• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’arme équipée d’un silencieux sera-t-elle la nouvelle arme du (...)

L’arme équipée d’un silencieux sera-t-elle la nouvelle arme du « Diable » ?

Le 1 octobre 2017, Stephen Paddock qui occupe une chambre au 32° étage du Mandalay Bay de Las Vegas (Nevada) tire à l'arme automatique depuis sa chambre après en avoir brisé deux vitres, sur la foule distante de 360 mètres venue assister à un concert de country. La fusillade va durer une dizaine de minutes et le tireur tuer 59 personnes, en blesser 515 avant de se suicider, mettant ainsi un terme à son carnage. Hillary Clinton a déclaré : « Imaginez le nombre de morts si le tireur avait eu un silencieux comme la National Rifle Association veut en faciliter l'acquisition ?  »

Les utilisateurs de silencieux se trouvent repartis dans plusieurs catégories : les tireurs sportifs qui ne veulent pas troubler le voisinage, ceux qui ne veulent pas finir sourds, les snipers et tireurs d’élites des groupes d'interventions qui ont parfois pour mission de neutraliser une personne sans que ses complices puissent deviner d’où le coup est parti, catégories auxquelles viennent s’ajouter les personnes aux motivations peu avouables : braconniers, criminels et psychopathes.

Bien que le terme silencieux ne fasse pas l’unanimité chez les puristes, ces derniers préférant le terme de modérateur de son car le son n’est pas totalement supprimé mais seulement réduit, nous l’emploierons l’un pour l’autre en sacrifiant à l’usage. Le silencieux permet non seulement de réduire le bruit qui sera d’autant plus masqué que le bruit ambiant sera plus élevé (si l'arme du tueur avait été pourvue d'un « silencieux », le bruit du concert aurait couvert le bruit résiduel, mais certainement pas pour l'occupant d'une chambre voisine) - il altère le son en le rendant moins significatif - rend la localisation plus difficile - fausse l’appréciation de la distance d’où le coup est parti. D'autre part, le silencieux se comportant comme une cavité résonnante, va modifier la fréquence initiale de l’explosion (voisine de 700 Hz pour un fusil et du double pour un pistolet). Cette modification plus ou moins prononcée contribue à la non-reconnaissance d‘un tir lorsque la distance est supérieure à une cinquantaine de mètres, phénomène en cause lors de l'attentat du président J.F.K. A noter que le silencieux tient lieu de cache-flamme de bouche, flamme qui pourrait trahir l’emplacement du tireur. Contrairement à une idée répandue, un tireur formé correctement ne se placera jamais dans l'embrasure d'une ouverture...

Le véritable développement d'une arme à feu silencieuse apparaît lors de la Seconde Guerre mondiale. Les commandos ont alors besoin d'une arme capable de tuer une sentinelle à distance (fusil de Lisle). Si les commandos avaient besoin d'une arme d'épaule, les agents opérant en territoire occupé avaient eux besoin d'une arme de poing, cela donnera le pistolet silencieux Welrod. Le silencieux est constitué du canon ajouré de l'arme, suivi d'une chambre « élastique » composée de rondelles de caoutchouc percées en leur centre, le tout entouré d'un manchon métallique. Il s'agit d'une arme à répétition manuelle disponible en trois calibres : .32, 9 mm et .45. Le principe à répétition manuel a été retenu pour sa fiabilité de fonctionnement, car l'adjonction d'un silencieux réduit la pression des gaz qui peut devenir insuffisante pour faire reculer la culasse et être à l'origine d'un incident de tir (il faut réduire la force du ressort récupérateur).

L'adjonction d'un silencieux n'est pas sans avoir une incidence sur la puissance de la munition utilisée. La balle en calibre .45 voit sa vitesse réduite à 200 m/sec, son énergie tomber à 14 kgm (environ 140 joules) et son niveau sonore à 120 dB. L'énergie disponible restante est inférieure à celle d'une .22 LR subsonique ! La guerre terminée, la Central Intelligence Agency va doter ses tueurs et ses pilotes d'un pistolet silencieux semi-automatique High Standard en calibre .22, arme qui équipe aussi nombre de snipers pour assurer leur sécurité personnelle. Contrairement à ce que nous montre le cinéma, l‘utilisation conjointe revolver-silencieux est quasi inutile, les gaz refoulés vers l’arrière s’échappent par la feuillure du canon et du barillet.

L'utilisation conjointe d'un silencieux sur une arme automatique n'est possible qu'avec une arme ayant reçu des modifications lors de sa fabrication (troisième génération ou plus). Pour l’utiliser un silencieux sur une arme disposant d'une grande cadence de tir utilisant des munitions à grandes vitesses, il convient de réduire la pression des gaz en les laissant s’échapper via une série d’orifices pratiqué proche de la chambre de la culasse ou le long du canon. Une arme utilisée avec un silencieux et dépourvue de ces aménagements refoule une partie des gaz vers le visage du tireur ! La mise au point en reste délicate, car l’emplacement, le nombre, le diamètre, et l’inclinaison des orifices sont critiques.

Les bruits générés par une arme à feu sont liés à trois phénomènes distincts : les parties mécaniques de l’arme - la détonation - le déplacement de la balle dans l’air. Les cycles mécaniques d’une arme peuvent générer des bruits d’un niveau de 60 décibels, soit celui d’une conversation normale. La détonation est liée l'évacuation soudaine de l’air contenu dans le canon, phénomène acoustique en partie lié à la tolérance canon / balle, et celle du silencieux (tolérance inférieure à 1 /10 mm). L’onde de bouche est provoquée par l’explosion rapide des gaz qui se mélangent rapidement avec l’air atmosphérique et qui s’enflamment. C’est la principale source de bruit, elle peut atteindre plus de 170 dB (par comparaison, un avion au décollage fait un bruit d'environ 140 dB).

Le déplacement de la balle dans l’air est générateur de plusieurs bruits : l’onde d’irruption qui dépend de la balle (masse forme, CX, dimensions). Une balle subsonique produit durant sa trajectoire un sifflement assez fort (95 dB) qui peut être identifié à distance, si la balle est imparfaitement stabilisée, elle va générer un ronflement dont l’intensité est parfois bien supérieure au sifflement, et l’onde balistique reste liée au cône de gaz qui accompagne la balle qui se heurte aux couches d’air immobiles rencontrées sur sa trajectoire (mur du son).

Étant souvent fait référence à la notion de décibels, précisons que ceux-ci sont utilisés lorsqu’il s’agit de comparer des niveaux sonores. Les décibels ne sont pas une unité. Il s'agit d'un nombre sans dimension qui désigne un rapport de puissance basé sur une échelle logarithmique permettant de traduire les énormes différences d’intensité sonore sous une représentation linéaire. Ainsi et par référence, le seuil d’audition est de 0 dB pour un facteur d’intensité sonore égale à un. Chaque augmentation de 10 dB traduit une augmentation d’un rapport de 10. Un exemple permettra de mieux comprendre : le niveau sonore d’une feuille tombant d’un arbre correspond à 10 dB, le facteur d’intensité sonore est donc multiplié par dix. Une musique douce est de 40 dB, cela signifie que l’intensité a été multipliée par 10.000 fois. Un son de 100 dB correspond a une augmentation de 10.000.000.000, soit 1010 ! Un fusil d‘assaut produit une intensité sonore de 170 dB, 1017 ! Un exemple tactique, lors de l’intervention de groupes antiterroristes, s'il est nécessaire par de neutraliser plusieurs individus, les tirs seront simultanés. Les sources sonores étant de même intensité, l’augmentation résultante ne sera que de trois dB pour deux tireurs ou de six dB pour quatre (accroissement de trois décibels à chaque fois que l’on double le nombre de tireurs).

Un excellent silencieux peut apporter une réduction de 40 dB, mais ce chiffre se situe en général aux environs de 30 dB, ce qui correspond peu ou prou à l'atténuation offerte par une porte fermée, pour un fusil d'assaut cela représente déjà une intensité restante de 140 dB ! Par contre, la durée étant très brève, le cerveau perçoit ce pic sonore différemment d’un son continu. Les muscles des tympans destinés à réduire la transmission des sons lorsque ceux-ci sont trop élevés, agissent automatiquement pour protéger l’oreille. Il convient dans l’intensité sonore perçue, de prendre en compte la distance de la source sonore. L'affaiblissement du son en fonction de la distance correspond à 20 fois le logarithme de la distance exprimé en mètres. Si nous avons 110 dB à un mètre de la bouche du canon, nous aurons à 300 mètres (log 2,477) une atténuation de 49 dB, soit une intensité sonore restante de 61 dB ce qui correspond au niveau sonore d'une conversation, niveau largement couvert par l'orchestre (rapport S/B).

La présence d’un silencieux accroît la dispersion des munitions, réduit leur portée, ce d’autant plus qu’il est fait usage de balles subsoniques. Il offre par contre l'énorme avantage d'introduire une difficulté supplémentaire pour la localisation de l'emplacement du poste de tir. Il existe une zone latérale de confusion, il sera impossible pour des témoins placés dans la zone arrière de localiser l’origine du tir. Seuls ceux situés dans un angle avant d'environ quatre-vingts degrés pourront avoir une idée assez exacte de l'emplacement du tireur. La température et l'altitude affectent également le niveau sonore, mais la correction reste négligeable. Pour une altitude de 2000 mètres et une température de 0 degré centigrade, la minoration sera d’environ 1 dB. Pour la perception du coup de feu il faut tenir compte : des facteurs topographiques, de la direction du vent, du bruit de fond, et de la présence d’éventuels phénomènes de réverbération sonore.

La réverbération trouve son origine dans la rencontre de l’onde sonore avec une paroi sur laquelle le son vient se réfléchir. Lors du bruit de la détonation, si l’on perçoit entre un indice visuel du tir et que l’on entende le son avec un retard d'une seconde, l’on peut déduire une distance de tir voisine de 330 m. Par contre, le son qui va se réfléchir sur des obstacles va accomplir un parcours sonore plus long, d’où la perception d’un ou de plusieurs autres sons auxiliaires. Sachant cela, il est possible qu’un tireur averti cherche à se placer de façon à bénéficier du phénomène de réverbération pour induire un doute quant à son emplacement. L'officier de sécurité ne devra jamais perdre de vue que le premier son perçu est le seul à être révélateur de l’emplacement d'un tireur embusqué, les autres n'étant guère significatifs.

Tout silencieux s’appuie sur les lois physiques régissant les gaz. Une loi universelle nous enseigne que la pression varie directement et proportionnellement avec la température. Si on diminue la température, la pression se trouve elle aussi diminuée, et vice-et-versa. Ce principe théorique a servi de postulat à un Autrichien pour déposer un brevet en 1900, mais c’est sans conteste Maxim qui a le plus participé à l’évolution des silencieux en déposant en 1907 un brevet pour un silencieux à chambres multiples. Le principe repose sur plusieurs chambres isolées dans un corps cylindrique permettant aux gaz de se détendre et de créer une série de chocs entre eux, de façon à venir se contrer mutuellement, contribuant de ce fait à en retarder la sortie. Il perfectionna son système en l’équipant de déflecteurs ayant la forme de champignons empilés les uns à la suite des autres, contribuant à réduire l’onde sonore initiale.

La carabine et le pistolet silencieux utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale reposaient sur l'effet vortex généré par une rampe hélicoïdale destinée à refroidir les gaz en créant un tourbillon creux formant une spirale. Ce principe simple de construction (il s'agit de rondelles fendues dans leur partie supérieure et écartée pour former une spirale), favorise l'apparition de fortes turbulences et allonge selon le pas de l’hélice, le trajet parcouru par les gaz en contribuant à en retarder la sortie. L’annulation de l’onde de choc se propageant dans le silencieux est accrue par deux rampes montées tête-bêche.

Pour limiter l’importance de l’onde initiale dans le phénomène acoustique, il convient d’usiner les pièces avec une tolérance mécanique la plus faible possible (tolérance H7). Si les orifices sont sur-dimensionnés, une partie des gaz va s'échapper avant la balle. Pour supprimer ce problème, l’on fait appel à des diaphragmes élastiques ou souples (Néoprène, feutre, éponge) pourvus en leur centre d'une fente en « Y » ou en « X ». Après le passage de l’ogive, l'ouverture se rétracte immédiatement et ne laisse filtrer que les gaz. L’onde de bouche due à l'expansion soudaine des gaz et de l’effet détonnant responsables du pic sonore sont à l'origine de l'inflammation des résidus de combustion (cache-flamme).

Réglementer la vente des silencieux ne servirait pas à grand chose. Partant du principe qu’un silencieux fonctionne comme un pot d’échappement, certains ont modifié un pot de tondeuse à gazon en perçant un trou de part en part et en bourrant l’espace entre les chicanes avec de la laine métallique ! C’est ce principe à base de baffles que l’on retrouve sur le pistolet-mitrailleur dissimulé dans un attache case.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 23 octobre 13:02

    Si le volume de l’objet n’est pas un handicap, ce qui est le cas pour le tireur que vous évoquez, fabriquer un silencieux très efficace est un jeu d’enfant...

    Une bouteille de Coca, de la mousse expansive et anda...

     


    • covadonga*722 covadonga*722 23 octobre 13:43

      @Clocel
      Une bouteille de Coca, de la mousse expansive et anda...



       yep j’ai bien peur que pour du tir au delà de 50/100 votre rds low cost n’influe sur la balistique 

    • Clocel Clocel 23 octobre 15:44

      @covadonga*722

      A ma connaissance, aucun dispositif d’atténuation de bruit ne préserve la précision intrinsèque de l’arme, c’est la raison pour laquelle il n’est pas employé lorsque la dite précision est requise.

      Mais de quoi parle-t-on ?

      Les snipers d’aujourd’hui utilisent couramment le calibre 12.7, ce qui permet dans de bonnes conditions des tirs au-delà de 2000 mètres, plusieurs tirs homologués au-delà de 3000 mètres !

      Ceci pour les armes directement manipulées par le tireur, nous ne savons quasiment rien de celles manipulées à distance...

      Dans ces conditions, l’intérêt du silencieux m’échappe.


    • covadonga*722 covadonga*722 23 octobre 17:47

      @Clocel
      yep , le Hécate II en calibre 50 peut être équipé d’un rds pour contrer les dispositifs de détection, 

      acoustique quoique actuellement la recherche pour la triangulation d’un poste de tir se concentre sur la détection de l’optronique 

    • UnLorrain 23 octobre 14:03

      Tir a 360 m avec munitions subsoniques ? Comment est reconçue une munition obligatoirement supersonique en une subsonique ?

      Le comm de Clocel n’est pas invraisemblable,dans une certaine mesure..usure puis destruction du silencieux artisanale en moins de cinq tirs,j’ai eu occasion de bricoler un truc similaire.

      Est ce que une munition,idéale pour tir sportif comme la 22 long rifle,subsonique obligatoirement pour précision intrinsèque,peut faire de la cible a plus de 300 m ?? Aucun calibre ne le peut a mon avis.


      • bibou1324 bibou1324 23 octobre 14:33

        @UnLorrain
        La précision d’une 22LR est optimale à 50m, et reste correcte à 100m. A 200m, ça devient moins précis.


        Mais après tout dépend du but. Une 22 LR peut tuer quelqu’un à 1,5km avec un tir en cloche dans le sens du vent. Si le but est de tirer dans la foule avec une arme auto, la précision ne sert à rien.

        En ce qui concerne les « modérateurs de bruit », ils ne passent pas toujours la balle en subsonique. Il suffit de savoir que le record actuel, détenu par Craig Harrison à 2400m de distance, est détenu avec une arme à silencieux. Mais c’est le genre d’arme qu’on ne trouve pas au fond du garage de n’importe qui.

      • UnLorrain 23 octobre 22:11

        @bibou1324

        J’ai du mal a croire ce tir précis a 2400 m... Il existe des carabines cal 12,7 qui peuvent engager un tir a cette distance,l’impact oscillant dans un cercle de 50 cms donc bien en deçà de pouvoir assurer un tir a coup sûr,mortel.


      • barbarossa 24 octobre 15:56

        @UnLorrain
        Il est relaté 3 tirs confirmés qui ont fait mouche à des distances étonnantes, soit l’américain Chris Kyle, 1900 mètres, le britannique Craig Harrison, 2475 m. et tout dernièrement un canadien à 3450 m !

        Les 3 événements se sont produits en Afghanistan , et en altitude (où le tir est plus précis).
        Calibre 50 (12.7x99mm).
        Evidemment il y a une bonne dose de chance pour faire mouche à ces distances (et une égale dose de malchance pour les cibles), mais personnellement je me sentirais bien plus rassuré coté crosse que coté bouche.
        Le tir à long distance a pas mal d’adeptes, et un tir réussi à 1600 m. est fréquent. Il y a un stand du coté de Clermont-Ferrand qui organise régulièrement des séances d’entraînement.

      • barbarossa 24 octobre 16:19

        @bibou1324
        le calibre .22LR a des prérogatives qui le pénalisent énormément : d’abord le faible poids de la balle (2.6gr) qui développe à la bouche une force entre 90 et 120 joules. Si cette balle est envoyée à grande vitesse elle a tendance à dévier par l’effet des vents latéraux. C’est la raison pour laquelle en biathlon on utilise des balles subsoniques beaucoup plus précises. Ensuite il y a un vrai problème de réglage de l’arme, par la trajectoire en cloche du projectile. Je ne préconise pas un réglage ou des tirs à 100 mètres ou plus. A cette distance l’arme n’est pas très efficace. Si vous réglez à 50 mètres, vous aurez une très grande flèche positive à des distances plus courtes et une flèche négative impressionnante à 100m.

        Ce calibre a été utilisé pour les attentats contre le Pape et Reagan ne créant que des blessures.
        Il est vrai que le projectile peut atteindre les 1.5km par un tir en cloche, mais je doute qu’à cette distance puisse tuer quelqu’un. Par contre il pourrait facilement vous crever un oeil.

      • francois 23 octobre 16:01

        Equipons Desmaretz Gérard d’un silencieux


        • Le421 Le421 23 octobre 17:37

          Tout ceci est bel et bon. N’en reste pas moins que je souhaiterais ardemment que le bon Donald autorise les silencieux, les mitrailleuses 12.7 embarquées sur véhicules, les drones « raptor » pour ceux qui pourraient se les payer et bien sûr, les engins blindés terrestres.
          Un M1 Abrams dans les rues de Houston, ça devrait faire du dégât !!
          Plus qu’un misérable M16...
          Tant que ça reste chez ces falourds de ricains...
          On peut les aider à compter les morts si nécessaire...

          Humour congolais !!


          • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 23:11

            @Le421
            L’humour Congolais a beaucoup de points communs avec l’humour Rwandais...

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_en_R%C3%A9publique_d%C3%A9mocratique_du_Congo


          • Le421 Le421 24 octobre 08:08

            @Cadoudal
            Et encore !! Ca dépends des « congolais ». Les miens sont très très noirs !!  smiley

            Disons que je pratique une forme de non-ingérence dans les us et coutumes des autres pays !!
            Façon plus élégante de dire que j’en ai rien à branler si les américains se révolvérisent la gueule à qui mieux mieux !!
            Peut-être qu’une vingtaine de massacres du même type que le dernier, et ils étudierons la possibilité de ne vendre des silencieux qu’à des personnes « triées sur le volet » !!
            Re-  smiley


          • zygzornifle zygzornifle 24 octobre 09:24

            @Le421


             Macron va faire placer des silencieux sur nos ogives nucléaire , faut pas réveiller le futur irradié pendant son sommeil réparateur .....

          • zygzornifle zygzornifle 24 octobre 09:23

            Vu la quantité de fayots bouffés par les bidasses du monde entier je pense que le silencieux devrait être placé ailleurs .....


            • barbarossa 24 octobre 12:15

              Jusqu’à présent les silencieux avaient la forme et la fonction que Desmaretz décrit très pertinemment.

              C’est à dire des dispositifs assez lourds sur le principe des vases d’expansion, qui avaient pour majeur défaut la perturbation de la précision (due aux gaz qui dépassent les projectiles car le calibre des chicanes est évidemment plus grand de celui de la balle) et une efficacité d’une 30 de décibels.
              Ce pour les munitions à balle. Pour la munition à grenaille on a aussi construit des silencieux en trichant : raccourcissement drastique du canon pour augmenter le volume des vases d’expansion, causant une perte de vitesse important (la vitesse max. d’un projectile étant atteinte après env. 60 cm. de course). Et le recours à de la munition subsonique. Fin des années 80 une société française avait commercialisé un fusil de ball trap sur ce principe (nom : swing trap) et s’est plantée dans les grandes largeurs.
              En été 2016 (juillet et août) deux brevets ont été déposés pour un dispositif inhibiteur de son, très léger (moins de 80 grammes) qui ne perturbe aucunement la précision de la munition, et qui ramène le bruit résiduel d’un coup de feu à 72-76 dbA, soit le bruit d’un claquement de doigts. Ceci valable pour toute arme et toute munition, sauf les revolvers à barillet (à l’exception du Nagant). Une extension du dispositif permet de l’appliquer à toute arme auto ou semi-auto pour éviter que les gaz et le son ne sortent par la culasse.
              Je crois qu’on devrait voir apparaître sur le marché ce dispositif courant 2018.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires