• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’histoire des mots est passionnante...

L’histoire des mots est passionnante...

Les mots de notre langue remontent souvent à des origines lointaines : 80 % des mots français viennent du latin et du grec...

Le sens premier de ces mots permet de mieux comprendre la signification profonde de notre vocabulaire, de percevoir des évolutions notables.

La langue, les mots façonnent et disent notre rapport au monde : ils reflètent une façon de voir le réel...

Ainsi, le nom "κόσμος, cosmos" a des origines grecques : il désigne l'ordre du monde, une forme d'harmonie et de beauté à laquelle les Grecs étaient sensibles...

On peut remarquer que ce mot a gardé en français la forme exacte qu'il avait en grec ancien, avec sa terminaison en -os bien caractéristique.

Le terme "cosmétique" vient aussi de ce radical, avec une spécialisation de sens.

Ce mot a lui-même pris deux significations : il désigne "un produit qui sert à entretenir la peau, à la rendre belle", et il a aussi un sens ironique : "inefficace, qui n'a d'effet qu'en apparence..."

Chute bien misérable pour ce dérivé d'un mot qui désignait d'abord l'ordre et la beauté du monde !

On connaît de nombreux autres mots qui viennent de ce radical : "microcosme, macrocosme, cosmopolite, cosmogonie, cosmologie, cosmique, cosmonaute..."

Cette famille de mots remonte au grec, et on en voit toute la productivité : même un terme qui désigne une réalité moderne "cosmonaute" vient du grec ! Le cosmonaute étant celui qui navigue dans le cosmos...

Le nom "kosmos" ne nous montre-t-il pas toute l'admiration qu'éprouvaient les Grecs pour l'agencement du monde ? Une admiration que nous avons quelque peu perdue... hélas !

Nous oublions, de nos jours, de contempler le monde et ses merveilles, nous ne percevons plus les leçons qu'il nous délivre...

Il est utile aussi parfois de connaître l'origine des mots pour mieux comprendre la réalité qu'ils désignent : ainsi, le nom "théâtre" est bâti sur le radical d'un verbe "θεάομαι, theáomai voir, regarder"... on perçoit aussitôt ce qu'est l'art théâtral : un art visuel qui se prête à une mise en scène.

Le nom de la "poésie" est, quant à lui, issu d'un verbe grec : "ποιεῖν poiein", "faire, créer".

On conçoit bien que la poésie est l'art de créer un nouveau langage qui n'est pas le parler ordinaire.

Ainsi, l'étymologie nous révèle parfois l'essence même des mots.

Autre exemple : la plupart des noms d'arbres nous viennent du latin ou du grec : "πλάτανος, platanos, platanus, le platane", "populus, le peuplier", "laurus, le laurier", "alnus, l'aulne", "arbutus, l'arbousier", "cedrus, le cèdre", "κυπάρισσος, le cyprès", "ficus, le figuier"...

Le nom générique de l'arbre est lui-même issu d'un terme latin "arbor".

Et tous ces substantifs sont anciennement de genre féminin, les arbres étant reliés à la terre nourricière.

Les anciens pensaient que chaque arbre était habité par une nymphe, chaque arbre était considéré comme un être vivant.

On perçoit ainsi tout le respect qu'avaient nos ancêtres pour la nature, un respect que nous avons, hélas, tendance à négliger, de nos jours.

Les mots ont une histoire révélatrice : ils mettent en évidence la signification profonde de notre vocabulaire, ils traduisent aussi des valeurs, une façon de concevoir le monde...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/02/l-histoire-des-mots-est-passionnante.html

Documents joints à cet article

L'histoire des mots est passionnante...

Moyenne des avis sur cet article :  2.31/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 mars 2018 12:00

    Petite, j’avais décidé d’apprendre le petit Larousse par coeur. Les enfants voient grand mais apprennent ensuite que le monde dans lequel ils vivront est très très petit,....


    • rosemar rosemar 9 mars 2018 13:26

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Joli projet ! L’étymologie, les mots devraient être une incessante source de curiosité...

    • Pere Plexe Pere Plexe 9 mars 2018 14:10

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      D’autres envisagent le volapük ou l’espéranto.

      Puis grandissent.

    • Elixir Elixir 9 mars 2018 12:14

      Je savais pas qu’on continuait à apprendre le grec et le latin... Enfin je m’en doutais un peu...

      A-t-il été déjà fait un sujet sur l’utilité des langues mortes en 2018 ? Notamment le caractère élitiste de cet enseignement à l’heure du hachetague ?
      IL y aurait beaucoup à dire et je pense que çà ferait un beau sujet Rosemar ! :) Oui je suis un peu provocateur...

      J’ai fait du grec moi aussi, avec une très bonne prof, mais je me souviens quasiment de rien, à part quelques mots pour épater la galerie...




      • rosemar rosemar 9 mars 2018 18:23

        @Elixir

        Le myope et le muet font partie de la même famille ! C’est étonnant !

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 mars 2018 12:29

        Pour le moment je retourne à la source de la langue des origines (Quel bel nom et présage que s’appeler : Jean de La Fontaine,... Une vraie passion. Chaque mot a une histoire. Une femme s’est lancée dans le déchiffrages des hiérogliphes mayas. Une passion de vie. Car il n’ a pas que les mots et leurs assemblages, il y a aussi la forme de la lettre. le son. Sait-on que caballe vient de caballos (cheval) ? Lui-même étant associé à Hermès, l’ancêtre du langage et qu’à chaque lettre est associée une symbolique. 


        • rosemar rosemar 9 mars 2018 13:29

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Caballe ? Ecrit avec deux « l »... ?

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 mars 2018 13:38

          @rosemar


          J’avoue avoir lu les deux orthographes,....Et mon problème que je ne dépasserai jamais : le redoublement des consonnes. N’oubliez-pas que j’ai eu une éducation bilingue (forcée,...).

        • phan 9 mars 2018 17:56

          @rosemar
          Caballe ? Ecrit avec deux « l »... ?

          G2LOQ avec deux « l », comme Freddie avec deux « d », comme Monserrat avec deux « r » .


        • rosemar rosemar 9 mars 2018 18:20

          @phan

          C’est Caballé avec un accent dans ce cas !

        • phan 9 mars 2018 18:35

          @rosemar
          Désolé d’ avoir écorché le nom de Montserrat Caballé et pour ceux qui croient encore au Père Noël !

          « kaballès » : Mot populaire et emprunté , mais à qui ?
          Pour Pierre Chantraine l’étymologie du grec « kaballès » est énigmatique :
           « καβαλλης » (« kaballès ») : Mot populaire et emprunté , mais à qui ? 
           La date et l’emplacement géographique des premières attestations excluent l’hypothèse d’un emprunt latin ou celtique malgré le latin caballus et le gaulois anthroponyme caballos. 
           L’hypothèse d’un emprunt balkanique n’est pas vraisemblable malgré le slave « kobyla », « jument… »
          C’est pourquoi à Levallois-Perret, les époux Balkany pensent à l’expression « être en cavale » ...


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 mars 2018 19:15

          @phan
          A pourtant « cavaler » évoque bien l’idée de mouvement. Les mots s’originent dans le chaos symphonique de l’inconscient. 


        • phan 9 mars 2018 21:41

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          Les mots s’originent dans le chaos symphonique de l’inconscient.

          Voici un article à consulter :« Diogène, Gorgias, Freud et Lacan », en écoutant « Pro luctus temporis memoria : Le chaos » par François Boulanger, Orchestre symphonique de la garde républicaine.


        • mursili mursili 10 mars 2018 01:15

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Cabale vient de l’hébreu qabbalah ( קבלה = qblh lu de droite à gauche - le redoublement du b peut être noté par un point appelé « dagesh »). La Kabbale est la tradition spirituelle juive, ou si vous préférez, l’ésotérisme du judaïsme. La même racine sémitique qbl existe en arabe :

          http://www.thefreedictionary.com/_/roots.aspx?type=Semitic&root=qbl

          qui semble suggérer une idée de réception.
          De réception à perception il n’y a qu’un pas, et cette racine arabe a peut être donné « gabelle » (un impôt impopulaire, comme chacun sait) à travers le latin médiéval.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 mars 2018 11:31

          @mursili


          J’ai d’autres sources,...Mais le sujet étant tellement riche que je ne peux le développer ici.

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 mars 2018 11:33

          @mursili


          Le cheval n’est-il pas justement le psychopompe qui relie la terre des mots et le ciel de leur symbole,...

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 mars 2018 12:00

          En astrologie le signe associé à l’enseignement, le voyage mental ou réel, la transmission du savoir est justement le signe du sagittaire dont le symbole est : Le centaure,....


        • Diogène Diogène 9 mars 2018 13:16

          le mieux, c’est de puiser l’eau à la source :



          • rosemar rosemar 9 mars 2018 13:31

            @Diogène

            Merci pour ce lien : un beau retour aux sources...


            Je rajoute un mot : « vertige »...


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 9 mars 2018 13:28

            Pour être complet, remarquons que les quatre mouvements décrits par Aristote permettent de concevoir un temps biographique, autrement dit un enchaînement des choses avec un début, un développement et une fin. Que ce soit dans la translation qui déplace un mobile d’un lieu à un autre ou bien avec l’accroissement, la diminution et la corruption. Ces déterminations sont celles du monde sublunaire. Auquel Aristote ajoute un monde supralunaire avec les astres réglés par un ordre fixe, celui du Kosmos. Ce monde céleste est décrit et expliqué dans le traité Du ciel dans lequel on note l’utilisation d’un concept énigmatique, celui de moteur immobile. Qui signifie mouvement stationnaire, ce moteur étant lié aux étoiles fixes tout en transmettant le mouvement aux planètes. Si une idée du temps se dessine, c’est incontestablement celle du temps cosmologique. Le monde supralunaire est réglé différemment du monde sublunaire. La physique du xxie siècle a unifié les mondes mais elle n’a pas résolu le dilemme des deux temps, biographique et cosmologique.


            • mmbbb 9 mars 2018 19:08

              @Bernard Dugué tu l a ramènes avec ta science esotérique le gourou qui prefere censurer Cela m evite de lire tes articles et je me passe bien de ta docte science


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 mars 2018 12:02

              @Bernard Dugué


              Je ne comprends pourquoi j’ai été censurée sur votre site. 

            • Pere Plexe Pere Plexe 9 mars 2018 14:24

              Pour ceux qui n’accordent que peu d’importance à l’étymologie qui n’ont pas la prétention de déjà savoir et qui par curiosité aiment en découvrir certains aspects je recommande la chaîne YouTube Linguisticae 

              En particulier celle là



              • rosemar rosemar 9 mars 2018 16:54

                @Pere Plexe

                Merci pour ces liens utiles...

              • Étirév 9 mars 2018 16:14

                L’étymologie et la philologie sont deux études d’une haute importance pour celui qui veut connaitre l’Histoire.

                il est donc nécessaire de clarifier les choses en affirmer, dès à présent, que le latin et le grec sont issues de la langue gauloise (celtique) et non l’inverse.
                Prenons un exemple : la Rose
                La langue gauloise s’est surpassée dans la création de la Rose, la Reine des Fleurs.
                La désinence « os », du gaulois, donne au nom le sens de la « plus tendre affection ».
                De « plant », enfant, le gaulois fait « plant-os », « enfantelets », « chers petits enfants ».
                De là le latin « planta » et tous les mots de cette famille dans toutes les langues.
                Et de « ro », don, présent, cadeau, la désinence « os » fait « ro-os », « ros », le « présent aimé », « le don d’amour », « le don de la rose ».
                Le hollandais reproduit les racines gauloises telles quelles : « Roos ».
                Le danois, l’allemand, l’anglais font « Rose ».
                Le vieil allemand, « Rosa ».
                L’islandais, le suédois, « Rôs ».
                Le breton, « Roz », « Rose » ; « Roz-èn », « Rose-une », « une Rose », « ène Rose ».
                Passons à cette déclinaison de « Rosa » en latin :
                Que signifie le « rosa » latin si l’on prend le radical gaulois « Ros », de « Ro-os » ?
                La Rose ?
                Non ! « Rosa » signifie « Rose-la », et aussi « Rose-une », « une Rose », premier signe de l’imprécision du latin.
                « A » est l’article gaulois, dont les bretons ont fait « an », « ar », « al », par euphonie, selon le mot qui suit l’article.
                Cet article « défini » est resté, en anglais, l’article « indéfini », « invariable », « a man », « a woman », « a girl », « a boy », sans lequel il serait impossible de prononcer une phrase d’anglais.
                Plutôt se fier à Owen Pughe qu’à Littré en ce qui concerne l’étymologie. Et plus encore à Monsieur Oscar Vignon.
                La langue gauloise (celtique) est la véritable source des langues de l’Europe et de l’Inde.

                Cordialement.


                • rosemar rosemar 9 mars 2018 16:53

                  @Étirév

                  Tout de même, on m’a appris que le mot « rose » vient du latin « rosa »... vous connaissez la célèbre chanson ?

                • rosemar rosemar 9 mars 2018 16:56

                  @Étirév

                  Je rajoute ce lien :https://la.wikipedia.org/wiki/Rosa


                • Cateaufoncel 9 mars 2018 18:56

                  @rosemar

                  « vous connaissez la célèbre chanson ? »

                  Hélas ! Chanson raciste et discriminante :

                  C’est le plus vieux tango du monde
                  Celui que les têtes blondes

                  Atroce et nauséabond. A rayer du répertoire

                • mursili mursili 10 mars 2018 01:25

                  @Étirév

                  Pour paraphraser Joseph de Maistre, la contre-vérité n’est pas une vérité contraire mais le contraire de la vérité. Il est réjouissant de savoir que Jean-Pierre Brisset revit grâce à vous.

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Brisset&nbsp ;


                • mursili mursili 10 mars 2018 05:54

                  @mursili

                  Ce lien devrait marcher :
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Brisset

                  Jean-Pierre Brisset (1837-1919) est un grand penseur français qui a réfléchi en profondeur sur l’origine des langues, il est l’auteur entre autres de La Grande Nouvelle ou comment l’homme descend de la grenouille et de La Science de Dieu.


                • mursili mursili 10 mars 2018 00:55

                  Flegme et flemme ont la même origine (φλέγμα) qui curieusement veut dire « inflammation », mot dérivé d’un verbe grec qui veut dire « brûler » et qu’on peut aussi rapprocher du latin « flamma » qui donne « flamme » en français.

                   


                  • rosemar rosemar 10 mars 2018 09:12

                    @mursili

                    Merci pour cet exemple : beaucoup de mots remontent au grec et on ne le perçoit pas toujours...

                  • mursili mursili 10 mars 2018 10:12

                    @rosemar

                    C’est vrai. Par exemple air, ampoule, ange, asile, aumône, église, climat, comédie, crise, dinosaure, énigme, gramme, idée, époque, lampe, prêtre, taxe, zone, etc.

                    Je me souviens de ce professeur de philosophie qui s’émerveillait de cette langue grecque où les déménagements étaient des métaphores et les virages des catastrophes...


                  • rosemar rosemar 12 mars 2018 13:44

                    @mursili

                    Merci pour ces exemples... l’ampoule, en effet, vient étonnamment du grec...



                  • lagnose 10 mars 2018 07:18
                    « La perversion de la cité commence par la fraude des mots » Platon"

                    L’histoire des mots c’est l’histoire d’une spoliation. Le bon sens et la logique naturelle de l’homme et de de la femme ne peuvent s’épanouir qu’au contact d’un juste emploie des mots. La solution : Le Livre des Sept Sceaux ( Le Retour à l’Evidence) ;

                    L’Agneau, le mouton et le loup
                    Tu as trois animaux en toi.
                    Lequel tu deviens ?
                    Celui que tu nourris .

                    • rosemar rosemar 10 mars 2018 09:13

                      @lagnose

                      Bien nommer, c’est important...

                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:29

                      @lagnose


                      exemple : famille mono-parentale, papa un et papa 2,.... J’en passe et des meilleures,...

                    • psynom 10 mars 2018 08:10

                      l’homme, l’humain, l’humilité dérivent du latin « humus  » la terre.

                      Pour les français l’ « homme » vient du latin « homo », lui-même dérivé du latin « humus ».

                      Pour les chrétiens le premier homme fut formé de la terre, et pour les romain l’homo est terrestre par rapport aux dieux.

                      Le pronom « on » vient aussi de « homo »...

                      L’humilité serait de ne jamais oublier d’où l’on vient. 


                      • Jean Keim Jean Keim 10 mars 2018 08:33

                        @psynom
                        L’humilité serait également de reconnaître que nous ne savons pas d’où nous venons et qu’il ne faut pas croire tout ce qui est écrit dans les livres.


                        La phrase « je ne sais pas » est celle qui est pratiquement jamais prononcée par un homme politique.

                      • psynom 10 mars 2018 08:49

                        @Jean Keim
                        oui... mais ce qui est sûr, est que l’on vient de la terre. Elles sont de là nos vrais racines. On ne serait même pas sur terre, sans la terre.


                      • rosemar rosemar 10 mars 2018 09:15

                        @psynom

                        Merci pour ce rappel : j’ai écrit un article sur cette famille de mots...



                      • mursili mursili 10 mars 2018 09:57

                        @psynom

                        L’humilité serait de ne jamais oublier d’où l’on vient.

                        Cette remarque prend un sens particulièrement savoureux si on l’applique à l’omertà clanique qui serait une variante dialectale du mot italien umiltà qui veut dire humilité...

                        Savoir s’écraser quand il le faut et adopter un profil bas... 


                      • psynom 10 mars 2018 10:29

                        @mursili
                        effectivement, on a aussi :

                        le dérivé « hum », au moyen âge a la signification de vassal et hume est l’homme ou le soldat. « Hume », Humle a la signification de « soumis », « modeste » au sens latin de « humilis ».

                        On a aussi le dérivé « homage », engagement que l’on prend envers son seigneur de le servir en chaque occasion, de le défendre de son propre corps.

                        (source)


                      • Jean Keim Jean Keim 10 mars 2018 08:29

                        L’origine grecque ou latine ou encore sanscrite... des mots n’explique pas pour autant pourquoi un jour un homme a pris une chose sur le sol et a dit « pierre » (je simplifie beaucoup bien évidemment), là réside également un grand mystère.


                        • rosemar rosemar 10 mars 2018 10:31

                          @Jean Keim

                           Pef nous donne une belle leçon de poésie : la première lettre de l’alphabet, dit-il, tout le monde va me dire c’est « a », non, ce n’est pas le « a », mais c’est le premier homme quand il a vu le premier lever de soleil, il s’est écrié : « o ! »




                        • phan 10 mars 2018 14:54

                          @rosemar
                          ZZZZzzzzz !


                        • Decouz 10 mars 2018 09:13

                          Qabale ne vient pas de racine latine ayant donné cheval (mais il faut remonter plus haut jusqu’à l’hindo européen commun), mais du sémite QBL, l’idée étant de recevoir, en particulier de recevoir, et de transmettre, une tradition, 

                          c’est la même racine que Qiblah en arabe.
                          Le « Q » de « Qabale » n’est pas le son « k » du français, mais un son plus dur, prononcé au fond de la gorge.
                          Après il est toujours possible de faire des rapprochements phonétiques, plus ou moins acceptables ou éclairants, mais ce n’est plus alors une filiation étymologique, ce serait un rapport direct au son en tant qu’élément signifiant à lui tout seul, cela peut s’entendre en poésie par exemple.


                          • rosemar rosemar 10 mars 2018 09:16

                            @Decouz

                            Merci pour ces précisions...

                          • QAmonBra QAmonBra 12 mars 2018 15:58

                            Merci @ l’auteur pour le partage. . .



                            De ce rafraîchissant article sur notre belle et riche langue « françoise », qui a su intégrer, assimiler un voluptueux vocabulaire aux origines si diverses !

                            Les basiques latin et grec bien sûr, mais pas seulement, ainsi, histoire de taquiner quelque uns, (*) combien de nos compatriotes savent ils qu’il y a plus de mots arabes que de mots gaulois dans notre merveilleuse langue !?  

                            Combien des plus virulents « identitaires » d’entre nous savent ils qu’ils sont, génétiquement et culturellement, plus sémites que gaulois !?


                            Rien que d’y penser je me fend intérieurement la poire. . . En français, cela va de soi. . .



                            (*) Je suis de plus en plus taquin avec l’âge, c’est plus fort que moi. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès