont sujettes à une compréhension biaisée en faveur de la partie israélienne par laquelle Israël obtiendra la terre en échange de la paix.

L’échange est à l’opposé de l’Initiative de paix arabe, qui est basée sur une perspective différente du principe de la terre contre la paix, où les terres arabes occupées seront libérées en échange du consentement des Arabes à la paix et à la normalisation de leurs relations avec Israël.

Il est maintenant clair que le départ d’Israël des terres arabes n’est pas dans l’esprit des gens qui sont à l’origine de l’accord du siècle.

La réalité est que Trump a décidé de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël et la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan syrien occupé et que Netanyahou voudrait 15% de la Cisjordanie.

L’approche de l’administration Trump montre un parti pris total en faveur d’Israël. La paix n’est pas viable par une telle attitude. Exclure les principes de la résolution des conflits de tout dialogue et proposer une formule de règlement acceptable pour tous semble tout à fait irréaliste.

La question palestinienne est si complexe qu’aucune solution ne peut fonctionner si la justice n’est pas garantie à tous. Il est vrai que des solutions créatives sont nécessaires, mais pas au détriment des droits légitimes et des principes de longue date qui garantissent l’appui de toutes les parties concernées à un règlement politique global et juste.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Dom66 Dom66 24 avril 01:08

    Et pourquoi le monde arabe ne bronche pas alors Qu’Israhell veut prendre une partie du Golan ? et bien c’est simple.

    Uniquement pour cela : https://www.youtube.com/watch?v=aLEjdpGA0cM

     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès