• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’homme malade de son environnement ?

L’homme malade de son environnement ?

 Pour le Pr. Dominique Belpomme, l’origine environnementale de la plupart des affections et maladies graves qui nous frappent ne fait plus aucun doute…

 

Cancérologue bien connu et président de l’Association pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse (Artac), le Pr. Dominique Belpomme estime que l’accroissement du nombre de maladies graves (dont les cancers ainsi que des maladies dégénératives) vient de la dégradation accélérée de l’environnement dans les pays fortement industrialisés - donc « a priori pollués »...

 Ainsi, nos pathologies peuvent s’expliquer par notre exposition à des polluants variés comme les perturbateurs endocriniens (ces « substances étrangères produisant dans l’organisme des effets délétères en raison d’une modification du système hormonal  »), les pesticides, les particules fines et nanoparticules dans les poussières ou les métaux lourds comme le mercure des amalgames dentaires ou le plomb dans l’eau de boisson. Sans oublier les vaccins avec leurs adjuvants aluminiques dont l’utilisation a été rendue obligatoire « alors même que leur efficacité et leur innocuité n’avaient pas été sérieusement éprouvées ». Et que dire du « rôle mutagène et cancérigène des champs électromagnétiques », mis en évidence dès 1984 par les travaux du Dr. Roger Santini ?

 

La maladie d’Alzheimer : vieillesse « naturelle » ou exposition à l’environnement ?

 

Pour le Pr. Belpomme, « l’exposition prolongée à des champs électromagnétiques de basses ou extrêmement basses fréquences est, comme pour le cancer, un facteur de risques potentiellement impliqué dans la genèse de la maladie ». D’ailleurs, les compagnies d’assurance sont tellement persuadées de leur nocivité qu’elles refusent (comme elles l’avaient fait jadis pour l’amiante), de couvrir les risques liés à l’exposition aux radiofréquences…

Par ailleurs, il apparaît « de plus en plus évident que la maladie d’Alzheimer n’est pas à proprement parler une maladie de la vieillesse comme on l’affirme encore trop souvent, mais en réalité elle aussi, une maladie de l’environnement où interviendraient, comme dans le modèle cancer, des agents physiques, chimiques et peut-être microbiens »…

S’est-on préoccupé à ce jour de savoir si le « vieillissement biologique naturel des tissus » est vraiment en cause dans cette maladie ? Ne faudrait-il pas plutôt prendre en compte une « longue période d’exposition à des polluants environnementaux  » ?

Au nombre de ces polluants, le rôle du mercure, « métal extrêmement toxique pour le système nerveux  » et présent dans les amalgames dentaires comme dans les poissons contaminés, a pu être prouvé : « l’exposition à de faibles doses de mercure reproduit les lésions cellulaires caractéristiques de la maladie, en particulier les fameuses plaques amyloïdes et la dégénérescence neurofibrillaire  ».

De surcroît, les champs électromagnétiques sont « capables de créer des courants électriques en bouche qui, en raison de l’érosion du métal qu’ils provoquent, génèrent des vapeurs de mercure » - ces dernières « passent la barrière hémato-encéphalique destinés à protéger les neurones des agents toxiques présents dans le sang  »…

 

La « fabrique du diable »

 

 Pour le cancérologue, le diable se manifeste par la création et la dissémination dans la nature des polluants physico-chimiques, par la « transformation de micro-organismes naturels en agents malfaisants  » et la fabrication de médicaments dont certains se révèlent néfastes en raison des effets secondaires qu’ils provoquent : « Dans le contexte économique actuel, c’est donc la marchandisation du vivant qui est en cause et finalement le principe moral sur lequel repose l’exercice médical depuis Hippocrate »...

Mais toute mise en garde se heurte à des intérêts puissants qui se sont allègrement affranchis de tous « repères éthiques » et au mur d’argent de cette « fabrique du diable » : en dépit des dommages constatés jusqu’à ce jour, cette dernière arrive encore à nous vendre ses gadgets de destruction massive (smartphones, tablettes, etc.) et à nous convaincre de les utiliser sans limites comme s’ils nous étaient indispensables…

Ces « facteurs environnementaux structuraux » peuvent expliquer aussi la « décroissance de fertilité observée dans les pays riches »… Ainsi que des pandémies virales comme la grippe aviaire, liées aux conditions de stress dans « l’espace contingenté des élevages en batterie, à l’utilisation de nourritures artificielles et au dopage chimique et productiviste très éloigné des conditions de vie naturelle » - ainsi favorise-t-on chez les animaux d’élevage « l’émergence d’un déficit immunitaire capable d’entraîner la prolifération et la mutation du virus et par conséquent l’exacerbation de sa violence »…

 

Pour une prévention environnementale

 

Le Pr. Belpomme propose de mettre en place une véritable « prévention environnementale », basée sur le principe de précaution « lorsque le risque est présumé grave ». Il s’agit tout à la fois de « protéger les personnes exposés aux agents toxiques présents dans l’environnement et éviter que ces agents polluent l’environnement  ».

Cela commence par le choix du lieu de vie  : ne pas s’installer à proximité d’une voie à grande circulation, d’un garage ou d’une station à essence, d’un aérodrome, d’un incinérateur, d’une antenne relais, d’un pylône ni bien entendu d’une zone industrielle...

On pourrait préférer une zone rurale, mais loin d’une zone d’agriculture intensive, des antennes relais dissimulées dans les forêts ou les clochers, des lignes à haute ou très haute tension, etc.

Il faudrait éviter la pollution de l’air intérieur, préférer une cuisinière à gaz ou en vitrocéramique aux plaques à induction, les ampoules à filament à celles dites « à basse consommation » - et s’assurer que toutes les prises de courant sont mises à la terre, etc.

Evidemment, on réduira la téléphonie mobile au profit du filaire, on préférera la connexion par câble au Wi-Fi, sachant qu’en matière de champs électromagnétiques, « toutes les expositions s’additionnent les unes aux autres voire se potentialisent entre elles au plan biologique » (Wi-Fi, WiMax, téléphone portable, DECT, console de jeu, ordinateur, tablette, télévision, réveil électronique, plaques à induction, ampoules à basse consommation, etc.)

Tant que la « présomption d’innocence » bénéficiera aux industriels, opérateurs ou sociétés pharmaceutiques et que persistera le déni des pouvoirs publics se refusant à aborder les problèmes de santé autrement que sous l’angle financier, la « confiance » citoyenne s’érodera jusqu’à la consommation finale de cette indigeste toxic story dans l’inexorable dégradation du contexte social et de notre milieu de vie où seules prospéreront les maladies en résultant…

Pr Dominique Belpomme, Comment naissent les maladies… et que faire pour rester en bonne santé, Les Liens qui libèrent, 432 p., 23,80 €


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • fred.foyn 26 décembre 2016 10:15
    L’homme malade de son environnement ?..surtout de ses « Déchets » et de sa connerie !

    • Alren Alren 26 décembre 2016 12:39

      @fred.foyn

      Un seul candidat met au cœur de son programme la qualité de son environnement, analyse les causes de sa dégradation et propose des mesures pour l’améliorer.
      C’est bien entendu Jean-Luc Mélenchon, le candidat du grand mouvement populaire : La France Insoumise.


    • foufouille foufouille 26 décembre 2016 10:17

      7- En partenariat avec l’industrie pharmaceutique, une contribution importante dans le développement clinique et pharmacologique de certains médicaments anticancéreux cytotoxiques dont la Mitoxantrone, la Vindésine et la Vinorelbine, le Taxotère et la Gemcitabine (voir Nouveaux traitements).


      8- La mise au point d’une morphine retard, actuellement utilisée par l’ensemble du corps médical.



      • manu manu 26 décembre 2016 15:50

        @foufouille

        Contre le cancer il existe le traitement métabolique et le DMSO.


      • foufouille foufouille 26 décembre 2016 16:34

        @manu
        ce sont les traitements mis au point par ce médecin avant de devenir gaga.


      • manu manu 26 décembre 2016 17:51

        @foufouille

        Non seulement t’es un troll mais en plus un troll à deux balles.

        DMSO – Le Missile A Tête Chercheuse Anti-Cancer.

        « Le DMSO aide le chlorure de césium à rentrer dans les cellules cancéreuses. »

        "Le DMSO est spécialement efficace chez les patients atteints de cancer du fait de la rapidité avec laquelle il passe la barrière sang-cerveau, mais il peut être employé de manière productive avec tout type de cancer."


      • foufouille foufouille 26 décembre 2016 10:21

        Professeur David KHAYAT
        Non, mais attendez, c’est très simple. Attendez, je crois qu’il faut être simple. On va laisser à monsieur BELPOMME la responsabilité de ses propos. Ils ne sont étayés par aucune donnée scientifique. C’est simplement l’expression d’un pessimisme particulier à ce confrère. Je crois qu’il est temps que nous ne donnions pas un statut de qualité scientifique à ce qu’il a dit car ça n’est rien de scientifique.

        Il faut savoir d’où vient cette polémique. Le professeur BELPOMME a utilisé à contresens un mot anglo-saxon. Effectivement, dans tous les documents anglo-saxons, à l’Institut du cancer américain, etc. on dit bien que 70 % des cancers sont dus à l’environnement... sont dus aux facteurs d’environnement « environmental factors ». Sauf qu’aux Etats-Unis, quand on parle d’environmental factors on veut dire le tabac, l’alimentation, le soleil, les virus, les bactéries, les radiations. Tous les facteurs autres que les facteurs dit “ endogènes ”, c’est-à-dire les hormones, grosso modo.


        • Alren Alren 26 décembre 2016 12:54

          @foufouille

          Évidemment, d’après vous, si les Étatsuniens n’ont pas le même point de vue que les Français, ce sont eux qui ont raison car nous leur sommes tellement inférieurs !!!

          Car aux USA il n’y a pas de lobbies financeurs de labos de recherche et d’universités qui pourraient interdire que l’on dise du mal des produits qu’ils vendent !!!

          Personne ne nie que le tabac soit cancérigène. Maintenant. Car à une époque certaines autorités en matière sanitaire soutenaient qu’il avait un rôle négligeable dans la maladie, sous la pression du lobby des cigarettiers.

          Mais si des facteurs environnementaux de maladies ont fini, souvent après une longue lutte, par être reconnus, il est clair que les « progrès » de l’industrie chimique en ont introduit d’autres, nouveaux, plus pernicieux car agissant à dose plus faible.
          Pourquoi l’alimentation est-elle cause de maladie sinon que la malbouffe industrielle est bourrée d’additifs dangereux ?


        • Djam Djam 26 décembre 2016 20:38

          @foufouille Quand on a aucune connaissance en matière d’anatomie, de métabolisme, d’alimentation, de virologie, bref quand est un simple fou fouille on la ferme et on s’abstient de donner une opinion, une fois de plus, ad hominem, discréditante. Est-ce si difficile pour vous de lire un article qui dépasse votre niveau ?


        • Graal 26 décembre 2016 21:08

          @Alren
          "à une époque certaines autorités en matière sanitaire soutenaient qu’il avait un rôle négligeable dans la maladie, sous la pression du lobby des cigarettiers"
          Pourriez-vous être précis ? Quand exactement ? Quelles autorités (des noms) ?


        • foufouille foufouille 27 décembre 2016 04:20

          @Djam
          pauvre vieux.
          et pitoyable abruti.
          je te mettrais bien un lien ou deux mais ce serait trop compliqué pour toi.


        • foufouille foufouille 27 décembre 2016 04:22

          @Djam
          faudrait aussi apprendre à lire vu que c’est la réponse d’un autre prof de médecine à ton dieu.


        • foufouille foufouille 26 décembre 2016 10:26

          Cependant, il faut prendre avec précaution toutes les paroles de Dominique Belpomme. Ainsi, dans la même interview, cet éminent expert explique que le bio « n’utilise pas de pesticides » et « pas d’additifs ». Deux fausses affirmations ! Quand on regarde le Guide des intrants utilisables en agriculture biologique en France (22 juin 2011), on se rend compte qu’il existe 349 spécialités autorisées en bio (agriculture + jardin). Parmi elles, 97 spécialités sont classées « Risque de Toxicologie-N-dangereux pour l’environnement », 87 sont classées « Très toxique pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique », 23 spécialités sont classées « Dangereux pour les abeilles » et 3 spécialités sont classées « Nocif : peut provoquer une atteinte des poumons en cas d’ingestion ». Quant aux additifs, il en existe une cinquantaine autorisée pour les aliments bio, dont certains (E333, E335, E407, E410, E412, etc.) à fortes doses peuvent avoir des effets allergisants ou laxatifs. Ou mentionnons encore les nitrites E249, E250 et nitrates E252, alors que les nitrites se transforment dans le corps en nitrosamines, classées cancérigènes par l’Organisation mondiale de la santé.


          • foufouille foufouille 26 décembre 2016 11:01

            je remarque que ce sont presque toujours des vieux médecins à moitié gâteux ou avec une peur de la mort qui retournent leur veste.
            khayat a fait pareil également.


            • Alren Alren 26 décembre 2016 12:43

              @foufouille

              Cette remarque méprisante montre à quel point votre niveau d’analyse est bas.
              Il ne vous est pas venu à l’idée que les médecins attendent la retraite pour parler librement et sincèrement, sans craindre les foudres de l’Ordre des médecins qui est à la botte des firmes pharmaceutiques et chimiques ?
              Cela confirme ce que je dis avec ma première phrase.


            • foufouille foufouille 26 décembre 2016 16:38

              @Alren
              sauf qu’aucune étude correcte ne confirme la propagande verte.
              de même les études merveilleuses des labos vantant la magie du médicament sont rarement confirmées.


            • velosolex velosolex 26 décembre 2016 12:31

              Le professeur Belpomme veut vendre ses pommes. 

              Mais ce faisant en exploitant le marché de la peur
              Ne nous prend il pas pour des pommes
              Ou des poires ?

              Tout cela fera autant l’affaire des avocats 
              Car même quand les cornichons se réveillent
              Ils restent toujours de l’autre coté de la paroi du bocal !

              La solution serait bien sûr de fermer les écoutilles, de bloquer sa respiration
              Et de plonger au fond des mers, pour fuir la pustulence, les bactéries
              Et les miasmes de la politique et de l’air intérieur

              • manu manu 26 décembre 2016 15:56

                @Orange Skink 42

                Quand on a rien à dire...


              • rogal 26 décembre 2016 13:48

                Sûrement une part de vérité dans cette position mais quelle est-elle ? Le Professeur donne-t-il ses preuves de ses dires ? À suivre en tout cas.


                • Croa Croa 26 décembre 2016 17:22

                  À rogal,
                  Ces présomptions sont statistiques. Il n’y a pas encore de preuves mais ces soupçons à base de corrélations sont tout de même très lourds.
                  Oui, à suivre...
                  Aussi certaines expositions à éviter : On n’est jamais trop prudent smiley


                • lephénix lephénix 26 décembre 2016 14:13

                  @foufouille

                  merci pour votre argumentaire détaillé et documenté quoique partial : le débat a lieu...

                  comme le rappelle Alren, bien des médecins attendent d’être « arrivés » à leur retraite pour nourrir le débat par bien des choses vues, entendues, analysées au cours d’une longue pratique...


                  • foufouille foufouille 26 décembre 2016 16:42

                    @lephénix
                    c’est beaucoup plus compliqué. il te suffit de lire des cours infirmiers qui sont de niveau bac.
                    si tu veut tu as la fac de médecine sur le net.
                    et ce n’est plus magique et merveilleux comme pour certains vieux docteurs gaga ou larbins des labos.


                  • lephénix lephénix 26 décembre 2016 14:16

                    @fred foyn

                    surtout nous devrons « faire face » aux conséquences de notre addiction aux gadgets électroniques de destruction massive : chaque « adulte » (? ???) "produit près de 23 kg par de déchets électroniques sans parler des autres..........


                    • ddacoudre ddacoudre 26 décembre 2016 16:33

                      bonjour lephénix

                      il n’est jamais trop tard pour bien faire, mais les dés sont jeté depuis longtemps. dans le cadre de la pollution infinitésimale elle sévit de partout. nous ne pouvons pas jeter dans la nature et atmosphères des tonnes de produits chimiques sans que nous en ingurgitions.et les effet ne sont visibles que par ce processus. si nous restons fidèle a la loi de Lavoisier rien ne se perd tout ce transforme, il est donc concevable qu’en ingurgitant des quantité de produits plus ou moins toxiques ceux-ci interagissent avec notre organisme.
                       en 1992 Bounias Michel avait sorti Le Guide Des Toxicitudes.
                      cordialement.


                      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 26 décembre 2016 16:45

                        L’homme est malade de son environnement, il n’y a pas à formuler cette phrase sous la forme interrogative. C’est un constat que l’on peut faire déjà sur l’état psychique (moral) des gens assez facilement autour de soi (voir soi-même), sans même parler des maladies du corps.
                        Nous vivons dans une société anxiogène, par sa façon de fonctionner. Que dire du nombre d’antidépresseurs, de drogues, d’alcool en circulation, et de constater tous les palliatifs à cette « misère », même par « abrutissement » par le ’mass media" (dans un sens hyper large) ?


                        • lephénix lephénix 26 décembre 2016 17:27

                          @ddacoudre

                          c’est un fait établi que nous avons muté vers des maladies dégératives et de nouvelles formes de cancers

                          pour ces derniers, le discours dominant ne nous assène que la dimension individuelle (avec le chantage des « conduites à risque » comme le tabagisme, etc) sans prendre en compte le moins du monde la dimension collective, ne serait ce que par les expositions au travail (amiante, solvants chimiques etc) et la dégradation de l’environnement

                          ill est « formidable » l’héritage que nous laissons avec nos addictions à l’hypermobiité, l’énergie bon marché et abondante toujours disponible, l’ubiquité « numérique » etc

                          cordialement


                          • lephénix lephénix 26 décembre 2016 17:31

                            @bouffonsdu roi

                            la forme interrogative c’est pour engager le « débat »« 

                            oui ce »management" par la mise en compétition perpétuelle est anxiogène, tout ça au nom d’une mythologie économique, une chimère, une fable mitraillée en permanence pour justifier la prédation...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès