• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’État du monde

L’État du monde

Une civilisation n’est puissante que par le nombre de ses fidèles et par la cohérence pouvant être créée par un quelconque sacré entre dominants et dominés, nantis et démunis. Dans ce cadre quel est l’état du monde ?

JPEG 

 Les auteurs, les philosophes, les grands esprits prédisent le délitement ou l’effondrement à courte échéance de la civilisation judéo-chrétienne. Celle-ci est de fait profondément divisée entre ceux qui croient dans le seul Dieu-Amour et d’autres qui spéculent que « la richesse est une bénédiction divine ». Il s’agit donc d’un combat entre la quête d’un idéal inaccessible sur terre et la recherche bien plus réaliste de biens matériels : que cherche-t-on le paradis ou le paradis terrestre ? La fin de la séquence est connu, le spirituel n’a aucune chance contre le temporel, les biens célestes contre les biens terrestres, l’ascèse contre la jouissance, l’humilité contre le besoin de domination. Mais la quête de profit ne représente pas un sacré unificateur entre les humbles et les dominants : Dieu est bien mort. C’est pourtant grâce à lui qu’une élite pouvait demander efforts et abnégation aux masses populaires. D’autres mécanismes bien loin du sacré, la concurrence, la loi du marché, des pseudo-lois économiques, sont proposés à la place par l’intermédiaire d’une inondation médiatique et politique mais ces propositions conduisent inévitablement au renforcement des inégalités, et tôt ou tard, ceux qu’un sacré n’éblouit plus s’en rendent compte. Dans la société proposée ce sont les inégalités qui doivent assurer la cohésion par la contrainte ou la coercition, l’expérience montre que la pire des ploutocraties ne parvient pas à se maintenir. Il se trouve aussi que les occidentaux sont ceux qui ont le plus massivement utilisées les énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon) pour bâtir une société dans laquelle un morceau terrestre du paradis céleste promis depuis longtemps fut installée : le temps de ce paradis artificiel est compté. 

 L'Europe, qui constitue le cœur de la civilisation judéo-chrétienne, compte environ 738 millions d'habitants en 2015 en comptant la Russie. Le taux de fécondité dans l'Union européenne est de 1,6 enfant par femme. Même si ce taux est un peu supérieur (1,75) en Russie, la natalité n’assure pas le renouvellement endogène des populations ce qui reflète, ou qui est dû, à l’effritement des valeurs fondatrices.

 L’Afrique subsaharienne ne connaît pas une telle panne démographique (4,9 enfants par femme). Sa contribution à la population mondiale globale augmente constamment de 1950 à nos jours pour atteindre un peu moins de 15% actuellement. Il n’existe pas de lien fédérateur spirituel ou politique entre les différents groupes de population. L’Afrique subsaharienne compte 60% de chrétiens, 30% de musulmans et environ 10% suivent les préceptes de religions traditionnelles africaines. Mais l’élan vital des populations n’est pas fourni par l’observation plus ou moins stricte de préceptes édictés par un invisible scrutateur. Tous les pays africains, dans tous les domaines, se sont lancés dans des modèles imitant la civilisation judéo-chrétienne dont ils ont pourtant, pour la plupart, subi les affres de la colonisation.

 La tentation d’émigrer d’un pays pauvre à forte natalité vers un pays riche démographiquement déclinant semble s’imposer d’évidence. Au début des années 1960, les africains subsahariens immigraient très peu vers l’Europe. Le volume annuel de l’immigration régulière a régulièrement crû depuis. D’après les projections, « Les Subsahariens, qui représentent 1 % de la population européenne, représenteront 3 % ou 4 % de la population des pays du nord en 2050 ». D’autres études prédisent des chiffres plus élevés car un saut en matière de développement de l’Afrique donnerait paradoxalement lieu à une émigration beaucoup plus massive, il est expérimentalement observé que plus un pays est pauvre, moins ses habitants ont la possibilité de migrer au loin. Pourtant la sagesse voudrait que l’Afrique s’empare des énergies renouvelables pour se constituer un tissu industriel adapté à ses besoins… le fera-t-elle ? Rien n’est moins sûr dans un monde agité par l’instant. La naissance ou l’affermissement d’une civilisation noire propre, autonome et fière de ce qu’elle est, est un prérequis pour éviter le chaos qui découle, et plus encore découlera, de la raréfaction incontournable des ressources fossiles et des migrations qui en découleront. Bâtir une société africaine calquée sur les débris d’un modèle européen en perdition est probablement le meilleur moyen de ne jamais accéder à une civilisation noire riche de ses propres richesses.

 La troisième civilisation qui marque le présent est celle associée à l’Islam. En Égypte, Gamal Abdel Nasser meurt en 1970 après avoir renversé la monarchie, mené une politique socialiste ; il avait moqué publiquement le port du voile. Mustafa Kemal Atatürk, fut le premier président de la République de Turquie de 1923 à 1938 ; durant son mandat, il a interdit le port du fez, il n'a pas interdit le port du hijab, mais son port fut interdit aux fonctionnaires. Habib Bourguiba, président de la République de Tunisie entre 1957 et 1987, met en place un ensemble de réformes afin de moderniser son pays et même changer les mentalités des tunisiens. Il met fin au double cursus d’enseignement coranique et occidentalisé : l’école devient publique et gratuite. Il appelle ses concitoyens à ne pas observer le jeûne du ramadan. Il déclare : « Quant à ceux qui s’érigent en défenseurs de la liberté individuelle, du secteur privé et de la libre entreprise, nous disons que le plan sert l’intérêt de tous. Dans notre situation, seule l’action collective est efficace. »

 Les dés sont jetés dans ces trois pays musulmans comme partout ailleurs, le modernisme musulman est associé par ses détracteurs au socialisme, au collectivisme : un travail de sape va être mené, il sera couronné de succès. La construction d’un pays ne peut que suivre un seul chemin, celui de la ligne de crête. Celui-ci est étroit et toutes les autres directions conduisent à un abaissement, souvent à une chute irrémédiable. L’alliance contre nature entre les forces obscurantistes des pays arabes et de certains pays occidentaux a été sans équivoque démontrée lors de la guerre d'Afghanistan entre 1979 et 1989 qui opposa des groupes islamistes aidés par les Etats-Unis et le Parti démocratique populaire d'Afghanistan d'obédience marxiste au pouvoir. Dès la chute du régime prosoviétique, les volontaires islamistes arabophones tentèrent de faire de l’Afghanistan une base pour l’entraînement à la guerre sainte (jihad) et construire un État respectant la charia. L’Afghanistan a été transformé en brûlis afin d’éradiquer toute pousse socialisante jugée incompatible avec les arcanes des lois du marché. L’utilisation de l’Islam pour mettre un terme à tout espoir de modernité, a été menée dans tous les pays arabes ou/et musulmans avec le même succès. Le proche Orient est à feu et à sang, et le reste des pays musulmans (Indonésie, Pakistan, Bangladesh…) sont sous haute surveillance.

  Environ 25% des habitants de la planète sont musulmans. Au sein des pays à majorité musulmane, le taux de fécondité est passé de 4,3 enfants par femme en 1990 à 2,9 de nos jours. Tous les termes d’une civilisation conquérante sont en place : le nombre et une foi inébranlable dans un sacré qui ne peut être remis en cause.

 La Chine et ses 1,4 milliard d’habitants fournit la troisième et dernière civilisation pouvant jouer un rôle durant le XXIe siècle. Contrairement à ses deux consœurs, le pouvoir politique chinois est extrêmement puissant en Chine : le Parti Communiste regroupe 83 millions de membres et domine très largement le gouvernement. La démographie présente la caractéristique, unique au monde, d’être contrôlée par l’État : après une politique très volontaire de l’enfant unique de 1979 à 2015, elle a été suivie depuis par la recommandation d’un nombre maximal d'enfants à deux par famille. Il y a peu de migrants en Chine et il est quasiment impossible de traverser la frontière chinoise sans papiers. Le nombre, l’unité, l’organisation, la cohérence d’action, une foi au moins utilitaire en une force communiste supérieure : tout est réuni pour prédire l’essor de la Chine. Il est intéressant de constater que le développement chinois illustré par le PIB par habitant est particulièrement marqué depuis seulement le tout début des années 2000 et qu’il devient prodigieux après 2005. Tout est fait pour que « la Chine devienne la meilleure destination d'investissement du monde aux yeux des entreprises étrangères », comme l’a déclaré le vice-président du Centre chinois pour les échanges économiques internationaux. Lors de la prodigieuse ascension chinoise, les économies européennes subissent une crise financière et économique. Les crises font partie intégrante du système et on en retrouve régulièrement leur trace : de 1637 date de la première crise, celle dite des tulipes, et les dernières en date, l’éclatement de la bulle internet (2000) et la crise des subprimes (2008), des dizaines de désastres ont éclaté montrant la nature constitutionnelle de celles-ci. L’industrialisation de la Chine se fait grâce aux investissements étrangers mais aussi par les industriels occidentaux eux-mêmes qui délocalisent leurs activités en vue d’avoir accès à un immense marché pour écouler leurs produits. Les ouvriers français voient (temporairement) leur pouvoir d’achat maintenu en achetant, plus ou moins consciemment, des produits chinois bien moins chers que si ils avaient été fabriqués localement avec une main d’œuvre mieux rémunérée et surtout mieux socialement protégée. 

 La civilisation chinoise a tous les atouts pour être dominatrice mais désirera-t-elle être conquérante ?

 Pour les quelques années qui viennent, le bloc occidental va finir de se convertir au Dieu-Argent et abandonner les biens non pondérables (dont l’Amour remplacé par les spectacles charitables). Le bloc musulman restera inébranlable autour de sa foi et tâchera de la répandre chez les démunis qui souvent n’ont pas d’autre voie pour espérer devenir quelqu’un d’important, au moins à leurs propres yeux. Tous essaieront de tirer le bloc chinois des griffes du communisme : des démocrates de toutes sortes s’y emploieront en faisant miroiter les délices de la liberté de jouissance ; les chinois s’épuiseront peut-être à vouloir hisser leur puissance militaire au niveau de celle des plus grands. La civilisation noire restera probablement à construire.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Arogavox 28 novembre 2018 10:28

    Excellent article.

     

     Juste un bémol à commenter dans la conclusion :

    « des démocrates de toutes sortes s’y emploieront en faisant miroiter les délices de la liberté de jouissance »

      j’espère bien que ceci ne constitue pas une remise en cause du concept étymologique de démocratie, dans lequel le pouvoir du peuple, par le peuple, et pour le peuple n’a pas pour vocation à « remplacer l’Amour par des spectacles charitables » comme le font ceux qui dévoient les « grands mots » en adoptant une philosophie du paraître et des postures. 
     Car si une liberté est exigée par le concept démocratique, c’est bien, logiquement, celle de n’être artificiellement contraint en rien lorsque l’on prend individuellement la décision du contrat social tel que défini par JJ Rousseau :

    « trouver une forme d’association par laquelle […] chacun s’unissant à tous n’obéisse pourtant qu’à lui-même et reste aussi libre qu’auparavant »



    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 15:07

      @Arogavox
      Il n’est guère possible de rester aussi libre dans un groupe que seul, sauf peut-être si tous ont le même sacré.
      La démocratie n’est pas synonyme de liberté de jouissances, tout au contraire, c’est le régime qui demande le plus d’efforts sur soi, ne serait-ce que pour écouter les autres.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 11:00

      Bonjour Jacques Robert Simon. Je viens d’entamer votre article. Hélas, selon ma propre vision, catholicisme et judaïsme n’ont pas grand chose à voir. Ce qui me semble un départ un peu tronqué. Chimiste, je vous conseille la lecture de Jacques Pialoux : Le 8ème jour de Ptah qui fait un lien édifiant entre l’ADN (L’acide désoxyribonucléique) et la spiritualité. Un petit détour qui vous serait bien utile. 


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 15:10

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Jacques Pialoux travaille en vue d’une synthèse entre les cosmogonies orientales et occidentales. Je suis très peu compétent dans ce domaine.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 11:11

        La religion n’a rien à voir avec le SACRE. Et ceux qui croient en Dieu pensent aussi que ce qui doit être, sera. L’Occident n’est généralement pas judéo-chrétien mais cartésien, rationaliste-matérialiste (homo oeconomicus), pragmatique (Macron), transhumaniste. Donc, rien à voir avec le judéo-christianisme. Une juif authentique n’aurait jamais accepté le mariage homosexuel. Quoiqu’il advienne, ce sera dans l’ordre des chose : vie-mort. 


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 15:14

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          Tout dépend des définitions adoptées pour sacré et religion. Pour ce qui me concerne, le sacré est une référence absolue qui ne peut pas être remise en cause. Le sacré de la religion judéo-chrétienne c’est l’amour.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 15:19

          @Jacques-Robert SIMON

          L’AMOUR, alors nous en sommes à des années-lumières....


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 17:15

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          Oui et non ! Un idéal n’est pas accessible par définition, mais si on n’a pas cet idéal c’est bien pire.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 11:22

          Autre élément dont il faut tenir compte et les études le démontent, plus un peuple fait d’enfants plus élevé est le taux de criminalité et de délinquance. Exemple (ce qui ne peut se concevoir en Europe actuellement,... en Chine, 600 000 enfants sont enlevés par année. Le plus souvent, retrouvés avec des organes en moins, ou servant d’« esclave » au mieux : comblant une infertilité. La chiine recèle des zones d’un incroyable sordide. Suffit de se rappeler la « mafia » russe qui a envahi l’Europe après la chute du Mur de Berlin...


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 15:16

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Les corrélations en sociologie doivent être prises avec une extrême prudence pour des raisons incontournables. Pour le nombre d’enfants par femme, il diminue à coup sûr avec l’augmentation du niveau de vie... sauf en Chine.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 11:26

            Personnellement cela me rend plutôt optimiste parce que le transhumanisme-le vrai satan (et non le « judéo-christianisme) risque d’être mis à mal parce ces »mouvements. L’homme étant alors confronté à ses véritables valeurs. 


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 15:18

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Je ne sais pas ce qu’est vraiment le transhumanisme, je crains que ceux qui l’ont lancé non plus.


            • Lestrade Lestrade 28 novembre 2018 11:36

              Michel Onfray déclarait, il y a quelques mois de ça, sur Europe1, qu’ « Une civilisation forte était nécessairement une civilisation brutale ». Votre avis sur la question ?


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 11:46

                @Lestrade

                Votre point de vue est darwiniste. Je ne suis pas du tout convaincue. Si Darwin avait raison, ce ne sont pas les dinosaures qui ont survécu. Prenons l’exemple étudié des archéoptéryx, ceux qui ont survécu sont ceux qui ont développé des ailes qui leur ont permis de voir plus loin et fuir leurs prédateurs. 


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 15:19

                @Lestrade
                Il faudrait que j’étudie cet aspect, en attendant il est probable d’associer force et brutalité sans erreur possible.


              • Ecométa Ecométa 29 novembre 2018 13:00

                @Jacques-Robert SIMON
                Sans erreur possible oui... vers une immense connerie !


              • Ecométa Ecométa 29 novembre 2018 13:04

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Le darwinisme est une mauvaise interprétation de Darwin et l’évolution, ceci, à postériori, par des gens qui voulaient voulant faire passer leurs propres convictions qu’à coup sûr Darwin aurait rejetées.


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 novembre 2018 13:13

                @Ecométa

                Primo : définir une société forte. Par le nombre, les institutions, l’éducation, la culture, la capacité à négocier,.. ?.Forte ici ne signifie rien,.... En nombre, la Chine pourrait dominer le monde. Certains par le possession ou la maîtrise de la bombe atomique. Darwin avait bien senti que le modèle animal était difficilement applicable à l’humain. La religion se mêlant de l’affaire. Les premiers seront les derniers et personne ne peut augurer du futur. Hitler aurait pu gagner la guerre. Toujours l’éternel combat entre pulsions de vie et de mort. Il suffit d’un événement parfois anodin pour changer le cours de l’histoire. 


              • Yanleroc Yanleroc 29 novembre 2018 13:54

                @Mélusine ou la Robe de Saphir. On peut dire qu’ Hitler a gagné la guerre. les nazis ont fuit l’ Allemagne 6 mois avant la fin de la guerre, avec leur technologie et matériel, en antarctique. Ils se sont depuis infiltrés, à la tête de la NASA, pour développer des programmes leurres, ainsi que dans les institutions telles la CIA, la NSA.
                Alors oui, les nazis ont gagné la guerre, celle qui consiste à s’ accaparer-maîtriser une énergie que n’ ont pas leurs adversaires.

                Vous connaissez Maria Orsic et la sté du Vrill, opposée à cette branche de la Cabale ....


              • Balkanicus 29 novembre 2018 13:55

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Le syndrome de la peau de banane....

                L imprevue.....


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 novembre 2018 14:06

                @Yanleroc

                J’ai lu Christian Nots.....qui explique votre point de vue mais par d’autres voies. Ses prédictions au niveau des dates ne se vérifient pas pas. Mais ses réflexions sont confirmées. Les pys de Palo savent parfaitement comment « psychotiser » l’humain (Zuckerberg-autiste). 


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 novembre 2018 14:52

                @Yanleroc

                J’ai lu tous les romans d’Herbert Lieberman. Votre vidéo est tout aussi crédible que d’autres. J’ai comme habitude de n’être fermée à aucune hypothèse tant que celle-ci n’est pas « scientifiquement » et clairement écartée. J’ai vécu avec un juif né le jour de la mort « supposée » d’Hitler : 30 avril 1945. Et comme j’ai vécu beaucoup de synchronicités dans ma vie. Je me fie surtout à moi-même. Mais je suis convaincue qu’il est possible de trouver des énergies autres que celles des centrales nucléaires. En provenance de l’espace ou de la mer. Mais le vrai problème actuel est la « SURPOPULATION » dans le monde. Ce n’est pas Hitler qui bouffait surtout de l’antisémitisme, mais Réne Dumont qui nous a mis en garde. 


              • Yanleroc Yanleroc 29 novembre 2018 20:32

                @Mélusine ou la Robe de Saphir. Il n’ y aurait plus aucun problème de surpopulation avec une énergie inépuisable !


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 novembre 2018 09:21

                @Ecométa
                 ?


              • rogal 28 novembre 2018 11:51

                La « civilisation judéo-chrétienne ». Quelle est cette chimère ?

                Certains désignent par « judéo-christianisme » l’opposition doctrinale, née chez les Apôtres, de Jacques et de Pierre à l’égard de Paul. Qu’en est-il resté au cours du premier siècle ?


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 15:23

                  @rogal
                  Je voulais simplement signifier que le Jésus chrétien est né juif. Je connais un peu l’histoire du premier siècle lisant actuellement « Décadence » de Michel Onfray et ayant déjà lu « les premiers chrétiens » de Max Gallo.


                • Matlemat Matlemat 28 novembre 2018 17:39

                  Excellent article, je dirais simplement que les droits des femmes doivent être améliorés dans le monde pour leur permettre de faire moins d’enfants si elles le souhaitent.


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2018 19:52

                    @Matlemat
                    Merci de votre commentaire. Il est effectivement souhaitable (pour le moins) que les droits de l’Homme concernent aussi bien les hommes que les femmes.


                  • Matlemat Matlemat 29 novembre 2018 12:24

                    @Jacques-Robert SIMON

                    C’est pour le bien des femmes et en même temps pour le bien de l’humanité.


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 novembre 2018 09:25

                    @Matlemat
                    Je ne fais pas de différence en ce qui concerne les capacités entre homme, femme, noir, blanc, franc maçon, catholique, juif, universitaire, illettré...( j’ai failli écrire illetré)


                  • Raymond75 29 novembre 2018 09:17

                    La France n’est pas un pays ’judéo-chrétien’ mais un pays massivement athée, qui a fait le choix de la Raison et de la séparation de l’église et de L’État il y a deux siècles, jamais remis en cause depuis. Les églises sont vides.

                    Les sursauts religieux judaïques et musulmans en France sont des phénomènes identitaires plus que religieux, auxquels s’ajoute la pression communautaire.

                    Et pour ce qui est des autres pays où la religion semble importante, elle ne s’impose que par la contrainte comme dans notre ancien régime.

                    Foutez nous la paix avec vos dieux.


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2018 11:17

                      @Raymond75

                      Saints et bienheureux de l’Église catholique

                      Par ordre chronologique de l’année de décès :


                    • Ecométa Ecométa 29 novembre 2018 12:57

                      « Dieu est bien mort. C’est pourtant grâce à lui qu’une élite pouvait demander efforts et abnégation aux masses populaires. »

                      Alors tant mieux s’il est mort !

                      Dieu est mort ; effectivement comme la philosophie d’ailleurs, et c’est la science ; cette science positivo rationalo économico technoscientiste qui les a tué ; dommage pour la philosophie première épistémologie qui sortait pourtant l’humain de la pure croyance ! En même temps, concernant la religion, les religions : pas de regret !

                      Il n’y a ni Dieu ni diable :il n’y a que le bon et le mauvais génie du genre humain ! Actuellement et assez souvent, encore que des progrès sociétaux ont été réalisé mais remis en question car le libéralisme économique implique la négation des contraintes sociétale ; donc, actuellement et assez souvent dans l’histoire humaine, c’est le mauvais génie qui est à l’œuvre que ce soit en ce qui concerne la religion, les religions et surtout celle de l’agent : celle du veau d’or ! Dieu et diable ne sont que des prétextes à domination, des faux semblant pour exonérer l’humain de ses responsabilités.

                      Étonnamment les croyants en Dieu votent à droite pourtant son supposé fils « Jésus » aurait certainement voté à gauche !  !

                      La seule religion devrait être celle du principe d’humanité : l’humain devrait croire ne lui-même afin de cultiver ce qu’il y a de meilleur chez lui et non ce qu’il y a de pire !

                      « Dans la société proposée ce sont les inégalités qui doivent assurer la cohésion par la contrainte ou la coercition, l’expérience montre que la pire des ploutocraties ne parvient pas à se maintenir. »

                      Il n’y a que l’égalité, ou du moins des inégalité pas trop marquées, qui peuvent assurez une certaine cohésion ;quant à la ploutocratie tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse... et forcément elle va se casser !

                       Ce que nous vivons c’est une crise de la civilisation occidentale dans laquelle le « sophisme » et le « cynisme », que déjà, combattaient Socrate Platon et Aristote au 4è et 5è siècles avant J-C-. Une civilisation occidentale moderne au modernisme paroxysme de modernité et plus simple modernité, dans laquelle le « sophisme » et le « cynisme » ont prit le dessus avec l’aide du positivisme technoscientiste d’Auguste COMTE, véritable imposture intellectuel du « comment sans le pourquoi » pourtant abandonné en sont temps mais auquel nous sommes revenus comme jamais sous la houlette de Milton Friedmann chantre américain du libéralisme économique et autre libre échangisme, que des paroxysme ,

                      Un positivisme, ou la loi des trois états (théologique, métaphysique et positivisme), qui rejette toute introspection, aussi l’intuition et toute approche métaphysique, philosophique, pour expliquer la connaissance des phénomènes qu’ils soient de nature physique mais aussi métaphysique ! C’est la négation même de l’humain, être certes de nature physique mais aussi, par l’évolution, de nature « métaphysique » : c’est le refus de la complexité de l’humain ! Le « métaphysique » c’est l’état de nature de l’humain... et il est totalement nié ! 

                      Déjà à son époque Platon s’interrogeait de savoir quelles raisons faisaient qu’un État, qu’une civilisation, se délite, sombre dans l’esclavage (au sens de l’aliénation) et disparaît. Mêlant l’expérience et la démonstration, il concluait qu’aucune communauté ne cède si elle n’a à l’intérieur d’elle-même les germes de sa propre destruction. Ainsi, si Athènes s’est perdue, tout comme Rome d’ailleurs, ce n’est pas sous les coups de leurs ennemis, mais que leur régime, basé sur le népotisme et l’individualisme paroxysme d’individualité et plus de l’individualité, impliquait la dégénérescence, comme celle de toute cité livrée à la cupidité morbide ; comme cette époque de nouveau aliénée au capital par le capitalisme : usage paroxysmique du capital !

                      C’est simple, on pourrait même dire simpliste, mais pour notre époque moderne au modernisme, celle du changement pour le changement, véritable paroxysme de modernité et plus simple modernité, la science est devenue générique de savoir et du « SAVOIR » et, il n’y aurait plus de « Savoir » comme d’ailleurs de « valeurs », même de « PRINCIPES », que de nature scientifique et technique ! C’est ce qu’on appelle l’ « humanisme », le scientisme ou technoscientisme soit disant au service de l’humanité , qui nous envoie droit vers le « transhumanisme » et la fin du principe d’humanité et donc de l’Humanité ! Au diable l’ontologie, la déontologie, l’éthique et l’altruisme : tous ces acquits intellectuels humains ! Renvoyée aux calendes grecques et aux oubliettes de l’histoire la « métaphysique », cette « épistémologie » première philosophie et première interrogation sensée qui sortait l’humain de l’état de pure croyance religieuse. Une question se pose : sommes-nous plus intelligent avec notre pléthore de savoirs technoscientifiques ? Non, il semblerait que non ; il semblerait même que nous soyons toujours au fond de la caverne avec les ombres qui s’agitent car toujours aussi ignorant de la « Nature », comme des « états de nature » qui ont émergés, dont la nature humaine : nous sommes de plus en plus ignorant de l’humain et du principe d’humanité !

                      Devenu totalement paranoïaque et schizophrénique ce monde est savamment et délibérément malade ; il est malade de son savoir, de ses logiques et méthodologie impossibles aux sens des acquits intellectuels du 20 è siècle issus de la nouvelle physique la quantique ! Il est malade de sa rationalité poussée au paroxysme... au rationalise. Du capital porté à son paroxysme... le capitalisme ! De la liberté portée à son paroxysme... au libéralisme ! De l’individualité poussée à son paroxysme ... à l’individualisme ! De l’individualisme méthodologique de la science qui confine au réductionnisme de la chose pour la chose, du moyen pour le moyen : de la chose et du moyen imbécile !

                      De l’humain à l’humanité, de l’humanisme qui consacre un savoir humain, incomplet, incertain, impossible (acquits intellectuels du 20 è siècle dont tout le monde se moque éperdument comme du principe cognitif de Pascal qui consacre la complexité en lieu et place du simplisme cartésien) ; de l’humanisme au transhumanisme ( être augmenté implanté techniquement... esclavagisme moderne) : de cela à cela... la fin de l’humanité et de notre planète est assurément programmée. 

                      Mais les scientistes, et les grands groupes hypertrophiés qui les soutiennent, pensent que la science et la technique qui ne sont pas sans poser de problèmes... assez souvent insolubles, permettront elles-mêmes de résoudre leurs propres problèmes ! C’est un raisonnement circulaire et un véritable cercle vicieux dont on ne remettra pas !

                      Pourtant nous avons tous disserté sur le sujet : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » ; nous y sommes en plein !

                      Une sérieuse remise en cause épistémologique s’impose qui soit plus ouverte sur la « NATURE » et les « ÉTATS DE NATURE » ... comme la nature métaphyque humaine ! 


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 novembre 2018 09:37

                        @Ecométa
                        Effectivement, les croyants sont « de droite » alors que Jésus (et le Pape actuel) sont manifestement « de gauche ». Les uns se battent pour sauvegarder un groupe, Jésus (avec un tout petit groupe) se battait pour des idées.
                        Raisonner en prenant le meilleur des autres est la seule façon d’arriver à se détacher du bestial en effet.
                        La décadence d’une civilisation s’apparente à la vieillesse : tout se délite. Devenir un riche vieux est une façon efficace de devenir imbécile.
                        La technique permet de faire rouler des trains qu’il y ait à l’intérieur des sages ou des pervers, elle ne fait pas le tri.
                        Je connais le milieu scientifique, son niveau moral (encore imparfait) est plutôt meilleur que dans les autres milieux.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 novembre 2018 13:03

                        Si les femmes arrêtaient de procréer et se limitaient à un enfant, il y a un très petit espoir de nous sauver. A la réunion : 25% de chômeurs. Non, un Planning famililal qui ne fonctionne pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès