• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’autodestruction de l’Humanité - Suite - I - Environnement

L’autodestruction de l’Humanité - Suite - I - Environnement

L’AUTODESTRUCTION DE L’HUMANITE – SUITE – I

Dans l’article précédent, nous avons identifié quatre dangers majeurs qui menacent la survie de notre espèce.

Dans le présent article, nous examinerons des mesures précises qui pourraient permettre de freiner puis de stopper la dégradation et la destruction de notre environnement.

En dépit des dénégations virulentes des climato-sceptiques, l’impact de l’activité humaine sur notre planète est chaque jour plus évident et nuisible.

Certes, la planète nous survivra et la vie renaîtra dans toute sa splendeur une fois notre espèce disparue dans le néant.

Mais, observer passivement cette issue inéluctable se rapprocher est totalement inutile.

Il faut au moins tenter d’identifier une série de mesures permettant d’arrêter cet engrenage mortel puis essayer de convaincre nos contemporains de la nécessité de les adopter.

Plusieurs domaines sont concernés.

A- Domaines de la production, de la consommation d’énergie et des transports :

Dans les pays développés, il faudrait à partir de 2025 :

- supprimer tout véhicule ( deux roues,motos, automobiles, camions, autobus, engins industriel s ou domestiques ) alimenté à l’essence ou au diesel à l’échéance 2025 dans les villes de plus de 50000 habitants et sur l’ensemble de nos territoires à l’horizon 2030,

- rendre obligatoire la neutralité énergétique pour tout nouveau bâtiment construit ainsi que l’installation de panneaux solaires sur tous les bâtiments neufs ou anciens.

- programmer des travaux d’isolation permettant de porter le coefficient d’efficacité énergétique à un minimum de 80% d’ici 2030 dans l’ensemble du parc de bâtiments.

- supprimer l’usage du fuel d’ici 2040 pour la production industrielle et d’ici 2030 pour le chauffage domestique.

- programmer un objectif général de stabilisation de la consommation globale d’énergie au niveau 2025.

- instaurer l’objectif de porter à 50% de la production d’énergie (stabilisée au niveau de 2025) la part des sources d’énergie renouvelables d’ici 2030.

Dans les pays pauvres et en voie de développement, des objectifs identiques devraient être programmés avec un décalage de 10 ans pour les mesures concernant les transports et les bâtiments neufs et de 20 ans pour les mesures relatives à la stabilisation globale de la consommation d’énergie, à l’isolation du parc de bâtiments ainsi que pour atteindre l’objectif de 50% d’énergies renouvelables dans la production totale d’énergie.

B- Domaines de l’exploitation du territoire, de la production agricole, de l’ industrie agro-alimentaire, de la protection des espaces naturels et de la biodiversité :

Dans les pays développés, il faudrait :

- supprimer toutes les incitations, subventions et aides financières agricoles à la production intensive ( culture/élevage/pisciculture ) et réorienter ces aides vers l’agriculture 100% bio et l’entretien des forêts et de l’environnement à l’horizon 2025/2030.

- rendre obligatoire de nourrir les animaux à base d’aliments uniquement naturels et conformes à leur régime alimentaire originel ( pas de produits animaux pour les espèces végétariennes ) et interdire totalement l’utilisation d’hormones et d’antibiotiques d’ici 2025.

- stopper toute agriculture intensive et industrielle ( ainsi que l’élevage confiné et/ou en batterie ) à partir de 2030.

Il faudrait également interdire totalement à partir de 2025 :

- les pesticides et l’agriculture basée sur l’utilisation de produits chimiques.

- l’abattage rituel non conforme aux normes destinées à éviter la souffrance des animaux.

- la chasse à courre.

- la chasse sur 80 % des territoires, en dehors de réserves de chasse privées ou communales, délimitées et totalement clôturées et protéger totalement les espèces sauvages en danger d’extinction. 

- la tauromachie avec mise à mort et / ou blessure des animaux ( pose de banderilles ).

- les safaris de chasse à l’étranger et l’importation de dépouilles d’animaux sauvages ainsi que de la taxidermie à usage autre que scientifique ( musées de sciences naturelles).

- les spectacles de cirque avec des animaux sauvages.

- l’importation d’animaux sauvages ( sauf celles destinées à des réserves d’animaux en liberté dans des parcs répondant à des normes strictes fixées par les pouvoirs publics ).

- les zoos où les animaux sauvages sont confinés dans des cages ou espaces restreints.

- le commerce d’ivoire et de fourrures d’animaux sauvages.

- les additifs et colorants alimentaires chimiques, autres que naturels/bio.

Il faudrait enfin :

 Instaurer une traçabilité obligatoire et intégrale de l’origine, de la composition, du traitement et de la date d’emballage et de péremption des produits agricoles et alimentaires commercialisés à compter de 2025.

-mener une politique systématique de reboisement et de création de parcs et de réserves naturelles sur 1/3 minimum des territoires nationaux pour 2030.

Dans les pays pauvres et en voie de développement, des mesures identiques s’appliqueraient avec 20 ans de décalage sauf pour le commerce des ivoires, des fourrures, la protection des espèces sauvages menacées ( pour les espèces non déjà protégées) et l’interdiction de la déforestation pour lesquels la date de 2025 s’appliquerait.

En outre, il serait opportun de signer des accords et Traités internationaux prévoyant :

- la création d’espaces interdits, par rotation décennale, à la pêche autre qu’artisanale dans toutes les mers et océans du globe, ces espaces couvrant ¼ de la superficie totale des espaces marins terrestres d’ici 2030 .

 -l’interdiction totale et permanente de l’exploitation des ressources des espaces polaires au nord comme au sud de la planète d’ici 2025.

C-Domaine du traitement des déchets et des rejets :

Dans les pays développés, il faudrait interdire :

 -tous les rejets domestiques ou industriels non traités à 100% dans les rivières, cours d’eau, étangs, marais, étendues aquatiques, nappes phréatiques, mers et océans, ou autres espaces naturels d’ici 2030 au plus tard ( ainsi que les nettoyages, vidanges et dégazages sauvages des navires en mer ).

-les emballages plastiques ou autres, non recyclables et/ ou biodégradables en 2025.

 - toutes les décharges, publiques ou privées, de produits liquides ou solides ne répondant pas à des normes strictes de protection de l’environnement en 2025.

 -les rejets industriels ( liquides et gazeux) toxiques en 2025 et tout emploi de gaz à effet de serre en 2030.

 -les exportations/importations de déchets toxiques en 2025 .

  •  
  • Enfin, il conviendrait de rendre obligatoire le tri, le recyclage, et le traitement intégral des déchets domestiques et industriels en 2025 .

 

 

Dans les pays pauvres et en voie de développement, on adopterait les mêmes mesures avec un décalage de 20 ans sauf pour les mouvements internationaux de déchets toxiques applicables dès 2025.

D-Domaine de la Production industrielle :

Il faudrait interdire l’obsolescence programmée des appareils et produits domestiques/industriels produits ou importés en 2025 pour les pays développés et en 2030 pour les productions d’ autres pays.

E-Programmes internationaux de nettoyage :

Dans les pays développés comme dans les pays pauvres, il conviendrait de créer de grands programmes de nettoyage et de ramassage des déchets solides dans les villes, les campagnes, les forêts, les rivières, espaces aquatiques, plages et rivages maritimes en faisant appel à des bénévoles et à des emplois aidés réservés aux jeunes sans travail et aux chômeurs de longue durée.

Il faudrait également conduire des campagnes de sensibilisation à la préservation de l’environnement au bénéfice de tous à partir de 2020/ 2025.

F- Création d’un Fonds Vert Mondial :

Pour aider les pays pauvres à se mettre en conformité avec les normes précitées et leur permettre de financer les programmes envisagés et le reboisement des forêts équatoriales et tropicales, il faudrait prévoir d’importantes ressources financières.

 La création d’une taxe prélevée sur les industries polluantes des pays développés et en transition - taxe calculée proportionnellement à leurs rejets annuels, liquides, gazeux et solides - dont le montant serait reversé dans un Fonds Fiduciaire puis réparti par la communauté internationale entre les différents pays pauvres bénéficiaires permettrait de dégager les moyens nécessaires au financement de ces programmes ( avec un montant à prévoir de l’ordre de 500 milliards par an ).

 Conclusion :

 Toutes les mesures résumées dans les paragraphes précédents, même si elles sont loin d’être exhaustives et suffisantes, sont indispensables pour assurer notre survie et conserver la biodiversité sur notre planète à l’horizon de la fin du siècle.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Nicolas_M bibou1324 6 juin 11:50

    Vous n’avez pas décrit les menaces qui pèsent sur la survie de l’humanité...


    Certes les océans vont continuer à monter, des millions de personnes vont êtres réfugiés climatiques, des millions vont crever à cause de la pollution, de nombreuses espèces animales vont continuer à disparaître, la biodiversité va en prendre un coup ...

    En quoi ça menacerait la survie de l’espèce humaine ? Je ne nie pas que vos mesures seraient utiles pour préserver la biodiversité et notre qualité de vie, mais l’humain n’a pas besoin de cette qualité de vie pour survivre. On peut parfaitement polliniser les plantes génétiquement sélectionner via des drones, on sait très bien créer de l’oxygène sans les arbres, on sait récupérer les nutriments du sol sans les plantes ... Je ne dis pas que c’est fun ou même enviable. Juste qu’aucune menace de type « survie » ne pèse sur l’humanité. 

    • Matlemat Matlemat 6 juin 12:03

      @bibou1324
      « On peut parfaitement polliniser les plantes génétiquement sélectionner via des drones, on sait très bien créer de l’oxygène sans les arbres, on sait récupérer les nutriments du sol sans les plantes »


       Les drones qui remplacent les abeilles ça ne s’est pas vu encore, et il faudra toujours plus d’énergie que simplement des vraies abeilles.

       Les OGM ne sont rien d’autres que des mutations plus ou moins contrôlées, l’ADN et les interactions dans la natures sont complexes et demandent beaucoup de temps pour être comprisent, vouloir faire le travail de la nature est une erreur qui peut couter très cher, il est possible de créer par accident des espèces dangereuses.

       Regardez dans les territoires australs les introductions d’animaux ont partout étés catastrophiques, on ne sait pas reproduire la nature.  

    • Nicolas_M bibou1324 6 juin 13:22

      @Matlemat
      Les drones pollinisateurs existent depuis plus d’un an : source. Non, on n’a plus besoin des abeilles pour les productions maraîchères de type industriel, faites un tour en Espagne. Ni de sol d’ailleurs, l’aéroponie se généralise. Ni d’eau d’ailleurs, l’aéroponie contrôle strictement les pertes et les besoins sont moindres que ceux de l’agriculture conventionnelle.


      Vous parlez encore de danger : mais quel danger ? Des espèces invasives qui vont détruire toute vie sauvage ? Certes c’est un danger pour la biodiversité. En quoi cela impacte notre survie ?

      Je décris un monde laid sans vie sauvage, un monde dans lequel je ferai tout pour ne pas vivre. Mais ce monde permet la survie des humains. Je suis désolé mais parler de survie n’est pas adapté. L’humain n’a pas besoin de sol, ni de vie sauvage, ni d’arbres, ni de pluie, pour survivre.

    • Nicolas_M bibou1324 6 juin 13:29

      Je tiens à préciser que je suis un écolo décroissant convaincu, que je cultive selon les principes de la permaculture, que je suis auto-suffisant et que je fauche entre les arbres fruitiers avec une faux manuelle récupérée dans une brocante. 


      Mais il faut être pragmatique : si les industries et les politiques ne mettent pas immédiatement le holà au saccage de la nature, c’est bien parce que leur survie n’est pas engagée. Que pour eux la biodiversité est un obstacle à leur sacro-sainte productivité. Que le confort moderne est pour eux plus important que leur environnement. Je ne partage bien évidemment pas ce point de vue mais je trouve important de ne pas perdre de vue qu’il s’agit de la ligne de conduite de la quasi-totalité de l’humanité.

      On ne va pas droit dans le mur, on va vers un monde laid. Tant pis pour eux, je profite de la beauté tant qu’il en reste.

    • Matlemat Matlemat 6 juin 13:55

      @bibou1324
       Ces drones sont télécommandés et ne fonctionnent pas de manière autonomes, et combien en faudrait il pour remplacer les abeilles ? Et ou prendrez vous l’énergie qui se raréfie ?


       Pensez que la biodiversité n’est pas nécessaire à notre survie est une énorme erreur, c’est à cause de gens qui pensent comme vous que la destruction de notre matrice continue et on se rend compte une fois qu’une espèce à disparue combien elle était utile.

      «  L’humain n’a pas besoin de sol, ni de vie sauvage, ni d’arbres, ni de pluie, pour survivre. »

       Peut être sur une ou deux générations mais croire que l’on peut survivre hors-sol c’est justifier l’inaction face à la destruction de la nature.

       Exemple : des espèces de plantes disparaissent en Amazonie qui auraient pu servir de médicaments.

    • Matlemat Matlemat 6 juin 14:04

      @bibou1324


       Les industriels et politiques ont les moyens de vivre dans les lieux encore préservés, cela est vrai que si leurs lieux de vie sont menacés, il y a immédiatement une action.

       Par exemple lorsque des risques de rupture de digues ont étés mis en évidence à la centrale nucléaire du Tricastin, menaçant la cote d’azur d’un accident nucléaire majeur, la centrale a été immédiatement arrêtée et les travaux effectués au grand dam des pro nucléaires qui y voyaient un risque minime.



    • pemile pemile 6 juin 14:09

      @bibou1324 « L’humain n’a pas besoin de sol, ni de vie sauvage, ni d’arbres, ni de pluie, pour survivre »

      Mais si, et pour ce scénario il lui faudra alors une source illimitée d’énergie et d’anti dépresseur ! smiley


    • Matlemat Matlemat 6 juin 18:57

      @cassini Je suis convaincu que c’est la jet-set qui a fait pression.


    • Matlemat Matlemat 6 juin 11:53

       Comme notre système actuel avec la sacro-sainte croissance qui évite l’effondrement économique est incapable de se remettre en question par lui même, il va falloir attendre la limite physique.


       L’énergie va devenir un denrée rare, dans 10 ou 15 ans l’envolée des prix de l’énergie provoquera l’effondrement économique du monde, les dettes ne seront jamais remboursées.

       La surpopulation risque d’être régulée naturellement comme cela a toujours été dans le passé par les guerres et les maladies.

      • Voir mon commentaire chez Rako. Char D’ASSAULT, celui qui rayait le ciel de ses arcs tricolores. Avez-vous déjà analysé la pollution par le cul des avions,... ? Y pas que le bruit,.... 


        • JC_Lavau JC_Lavau 6 juin 13:28

          Ah ! Il est urgent que les oligarques te confient les clés de la dictature mondiale !


          • nono le simplet nono le simplet 6 juin 15:44
            je suis à peu prés d’accord sur certaines mesures mais concernant les délais je suis sceptique sur la possibilité de réaliser tout ça dans des délais aussi courts, enfin quand je dis « sceptique » je dirais plutôt que c’est complétement irréaliste ... qu’on en prenne le chemin serait déjà pas mal ...

            et certaines interdictions existent déjà comme l’interdiction de dégazer pour les navires ... il suffirait d’augmenter l’amende qui actuellement est moins chère qu’un dégazage autorisé ...

            enfin, bon, mes camarades de jeu anti-écolos vont s’en donner à cœur joie et je ne me risquerai pas à leur donner tort smiley

            • heber 6 juin 17:07

              nono le simplet,

              bien entendu tout cela ne sera jamais réalisé et en tout cas certainement pas en temps utile mais cela ne doit pas nous empêcher , sur ce sujet comme sur d’autres , de mettre sur papier ce qu’il aurait été raisonnable de faire ou de prévoir dès maintenant . Les vrais utopistes , ce sont ceux qui croient que tout peut continuer comme avant sans dommage ou que le progrès technique nous permettra de trouver le moment venu des solutions ou qui se résignent à vivre , quelle horreur , dans un monde sans beauté.La vie sans arbres , sans oiseaux sans beauté, sans nature !!! est-ce encore une vie ?


              • nono le simplet nono le simplet 6 juin 17:32

                @heber

                je suis donc rassuré ... et on peut toujours rêver d’un monde meilleur ... n’étant plus très jeune je rêve d’objectifs plus réalistes dans un avenir proche comme la fermeture de Fessenheim, l’abandon de l’EPR, du glyphosate et autres saloperies ...


              • foufouille foufouille 6 juin 17:41

                @nono le simplet

                donc 12° l’hiver pour les pauvres avec de la bouffe hors de prix .......


              • foufouille foufouille 6 juin 17:51
                " supprimer tout véhicule ( deux roues,motos, automobiles, camions, autobus, engins industriel s ou domestiques ) alimenté à l’essence ou au diesel à l’échéance 2025 dans les villes de plus de 50000 habitants et sur l’ensemble de nos territoires à l’horizon 2030,"
                donc disparition des villages ou réservé aux riches

                "- rendre obligatoire la neutralité énergétique pour tout nouveau bâtiment construit ainsi que l’installation de panneaux solaires sur tous les bâtiments neufs ou anciens.

                - programmer des travaux d’isolation permettant de porter le coefficient d’efficacité énergétique à un minimum de 80% d’ici 2030 dans l’ensemble du parc de bâtiments."

                ce sera génial pour augmenter les loyers, il faudra certainement des cages à lapins en sous sol pour sans dents.

                « - supprimer l’usage du fuel d’ici 2040 pour la production industrielle et d’ici 2030 pour le chauffage domestique. »

                allez hop une super chaudière à 20k€ à payer.

                perso, je propose l’extermination de 80% de la population en commençant par les pauvres qui seront gazés ou une bonne guerre nucléaire.


                • Claudec Claudec 6 juin 18:39

                  L’humanité s’auto-détruit pas sa propre prolifération qu’aucune disposition ,naturelle ou autre, n’a jamais régulé, contrairement à ce qu’il en est pour les autres espèces peuplant la planète.


                  C’est ainsi que l’homme a développé une population démesurée, devenant chaque jour moins gouvernable, face à des ressources et dans un environnement limités.

                  À quoi sert l’effort de frugalité (?) d’une population qui croît sans cesse ?

                  280 000 terriens s’ajoutent quotidiennement à la population terrestre, soit près de de 100 millions par an ou l’effectif de la Belgique, de la France et des Pays-Bas réunis. Nous étions 250 millions sur Terre au début de notre erre, nous sommes maintenant 8 milliards, passerons à 9 dans 25 ans et à plus de 11 au début du prochain siècle. Même si la tendance devait s’inverser, nous avons d’ores et déjà largement dépassé les capacités de la planète, sans compter les atteintes irréversibles portées à son écosystème.

                  Partir sur Mars, ou ailleurs ? À supposer que ce soit réalisable, nous devons être conscients que ce serait le cas d’une infime minorité des êtres humains, ce qui condamnerait le reste, dont notre descendance, au pire. 

                  • heber 6 juin 19:41

                    FOUFOUILLE


                    Vous n ’ avez pas besoin de proposer de faire disparaître 80%de l’humanité par la guerre ;elle va disparaître inéluctablement par la guerre, la pollution , les catastrophes climatiques, par le manque de nourriture et d’eau potable grâce à l’aveuglement de nos dirigeants et de nos congénères d’ici la fin de ce siècle si nous restons les bras croisés .
                    Grand bien fasse aux résignés , aux sceptiques, à tous les esprits supérieurs qui toisent de haut ceux qui essayent de proposer .C’est , ce fut et ce sera toujours la différence essentielle entre ceux qui ne sont que des spectateurs de la vie et ceux qui tentent au moins quelque chose en sensibilisant ,en essayant de mobiliser , de faire bouger les gens .
                    Claudec pose bien le vrai problème ,il est urgent de stopper l’expansion suicidaire de la population humaine et d’ arrêter de détruire notre environnement et de transformer nos rivières et nos océans en égoûts à ciel ouvert . C’est la seule façon de protéger les plus faibles et les plus pauvres Si la catastrophe se produit,le 1 % de’’ l’élite ’’ superpossédante émigrera de continent en continent en superjet de demeures en demeures dans les endroits encore vivables ( s’il en reste !) de notre globe mais la masse, elle, périra si nous ne faisons rien .

                    • JC_Lavau JC_Lavau 6 juin 19:46

                      heber croit à « les catastrophes climatiques ». 

                      Mais oui, mais oui, du reste la télévision le répète tous les jours.
                      « On ne peut pas dire la vérité à la télévision, parce qu’il y a trop de gens qui la regardent. »

                    • foufouille foufouille 6 juin 19:46

                      @heber

                      désolé mais je suis pas un khmer vert, je pense que nous pouvons survivre à bien des catastrophes.
                      ton 1% ne survivra pas plus que les autres vu qu’il faut des flics pour survivre.
                      l’espace est rempli de minéraux pouvant servir à construire des astronefs ou des stations spatiales, lunaires .................


                    • Jean Roque Jean Roque 6 juin 20:15

                       
                       
                      BÉTONNAGE DE L’UE = IMMIGRATION A 100%
                       
                       
                      https://francais.rt.com/international/51354-europe-totalite-croissance-demographique-est-due-immigration
                       
                       
                      MERCI NÉGRIER VER, LE COLLABO DU CAPITAL
                       
                       

                       


                      • colibri 7 juin 10:01
                        Vous avez oublié :
                        ne pas faire d’enfant plus qu’on peut en nourrir , ce sont surtout les gens qui ne peuvent les nourrir qui font des enfants ....
                        Si on vivait en autarcie comme avant , dans de petites villes autonomes , sans produire plus que ce dont on a besoin il y aurait encore des champs , des haies et des oiseaux .
                        L’entassement des gens dans les villes tentaculaires (et déshumanisées) ou il est impossible de se nourrir soi-même en exploitant un bout de terrain est à proscrire .

                        • Claudec Claudec 7 juin 11:26

                          @colibri

                          Comme dit l’adage, avec des “si” on mettrait Paris en bouteille, et “si” ma tante en avait, on l’appellerait mon oncle.

                        • heber 7 juin 15:32

                          COLIBRI C’est vrai plus les gens sont pauvres et donc peu éduqués plus ils font des enfants (assurance vieillesse pour eux ) sans négliger l’influence de la religion dans bien des pays .

                          Mais l’entassement dans les villes , l’urbanisation galopante sont la conséquence et non la cause de cette pauvreté et de cette démographie non contrôlées pas l’inverse . Il est clair et vous le soulignez qu’il faut maintenir les gens dans les villages et pour cela il faut leur fournir , l’eau, les intrants, l’éducation nécessaires sur place d’où le besoin de programmes de développement ciblés car s’ils ne peuvent pas se nourrir, s’éduquer et se soigner sur place , ils rejoignent les bidonvilles des grandes villes du tiers-monde . .

                          • heber 7 juin 15:42

                            FOUFOUILLE Je respecte votre opinion tablant sur le progrès technique , la conquête de l’espace et la colonisation de la lune , de Mars ou d’autres planètes pour nous permettre de disposer de nouvelles ressources pour pallier l’épuisement des ressources terrestres et pourquoi pas nous donner la possibilité de réguler le trop plein démographique et éviter la surpopulation sur notre globe .Je suis certain que tout cela est non seulement du domaine du possible mais que cela va arriver .

                            Mais là où je suis beaucoup moins optimiste que vous ,c’est sur l’échelle de temps nécessaire à tous ces progrès . De facto ,je pense que la catastrophe démographique et la destruction de notre environnement interviendront avant que nous soyons en mesure de faire des progrès techniques suffisants pour survivre ailleurs.Il faut donc gagner du temps et c’est l’esprit des mesures exposées .

                            • foufouille foufouille 7 juin 16:30

                              @heber

                              la technologie actuelle est suffisante même si un moteur à plasma serait un gros avantage.
                              il reste aussi la possibilité de créer des villes souterraines, c’est encore plus rapide.


                            • charlesleter 8 juin 14:55

                              je pense que nos analyses se rejoignent,voir mon article :http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pour-un-nouveau-parti-ecologiste-190497?var_hasard=130105009158c42c1b79987
                               dans sa partie réduction d e l’empreinte écologique .
                              Pour l’aspect énergie il faudrait diminuer de 50% en 2040 la consommation globale pour la France par rapport a aujourd’hui ,en effet il n’est pas possible techniquement de substituer des ENR a hauteur de la conso actuelle ,voir scénario Negawatt..
                              cordialement


                              • heber 8 juin 15:44

                                charlesleter

                                je viens de lire votre article ;tout à fait d’accord pour la partie empreinte écologique ( que vous développez de façon visiblement plus compétente que moi) et énergie.Sur la partie européenne , je ne partage par contre pas votre analyse ;il faut certes réformer l’Europe mais nous en avons besoin ; ,nous devons être solidaires entre peuples européens pour continuer à exister dans le monde de demain ;nous n’avons plus les moyens de jouer cavalier seul.

                                Mais si nous étions d’accord à 100% où serait le plaisir du débat et de l’échange de points de vue différents et donc stimulants ! Très cordialement heber

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès