• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’ère contemporaine, le capitalisme et le bonheur

L’ère contemporaine, le capitalisme et le bonheur

 Il n’est pas ridicule d’argumenter que c’est l’apogée d’une époque – même si, on doit l’admettre, chaque personne ayant vécu pourrait avoir affirmé la même chose. On a toujours, après tout, l’impression de vivre à la fin de l’histoire. C’est vrai, en un sens. Il est définitif, toutefois, qu’on est à un point tournant de l’histoire, la hauteur ultime d’un temps avant la falaise, le précipice. La mortalité infantile n’a jamais été aussi basse et l’espérance de vie, jamais aussi haute. Des maladies qui étaient autrefois de véritables cauchemars, hantant les nuits des aïeuls, ne sont aujourd’hui que peu plus que des dérangements passagers et, de celles qui ont encore le pouvoir de terreur sur l’humain, on s’attend à ce qu’elles soient traitées bientôt. L’information, le savoir lui-même, qui fut, il n’y a pas si longtemps, le trésor des élites, est juste au bout d’un doigt, toujours à portée de main. C’est une ère de richesse sans précédent, un âge d’abondance sans pareil, et pourtant… pour ceux avec un tant soit peu de prospective, le gouffre semble tout près. Le modèle-même de la société fait courir le genre humain à sa propre perte, et ce, à toute vapeur, à plein gaz. Les inégalités injustes s’approfondissent et s’élargissent à des étendues dantesques ; la biodiversité subit un effondrement qui rappelle la dernière extinction de masse que Terre ait subie ; des îlots de plastique dont la surface rivalise avec certaines îles se forment sur nos océans en un témoignage peu flatteur de l’idiotie anthropomorphe ; et, le plus grave danger pour la pérennité de l’espèce humaine telle qu’on la connait, le climat change à une vitesse vertigineuse par notre propre faute, modifiant l’environnement de façon à aggraver tous les autres problèmes et à risquer la fin de l’épopée humaine. Pour couronner le tout, les gens sont malheureux dans ce monde fabuleux pour lequel ils risquent l’habitabilité-même de leur planète ; dans la majeure partie de l’Occident, le stress, la dépression et autres troubles psychologiques et neurologiques sont généralement hauts, tandis que le bonheur semble toujours plus illusoire. C’est un non-sens.

 Le capitalisme est fondé, ultimement, sur l’idée que l’économie peut croître indéfiniment. Cette croissance nécessite une hausse constante de la production et, par inclusion, de la consommation. Entre le marketing, un tour de magie des plus sournois, qui crée un besoin là où il n’y en avait pas, et diablement efficace. La publicité, son arme principale, devient toujours plus omniprésente. Il est dicible qu’on n’est plus bien loin des avertissements dystopiques des auteurs du mouvement Cyberpunk, tant on est constamment bombardés de pubs. Et ainsi, on veut ; on veut toujours plus ; on a besoin de toujours plus. Mais peu peuvent s’offrir ce « toujours plus », et les autres envient, croulent sous le poids de leurs appétits insatiables ou s’endettent pour le remplir. Tout ça c’est du stress. Les gens veulent être heureux et on les a convaincus par quelque maléfice que consommer les y emmènera. Alors ils courent après le bonheur : ils travaillent pour gagner une monnaie qu’ils versent dans l’abondance préfinie et les breloques en surprix, toujours avec cette conviction que la prochaine… la prochaine, sûrement, les comblera. Et elle le fait, pour un temps. Puis la besogne des publicités est refaite et la roue recommence à tourner ; les gens travaillent plus, pour dépenser plus ou payer leurs dettes jusqu’au point de rupture, qui vient toujours, tôt ou tard. Comme le Wendigo des mythes amérindiens, plus ils mangent et plus ils consomment, plus ils ont faim, envie. Quand ils n’y parviennent plus, ils souffrent. Donc, en plus des dégâts massifs que ce modèle a causé et cause toujours à la seule demeure de l’Homme, il ne réussit pas à le rendre heureux.

 La bonne nouvelle, c’est que des alternatives existent, car en aucun cas on est obligé de « jouer la game ». La simplicité volontaire et l’épicurisme viennent à l’esprit. Bien qu’elles aient leurs différents, c’est deux doctrines partent toutes deux d’un principe commun : on ne devrait pas tenter de remplir tous les besoins et les envies que l’on a. Pour les épicuriens, le bonheur se trouve dans la satisfaction des besoins qui sont naturels, ou inhérents à l’humain de par sa biologie, et nécessaires, desquels la satisfaction est capitale pour la survie. Un exemple d’un tel besoin est la faim. On doit manger pour vivre, c’est donc un besoin qu’on ne peut pas ignorer. Aussi, Épicure, le philosophe qui a philosophé toute cette idée, suggère de trouver du plaisir dans sa satisfaction et d’abandonner l’envie pour les besoins qui ne sont pas comme la faim. La simplicité volontaire est moins spécifique. Elle est plutôt l’idée que le bonheur se trouve, non pas dans la richesse matérielle, mais dans une « véritable richesse ». Ce qu’est cette vraie richesse dépend de l’individu ; elle peut être le savoir, l’art ou la vie sociale ou n’importe quoi d’autre, du moment qu’il ne s’agit pas d’un bien matériel. Ainsi, les adhérents à cette philosophie limitent leur consommation au nécessaire pour vivre et rechercher la richesse qu’ils veulent atteindre. D’une manière, l’idée est de se distraire de ce qu’on voudrait avoir par la poursuite d’intérêts abstraits et de laisser reposer notre bonheur sur cette poursuite. En somme, ces deux idéologies ont à la base l’idée que la consommation n’est pas forcément la source de bonheur qu’on imagine aujourd’hui et tentent d’y trouver de meilleures alternatives, des alternatives moins stressantes. En bonus, ces alternatives sont moins dommageables pour l’environnement puisque moins dépendants sur la consommation. Présenté à un mode de vie plus susceptible de rendre heureux et moins destructif, le choix paraît évident.

 Pour conclure, le monde qu’on s’est créé est un étrange paradoxe ; c’est une ère de merveilles, où la vie est plus longue et plus facile pour un nombre plus grand que jamais auparavant ; c’est aussi un âge où tout va à une vitesse telle qu’on ne peut suivre et qui est, sous sa forme courante, voué à la catastrophe écologique et, par conséquent et par-dessus tout, humaine. Alors, pour retrouver un semblant de bonheur, il vaut peut-être la peine de volontairement ralentir, accepter de ne plus suivre. Évidemment, à grande échelle, un changement comme celui-là mettrait en échec le système actuel des sociétés humaines. On aurait à le changer, mais ne serait-ce pas une bonne chose ? Après tout, il n’est pas parvenu à rendre les gens heureux et, de surcroît, si on le garde sans le changer, c’est certain qu’il va tout détruire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 novembre 12:49

    La simplicité volontaire et l’épicurisme viennent à l’esprit.

    ça tombe bien, 7 millions de Français vivent de minima sociaux !

    .

    Et les pauvres polluent peu, le capitalisme vert est bien content, des pauvres, il en fabrique autant qu’on veut ...

    .

    Voilà par un dessin, comment marche le capitalisme :

    quand un pauvre vole un riche ...


    • Jean Guillot Jean Guillot 23 novembre 13:22

      D’ici vingt à trente ans le démographie va s’effondrer et nous serons tous dans la peine de la perte d’êtres chers que nous aurons perdus par millions , mais notre but ne sera plus de consommer mais de survivre .

      Notre but quotidien sera de trouver sa pitance et toute notre énergie sera tournée vers ce but , les problèmes de climat seront loin , notre problème sera de trouver un peu de bois pour nous chauffer l’hiver .

      il n’y aura plus de médicaments dans les pharmacies et les épidémies feront rage .

      Notre monde est au bord du précipice , mais dans vingt ou trente ans il sera dedans

       smiley


      • Sparker Sparker 25 novembre 01:23

        C’est le temps de la conquête qui est sur sa fin, tout est conquis, appropriés, le moteur à des ratés. Ce ne sera pas la dynamique future de l’histoire humaine, ni le mercantilisme qui l’a permis.

        Il faut faire tomber ce dualisme, dominants dominés, injustifiable et reprendre nos responsabilités, (pour faire vite).


        • picpic 25 novembre 10:17

          Toujours ce vilain homme et cette pauvre petite nature innocente...

          Remarquez-vous le consensus à propos du méchant homme ?

          Écoutez ça, ça offre d’autres pistes de réflexions.


          • pemile pemile 25 novembre 10:37

            @picpic « Écoutez ça, ça offre d’autres pistes de réflexions. »

            Va falloir m’expliquer lesquelles, car son discours m’est incompréhensible !


          • picpic 25 novembre 11:04

            @pemile

            il explique que le problème de l’humanité, n’a rien à voir avec l’homme lui même.
            mais la structure dans laquelle il s’inscrit.
            On est sans cesse en train d’accuser le vilain homme qui martyrise la pauvre nature et avec ce climat de mépris, on s’auto-sabote, on s’éloigne les uns des autres, on s’isole...
            c’est la tyrannie de la nature qui est violence, c’est elle qui nous mène devant la falaise, pas l’homme en soit.

            à force de se mépriser de la sorte, on ira nulle part...
            réaliser la violence de la condition humaine et observer le monde à travers ça, c’est retrouver de la compassion pour l’humanité.
            Ingrédient fondamental si on veut vraiment évoluer.

            Le problème de l’humanité, c’est la peur de la souffrance et la mort et comme ingrédient à ça, on essaie de regarder ailleurs, on se distrait, oui c’est irresponsable certes, oui, il faut critique ça, mais il y a un moment, ou il faudra se serrer les coudes et ça n’est possible que lorsqu’on arrêtera de mépriser l’humanité et tant qu’on rejette l’homme, on se rejette soi même.

            on est pas idiot, on est ignorant, nuance.


          • pemile pemile 25 novembre 11:17

            @picpic « il explique que le problème de l’humanité, n’a rien à voir avec l’homme lui même. mais la structure dans laquelle il s’inscrit. »

            La structure sociale, d’accord, mais tenter de dédouaner ce système en affirmant qu’il est le fruit de la violence de la nature, c’est ridicule.

            C’est l’histoire d’un orang-outan qui se plaint de la mousson mais pas du bulldozer qui rase son écosystème !

            « on s’auto-sabote, on s’éloigne les uns des autres, on s’isole. »

            Mais bien sûr, comme l’esclave qui se révolte auto-sabote le fonctionnement de la plantation de coton et s’éloigne et s’isole du KKK ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

G.L.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès