• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’acharnement à laisser mourir Vincent Lambert

L’acharnement à laisser mourir Vincent Lambert

« Le 19 mai dernier, veille de sa mort programmée, [Vincent] a pleuré en nous voyant, nous en sommes encore bouleversés. » (Viviane Lambert, sa mère, le 1er juillet 2019 à l’ONU à Genève)



Dans un email adressé à chacun des membres de la famille de Vincent Lambert, son médecin au CHU de Reims a annoncé ce mardi 2 juillet 2019 qu’il a repris le même jour la procédure d’arrêt des traitements. En d’autres termes, Vincent Lambert est en grand danger de mort imminente, sans alimentation et sans hydratation. Un premier arrêt de traitements a eu lieu le 20 mai 2019 jusqu’à ce que la cour d’appel de Paris ordonnât de suspendre la procédure quelques heures plus tard, mais la Cour de cassation a cassé cette décision le 28 juin 2019.

J’ai déjà expliqué ici que Vincent Lambert n’est pas en fin de vie mais en situation de très lourd handicap. Sept établissements spécialisés ont déjà proposé de l’accueillir pour qu’il reçoive les soins adaptés à sa situation, ce qui n’est pas le cas dans l’unité de soins palliatifs du CHU de Reims où il se trouve. J’ai expliqué aussi pourquoi les décisions judiciaires et médicales d’arrêter son alimentation et son hydratation restent incompréhensibles.

Je propose ici la réflexion de deux personnalités qui sont très compétentes en matière d’éthique médicale et qui ont beaucoup réfléchi sur les problèmes que soulève "l’affaire Vincent Lambert".

Emmanuel Hirsch ne comprend pas, lui non plus, la précipitation du CHU de Reims à vouloir laisser mourir Vincent. Il est docteur en philosophie et professeur d’éthique médicale à l’Université de Paris-Saclay, par ailleurs directeur de l’Espace national de réflexion éthique sur les maladies neurodégénératives. Le 29 juin 2019, évoquant la décision de la Cour de cassation de la veille, il l’a qualifiée de « décision légale d’exclure M. Vincent Lambert de notre République exemplaire ».

Selon lui, alors que souvent, par le "syndrome du glissement", les patients tendent au contraire à vouloir mourir, « M. Vincent Lambert témoigne, résolu à vivre dans le confinement d’une chambre d’hôpital, d’un non abandon, d’un non renoncement à son existence. ». Par cet « acte de résistance », Vincent nous enseigne « à sa façon, dans son étrange présence, celle d’un frère en humanité, une leçon de dignité, une sagesse et peut-être l’idée d’une forme inédite, voire paradoxale de résistance éthique ».

Et d’ajouter : « M. Vincent Lambert est le symbole de la vulnérabilité extrême dans le handicap et la maladie, le symbole d’une médecine qui réanime en des circonstances extrêmes et doute de ses obligations lorsque la tentative déçoit les promesses. ». Emmanuel Hirsch craint une évolution de l’application des lois de bioéthique, malgré un discours toujours lénifiant, prétendument soucieux des « valeurs humaines fortes et intangibles » alors que « la position du gouvernement a été de saisir la Cour de cassation afin que, dans l’urgence, elle valide le processus de sédation profonde et continue jusqu’au décès d’une personne en situation de handicap neurologique ».

_yartiFinDeVie2015ZF06

Autre personnalité très compétente dans le domaine éthique, notamment parce qu’il a été membre du Comité consultatif national d’éthique de 1992 à 2004, le professeur Axel Kahn, généticien, qui vient d’être choisi président de la Ligue contre le cancer, a fait une déclaration importante sur ce thème dans la matinale de France Info le 2 juillet 2019.

En effet, il a posé peut-être la bonne question : « Ce que je vais dire n’est absolument pas de jeter l’opprobre sur personne, mais en théorie, ce que l’on veut éviter, c’est qu’une personne qui est ayant droit, même sans vouloir mal faire, ait des pulsions, des motivations pour envisager plutôt favorablement l’hypothèse d’une fin de vie. De ce point de vue-là, on voit bien qu’entre la mère et la femme, on peut se poser la question : qui a le moins de raisons de pouvoir avoir des motivations l’incitant à considérer que la fin de vie, pour sa propre vie à elle, est très importante. Donc, c’est un problème qui n’est absolument pas simple. ».





En clair, des deux "parties" (l’épouse qui veut la fin de vie de Vincent et la mère qui veut au contraire continuer à le soigner), qui a des motivations qui ne concernent pas seulement le bien de Vincent, mais aussi les conséquences sur sa propre vie ?

Je termine sur le cri désespéré de cette mère courageuse, justement, et complètement démunie face à cette froide procédure qui va tuer son fils dans les prochaines heures ou les prochains jours. Si le médecin a peut-être du cœur pour Vincent en choisissant la solution qui correspondrait le mieux à sa conscience, on peut se demander s’il a du cœur pour la mère de son patient en l’endeuillant, alors qu’elle s’est battue si longtemps pour que son fils vive et soit soigné dans un établissement adapté.

Elle a fait sa déclaration dans le cadre d’un colloque à Genève, le lundi 1er juillet 2019 après-midi, au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et dont je retranscris ci-après la bande vidéo.





« Madame la vice-présidente,

Je vous adresse aujourd’hui un appel au secours. Sans votre intervention, mon fils, Vincent Lambert, sera euthanasié par un médecin, en raison de son handicap cérébral. Il est en état de conscience minimale mais il n’est pas un légume ! Il dort la nuit, se réveille le jour, me regarde quand je lui parle. Il a seulement besoin de recevoir sa nourriture par une sonde. Et c’est d’elle que son médecin veut le priver pour le faire mourir alors que les experts judiciaires ont affirmé qu’il ne subit pas d’acharnement thérapeutique.

Le 19 mai dernier, veille de sa mort programmée, il a pleuré en nous voyant, nous en sommes encore bouleversés. C’est pourquoi nous avons saisi le Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU, car la Convention des droits des personnes handicapées interdit de priver une personne de nourriture et de boisson en raison de son handicap. Sinon, ce serait une discrimination.

À deux reprises, ce Comité a demandé à la France de ne pas faire mourir Vincent. Mais le gouvernement français refuse, il viole de façon éhontée ses obligations internationales. Je vous supplie d’intervenir auprès de la France pour lui rappeler son obligation de respecter les mesures conservatoires prescrites par le Comité, et de ne pas faire mourir mon fils. Au-delà de mon fils, c’est la vie des 1 700 autres personnes qui partagent son état qui est menacée. Je vous en prie, aidez-nous. Je vous remercie. » (Viviane Lambert, le 1er juillet 2019 à Genève).

Mes plus émues pensées pour Vincent et tous ceux qui l'aiment.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (02 juillet 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’acharnement à laisser mourir Vincent Lambert.
Vincent Lambert, c’est nous tous !
Vincent Lambert n’est pas en fin de vie.
Vincent Lambert n’est pas encore sauvé…
François-Xavier Bellamy, la dignité et l’instrumentalisation de Vincent Lambert.
Vincent Lambert doit-il mourir ?
Déclaration de Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, sur Vincent Lambert le 13 mai 2019 (texte intégral).
Réflexion du Père Bruno Saintôt, directeur du département Éthique biomédical aux facultés jésuites de Paris, sur Vincent Lambert le 13 mai 2019 (texte intégral).
Déclaration de la Conférence des évêques de France sur la fin de vie le 22 mars 2018 (texte intégral).
Vincent Lambert, sa vulnérabilité et son droit à la vie bafoué.
Le destin tronqué de Vincent Lambert.
Vincent Lambert entre la vie et la mort.
La tragédie judiciaire et médicale de Vincent Lambert.
Le retour de la peine de mort prononcée par un tribunal français.
Le livre blanc des personnes en état de conscience altérée publié par l’UNAFTC en 2018 (à télécharger).
Vincent Lambert et la dignité de tout être humain, des plus vulnérables en particulier.
Réglementation sur la procédure collégiale (décret n°2016-1066 du 3 août 2016).
Le départ programmé d’Inès.
Alfie Evans, tragédie humaine.
Pétition : soutenez Vincent !
Vers une nouvelle dictature des médecins ?
Sédation létale pour l’inutile Conseil économique, social et environnemental.
Vincent Lambert et Inès : en route vers une société eugénique ?
Le congé de proche aidant.
Stephen Hawking et la dépendance.
Le plus dur est passé.
Le réveil de conscience est possible !
On n’emporte rien dans la tombe.
Le congé de proche aidant.
Les nouvelles directives anticipées depuis le 6 août 2016.
Un fauteuil pour Vincent !
Pour se rappeler l'histoire de Vincent.
Dépendances.
Sans autonomie.
La dignité et le handicap.
Alain Minc et le coût des soins des "très vieux".
Euthanasie ou sédation ?
François Hollande et la fin de vie.
Les embryons humains, matériau de recherche ?
Texte intégral de la loi n°2016-87 du 2 février 2016.
La loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016.
La leçon du procès Bonnemaison.
Les sondages sur la fin de vie.
Les expériences de l’étranger.
Indépendance professionnelle et morale.
Fausse solution.
Autre fausse solution.
La loi du 22 avril 2005.
Chaque vie humaine compte.

_yartiFinDeVie2015ZF03


Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 juillet 08:31

    Fin de vie. Que faire si votre médecin refuse d’appliquer vos directives anticipées ?

    lien


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 juillet 09:34

      @Séraphin Lampion

      nb : l’oxymore du titre (on ne s’acharne pas en ne faisant rien, par définition), destiné à égarer le lecteur en tentant de troubler son discernement pas un défi de logique linguistique ne fonctionne pas.
      Par contre, le recours à cet artifice de la casuistique révèle les intentions manipulatoires de l’auteur de l’article plus préoccupé d’avoir raison du lecteur que d’avoir raison tout court.


    • ASTERIX 14 juillet 15:59

      @Séraphin Lampion

      UN PEU DE DECENCE RAKOTO DECONNO CATHO 

      ferme la un peu


    • foufouille foufouille 9 juillet 08:51

      c’est le clap de fin d’après le journal.


      • amiaplacidus amiaplacidus 9 juillet 11:28

        @foufouille
        Le larmoyant auteur écrit :
        "« Le 19 mai dernier, veille de sa mort programmée, [Vincent] a pleuré en nous voyant, nous en sommes encore bouleversés. » (Viviane Lambert, sa mère, le 1er juillet 2019 à l’ONU à Genève)"

        On peut imaginer que si Vincent a sa conscience (ce que je ne pense pas selon les innombrables avis médicaux), il a pleuré en voyant les tortionnaires qui voulait continuer à le maintenir prisonnier de son corps.


      • foufouille foufouille 9 juillet 11:38

        @amiaplacidus

        techniquement ça peut être une réaction à n’importe quoi mais vu son niveau de conscience plus que basique, ce serait plus de voir sa famille donc pleurer de joie. un réflexe basique pour certains médecins. si il était conscient de son état, ça se verrait avec un EEG.


      • abelard 9 juillet 19:27

        @foufouille
        Quand on pense à toute cette énergie dépensée, tous ces collèges de médecins qui ont débattu de l’état de Vincent Lambert...
        Tout cet argent dépensé en vain, en fait, car il suffisait dés le début de demander au grand Professeur Foufouille quel était exactement le niveau de conscience de ce pauvre garçon...


      • abelard 9 juillet 19:29

        @foufouille
        ...Puisque le Professeur Zavatta était indisponible...


      • Fergus Fergus 9 juillet 09:03

        Bonjour, Sylvain

        L’acharnement a été du côté de qulques intégristes religieux qui, en contradiction avec leurs convictions sur la « vie éternelle », ont tout fait pour que soit poursuivi un acharnement thérapeutique délirant sur une personne irrémédiablement réduite à l’état végétatif.

        Le processus (barbare) de la fin de vie à la sauce Claeys-Leonetti est en cours : laissons Vincent Lambert décéder et cessons d’écrire des articles sur son cas particulier !


        • foufouille foufouille 9 juillet 09:14

          @Fergus

          c’est certain que ça sera irrémédiable cette fois. ensuite 1000 personnes à tuer dans le même état pas végétatif.


        • Traroth Traroth 9 juillet 11:21

          @foufouille
          "Etat pas végétatif ? Veuillez nous indiquer dans quelle faculté vous avez passé vos diplômes de médecine, foufouille...


        • foufouille foufouille 9 juillet 11:32

          @Traroth

          pauci relationnel donc pas végétatif sinon il aurait strictement aune réaction ce qui n’est pas le cas comme 1000 autres personnes.


        • astus astus 9 juillet 12:21

          Bonjour Fergus,

          Même Jean Leonetti, cité dans l’express du 3 juillet, a fini par reconnaître que les médecins qui ont arrêté les traitements « ont médicalement, légalement et juridiquement raison ».

          Face à cet acharnement coupable pendant 10 ans même les non croyants peuvent souhaiter que Vincent puisse enfin connaître le paradis et que ses parents tortionnaires rôtissent éternellement en enfer.

          La loi Léonetti doit absolument évoluer et établir une hiérarchie pour ne pas laisser les parents décider à la place du conjoint, ce qui est infantilisant. Car on choisit son conjoint par un acte d’émancipation et de liberté contrairement à ses parents. Mais comme le disait Jules Renard : « Tout le monde n’a pas la chance de naître orphelin ».

          Rédigeons tous nos directives anticipées (et relisons Épicure pour sa lettre à Ménécée) même si certains médecins trouillards préfèrent valoriser la naissance pour éviter d’accompagner vers l’ultime. La liberté est dans l’acceptation de l’échéance inévitable qui refuse toute déchéance évitable. Et le meilleur médecin du monde finira toujours par tuer son patient avec ses soins même si pour autant on ne l’accuse pas d’assassinat. Seuls les crétins bigots ne peuvent comprendre cela.

          Cdlt


        • foufouille foufouille 9 juillet 12:30

          @astus

          il faut vite faire pour les 1000 autres personnes dans le même cas. ensuite, il faudra à ceux dans le coma, alzheimer, puis tous les inutiles comme les vieux qui seront poussés au suicide assisté.


        • Traroth Traroth 9 juillet 15:04

          @foufouille
          Vous portez l’entière responsabilité de vos propres propos. N’essayez en aucun cas de les attribuer à quelqu’un d’autre.


        • foufouille foufouille 9 juillet 15:35

          @Traroth

          le cas va faire jurisprudence et comme il existe encore 1000 autres personnes dans ce cas les médecins comme bonne maison ne vont pas se gêner. dans certains pays, on peut se faire suicider pour rien avec un bon bourrage de crâne des assos pro mort. l’EHPAD sera trop cher et indigne : euthanasie. en GB, il a eu 10000 dans les hôpitaux quelques années en arrière.


        • Fergus Fergus 9 juillet 17:52

          Bonjour, Astus

          Etablir une hiérarchie claire des décideurs dans l’entourage des malades incurables réduits à un état végétatif est désormais devenu une nécessité.
          Il est à cet égard dommage que la réforme de la loi bio-éthique n’ait pas prévu d’amender la loi Claeys-Leonetti sur les points qui posent problème.
          Tôt ou tard, cette loi sur la fin de vie devra être réformée comme le demande la majorité des Français.


        • foufouille foufouille 9 juillet 18:04

          @Fergus

          il faudra demander aux français « souhaitez vous une euthanzie si vous avez une petite chance de survie avec une vie inférieure au bourgeois fergus » qui sera dérangé par des untermenschen.


        • jeanpiètre jeanpiètre 9 juillet 20:43

          @foufouille
          il n’etait pas végétatif, les plantes se nourissent par elle même, maintenant oui


        • Traroth Traroth 10 juillet 10:51

          @foufouille
          Il n’y a pas besoin de jurisprudence. Il y a une loi pour régir ces situations, la loi Leonetti.

          Vous l’ignorez peut-être, mais elle s’applique régulièrement en France sans que les médias en parlent plus que ça. Il faut des parents fous furieux et étrangement influents comme dans l’affaire Vincent Lambert pour que ça fasse un tel pataquès.


        • foufouille foufouille 10 juillet 11:42

          @Traroth
          sauf qu’il n’est pas en fin de vie.


        • Traroth Traroth 10 juillet 12:58

          @foufouille
          Je refuse de remettre une pièce dans la machine et je vous renvoie à mes réponses précédentes.


        • Gollum Gollum 9 juillet 09:30

          Éthique par ci, éthique par là, de l’éthique à revendre, en veux tu en voilà....

          Par contre tout le monde se fout (et le monde chrétien en particulier notons le) du sort du monde animal dans les abattoirs...

          Vous allez dire que je mélange tout et fait ma petite sauce ? Oh que non, la souffrance animale dans les abattoirs et même dans certains élevages est une véritable horreur mais là nos spécialistes en éthique s’en br.... C’est pas pareil voyons enfin ! qu’ils vont s’exclamer horrifiés..

          Comment peut-on être schizophrènes à ce point ? En cause l’humanisme héritier du christianisme qui a déclaré de façon péremptoire que la vie humaine était sacrée mais pas celle des animaux...

          Donc notre humanisme chrétien ne va pas s’émouvoir du sort de nos frères animaux dans les élevages et abattoirs alors que la souffrance y est mille fois pire que pour Lambert... smiley

          Il ne faut pas se leurrer cet humanisme guimauve est là juste pour la galerie pour s’acheter à coup d’indignation très sélective un label de haute humanité, emballé c’est pesé...


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 juillet 09:39

            @Gollum

            « la souffrance animale dans les abattoirs et même dans certains élevages   »
            ... et même dans certains appartements
            obliger un Husky à vivre en ville ou rendre un chat schizophrène en l’empêchant de sortir la nuit pour chasser sont des actes de torture de longue durée
            ne parlons pas des zoos et des ménageries de cirques


          • Pauline pas Bismutée 9 juillet 10:31

            @Gollum
            Comportement pas nécessairement chrétien, mais schizophrène évidemment.

            Ca me rappelle une discussion avec des opposants à la chasse à la baleine (je suis contre aussi) ; j’expliquais qu’au moins la baleine était dans son élément et avait une (maigre) chance, mais que les moutons, veaux, etc. eux n’en avaient aucune, et que les faire procréer dans le but de les tuer était encore pire, moralement. Réponse de certains « ah, mais c’est pas pareil, ils ne sont pas en voie d’extinction ! »

            Y’a du boulot …


          • Gollum Gollum 9 juillet 10:36

            @Pauline pas Bismutée

            Ben si c’’est la « morale » chrétienne, uniquement focalisée sur l’homme, qui a forgée nos psychismes... Les animaux, n’ayant pas d’âmes, donc pas d’existences réelles au fond, n’ont jamais été la préoccupation des chrétiens...

            Dans d’autres civilisations nos façons de traiter les animaux seraient regardées comme barbares... 


          • Pauline pas Bismutée 9 juillet 10:46

            @Gollum
            Alors ne faites pas un tour en Chine (les chiens sont suspendus conscients et bien vivants avant qu’on leur tranche l’artère) ou sur les marches thaïlandais (les poissons se trémoussent encore les boyaux a l’air) ...


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 juillet 10:48

            @Gollum

            les bouddhistes et les musulmans ne font pas mieux en la matière
            seuls les peuples animistes respectent les êtres vivants dans leur ensemble
            ce qui a forgé les mentalités, c’est le néolithique, le passage du statut le chasseurs cueilleurs à celui d’agriculteurs éleveurs (et la notion de propriété privée d’hectares et de cheptel-capital qui va avec).


          • Gollum Gollum 9 juillet 10:59

            @Pauline pas Bismutée

            Oui je connais les traitements sur les chiens en Chine.

            Mais je visais surtout les conditions de détention dans les élevages de masse. Là le calvaire dure beaucoup plus longtemps.


          • Gollum Gollum 9 juillet 11:03

            @Séraphin Lampion

            Non, le bouddhisme a une éthique animale. 

            http://www.buddhaline.net/Le-Bouddha-et-les-animaux

            Ceci dit je ne sais pas ce qu’il en est du respect animal dans les pays bouddhistes il y a parfois loin de la théorie à la pratique.. mais j’ai tendance à penser que cela doit avoir un impact quand même..

            Quant aux musulmans il sortent du même tronc que les chrétiens donc forcément...

            Sinon ce sont les peuplades les plus primitives qui semblent les plus aptes à respecter le vivant, vous avez raison..


          • Traroth Traroth 9 juillet 11:22

            @Gollum
            A vouloir parler de tous les sujets en même temps, rien n’avance jamais.


          • astus astus 9 juillet 11:48

            @Gollum

            Bonjour,
            L’Inde, pays de naissance du bouddhisme, est aussi le premier exportateur de viande bovine au monde : 
            https://www.reussir.fr/bovins-viande/linde-premier-exportateur-de-viande-bovine 
            Ce qui montre en effet qu’ « il y a parfois loin de la théorie à la pratique ».
            Cdlt.


          • ZenZoe ZenZoe 9 juillet 10:00

            Pauvre homme, pauvre famille. Il n’y a que des perdants dans toute cette histoire.


            • Raymond75 9 juillet 10:15

              Ce qui est affreux, c’est qu’avec la mort annoncée de Vincent Lambert, il y aura un gros sujet de polémique en moins sur Agoravox ...

              Il faut d’urgence prospecter pour une autre cause désespérée !


              • Trashon Trashon 9 juillet 10:31

                @Raymond75

                Ce qui est vraiment affreux, c’est qu’on ne laisse que deux options à ce pauvre type, la première passer sa vie allongé avec des escarres au cul à bouffer du liquide en se pissant et chiant dessus, la seconde c’est de crever de faim et de soif...

                Finalement je me demande si lui tirer une balle dans la tronche ne serait pas plus civilisé...


              • Pauline pas Bismutée 9 juillet 10:36

                @Trashon
                C’est a peu de chose près un bon résumé du débat sur l’euthanasie !


              • Fergus Fergus 9 juillet 17:56

                 Bonjour, Trashon

                En effet, l’horreur d’une déchéance irréversible opposée à la barbarie d’une mort lente.

                Il est des cas  comme celui-ci  où l’euthanasie est un geste de compassion, n’en déplaise aux intégristes religieux.


              • foufouille foufouille 9 juillet 17:59

                @Fergus

                il ne ressent presque rien donc c’est toi que ça dérange encore une fois, le sale invalide. ce n’est pas de la compassion mais de l’euthanazie.


              • chantecler chantecler 9 juillet 18:20

                @foufouille
                Calmez vous foufouille ,
                Il n’est pas question de vous euthanasier !...


              • foufouille foufouille 9 juillet 18:37

                @chantecler
                bien sur que ce si avec la mentalité actuellle, on ne m’aurais pas proposer, en 92, mais imposer une trop grosse piqûre de morphine.


              • gnozd 9 juillet 18:41

                @Fergus

                Pour une fois je suis 100% d’accord avec vous.
                D’autant plus qu’on ne sait pas trop si ce gars-là est conscient, et si il l’est, jusqu’à quel point.
                Mais imaginons qu’il soit conscient comme tout un chacun, donc conscient de son état : ça doit être l’horreur pour lui, de ne pas pouvoir exprimer quoi que ce soit, ne pas pouvoir communiquer...
                Le laisser vivre de cette manière c’est du sadisme, le liquider comme ils sont en train de le faire, pareil : si il est conscient il va souffrir le martyre en plus physiquement.
                Comme tout ça est hypocrite. A côté de ça notre société n’hésite pas à envoyer des jeunes au casse-pipe, fussent-ils engagés volontaires.

                Et quid du coût de l’opération, vu qu’apparemment c’est un CHU, donc le service public qui supporte ça financièrement depuis 10 ans ?
                La môman catho n’a pas les moyens de payer un institut spécialisé ?


              • jeanpiètre jeanpiètre 9 juillet 20:44

                @foufouille
                c’est la volonté divine ;; ;;


              • Fergus Fergus 9 juillet 21:36

                Bonsoir, foufouille

                Je fais partie de ceux qui pensent que les pouvoirs publics n’en font pas assez  c’est le moins que l’on puisse dire !  pour aider les infirmes et leurs familles.

                Mais on ne parle pas là d’infirmes aussi grave soit leur état  qui possèdent encore une vie consciente et ne sont pas réduits de manière irréversible à un état végétatif appelé à se dégrader peu à peu ! Ne mélange pas tout !


              • foufouille foufouille 10 juillet 09:59

                @Fergus

                donc tous les gens dans le coma doivent être tuer ou un état proche du coma. son état ne se dégrade pas comme pour les 1000 autres personnes.


              • victormoyal victormoyal 9 juillet 11:02

                Arrêt des soins le 2..nous sommes le 9, et il est toujours vivant agonisant sur son lit d’hôpital...Son fort les décideurs de sa mort… smiley


                • Pere Plexe Pere Plexe 9 juillet 11:37

                  @victormoyal
                  Le type est déjà mort depuis longtemps.
                  Qu’a grand renforts d’artifices on maintienne son cœur et sa respiration n’y change malheureusement pas grand chose.
                  Pour ce qui est de son destin c’est un peu fort d’en rendre responsable les toubibs.
                  Surtout venant d’idolâtre du « tout puissant ».


                • foufouille foufouille 9 juillet 11:39

                  @Pere Plexe

                  il n’a pas besoin de machine pour respirer.


                • victormoyal victormoyal 9 juillet 12:23

                  @Pere Plexe...ben non il est toujours vivant respirant seul sans machine..voué à la mort par la volonté de sa femme une longue agonie...Avant de dire des conneries renseignez vous machin… smiley


                • jeanpiètre jeanpiètre 9 juillet 20:48

                  @victormoyal
                  son patron l’a viré pour abandon de poste, chaus pour refaire sa vie , avec le lot de casseroles qu’il se trimbale , parentssectaires femme indinge ,trou de la sécu, images floutées comme un violeur au jt, bonjour je m’appelle vincent lambert, je suis sociable et dynamique^^


                • Pere Plexe Pere Plexe 11 juillet 19:57

                  @victormoyal
                  il y a belle lurette que la mort ou la vie ne sont plus définie par la capacité à respirer !
                  La globalité du monde scientifique et aussi l’OMS la définissent comme la disparition irréversible de l’activité cérébrale .


                • Traroth Traroth 9 juillet 11:17

                  Sylvain Rakotoarison, infaillible boussole à indiquer le sud.

                  Votre acharnement à défendre le mauvais camp en toute circonstance force presque le respect. Presque...


                  • Taverne Taverne 9 juillet 11:18

                    Bonjour Sylvain,

                    L’argumentation d’Emmanuel Hirsch est mauvaise si on la reprend point par point :

                    1 - Emmanuel Hirsch ne comprend pas, lui non plus, la précipitation du CHU de Reims à vouloir laisser mourir Vincent.

                    « Précipitation » (terme employé dans l’article) ? Quand on examine le nombre d’années, de débats et de tergiversations de tous ordres et le tapage produit par cette affaire ? La justice traite de ce cas depuis de longues années avec laplus grande attention, l’équipe médicale aussi. Ce n’est pas là un exemple de « précipitation ».

                    2 - Le 29 juin 2019, évoquant la décision de la Cour de cassation de la veille, il l’a qualifiée de « décision légale d’exclure M. Vincent Lambert de notre République exemplaire ».

                    Ce sont là des mots bien pompeux et qui semblent bien éloignés de la réalité vécue par le malade et sa famille, ainsi que de la réalité des faits et du Droit. Je ne pense pas que la France ait à rougir de son système de santé ni de tous les efforts déployés pour ce cas dramatique. Notre République ne s’est pas montrée dépourvue d’âme. En attendant la « République exemplaire », voyez du côté des Etats-Unis, par exemple, où les gens qui ne peuvent se payer des soins coûteux doivent se résoudre à mourir...

                    3 - « M. Vincent Lambert témoigne, résolu à vivre dans le confinement d’une chambre d’hôpital, d’un non abandon, d’un non renoncement à son existence. ».

                    Non, il ne témoigne pas , le pauvre gars, il n’est pas utile de parler à sa place.

                    4 - Par cet « acte de résistance », Vincent nous enseigne « à sa façon, dans son étrange présence, celle d’un frère en humanité, une leçon de dignité, une sagesse et peut-être l’idée d’une forme inédite, voire paradoxale de résistance éthique ».

                    Encore du bla bla pompeux. Si Monsieur Hirsh ressent un besoin de faire de la résistance, qu’il s’exprime lui-même comme il l’entend, sans prêter cette intention à Vincent Lambert, et sans remettre en question la justice de notre république.

                    5 - Emmanuel Hirsch craint une évolution de l’application des lois de bioéthique (...).

                    C’est de l’ordre du ressenti. Il a ses propres craintes, subjectives, doivent-elles servir de base à une décision juridique contraire ou à un changement de la loi ?


                    • adeline 9 juillet 12:08

                      Voilà , il est mort , on passe à quoi ?


                      • Pere Plexe Pere Plexe 11 juillet 19:59

                        @adeline
                        il parait que certains croient en la résurrection...
                        VL le retour !


                      • rugueux 9 juillet 12:13

                        Le lémurien nécrophage c’est qu’il en a des références, et des bonnes en plus....

                        Hirsch ferait mieux de s’occuper de la gestion de l’AP qui est en déliquescence plutôt que de raconter des conneries sur la « résistance » d’un type qui est légume depuis une bonne dizaine d’années...et la « précipitation » dans une affaire où des parents cathos fanatiques et plaideurs compulsifs n’ont cessé de multiplier les recours les plus farfelus et procéduriers pour retarder ce qui est avant tout une mesure de bon sens...On remarquera au passage l’absolue discrétion et la remarquable retenue de son épouse qui ne s’est jamais répandue dans les médias à la différence de la mère de VL qui n’a jamais loupé un micro pour répandre ses propos de grenouille de bénitier.

                        Quant Khan super-spécialiste autoproclamé en éthique et grand pourvoyeur de leçons de morale médiatique sa déclaration est d’une rare élégance : en dépit d’un langage châtié et de vagues précautions oratoires en gros il jette le doute sur les motivations de l’épouse de VL..En fait elle juste se remarier tranquille....


                        • dscheffes 14 juillet 13:24

                          @rugueux :
                          si monsieur dit de grosses bêtises , c’est qu’il doit aller à confesse le samedi et à la messe le dimanche


                        • Jelena Jelena 9 juillet 12:39

                          Lambert c’est un héros, alors y peut pas mourir ! Avec lui c’est le retour de la grande aventure, celle qui fait hurler, celle qui fait frémir, dans la nuit dans le vent et dans la froidure (dure).


                          • Positronique 9 juillet 16:17

                            @Jelena
                            Grosses et dures hein , sale petite vermine de Serbe.


                          • Jelena Jelena 9 juillet 18:01

                            @Positronique : Ta zigounette ne te servant qu’à vidanger les 3 litrons de rouge que tu descends quotidiennement, « longue », « grosse » ou « dure », ça ne veut pas dire grand chose pour toi.


                          • darkjack 9 juillet 12:54

                            A l’auteur :

                            Le gars était infirmier et avait clairement dit : je ne veux pas vivre comme un légume. Il ne fallait pas respecter son souhait ?

                            Électroencéphalogramme plat : il est mort, seul l’acharnement médical maintenait son corps en vie, son cerveau est éteint.

                            Et même si son cerveau fonctionnait, vous imaginez vivre dans une prison de chair, sans aucune possibilité d’interaction avec son environnement ? Cela vous plairait ? Moi pas, je préférerai partir.

                            Le vrai souci est la méthode choisie. En France, comme pour beaucoup de problème de société, on applique la politique de l’Autruche. Au contraire de voisins européens qui accorde le droit de partir sans souffrance.


                            • Armelle Armelle 9 juillet 15:12

                              @darkjack
                              « En France, comme pour beaucoup de problème de société, on applique la politique de l’Autruche »

                              Cette politique est en effet bien Française !!! ...Pareil pour l’alcool, la drogue, la prostitution, jusqu’à même nos dépenses d’état..
                              La France est un vieux pays de conservateurs, atteints de sénilité avant l’âge et adeptes de la bien-pensance au détriment du bon sens.
                              Il est en effet franchement inadmissible que des Français désireux de partir quand ils le désirent, sans souffrance, et dans le souhait de ne pas avoir à être assistés, soit contraints de se rendre en Suisse ou en Belgique.
                              Mais bon, doit-on rappeler que la vieillesse reste un marché, un marché juteux, d’autant plus que le papy boom s’annonce prometteur en terme de création d’activité et donc de booster de PIB...Comment ? Les concernés ?....Bah rien à foutre des concernés, depuis quand on écouterait les concernés !!!
                              Ne pas avoir le droit de disposer de son corps est une forme de fascisme. Et pour ceux qui prétendraient que le sujet est générateur de potentiels débordements, il faudrait leur répondre qu’il y a toujours dommage collatéral, l’important étant que la disposition satisfasse le plus grand nombre !!! N’est-ce pas notre définition de la démocratie ? 
                              Au sujet du cannabis, je pense que nous nous réveilleront seulement quand les pays qui eux ont réagi il y a belle lurette auront pris le plein marché des produits reconnus efficaces contre certaines pathologies. Nous sommes derniers de la classe nommée OCDE, dans bcp de domaines, nous devrions conserver le bonnet d’âne encore un certain temps...nous persévérons manifestement


                            • gnozd 9 juillet 18:47

                              @darkjack

                              "Et même si son cerveau fonctionnait, vous imaginez vivre dans une prison de chair, sans aucune possibilité d’interaction avec son environnement ? Cela vous plairait ? Moi pas, je préférerai partir.

                              "

                              Bravo. Exactement et mieux exprimé ce que je disais plus tôt : le doute est permis quant à son état de conscience et si il l’est (conscient), ça doit être l’horreur...


                            • Loatse Loatse 9 juillet 13:33

                              Je pense que si l’on avait autorisé à abréger la vie d’un patient en stade terminal d’une grave pathologie générant une souffrance intolérable, à sa demande bien entendu (euthanasie active rapide, pas ce processus long aux effets secondaires terribles), il n’y aurait pas grand monde pour s’y opposer... moi non plus.

                              Dans ce cas précis : un grand handicapé, pas en fin de vie, le doute (les médecins ne sont pas d’accord) doit bénéficier à celui ci et le maintien en vie primer.. 

                              Certains disent : oui, mais ce n’est pas une vie ! d’autres "il avait dit que si jamais cela lui arrivait, il voudrait qu’on en finisse)... sauf qu’il peut y avoir un abîme entre ce que l’on dit, en bonne santé et ce que l’on peut ressentir quand on se retrouve re en situation, face à la mort... Pour beaucoup de grands handicapés et pas que, l’instinct de survie prime..et les critères de qualité de vie se modifient...

                              Dans cette affaire tragique (plusieurs tentatives d’euthanasie longues interrompues, ce qui s’apparente à de la torture) , s’il n’y avait apparemment pas eu la demande de l’épouse, croyant sans doute bien faire, d’abréger la vie de vincent lambert, celui ci serait à cette heure comme bien d’autres personnes en état pauci relationnel (respirant sans aide, déglutissant), dans un centre adapté, stimulé, sorti, pouvant qui sait être nourri à la cuillère et non pas reclu pendant 10 ans dans une chambre d’un service de soins intensifs..

                              Des centres, des médecins spécialisés dans ce handicap ont proposé son transfert.. celui ci a été refusé.

                              De plus, quand on voit les vidéos/image d’il y a quelques années et celles qui ont été prises récemment, on ne peut qu’être troublé... par le changement d’expression de son visage.

                              Alors beaucoup se posent la question : est ce une question d’argent (combien vaut une vie humaine, combien vaut VOTRE vie ?).. va t’on demain, sous couvert de compassion bien entendu, abréger la vie des handicapés, des alzeimer, des vieillards séniles, VOTRE vie parceque vous serez considéré comme un poids par la société ?)

                              déjà le regard que pose nos sociétés occidentales sur les handicapés, les personnes agées, est inquiétant...

                              L’humanisme n’est pas l’humanité.


                              • ZenZoe ZenZoe 9 juillet 14:38

                                @Bonjour Loatse
                                le doute (les médecins ne sont pas d’accord)

                                Justement si. Tout au moins ceux qui ont examiné le patient et consulté attentivement son dossier médical. Et tous sont tombés d’accord.
                                Les médecins qui émettent des doutes sont des médecins ’orientés". Le plus préoccupant est qu’ils n’ont jamais posé les yeux (et d’autant moins leur stéthoscope) sur Vincent Lambert. Ils se positionnent par rapport à leurs convictions et non par rapport aux patients. Ce n’est pas très professionnel de leur part. On manque de médecins en France, pas d’idéologues.
                                C’est ce que j’essayais de dire dans un précédent commentaire. Vincent Lambert est un patient unique à traiter avec ses spécificités, il n’est pas le représentant d’une cause. (j’ai mis certains mots en italique car ils sont importants)


                              • foufouille foufouille 9 juillet 15:39

                                @ZenZoe

                                il n’est pas unique vu qu’il existe un millier d’autres personnes dans ce cas. le but est aussi de pouvoir euthanasier plus de monde sans consentement écrit.


                              • jeanpiètre jeanpiètre 9 juillet 20:50

                                @foufouille
                                ça risuque de soulager des milliers de cercles de proches.


                              • foufouille foufouille 10 juillet 09:50

                                @jeanpiètre

                                pas vraiment puisqu’ils viennent voir leur parents ou s’en occupe pour certains. tout ne veut pas tuer des malades qui ont un petite chance de guérison. ensuite, il faudrait tuer des milliers d’autres qui dérangent.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 14:54

                                A t’il pleuré de soulagement, de regret ou de tristesse de mourir ?

                                La mère, le prof expert, le docteur ou Rakotoarison peuvent t’ils le dire ?

                                Surtout, si Vincent Lambert peut donc ouvrir et fermer les yeux, s’il est donc conscient et peut voir, alors, comment se fait t’il qu’il ne puisse pas communiquer par clignement des yeux ?

                                Bref, l’auteur affirme n’importe quoi pour soutenir son opinion et se fout totalement de ce que peut vouloir Vincent Lambert. On appelle cela de l’instrumentalisation, et le faire au dépend d’une personne qui ne peut s’exprimer est tout, sauf moral ou éthique.


                                • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 9 juillet 15:02

                                  @ Loatse

                                  va t’on demain, sous couvert de compassion bien entendu, abréger la vie des handicapés, des alzeimer, des vieillards séniles, VOTRE vie parceque vous serez considéré comme un poids par la société ?)

                                  Bonjour,

                                  Ce que vous dîtes est très juste et il y a tout lieu de craindre que l’Affaire Lambert soit le préalable dans l’avenir de toute une série de prises de décisions juridiques et médicales — les deux liées — pour régler une bonne fois pour toutes le problème du handicap, des personnes atteintes de Alzheimer, âgées, le suicide assisté considéré comme une probable solution, etc., lorsque les mentalités seront suffisamment bien façonnées, manipulées, enfin prêtes pour cette société-là qui n’est peut-être pas si loin de nous, même si nous en rejetons tous les jours un peu plus les limites dans le temps.

                                  N’oublions pas que nous avons affaire en Occident à une société largement tournée vers l’eugénisme. Cela est encore diffus en France, mais s’installe petit à petit, et de plus en plus. Et tout est fait pour l’accepter. Ce n’est pas la personne de Vincent Lambert qui intéresse la presse, une certaine frange du monde médical, certaines associations. De lui, ils s’en contre-fichent, non ! C’est le projet fortement ancré dans les mentalités des eugénistes qui doit voir le jour à plus ou moins long terme. Et pour eux, le plus court sera le mieux.

                                  Car il faut s’interroger sur cet empressement médiatique pour cette affaire, sur la façon de présenter le dossier Lambert, sur le parti-pris et les jugements émis sur la mère, sur le parti-pris sur les autres membres de la famille, sur les interventions de certains politiciens, et, notamment les promoteurs de la loi Leonetti lorsque ceux-ci devaient respecter un minimum de devoir de réserve. Même les artistes mettent leur grain de sel, et bien sûr, toujours dans le sens de la morale publique, l’intérêt de la société, etc. Effectivement, quel est l’intérêt à long terme de toute cette propagande, de tout ce battage ? Il n’est pas difficile à deviner.

                                  Il y a tout lieu de s’interroger sur le fait de présenter la mère d’une manière partiale, auprès de l’opinion publique comme une « bigote ou grenouille de bénitier » et qui selon la presse— ne serait motivée que par l’aspect religieux et manipulée par une cohorte d’intégristes. Je voudrais seulement rajouter que personne, en dressant de cette mère un portrait aussi réducteur, ne songe à se mettre un peu à sa place  ? Il s’agit de son fils !

                                  La presse dans son ensemble se permet de porter un jugement quasi vindicatif sur elle, et dans toute cette triste affaire, oui, l’homme Vincent Lambert a été oublié complètement, il n’est plus que l’otage de deux visions antagonistes. Celle maternelle empreinte de spiritualité, de renoncement, de souffrance chaque jour renouvelée, car perdre son fils est une chose horrible à vivre et tout autant le voir mourir à petit feu depuis des années, alors pour une fois, penchons nous un peu sur les affres de cette mère au lieu de la condamner sous le bull dozer médiatique et du monde médical qui est loin d’être si éthique qu’il veut bien le proclamer avec une telle solennité hypocrite et ses jugements à l’emporte-pièce qui sont loin d’être neutres.

                                  D’autre part, tout faire pour laisser en vie de surcroît un fils tétraplégique  

                                  est un acte d’amour que d’aucun jugeront insensé, en reprenant bien sûr les antiennes médiatiques qui donnent d’un acte finalement d’amour éperdu et désespéré, celle d’ un acte complètement hors-norme, alors que oui, il est normal que ses parents se battent pour qu’on le laisse en vie.

                                  Et je dis cela avec autant plus de liberté que m’occupant de ma mère, très âgée, alzheimer, grabataire, souffrant de multiples conséquences de son handicap, des personnes de mon entourage me font tous les jours comprendre que ce n’est pas tenable ni pour elle, ni pour moi et les miens qui nous en occupons. Et ce sont les mêmes qui réclament la fin des soins pour Vincent Lambert, faisant un parallèle détonnant entre les deux situations. Et ces mêmes personnes apparemment pleines de bonnes intentions mais largement influencées par la presse télévisuelle et le reste, réclament pour les personnes grabataires et très âgées, la solution qui leur semblerait la plus conforme à notre société moderne : l’euthanasie. Ils sont pour, très hypocritement aussi, sans se préoccuper que l’handicapé, quel que soit son état a peut-être lui aussi envie de vivre, et n’a besoin que de l’expression de la tendresse infinie de son entourage. Quant à prétendre qu’un handicapé cela coûte cher à la Sécu, c’est du même tonneau que le reste, nous nageons dans l’hypocrisie la plus rance.

                                  En fait, tout ce petit monde qui s’agite autour de la question du handicap, ne cacherait-il pas au fond de lui-même la sale mentalité des eugénistes prêts à tout pour une société malthusienne, une société bien propre, bien nette, sans bavures, sans laideur physique, sans anormalité, etc. ?

                                  Alors réfléchissons bien à ce qu’ouvrir sa bouche actuellement en criant plus fort que les autres, harro sur madame Lambert, ne cache pas en réalité de bien plus sordides préoccupations que le bien-être d’un Vincent Lambert ?

                                  Car aujourd’hui V. Lambert, demain les autres. Et ne croyez pas, de la tétraplégie à la maladie d’Alzheimer, le processus d’acceptation de l’inimaginable procédera des mêmes méthodes d’acceptation passives et massives de la population, et un jour, on trouvera tout à fait normal d’arrêter les soins à une personnes alités souffrant de handicap, âgée ou pas. Nous en sommes là.

                                  Cette société là nous n’en voulons pas. Nous nous battrons pour qu’elle ne voit jamais le jour !


                                  • Arogavox 11 juillet 22:08

                                    @Nicole Cheverney
                                     Je vous salue et vous remercie pour cette intervention remarquablement formulée !

                                    Etonnant à quel point ceux qui ont un vécu semblable (bien plus de simples opinions) en arrivent au même dégoût de l’hypocrisie ambiante !

                                    Pour le souligner (et pour mieux le répertorier moi-même) je retranscris ici ce passage

                                    « Et je dis cela avec autant plus de liberté que m’occupant de ma mère, très âgée, alzheimer, grabataire, souffrant de multiples conséquences de son handicap,
                                    des personnes de mon entourage me font tous les jours comprendre que ce n’est pas tenable ni pour elle, ni pour moi et les miens qui nous en occupons.
                                    Et ce sont les mêmes qui réclament la fin des soins pour Vincent Lambert, faisant un parallèle détonnant entre les deux situations.
                                    Et ces mêmes personnes apparemment pleines de bonnes intentions mais largement influencées par la presse télévisuelle et le reste, réclament pour les personnes grabataires et très âgées, la solution qui leur semblerait la plus conforme à notre société moderne : l’euthanasie. Ils sont pour, très hypocritement
                                     ... »



                                  • Arogavox 11 juillet 22:10

                                    ... bien plus que de simples opinions

                                     ...


                                  • Taverne Taverne 9 juillet 15:33

                                    Passons le test de la pyramide des trois états existentiels :

                                    1 Au sommet de la pyramide : « être » : expérimentation du cogito : « je pense donc je suis ».

                                    2 Etage intermédiaire : « je réfléchis donc j’existe. » expérimentation du miroir.

                                    3 La base de ma pyramide : « j’aime donc je vis ». Expérimentation de l’amour sous toutes ses formes : affection familiale, amicale, sentiment amoureux, foi religieuse, humanisme...Beaucoup reprochent au verbe « aimer » d’exprimer trop de choses (j’aime les glaces, j’aime ma femme). Je trouve, au contraire, que cela n’est pas le résultat du hasard et que cela doit nous montrer que le langage a choisi de désigner par le même vocable toutes formes d’amour. C’est la capacité générale à aimer les choses (à jouir de la vie) et les êtres (les autres ainsi que soi-même).

                                    Mais :

                                    1 — Vincent Lambert ne peut plus dire « je pense, je suis ».

                                    2 — V.L ne perçoit plus le monde et, si le monde le perçoit, ce n’est plus que superficiellement. Il n’y a plus aucun échanges d’expériences de perception qui puissent dire qu’il est un être « existant ».

                                    3 — V.L ne manifeste plus de signes d’amour d’aucune sorte.

                                    Cette théorie personnelle est philosophique. Elle n’est qu’indicative et n’a rien de scientifique. Je laisse à la médecine et aux sciences le soin d’examiner la partie qui les intéressent.



                                      • arthes arthes 14 juillet 16:18

                                        @Traroth

                                        @Gollum A vouloir parler de tous les sujets en même temps, rien n’avance jamais.

                                        Je pense que si au contraire...Si on considère qu’un humain parce qu’il est dans un état végétatif n’est plus un être humain et que ce fait justifie qu’il doive mourir , il y a une connotation:eugéniste nazie Tu sers plus à rien...Crève.

                                        Curieuse conception de l’humain, rapportée à la vie végétale et animale c’est ; Tu es utilitaire, donc domestiqué, donc exploité, donc crève de toutes manières...Comme l’humain en fin de compte

                                         


                                        • Xenozoid Xenozoid 14 juillet 16:30

                                          @arthes

                                          et alors,je ne mange pas de viandes et suis contre la souffrance animale(a des millions de tonnes),d’ailleurs plein ici le disent,ils faut tuer les animaux humainement...
                                          tu sais ,fait ton article,on en fera une balise,même si je sais que je tue ma salade aussi....

                                          on peut débatre sur les couleurs de la sirene et le sexe des anges,on arrivera pas a pousse un utilitarist,qui n’est pas nouveau

                                          ps : j’ai travaille 5 ans pour un centre qui s’appellait le steinmeltz

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès