• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’AFIC appelle à défendre la République

L’AFIC appelle à défendre la République

L’AFIC appelle à voter pour le candidat qui représente vraiment les valeurs républicaines.

L’AFIC 60 (Association pour la Formation aux Initiatives Citoyennes), très attentive au déroulement des élections présidentielles, demeure fidèle à sa vocation d’encourager l’analyse et l’esprit critique face aux discours électoraux.

Comme au lendemain du 21 avril 2002, l’AFIC appelle à voter pour le candidat aux élections présidentielles qui assure le mieux la défense des valeurs républicaines.

C’est qu’en effet, d’un certain point de vue, la situation actuelle est comparable à celle de l’entre deux tours de 2002, un des deux candidats ne présentant pas les garanties de démocratie et de défense des valeurs républicaines.

Comment imaginer qu’un ministre candidat qui reconnaît avoir repris le ministère de l’Intérieur pour se venger de ceux qui lui avaient créé des difficultés, puisse une fois élu à la magistrature suprême, œuvrer pour le bien commun sans utiliser sa fonction pour ses intérêts propres ?

Comment ne pas deviner derrière un « nettoyage au kärcher » de la « racaille » de banlieue une « kärcherisation » des opposants politiques, commençant par celle de la direction de FR3 Paris et Lille, et d’autres médias en général (Genestar, livre de Portelli, livre de Azouz Begag...) ?

Comment ne pas craindre une dérive policière de l’Etat lorsqu’on sait que des manifestants sont systématiquement entravés dans leur liberté d’expression par des interpellations préventives ?

Comment prêter foi à des arguments qui changent au gré des besoins électoraux, et dont la démagogie est évidente ?

Comment accepter des propos rétrogrades et dangereux tenus sur le caractère génétique de certains comportements, de la part de quelqu’un qui brigue des responsabilités si importantes ?

Comment accepter cette quête des voix d’extrême droite de la part d’un candidat se prétendant démocrate ?

Comment ne pas voir un risque de dérive dictatoriale chez un candidat qui n’accepte aucune contradiction, traite en ennemis ceux mêmes de son camp qui osent entrer en désaccord avec lui, et emploie la menace à l’encontre de ceux qu’il juge lui manquer d’égards ?

Peut-on accepter l’idée d’être à la remorque des Américains et de leur président Bush, que ce candidat admire tant ?

Doit-on accepter, comme il le préconise, de laisser l’adoption d’une constitution européenne à l’initiative du parlement, sans débat national, sans référendum, ce qui reviendrait de toute évidence à faire l’Europe sans le peuple français ?

Faudrait-il brader l’exception française en même temps que notre République ?

Au-delà des discours politiques, il conviendrait d’aller rechercher dans les actes de chaque candidat ce qu’il a réalisé lorsqu’il a eu des responsabilités au niveau de l’Etat.

Jean-Pierre Thullier, président de l’AFIC 60


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • minijack minijack 2 mai 2007 16:51

    Tout est dit, rien à ajouter !

    Votez Ségolène ! (ou blanc, mais votez !)


    • Mister LUCAS 3 mai 2007 23:03

      tu te contredis un peu, car voter blanc, c’est voter Sarkozy en quelque sorte. Moi, je m’en fice hein, je dis ça, je dis rien


    • Thullier 5 mai 2007 13:33

      Bonjour, Nous n’appelons pas à voter blanc, ce qui serait un comble. Nous appelons à voter pour le candidat qui défend les valeurs républicaines. Notre association n’ayant pas pour vocation de donner des consignes de vote personnalisées, ne pouvait demander de voter Ségolène Royale. Mais le fond de l’article, montrant que N. Sarkozy était disqualifié en ce qui concerne la défense des valeurs républicaines, était clair quant au choix à faire , puisqu’il n’y a que deux candidats. Cordialement. J-P Thullier


    • Sylvio Sylvio 2 mai 2007 17:30

      Je rappelle les valeurs républicaines :
      - Liberté
      - Egalité
      - Fraternité

      Je vois un candidat qui met un point d’honneur sur l’identité française mais qui n’a jamais prononcé cette devise dont nous pouvons être fier. A se demander sur Nicolas Sarkozy ne prone pas la « rupture » pour cette devise et le retour à « Travail Famille Patrie ». A se demander, si il ne s’étranglerait pas en prononçant notre devise républicaine.


      • vanessa 3 mai 2007 01:20

        ALLEZ VOTEZ SEGO POUR UNE NATION PLUS JUSTE, UNE REPARTITION DES POUVOIRS ET L’EGALITE DES CHANCES POUR TOUS, N’OUBLIEZ PAS QUE DES PERSONNES AVANT NOUS CE SONT BATTUS POUR CES VALEURS ALORS LE 06 MAI VOTEZ SEGO... smiley PEACE FOR LIFE...


        • Mister LUCAS 3 mai 2007 23:04

          pas la peine de crier, tu me rapelle l’antillais d’hier aux halels à crier «  »faut être anti-sarko"


        • Stoïque 3 mai 2007 23:38

          Article qui annonce bien les cruelles désillusions de ceux qui vont s’égarer dimanche sur un choix périlleux sans trop y réfléchir....

          « Je révais d’un autre monde..... »


          • freedom2000 freedom2000 3 mai 2007 23:54

            A méditer : La Presse Suisse regarde la Presse française muselée Mainmise sur la presse tricolore - LIAISON DANGEREUSE

            Depuis 2002, NS a placé des hommes à lui dans presque toutes les rédactions parisiennes, dans la presse écrite comme dans la presse audiovisuelle Les Français ne connaissent pas la société audiovisuelle ETC (Etudes, techniques et communication). Pourtant, ils ne cessent de voir ses productions à la télévision.

            C’est cette entreprise, appartenant à l’UMP, qui filme leur et qui ensuite « vend » (ou plus souvent donne) ses reportages aux chaînes de télévision françaises. Le plus grave, ce n’est pas que NS organise ses propres reportages, mais que les télévisions acceptent ce procédé car il leur fait économiser de l’argent.

            Pourquoi se gêner ? La société ETC jouit d’une excellente réputation professionnelle, elle offre des images parfaitement maîtrisées, avec des caméras face à la tribune, sur les côtés, et survolant la foule. NS a même organisé le retour de Cécilia, son épouse, au domicile conjugal. Son photographe a pris soin de prendre les clichés à distance afin de faire croire qu’il s’agissait de photos volées par un paparazzi...

            Rien d’étonnant à cela. Comme le rappelle Frédéric Charpier dans son livre « NS. Enquête sur un homme de pouvoir » (1), l’actuel ministre de l’Intérieur avait imaginé un temps devenir journaliste.

            Maire de Neuilly, dans la région parisienne, et président des Hauts-de-Seine, le département le plus riche de France, NS a courtise de longue date les patrons de presse, qui sont souvent ses administrés, comme autrefois Robert Hersant, propriétaire du Figaro et notamment 30% de la presse française, et aujourd’hui Martin Bouygues, le patron de TF1, dont le journal télévisé est regardé par 8 millions de personnes (on pourrait d’ailleur dire SarkoTV...).

            « Il est non seulement l’ami des patrons de presse, mais il est aussi l’ami des rédacteurs en chef et des chefs des services politiques qu’il appelle très souvent au téléphone.

            NS s’est aussi constitué une cour de sans-grade qui espionnent pour lui à l’intérieur des rédactions, recevant en compensation des informations exclusives ou des promesses de promotion », raconte un enquêteur connu de la presse parisienne.

            Le climat est devenu tellement étouffant que ce journaliste demande non seulement que son nom n’apparaisse pas, mais que son journal ne soit pas mentionné non plus. « Je suis contraint de me méfier de mes propres collègues », déplore-t-il (belle notion de la démocratie "Big Brother).

            Ministre de l’Intérieur, à la tête de deux services secrets, la DST et les Renseignements généraux (RG), NS est un homme tout-puissant. Alors que ses « amis » journalistes ont étés abreuvés de scoops sur la délinquance ou sur le terrorisme, les autres rédacteurs se retrouvent au pain sec : les policiers ne leur parlent plus. Pire, ils découvrent que les Renseignements généraux ne font pas seulement des enquêtes sur les collaborateurs de SR, comme Bruno Rebelle, ancien directeur de Greenpeace.

            Mais qu’à l’occasion, ils s’intéressent aussi à la vie privée des rédacteurs un peu trop à gauche. « Un proche de NS vous appelle au téléphone et lâche le nom de votre maîtresse, menaçant de le faire savoir à votre épouse si vous ne devenez pas davantage conciliant avec le candidat de l’UMP », s’étrangle un journaliste du Figaro. Un proche de NS que Karl Laské, journaliste à Libération appelle carrément « le lanceur de boules puantes ».

            Le livre à charge intitulé « NS ou le destin de Brutus » (2), écrit par plusieurs journalistes parisiens sous le pseudonyme de Victor Noir, s’est vendu à plus de 25 000 exemplaires. Il est réédité en livre de poche.

            NS propulse les ventes de par sa médiatisation « On montre du doigt le magazine Le Point pour ses 10 couvertures consacrées à NS ces derniers mois. Le problème, c’est que ces 10 couvertures ont bien vendu.

            Les journalistes qui ne sont pas sarkozystes ne peuvent pas reprocher ce choix journalistique à leur direction », souligne François Malye, président de la Société des rédacteurs du Point.

            PARIS - IAN HAMEL 27 janvier 2007

            Je ne sais plus quel personnage a dit un jour quelque chose du genre « quand un peuple est prêt à sacrifier un peu de sa liberté pour un peu plus de sécurité (ou d’économie), alors ce peuple aura finalement mérité son dictateur »


            • Thullier 5 mai 2007 13:35

              Bonjour. Merci pour votre réponse et toutes les informations qu’elle contient. On voit en effet dans ce mécanisme de prise de pouvoir de nombreux indices de menace de dictature. Bon courage. Cordialement. J-P Thullier

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires