• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’ humanité est-elle durable ?

L’ humanité est-elle durable ?

Aujourd’hui, nous sommes entrés dans un tournant capital pour notre avenir.

D’une part, les ressources de la planète viennent à manquer, d’autre part, la consommation que nous en faisons menace les équilibres écologiques.

Il y dix ans encore, nous pouvions ignorer les faits. Le pris du pétrole restait plus ou moins stable, les réserves ne semblaient pas diminuer, les ressources alimentaires pouvaient nourrir le monde, même si des îlots de misère subsistaient, la lutte contre la faim devait pouvoir être gagnée, le changement climatique semblait une hypothèse théorique à laquelle des solutions techniques allaient répondre.

Aujourd’hui, rien ne va plus. Le changement climatique est bien réel, les ressources viennent sérieusement à manquer, la faim s’étend plus qu’elle ne se résorbe.

Devant pareil enjeu, de survie pour notre société, il est bon de revenir en arrière. Et de constater que les civilisations sont éphémères, disparaissent parfois en quelques années, parfois en plusieurs siècles. Certaines au contraires subsistent. Le dossier de Science et Vie à ce propos est intéressant (Construire un monde durable). Nous savons que l’empire mésopotamien s’est effondré suite à une désertification casée par une irrigation excessive, la civilisation de l’île de Pâque s’est épuisée par le manque de bois. Plus prés de nous, la fin de la monarchie française est pour une bonne part due aux famines à répétition subie par la population.

Un point commun de ces diverses disparitions réside notamment dans l’inconséquence de ces civilisation face aux défis survenus par la transformation de leur écosystème. Ou la conscience du problème n’était pas présente, ou cette conscience ne les amenait pas à changer de comportement, par inertie d’une société conçue a priori comme inébranlable, ou croyance d’un sauvetage par une puissance divine, par l’extérieur.

Tout ceci donne à penser que la survie d’une société soumise un bouleversement soit environnemental (la Mésopotamie), soit humain (Rome) est soumise à certaines conditions qui lui permettent de réagir efficacement, et des obstacles externes ou internes qui l’immobilisent, ou lui font suivre de fausses solutions.

Les obstacles :

Le premier obstacle est bien entendu la non prise de conscience du problème, du à l’ignorance de la civilisation des transformations, vire de la dépendance à certains facteurs. Nous pouvons dire qu’heureusement pour nous, ce n’est, ou plus le cas : nous savons, nous connaissons les enjeux.

Le deuxième obstacle est la conviction d’une nécessité d’agir : les croyances divines, l’idée d’une surpuissance, d’un sauveur extérieur, créent un attente qui se révèle non salvatrice, et engendre la passivité. Là non plus, nous ne tombons pas dans ce travers, au moins pour une part éclairée des populations, et surtout des décideurs.

Le troisième obstacle, et non le moindre, est l’avidité, la cupidité, qui font agir les individus non pas en vu d’un bien commun, mais pour eux-même. Sauvons-nous nous-même et tant pis pour les autres. L’île de Pâque aurait pu sauver sa civilisation si les élites aveint renoncé aux honneurs destinés aux familles dirigeantes pour sauver la forêt. Il n’en a rien été. Notre civilisation, actuellement, en est à cette pierre d’achoppement. Il est visible que les élites économiques ne veulent rien lâcher. Un comportement type panique peut d’ailleurs advenir, comme Rome des derniers temps, où les élites faisaient des dépenses somptuaires alors que tout le système s’effondrait. Ce type de comportement, au sommet, se transmet par vagues à l’ensemble de la population, et aucune gestion cohérente des ressources n’est alors possible.

Les conditions :

Le corollaire des obstacles est dans les conditions : conscience de des problèmes, capacité d’agir et volonté partagée par tous d’agir dans le sens du bien commun. C’est cette dernière condition qui, dans la civilisation actuelle pose problème.

Nous avons développé les sciences et les techniques, nous savons qu’un Dieu n’agira pas à notre place, nous avons tous les éléments pour agir, mais la volonté commune semble manquer.

Les élites éconmiques d’abord, qui par le contrôle de l’économie de Monde, avec l’extension des lois seules du marché, veulent s’assurer des conditions de leur propre survie, sans voir les conséquences pour les populations, qui n’en peuvent plus.

Les élites politiques, plus proches que jamais de ces dernières, refusent de mettre des barrière à l’extension infinie de la richesse de quelques uns. Or comment partager le limité si une limite aux plus avides n’est pas fixée ? Comment gérer les ressources de façon durable si la loi empêche toute gestion saine, ou si seuls les pauvres subissent ces restrictions ? l’injustice paraît flagrante et les contraintes inadmissibles. Par ailleurs, les élites n’étant pas soumises à le loi commune, elles n’ont pas intérêt à limiter leur propre poids écologique, puisque leurs ressources, à eux, sont considérées sans limite. Iol est évident où leur consommation personnelle sera touchée, le reste de la population sera dans un état indescriptible, s’il en reste.

Le reste de la population, conditionnée par les élites pour produire/consommer au plus, ne va pas d’elle même se limiter, ce qui est aujourd’hui considéré comme socialement incorrect. Celui qui prend le bus est considéré comme un pauvre, voir un pauvre c. , vis-à-vis de celui qui possède une Porsche 4x4 (oui, ça existe !). la société continue d’aller dans le sens du plus, et non du moins.

La situation actuelle :

Cette situation, avec des inégalités monstrueuses au niveau de la planète, et une élite qui ne veut pas céder sur le terrain matériel/économique, ne nous permet guère d’être optimiste.

Il nous faut influer sur nos élites politiques, afin qu’elles se soucient réellement du problème en voie de trouver des solutions concrètes, qui passent par une gestion partagée des ressources, aller au-delà du processus de Tokyo qui finalement vise à distribuer des permis de polluer et à coter le CO2 en bourse, ce qui semble inefficace compte tenu de l’état du système, même si des objectifs de diminutions sont définis.

Dans l’état actuel de conscientisation des élites, c’est-à-dire le néant, il faudrait créer des îlots de réflexion, de partage et d’action, qui peuvent devenir majoritaires par percolation.

Mais il faut faire vite, car la poursuite de la pente du pire peut nous faire vivre une société où le chacun pour soi l’emporte, avec un pilage accru des ressources jusqu’à leur épuisement final, et l’extinction, non des l’espèce humaine, mais de la civilisation comme lieu d’échange, de culture, et de conscience.

L’humanité peut être durable si elle veut s’en donner les moyens, ce qui passe notamment par le partage et l’autolimitation.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 5 juillet 2008 15:39

     @ L’auteur

    Bonnes réflexions. Autre question : l’humanité est-elle suicidaire ? En tout cas, il semble bien qu’elle le soit devenue...


    • BGR BGR 5 juillet 2008 17:57

      Cet article dresse un portrait réaliste de la situation.

      Personnellement, je n’arrive toujours pas à répondre à quelques questions essentielles :

      • La croissance mondiale, tant démographique qu’économique, nous conduit-elle inexorablement vers une catastrophe à l’échelle planétaire ?
      • Dans l’affirmative, le changement de mentalité, des élites comme des citoyens ordinaires, ou le progrès technologique sont-ils en mesure d’inverser le processus ou au moins de la stabiliser ?
      Ces questions et quelques autres sont évoquées dans un billet écrit voici quelques mois :

      http://bgr.hautetfort.com/archive/2008/04/21/quelle-croissance.html

      J’espère que les citoyens du Monde sauront persuader leurs gouvernants de l’impérieuse nécessité de faire un juste diagnostic de la situation et d’appliquer les mesures adéquates.

      BGR : MoDem du Pays Basque (64)
      http://bgr.hautetfort.com


      • jjwaDal marcoB12 5 juillet 2008 17:59

        Vous oubliez que notre problème principal est que les "donneurs d’ordres" du citoyen lambda, au cadre
        et chef d’entreprise, au président et aux élites diverses ne maîtrisent pas leur sujet, n’ont ni le
        temps ni la volonté de maîtriser la complexité du monde et donc donnent des ordres imbéciles à un
        système économique qui réagit aussi mécaniquement qu’un système informatique pour y répondre.
        Un seul ex pour illustrer :
        Il faut 15 000 m2 de terres agricoles pour nourrir un occidental moyen et entre 1000 et 2500 m2 pour
        nourrir un végétarien.Nous n’avons pas décidés tous de manger de la viande quotidiennement, nous n’avons pas choisis de défigurer une bonne partie de la planète pour y cultiver soja et maïs ni de détruire
        toute la biodiversité qui s’y trouvait, pas plus que nous n’avons choisis de bouleverser le climat en
        détruisant les forêts pour mettre en culture ou paturage les terres récupérées.
        Nous n’avons pas choisis d’arroser des millions d’ha de produits phytosanitaires, de multiplier par un
        facteur 10 et plus l’énergie à consommer pour utiliser ces surfaces surnuméraires ni faire exploser les
        émissions de gaz à effet de serre dans la foulée...
        Nous l’avons fait.
        Nous sommes responsables de cette mise à mort involontaire d’un monde qui a été et pourrait encore être (nostalgie mise à part).
        Les choses se passent et tout le monde semble ignorer les conséquences de ses actes à toute échelle
        comme si les liens unissant tous les problèmes n’existaient pas.
        Nous sommes dans un âge de ténèbres pour la pensée où les fléaux semblent s’accumuler sans que nous
        soyons capables d’y voir un lointain écho de nos inconséquences.
        Le chaos à toute échelle nous mènera forcément quelque part...


        • GreenGarden GreenGarden 6 juillet 2008 02:00

          @L’auteur,

          comme n’importe quel produit, notre civilisation a une date de péremption et je pense que celle ci arrive à grands pas.

          G.


          • chmoll chmoll 6 juillet 2008 09:13

            s’avez pas fini d’faire peur aux gens !!!!


            • fabien fabien 6 juillet 2008 12:24

              Sur le fond, vous avez raison, mais sur la forme, mon dieu, que de fautes d’orthographe !

               "le pris ! du pétrole...
               désertification casée
              île de Pâques
              société soumise à un bouleversement..."

              J’arrête là, je suis votre argumentaire mais je suis un peu surpris par de telles fautes.

              Quand à l’égoïsme fondamental de l’être humain, c’est un problème quotidien. Il est essentiel mais difficile d’en sortir, hélàs.


              • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 8 juillet 2008 22:10

                Désolé pour les fautes. Je m’en suis aperçu... mais trop tard. Parfois, dans les billets d’humeur, on peut se laisser emporter, et le clavier se précipite.

                Quant à l’égoïsme, nous en avons chacun une part, et penser à soi est aussi nécessaire. Mais lorsque penser à soi, ne penser qu’à soi, devient un comportement général, prôné par l’élite, là réside le danger.

                Les grecs, qui craignaient par dessus tout l’hybris l’avaient bien compris.


              • gerardlionel 6 juillet 2008 13:34

                Article intéressant, merci.
                L’humanité n’est durable que si l’on s’en sert certains abdiquent, d’autres pas.
                (Comprenne qui pourra) lisez donc "the road" de Cormak mc Carthy et "paradise" de Tony Morison.


                • fonzibrain fonzibrain 6 juillet 2008 15:18

                  c’est foutu

                  c’est mathématique
                  voire
                  mécanique


                  c’est irremédiablement foutu


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 6 juillet 2008 18:04

                    Bonjour,
                    équipé de vos gants les plus doux, vous adoucissez les angles. A mains nues, le bilan est bien plus pointu. Quand il m’arrive de penser qu’une civilisation renaitra de nos ruines, je vous laisse imaginer les archéologues fouillant dans nos galeries souterraines pour étudier nos modes de vie ? Les futs qu’ils vont ouvrir ...Effectivement, seuls les indiens autosuffisants, les tribus autochtones, ont des chances de survivre et à condition qu’ils se désinterressent de notre histoire.


                    • Iren-Nao 7 juillet 2008 07:30

                      Nous avons donc la chance de vivre encore une fois une époque formidable car en effet ça va barder sérieux.

                      Écoutez moi pour une foiset rassurez vous :

                      Les qq 6 milliards d’humains présentement vivants sur cette planète seront de toute façon tous morts d’ici moins de 100 ans, même moi, ce qui est assez rigolo.

                      Donc leur décès n’a strictement aucune importance. La douleur et la souffrance c’est plus embêtant, mais nos scientifiques intelligents n’ont pas de medocs pour cela.

                      Néanmoins la disparition massive de ces humains, y compris la mienne Bordel, est la seule chance de sauver la vie de la planète, ce qui est plus important.

                      Aucun effort n’est nécessaire puisque la Nature, ou Dieu, ou qui vous voulez, y pourvoira naturellement par la voie des famines inéluctables entraînant des guerres inévitables pour l’appropriation des biens, et bien sur, les épidémies qui vont avec et sont seules vraiment a la hauteur du ménage nécessaire, ainsi la durée de vie diminuera rapidos et peu a peu tout rentrera dans l’ordre, d’autant que pendant ce temps les chalutiers seront bousilles et que la mer se remettra a être pleine de poissons frétillants.

                      Donc voyez vous il n’y a pas de raison de s’énerver, ce ne sera pas la première ni sans doute la dernière fois que ça arrive.

                      L’homme s’est cru malin au point de croire que son existence individuelle avait une valeur suprême, il s’est même invente des droits l’abruti, et pour faire bonne mesure en a trouve de plus grands encore a la femme ce clown, il s’est même cru si malin qu’il a ricane de Dieu en le prenant pour une truffe.

                      Dieu qui n’est , je crois , que notre subconscient collectif se marre doucement et se dit que ce qui était le plus bandant fut la création, donc il pourra recommencer.

                      Donc tout va très bien mes biens chers frères.

                      Iren-Nao
                      du signe du bélier ...


                      • Bof 8 juillet 2008 10:04

                        @ par Iren-Nao (IP:xxx.x7.18.58) le 7 juillet 2008 : merci et bravo pour votre article que je partage.

                           Pour la souffrance, elle serait due à notre mode de vie qui consiste à se prélasser dans nos désirs, nos émotions ( à la Sissi et autres films qui nous indiquent que les émotions conduisent les Êtres à des drames comme la guerre mondiale 1914_-_ 1945 ) et surtout notre affectivité. Je me permets de vous le signaler afin d’éloigner peut-être de vous cette souffrance que vous semblez redouter . 30 ans au service des autres m’ont permis de voir que certains souffrent pour de petits maux et d’autres encaissent des chocs physiques ou moraux qui me laissaient admiratif . Ce fait me fut confirmer par un médecin qui a quitté notre civilisation et surtout la belle ville de Toulouse et sa belle maison pour aller avec un thérapeute local parcourir les régions reculées au Vietnam afin d’apprendre ou de comprendre cette médecine par aiguilles d’accuponcture et ce corps éthérique. Dans certaines ’maisons’ il a constaté des maladies où les personnes restaient sereines et souriantes et sans soins puisque sans thérapeutes.

                         Pour le reste : "’ 
                        "Qui craint de souffrir, il souffre déjà de ce qu’il craint" (Montaigne)"’

                        Ainsi nous aimerions nous en occident ’gonfler’ notre bas-mental qui devrait permettre de nous indiquer notre ressenti que nous nommons d’ailleurs ’instinct’ (nous ne savons même plus de quoi il s’agit) au lieu de développer notre ’ Intuition ’ dont nous aurions grand besoin en ces moments. il n’y a pas que les animaux qui ont (pour nos animaux domestiques ,encore un peu) un ’" instinct ’" ! nous pouvons encore reprendre le notre , mais il faut alors assecher nos désirs et nos émotions stupides et inutiles.

                         pour définir le mot ’Intuition’ dans mon vocabulaire, il suffit de savoir que de très grandes découvertes sont arrivées non à des nommés ’chercheurs’ et payés comme tels mais à un cultivateur du nord qui doit en plus de sa profession essayer de développer ses découvertes malgré les interdits au plus haut niveau de notre piteuse administration , ennemie de toute nouveauté qui pourrait nuire à un départ en week-end anticipé....cela l’oblige à commencer par le monde sauf la France.... !!!! mais, ça marche !

                         


                      • Mercure610 Mercure610 7 juillet 2008 12:22

                        Il est évident que le toujours plus de consommation n’est pas la solution, mais que c’est aussi aux moins favorisés que l’on demande de se serrer la ceinture.
                        Mais que feront les élites quand il n’y aura plus qu’eux sur cette pauvre terre exangue ? Vous vous rendez compte, s’il n’y a plus de pauvres il n’y a plus de riches.
                        Et qui servira ces pauvres malheureux : plus de secrétaires, de chauffeurs, de femmes de chambre, de cuisiniers, de coiffeurs ou d’esthéticiennes pour ces dames, qui cultivera la terre, extraira les matières premières qui permettent de vivre confortablement (à moins qu’il n’y en n’ait plus, alors que sera le confort ?).
                        Il ne fera pas bon être de ceux qui restent , ils s’entretueront pour que les moins riches des riches servent de boys à l’autre !
                        Pauvre humanité !


                        • Aurélien Bernier abernier 8 juillet 2008 11:12

                          Bonjour,

                          A propos du protocole de Kyoto, qui organise le grand marché des droits à émettre des gaz à effet de serre, je vous invite à lire cet article, paru dans le Monde Diplomatique de décembre 2007 :
                          "Faut-il brûler le protocole de Kyoto ?"
                          http://abernier.vefblog.net/4.html#Fautil_bruler_le_Protocole_de_Kyoto

                          Bien cordialement,

                          Aurélien Bernier


                          • pissefroid pissefroid 8 juillet 2008 13:27

                            Bien sur que l’humanité est durable. Elle peut vivre encore quelles que dizianes de milliers d’années, à conditions que les pays riches (les 8) limitent leurs croissances et mettent hors d’état de nuire leurs financiers internationaux. La production de l’argent par l’argent est stupide. Il me paraît indispensable que la richesse soit génératrice de bien à destination des plus pauvres (et non pas génératrice d’argent à destination des plus riches).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès