• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’identité nationale ? Chiche !

L’identité nationale ? Chiche !

JPEG - 20.6 ko
Valmy

Par étymologie, l’identité est ce qui réunit dans un « même » quand la Nation, elle, renvoie au mot « naissance » avec cette revendication, qu’au-delà de la terre, lieu de toutes les racines et des prédestinations, il y a l’affirmation de la Liberté qui met le citoyen au-dessus de la place à laquelle l’homme de l’Ancien Régime était assujetti.

Autant dire que s’il fallait débattre d’une « identité nationale » ce ne pourrait être que dans le cadre du dépassement des origines et des individualités pour revendiquer l’affirmation des valeurs universelles de la République dans le sens des idées de 1789 puis de « La Nation « en danger de Valmy !
Nous sommes donc bien loin de cette escroquerie intellectuelle et de cette manipulation de l’Histoire qui tendrait à rapporter ce concept politique à la nostalgie maurassienne de La Terre. Celle-ci n’a rien de politique, elle n’est que l’illustration d’un mythe des origines, un fantasme. Et ce n’est pas sans amusement que j’entends certains vilipender la relation à la Terre tout en défendant « la Terre Promise » : passé et avenir se rejoignent ici dans un même culte dangereux pour lequel l’homme est déterminé à la fois par sa terre et son ethnie.
Ce qui n’est pas anodin c’est aussi ce glissement de sens entre terre et territoire - ce dernier marquant le lieu d’une clôture imposée, d’un lieu de seconde zone : territoires palestiniens ou territoires d’outre-mer, sortes de limbes qui instaurent une hiérarchie géographique dans la citoyenneté. L’homme du territoire est condamné à un décentrement, à l’errance, à la précarité et au non-droit quand celui de la terre est propriétaire par le seul fait d’un héritage.
Il y a donc cette terre liée aux privilèges et ces « territoires » dont la « banlieue » fut, hier comme elle l’est aujourd’hui, le lieu du bannissement, une zone de non-droit mais de devoirs imposés sans que les principes de l’égalité y prévalent.
Alors s’il fallait retenir l’idée d’une quelconque « identité nationale » ce serait bien loin de ces notions d’une terre originelle inégalitaire ou des terroirs avec leurs différences de fromages, de cépages ou de parlers régionaux. N’en déplaise à Pétain, la Terre ment, elle ne fait que mentir de même que Pernaut sur TF1 ne fait qu’insulter les valeurs de la République en occultant les banlieues –« zones dangereuses « – pour mettre en avant la France des terroirs, simple illustration d’un fascisme à la française..
 Cette identité nationale serait plutôt la nécessaire lutte d’émancipation de ceux qui sont reclus dans les banlieues géographiques et mentales. Ce sont les résistances et les luttes qui font un peuple.
La Nation s’oppose à la terre, aux terroirs et aux territoires, elle n’est pas géographique mais seulement un progrès politique dans la revendication de l’universalité des principes républicains.
La vraie identité nationale ne saurait être l’objet d’un débat : elle est un combat !

Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Mohammed MADJOUR Mohammed 5 novembre 2009 17:19

    « La Nation s’oppose à la terre, aux terroirs et aux territoires, elle n’est pas géographique mais seulement un progrès politique dans la revendication de l’universalité des principes républicains. »

    C’est la chose la plus absurde jamais publiée sur l’Agora !

    Pourquoi d’abord ramener la discussion au machion de 1789, le mot « Nation » s’applique partout et pour tous ! 

    Mais moi, j’affirme que la NATION est nécessairement, obligatoirement et avant tout dans un TERRITOIRE, cette idée ne peut donc s’opposer (? ??) ni à la Terrre, ni aux territoires ; quelle aberration cette pensée française !

     « La vraie identité nationale ne saurait être l’objet d’un débat : elle est un combat ! »

    Cette affirmation nécessite bien un vrai débat pour au moins définir le degré de pollution de la Nouvelle pensée française ! C’est sérieux !

    Mohammed.


    • Chang Captain Dan 16 novembre 2009 17:11

      Il y des nations sans territoire, les sioux par exemple et inversement des territoires sans nation...mais aussi des Etats sans nations comme l’antique Athènes et des nations sans Etats. Il y a urgence de reflexion éclairée par la philosophie politique et l’histoire, si l’on veut sortir d’un débat de café du commerce dont on connait tous les dangers.Le débat,contrairement à ce qui se passe dans tous les médias, ne peut se faire sans connaissances et travail de la pensée. A nous ,citoyens, de le leur montrer !


    • Louise Louise 5 novembre 2009 18:31

      Bien sûr, la Nation correspond à un territoire ! Si vous éparpillez les Français dans le monde, ils ne seront plus une nation, mais s’intégreront peu à peu dans leurs différents pays. Plus ou moins bien, mais c’est une autre histoire ! Et la France n’existera plus...


      • Frabri 5 novembre 2009 19:20

        « faire son devoir de citoyen » c’est de voter, donc l’identité nationale est également lié a la politique.

        Les quartiers populaires n’étant représentés sur le terrain politique par aucun parti politiques, s’abstiennent de plus en plus et ne se sentent pas très français.

        Pour que les citoyen-ne-s des banlieues participent a la vie politique il faut « réhabiliter la politique », et pour réhabiliter la politique il faut un « nouveau projet politique ».


        • Axel de Saint Mauxe Nico 6 novembre 2009 00:50

          C’est vrai, il faudrait des partis « spécifiques » pour les « quartiers populaires »... cela ferait du bien à l’unité nationale.


        • herope kayen 6 novembre 2009 01:37

          A moins de remonter à la préhistoire, le territoire qu’occupe la France a vu passer les Romains, puis les peuples germaniques (Burgondes Goth etc..) les Huns (asiatiques), les Arabes, les Berbères etc.. où est l’identité nationale ? Personne ne peut affirmer une filiation sur une période si longue.
          Mais pour plaire à certains un néo-pétainisme fait son retour.
           Cela est très dangereux de vouloir donner des brevets de « francitude ».

          www.fa-heropelyon.fr.gd


          • ASINUS 6 novembre 2009 09:43

            yep l identité nationnale , ou vas t elle se nicher ? vous avez choisis un tableau sur Valmy
            dans un autre tableau sur Valmy j y vois moi l identité nationnale , sur le tableau que j évoque on voit un bataillon de bleus ramené au combat a coups de plat de sabres par une compagnie de blancs.
            Les conscrits de la levée en masse vetus du bleu de la republique
            prompt a l enthousiasme revolutionnaire mais aussi a la debandade du novice ,encadré vigoureusement par les vieux soldats plus experimentés plus savants dans les armes et vetus du blanc des regiments royaux .Viendra la loi de l amalgame qui fondra dans un meme moule un bataillon de bleu et un bataillon de blanc ce qui donnera les demie brigades qui feront face victorieusement a l europe coalisée.Anecdotique pensez vous ?
            ben pas a mon sens l amalgame du vieux monde et du nouveau ; de la tradition et de l elan revolutionnaire ,du vieux et du jeune l amalgame de l experience raisonnée et de la foi en un monde meilleur ,l amalgame du reitre soldé avec le revolutionnaire qui obeissant a une meme loi commune beneficiant des memes droits deviennent ainsi
            les citoyens en armes au service de leur Nation !


            • emmanuel muller emmanuel muller 12 décembre 2009 12:19
              « La vraie identité nationale ne saurait être l’objet d’un débat : elle est un combat ! »
              Amen.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NOUVEL HERMES

NOUVEL HERMES
Voir ses articles







Palmarès