• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Arabie saoudite et la Russie : nouvelles Transformations

L’Arabie saoudite et la Russie : nouvelles Transformations

Il est certain que la récente visite du roi saoudien Salman bin Abdul Aziz en Russie aura de forts effets stratégiques sur les plans politique, sécuritaire et économique.

Il y a de nombreuses analyses à propos de cette visite, mais beaucoup d’entre elles ont été marquées par les aspirations des analystes. Certains pensent que l'Arabie saoudite a tourné le dos aux États-Unis et qu'elle a réalisé le nouvel équilibre global du pouvoir qui, selon eux, a actuellement tendance à favoriser la Russie, et que la visite reflète les nouvelles convictions de l’Arabie saoudite ! Ceci n’est pas du tout vrai. La politique ne reconnaît plus l’idée d’alignement ou de non alignement envers certaines puissances. Il y a par contre des choix stratégiques qui s’imposent afin de préserver les intérêts des Etats. Cela signifie que l'Arabie saoudite peut établir de solides relations positives avec la Russie sans que cela n’affecte les relations de partenariat stratégique existantes entre Riyad et Washington. Et les États-Unis comprennent cela, sinon, quel est le sens du silence des États-Unis sur les mouvements de l'allié atlantique turc et ses relations militaires et stratégiques sans précédent avec la Russie, sachant que ce genre d’actions étaient considérées une transgression des lignes rouges pendant la guerre froide et les années qui l’ont suivie !

Le monde change et les règles du jeu géostratégique changent aussi. Le mode de gestion des relations internationales pendant la seconde moitié du vingtième siècle n'est plus valable pendant la phase actuelle. Nous ne devons pas oublier que la carte des alliances et des conflits internationaux a complètement changé. La notion même de conflit a connu plusieurs changements concrets sur le terrain, et la recherche d’une conformité totale des intérêts n'est plus réaliste et ne peut être appliquée. Tous les pays se déplacent dans des cercles de rapprochement interconnectés et les compétences diplomatiques restent le facteur principal pour gagner la plus large gamme possible d'intérêts au milieu de cette complexité via l’usage des cartes adéquates dans les conflits et des alliés et des adversaires.

En général, la visite peut être vue de plus d'un angle en raison de son importance. Elle reflète le nouveau rôle russe au Moyen-Orient à travers le portail syrien. Elle reflère également une lecture saoudienne consciente des bons changements dans la région et le monde, ainsi que la recherche de reconstruire les relations avec la Russie d’une manière à ce que Moscou reconsidère ses intérêts stratégiques dans la région selon une nouvelle perspective, ou au moins pousser le Kremlin à adopter un état de neutralité dans le conflit se déroulant à travers les deux rives du Golfe arabe.

Le président russe, Vladimir Poutine, a commenté l'avenir du partenariat américano-saoudien à la lumière de la visite du monarque saoudien à Moscou. « Il n'y a rien de permanent dans le monde », a-t-il déclaré. Poutine a affirmé lors d'un discours au Forum international sur l'efficacité énergétique à Moscou en réponse à ce que le coordonnateur du panel a déclaré sur le fait que les États-Unis resteraient toujours l'allié principal de l'Arabie saoudite dans les affaires géopolitiques, « Est-ce qu’il y a dans le monde quelque chose d’absolument permanent ? Il paraît que c’est le contraire qui est vrai. Tout est en train de changer ... Le fait que des pays partenaires poursuivent une politique étrangère indépendante, est parfaitement naturel. Lorsque nous développons des relations avec tel ou tel pays, nous comprenons cela et nous en tenons compte, mais cela ne nous empêche pas de développer des relations avec ce pays. »

Le discours du président russe est partiellement vrai, mais pas de manière absolue. Il y a en effet des constantes dans les relations entre certains pays. Les relations américano-saoudiennes sont devenues tièdes depuis que le président Trump a pris le pouvoir en janvier dernier, mais cela ne veut pas dire que la porte est fermée à l'utilisation par Riyad de son influence, son pouvoir et son statut afin d'atteindre ses intérêts stratégiques.

Il est certain que cette visite ouvrira la porte à un rôle important de la Russie à faire pression sur l'Iran pour qu'il stoppe sa politique expansionniste au Moyen-Orient. La Russie veut prouver qu’elle est un acteur international influent ayant le respect et la confiance des acteurs régionaux et internationaux. Elle est également un supporter important de l’Iran, et par conséquent, ses positions ont une influence notable sur les politiques et les orientations des mollahs.

L'Arabie saoudite s'efforce d’enlever ou de neutraliser les appuis de l'Iran au Moyen-Orient et veut s'assurer que l'Iran reste seul s'il insiste sur ses positions d’escalade envers le Royaume. La visite pourrait également aboutir à un rôle vital de la Russie à résoudre la crise yéménite, d’autant plus que Moscou désire ardemment continuer à démontrer l'efficacité de ses politiques au Moyen-Orient.

La construction d'un réseau d'intérêts saoudiens avec la Russie aura un effet définitif sur les politiques de la Russie au Moyen-Orient. C'est la signification de la traduction de l'influence saoudienne et des cartes de pression appartenant au Royaume pour maintenir la sécurité et la stabilité régionales.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • phan 20 octobre 2017 19:09

    C’est la signification de la traduction de l’influence saoudienne et des cartes de pression appartenant au Royaume pour maintenir la sécurité et la stabilité régionales.
    Quel est le pays le plus cool de la région ? le Ye(ah)men
    A quoi reconnait-on le slip de ce D(ark Vado)r ? A son côté obscur.


    • roman_garev 20 octobre 2017 20:39

      « C’est la signification de la traduction de l’influence saoudienne et des cartes de pression appartenant au Royaume pour maintenir la sécurité et la stabilité régionales. »

      Influence saoudienne ? Haha. Ce Royaume a fait de son mieux pour faire exploser « la sécurité et la stabilité régionales » ayant recruté, armé et payé les ordes internationales des coupe-têtes sur le territoire syrien nommés par ses chefs occidentaux « opposition modérée ». Maintenant il se casse la tête comment sortir sauf de ce merdier créé par ses propres mains impropres. Voilà le but réel de cette visite expiatoire auprès le vrai maître de la situation.

      • QAmonBra QAmonBra 21 octobre 2017 14:56
        Il y a belle lurette, depuis au moins les guerres de Tchétchénie, que les russes ont pleinement conscience du rôle exact des wahhabites $aoudiens et qataris, (excusez les pléonasmes) dans ces sanglants foutoirs embrasant les pays musulmans et leur connaissance de l’Islam, autrement plus conséquente que celle des occidentaux, les empêche de prendre les vessies pour des lanternes.


        Je sais bien qu’il est préférable de pouvoir lire ce type d’article plutôt que d’être aveugle, mais quand même !

        (. . .) « Le monde change et les règles du jeu géostratégique changent aussi. » (. . .)


        Somme toute, c’est la seule phrase tenant la route dans ce tissus de fadaises. . . 

        • popov 21 octobre 2017 18:00

          Le roi fainéant a peut-être voulu convaincre Poutine que ce n’est pas l’Arabie Saoudite mais le Qatar qui était derrière les islamopithèques en Syrie.


          Et Poutine a été assez poli pour ne pas lui rire au nez.

          • Doume65 22 octobre 2017 18:43

            « Certains pensent que l’Arabie saoudite a tourné le dos aux États-Unis »
            Certains pensent aussi que la terre est plate.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès