• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’amour multiplié par deux

L’amour multiplié par deux

Entretien avec la cinéaste et romancière caroline pochon, auteur de ‘Deuxième femme’, un récit romancé de son histoire en Afrique, vécue comme seconde épouse d’un cinéaste sénégalais.

Pouvez-vous nous résumer brièvement l’histoire de votre roman semi autobiographique ‘Deuxième femme’ ?

Une femme française se rend pour la première fois en Afrique, elle tombe amoureuse d’un Sénégalais qui lui annonce qu’il est déjà marié avec une Sénégalaise et lui propose de devenir sa deuxième femme.

Hortense, c’est vous ! La polygamie n’est pas dans votre culture française. Comment avez-vous accepté votre statut de deuxième femme ? Cette histoire est-elle le fruit d’une phase maniaque ou « peut-être hypomaniaque », comme précisait le psychiatre de votre héroïne (p292) ?

Je crois que les interprétations peuvent être multiples lorsqu’on aborde une histoire ou un événement. L’interprétation psychiatrique en est une. Devenir polygame pour une Française est une expérience, choisie par amour. Ne pas rejeter d’emblée la culture de l’Autre. Mais jusqu’à quel point peut-on épouser les mœurs et le système moral de l’Autre ?

Vous avez connu l’expérience de la polygamie, y a-t-il d’après vous une polygamie heureuse ? Comment gérer les rivalités au quotidien ?

Une polygamie ne peut être heureuse selon moi car elle met en jeu rivalité et jalousie. Le pire est lorsque les femmes cohabitent. Cependant, la cour offre également la solidarité féminine : c’est tout un modèle de vie à l’Africaine, avec ses qualités et ses défauts. On enseigne aux Sénégalaises à être vertueuses et à dépasser leur jalousie... mouais ! Pourquoi les hommes ne devraient-ils pas en faire autant en matière de vertu !

« La femme émancipée découvre, oh surprise, le bonheur de se soumettre corps et âme à un homme, dans l’amour et le respect, pour la vie si Dieu le veut ! » (p248).

Loin de moi l’idée de vous culpabiliser, mais avez-vous pensé aux millions de femmes musulmanes qui subissent cette polygamie ? Comment les féministes africaines ont-elles réagi à tout cela ?

Les féministes africaines qui découvrent le résumé du récit sont en colère contre une Blanche qui vient « mettre les pieds dans le plat », parler sans connaître, voire ruiner leur travail. En réalité, ce n’est pas le cas, car je ne fais pas du tout l’apologie de la polygamie dans mon livre. Une amie, féministe algérienne, me l’a confirmé après lecture. Mais c’est délicat, j’en conviens.

Hortense se plaignait : « Je suis seule, vilain rejeton des monstres néocoloniaux agneau dévoré par le loup sans autre forme de procès, payant de ma personne la faute de mes aïeux à canon et baïonnette », (p285). Est-ce l’éternel sanglot de l’homme blanc ?

Oui, je crois qu’il y a aussi de cela dans mon récit. Une Blanche en Afrique, cela reste une problématique assez particulière. Enfin, c’est ainsi que je le perçois. Pas neutre, en tout cas, car il y a tout un passif derrière nous.

Toujours musulmane ?

A vrai dire, pas vraiment. De retour à l’athéisme, mais bienveillante envers l’Islam, surtout dans sa version non-intégriste. Connaître (un peu) l’Islam de l’intérieur est une chance pour une occidentale. Je crois que des personnes comme moi peuvent contribuer à défendre le respect de chaque tradition. Mais j’avoue que le climat mondial est inquiétant et j’espère qu’une position plutôt libérale comme la mienne restera tenable. Je le souhaite vivement.

« Deuxième femme », de Caroline Pochon, Buchet Chastel, 316 p

Entretien réalisé par Hamid Zanaz

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 17 juillet 2013 14:20

    L’amour multiplié par deux ? Pourquoi pas, mais j’y croirais quand des homme (même en dehors de la sphère islamique) accepteront que leur femme ait deux maris. Autant dire que ce n’est pas pour demain...


    • foufouille foufouille 17 juillet 2013 16:24

      ce genre de choses existe. en inde, dans un reportage, ils se « mariaient » a plusieurs hommes et femmes. il y aussi un matriarcat au dans l’himalya.


    • Rincevent Rincevent 17 juillet 2013 18:06

      OK Foufouille, mais en fait je pensais surtout à nous, peuple « évolué » qui sait si bien donner des leçons aux autres...


    • foufouille foufouille 17 juillet 2013 19:05

      il nait 105 filles pour 100 garçons (il me sembles). donc c’est peu possible en général. sauf à faire un mariage multiple. je ne suit pas pour l’un ou l’autre, de toute façon


    • OMAR 17 juillet 2013 17:52

      Omar 33

      Bonjour Hamid et merci de nous avoir fait connaitre ce roman et son auteure.

       « .........le climat mondial est inquiétant....... »

      Parlez seulement de l’Islam sous une forme impartiale, et les foudres du ciel, plutôt les quolibets, injures et et toutes sortes de suggestions racistes et anti-islam, vous tomberont sur la tête (cf le moinssage concernant votre article qui n’a pourtant, qu’un but informatif)....

      Écrivez sur le mariage gay, les homos, le string, le kilt, le papillonnage, les femmes cougars, l’échangisme, etc.....
      Ça marche et vous ferez même le buzz...

      Mais de là à informer sur la polygamie pourtant rejetée par la majorité des musulmans, mais ça va pas ?
      Et ne dites surtout pas que ce mode familiale existe chez les mormons, car là par contre, vous ferez preuve d’un anti-christianisme évident......


      • popov 18 juillet 2013 14:17
        La polygamie a son utilité dans une société où les hommes meurent beaucoup plus que les femmes, parce qu’ils s’entre’tuent pour une chèvre ou un puits. Quand un homme meurt, le frère de son ex mari ou autre proche épouse sa femme et prend soin de ses enfants. Cela évite à la femme de devoir se prostituer pour survivre.
        Une espèce de sécurité sociale en quelques sortes.

        Dans une société en paix, où il y a un nombre pratiquement égal d’hommes et de femmes en âge de se marier, la polygamie signifie que pour tout homme qui a quatre femmes, il y a trois hommes qui ne peuvent se marier. Les femmes allant à ceux qui ont le pouvoir d’achat le plus fort, les autres sont obligés d’aller voler des femmes dans les pays voisins ou de rester célibataires.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires